Entre rêve et espoir : le projet de la Grande Muraille Verte

Ce sont des images de la même région du sud de la Libye, telle qu'elle était à l'époque où l'Empire romain combattait les Carthaginois, et telle qu'elle est aujourd'hui. Deux planètes différentes et apparemment irréconciliables.

01

Mais ce n'est pas le cas : le Sahel est devenu le Sahara (un désert) parce que la forêt tropicale qui le recouvrait a été envahie par l'homme, qui a utilisé en quelques centaines d'années tout le bois (pour les bâtiments et les armes), toute l'eau (pour l'irrigation), tout le gibier (pour une population nomade croissante qui méprisait les tribus plus évoluées qui s'étaient sédentarisées et s'étaient consacrées à l'agriculture). Aujourd'hui encore, le Sahara s'étend de 10 % par siècle et, si rien n'est fait pour l'arrêter, dans deux siècles, il anéantira même les cultures et les établissements humains de la côte d'Afrique centrale[1]. Pour une fois, au moins, l'humanité ne reste pas les bras croisés en attendant la catastrophe.....

Le Sahel a l'image d'une terre damnée : famine, djihadisme, guerres tribales, coups d'État, trafic d'armes, de drogue et d'êtres humains, une horreur sans fin, due aussi à la misère et aux conditions extrêmes dans lesquelles on vit dans ou autour d'un désert. Sur le plan politique, de petits progrès ont été réalisés, grâce à l'émergence d'une conscience démocratique chez les jeunes générations, mais la crise humanitaire ne montre aucun signe de ralentissement, bien au contraire : 135 millions de personnes vivent aujourd'hui au Sahel[2], un chiffre qui devrait doubler d'ici 2050 et atteindre 670 millions à la fin du siècle[3]. Un quart des habitants meurt de faim et de soif ; le nombre de près de 2 millions de personnes déplacées augmente à mesure que la famine et le conflit armé s'intensifient[4]; 176 000 réfugiés sans avenir vivent depuis des années dans des camps de concentration au bord du désert[5].

Tout cela peut changer en un temps étonnamment court : la FAO (l'agence des Nations unies qui s'occupe de l'agriculture et de la faim dans le monde) a mis en route un vaste projet, appelé la Grande Muraille Verte, qui vise à ramener, d'ici vingt ans, l'eau, la forêt et le gibier dans la plus grande zone désertique de la planète, en restaurant la vie et l'espoir, et en contribuant ainsi positivement à l'équilibre global de la planète Terre.

Destination Sahel : là où se joue l'avenir de la planète

Le Sahel, autrefois terre de prairies et de forêts tropicales, foyer de vastes empires commerciaux et de cultures qui furent ensuite détruites par des guerres tribales, est aujourd'hui une terre sablonneuse parsemée de rochers, divisée (géographiquement et culturellement) entre le Sahara sec au nord et les savanes plus fertiles au sud. Il y a 4000 km qui partent du Sénégal, sur la côte atlantique, et traversent la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, l'Algérie, la Libye, le Niger, le Nigeria, la République centrafricaine, le Tchad et le Soudan, jusqu'à l'Érythrée, l'Éthiopie et la Somalie sur les côtes de la mer Rouge.

Les problèmes de la région sont dramatiquement liés entre eux. Les royaumes médiévaux ont été remplacés par des empires coloniaux européens, et la fin du colonialisme a réunifié artificiellement des territoires habités par des groupes ethniques en guerre les uns contre les autres depuis des siècles. L'absence de sentiment national empêche la naissance d'États-nations modernes dotés d'un fort sentiment d'identité et d'appartenance de leurs citoyens.

Chaque tribu ne pense qu'à son propre présent, et l'idée de construire des infrastructures (logements fonctionnels, éducation, coordination économique et productive, soins de santé, aqueducs et canalisations) n'est pas majoritaire, mais résolument élitiste. Comme si cela ne suffisait pas, le changement climatique aggrave les conditions de vie, obligeant les populations à migrer, à se mélanger à d'autres groupes ethniques, favorisant les affrontements pour les rares sources d'eau ou les pâturages.

Les mécanismes qui accélèrent la désertification sont bien connus : outre la réduction des précipitations, qui a entraîné de longues et dramatiques périodes de sécheresse comme celle des années 70 et 80[7], et l'augmentation de la température[8], l'action directe de l'homme a contribué de manière significative à la destruction de l'écosystème. Pendant l'ère coloniale, l'agriculture et le pastoralisme ont été encouragés[9], entraînant la disparition d'équilibres sociaux anciens et consolidés[10] et détruisant des forêts entières pour faire place aux pâturages et aux cultures[11].

Ces cultures, qui sont pour la plupart des monocultures industrielles de multinationales, favorisent la désertification par l'énorme consommation d'eau et l'utilisation de composés chimiques qui empoisonnent les aquifères[12]. La coupe continue des arbres empêche la création de nouveaux aquifères et rend le sol instable pendant la saison des pluies[13]. Toutes ces choses sont bien connues aujourd'hui, mais il y a déjà un siècle, elles étaient au centre du combat héroïque d'un précurseur, Richard St. Barbe Baker.

Le rêve fou et merveilleux de Richard St. Barbe Baker

Si vous pensez que l'environnementalisme est une chose moderne, vous avez tort : les premiers écologistes étaient déjà actifs il y a plus de 5000 ans[15]. L'une des premières rébellions de ceux que l'on peut sans aucun doute assimiler aux écologistes modernes est celle des Bishnoïs hindous de Khejarli, massacrés par le Maharaja de Jodhpur en 1720 pour avoir tenté de protéger la forêt que le Maharaja voulait abattre pour y construire un palais[16]. En 1739, Benjamin Franklin et d'autres habitants de Philadelphie ont adressé une pétition à l'Assemblée de Pennsylvanie afin de faire cesser le déversement de déchets et de faire disparaître les tanneries du quartier des affaires de la ville[17]. A partir de là, les mouvements locaux se multiplient partout.

Le scientifique Richard St. Barbe Baker, cependant, se distingue des autres. Très jeune, il a embrassé la foi bahá'íe, une religion monothéiste qui accorde une grande attention à l'équilibre entre l'homme et l'environnement – une vision du monde qu'il a apprise de sa famille, des agronomes avant l'heure[18]. Il appelle les arbres ses amis : sa biographie nous apprend qu'il a personnellement planté 26 milliards d'arbres dans le monde[19].

Depuis 1920, il travaille comme garde forestier dans les colonies britanniques d'Afrique et est conservateur adjoint des forêts au Kenya[20]. Il sent qu'une dévastation est en cours et que l'encouragement à grande échelle de l'agriculture et du pastoralisme a un impact extrêmement négatif sur l'équilibre de l'écosystème : les forêts vierges se réduisent rapidement, ce qui rend impossible la conservation des réserves d'eau par la terre[21].

La seule solution possible est la reforestation : au début, il n'obtient que la collaboration des guerriers Kikuyu, et en 1922, il lance avec eux un projet de reforestation, sans tenir compte de la puissance coloniale anglaise[22]. C'est le début d'un parcours personnel fascinant : en 1924, Baker fonde l'organisation Men of the Trees, qui se répand dans de nombreux pays sous le nom de International Tree Foundation[23]. C'est un projet que tout le monde a compris et partagé, notamment les indigènes, par ailleurs si peu enclins à accepter les leçons de l'homme blanc.

En 1952, Baker a dirigé la première expédition de l'Université du Sahara, couvrant environ 14 500 km d'Alger au Kilimandjaro, afin d'analyser l'avancée du désert et de développer des stratégies pour arrêter son expansion[24]. Sa première idée reste confirmée : l'avancée du désert ne peut être stoppée qu'en créant un "front vert" d'arbres, long de 6 400 kilomètres et large de 48 kilomètres, le long des contreforts sud du Sahara[25].

Baker a passé le reste de sa vie à mener d'épuisantes négociations diplomatiques avec les chefs d'État de 24 pays, à la recherche d'un soutien concret pour son projet. Il est mort en 1982 sans avoir vu la ligne d'arrivée, mais en ayant sans doute le mérite d'avoir profondément changé l'attitude et la conscience des Africains et d'avoir lancé des projets locaux en utilisant des techniques qui sont encore utilisées aujourd'hui. Son projet cyclopéen et visionnaire de "front vert" ne meurt donc pas avec lui[26].

La Grande Muraille Verte

En Algérie, dans le sillage des expériences de Baker, le projet de "barrage vert" a été lancé dans les années 1970 dans le but d'atténuer les effets de la désertification dans le Sahara[28]. L'approche est pleine de bonne volonté, mais aussi d'erreurs, comme les expulsions pour la plantation ou l'utilisation d'arbres monospécifiques, des actions qui entraînent des tensions sociales : les résultats ne sont pas enthousiasmants, alors la méthode change progressivement, enrichie par des procédures de plus en plus avancées, comme l'utilisation de différentes espèces d'arbres à adapter à la géographie du lieu et une planification sociale et politique plus attentive[29].

En 1978, la Chine a décidé d'arrêter l'expansion du désert de Gobi – un quadrilatère de plus de 4000 km de long sur près de 1000 km de large. Le projet, appelé "Programme forestier des trois abris du Nord"[30], a été rebaptisé "Grande Muraille Verte" par le président de l'époque, Deng Xiaoping : il s'agit d'un système agricole, pastoral et forestier intégré qui tient également compte du développement social et de la création d'infrastructures – un plan ambitieux, qui doit être achevé d'ici 2050 et qui, malgré quelques erreurs de parcours, doit être considéré comme un succès[31].

C'est de là que la FAO tire l'idée de la reforestation en Afrique. Il a été mentionné pour la première fois (officiellement) lors du 7ème Sommet de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens (CEN-SAD), qui s'est tenu les 1er et 2 juin 2005 à Ouagadougou (Burkina Faso). Le président nigérian de l'époque, Chief Olusegun Obasanjo, soutenu par le président sénégalais Abdoulaye Wade, a décidé de lancer un projet intitulé "Initiative de la Grande Muraille Verte du Sahel et du Sahara" (GGWSSI), présenté par la suite au 5e sommet ordinaire de l'Union africaine en juillet 2005 à Syrte, en Libye[32].

L'idée d'endiguer la désertification par la mise en valeur et le réaménagement des terres ne consiste pas seulement à planter de nouveaux arbres, mais aussi à intégrer les projets locaux individuels aux mesures visant à rendre les zones inhabitées à nouveau habitables, à revitaliser l'utilisation des sols, de l'eau et des ressources forestières, au développement pastoral, à la production agricole et à l'intégration du genre dans le développement[33]. L'initiative a été applaudie par les différents gouvernements de Djibouti, d'Érythrée, d'Éthiopie, du Mali, de Mauritanie, du Burkina Faso, du Niger, du Sénégal, du Soudan et du Tchad, qui, avec le Nigeria, ont commencé à développer des actions locales : en juin 2006, lors d'un nouveau sommet CEN-SAD, une commission de spécialistes a été créée pour coordonner un suivi environnemental détaillé[34].

Le projet a rapidement pris forme. En janvier 2007, l'Union africaine, avec la déclaration 137/VIII[35], a officiellement lancé la mise en œuvre de la Grande Muraille Verte qui prévoit, avec le partage des 11 pays déjà actifs depuis le sommet de la CEN-SAD, une mise en œuvre rapide du projet original, étendu à 21 pays[36] et à de nombreux partenaires internationaux[37].

Apprendre de ses erreurs pour mieux repartir

Ce projet est un grand pas en avant pour l'environnementalisme : le désert n'est plus une "maladie", mais un écosystème qui contribue à la biodiversité et à la richesse de la Terre. Son expansion dépend de l'action humaine et des variations climatiques, et non d'une âme destructrice. Les plantations ne doivent pas être généralisées, mais effectuées dans des zones où l'agriculture et le pastoralisme sont avancés et l'héritage de noyaux sociaux organisés : ce n'est qu'alors que les bénéfices sont immédiats et impliquent la population locale.

Le processus de régénération est délicat, car il n'est pas possible de traiter les aspects biologiques sans tenir compte des aspects sociaux. En termes simples : le projet, aussi gigantesque soit-il, ne fonctionne que s'il parvient à convaincre les habitants de son utilité dans chaque village – une considération qui influence directement le choix des plantes à planter[39]. Le défi n'est pas seulement gagné en plantant de nouveaux arbres, mais aussi en sauvant la flore et la faune qui existent déjà et qui sont adaptées à chaque endroit[40].

Les échecs du passé, qui ont vu des hectares de nouveaux arbres détruits parce que le projet n'était pas intégré aux variations socio-économiques des réalités locales, ne doivent pas être répétés[41]. Par un accord entre les chefs d'État et de gouvernement du Burkina Faso, de Djibouti, de l'Érythrée, de l'Éthiopie, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Nigeria, du Sénégal, du Soudan, du Tchad, et sous l'égide de l'Union africaine, l'Agence panafricaine de la Grande Muraille Verte (AGMV) a été créée le 17 juin 2010[42]. Sa mission est de résumer les expériences du passé, d'en faire la synthèse, d'élaborer de nouvelles réponses et de trouver les fonds nécessaires à leur réalisation[43].

En 2012, la conférence des Nations unies sur le développement durable a inscrit l'économie verte à l'ordre du jour mondial. Il examine comment atténuer les effets du climat tout en défendant la biodiversité, et comment assurer la sécurité alimentaire de la population[44]. Le projet de la Grande Muraille Verte devient un ganglion stratégique de l'ONU et de la FAO, des fonds internationaux sont débloqués, et on travaille à sa mise en œuvre avec d'autres projets internationaux[45] tels que la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD), la Banque mondiale (BM), le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) et l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)[46].

En 2014, l'ONU a lancé le programme Action contre la désertification, une initiative du groupe des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) qui vise à reconquérir les terres arides et dégradées en Afrique, dans les Caraïbes et dans le Pacifique, et sera un partenaire clé de la Grande Muraille Verte[47]. Le programme est opérationnel depuis 2016 : la FAO, en collaboration avec la Commission de l'Union africaine, l'Union européenne, l'Organisation des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification et d'autres, allouera un budget de 41 millions d'euros pour le premier plan de restauration environnementale[48].

Bon mais pas génial – en fait mauvais

De nombreux progrès ont été accomplis depuis lors, mais les objectifs ambitieux promis, à savoir la restauration de 100 millions d'hectares de terres dégradées, l'élimination de 250 millions de tonnes de CO2 et la création de 10 millions d'emplois ruraux d'ici à 2030[50], n'ont pas été atteints.

En 2020, la moitié du temps prévu pour le projet s'est écoulé, mais seulement un décevant 4% a été réalisé[51]. 18 millions d'hectares de terres ont été rendus fertiles, 350 000 nouveaux emplois ont été créés et quelque 90 millions de dollars de revenus ont été générés[52]. Mais c'est contre plus de 200 millions de dollars investis et, donc, contre des pertes massives[53]. Il existe d'énormes différences entre les travaux réalisés par les différents États – en fonction, bien sûr, de la situation de guerre, sociale et politique de chaque pays. L'Éthiopie a commencé à reboiser plus tôt que les autres pays de la région, et elle est à l'avant-garde, ayant planté 5,5 milliards d'arbres sur 151 000 hectares de nouvelles forêts et 792 000 hectares de nouveaux champs[54]. Le Burkina Faso, quant à lui, n'a planté que 16,6 millions de plants et le Tchad 1,1 million, bien que ces deux nations aient reçu le plus de soutien financier[55].

L'aspect économique est central : on calcule que le coût moyen de la restauration de l'environnement en Afrique est de 440 dollars par hectare, mais pour les régions les plus souffrantes du Sahel, ce chiffre atteint 530 dollars[56]. Cela signifie que, pour aller de l'avant, entre 36 et 43 milliards de dollars seront nécessaires jusqu'en 2030 – mais jusqu'à présent, le projet n'a été financé qu'à hauteur de 206 millions de dollars, ce qui est absolument insuffisant pour atteindre les objectifs fixés[57].

Ensuite, il y a le problème de la gestion locale des fonds alloués : Salwa Bahbah, analyste de recherche chez Climatekos, la société chargée de rédiger le rapport de l'ONU, déclare : « Nous ne savons pas exactement où va l'argent et comment il est utilisé »[58]. Le rapport 2020 de la Banque mondiale indique que les pays qui reçoivent le plus d'aide internationale sont aussi ceux dont les hommes politiques possèdent le plus de dépôts bancaires dans les paradis fiscaux[59].

Il est bien établi que les États de la région du Sahel sont parmi les plus corrompus au monde. En outre, le Sahel regorge de groupes insurrectionnels et de rebelles islamiques, de groupes ethniques en guerre et de groupes criminels internationaux à la recherche constante de nouvelles ressources économiques, qui se mêlent désormais aux activités politiques et commerciales locales[60]. Il est difficile de déterminer dans quelle mesure ces éléments ont influencé le ralentissement de la mise en œuvre du projet de la GMV à ce jour, mais il est tout à fait probable qu'ils y ont contribué.

L'accélérateur de la Grande Muraille Verte

Les organisations internationales comprennent que le projet risque de sombrer et tentent de se réorganiser. Lors du One Planet Summit for Biodiversity du 11 janvier 2021, organisé par la France, les Nations unies et la Banque mondiale[62], est présenté le Great Green Wall Accelerator, une initiative qui vise à améliorer la collaboration entre les agences mondiales, les autorités nationales, les communautés locales et le secteur privé. La coordination est confiée au PAAGGW et, cette fois, il est doté d'un budget de 14,326 milliards de dollars[63].

Le président mauritanien Mohamed Cheikh Oud Ghazouani, à la tête de la PAAGGW, annonce avec enthousiasme : « Ce financement supplémentaire, associé à une nouvelle approche opérationnelle, contribuera à la réalisation en toute sécurité des objectifs de la Grande Muraille Verte »[64]. Parallèlement, des fondations privées, telles que la Fondation Bill & Melinda Gates et la Fondation Rockefeller, qui ont formé l'AGRA (Alliance pour une révolution verte en Afrique), ont également décidé de contribuer à des projets locaux individuels coordonnés par la FAO et le PAAGW[65].

Mais les ennemis du projet se sont préparés à tout saboter : les multinationales agricoles Monsanto et Yara ont lancé une campagne de presse, dans tous les pays africains, insinuant que derrière l'idée de la Grande Muraille Verte se cachent des intérêts commerciaux qui sont tout sauf transparents[66], et pendant ce temps, de manière voilée, ils répètent que les multinationales ont le contrôle mondial du marché des semences[67].

L'enjeu est d'une importance capitale : qui acquerra le contrôle et la propriété des terres récupérées et transformées du désert en terres agricoles – ces terres acquièrent une grande valeur commerciale et sont enlevées aux agriculteurs par la violence, la tromperie et les abus : il ne suffit pas de transformer du sable en jardin, il faut pouvoir le défendre, et ce détail ne fait (malheureusement) pas partie du projet de la FAO et de l'ONU, et les États nationaux impliqués n'ont pas la force de garantir quoi que ce soit.

Il est très inquiétant que, dans l'opinion publique, on ne sache rien de ce projet, qui est le plus grand projet de résurrection de la Planète. Comme si cela n'était pas arrivé ou n'intéressait personne – ou qu'il n'y avait pas, même en Occident, une majorité politique en faveur de la sauvegarde du Sahara (et, par conséquent, de l'atténuation des étés dans la région méditerranéenne, qui sont devenus intolérables ces dernières années. L'accélérateur de la Grande Muraille verte promet de s'attaquer à ce problème également. Nous espérons que les erreurs du passé nous ont appris quelque chose. Romantisme mis à part, on ne peut qu'être d'accord.

[1] https://e360.yale.edu/digest/the-sahara-desert-has-grown-10-percent-since-1920 ; https://journals.ametsoc.org/view/journals/clim/31/9/jcli-d-17-0187.1.xml?tab_body=fulltext-display

[2] https://www.prb.org/resources/demographic-challenges-of-the-sahel/

[3] https://www.prb.org/resources/demographic-challenges-of-the-sahel/

[4] https://www.voanews.com/africa/internal-displacement-sahel-tops-2-million-armed-conflict-intensifies

[5] https://dtm.iom.int/reports/west-and-central-africa-%E2%80%94-liptako-gourma-crisis-monthly-dashboard-14-25-february-2021

[6] https://thearabweekly.com/sahel-struggles-terror-poverty-and-climate-change

[7] https://news.globallandscapesforum.org/40544/as-the-sahel-dries-the-sahara-advances/

[8] https://www.oecd-ilibrary.org/docserver/5jlsmktwjcd0-en.pdf?expires=1624789394&id=id&accname=guest&checksum=4A7FDADF80192BD6650AB6F6E407F1BC “Climate Impacts in the Sahel and West Africa: The role of climate science in policy making” – West African Papers No. 02

[9] https://agritrop.cirad.fr/580714/7/Gautier_2016_Impacts_drought_responses_rural_populations_West_Africa.pdf “Impacts of drought and responses of rural populations in West Africa” – Denis Gautier, David Denis, Bruno Locatelli – 2016

[10] https://agritrop.cirad.fr/580714/7/Gautier_2016_Impacts_drought_responses_rural_populations_West_Africa.pdf “Impacts of drought and responses of rural populations in West Africa” – Denis Gautier, David Denis, Bruno Locatelli – 2016

[11] https://core.ac.uk/download/pdf/48835717.pdf “Environmental Impacts of Colonialism” – Lawrence Wood – 12/14/2015

[12] https://pubs.iied.org/sites/default/files/pdfs/migrate/9027IIED.pdf “Science, Use Rights and Exclusion: A History of Forestry In Francophone West Africa” – Jesse Ribot – 2002; https://e360.yale.edu/features/how-africas-big-water-projects-helped-trigger-the-migrant-crisis

[13] https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/2013WR015197 ; https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/ldr.3430 ; https://www.cifor.org/knowledge/publication/5996/

[14] https://bahaiteachings.org/the-man-of-the-trees-and-the-great-green-wall/

[15] https://www.greenpeace.org/international/story/11658/a-brief-history-of-environmentalism/

[16] https://www.greenpeace.org/international/story/11658/a-brief-history-of-environmentalism/

[17] https://www.newworldencyclopedia.org/entry/Environmentalism

[18] https://iefworld.org/cmpquotes.htm

[19] https://stbarbebaker.wordpress.com/2016/06/08/st-barbe-tributes/

[20] https://library.usask.ca/archives/campus-history/ocn/ocn_1dec1995-trees.php

[21] https://news.bahai.org/story/1292/

[22] https://news.bahai.org/story/1292/

[23] https://internationaltreefoundation.org/

[24] https://www.wildernessfoundation.co.za/news/st-barbe-and-the-incredible-journey

[25] https://www.wildernessfoundation.co.za/news/st-barbe-and-the-incredible-journey

[26] https://stbarbebaker.wordpress.com/2016/06/08/st-barbe-tributes/

[27] https://link.springer.com/article/10.1007/s10113-019-01481-z

[28] https://www.researchgate.net/publication/273286423_The_Green_Dam_in_Algeria_as_a_tool_to_combat_desertification ; https://www.ipcc.ch/srccl/chapter/chapter-3/ par. 3.7.2.2

[29] https://agritrop.cirad.fr/567880/1/document_567880.pdf “The African Great

Green Wall project” – R. Bellefontaine, M. Bernoux and other – I. Amsallem, Agropolis Productions, S. Jauffret, Ecological Consultant – Page 6 ; https://www.ipcc.ch/srccl/chapter/chapter-3/

[30] https://www.researchgate.net/figure/The-Three-North-Shelter-Forest-Program-TNRSF-in-northern-China-defined-also-by-green_fig1_303853110

[31] https://ecobnb.com/blog/2019/07/china-the-new-green-wall-which-will-stop-the-desert-advancing/

[32] http://www.grandemurailleverte.org/images/ENG_GGWI_ACHIEVEMENT-2011_2017.pdf

[33] https://africa-eu-partnership.org/sites/default/files/documents/090723_actionplan_ggwss_censad_ua_may08.pdf

[34] http://sdg.iisd.org/news/sahel-saharan-states-to-set-up-research-commissions/

[35] https://oau-aec-au-documents.uwazi.io/en/document/zbktxmf46v6t2miuv94cmcxr?page=2

[36] https://www.greatgreenwall.org/partners

[37] http://www.streetstore.it/templates/layout_1/index_1.php?callpage=cls&cls=654

[38] https://www.unep.org/news-and-stories/story/good-news-africas-great-green-wall

[39] https://www.smithsonianmag.com/science-nature/great-green-wall-stop-desertification-not-so-much-180960171/

[40] https://www.iied.org/sahelian-great-green-wall-start-local-solutions

[41] https://agritrop.cirad.fr/567880/1/document_567880.pdf 

[42] https://www.iucn.org/theme/ecosystem-management/our-work/global-drylands-initiative/gdi-projects/closing-gaps-great-green-wall-linking-sectors-and-stakeholders-increased-synergy-and-scaling

[43] https://web.archive.org/web/20130810082842/http://www.grandemurailleverte.org/gmv/donnees/Convention%20MIRAILLE%20EN%20ANGLAIS.pdf

[44] https://www.minambiente.it/pagina/conferenza-rio20-una-sfida-importante

[45] https://www.unccd.int/news-events/united-nations-releases-rio-plus-20-zero-draft-future-we-want ; https://wedocs.unep.org/bitstream/handle/20.500.11822/26095/AMCEN14_decisions.pdf?sequence=1&isAllowed=y

[46] https://catalogue.unccd.int/1551_GGW_Report_ENG_Final_040920.pdf

[47] http://www.fao.org/in-action/action-against-desertification/overview/en/

[48] https://knowledge.unccd.int/sites/default/files/inline-files/Biblio_Great_Green_Wall_research_Success_stories_news_science_media_projects.pdf

[49] https://www.unccd.int/news-events/great-green-wall-one-planet-summit-2021

[50] https://www.greatgreenwall.org/2030ambition

[51] https://www.theguardian.com/environment/2020/sep/07/africa-great-green-wall-just-4-complete-over-halfway-through-schedule

[52] https://catalogue.unccd.int/1551_GGW_Report_ENG_Final_040920.pdf

[53] https://catalogue.unccd.int/1551_GGW_Report_ENG_Final_040920.pdf

[54] https://www.theguardian.com/environment/2020/sep/07/africa-great-green-wall-just-4-complete-over-halfway-through-schedule

[55] https://www.theguardian.com/environment/2020/sep/07/africa-great-green-wall-just-4-complete-over-halfway-through-schedule

[56] https://catalogue.unccd.int/1551_GGW_Report_ENG_Final_040920.pdf

[57] https://catalogue.unccd.int/1551_GGW_Report_ENG_Final_040920.pdf

[58] https://www.theguardian.com/environment/2020/sep/07/africa-great-green-wall-just-4-complete-over-halfway-through-schedule

[59] https://documents.worldbank.org/en/publication/documents-reports/documentdetail/493201582052636710/elite-capture-of-foreign-aid-evidence-from-offshore-bank-accounts ; https://documents1.worldbank.org/curated/en/493201582052636710/pdf/Elite-Capture-of-Foreign-Aid-Evidence-from-Offshore-Bank-Accounts.pdf

[60] https://www.gtreview.com/magazine/volume-19-issue-2/great-green-wall-project-wall-worth-building/

[61] https://www.genesisarg.com/en/novedades/cumbre-one-planet-nuevos-compromisos-de-financiacion-dan-un-gran-impulso-al-acuerdo-de-paris/

[62] https://www.unccd.int/news-events/one-planet-summit-biodiversity

[63] https://www.greatgreenwall.org/great-green-wall-accelerator

[64] https://greenreport.it/news/aree-protette-e-biodiversita/one-planet-summit-impegni-concreti-per-proteggere-la-biodiversita-e-per-realizzare-aree-protette-a-mare-e-a-terra-e-ce-anche-litalia/

[65] https://allafrica.com/stories/202004080119.html

[66] https://leadersinwildlifeconservation.org/blogs/f/the-great-green-wall-in-africa?blogcategory=Threats

[67] https://www.dw.com/en/agriculture-seeds-seed-laws-agribusinesses-climate-change-food-security-seed-sovereignty-bayer/a-57118595

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.