paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

71 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 févr. 2021

Hongrie: le régime tue la dernière radio libre

Cela se produira dimanche prochain à minuit. Sur la fréquence 95,3 de la modulation de fréquence, après presque un quart de siècle de liberté à Budapest, il va soudainement se calmer

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le tribunal hongrois, qui a accepté la plainte du régulateur des médias, a ordonné la révocation de la licence de Klubrádió, anéantissant ainsi la dernière voix critique contre le régime de Viktor Mihály Orbán[1]. Je dis cela avec douleur car je fais moi-même de la radio en Allemagne depuis tant d'années et j'en suis très fier. Je subis l'assassinat du projet hongrois comme une défaite personnelle : trente ans après la chute du mur de Berlin, la froideur de l'Europe de l'Est est à nouveau insupportable.

L'une des raisons de cette émotion explique l'un des fondateurs de Klubrádió, Oszkár Hegedűs : « Si vous vivez dans une société où vous devez toujours faire attention car vous ne savez pas qui écoute et vous pourriez être trahi par quelqu'un que vous considéré comme un ami, la radio est le symbole de la libération. Parce que c'est un dialogue qui protège aussi ceux qui parlent et disent ce qu'ils pensent vraiment. C'est quelque chose que vous faites par excellence par passion, pas comme métier et cela découle de la convergence de la passion de nombreuses personnes qui se retrouvent miraculeusement autour d'un micro et d'une antenne sans aucune planification, économique ou journalistique. La radio libre, si c'est le cas, n'a pas de ligne précise, mais c'est un oxymore continu, elle grandit et s'épanouit avec la dialectique et les contradictions »[2].

Carsten Rose, l'un des fondateurs de la seule radio libre de RDA, Radio FREI Erfurt, a une opinion similaire[3] : « Quand nous avons commencé, nous voulions juste avoir notre propre voix. Nous ne connaissions pas la radio, mais quand nous l'avons découverte, elle est devenue notre voix. Une voix intime que vous pouvez entendre dans la cuisine et la personne à qui vous parlez semble être dans la même pièce. De plus, jouer à la radio dans un diffuseur gratuit vous oblige à sortir de votre propre coquille, à apprendre, à vous comparer aux autres et à vous battre pour vos propres idées, et cela vous oblige souvent à clarifier d'abord ce que vous pensez vraiment »[4]. Effacer une radio libre signifie effacer une possible partie de nous, j'ajoute.

Le long voyage depuis Oszkár Hegedűs

Une dernière manifestation silencieuse du peuple et de la tristesse attend la décision du tribunal qui clôturera à jamais la  radio "Free as a Zebra", qui a personnifié la liberté d'expression en Hongrie pendant plus de vingt ans[5]

Comme l'explique Carsten Rose, la voix en elle-même est importante - c'est pourquoi la radio est un moyen, pas une fin. Il en va de même pour Klubrádió, né par hasard en 1998 lorsque le chaîne  public autrichien ORF a abandonné la radiodiffusion en Hongrie après une dizaine d'années en raison des très faibles résultats d'audience. Le HAC (Hongrois Automobile Club)[6] demande une licence pour la fréquence. Étrange bien sûr, mais ce n'est qu'un manteau pour le public - derrière HAC se trouve un groupe de passionnés, dirigé par le directeur du HAC Oszkár Hegedűs, un volcan d'idées ... quelqu'un qui, quelques heures après l'ouverture des frontières (1989), est parti et a pris le train pour Zurich.

Même sans titre de séjour, il travaille comme mécanicien à Waltenschwil, un village de 2 500 habitants dans la région d'Argovie, à 10 km à l'est de la capitale financière suisse. Avec l'argent qu'il a gagné, il a fondé HSM Hungaro-Swiss Management AG[7] et, en neuf ans, s'est enrichi grâce au commerce automobile, est retourné à Budapest, a fait carrière, est devenu directeur du HAC, puis a fondé Klubrádió avec ses amis de toujours[8].

La radio devient un succès impensable car elle est la seule voix libre en Hongrie et devient un terrain d'entraînement où les citoyens de la capitale rencontrent les politiciens de la SZDSZ (Alliance des démocrates et des libres). Le SZDSZ était le seul parti d'opposition à l'époque, au cours des dernières années du régime pro-soviétique fondé par le philosophe János Kis[9], fils charismatique d'une victime à Auschwitz. Un parti qui, après la fin de l'Union soviétique, s'est concentré sur une campagne axée sur la liberté et la résurrection des intellectuels[10], et a obtenu près de 20% des voix lors des premières élections libres hongroises[11].

L'enthousiasme de Hegedűs et de Kis se heurte immédiatement au problème de toutes les radios libres : l'argent. Carsten Rose explique : « Jusqu'à ce que l'Allemagne réunifiée fournisse des fonds pour soutenir des projets d'unification civique et d'autres fonds pour la radio gratuite, s'aventurer pour diffuser la radio était une entreprise très difficile. Heureusement, en Allemagne, et en particulier en Thuringe, nous avons appris au fil des années à défendre nos projets et à exercer une pression politique, de sorte que nous avons atteint un très haut niveau de sensibilisation de la population et du parlement »[12]. Sans licence pour une fréquence, avec des ressources vraiment amateurs et bâclées, on est obligé de faire autre chose pour vivre et ensuite dépenser chaque centime économisé pour faire fonctionner la radio.

Les garçons de Radio FREI ont découvert un certain nombre de systèmes étonnants au cours des années héroïques de la réunification immédiate : ils ont reçu une licence pour restaurer un ancien moulin abandonné à bas prix et y ont travaillé comme agriculteurs[13]. De temps en temps, ils revenaient à Erfurt pour diffuser ou pour des initiatives pleines de folie heureuse. Un exemple: Erfurt est traversé par la Gera, qui est à moins d'un mètre de profondeur derrière la mairie. Les gars de Radio FREI réparent une chaise et l'utilisent pour transporter les touristes à travers le fleuve. En coopération avec le syndicat, ils proposent des formations complémentaires[14]. On ouvre un centre jeunesse pour la musique et la littérature[15]. Ils ont créez un groupe de musique qui a fait des tournées en Allemagne et en Suisse pendant des années et a joué les ballades politiques de la RDA[16].

András Arató et la naissance du groupe Obidos

Janvier 1995: Co-fondateurs de Radio FREI, Steffen Müller (à gauche) et Paolo Fusi (à droite) sur la cour couverte de neige de la coopérative agricole Burgmühle Haina - Janvier 2019: Carsten Rose lors de son émission radio

En Italie, nous avons eu des années glorieuses de développement de la radio gratuite, et nous en avons encore avec nous dont les souvenirs ont survécu à travers les années et les générations - Radio Radicale, Radio Popolare, Radio Onda Rossa, Radio Aut, Radio Alice, euh pour n'en citer qu'un quelques-uns des plus célèbres. Il nous est difficile d'imaginer ce que signifie se battre pour une radio pirate à la fin de l'hégémonie soviétique. La vie de tout le monde était en crise, tout était soudainement remis en question : sentiments de culpabilité, de désorientation, d'incertitude sur l'avenir, peur d'être rabaissé par un Occident sarcastique et paternaliste - ces sentiments régnaient partout.

Peu de temps après la réunification, un de mes chers amis a décidé de quitter Berlin, où il travaillait pour un quotidien avant et après la fin de la RDA pour rédiger un reportage sur Radio FREI. Pendant les années de la dictature, comme de nombreux journalistes, il s'était mis d'accord avec le régime et avait été espionné par des amis. Ce soir-là, lorsqu'il prit le train pour Erfurt, il eut une discussion informative à ce sujet avec sa femme. Ils se racontaient ce qu'ils n'avaient pas eu le courage de se dire depuis près de vingt ans et deux enfants. Quand il est rentré chez lui quatre jours plus tard avec un magnétophone rempli des voix des garçons de Radio FREI, il a trouvé la maison vide. La famille ne pouvait pas supporter la vérité, la femme était partie.

Dans les premières années de Klubrádió à Budapest, la situation était similaire : la vie du projet est pleine de controverses, de difficultés, d'espoirs et de souffrances d'une génération de Hongrois qui, plus de 30 ans après l'invasion des chars russes, se sont retrouvés. maîtres de leur propre destin sans savoir quoi en faire[17]. Marty Rubin écrit: « Tout ce que la bougie sait, elle l'a appris dans le noir »[18], et c'est ainsi que cela s'est passé pour Klubrádió.

Une fois la licence accordée pour la fréquence, HAC a décidé de se débarrasser de la radio et a vendu les droits à une nouvelle société, Monograf RT Budapest[19], fondée et contrôlée par l'ingénieur électricien András István Arató. Pendant le régime, Arató a travaillé comme électricien dans la ville historique de Kőszeg à la frontière avec l'Autriche. Puis, à 45 ans, en 1990, il ouvre le premier blog politique hongrois et devient riche et célèbre - par exemple en travaillant comme témoignage de campagne publicitaire pour Coca-Cola ou en tant que DJ et animateur radio sur la chaîne hongroise de la chaîne allemande. Groupe RTL[20].

Et maintenant?

András Arató montre les autocollants de Klubrádió, son masque symbolise non seulement la défense contre la pandémie, mais aussi le bâillon imposé par le régime[21]

Puisque le pouvoir politique en Hongrie n'a pas l'intention d'aider la radio, Arató transforme Klubrádió en une radio commerciale qui diffuse à l'échelle nationale tout en garantissant l'indépendance et la liberté de ceux qui prennent le micro. Une chose qu'Orbán ne supporte pas et qui se bat mètre par mètre depuis des années: resserrer le traitement fiscal, révoquer la licence pour la radiodiffusion nationale et maintenant annuler complètement la licence pour la fréquence. Il n'y avait rien à faire: pas même le fait que 25% du capital du groupe Obidos aient été vendus à un groupe britannique, BritMedia[22], n'a rien fait pour contenir la colère d'Orbán. Arató a déjà annoncé que Klubrádió continuerait d'être sur Internet, sachant que l'audience sera extrêmement limitée.

Carsten Rose déclare : « Nous devons nous demander si la radio au sens classique du terme existe toujours. Je pense que la technologie a complètement changé et que la numérisation a rendu la radiodiffusion traditionnelle superflue. Tout est numérique maintenant. Mais le sens, la nature, l'âme de la radio sont préservés, et c'est ce dont vous avez besoin, peu importe comment et à combien elle est transmise : L'avenir de la radio est celui d'un média polymorphe et intégré qui ne consiste pas seulement en sons, mais se compose également de contenu visuel et de texte »[23].

De cette manière, Klubrádió existera tant qu'il y aura des gens en Hongrie qui en auront besoin. Tout comme moi, qui écrit ces notes et chante à haute voix les lignes d'Eugenio Finardi: « Si une radio est gratuite, mais vraiment gratuite, je l'aime encore plus car elle libère l'esprit »[24]. Je suis tellement désolé quand je raconte cette énième triste affaire comme si elle me concernait personnellement parce que je la vis comme une question existentielle - comme un fait émotionnel. Pour paraphraser le plus grand poète italien, Giorgio Gaber, et pour mettre le diffuseur hongrois (et Peppino Impastatos Radio Aut) sur le piédestal d'une histoire d'amour : c'est la liberté, Maria; la révolution, Maria; Vietnam et Cambodge, Maria : la réalité.

[1] https://www.ilsecoloxix.it/mondo/2021/02/09/news/klubradio-spegne-i-segnali-l-ungheria-silenzia-l-ultima-voce-libera-1.39880997

[2] Conversazione telefonica del 10 febbraio 2021

[3] https://www.radio-frei.de/index.php?iid=chronik&pPAGE=2&ksubmit_show=Artikel&kartikel_id=3662

[4] Conversazione telefonica del 10 febbraio 2021

[5] https://www.huffingtonpost.it/entry/sara-spenta-klubradio-lultima-radio-indipendente-in-ungheria_it_6022a684c5b6173dd2f9abc1

[6] https://index.hu/belfold/hirek/241280/

[7] HSM Hungaro-Swiss Management AG Waltenschwil

[8] http://kreativ.hu/cikk/klubradio___ismert_uzletemberek_vettek_at/index.php

[9] https://www.nytimes.com/1990/03/25/world/upheaval-east-democratically-evolving-hungary-heads-into-unknown-polls-today.html?pagewanted=all

[10] https://www.youtube.com/watch?v=MYLFAvRBSDg

[11] https://www.youtube.com/watch?v=8ji7i_HZ3EY

[12] Conversazione telefonica del 10 febbraio 2021

[13] https://www.hofkaeserei-haina.de/ ; https://www.radio-frei.de/index.php?iid=chronik&pPAGE=2&ksubmit_show=Artikel&kartikel_id=3679

[14] https://www.radio-frei.de/index.php?iid=chronik&pPAGE=2

[15] https://www.radio-frei.de/index.php?iid=chronik&pPAGE=2&ksubmit_show=Artikel&kartikel_id=3678

[16] https://www.youtube.com/watch?v=ivBULy6VSB8 : da sinistra a destra: Steffen Müller, Carsten Rose, Paolo Fusi

[17] Laszlo Contler, “Ласло Контлер. История Венгрии. Тысячелетие в центре Европы” (A History of Hungary), Весь мир , Moscow 2002; Marcia A. Weigle, Jim Butterfield, “Civil Society in Reforming Communist Regimes: The Logic of Emergence”, in “Comparative Politics”, vol.25 No.1, City University of New York, New York 1992, pages 1-23

[18] https://aforisticamente.com/laforisma-negli-stati-uniti-marty-rubin/

[19] Obidos Group in Budapest

[20] https://www.vaol.hu/kozelet/koszegen-szuletett-memes-vilagsztar-lett-belole-hide-the-pain-harold-2584154/ ; https://www.independent.co.uk/arts-entertainment/interviews/hide-pain-harold-meme-gif-interview-model-real-name-arato-andras-thumbs-stock-photo-a7835076.html ; https://onbrands.hu/marka-es-trend/2019/09/reklam/a-coca-cola-hazai-reklamarca-lett-hide-the-pain-harold ; https://hvg.hu/kultura/20200308_Arato_Andras_azaz_Hide_The_Pain_Harold_volt_az_RTL_Klub_Szornyecskeje ; https://www.ted.com/talks/andras_arato_how_the_internet_made_me_into_a_meme/transcript

[21] https://www.france24.com/en/europe/20210210-hungary-s-leading-independent-radio-station-loses-broadcast-license

[22] 2016.05.20 BritMedia in Hungary

[23] Conversazione telefonica del 10 febbraio 2021

[24] https://www.youtube.com/watch?v=BYxqLde3Rno

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Journal — Gauche(s)
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — Éducation
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua