paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

97 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 juin 2022

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

L'œuvre d'art : la devise de le recel mondiale

L'art a commencé comme le plaisir personnel de son créateur, dès les grottes de Neandertal. Il s'est raffiné, il a changé, il est devenu un symbole de beauté, il a été acheté pour mettre en valeur sa maison, sa vie, son statut social.

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tout cela est resté, bien sûr, mais l'explosion quantitative des objets d'art, ainsi que la valeur croissante des objets anciens, ont perverti cette perception également, transformant un objet, d'abord considéré comme artistique, en une valeur économique, comparable à celle d'une monnaie ou d'un métal.

Tout ce qui peut être monétisé est monétisé. Tout ce qui est évaluable et transférable devient une spéculation, une valeur refuge, un investissement. Le symbole de cette perversion est le port franc - une zone extra-douanière, fermée et secrète où les objets d'art peuvent être utilisés pour blanchir de l'argent, acheter et vendre des armes, de la drogue ou des esclaves, et qui sait quoi encore. Il ne s'agit pas d'une moralisation facile. Les choses se produisent parce qu'il existe des chaînes de causes et d'effets, et il est difficile de s'y opposer. Il arrive ainsi que, dans la forêt profonde de Thuringe, l'une des régions les plus belles, les plus pauvres et les moins habitées d'Allemagne, une ancienne villa des princes de Saxe finisse par être le lieu où, secrètement, tableaux et statues sont utilisés pour des échanges qu'il vaut mieux que personne ne découvre.

L'opinion publique, cependant, est accablée par mille autres difficultés et, en fin de compte, elle se fiche éperdument d'un milliardaire fou qui paie des sommes exorbitantes pour un tableau qu'il ne peut même pas accrocher au mur et regarder, parce qu'il doit le cacher des voleurs et des collecteurs d'impôts. C'est pourquoi nous pensons qu'il est juste d'écrire cette histoire, au moins du point de vue du témoignage, afin qu'elle ne soit pas oubliée.

Quels sont les Entrepôts

Les entrepôts sont nés en même temps que l'institution de droits de douane à la frontière entre deux États : il s'agissait de lieux où les marchandises en transit pouvaient être déposées sans avoir à payer de droits de douane : au XVIe siècle, Livourne, Gênes et d'autres villes italiennes étaient célèbres pour offrir des zones économiques spéciales dans lesquelles on pouvait stocker des marchandises. Au XVIIIe siècle, le phénomène s'est répandu dans toute l'Europe[2]. Depuis lors, il est devenu habituel, surtout après la découverte de l'Amérique et le début de la colonisation de l'Afrique et de l'Asie, d'utiliser ces Entrepôts pour cacher des biens volés. Les choses ont changé après la Révolution française (1789) et le Congrès de Vienne (1815), lorsque de riches familles en fuite, ou des soldats rentrant chez eux avec un butin en selle, sont devenus un facteur économique qui a changé l'histoire de certaines villes et de certaines familles - surtout sur les rives des océans et, en Europe, le long du cours navigable du Rhin[3].

Au cours des deux siècles suivants, notamment pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que les paradis fiscaux avaient vu le jour et que les nations belligérantes tentaient de dissimuler leur commerce de matières premières et de biens industriels, le concept d'entrepôt est devenu une pierre angulaire du système commercial mondial, mais aussi un phénomène combattu, plus ou moins résolument, par les États-nations - avec la naissance du concept de contrebande et de blanchiment des produits illicites[4]. La lutte contre le commerce transnational illégal et, plus tard, le recel d'avoirs financiers illicites, est à l'origine de la naissance d'Interpol, du Groupe Egmont[5] et de divers autres instruments de police et agences d'investigation étatiques qui, au cours des 90 dernières années, ont combattu ce phénomène avec des fortunes diverses - et une diligence inconstante.

Depuis la création de la société Interhandel AG Basel (le holding financier qui a dissimulé les investissements financiers et industriels du national-socialisme à l'étranger[6]), la Suisse s'est spécialisée dans le stockage de biens sensibles (or, métaux précieux, œuvres d'art, armes, drogues...). ) et est devenu le premier Entrepôt mondial - il suffit de dire que, dans les trois points francs de l'aéroport de Zurich (Philoro, Embrach et Safeguard), les clients disposent de plus d'un demi-million de mètres carrés de cellules numérotées, presque inaccessibles aux autorités judiciaires, capables de maintenir l'humidité et la température requises pendant des siècles[7]. La première de ces entreprises, la société allemande Philoro, permet non seulement l'échange entre différents Entrepôts situés dans différentes villes européennes, mais même la commercialisation de produits situés dans des Entrepôts virtuels - c'est-à-dire dissimulés là où personne ne pourrait jamais les découvrir et les contrôler, mais pourtant légalisés pour être commercialisés[8].

Suite à une série interminable de scandales bancaires et de criminalité organisée, la Suisse a été confrontée au fil des décennies - d'une part, au fait que d'autres pays exigent la transparence et la traçabilité des opérations criminelles et - d'autre part, au fait que, dans le monde entier, la concurrence sur le marché illégal a atteint des niveaux autrefois impensables[9]. En 2017, Berne a introduit le CRS (Common Reporting Standard), s'engageant à échanger des informations avec les pays partenaires sur les étrangers détenant des comptes bancaires dans le pays, dans le cadre de ses efforts pour réprimer l'évasion et la fraude fiscales[10]; dans le même temps, étant soumis à une pression internationale tout aussi forte, des pays comme le Luxembourg signalent les intérêts actifs de ceux qui veulent économiser des impôts dans leur pays d'origine. Le marché de l'immobilier, qui était, il y a un siècle, le moyen le plus facile de déplacer de l'argent et des marchandises, est désormais totalement contrôlé. Tout cela ouvre une nouvelle tranche du marché : celle des œuvres d'art, qui est devenue ces dernières années un moyen efficace de placer discrètement de grosses sommes d'argent[11].

Derrière ce commerce lucratif se cachent essentiellement deux raisons : la première est que les œuvres d'art sont des actifs dont la valeur ne peut être quantifiée avec précision[12] et est peu affectée par l'instabilité des marchés financiers. La seconde est d'ordre réglementaire : peu de marchés sont aussi peu réglementés que celui-ci, ce qui fait des œuvres d'art un excellent outil pour l'évasion fiscale et le blanchiment d'argent[13]: c'est le seul "marché financier" qui ne soit pas soumis à la loi mondiale sur le secret bancaire (BSA). Cela signifie que, quel que soit l'endroit où sont stockées les œuvres, les règles de lutte contre le blanchiment d'argent ne sont pas juridiquement contraignantes, mais ont tout au plus la valeur d'une recommandation[14].

Le problème du blanchiment d'art est bien connu : lors du Forum économique mondial de Davos en 2015, l'économiste Nouriel Roubini expliquait : "Qu'on le veuille ou non, l'art est utilisé pour l'évasion et la fraude fiscales". Il peut être utilisé pour le blanchiment d'argent. Vous pouvez acheter quelque chose pour un demi-million, ne pas montrer de passeport et l'envoyer. Beaucoup de gens l'utilisent pour le blanchiment"[16]. Il existe des dizaines d'exemples : d'Edemar Cid Ferreira, l'ancien banquier brésilien qui a blanchi des millions de dollars grâce à une collection de 12 000 tableaux et statues[17], à la famille de galeristes Nahmad, qui possède la société International Art Center SA Panama[18], propriétaire d'un tableau de Modigliani ("Homme assis avec un chien"), qui est réapparu lors d'une vente aux enchères chez Christie's après avoir été volé par les nazis pendant l'occupation de Paris[19]; récemment, certains cas ont été mis au jour grâce à la publication des Panama Papers[20].

Dans ce contexte, la destination naturelle - et souvent finale - de nombreuses œuvres d'art sont les Entrepôts (Freeports en anglais, Zollfreilager en allemand), d'immenses entrepôts de haute sécurité qui permettent aux particuliers et aux entreprises (souvent basés dans des paradis fiscaux) de stocker des objets de valeur dans un endroit facile d'accès et de les utiliser comme monnaie d'échange, sans contrôles et sans taxes[21]. Les biens y restent pendant des années : l'analyste Walter Leonhardt souligne que le moyen le plus facile de blanchir de l'argent par le biais des Entrepôts est de stocker des œuvres coûteuses pendant cinq ans. En effet, à la sixième année, il y a prescription pour le blanchiment d'argent en tant qu'infraction pénale (aux États-Unis[22] et en Allemagne[23]; en Suisse, le délai est de dix ans[24], au Royaume-Uni, il n'y a pas de prescription pour cette infraction[25]) ; alors les propriétaires peuvent légalement revendre les œuvres d'art ou simuler une transaction en vendant à une autre société offshore du même propriétaire[26].

Répartis dans le monde entier, ces minuscules paradis fiscaux abritent des biens de grande valeur que les propriétaires peuvent admirer secrètement à l'infini (il existe des salles d'exposition spéciales), en attendant de les vendre anonymement à un acheteur qui laissera très probablement les œuvres là où elles se trouvent, en attendant de recommencer la tournée[27]. Le cœur de cette activité est le secret impénétrable des Entrepôts, sans enfreindre aucune loi : personne ne peut dire si les œuvres contenues dans un de ces entrepôts ont été volées, achetées avec le produit d'activités illégales ou sont le fruit d'un investissement légal. Ce secret, combiné à la nature non réglementée du marché, rend très difficile l'établissement d'un lien entre les propriétaires et les œuvres stockées dans les Entrepôts, car aucun gouvernement ne peut réglementer, taxer ou enquêter sur les biens stockés dans une juridiction secrète et extraterritoriale[28].

La partie émergée de l'iceberg : Yves Bouvier et Giacomo Medici

Le marchand suisse sans scrupules Yves Bouvier est le propriétaire de l'entreprise familiale Natural Le Coultre SA[30], une compagnie maritime centenaire basée à Genève qui, sous son contrôle, est spécialisée dans le stockage, l'entreposage et l'expédition d'œuvres d'art[31]. La majeure partie du stockage se fait dans les entrepôts secrets de l'Entrepôt à Genève, le plus grand dépôt d'œuvres d'art au monde : 2300 ont été exposées au British Museum, 200 000 ont été placées au Musée d'art moderne de New York[32]. On estime à 1,2 million le nombre d'œuvres d'art dans l'Entrepôt suisse, dont une collection de 1000 Picasso[33].

Ses entrepôts occupent une surface équivalente à vingt-deux terrains de football ; le propriétaire majoritaire de Geneva Freeport est le canton de Genève, tandis qu'Yves Bouvier est le principal actionnaire privé[34], détenant 5 % de la propriété jusqu'en 2017 (année où il a vendu Natural Le Coultre[35]) ; à ce moment-là, sous la pression des autorités suisses, Bouvier a déménagé : en 2010 à Singapour, en 2014 au Luxembourg, puis à Shanghai[36], par l'intermédiaire d'Euro Asia Investment SA Luxembourg, propriété de Bouvier[37]. Outre le secret et les avantages économiques, le débarquement des œuvres dans un Entrepôt moderne permet aux galeristes, aux collectionneurs et aux marchands d'art de stocker des œuvres dans des locaux extrêmement sûrs et ignifugés, où l'espace ne manque jamais et où la température et l'humidité sont contrôlées, à l'abri de la lumière du soleil[38].

L'énorme fortune amassée par Bouvier n'aurait cependant pas pu lui fournir, à elle seule, les ressources nécessaires à la construction de bâtiments aussi coûteux que les entrepôts qu'il a construits ; en fait, Bouvier doit sa fortune à son activité peu scrupuleuse d'intermédiaire pour le compte de l'oligarque russe Dmitry Rybolovlev : Le magnat a bâti sa fortune avec Uralkali, la plus grande entreprise russe d'engrais potassiques, dont il a contrôlé la majorité des parts jusqu'en 2010, date à laquelle il a été contraint de vendre à Suleyman Kerimov, Alexander Nesis et Filaret Galchev[39], des entrepreneurs très proches de Vladimir Poutine[40]. En un peu plus de dix ans, Bouvier a permis à Rybolovlev d'acquérir l'une des plus importantes collections privées au monde, comprenant des œuvres de Pablo Picasso, Henri Matisse et Mark Rothko, entre autres[41].

De 2003 à 2014, le marchand suisse a acheté des tableaux de Van Gogh, Modigliani et Klimt, puis les a revendus à l'homme d'affaires russe à des prix tellement gonflés qu'ils généraient des profits faramineux : lorsqu'en 2014, Rybolovlev s'est rendu compte qu'il avait été escroqué et a porté plainte contre Bouvier, il a affirmé que les gains de ce dernier provenant de l'achat des 38 œuvres achetées au fil des ans s'élevaient à un milliard de dollars[42]. Clameur est le cas du " Salvator Mundi ", une œuvre attribuée à Léonard de Vinci que Bouvier, payé par Rybolovlev en 2013 avec une commission de 2%, a été acheté par Bouvier pour 80 millions de dollars et transféré à l'oligarque russe pour 127 millions de dollars[43]; le 15 novembre 2017, le tableau a été revendu par Rybolovlev lors d'une vente aux enchères de Christie's pour un montant record de 450,3 millions de dollars[44]. L'acheteur est le prince saoudien Bader bin Abdullah bin Mohammed bin Farhan al-Saud[45].

En décembre 2014, la découverte accidentelle par Rybolovlev du prix de vente du tableau de Modigliani 'Nu Couché au Coussin Bleu', procuré pour lui par son intermédiaire des années auparavant, a fait exploser l'affaire : vendu par l'ancien propriétaire pour 93,5 millions de dollars, 'Nu Couché au Coussin Bleu' a été acheté par le Russe pour 118 millions de dollars[46]. Bouvier possède quelque 150 sociétés, telles que Diva Fine Arts SA Panama et Diva Fine Arts Inc. En tant que résident de Singapour, Bouvier évite de déclarer au gouvernement suisse le montant des transactions conclues avec Rybolovlev, et n'est donc responsable que de celles effectuées alors qu'il était encore citoyen suisse (jusqu'en 2009)[47].

En septembre 2021, Yves Bouvier a été acquitté par un tribunal genevois des accusations de fraude, de mauvaise gestion, d'abus de confiance et de blanchiment d'argent[49], mais sa réputation a été détruite[50], à tel point qu'il a demandé à Rybolovlev un milliard de dollars de dédommagement[51]. La conséquence de l'affaire Bouvier est la grande attention que les médias internationaux commencent à consacrer à la tendance des personnes les plus riches de la planète à investir dans le marché de l'art afin de dissimuler ou d'accroître leur richesse[52], ou de cacher le produit d'activités criminelles[53].

L'affaire Bouvier n'est pas la première à impliquer directement les Entrepôts. L'antiquaire italien Giacomo Medici, actif à Rome depuis les années 1960, a été condamné pour la première fois en 1967 pour avoir acheté des objets archéologiques volés - une condamnation qui l'a rendu célèbre et a convaincu le milliardaire américain Robert Hecht de le choisir comme intermédiaire[54]: à Medici, il aurait acheté en 1972 le Krater Euphronios, un vase fabriqué à Athènes vers 500 av, et l'a ensuite vendu au Metropolitan Museum de New York ; bien que la provenance exacte de l'artefact n'ait jamais été établie, le tribunal estime qu'il a été volé en 1971 par des pilleurs de tombes dans le cimetière étrusque de Cerveteri, puis vendu à Medici[55]. En 2008, le métropolitain a rendu l'œuvre à l'Italie[56].

Les photographies trouvées par les carabiniers lors d'une descente effectuée en septembre 1995 dans l'entrepôt de Medici au port franc de Genève attestent de la provenance illicite du Crater : l'opération, menée en accord avec la police suisse, est née d'un catalogue de vente aux enchères de Sotheby's, dans lequel était mis en vente un sarcophage que les militaires italiens ont reconnu comme ayant été volé dans l'église de San Saba à Rome[57]; en retrouvant, grâce à la collaboration de la maison de vente aux enchères, le nom de Medici comme propriétaire du bien mis aux enchères, les carabiniers ont reconstitué le rôle de l'homme et son réseau de complices internationaux : Lors de la perquisition de l'entrepôt de l'Entrepôt de Genève, cinq pièces d'une superficie totale de 200 mètres carrés[58], un atelier de restauration et un showroom ont été découverts[59].

En janvier 1997, Medici a été arrêté et son entrepôt de Genève a été ouvert pour inventaire[60]. Le rapport final, présenté en juillet 1999, mentionne 3800 objets, plus de 4000 photographies d'artefacts et 35 000 documents contenant des informations sur le commerce des marchandises[61]. Deux de ces photographies, datées de mai 1987, montrent Medici et Hecht près du cratère d'Euphronios[62]. En 2005, Medici a été condamné à dix ans de prison (peine ramenée à huit ans en 2009) et à payer une amende de 10 millions d'euros[63]. L'affaire a fait tellement de bruit qu'en 2009, la Confédération a été convaincue d'adapter sa législation douanière aux normes européennes : depuis lors, l'Entrepôt de Genève n'est plus considéré comme une zone extraterritoriale, de sorte que certaines prestations y sont désormais soumises à la TVA suisse (7,6%), qui ne s'applique toutefois pas à la valeur des objets entreposés, aux frais de stockage et aux primes d'assurance. En outre, tous les articles stockés doivent être enregistrés dans un inventaire avec la description, la valeur, la taille, la date et le lieu de stockage, le pays d'origine et le nom et l'adresse de la personne qui détient l'article - le tout directement dans la base de données des douanes[64].

Le mystère de l'entrepôt de Meiningen

Ces mesures ne remettent nullement en cause l'activité des Entrepôts. En 2016, une collection inestimable a été découverte dans les entrepôts de Genève : 45 caisses contenant des antiquités romaines et étrusques, appartenant à un criminel condamné, le marchand d'art britannique Robert Symes[66]. Le trésor, dont deux sarcophages étrusques en excellent état, se trouvait dans l'entrepôt depuis plus de quinze ans et a été retrouvé dans des boîtes étiquetées au nom d'une société offshore appartenant à Symes[67]. Ce scandale éclate alors que les législateurs suisses discutent d'une réglementation plus stricte pour les Entrepôts et les entrepôts sous douane. Depuis le 1er janvier 2016, l'Administration fédérale des douanes (EZV) acquiert de nouvelles compétences pour contrôler l'entrée et la sortie des marchandises : le gouvernement introduit un délai de six mois pour le stockage des marchandises destinées à l'exportation ; les exportateurs doivent déclarer explicitement si les marchandises sont destinées à l'exportation ; en outre, l'identité de l'acheteur doit être déclarée[68].

Alors que les nouvelles règles sur la vente d'œuvres d'art font appel à la diligence raisonnable et aux intermédiaires financiers pour améliorer la transparence, les modifications de la loi sur les douanes visent à réduire le caractère secret du marché de l'art en encourageant un taux de rotation plus élevé des marchandises. Les locataires auront moins de liberté pour conserver les œuvres d'art indéfiniment, ou du moins devront faire face à davantage d'obstacles administratifs pour le faire. Par conséquent, les receleurs auront moins de possibilités de cacher aux autorités douanières des objets obtenus illégalement[69].

Le point faible : l'anonymat des vendeurs honnêtes pourrait être compromis par l'obligation de faire figurer les propriétaires réels dans l'inventaire[70]. En outre, ces règles pourraient dissuader les investisseurs d'opérer en Suisse. Le marché de l'art du pays, qui tourne autour de grands événements tels qu'Art Basel, pourrait souffrir d'une hémorragie potentielle de clients vers des entrepôts situés dans des zones plus attrayantes sur le plan législatif, comme le Luxembourg, Monaco, Singapour[71] (dont les entrepôts sont contrôlés par des actionnaires suisses[72]) et le Delaware[73].

Dans la ville de Meiningen, en Thuringe, la société Vallor Development GmbH de Viktor Schulte et Nicolas Perren est en train de transformer un bâtiment de la Bundesbank pour y installer des œuvres d'art et d'autres articles de luxe sur ses 4 000 mètres carrés[74]; un coffre-fort hors taxes se trouve également à l'intérieur du bâtiment[75]. La société a été fondée en 2018 avec un capital de seulement 25 000 €, dont la moitié a été versée par Schulte, l'autre moitié par Meta Holding GmbH Davos (Suisse)[76], qui au moment de la fondation avait un capital de 2 000 CHF, aujourd'hui porté à 20 000 CHF, dont Perrin contrôle la majorité, tandis que la part minoritaire appartient à l'architecte Peter Bitschin[77]. Vallor fait partie d'un groupe de sociétés, dont la plus importante est Zentraldepot AG Berlin - qui est donc la société qui gère le commerce d'art à Meiningen, et dont les bénéfices sont réinvestis par Vallor Assets GmbH Berlin[78].

Pour améliorer son image, Vallor Development construit 96 appartements pour les retraités[79]. Bien que Vallor's soit présenté comme le seul entrepôt de ce type en Allemagne[80], il existe une société de logistique, Hasenkamp Holding GmbH, qui propose des services de stockage hors taxes pour les objets d'art pour une durée illimitée à Berlin, Dresde, Düsseldorf, Francfort, Hambourg, Cologne, Munich et Stuttgart[81], tandis que Philoro est présent dans presque toutes les grandes villes de la République fédérale[82].

À Meiningen, Zentraldepot GmbH propose le stockage de marchandises dans des entrepôts partagés ou privés, ainsi qu'un espace dédié à l'exposition d'œuvres[83]. Nicolas Perren, qui, en tant que Suisse, connaît bien la réputation controversée des Entrepôts, affirme que le site de Meiningen est un entrepôt auquel les autorités douanières ont accès - tout dans les règles, donc[84]. Le 22 février 2022, le Zentraldepot est pointé du doigt comme un exemple de pratiques opaques par la députée Janine Wissler (Die Linke)[85]: en Allemagne, déplore Mme Wissler, il n'y a aucune obligation pour les Entrepôts d'enregistrer le propriétaire réel des marchandises, il n'y a pas de limite de temps pour le stockage, et le transfert de propriété est autorisé pendant que les marchandises sont stockées - ce qui fait de ces lieux un fourrage potentiel pour le blanchiment d'argent et la fraude fiscale[86]. Sa dénonciation a occupé les pages des journaux pendant quelques jours, puis plus rien. Quant à ceux qui ont financé Perren et Schulte, qui avec un capital total de même pas 100 000 € auraient acheté une villa médiévale, plus des terrains pour les retraités et qui sait quoi encore, cela reste un secret.

Royaume-Uni et États-Unis

La Grande-Bretagne a accueilli sept entrepôts entre 1984 et 2012, puis a décidé de les fermer en raison des lois adoptées par l'Union européenne, qui ont réduit la compétitivité des entrepôts de l'UE face à la concurrence internationale[88]. Après le Brexit, un débat s'est engagé au Royaume-Uni sur la relance des entrepôts, et en 2020, sept licences ont été accordées : East Midlands Airport, Felixstowe et Harwich, Humber Region, Liverpool City Region, Plymouth, Solent, Thames et Teeside[89]. La législation britannique prévoit une simple description du bien, à l'exclusion d'informations plus détaillées[90]. Alors que les lois britanniques et européennes parlent explicitement des possibilités de blanchiment d'argent par le biais d'œuvres d'art déposées dans les Entrepôts, le gouvernement londonien ne fait aucune mention de cet aspect controversé du développement des Entrepôts. Considérant que le pays est, avec la Chine et les États-Unis, l'un des trois plus grands marchés de l'art au monde (le chiffre d'affaires est estimé à 12,7 milliards de dollars, soit 20 % du marché mondial[91])[92]. Le silence de Londres sur les risques des entrepôts laisse perplexe.

Aux États-Unis, où les zones de commerce extérieur (FTZ) ont été créées en 1934 pour favoriser la production commerciale et les investissements[93], il existe un Entrepôt dédié au monde de l'art : le Delaware Freeport, un entrepôt de 3345 mètres carrés offrant beaucoup d'espace, une sécurité de haut niveau, un contrôle constant des conditions de conservation des marchandises, une salle d'exposition raffinée[94], une confidentialité maximale sur les propriétaires réels des biens stockés et une exemption de droits de douane[95]. Fritz Dietl, propriétaire de Delaware Freeport, a ouvert l'établissement en 2015, au moment où éclatait le scandale autour des activités d'Yves Bouvier, offrant aux nombreux collectionneurs, galeristes et marchands d'art américains un Entrepôt à trois heures de route de New York et deux de Washington[96].

Le succès est au rendez-vous : à New York, une façon d'éviter de payer des droits de douane sur une œuvre d'art achetée lors d'une vente aux enchères est de confier l'expédition à l'Entrepôt à l'entité vendeuse (la maison de vente aux enchères dans l'exemple) ; de cette façon, l'acheteur ne prend physiquement possession du bien qu'une fois dans l'entrepôt - évitant ainsi d'assumer la responsabilité fiscale de l'utilisation de l'œuvre - où il peut enfin l'inspecter[97].

En février 2022, le département du Trésor américain a publié un rapport intitulé "Study of the Facilitation of Money Laundering and Terror Finance Through the Trade in Works of Art", dans lequel il ressort que les États-Unis ont également pris conscience du danger que représente la vulnérabilité du marché de l'art : la valeur élevée de nombreuses transactions, le recours fréquent à des sociétés écrans et à des intermédiaires pour acheter et vendre des œuvres, la culture de la confidentialité et la complicité des professionnels du secteur mettent en évidence les failles du système américain de lutte contre le blanchiment d'argent[98]. Les entrepôts sont explicitement mentionnés dans le rapport comme des vulnérabilités potentielles du système de contrôle[99]. Toutefois, le rapport se termine par une série de recommandations non contraignantes[100]. À court terme, aucune action concrète ne découlera donc de ces recommandations.

L'humiliation de l'œuvre d'art

La vie des Entrepôts n'est pas toujours rose. À cet égard, ARCIS, le premier entrepôt de la ville de New York, en est un bon exemple. Inaugurée en 2018, cette forteresse sans fenêtre, construite à Harlem par le géant de l'immobilier Cayre Equities Llc[102], est équipée des systèmes de sécurité les plus sophistiqués : les visiteurs doivent se soumettre à un scan de l'iris avant d'entrer dans le bâtiment, où ils sont soumis à d'autres contrôles[103]. L'installation d'une installation de stockage à la pointe de la technologie dans l'une des capitales mondiales de l'art semble annoncer un grand succès - pour un coût de 50 millions de dollars[104]. Mais les coûts élevés d'utilisation de l'installation sont un rocher : le Delaware est beaucoup moins cher[105]. Le 2 septembre 2020, ARCIS ferme définitivement ses portes[106].

Même lorsqu'elles ne sont pas utilisées pour soutenir des intérêts criminels, comme les cartels de la drogue sud-américains[107], ou pour échapper au paiement des impôts, les œuvres d'art stockées dans les Entrepôts soulèvent d'inévitables questions morales : les œuvres d'art ont tendance à se détériorer, et ces entrepôts sont construits pour empêcher cela. Mais tout cela éloigne l'art de sa finalité première : être admiré. Les peintures ou les sculptures du XVIe ou du XVIIe siècle sont passées de main en main dans de riches familles et n'ont que rarement été exposées dans un musée. Sinon, ils ne pouvaient être appréciés que par le propriétaire et ses invités. La financiarisation de l'art conduit à ce que les œuvres stockées dans les Entrepôts n'aient plus aucune valeur artistique[108]. Le caractère unique de l'œuvre et son invisibilité sont, pour les investisseurs, la meilleure garantie d'une appréciation future[109].

Mais nous en arrivons à la question principale : un artiste ne vit pas sans vendre, et chaque vente déprécie l'œuvre d'art. C'est le cas depuis des millénaires. Le capitalisme, avec ses règles d'offre et de demande, a aggravé les choses : un tableau a une valeur aussi fluctuante que le grain ou le zinc, mais liée non pas aux saisons et à l'utilisation industrielle, mais au sens esthétique de l'époque. Et l'époque dans laquelle nous vivons, malheureusement, s'enorgueillit d'humilier et de monnayer la beauté, la joie, l'humanité, la vie.

[1] https://www.turismofvg.it/fvglivexperience/visita-al-municipio-di-trieste-per-i-300-anni-del-porto-franco

[2] https://www2.helsinki.fi/en/researchgroups/a-global-history-of-free-ports/about

[3] Max Karl Feiden, „Franz Haniel & Cie. GmbH“. Haniel, Duisburg 1956, pag. 3-21; Pacini, Giulia "The French Emigres in Europe and the Struggle against Revolution, 1789-1814", French Forum No. 26, Paris 2001, pag. 113-115

[4] https://www.swissinfo.ch/ita/dossier-sulla-storia-del-contrabbando-tra-italia-e-svizzera/47237518 ; http://www.cicad.oas.org/cicaddocs/document.aspx?Id=3095

[5] https://egmontgroup.org/

[6] https://www.icj-cij.org/en/case/34

[7] https://swissgoldsafe.ch/de/weitere-informationen/leistungen-kunden-infrastruktur/zollfreilager/ ; https://philoro.de/filialen/zuerich ; https://swiss-safeguard.com/de/zollfreilager-zurich-flugahfen/

[8] https://philoro.de/filialen/virtuelle-filiale

[9] http://www.unionsverlag.com/info/title.asp?title_id=1357

[10] https://www.kendris.com/en/news-insights/2021/10/20/four-years-automatic-exchange-information-switzerland/#:~:text=Switzerland%20has%20implemented%20the%20global,has%20grown%20steadily%20to%20date.

[11] https://www.deutschlandfunk.de/panama-papiere-viele-bilder-werden-ueber-briefkastenfirmen-100.html

[12] https://www.abgeordnetenwatch.de/profile/lisa-paus/fragen-antworten/koennen-diese-zollfreilager-welche-zum-steuern-austricksen-und-zum-geldwaschen-benutzt-werden-koennen-nicht

[13] https://www.moneta.ch/zollbefreite-kunstaufbewahrung

[14] https://de.beincrypto.com/teil-i-interview-mit-analyst-walter-leonhardt-geldwaesche-freeports-und-scams/

[15] https://www.wayfair.com/decor-pillows/pdp/global-gallery-seated-man-leaning-on-a-cane-by-amedeo-modigliani-painting-print-on-wrapped-canvas-blga1881.htmlb

[16] https://www.ft.com/content/992dcf86-a250-11e4-aba2-00144feab7de

[17] https://www.nytimes.com/2013/05/13/arts/design/art-proves-attractive-refuge-for-money-launderers.html

[18] https://offshoreleaks.icij.org/nodes/10010842

[19] https://www.theartnewspaper.com/2020/01/09/new-evidence-cited-in-restitution-claim-for-panama-papers-modigliani

[20] https://www.deutschlandfunk.de/panama-papiere-viele-bilder-werden-ueber-briefkastenfirmen-100.html

[21] Oddný Helgadóttir, "The new luxury freeports: Offshore storage, tax avoidance, and ‘invisible’ art", Environment and Planning A: Economy and Space, 0308518X2097271. 10.1177/0308518X20972712, 2020, p. 3

[22] https://complianceconcourse.willkie.com/resources/anti-money-laundering-us-statute-of-limitations

[23] https://www.lexology.com/library/detail.aspx?g=e934a7e1-a8ad-496b-a80b-568effc1a5e3

[24] https://iclg.com/practice-areas/anti-money-laundering-laws-and-regulations/switzerland#:~:text=1.7%20What%20is%20the%20statute,1%20lit.

[25] https://iclg.com/practice-areas/anti-money-laundering-laws-and-regulations/united-kingdom

[26] https://de.beincrypto.com/teil-i-interview-mit-analyst-walter-leonhardt-geldwaesche-freeports-und-scams/

[27] https://www.artsy.net/article/artsy-editorial-freeports-operate-margins-global-art-market

[28] https://www.artsy.net/article/artsy-editorial-freeports-operate-margins-global-art-market

[29] https://www.independent.co.uk/independentpremium/long-reads/bouvier-affair-yves-dmitry-rybolovlev-art-corruption-scandal-monaco-a9266561.html

[30] https://naturallecoultre.ch/en/about/

[31] Sam Knight, “The Bouvier Affair”, The New Yorker, 8 February 2016

[32] https://www.bbc.com/news/entertainment-arts-38167501

[33] https://www.nytimes.com/2016/05/29/arts/design/one-of-the-worlds-greatest-art-collections-hides-behind-this-fence.html?_r=0

[34] https://www.swissinfo.ch/fre/des-tr%C3%A9sors-dans-des-entrep%C3%B4ts_ports-francs--les-coffre-forts-des-supers-riches/40487690

[35] https://www.nytimes.com/2017/10/27/arts/yves-bouvier-sells-his-geneva-based-art-storage-company.html)

[36] https://www.artrights.me/en/the-king-of-the-free-ports-yves-bouvier/; https://www.brookings.edu/essay/shanghais-dynamic-art-scene/

[37] https://news.artnet.com/art-world/le-freeport-west-bund-282939 ; https://www.dnb.com/business-directory/company-profiles.euroasia_investment_sa.45ab3b41fd994a233cdd1f934c766e59.html

[38] https://www.nytimes.com/2016/05/29/arts/design/one-of-the-worlds-greatest-art-collections-hides-behind-this-fence.html?_r=0

[39] https://www.reuters.com/article/uralkali-idUSLDE65D05U20100614

[40] https://www.spiegel.de/international/world/as-monaco-dmitry-rybolovlev-and-his-influence-in-monaco-a-1238822.html

[41] https://www.artnews.com/art-collectors/top-200-profiles/dmitry-rybolovlev/

[42] Sam Knight, “The Bouvier Affair”, The New Yorker, 8 February 2016

[43] https://www.spiegel.de/international/world/as-monaco-dmitry-rybolovlev-and-his-influence-in-monaco-a-1238822.html

[44] https://www.nytimes.com/2017/11/15/arts/design/leonardo-da-vinci-salvator-mundi-christies-auction.html

[45] https://www.nytimes.com/2017/12/06/world/middleeast/salvator-mundi-da-vinci-saudi-prince-bader.htm

[46] https://news.artnet.com/art-world/dmitry-rybolovlev-yves-bouvier-366572

[47] Alexandra Bregman, "The Bouvier Affair: A True Story", Alexandra Bregman, 2019, p.178

[48] https://www.davideferro.com/blog1/2021/9/26/cratere-di-eufronio-con-scene-di-palestra

[49] https://news.artnet.com/art-world/yves-bouvier-declares-total-victory-dmitry-rybolovlev-2010315

[50] https://inews.co.uk/culture/arts/how-argument-450m-da-vinci-painting-exposed-grubby-world-art-dealing-1048872

[51] https://delano.lu/article/bouvier-on-the-rebound-freepor

[52] https://newrepublic.com/article/147192/modern-art-serves-rich

[53] https://itsartlaw.org/2020/11/03/behind-closed-doors-a-look-at-freeports/

[54] https://traffickingculture.org/encyclopedia/case-studies/giacomo-medici/

[55] https://traffickingculture.org/case_note/euphronios-sarpedon-krater/

[56] https://www.nytimes.com/2008/01/19/arts/design/19bowl.html

[57] Peter Watson and Cecilia Todeschini, "The Medici Conspiracy", Public Affairs, 2007, p. 19

[58] Peter Watson and Cecilia Todeschini, "The Medici Conspiracy", Public Affairs, 2007, pp. 19-20

[59] Vernon Argento, "The Lost Chalice", HarperCollins, 2009, pp. 180-81

[60] Vernon Argento, "The Lost Chalice", HarperCollins, 2009, pp. 175-76

[61] Vernon Argento, "The Lost Chalice", HarperCollins, 2009, p. 192

[62] Peter Watson and Cecilia Todeschini, "The Medici Conspiracy", Public Affairs, 2007, p. 107

[63] https://www.adnkronos.com/Archivio/AdnAgenzia/2005/11/15/Cronaca/ARCHEOLOGIA-CASO-MUSEO-GETTY--GIACOMO-MEDICI-SPERO-NEL-PROCESSO-DAPPELLO_091951.php ; https://www.civonline.it/2012/05/30/traffico-di-reperti-archeologici-condannato-giacomo-medici/

[64] https://www.antiquestradegazette.com/news/2009/it-s-business-as-usual-says-freeport-as-eu-brings-law-change-in-geneva/

[65] https://www.deutschlandfunk.de/zollfreilager-in-meiningen-banksafe-fuer-grosse-kunst-100.html

[66] https://news.artnet.com/art-world/trove-looted-antiquities-belonging-disgraced-dealer-robin-symes-found-geneva-freeport-418157

[67] https://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/switzerland/12134541/Disgraced-British-art-dealers-priceless-treasure-trove-discovered-hidden-in-Geneva.html

[68] https://news.artnet.com/market/switzerland-freeport-regulations-367361

[69] Katie L. Steiner, "Dealing with Laundering in the Swiss Art Market: New Legislation and its Threat to Honest Traders", 49 Case W. Res. J. Int'l L. 351 (2017), p. 368

[70] “Message concernant la modification de la loi sur les douanes”, FF 2015, p. 2667

[71] https://money.cnn.com/2014/04/08/news/economy/freeports-art-luxury/index.html?iid=EL

[72] https://www.economist.com/briefing/2013/11/23/uber-warehouses-for-the-ultra-rich

[73] https://news.artnet.com/market/delaware-freeport-tax-haven-341366

[74] https://www.welt.de/kultur/article166951654/Deutschland-bekommt-sein-erstes-Zollfreilager-fuer-Kunst.html

[75] Monika Roth, "Kunst und Geld - Geld und Kunst: Schattenseiten und Grauzonen des Kunstmarkts", Stämpfli Verlag, 2020, p. 196

[76] Vallor Development GmbH Berlin

[77] Peter Bitschin on Nexis

[78] Meta Holding GmbH Davos

[79] 2021.06.05 Neuer Wohnraum für Senioren

[80] https://www.deutschlandfunk.de/zollfreilager-in-meiningen-banksafe-fuer-grosse-kunst-100.html

[81] https://hasenkamp.com/de/fineart/kunstlagerung

[82] https://philoro.de

[83] https://www.zentraldepot.de/depots ; https://www.welt.de/kultur/article166951654/Deutschland-bekommt-sein-erstes-Zollfreilager-fuer-Kunst.html

[84] https://www.deutschlandfunk.de/zollfreilager-in-meiningen-banksafe-fuer-grosse-kunst-100.html

[85] https://www.linksfraktion.de/fraktion/abgeordnete/profil/janine-wissler/

[86] https://www.abgeordnetenwatch.de/profile/janine-wissler/fragen-antworten/koennen-diese-zollfreilager-welche-zum-steuern-austricksen-und-zum-geldwaschen-benutzt-werden-koennen-nicht

[87] https://www.widewalls.ch/magazine/delaware-freeport-fine-art-storage

[88] Matthew Ward, "The establishment of free ports in the UK", House of Commons Library, October 2018, p.3

[89] https://www.theguardian.com/uk-news/2021/mar/03/eight-free-ports-low-tax-zones-created-england

[90] https://www.gov.uk/government/consultations/freeports-consultation/freeports-consultation#chapter-3-customs chapter 3

[91] Clare McAndrew, "The Art Market 2020", Art Basel & UBS Report, 2020, p. 29

[92] Clare McAndrew, "The Art Market 2020", Art Basel & UBS Report, 2020, p. 19

[93] Liana Wong, "U.S. Foreign-Trade Zones: Background and Issues for Congress", U. S. Congressional Research Service, December 19th 2019, p. 7

[94] https://www.delawarefreeport.com/what-we-do

[95] https://www.barrons.com/articles/freeports-in-freefall-1448897379

[96] https://www.barrons.com/articles/freeports-in-freefall-1448897379

[97] https://news.artnet.com/market/delaware-freeport-tax-haven-341366

[98] "Study of the Facilitation of Money Laundering and Terror Finance Through the Trade in Works of Art", Department of the Treasury, February 2022, pp. 19-25

[99] "Study of the Facilitation of Money Laundering and Terror Finance Through the Trade in Works of Art", Department of the Treasury, February 2022, p. 18

[100] "Study of the Facilitation of Money Laundering and Terror Finance Through the Trade in Works of Art", Department of the Treasury, February 2022, p. 30

[101] https://www.thevintagenews.com/2018/03/06/valuable-stolen-paintings/?firefox=1

[102] http://www.ceqy.com/

[103] https://news.artnet.com/market/the-first-ever-freeport-in-new-york-is-a-super-high-tech-art-warehouse-1275194

[104] https://www.theartnewspaper.com/2020/09/03/manhattans-first-and-only-freeport-to-close

[105] https://news.artnet.com/market/the-first-ever-freeport-in-new-york-is-a-super-high-tech-art-warehouse-1275194

[106] https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-09-02/fortress-in-new-york-storing-million-dollar-art-to-shut-down?sref=NZW35ECu

[107] https://www.economist.com/briefing/2013/11/23/uber-warehouses-for-the-ultra-rich

[108] https://www.unclosed.eu/rubriche/sestante/esplorazioni/131-freeport-art.html

[109] https://www.e-flux.com/journal/71/60521/freeportism-as-style-and-ideology-post-internet-and-speculative-realism-part-i/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias