paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

97 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 janv. 2022

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

KwaZulu-Natal, la dernière grande monarchie noire

Submergée par la pandémie et la misère, l'Afrique du Sud risque de s'effondrer. L'incompétence et la corruption de l'ANC ont conduit le pays à l'ingouvernabilité. Mais il y a un autre facteur important et explosif : la monarchie zouloue.

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bien que nous ayons grandi dans une culture eurocentrique, nous savons désormais qu'à l'époque des Romains et des Grecs, de grandes civilisations ont fleuri en Afrique, dirigées par des monarchies ultra-centenaires. L'expansion du désert du Sahara, le colonialisme et la traite des esclaves ont presque tout effacé. Le peuple zoulou constitue une exception extraordinaire et complexe, notamment en raison du fait que la République d'Afrique du Sud, née des cendres de l'apartheid, a permis à la monarchie zouloue (qui est en soi de nature absolutiste) non seulement de survivre et de recevoir un soutien économique de l'État - comme c'est également le cas des maisons régnantes européennes, qui ont cédé presque tous leurs pouvoirs à leurs parlements respectifs - mais aussi de continuer à jouer un rôle politique et social actif.

Le centre de la monarchie se trouve dans la province du KwaZulu-Natal - peut-être la région la plus belle et la plus intacte de l'immense pays africain, celle dans laquelle l'organisation tribale est capable de s'opposer victorieusement aux décisions politiques de l'État et qui, même lorsqu'elle est contrainte d'accepter les décisions du système judiciaire sud-africain, trouve le moyen de le contourner. Ce fait, qui d'un point de vue anthropologique culturel est fascinant, d'un point de vue politique crée une instabilité qui risque continuellement de dégénérer en violence. Cela a été empêché pendant près d'un demi-siècle par le fait que le roi Goodwill Zwelithini avait des accords fermes avec l'ANC et l'IFP (le principal parti d'opposition d'Afrique du Sud, fondé par le roi zoulou pour avoir une présence institutionnelle). Lorsqu'il est mort, le bouchon a sauté, et aujourd'hui le KwaZulu-Natal est une bombe à retardement qui risque d'exploser à tout moment.

La raison pour laquelle cela se produit dans le Kwa-Zulu natal est ethnique. Les Noirs d'Afrique du Sud se répartissent principalement entre les Nguni[1], les Sotho[2], les Shangaan-Tsonga[3] et les Venda[4]. Les Nguni, qui représentent près des deux tiers de la population noire, sont divisés en quatre groupes distincts : les Nguni du Nord et du Centre (peuples de langue zouloue), les Nguni du Sud (peuples de langue xhosa), les Swazis du Swaziland et des régions adjacentes et les Ndebele de la province du Nord et de Mpumalanga[5].

Pendant trois siècles, ces groupes ethniques ont convenu d'une monarchie commune - et cet accord survit pour l'essentiel. Toutes les tribus ont les mêmes caractéristiques : elles sont sédentaires et, lorsque leurs Imizi (fermes familiales) deviennent trop grandes à cause de leur progéniture, elles construisent un Kraal (c'est-à-dire un enclos communal pour les animaux)[6], qui devient le centre de ce qui devient un village. Chaque Kraal, une fois qu'il a atteint un certain nombre d'habitants, élit son nKhosi, qui n'est pas un noble, mais le délégué chargé de représenter le Kraal à l'amaKhosi (c'est-à-dire l'assemblée des Kraals d'une certaine région géographique[7] qui, à leur tour, nomment des Imbizo, qui au fil des ans porteront la voix des villages à la Cour du Roi[8].

La fondation du Royaume et la guerre avec les Boers

La monarchie zouloue est née au début du XIXe siècle grâce aux guerres menées par le roi des Nguni, Sigidi kaSenzangakhona, connu sous le nom de Shaka (ou Tshaka) : le bâtard - un surnom qu'il a obtenu dans son enfance[10] parce qu'il était né d'une princesse orpheline et d'un nKhosi en disgrâce[11]. Chassé de son Kraal avec ses parents (leur mariage n'était pas valide selon les règles de la tribu Mthethwa) avec lesquels ils vivaient[12], il s'est engagé dans le régiment IziCwe, se distinguant par son habileté et son absence totale de pitié[13]. Devenu le favori du roi Dingiswayo, Shaka obtient le soutien de ses héritiers pour usurper le trône et devient le chef des Zoulous lorsque Dingiswayo est capturé et tué dans une guerre tribale en 1818[14]. Shaka le venge en annexant toute la région du Natal et du Swaziland[15].

Shaka fonde une nouvelle capitale, KwaBulawayo[16], et pratiquant une politique d'extermination et de razzias (plus d'un million de morts aurait été tué), s'enrichit et fidélise son peuple[17]. Lorsque, en 1824, les premiers Britanniques débarquent, bien décidés à coloniser la région, l'armée britannique évite tout affrontement, concluant des accords de coopération[18]. Ainsi, à deux jours de route de KwaBulawayo, la première ville européenne est née : Port Natal, rebaptisée plus tard Durban[19]. Shaka ne rompra jamais la paix avec les Britanniques[20], mais cela ne change pas son destin : lorsque sa mère meurt en 1827, Shaka l'enterre avec dix filles vivantes et ordonne l'exécution de plus de 7000 sujets jugés insuffisamment affligés[21]. Le 22 septembre 1828, un de ses gardes du corps le poignarde à mort[22].

Shaka a laissé un énorme héritage : il a transformé un petit et insignifiant royaume zoulou en l'une des dynasties les plus puissantes de l'histoire africaine, avec plus de 250 000 sujets à sa mort[23]. Sa figure légendaire a inspiré des romans et des études historiques et constitue encore aujourd'hui la base du roi zoulou. Il est mort à un moment où la communauté boer (du néerlandais buuren, qui signifie agriculteurs) se renforçait dans le Transvaal, un peuple composé de migrants d'origine néerlandaise, allemande et huguenote, arrivés pour la première fois en 1652, lorsque le premier port d'escale pour le ravitaillement des navires de commerce reliant la Hollande aux colonies des Indes orientales a été établi au Cap de Bonne-Espérance[24]. Contraints par le harcèlement anglais de quitter Le Cap, les Boers, vers 1835, se déplacent vers le Transvaal et entrent en contact avec les Zoulous[25]. Le roi Dingaan, successeur de Shaka, a massacré 70 bergers venus négocier l'achat de terres pour le peuple boer, car il craignait que la réunion ne soit un piège[26].

La guerre éclate : Dingaan marche à la tête de 15 000 hommes contre les colonies boers au pied des montagnes du Drakensberg, tuant tout le monde sur leur passage, y compris les femmes et les enfants[27]. Les Boers contre-attaquent et sont défaits aux portes de l'ancienne capitale de Mgungundlovu[28]. Le 12 août 1838, la bataille finale est atteinte. Les Boers, commandés par un officier de carrière, Andries Pretorius[29], se tenaient sur les rives de la rivière Ncome et attendaient patiemment : cette fois, ils avaient des fusils et des canons, tandis que les Zoulous n'avaient que des lances et de vieux mousquets à chargement par la bouche, et trois mille d'entre eux ont laissé leur vie dans ce qui sera appelé la bataille de Bloedrive (rivière de sang) [30]. Dès lors, Dingaan se limite à des escarmouches défensives, et le 20 décembre 1838, Pretorius entre triomphalement dans Mgungundlovu[31].

Mpande, le frère de Dingaan, se range du côté des Boers et, à la bataille de Maqongqo, le 29 janvier 1840, avec Andries Pretorius[32], il est vaincu, déposé et tué alors qu'il fuit au Swaziland[33]. Mpande est maintenant roi, mais d'un petit royaume, comparable aux réserves indiennes américaines, et est soumis aux lois boers[34].

Les guerres anglaises contre les Boers et contre les Zoulous.

La paix a pris fin lorsque ses deux fils, Cetshwayo et Mbulazi, se sont battus à la tête de deux factions qui se sont affrontées lors de la bataille de Ndondakusuka Kraal en 1856[36]. Cetshwayo gagne et Mpande, se sentant menacé, demande l'aide des Britanniques[37]. Un fonctionnaire britannique, Theophilus Shepstone, persuade Cetshwayo de jurer fidélité à son père et de renoncer au trône jusqu'à la mort de Mpande en 1873[38]. Cet accord a servi de base aux accords ultérieurs qui, en reconnaissant la suprématie militaire britannique, ont convaincu les Zoulous de rejoindre l'Union d'Afrique du Sud[39]. Une paix trahie par les Britanniques en 1879, qui a conduit à l'anéantissement de l'armée zouloue et à l'annexion violente des territoires contrôlés par Cetshwayo[40].

L'annexion se paie cher : lors de la bataille d'Isandlwana, 25 000 guerriers zoulous massacrent la garnison anglaise de 1350 hommes[41]. Londres envoie une énorme armée qui, le 4 juillet 1879, anéantit l'armée de Cetshwayo[42], qui est capturé et contraint à l'exil[43]. Le nouveau gouverneur, Garnet Worseley, divise l'Afrique du Sud en 13 provinces, pour chacune desquelles il nomme un nKhosi de sa préférence, espérant ainsi écraser la résistance[44]. Il obtient le résultat inverse : son choix se porte sur des traîtres, des fonctionnaires corrompus et des déserteurs[45], ramenant le pays au bord de la guerre civile[46].

Cetshwayo est appelé à la médiation et retourne au KwaZulu-Natal en janvier 1883[47]. L'opération se révèle être un échec : son adversaire, Zibhebhu, remporte la guerre[48] et oblige Cetshwayo à fuir à nouveau[49]. Le roi meurt le 8 février 1884, empoisonné[50]. Son fils de 15 ans, Dinuzulu, hérite du trône et conclut une alliance avec les Boers, leur promettant des terres en échange de leur aide. Il reste en fonction jusqu'à sa mort en 1913, mais bien qu'il ait obtenu un traité de paix acceptable, et l'exécution des chefs de la rébellion uSuthu[51], il perd toute indépendance. Lorsque son fils, Solomon kaDinuzulu, monte sur le trône, il a perdu tout pouvoir et est considéré comme l'égal des autres nKhosi[52].

Après la découverte de la mine de diamants de Kimberley en 1872, les Boers et les Britanniques s'affrontent[53]. L'alliance entre les Zoulous et les Boers a donné un résultat surprenant : des alliés parce qu'ils étaient perçus comme des indigènes, tandis que les Britanniques étaient les envahisseurs[54]. La colère des Boers conduit à un affrontement qui, en février 1881, verra la défaite des Britanniques à Majuba Hill[55]. Cela n'a pas empêché la vague d'ingénieurs, de chercheurs d'or et de commerçants qui, après de nouvelles découvertes minières dans le Transvaal, ont amené des milliers de migrants du monde entier à partir de 1884[56]. Les Boers ont refusé de leur accorder la citoyenneté[57]. Les "Uitlanders" (étrangers), qui ont fondé des dizaines de villages, se révoltent, mais leur rébellion est écrasée dans le sang au printemps 1896[58].

Les migrants sont défendus par la Couronne britannique. Après une série d'escarmouches et d'ultimatums, les deux provinces boers du Transvaal et de l'État libre d'Orange décident de déclarer la "deuxième guerre anglo-boer" le 11 octobre 1899[59]. Après une série de batailles sanglantes, qui semblent d'abord voir les Boers proches de la victoire et qui voient finalement les Britanniques conquérir toutes les terres boers[60], les Boers passent à la guérilla[61], qui sera réprimée avec la dévastation de plus de 30 000 fermes et 40 villages[62], des milliers de prisonniers torturés[63] et la construction de 18 camps de concentration dans lesquels, en quelques mois, 42 000 civils mourront[64]. Le 31 mai 1902, le traité de Vereeniging sanctionne la naissance de l'Union d'Afrique du Sud en tant que colonie britannique[65] et accorde aux Boers, en échange de leur reddition, la restitution de leurs villages et une subvention de 3 millions de livres sterling (environ 175 millions de livres sterling aujourd'hui) pour la reconstruction[66]. Dans tout cela, le roi Mpande des Zoulous reste équidistant et refuse de s'impliquer dans la guerre[67].

Pendant et après les années d'apartheid

À partir du 31 janvier 1906, la Commission de démarcation des terres[69] attribue deux cinquièmes des terres du Zululand aux Blancs. Les occupants zoulous deviennent des locataires, ou sont déportés dans des réserves[70]. Le mécontentement continue, surtout après la décision du gouvernement de Pretoria d'ouvrir l'Afrique du Sud aux migrants chinois, mais tout se limite à des actes de violence sporadiques[71]. En 1892, le Franchise and Ballot Act est introduit, limitant le droit de vote aux Noirs[72]. En 1894, avec le projet de loi de 1894 de l'Assemblée législative du Natal, ces restrictions ont été étendues aux immigrants indiens[73]. En 1905, le droit de vote est complètement annulé par le General Pass Regulations Bill[74], suivi de l'humiliant Asiatic Registration Act (1906) : désormais, les Noirs et les Indiens doivent toujours porter un laissez-passer, sous peine d'amendes très sévères[75].

En 1902, Abdullah Abdurahman fonde l'Organisation politique africaine (APO)[76], qui représente les métis et la communauté noire. En 1910, avec la promulgation de l'Acte sud-africain, commencent les années de ségrégation raciale[77], contrôlée par le parti blanc au pouvoir, le South African Party (SAP) de Louis Botha[78]. En 1911, la loi sur les mines et les travaux est adoptée, réservant les mines et les chemins de fer aux seuls travailleurs blancs[79]. En 1913, c'est au tour de la loi sur les terres indigènes qui empêche les Noirs de posséder et de louer des terres en dehors des réserves désignées[80]. En 1923, la loi sur les autochtones (zones urbaines) définit les Noirs urbains comme des "résidents temporaires" qui ne sont les bienvenus que s'ils répondent aux "besoins de la population blanche"[81].

Les Noirs font ce qu'ils peuvent : le 8 janvier 1912, le National Congress of Native South Africans (SANNC) est fondé pour unir tous les Noirs dans la défense de leurs droits[82]. Après la première guerre mondiale, les lois raciales ont été renforcées[83], de sorte que la croissance économique et industrielle des années suivantes ne reposait pas sur des travailleurs, mais sur des esclaves[84]. Les Noirs doivent fréquenter des écoles, des universités, des installations sportives et des moyens de transport séparés, et il leur est interdit d'avoir des relations sexuelles avec des Blancs. Le Parti communiste sud-africain (SACP) est interdit : nombre de ses représentants rejoindront l'ANC[85].

Les Zoulous sont en déroute, réduits en esclavage dans les townships, des bidonvilles à la périphérie des villes blanches, où ils travaillent comme domestiques ou mineurs[86]. Les Noirs sont divisés : la plupart d'entre eux rejoignent l'ANC, les Zoulous rejoignent une société secrète, appelée Inkatha, qui ne deviendra qu'en 1990 un véritable parti de la monarchie (Inkatha Freedom Party), dont le programme est la restauration du royaume créé par Shaka[87]. Paradoxalement, étant plus intéressé par l'identité zouloue que par le besoin de liberté et d'égalité, Inkatha sera un allié redoutable du PAS blanc[88]. La lutte entre Inkatha et l'ANC coûte 20 000 morts et ne prend fin qu'avec les premières élections démocratiques en 1994, et grâce au charisme de Nelson Mandela[89].

Lorsque Madiba remporte les élections présidentielles, lui et De Klerk sont confrontés à une tâche apparemment impossible : transformer 300 ans de guerre tribale en l'histoire d'un seul peuple, et ce grâce au pardon et à l'empathie mutuelle. La nouvelle constitution reflète cet effort et, suivant la mentalité noire, prévoit une république parlementaire, mais avec la singularité de faire coïncider la figure du chef de l'État et celle du gouvernement[90]. La première mesure, avant même les nouvelles lois en faveur des Noirs, a été d'effacer les détestables divisions géographiques voulues par les Britanniques, en premier lieu les réserves[91].

Aujourd'hui, l'Afrique du Sud est un État fédéral composé de neuf provinces autonomes, dont l'une, le KwaZulu-Natal, est peuplée par près des quatre cinquièmes de l'ethnie zouloue, et possède une structure administrative différente des autres provinces, car elle est monarchique : la province est née en suivant les frontières de la République des Boers, en unifiant le bantoustan du KwaZulu (créé en 1970) et la province du Natal. Outre le parlement provincial, élu démocratiquement, la province a un chef d'État nommé par succession dynastique : le roi Goodwill Zwelithini kaBhekuzulu, qui reste en fonction jusqu'à l'âge de 72 ans, date à laquelle, le 12 mars 2021, il meurt du Covid[92].

La Constitution médiatisée par Madiba donne à Zwelithini un véritable royaume, inclus comme tel, en 1996, au chapitre 12, qui reconnaît le rôle politique et institutionnel du roi zoulou et limite ses pouvoirs, laissant à la démocratie ceux de la gestion de la justice, de la défense et de la politique économique[94]. L'ANC accorde un poste de ministre de l'intérieur dans le premier gouvernement d'unité nationale au chef Mangosuthu Gatsha Buthelezi, ancien chef de l'assemblée législative du KwaZulu et leader de l'IFP (Inkatha Freedom Party) [95]. Ce choix n'est pas le fruit du hasard : Zwelithini est le roi, mais Buthelezi a toujours été son plus grand adversaire, car le premier ne s'intéresse qu'au rétablissement des traditions précoloniales, tandis que le second, dans le cadre d'un système démocratique, se bat pour une situation de quasi-indépendance pour le KwaZulu-Natal - ce qui signifie qu'il n'y a plus de subventions pour la Maison royale[96].

En 1975, Buthelezi accuse Zwelithini de s'immiscer dans la politique de l'IFPO et de l'ANC, et même, en 1979, de conspirer pour renverser la démocratie avec le gouvernement du Mozambique[97] et de tenter de remplacer un de ses hommes, Mhlabunzima Maphumulo, à la tête de toute l'Afrique du Sud[98]. Buthelezi, en tant que chef de l'Assemblée législative, baisse son salaire - une insulte sanglante[99], qui oblige le gouvernement SAP, afin d'éviter une guerre civile, à forcer Buthelezi à arrêter[100].

Le 28 mars 1984, les dirigeants de l'IFP, Themba Khoza et Humphrey Ndlovu, organisent une manifestation contre l'apartheid. Des milliers de Zoulous se dirigent vers le centre de Johannesburg, certains d'entre eux s'approchant du siège de l'ANC, Shell House. Quelque chose tourne mal, des coups de feu sont tirés, 19 manifestants zoulous meurent[101]. Selon l'ANC, Shell House était une fusillade défensive, ce que la Commission d'enquête nie[102]. En juin 1995, l'ANC et le président de l'époque, Nelson Mandela, ont reconnu avoir donné l'ordre de tirer[103]. Les onze membres de l'ANC responsables des meurtres seront amnistiés[104].

Le différend reste cependant entier, voire exacerbé. Une réunion entre le chef Buthelezi, le roi Zwelithini et les parties échoue lamentablement[105]. Buthelezi appelle à une médiation internationale : l'intervention du diplomate kenyan Washington Okumu, qui réussit la réconciliation[106]. Il le fera en acceptant des clauses secrètes, qui ne seront connues que des années plus tard, et qui ont changé à jamais le visage du KwaZulu-Natal : l'IFP se voit accorder le rôle de parti monarchique et quelques changements constitutionnels qui renforcent le rôle du roi Zwelithini au détriment des intrusions de Buthelezi - mais la clé de l'accord est la création d'un fonds royal pour administrer des millions d'hectares de terres, une demande tenue secrète vis-à-vis de l'ANC et de l'opinion publique[107]. L'accord est signé par De Klerk, qui met Madiba devant le fait accompli : la guerre civile est terminée, mais l'Ingonyama Trust est né[108].

Le 28 avril 1994, l'ANC l'emporte avec 62,65% des voix, et Mandela forme un gouvernement d'unité nationale[109]. La redistribution des terres passe sous le contrôle de l'État, à l'exception du KwaZulu-Natal : en vertu de la loi 3KZ de 1994, environ 2,8 millions d'hectares (26,9 % du territoire de la province, un territoire de la taille de l'Angleterre) deviennent un trust dont le roi zoulou est le seul administrateur[110]. Zwelithini est ainsi libéré de l'influence que Buthelezi avait sur ses revenus[111].

Le Trust Ingonyama

L'accord est rendu public après les élections, et suscite des réactions de colère. Mais entre-temps, la paix est faite, Mandela est président et tout le monde accepte de calmer les eaux[112]: l'Ingonyama Trust entre en vigueur le 2 octobre 1998. Selon l'Ingonyama Trust Amendment Act 9[113], le fonds fiduciaire est administré par le roi et huit membres nommés par le ministre de l'agriculture, de la réforme agraire et du développement rural du gouvernement national, après consultation du roi, du premier ministre du KwaZulu-Natal et du président de la Chambre des chefs traditionnels du KwaZulu-Natal[114]. Les Noirs qui vivent sur ces terres reçoivent un certificat de droit d'occupation (PTO) [115], mais le produit de la terre est désormais administré par le roi : "Ingonyama (le roi) est le seul administrateur de la terre [...] la terre du Trust revient au roi en tant qu'administrateur au nom des membres des communautés"[116].

L'un des objectifs du Trust est de créer une classe de nobles (les amaKhosi), qui reçoivent une partie des revenus et peuvent ensuite vivre de ces dîmes[117]. La plupart de ces terres ont été expropriées aux Blancs en vertu de l'article 25 de la Constitution : "Une personne ou une communauté dont la forme de possession de la terre est légalement incertaine en raison de lois ou de pratiques raciales discriminatoires antérieures a droit, dans la mesure prévue par une loi du Parlement, à une possession qui est légalement sûre ou à une compensation comparable"[118]. Les terres sont passées à l'Ingonyama Trust et, au fil du temps, ont pris de la valeur, augmentant considérablement la richesse et le pouvoir du roi Zwelithini, notamment lorsque ces terres ont été cédées pour l'exploitation minière.

Après un quart de siècle, les tensions et les scandales entourant l'Ingonyama Trust Board (ITB)[119] ont fini devant les tribunaux, mais la contradiction constitutionnelle initiale empêche toute solution. L'équivalence du pouvoir du roi et de l'État conduit à des jugements contre l'ITB que le roi n'exécute pas, ce qui ne fait qu'accroître la colère, la frustration et la violence entre les différentes tribus. C'est pourquoi un rapport fédéral publié le 21 novembre 2017 demande l'abrogation du concept de PTO et son remplacement par des droits de propriété complets, accusant l'ITB d'"encourager" les occupants à renoncer à leurs droits d'autorisation d'occupation (PTO) en échange de baux, ce qui transforme à nouveau les paysans en esclaves[120].

En octobre 2018, l'auditeur général Kimi Makwetu accuse le conseil d'administration de l'Ingonyama Trust de ne pas avoir fourni de pièces justificatives concernant des terrains d'une valeur de 1,08 milliard de rands (environ 60 millions d'euros) [121]. En novembre 2018, le Conseil pour l'avancement de la Constitution de la SA (CASAC), une organisation de défense de la Constitution[122], en collaboration avec le Mouvement des femmes rurales du KwaZulu-Natal, a dénoncé le fait que quelque 5 millions de résidents sur des terres fiduciaires auraient été contraints sous la contrainte[123] de conclure des baux et de payer des loyers au roi[124].

Les chiffres sont impressionnants : 71 millions de rands en 2015, 96 millions de rands en 2016 et 107 millions de rands en 2017 (près de 6 millions d'euros) [125]. De nombreux résidents, notamment des femmes, incapables de payer, ont été illégalement expulsés[126]. Certaines terres ont été expropriées et louées à des sociétés minières, auxquelles on demande des redevances pour l'exploitation du sous-sol[127]. Pas mal pour un terrain que les occupants possèdent en vertu d'un droit constitutionnel, sachant que les baux illégaux sont en place depuis au moins 2007[128].

Les recherches menées par le Land and Accountability Research Centre de l'université du Cap pointent du doigt les chefs traditionnels qui auraient profité de leur position pour harceler leurs sujets[129]. En septembre 2020, le ministre de l'Agriculture, Thoko Didiza, lance une enquête sur les affaires financières de l'ITB et de son président, Jerome Ngwenya, qui est accusé de s'enrichir illicitement[130]. En janvier 2021, l'auditeur général d'Afrique du Sud (AGSA), Thabo Ditodi, commente les résultats de l'enquête : procédures incorrectes dans la gestion des fournitures, dépenses irrégulières, absence de contrôle des conflits d'intérêts, contrats obtenus sans demande de devis[131].

Le 11 juin 2021, la Haute Cour de Pietermaritzburg a rendu un jugement contre les pratiques de location[133]: les juges ont déclaré que l'ITB agissait en violation ouverte de la Constitution[134]. Les magistrats se plaignent du fait que le comportement du ministre du développement rural n'est jamais intervenu pour mettre fin à ces pratiques, comme il aurait dû le faire[135]. Le tribunal ordonne également à ITB de restituer aux résidents les sommes détournées par le biais des baux[136].

En plus des loyers illégaux, jusqu'en 2017, le roi Zwelithini a reçu du gouvernement un émolument annuel de 58,8 millions de rands, porté à 65,8 millions de rands en 2018 (3,65 millions d'euros) ; en 2020, une nouvelle augmentation de 4,5 millions de rands est annoncée et le chiffre passe à 71,3 millions de rands, soit l'équivalent de plus de 5 millions de dollars[137]. Personne n'a jamais demandé au roi de rendre compte de l'utilisation de cet argent[138].

La pluie d'argent continue. En 2013, 20 millions de rands ont été alloués à l'entretien des palais de la famille royale, sans que l'on sache comment ils ont été utilisés[139]. Selon le Sunday Times en 2014, 10,3 millions de rands ont été alloués aux palais royaux, 2,2 millions de rands pour les salaires de ses six épouses, 2,5 millions de rands pour les frais de voyage et un million de rands pour l'éducation de ses 26 enfants - qui fréquentent bien sûr les meilleures écoles publiques[140]

Son mariage avec Zola Mafu en 2014 a coûté la somme astronomique de 4 millions de rands, puis il a dépensé 130 000 rands d'argent public en gâteau et couverts pour son 66e anniversaire[141]. En 2018, le gouvernement provincial a dépensé 15 millions de rands pour rénover ses résidences[142], 7 millions de rands pour les réparations et les rénovations dans le seul palais de Kwakhangela - 1 million de rands pour les tapis seulement[143]. La cascade ne s'arrête pas avec la mort de Zwelithini : le premier ministre du KwaZulu-Natal, Sihle Zikalala, remet six voitures de luxe en décembre 2020 aux reines, qui se livrent une lutte acharnée pour la succession, et promet de faire avancer les projets cyclopéens de rénovation des résidences de la monarchie[144].

Un laboratoire en plein air

Il est clair que l'État est trop faible vis-à-vis de la monarchie et que le gouvernement provincial, fruit d'un accord bancal entre une ANC corrompue et sans figures de proue et un IFP fidèle au roi, empêche la résolution des problèmes. Tout cela se traduit par l'anarchie, l'influence croissante des bandes criminelles, une profonde division entre les tribus (chaque nKhosi croit, non sans raison, que les autres sont privilégiés et que son peuple est affamé), une instabilité sociale qui met en doute la survie des industries minières et logistiques (en proie à des meurtres constants), et du sida en raison de l'absence de toute politique sociale et de l'incapacité croissante du système de santé à se rendre là où il est nécessaire, un nombre croissant d'abandons scolaires, l'émergence de gangs violents contrôlant les routes et les centres de distribution alimentaire. Une liste qui fait froid dans le dos. 

Une chose est claire : par son attitude, le roi Zwelithini a réussi à replacer la monarchie au centre de la vie politique et sociale du KwaZulu-Natal, en en faisant une sorte de protectorat, une région où les lois sud-africaines sont inapplicables si elles déplaisent à la monarchie, mais où celle-ci n'est pas responsable du bien-être de ses sujets. C'est le plus grave des problèmes non résolus : soit la province obtient l'indépendance, comme ce fut le cas pour le Swaziland, et c'est alors aux sujets zoulous qu'il appartient de décider s'ils acceptent ou non les abus continus de la Maison royale, soit la monarchie redevient une sorte d'institution pour touristes - et à ce moment-là, certains de ses caprices sont payés, mais l'ITB est dissoute et ceux qui, par le biais du Trust, se sont illégalement enrichis sont punis.

Dans ce moment de suspension, on attend que le destin s'accomplisse sans contrôle ni direction politique. Après la mort du roi, la monarchie elle-même est extrêmement affaiblie, car elle a perdu un chef conscient d'un objectif à atteindre. Dans le prochain article, nous vous dirons comment cette situation a transformé le KwaZulu-Natal en un laboratoire à ciel ouvert - et comment l'alliance entre la criminalité et les parties les plus corrompues de l'ANC complotent pour transformer cette province d'une beauté inestimable en une nouvelle Transnistrie.

[1] https://www.britannica.com/topic/Nguni

[2] https://www.britannica.com/topic/Sotho

[3] https://www.southafrica.net/za/en/travel/article/the-shangaan-tsonga-people

[4] https://www.britannica.com/topic/Venda-people

[5] http://countrystudies.us/south-africa/46.htm

[6] https://www.britannica.com/topic/Kraal

[7] https://www.sahistory.org.za/article/zulu

[8] https://www.sahistory.org.za/article/zulu

[9] https://www.afrikaiswoke.com/shakazulu-tv-series-review/

[10] https://best5.it/post/shaka-re-degli-zulu-1787-1828/

[11] https://www.sahistory.org.za/people/shaka-zulu

[12] https://www.sahistory.org.za/people/shaka-zulu

[13] https://www.sahistory.org.za/people/shaka-zulu

[14] https://www.britannica.com/biography/Dingiswayo

[15] https://www.sahistory.org.za/people/shaka-zulu

[16] https://amp.en.google-info.org/index.php/32732991/1/bulawayo-zulu-empire.html

[17] https://www.encyclopedia.com/international/encyclopedias-almanacs-transcripts-and-maps/zulu-empire

[18] https://best5.it/post/shaka-re-degli-zulu-1787-1828/

[19] https://www.treccani.it/enciclopedia/zululand_%28Enciclopedia-Italiana%29/

[20] https://www.jstor.org/stable/3171924

[21] https://theafricanhistory.com/1427

[22] https://hadithi.africa/why-king-shaka-zulu-was-one-of-the-greatest-military-leaders-in-history/

[23] https://hadithi.africa/why-king-shaka-zulu-was-one-of-the-greatest-military-leaders-in-history/

[24] https://www.britannica.com/topic/Dutch-East-India-Company

[25] https://www.sahistory.org.za/article/great-trek-1835-1846

[26] http://www.scielo.org.za/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0018-229X2011000200007

[27] https://www.britannica.com/event/Battle-of-Blood-River

[28] https://delphipages.live/it/storia-del-mondo/guerre-battaglie-e-conflitti-armati/battle-of-blood-river

[29] https://www.sahistory.org.za/people/andries-wilhelmus-jacobus-pretorius-0

[30] https://www.sahistory.org.za/dated-event/battle-blood-river

[31] https://www.south-africa-tours-and-travel.com/battle-of-blood-river.html

[32] https://southafrica.co.za/the-rise-of-the-zulu-empire.html ; http://uzspace.unizulu.ac.za/xmlui/handle/10530/839

[33] https://za.opera.news/za/en/military/863f13013d6fb6e63dd465e77f1db38d

[34] https://www.britannica.com/place/Natal-historical-province-South-Africa

[35] https://www.theguardian.com/world/2017/jan/26/boer-war-spion-kop-south-africa-1900-archive

[36] https://eshowe.com/battle-of-ndondakusuka/

[37] https://www.sahistory.org.za/people/king-mpande-kasenzangakhona

[38] https://www.english-heritage.org.uk/visit/blue-plaques/cetshwayo/

[39] https://biography.yourdictionary.com/sir-henry-bartle-edward-frere

[40] https://www.iheart.com/podcast/966-brief-history-of-wars-78413203/episode/zulu-wars-78440787/ ; https://www.sahistory.org.za/article/anglo-zulu-wars-1879-1896

[41] https://www.bbc.co.uk/history/british/victorians/zulu_01.shtml

[42] https://www.britishbattles.com/zulu-war/battle-of-khambula/

[43] https://www.britishbattles.com/zulu-war/battle-of-ulundi/

[44] https://www.nam.ac.uk/explore/garnet-wolseley

[45] https://www.anglozuluwar.com/images/Journal_22/The_Anglo-Zulu_War_of_1879_Unnecessarily_Destroyed.pdf “The Anglo Zulu War Unnecessarily Destroyed The Zulu Nation” - David Glyn-Fox -

[46] https://www.sahistory.org.za/people/king-dinuzulu

[47] https://www.anglozuluwar.com/images/Journal_22/The_Anglo-Zulu_War_of_1879_Unnecessarily_Destroyed.pdf “The Anglo Zulu War Unnecessarily Destroyed The Zulu Nation” - David Glyn-Fox -

[48] https://www.anglozuluwar.com/images/Journal_22/The_Anglo-Zulu_War_of_1879_Unnecessarily_Destroyed.pdf “The Anglo Zulu War Unnecessarily Destroyed The Zulu Nation” - David Glyn-Fox -

[49] https://www.battlefieldsregionguides.co.za/place/battle-of-ondini/

[50] https://www.1879zuluwar.com/t2793-john-dunn-the-white-chief-of-zululand

[51] https://www.sahistory.org.za/sites/default/files/archive-files/john_laband_historical_dictionary_of_the_zulu_wabook4me.org_.pdf “Historical Dictionaries Of War, Revolution And Civil Unrest” - Jon Woronoff, Series Editor – pp 54-55

[52] https://www.1879zuluwar.com/t948-dinuzulu-s-son-solomon-kadinuzulu

[53] https://modjourn.org/essay/the-boer-war/

[54] https://sciendo.com/article/10.1515/werk-2017-0003

[55] https://nzhistory.govt.nz/media/photo/battle-majuba-hill

[56] https://www.sahistory.org.za/article/discovery-gold-1884

[57] https://nzhistory.govt.nz/war/new-zealand-in-the-south-african-boer-war/a-brief-history

[58] https://www.sahistory.org.za/article/jameson-raid

[59] https://www.earthmagazine.org/article/benchmarks-october-11-1899-second-boer-war-begins-fueled-discovery-gold/

[60] https://soldiersofglos.com/announcement/the-siege-of-ladysmith/ ; http://www.storiain.net/storia/la-seconda-guerra-boera/ ; https://digilander.libero.it/fiammecremisi/schede/xxwar.htm ; https://blogs.loc.gov/maps/2018/06/the-rise-and-fall-of-the-orange-free-state-and-transvaal-in-southern-africa/ ; https://www.markedbyteachers.com/as-and-a-level/history/the-sieges-of-ladysmith-mafeking-and-kimberley.html

[61] https://modjourn.org/essay/the-boer-war/

[62] https://www.earthmagazine.org/article/benchmarks-october-11-1899-second-boer-war-begins-fueled-discovery-gold/

[63] https://modjourn.org/essay/the-boer-war/

[64] https://modjourn.org/essay/the-boer-war/

[65] https://www.earthmagazine.org/article/benchmarks-october-11-1899-second-boer-war-begins-fueled-discovery-gold/ ; https://www.sahistory.org.za/archive/peace-treaty-vereeniging-original-document

[66] https://www.historytoday.com/archive/peace-vereeniging

[67] https://mubulahistory.blogspot.com/2017/01/zulu-kingdom-under-mpande-1840-1872.html

[68] https://www.ilbullone.org/2020/07/22/il-regime-dellapartheid-tra-razzismo-e-segregazione/

[69] https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/02582470308671447

[70] https://www.sahistory.org.za/sites/default/files/archive-files/john_laband_historical_dictionary_of_the_zulu_wabook4me.org_.pdf “Historical Dictionaries Of War, Revolution And Civil Unrest” - Jon Woronoff, Series Editor – page 55

[71] https://www.sahistory.org.za/article/constructing-union-south-africa-negotiations-contestations-1902-10

[72] https://amp.en.google-info.in/31046077/1/franchise-and-ballot-act.html

[73] https://en-academic.com/dic.nsf/enwiki/11796206

[74] https://www.sahistory.org.za/article/constructing-union-south-africa-negotiations-contestations-1902-10

[75] https://sthp.saha.org.za/memorial/articles/the_transvaal_asiatic_registration_act.htm

[76] https://www.sahistory.org.za/article/african-peoples-organisation-apo

[77] https://www.britannica.com/event/South-Africa-Act

[78] https://www.treccani.it/enciclopedia/repubblica-sudafricana_%28Dizionario-di-Storia%29/ ; https://www.britannica.com/place/South-Africa/Reconstruction-union-and-segregation-1902-29

[79] https://www.britannica.com/topic/Mines-and-Works-Act

[80] https://www.greelane.com/it/humanities/storia--cultura/pre-apartheid-era-laws-43472/

[81] https://www.britannica.com/topic/Native-Urban-Areas-Act

[82] https://www.sahistory.org.za/article/founding-sannc

[83] https://www.britannica.com/biography/J-B-M-Hertzog

[84] https://www.sahistory.org.za/article/national-party-np

[85] https://www.sahistory.org.za/article/south-african-communist-party-sacp

[86] http://countrystudies.us/south-africa/46.htm

[87] https://www.accord.org.za/ajcr-issues/voting-and-violence-in-kwazulu-natals-no-go-areas/

[88] https://www.accord.org.za/ajcr-issues/voting-and-violence-in-kwazulu-natals-no-go-areas/

[89] https://theconversation.com/why-political-killings-have-taken-hold-again-in-south-africas-kwazulu-natal-143908

[90] https://www.gov.za/about-government/government-system/executive-authority-president-cabinet-and-deputy-ministers

[91] https://southafrica-info.com/infographics/provinces-homelands-south-africa-1996/

[92] https://www.bbc.com/news/world-africa-56370621

[93] https://www.sowetanlive.co.za/news/2012-01-24-zwelithini-taken-to-task-over-gay-slur/

[94] https://www.gov.za/documents/constitution-republic-south-africa-1996-chapter-12-traditional-leaders

[95] https://www.theguardian.com/world/2021/mar/22/king-goodwill-zwelithini-obituary

[96] https://mg.co.za/article/2019-08-07-secret-details-of-the-land-deal-that-brought-the-ifp-into-the-94-poll/

[97] https://www.refworld.org/docid/3ae6a84aa.html

[98] https://africasacountry.com/2018/12/the-emperor-has-no-clothes

[99] https://eshowe.com/king-goodwill-zwelithini-kabhekuzulu/

[100] https://eshowe.com/king-goodwill-zwelithini-kabhekuzulu/

[101] https://www.dailymaverick.co.za/article/2014-03-28-the-truth-elusive-shell-house-massacre-20-years-later/

[102] https://en.google-info.in/7371823/1/shell-house-massacre.html

[103] https://za.opera.news/za/en/politics/2ded128400f2b237390a475379630380

[104] https://www.iol.co.za/news/south-africa/eleven-get-amnesty-for-shell-house-massacre-45581

[105] https://ourconstitution.constitutionhill.org.za/the-shell-house-massacre-and-the-road-to-the-ifps-participation-in-the-election/

[106] https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/02582473.2021.1909115?journalCode=rshj20

[107] https://mg.co.za/article/2019-08-07-secret-details-of-the-land-deal-that-brought-the-ifp-into-the-94-poll/

[108] https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/02582473.2021.1909116

[109] https://www.sahistory.org.za/dated-event/south-africas-first-democratic-elections

[110] https://www.ingonyamatrust.org.za/wp-content/uploads/2015/10/Ingonyama-Trust-Act-as-amended.pdf

[111] https://africasacountry.com/2018/12/the-emperor-has-no-clothes

[112] https://mg.co.za/article/2019-08-07-secret-details-of-the-land-deal-that-brought-the-ifp-into-the-94-poll/

[113] https://www.gov.za/sites/default/files/gcis_document/201409/a9-97.pdf

[114] https://www.gov.za/documents/kwazulu-natal-ingonyama-trust-amendment-act

[115] https://www.golegal.co.za/pto-rural-land-occupation/

[116] https://www.news24.com/citypress/trending/books/extract-king-zwelithini-receives-millions-but-is-it-money-well-spent-20180824

[117] http://www.scielo.org.za/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1727-37812020000100031#:~:text=The%20South%20African%20customary%20land,permanent%20communal%20land%20tenure%20legislation. ; https://www.gov.za/sites/default/files/gcis_document/201409/act31of1996.pdf

[118] https://mistra.org.za/wp-content/uploads/2021/01/MISTRA-Land-Delius_Beinart.pdf “Rights to Land: a guide to tenure upgrading and restitution in South Africa” – William Beinart, Peter Delius and Michelle Hay - Jacana Media, 2017 – Page 84

[119] https://nationalgovernment.co.za/units/view/110/ingonyama-trust-board

[120] https://www.customcontested.co.za/kgalema-motlanthes-high-level-panel-calls-for-repeal-of-ingonyama-trust-act/

[121] https://www.sowetanlive.co.za/news/south-africa/2018-11-07-zulu-king-slapped-with-lawsuit-over-land-in-kzn/

[122] https://www.sigrid-rausing-trust.org/Grantees/Grantee-1208

[123] https://www.wsj.com/articles/south-africa-wrestles-over-zulu-kings-vast-landholdings-11570186801

[124] https://www.timeslive.co.za/news/south-africa/2019-02-14-king-zwelithinis-trust-needs-more-time-to-deal-with-lawsuit-over-land/

[125] https://www.news24.com/citypress/news/casac-takes-on-zwelithinis-trust-20190803

[126] https://www.washingtonpost.com/politics/2021/05/28/south-africas-zulu-nation-is-riveted-by-royal-succession-drama-its-about-more-than-who-takes-throne/

[127] https://www.customcontested.co.za/the-ingonyama-trust-tramples-on-the-democratic-rights-of-citizens/

[128] https://www.timeslive.co.za/news/south-africa/2019-02-14-king-zwelithinis-trust-needs-more-time-to-deal-with-lawsuit-over-land/

[129] https://www.washingtonpost.com/politics/2021/05/28/south-africas-zulu-nation-is-riveted-by-royal-succession-drama-its-about-more-than-who-takes-throne/

[130] https://www.dailymaverick.co.za/opinionista/2020-12-08-time-for-the-ingonyama-trust-board-to-explain-how-it-manages-its-land/

[131] https://www.citizen.co.za/news/south-africa/government/2431534/arrogant-ingonyama-trust-under-fire-for-irregular-expenditure-mismanagement/

[132] https://www.newframe.com/king-zwelithinis-reckless-use-of-personal-power/

[133] https://www.groundup.org.za/media/uploads/documents/itb_judgment_11_june_2021.pdf

[134] https://www.news24.com/news24/columnists/guestcolumn/opinion-dr-fani-ncapayi-ingonyama-trust-and-board-hit-hard-by-high-court-judgment-20210628

[135] https://www.news24.com/news24/columnists/guestcolumn/opinion-dr-fani-ncapayi-ingonyama-trust-and-board-hit-hard-by-high-court-judgment-20210628

[136] https://www.groundup.org.za/article/zulu-kings-trust-pay-back-millions/

[137] https://buzzsouthafrica.com/late-zulu-king-goodwill-zwelithini-had-six-wives-in-his-lifetime-meet-them-all/

[138] https://www.timeslive.co.za/news/south-africa/2019-07-26-10-years-on-why-isnt-the-zulu-king-financially-self-sufficient/

[139] https://www.timeslive.co.za/news/south-africa/2019-07-26-10-years-on-why-isnt-the-zulu-king-financially-self-sufficient/

[140] https://www.timeslive.co.za/politics/2014-12-22-zulu-king-blows-r54-million-now-wants-more-of-your-money/

[141] https://www.timeslive.co.za/politics/2014-12-22-zulu-king-blows-r54-million-now-wants-more-of-your-money/

[142] https://www.timeslive.co.za/news/south-africa/2019-07-26-10-years-on-why-isnt-the-zulu-king-financially-self-sufficient/

[143] https://www.timeslive.co.za/sunday-times-daily/opinion-and-analysis/2021-12-16-game-of-thrones-a-battle-for-zulu-riches/

[144] https://www.news24.com/witness/news/kzn/kzn-premier-hands-over-six-cars-to-the-queens-of-the-late-king-goodwill-zwelithini-20211217

[145] https://www.bbc.com/news/world-africa-57996373

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez