paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

72 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 oct. 2021

Al-Shabaab : l'épée de Damoclès sur la Somalie

La Somalie est en proie à une guerre civile depuis plus de 30 ans. Les intérêts occidentaux et les intérêts opposés des chiites et des sunnites traversent son territoire, qui est divisé par des problèmes tribaux remontant à des milliers d'années.

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Kismayo, le cœur du Jubaland (sud de la Somalie), est un port stratégique. Hodan Nalayeh, une journaliste somalienne canadienne de la BBC, y vit, pour retrouver ses racines, son peuple. Kismayo et Jubaland font partie des zones les plus sûres de Somalie depuis qu'Ahmed Mohamed Islaam Madobe, qui était déjà responsable de l'Union des tribunaux islamiques en 2006, est devenu gouverneur en 2013[1]. Madobe a travaillé dur pour expulser de la région l'une des organisations terroristes les plus redoutées de tout le continent africain[2]: le Ḥarakat al-Shabāb al-Mujāhidīnal[3], connu simplement sous le nom d'al-Shabaab. Le groupe a été chassé de la région en septembre 2012, vaincu par une coalition menée par l'AMISOM (Mission de l'Union africaine en Somalie) en collaboration avec l'armée régulière somalienne[4].

Madobe a réussi à restaurer un semblant de tranquillité dans un pays meurtri par la guerre et la famine ; le djihad semblait avoir disparu, et avec lui la terreur. La population coopère activement, se soumettant à des contrôles très fréquents[5].  C'est dans cette atmosphère que le vendredi 12 juillet 2019, tard dans la soirée, de nombreux clients du prestigieux hôtel Asasey de Kismayo prennent un verre à des tables dans la cour, jusqu'à ce qu'une terrible explosion détruise le portail fermé de l'entrée principale. Les clients s'enfuient : quatre hommes armés pénètrent dans l'hôtel et se livrent à un massacre, qui dure 14 heures et se termine par l'élimination des assaillants, qui tuent 26 personnes, dont de nombreux étrangers, y compris Hodan Nalayeh elle-même, massacrée avec son mari, la première femme somalienne au monde à être propriétaire d'un journal[6]. Le signal est clair et fort : Al-Shabaab est de retour, apportant à nouveau la terreur à Kismayo et au Jubaland, comme déjà dans toute la Somalie (et pas seulement).

Les années des tribunaux islamiques

Al Shabaab est né en 2006 : à cette époque, les Tribunaux islamiques, apparus dans la première moitié des années 1990 en réponse à la vacance du pouvoir créée par l'implosion du régime de Siad Barre en 1991[8], dominaient une partie importante du sud du pays. Leur sphère d'influence était initialement limitée au territoire de Mogadiscio : le cheikh Ali Dheere a créé le premier tribunal islamique dans la capitale en 1993[9], suivi par d'autres après des succès contre la criminalité endémique. Les tribunaux, officiellement indépendants les uns des autres, font partie d'un même mouvement et agissent notamment dans le nord de la ville. Les tribunaux qui, depuis 1996, ont vu le jour dans la partie sud de Mogadiscio, sont fortement influencés par d'anciens membres de l'organisation terroriste Al Ittihad Al Islamiya (AIAI)[10] : il s'agit d'un groupe lié à Al-Qaïda, basé dans l'Ogaden, situé au sud-est de l'Éthiopie. C'est dans ces zones que l'AIAI a mené la plupart de ses attaques, avant d'être vaincue par l'armée éthiopienne ; la dissolution de l'AIAI a conduit certains de ses dirigeants à rejoindre les tribunaux islamiques[11].

Hassan Dahir Aweys, qui deviendra l'un des chefs du conseil de l'Union des tribunaux islamiques et, par la suite, le chef spirituel d'al-Shabaab, fonde un tribunal islamique dans la ville portuaire de Merca (70 km au sud-ouest de Mogadiscio) ; ce tribunal apparaît comme une plate-forme de l'islamisme djihadiste, Aweys ayant, en vertu de son passé dans l'AIAI, des contacts avec plusieurs jeunes Somaliens formés en Afghanistan[12]. L'un d'entre eux, Aden Hashi 'Ayro, est impliqué dans le meurtre de quatre travailleurs humanitaires, d'un journaliste britannique et d'un soldat de la paix somalien. La milice que dirige Ayro est connue sous le nom d'Al-Shabaab[13].

La faveur dont ils jouissent auprès de la population est due à leur capacité à assurer le maintien de l'ordre et le fonctionnement des équipements publics essentiels tels que les écoles et les hôpitaux : Les zones sous leur contrôle, qui s'étendent après 2000 au-delà de la capitale, jouissent d'une bien meilleure réputation que celles gouvernées par les seigneurs de la guerre qui[14], après la chute de Barre, ont déclenché la guerre civile : le Congrès somalien uni (USC), qui mène la lutte contre Barre, établit un gouvernement intérimaire avec Ali Mahdi Mohammed, ce qui déclenche des scissions parmi les différents groupes rebelles[15]. Parmi ceux-ci, le clan Habr Abgal du général Mohammed Farah Aidid émerge et prend le contrôle de la partie sud de Mogadiscio, tandis que la partie nord est sous le contrôle d'Ali Mahdi Mohammed[16].

C'est le début de la guerre : en mars 1992, la capitale a perdu 300 000 personnes, mortes de faim ou de maladie, tandis que le nombre de décès directement liés aux combats est d'environ 44 000[17]. La première mission humanitaire de l'ONUSOM est intervenue pour superviser la trêve négociée par les Nations unies entre Mahdi Mohammed et Farah Aidid, ainsi que pour créer des couloirs humanitaires utiles à la distribution de l'aide ; la mission, qui s'est terminée en décembre de la même année, a échoué dans ces deux objectifs[18]. L'échec est dû à la stratégie de l'ONU : le cycle de pourparlers "Conférence sur la réconciliation nationale en Somalie" (UNITAF, Addis Abeba, 1993)[19], a le grand démérite d'avoir légitimé les chefs de guerre présents (représentant les 15 factions en conflit), en les considérant comme les seuls capables d'arrêter les hostilités, au détriment des chefs de clan et des politiciens, également présents aux conférences[20].

L'UNITAF et l'UNOSOM sont également une source d'enrichissement énorme pour les seigneurs de la guerre. Dans la région de Mogadiscio, ils contrôlent la production de la plupart des biens et services : ici, les fonctionnaires et les employés de l'ONU et des ONG internationales louent des maisons, des voitures (souvent blindées et accompagnées de gardes du corps), paient des droits sur les cargaisons, sur les avions qui les transportent - et signent des contrats avec des entreprises locales. La plupart des services achetés par les fonctionnaires de l'ONU se trouvent dans la zone contrôlée par Mohammed Farah Aidid, officiellement leur ennemi[21]. Plus les seigneurs de la guerre gagnent de l'argent, plus ils recrutent des soldats, renforcent les liens avec les clans (par la corruption ou les menaces), versent des pots-de-vin - tout cela pour atteindre une position militairement hégémonique[22].

Le pouvoir des seigneurs diminue après le retrait de la mission UNOSOM 2 en mars 1995[24]. Leurs ressources financières réduites génèrent une perte constante de soldats, dont les services sont achetés par les membres de la nouvelle classe entrepreneuriale de Mogadiscio afin de créer des milices privées[25] ; de cette nouvelle classe provient le soutien de certains groupes islamiques qui s'organisent pour créer des îlots de sécurité, exerçant également des fonctions de gouvernement, dans la capitale et ses environs : les tribunaux islamiques[26].

Les tribunaux sont issus du pouvoir clanique de Mogadiscio ; ils servent certains sous-clans spécifiques appartenant au clan Hawiye (d'origine nomade, il est, avec le clan Darood, le plus grand et le plus puissant de Somalie[27]) et sont soutenus par la classe moyenne Hawiye de la capitale. Après les premiers succès dans le nord de la ville, les tribunaux commencent à se heurter à l'opposition d'Ali Mahdi (du sous-clan Abgaal, appartenant aux Hawiye), qui ordonne leur démantèlement[28]; dans le sud, l'expérience des tribunaux n'est réalisée qu'en 1996, en raison de l'opposition farouche du rival d'Ali Mahdi, le général Mohammed Farah Aidid (du sous-clan Habr Gedir, appartenant également aux Hawiye), fier ennemi de l'islamisme[29].

Cette année-là, Aidid meurt, laissant la voie libre à la création, en 1998, du premier tribunal islamique dans le sud de Mogadiscio par les Saleban (Habr Gedir[30]). L'année suivante, deux autres clans Habr Gedir, Ayr et Duduble, ont fondé leurs propres tribunaux ; contrairement à ceux du nord, ils sont liés au fondamentalisme islamique en raison de la présence d'anciens membres de l'AIAI [31]. Hassan Dahir Aweys (ancien colonel de l'armée somalienne ayant participé à la guerre de l'Ogaden en 1977[32]) participe à la création de la Cour Ifka Halane[33]. En 2000, plusieurs tribunaux islamiques du sud de la capitale se sont " consortés ", donnant naissance au Conseil des tribunaux islamiques, dont Aweys est devenu le seigneur, laissant Hassan Mohmmed Addeh, chef du tribunal d'Ifka Halane, comme chef officiel du conseil ; les clans, en unissant leurs milices, sont le premier groupe non contrôlé par les seigneurs de la guerre à disposer d'une force armée substantielle[34].

Selon l'universitaire Robrecht Deforche, la Somalie a une tradition de divisions qui ne peut être effacée par le nationalisme. La structure unilinéaire et patriarcale des clans a toujours été un élément de division, prévalant sur les éléments unificateurs, tels que l'appartenance à un même groupe ethnique et linguistique ou la foi religieuse commune[35]. Depuis le début de la période post-indépendance, la corruption et le népotisme sont la marque de fabrique de l'ingérence des clans dans la politique somalienne ; après la chute de Siad Barre, les conflits ont explosé avec une violence sans précédent, suscitée par le vide du pouvoir : la société s'est rassemblée autour du clan auquel elle appartenait, contribuant ainsi à déclencher la spirale de la violence qui a conduit à la dévastation du pays[36].

La création d'un substrat commun, élément clé d'un processus de pacification du pays, est tentée avec la création de gouvernements fédéraux - immédiatement délégitimés ; ainsi l'appartenance religieuse (les tribunaux) est exploitée pour répondre non seulement à la vacance du pouvoir, mais aussi à la corruption et aux divisions internes entre les clans[37]. Les tribunaux prospèrent donc : en 2003, Sharif Sheikh Ahmed relance la création de tribunaux islamiques dans le nord de Mogadiscio, démantelés en 1996 par Ali Mahdi, et fin 2004, tous les tribunaux sont réunis sous le nom d'Union des tribunaux islamiques[38], dont Sharif Sheikh Ahmed est le chef[39].

Le rôle d'Al-Qaïda

Fin 2002, la CIA (l'opération est dirigée par John Bennett, un vétéran de l'agence, futur chef du National Clandestine Service) entame une série de contacts avec les seigneurs de la guerre encore actifs à Mogadiscio et dans d'autres villes stratégiques, leur remettant des sommes d'argent considérables en échange de la capture des djihadistes cachés en Somalie[41]. La CIA pense que, protégés par l'AIAI, le Comorien Fazul Abdullah Mohammed, le Soudanais Abu Talha al-Sudani et le Kenyan Saleh Ali Saleh Nabhan pourraient trouver refuge dans le pays : les trois noms sont liés aux attentats de 1998 contre les ambassades des États-Unis à Nairobi et Dar es Salaam[42].

Fazul Mohammed est considéré comme le cerveau de ces attaques, et malgré les efforts des États-Unis pour le capturer, il est resté libre jusqu'à sa mort à un poste de contrôle des soldats du gouvernement fédéral de transition somalien le soir du 8 juin 2011, à la suite d'un échange de tirs avec les militaires[43]. Au moment de son assassinat, Fazul Mohammed était considéré comme le chef d'Al-Qaïda en Afrique de l'Est[44], une position qu'il avait acquise grâce à ses talents d'organisateur : outre les attentats de 1998, il avait planifié les attentats de Mombasa du 28 novembre 2002[45], au cours desquels l'hôtel Paradise appartenant à des Israéliens avait explosé, tuant dix Kenyans et trois Israéliens[46]. Au même moment, deux missiles SA-97 ont été tirés sur un Boeing 757 appartenant à la société israélienne Akria peu après son décollage de l'aéroport de Mombasa, mais ont manqué leur cible[47].

Sa capacité à collecter des fonds pour l'organisation n'est pas moins importante : dissimulé par une quarantaine de fausses identités[48], facilité par le fait qu'il parle cinq langues[49] et doté d'un visage remodelé par la chirurgie plastique[50], Fazul Mohammed est la clé de l'entrée d'Al-Qaïda dans le commerce des diamants de sang, qui permet la survie économique d'Al-Qaïda lorsque les États-Unis bloquent les autres financements de l'organisation[51]. De 1999 à 2001, Fazul Mohammed est actif au Liberia et en Sierra Leone, où il parvient non seulement à blanchir vingt millions de dollars, mais aussi à faire en sorte qu'Al-Qaida entretienne des liens étroits avec d'importants trafiquants de diamants[52]. C'est un homme clé pour Al-Shabaab : en tant que responsable du recrutement des combattants étrangers et des miliciens volontaires, il est le lien avec l'univers djihadiste en dehors de la Somalie[53].

En juillet 2021, d'anciens membres de l'Amniyat (les services de renseignement d'Al-Shabaab) révèlent que 85 % du capital utilisé pour ouvrir la Banque internationale de Somalie (IBS) appartient à Fazul Mohammed[54]. Zakariya Ismail Hersi, ancien dirigeant d'Amniyat et aujourd'hui membre des services de renseignement somaliens, révèle l'existence de relations entre Fazul et Mohamed Ali Warsame, propriétaire d'IBS : al-Qaïda, par l'intermédiaire de Fazul, envoie des denrées alimentaires et des matériaux de construction aux entrepreneurs somaliens, qui vendent les marchandises reçues et reversent une partie des recettes[55]. Lorsque Fazul est tué, ses actifs sont investis dans des entreprises locales : selon Hersi, Warsame est entré en possession de cet argent (157 millions de dollars), avec lequel il a ouvert IBS[56].

Abu Talha al-Sudani est un expert en explosifs proche d'Oussama ben Laden : son expertise s'est avérée utile à Al-Qaïda lors des attentats de 1998 et de l'attaque de 2002 contre l'hôtel Paradise à Mombasa[57]. Après avoir collaboré avec AIAI, al-Sudani met son expérience au service d'al-Shabaab dans la lutte de l'Union des tribunaux islamiques contre le GFT et l'armée éthiopienne en 2006[58]. Il est mort en janvier 2007, tué lors d'un bombardement aérien effectué par l'armée éthiopienne le long de la frontière somalo-kényane.[59]

Zones d'influence politiques et militaires en Somalie en janvier 2007[60]

La confirmation de la mort d'al-Sudani est 

donnée dans un message audio enregistré par l'un des dirigeants d'al-Shabaab, lié aux milices des tribunaux islamiques depuis 2002 et membre éminent d'al-Qaeda en Afrique de l'Est : Saleh Ali Saleh Nabhan[61]. Son nom est également lié aux attentats de Nairobi et Dar es Salaam en 1998 et à ceux de Mombasa en 2002 (le véhicule utilisé lors de l'attaque du Paradise Hotel lui appartiendrait)[62]. Le rôle de Nabhan en tant que commandant des combattants étrangers formés par Al-Qaïda dans Al-Shabaab, pendant la transformation du groupe de la milice des tribunaux à l'organisation terroriste autonome, est très important : il est le chef des soldats étrangers, qui après 2007, sont formés par des instructeurs venant d'Afghanistan, ainsi que par Nabhan lui-même, dans le réseau de camps d'entraînement d'Al-Shabaab dans le centre et le sud de la Somalie[63]. Nahban meurt le 14 septembre 2009 près de la ville de Barawe, au sud de Mogadiscio, sous le feu d'hélicoptères des forces spéciales américaines[64].

Ibrahim Haji Jama Me'aad est l'une des figures les plus importantes de l'affaire al-Shabaab : il est arrivé en Somalie en janvier 1990, après neuf ans d'études économiques à l'université du district de Columbia à Washington, où, pour subvenir à ses besoins, il a travaillé comme vendeur de glaces, serveur et chauffeur de taxi[65]. Cependant, Ibrahim passe la plupart de son temps au Centre islamique, l'une des plus grandes et des plus anciennes mosquées de l'est des États-Unis, où il apprend à mieux connaître l'islam et rencontre l'homme qui changera son destin à jamais : Abdullah Azzam[66] . Azzam, un Palestinien, est considéré comme le premier théoricien et fondateur d'Al-Qaïda[67].

Au milieu des années 1980, Azzam, avec le soutien financier d'un riche Saoudien du nom d'Oussama ben Laden, a créé une série de logements et de camps d'entraînement pour les aspirants islamistes le long de la frontière entre le Pakistan et l'Afghanistan, où affluent de jeunes musulmans inspirés par les idées révolutionnaires panislamistes d'Azzam. L'objectif est de chasser l'envahisseur soviétique[68]. Azzam (auquel les gouvernements occidentaux ne s'opposent pas car il est un ennemi de l'Union soviétique) organise une série de réunions et de conférences au Moyen-Orient, en Europe et en Amérique du Nord ; lors d'une visite à Washington, il rencontre Ibrahim Me'aad et le recrute[69].

Lorsque son visa d'étudiant expire, Me'aad accepte l'invitation d'Azzam à quitter les États-Unis pour Peshawar, une importante ville pakistanaise à la frontière de l'Afghanistan. Me'aad y passe une année de formation, entrant dans les bonnes grâces d'Azzam lui-même et du futur chef d'Al-Qaïda, Ayman Al-Zawahiri[70]. Abdullah Azzam meurt, ainsi que ses deux fils, dans un attentat à la bombe à Peshawar le 24 novembre 1989[71] ; quelques semaines plus tard, Ibrahim Me'aad, qui s'appelle désormais Ibrahim al-Afghani, retourne en Somalie et distribue une série de cassettes vidéo relatant les exploits des moudjahidines contre l'armée soviétique d'Afghanistan[72]. En février 1991, après la chute de Siad Barre, al-Afghani établit un camp d'entraînement dans la ville de Kismayo, qui devient non seulement le premier centre djihadiste de l'histoire somalienne, mais aussi un lieu où sont enseignées les techniques de renseignement et les tactiques militaires[73]. Encouragés par l'afflux constant de volontaires, al-Afghani et ses camarades ouvrent d'autres camps dans le sud et le centre de la Somalie, dont la plupart sont fréquentés par des membres de l'AIAI[74].

À la fin des années 80, l'organisation Salaphite (créée en 1984) travaille à la création d'un État islamique en Somalie, et les méthodes pacifiques font place à l'organisation d'une résistance armée : Ali Warsame introduit dans le groupe le déjà mentionné Hassan Dahir Aweys, qui devient le chef de la branche militaire en pleine expansion[76]. Au début des années 90, l'AIAI concentre ses efforts contre l'Éthiopie, s'alliant au Front national de libération de l'Ogaden (ONLF), si bien qu'en 1996, l'armée éthiopienne pénètre en Somalie et démantèle les bastions de l'AIAI, anéantissant l'organisation[77]. Les survivants rejoignent d'abord les Tribunaux islamiques et, ensuite, al-Shabaab[78].

Les dirigeants d'al-Shabaab comprennent qu'il n'est pas possible de survivre sans le soutien d'une partie de la population. Ainsi, là où Al-Shabaab arrive, la stabilité arrive, les crimes violents cessent, les écoles rouvrent, et cela contribue, au fil des ans, à une méfiance générale envers les gouvernements fédéraux successifs. Ceux-ci sont généralement considérés comme des émanations d'intérêts étrangers, établis sans le consentement populaire et donc dépourvus de crédibilité. Al-Shabaab, en revanche, n'oublie pas d'établir des relations avec les clans, les utilisant comme un moyen d'élargir sa propre base de consensus. En outre, le groupe mène des attaques à domicile contre des cibles gouvernementales ou militaires, renforçant ainsi son image de défenseur du peuple somalien contre les "infidèles" soutenus par l'Éthiopie, le Kenya et les puissances occidentales[79]. Cependant, lorsqu'Al-Shabaab agit en dehors de ses frontières nationales, il montre un visage très différent.

L'échec de l'AMISOM

A Kampala, la capitale de l'Ouganda, le 11 juillet 2010, le Kyadondo Rugby Club est débordé de personnes venues assister (grâce à un écran géant) à la finale de la Coupe du monde entre les Pays-Bas et l'Espagne qui se joue en Afrique du Sud. Trois minutes avant la fin du match, une explosion fait sauter des dizaines de chaises en plastique occupées par les spectateurs. Quelques secondes plus tard, une autre détonation, à quelques mètres de la première, bouleverse les personnes présentes : deux kamikazes, cachés parmi les spectateurs, se font exploser[81]. Pendant l'entracte du match, dans un autre quartier de la ville, un restaurant éthiopien est l'objet d'un autre attentat à la bombe. Le nombre de morts est de 74[82]. La revendication de l'attaque par Al-Shabaab est liée à la présence massive de troupes ougandaises sur le territoire somalien, dans le cadre de l'AMISOM, la mission de maintien de la paix de l'Union africaine en Somalie, déjà mentionnée[83].

La mission des Nations unies appelée AMISOM a été créée en 2007 pour soutenir le faible gouvernement fédéral de transition et combattre son plus féroce adversaire, al-Shabaab[84]. Outre l'Ouganda, le Burundi, Djibouti, l'Éthiopie et le Kenya participent à l'opération ; la Sierra Leone a rejoint la mission de 2013 à 2014[85]. Outre les contributions des troupes militaires, le Kenya et l'Ouganda, ainsi que le Ghana, le Nigeria, la Sierra Leone et la Zambie fournissent également des forces chargées de tâches de police[86]. Toujours active aujourd'hui, l'AMISOM est entrée en action lorsque le GFT (gouvernement fédéral de transition), après l'éclatement de l'Union des tribunaux islamiques en décembre 2006, n'a pu résister que grâce à l'armée éthiopienne[87].

Dans les mois qui ont suivi l'arrivée des représentants du gouvernement à Mogadiscio, la ville a de nouveau été secouée par une série d'attaques terroristes, attribuables à Al-Shabaab, aux milices claniques et aux seigneurs de la guerre qui avaient échappé à la défaite désastreuse de quelques mois auparavant[88]. Frustrée par le caractère prolongé de ces attaques, l'armée éthiopienne réagit par des actions d'une violence inouïe, bombardant des quartiers entiers de la capitale[89]. Les États-Unis, quant à eux, ont canonné des cibles islamistes dans plusieurs zones du sud du pays[90]. Les atrocités perpétrées par les deux parties entraînent d'autres conséquences tragiques : la fuite désespérée des civils (vers le Kenya, l'Éthiopie, le Yémen, les États-Unis et la Grande-Bretagne), une nouvelle urgence humanitaire et une augmentation du phénomène de la piraterie, qui était assez limité jusqu'en 2008[91].

Lorsque, en janvier 2009, l'Éthiopie s'est retirée du territoire somalien, les anciens membres des tribunaux islamiques se sont divisés en trois factions : al-Shabaab, Hizbul Islam (le parti islamique) et le groupe modéré dirigé par Sharif Sheikh Ahmed, ancien chef de l'Union[92]. Sheikh Ahmed est devenu président de la Somalie le même mois[93], après que les accords de Djibouti d'août 2008 ont sanctionné l'accord entre le GFT et l'Alliance pour la re-libération de la Somalie (ARS), le parti fondé par Ahmed, par lequel les parties s'engageaient à cesser les hostilités, à accepter la supervision de leurs actions par les Nations unies et à coopérer au développement politique, économique et social du pays[94].

Al-Shabaab et Hizbul Islam, ne reconnaissant pas l'autorité du GFT et menacés par la présence des troupes de l'AMISOM, ont formé une alliance[95]. Hizbul Islam est un groupe créé en février 2009 à partir de la fusion de quatre groupes : l'ARS - contrairement à la voie du dialogue entreprise par son ancien membre, Sheikh Ahmed -, la Brigade Ras Kamboni, Jabhatul Islamiya et Muaskar Anole[96]. La direction est assurée par Hassan Dahir Aweys, revenu expressément d'Érythrée, où il s'était réfugié au moment de la défaite de l'UTI[97]. En juillet, al-Shabaab et Hizbul Islam contrôlent une grande partie du centre et du sud de la Somalie, mais il existe de très fortes tensions entre les alliés, liées avant tout aux différentes positions sur Oussama ben Laden[98].

L'ère Godane : autoritarisme et désaccords internes

Les désaccords croissants entre les deux groupes (en particulier, entre Aweys et Ahmed Abdi Godane, qui, en mai 2008, est devenu le nouveau chef d'al-Shabaab à la place d'Aden Hashi 'Ayro, tué lors d'une attaque aérienne des États-Unis[99]) conduisent à un conflit militaire : l'étincelle s'allume à Kismayo en septembre, lorsqu'un contingent de Ras Kamboni, dirigé par Ahmed Mohamed Islam, plus connu sous le nom d'Ahmed Madobe, défie al-Shabaab pour le contrôle de la ville. JABISO et ARS décident de ne pas soutenir leur allié, Anole se déclare neutre. Même au sein de Ras Kamboni, Madobe est contré par un autre chef de brigade : Hassan Abdullah Hersi al-Turki[100]

En octobre, al-Shabaab expulse la faction de Madobe, tandis qu'al-Turki déclare l'annexion de son groupe à al-Shabaab. L'épisode met en lumière un objectif de l'organisation : écarter le danger que les dynamiques politiques liées aux clans puissent interférer avec ses décisions, ses stratégies et ses actions[101]. Le 23 décembre 2010, lors d'une conférence de presse à laquelle assistent certains dirigeants d'al-Shabaab, Aweys déclare la confluence de Hizbul Islam dans al-Shabaab lui-même[102].

Les divergences entre Godane et Aweys lui-même ne s'estompent cependant pas, alimentées également par les premières graves dissensions internes au sein d'al-Shabaab. Certains membres importants contestent, in primis, l'autoritarisme avec lequel Godane dirige l'organisation. Les tensions explosent en une scission qui voit la séparation de Godane (à la tête d'une faction composée, en grande partie, de combattants étrangers) et des Aweys, Mukhtar Robow et al-Afghani (à la tête d'une milice nationaliste[103]).

Godane réagit en déclarant un djihad global avec al-Shabaab aux côtés d'al-Qaeda (dans l'espoir d'augmenter le nombre de combattants étrangers) ; il introduit l'utilisation de kamikazes, figures inconnues jusqu'alors sur le territoire somalien, change le nom du groupe en Harakat al Shabaab al-Mujahidin (Mouvement des jeunes moudjahidin), et interdit l'utilisation du drapeau somalien, "favorisant" également le mariage entre femmes somaliennes et miliciens étrangers[104]. Les nationalistes, quant à eux, rejettent toute forme d'alliance avec Al-Qaïda, l'implication de combattants étrangers et la pratique consistant à tuer les musulmans apostats pour purifier l'islam : c'est une guerre fratricide[105].

Le 5 juillet 2010, l'IGAD (Autorité intergouvernementale pour le développement) a approuvé le déploiement de 2 000 soldats supplémentaires de la mission AMISOM et a proposé au Conseil de sécurité des Nations unies de porter le contingent à 20 000 hommes[106]. Les factions opposées d'al-Shabaab s'unissent contre l'ennemi commun : une semaine après la réunion de l'IGAD, les attentats de Kampala ont lieu[107]. La première grande attaque du groupe en dehors de la Somalie a, comme indiqué, pour objectif de pousser le gouvernement ougandais à retirer son contingent de la mission[108].

La situation interne du groupe reste cependant pleine de tensions : la même annexion de Hizbul Islam (qui se réalise le 23 décembre) est l'objet de dispute entre Godane, au contraire, et la faction d'al-Afghani et Mukhtar Robow, en faveur. Ce moment de faiblesse s'est traduit par la perte de Mogadiscio, conquise par l'AMISOM en août 2011[109]. Deux semaines plus tard, Godane remplace Robow et al-Afghani par Mahad Warsame Qaley Karate[110] , alias Mahad Karate [111], qui joue un rôle clé dans Amniyat, le département de renseignement opérationnel du groupe[112], et suspend les réunions de la Shura, le conseil des dirigeants[113]. En février 2012, al-Zawahiri a officiellement déclaré l'affiliation d'al-Shabaab à al-Qaeda[114]. La décision d'interdire les agences de l'ONU travaillant pour soutenir la population, opposée par Robow et motivée par la possible infiltration d'espions occidentaux, provoque une aggravation de la famine, qui tue environ 260 000 Somaliens, et du ressentiment populaire envers al-Shabaab[115].

Kenya : de l'opération Linda Nchi à l'entrée dans l'AMISOM

La situation est aggravée par l'intervention militaire kényane : Linda Nchi (" protéger la nation ") est le nom de l'opération déclarée unilatéralement le 14 octobre 2011 et commencée deux jours plus tard, le 16 [117]: c'est la plus importante opération militaire kényane depuis l'indépendance, la première où elle envoie des troupes hors du territoire national. Les raisons de cette action soudaine sont évidentes : mettre fin aux attaques des terroristes somaliens ou résidant en Somalie[118], mais aussi mettre un terme à l'immigration de ceux qui fuient la Somalie en guerre : en 2011, près d'un demi-million de réfugiés ont été enregistrés, la plupart accueillis à Dabaab[119], ce qui contribue à la croissance du sentiment anti-somalien chez les Kényans[120].

L'intervention des troupes KDF a été accélérée par une série d'enlèvements et de meurtres impliquant des touristes occidentaux[121], dont le dernier en date est l'enlèvement, attribué à al-Shabaab, de deux travailleuses espagnoles de Médecins sans frontières dans le camp de réfugiés de Dabaab le 13 octobre : les deux femmes, Montserrat Serra et Blanca Thiebaut, ont été libérées en juillet 2013[122]. Lorsque l'opération Linda Nchi a débuté le 16 octobre, elle a également pris de court le gouvernement de transition somalien, qui n'a déclaré son soutien à l'opération que le 21 octobre[123].

Les décisions du gouvernement kenyan en matière de politique internationale se sont révélées être un grave objectif personnel, comme la décision du Premier ministre Raila Odinga de rencontrer son homologue israélien Bibi Netanyahu pour coordonner les deux pays dans la lutte contre le terrorisme[124] ; al-Shabaab a saisi l'occasion : un accord entre les deux pays serait préparatoire à la destruction des musulmans[125]. Tout cela alimente des sentiments négatifs dans le monde musulman à propos de l'intervention du KDF.

L'objectif de l'opération Linda Nchi est de libérer le sud de la Somalie du contrôle d'al-Shabaab ; à cette fin, l'armée kenyane travaille avec différents groupes somaliens, parmi lesquels, outre les troupes du GFT, il faut citer le mouvement Ras Kamboni, créé par Ahmed Madobe après la scission, fin 2009, au sein de la brigade Ras Kamboni : il déclare la guerre à al-Shabaab pour reprendre le contrôle de Kismayo[126]. Il est probable que le gouvernement de Nairobi travaille depuis des années à la création d'une région autonome au Jubaland, et qu'il promet maintenant à Madobe un futur rôle de leader dans la région[127].

Les débuts de la guerre sont difficiles en raison de l'impréparation du contingent kenyan et de la résistance acharnée d'al-Shabaab, qui frappe partout, comme à Mogadiscio lors de la rencontre entre le ministre de la Défense, Mohammed Yusuf Haji, et le ministre kenyan des Affaires étrangères, Moses Wetangula[128]. Les troupes du KDF sont frappées quotidiennement, tandis que les meurtres de touristes, de représentants du gouvernement et de policiers se poursuivent sur le territoire kenyan[129]. La réponse des troupes de l'AMISOM et de leurs alliés de l'ENDF (Ethiopia National Defence Forces[130]) a contraint al-Shabaab à se retirer afin d'éviter une confrontation sur trois fronts.

En juin 2012, la KDF est intégrée au contingent de l'AMISOM[131]. Le 28 septembre 2012, les milices d'al-Shabaab quittent Kismayo suite à une attaque conjointe des forces militaires kényanes et somaliennes[132], avec le soutien des milices du Mouvement Ras Kamboni[133]. L'opération Linda Nchi est officiellement terminée, mais la présence kényane en Somalie est destinée à durer longtemps, non sans conséquences ; al-Shabaab, malgré un affaiblissement objectif et la perte de territoires clés, contrôle toujours la majeure partie du sud de la Somalie et est déterminé à se réorganiser, en évoluant au besoin.

L'épreuve de force

Cela implique, tout d'abord, de résoudre les problèmes internes : le 20 juin 2013, les milices de Godane tuent deux membres de la faction adverse, dont al-Afghani[135] . Mukhtar Robow reste dans la clandestinité jusqu'en août 2017, date à laquelle il se rend aux autorités somaliennes[136] : résultat de la stratégie politique de réconciliation nationale avec les membres nationalistes d'al-Shabaab soutenue par le président Farmajo, avec l'appui du gouvernement Trump, qui le 23 juin exclut Robow, par le biais du département du Trésor, de la liste des personnes recherchées[137] .

Après avoir fait son coming-out, Robow se déclare opposé aux positions d'Al-Shabaab et invite ses membres à quitter le groupe[138]. Le 13 décembre, il est arrêté à Baidoa par le contingent éthiopien de l'AMISOM, dans une action soutenue par l'exécutif fédéral, avec l'intention mal dissimulée de l'exclure de la course ; la manœuvre provoque de graves perturbations dans une zone où al-Shabaab maintient sa présence[139]. Il est placé en résidence surveillée à Mogadiscio, où il demeure[140]. Hassan Dahir Aweys s'échappe également, mais est arrêté le 26 juin 2013 à Himan et Heeb, une région autonome du centre de la Somalie[141]. Comme Robow, il a été transféré à Mogadiscio et placé en résidence surveillée, où il se trouve toujours[142].

Godane continue avec l'élimination des membres soupçonnés d'avoir soutenu les leaders perdants, comme l'Américain Omar Shafik Hammami, connu sous le nom d'Abu Mansoor al-Amriki[143], une figure centrale dans le renouveau d'al-Shabaab depuis octobre 2007, connu pour ses nombreuses vidéos de propagande, filmées en style télévisuel pendant les actions militaires, ou commentées en style rap par Hammami - toutes les vidéos qui enregistrent des dizaines de milliers de vues sur YouTube, et contribuent à motiver les combattants étrangers potentiels, également des États-Unis[144]. La purge de Godane renforce l'image d'al-Shabaab en tant que force liée au mouvement djihadiste international, mais réduit sa capacité militaire, car la majorité des miliciens sont issus du clan Rahanweyn de Mukhtar Robow ; l'élimination des combattants étrangers proches de Robow et d'Aweys freine l'arrivée de nouvelles recrues potentielles de l'étranger[145].

Outre les tentatives isolées de reconquête des territoires perdus par des campagnes militaires, le groupe alterne un nombre croissant d'actions terroristes, qui mettent en évidence la capacité d'al-Shabaab à frapper n'importe où dans le pays et à l'étranger : le 4 octobre 2011, un camion piégé explose à Mogadiscio près du siège du Département central d'investigation, tuant 100 personnes, pour la plupart des étudiants qui attendaient de passer un examen de bourse en Turquie[146]. Le 8 novembre 2014, un contingent d'al-Shabaab conquiert l'île de Kudhaa, à 130 km au sud-ouest de Kismayo, la soustrayant au contrôle des forces de l'administration intérimaire de Juba (IJA), qui l'avaient prise seulement deux semaines plus tôt. Quarante-trois soldats de l'IJA et trente et un miliciens d'al-Shabaab sont morts dans la bataille[147]. Deux actions avec des résultats de propagande très forts.

À l'étranger, al-Shabaab vise à tuer autant de civils que possible : d'un côté, il frappe les pays qui soutiennent l'AMISOM, de l'autre, il attire l'attention du monde et rend crédible l'importance effective du groupe dans la galaxie Al-Qaïda. Cet objectif a été atteint avec l'attaque du Westgate Mall à Nairobi le 21 septembre 2013 : quatre membres du groupe, masqués, ont pénétré dans le centre commercial de luxe, tuant toutes les personnes qu'ils rencontraient et se barricadant à l'intérieur du bâtiment. Le siège par les forces armées kenyanes ne prend fin que le 24 septembre. Soixante-sept personnes sont mortes, en plus des quatre assaillants, plus de deux cents ont été blessées[148]. Un succès retentissant.

Dans leur document de 2020, ("Al-Shabaab. Anatomie de l'organisation terroriste qui a enlevé Silvia Romano "), Brendon J. Cannon et Dominic Ruto Pkalya identifient huit raisons expliquant la férocité d'al-Shabaab au Kenya : a) Proximité géographique : le Kenya est limitrophe de la partie du territoire somalien qui reste sous le contrôle d'al-Shabaab ; cela permet à l'organisation de mener de nombreuses actions dans la zone frontalière, comme Mandera (2016[150]) et Garissa (2015[151]), en plus des attaques contre les étrangers le long de la côte[152];

  1. b) Visibilité : le Kenya (notamment grâce au tourisme de masse) est l'un des États les plus importants d'Afrique subsaharienne. Nairobi accueille de nombreuses ambassades, un siège des Nations unies et celui de nombreuses ONG internationales (dont Africa Milele Onlus, pour laquelle travaille Silvia Romano, enlevée le 20 novembre 2018)[153] ;
  2. c) Couverture médiatique : la Constitution kenyane garantit aux médias le plus haut degré de liberté et d'autonomie par rapport au pouvoir de l'État. Cette situation, peu commune dans la région, favorise la présence de nombreux médias indépendants nationaux et étrangers (CCTV, CNC World, BBC et Al-Jazeera)[154] ;
  3. d) Tourisme : l'objectif de forcer le Kenya à retirer ses troupes du contingent de l'AMISOM est favorisé par la présence importante de touristes étrangers[155] ;
  4. e) Le recrutement de combattants étrangers kenyans : le Kenya fournit à al-Shabaab un nombre de combattants bien supérieur aux autres nations, constitués de musulmans opposés à la présence occidentale dans la région[156] ;
  5. f) La facilité d'installation de cellules terroristes au Kenya, qui découle de ce qui a été décrit. Il convient de noter, à cet égard, l'organisation al-Hijra, considérée comme l'émanation d'al-Shabaab au Kenya[157] ;
  6. g) Autoritarisme contre démocratie : le fait de frapper un pays démocratique comme le Kenya, où la population a le pouvoir d'influencer la politique, constitue un avantage idéologique pour une grande partie de la population de confession islamique[158] ;
  7. h) Corruption : ce phénomène est endémique au Kenya. Cela entraîne une situation d'impréparation générale et d'inadéquation de la part de l'État pour faire face à un groupe bien entraîné et préparé comme al-Shabaab[159].

L'attaque du Westgate Mall a été suivie quelques mois plus tard d'autres incursions au Kenya : le 23 mars 2014, des membres d'al-Shabaab ont fait irruption dans une église de la ville de Likoni, près de Mombasa, tuant quatre personnes et en blessant 17[160]. Nairobi est frappé le 1[161] er et le 23 avril[162]. À partir du 2 avril, dans le cadre de l'opération antiterroriste "Usalama Watch", la police effectue des raids et des arrestations sans discernement (650) dans le quartier d'Eastleigh à Nairobi, appelé "Little Mogadiscio", et dans d'autres zones à forte population somalienne, encourageant la propagande djihadiste[163].

À cet égard, le meurtre à Mombasa, le 1er avril 2014, d'Abubaker Shariff Ahmed, dit Makaburi, un chef religieux identifié par les Nations unies comme un recruteur de jeunes musulmans pour al-Shabaab, a fait grand bruit[165]. Deux ans plus tôt, en août 2012, un autre chef religieux de Mombasa, Aboud Rogo Mohammed, également accusé d'être un partisan d'al-Shabaab, avait été tué en pleine rue[166]. En octobre 2013, Ibrahim "Rogo" Omar, le successeur d'Aboud Rogo Mohammed, a été abattu dans sa voiture[167]. La conséquence de ces meurtres de la police kényane[168] est le massacre qui a eu lieu le 15 juin 2014 dans le village côtier de Mpeketoni, au cours duquel un commando d'al-Shabaab a tué une cinquantaine d'habitants en trois heures[169].

La structure interne d'al-Shabaab

En 2014, l'AMISOM comptait plus de 22 000 soldats en Somalie[171], et le chef d'Al-Shabaab, Ahmed Abdi Godane, tué dans une frappe aérienne américaine le 1er septembre 2014, est la victime la plus célèbre de l'engagement militaire international[172]. C'est la mort de l'homme qui a transformé la milice en une structure pyramidale rigide et efficace, que Harun Maruf et Dan Joseph ont pu reconstituer grâce à des entretiens directs avec d'anciens membres de l'organisation, et dont ils rendent compte dans le livre "Inside Al-Shabaab - The Secret History of Al-Qaeda's Most Powerful Ally".

À la tête d'al-Shabaab se trouvent la Shura (organe consultatif, composé de 38/40 membres) et le Tanfid (avec pouvoir de décision, composé des membres les plus influents des clans, des milices et des religieux). Les décisions du Tanfid sont communiquées aux maktabs (sorte d'agences gouvernementales), dont le nombre est variable, mais qui comprennent certainement : Da'wa (prédication), Zakat (imposition), Wilayat (administration régionale), Amniyat (sécurité), Jabhat (armée), Garsoor (jugement et justice), plus d'autres d'importance mineure. Les dirigeants des maktabs sont fréquemment remplacés, pour éviter qu'ils n'acquièrent trop de pouvoir[173].

Un rôle central est joué par le maktab Da'wa, créé pour maintenir la conception de l'islam des dirigeants : il réforme les mosquées, les bibliothèques et d'autres institutions publiques, rejetant toute référence au soufisme et prenant la tête de l'organisation des fonctions religieuses et du système scolaire - les écoles sont utilisées comme un véhicule d'endoctrinement, et les régions de Bay et Bakool, où al-Shabaab a des écoles et des camps d'entraînement, fournissent le plus grand nombre d'affiliés[174].

Les femmes doivent porter le hijab ou la burqa, les cheveux des hommes ne doivent pas dépasser une certaine longueur, il est interdit de fumer, de regarder des films, d'écouter de la musique occidentale et de mâcher du khat (une drogue très répandue en Somalie). Ces règlements et d'autres sont appliqués par Hisbah, la police d'al-Shabaab, dont les membres sont vêtus d'uniformes et équipés comme de nombreux autres corps exerçant des fonctions similaires. Les crimes sont jugés par le Garsoor, l'organe judiciaire, généralement sans donner à l'accusé la possibilité de se défendre[175].

La structure du contrôle religieux, civil et militaire nécessite une dépense énorme et continue ; à cet égard, le rôle du maktab Zakat est fondamental. Dans toutes les régions sous le contrôle d'al-Shabaab, les dirigeants (waali) utilisent la Zakat pour gérer le système d'imposition ; des taxes sont prélevées sur chaque activité économique, dont le produit est largement utilisé pour financer les opérations militaires. Les recettes les plus importantes proviennent des droits d'accises sur le transit des camions (le prix à payer peut atteindre 1 200 dollars par véhicule, pour un seul passage) et des paiements en bétail reçus par les propriétaires de grands troupeaux et de pâturages ; les animaux sont revendus sur les marchés, générant des bénéfices élevés[176].

Al-Shabaab tire également des revenus substantiels de sa relation avec la piraterie somalienne, un phénomène généré par le mécontentement des pêcheurs du Puntland face à la concurrence impitoyable des bateaux de pêche étrangers, qui deviennent l'objet d'attaques systématiques, les équipages étant pris en otage et libérés après paiement d'une rançon[178]. Entre 2005 et 2011, environ 1100 attaques ont eu lieu, dont plus de 200 ont été couronnées de succès[179]. Un certain nombre de facteurs ont contribué au déclin de l'activité des pirates depuis 2013, notamment la présence de gardes de sécurité privés sur les navires et la présence massive de forces navales internationales dans la zone[180], ainsi que la conquête par les troupes de l'AMISOM de plusieurs ports stratégiques précédemment détenus par al-Shabaab, réduisant de fait la possibilité de trouver des ports sûrs pour les pirates de l'air[181].

Entre 2008 et 2010, les pirates ont négocié avec al-Shabaab pour accéder aux ports contrôlés par l'organisation, qui recevait en retour une partie du produit des rançons (entre 100 000 et 200 000 dollars par opération)[182]. Entre 2005 et 2012, la piraterie a généré environ 400 millions de dollars[183], blanchis par le trafic d'armes et de khat, notamment avec le Kenya[184]. Al-Shabaab, pour sa part, administre le produit des exportations de charbon vers Dubaï, les Émirats arabes unis, Oman et l'Iran[185], tout en recueillant le soutien de pays "amis" comme l'Érythrée[186].

Ce qui permet à Al-Shabaab de contrôler le territoire, c'est l'appareil militaire. Les aspirants miliciens sont envoyés dans des camps d'entraînement, où les professeurs sont des experts d'Al-Qaida. A l'issue d'un entraînement extrêmement dur, les nouveaux affiliés sont répartis entre le Jabhat et l'Amniyat. Les soldats du Jabhat combattent sur le terrain contre le GFT et l'AMISOM. Les meilleurs éléments entrent dans l'Amniyat, qui est chargé d'organiser des attaques suicides et des attentats à la bombe et exerce des fonctions d'espionnage[187].

L'Amniyat est divisé en trois unités : Jugta Ulus, spécialisée dans l'utilisation de missiles, de bazookas et de mitrailleuses lourdes ; Mukhabarad, qui est l'unité d'espionnage ; la troisième branche est la Mutafajirad et est spécialisée dans les missions suicides[188]. L'Amniyat est le pivot autour duquel tourne l'identité, la crédibilité et l'autorité d'al-Shabaab en tant que groupe terroriste : l'universitaire Mohamed Mubarak, en plus de parler du rôle important des femmes dans cet appareil, affirme que les membres des différentes unités de l'Amniyat ne se connaissent pas et ne connaissent pas les activités des autres ; les visages de tous sont toujours couverts, de sorte que l'identité de chacun n'est connue que de son propre chef[189].

Les membres d'al-Shabaab connaissent l'identité du nouvel émir moins d'une semaine après la mort de Godane. Le 6 septembre, Ahmed Diriye, plus connu sous le nom d'Ahmed Omar Abu Ubaidah, a été annoncé. Membre du clan Dir, comme son prédécesseur, Abu Ubaidah fait partie d'al-Shabaab depuis 2006 et est l'un des membres les plus influents d'Amniyat[190]. Sous sa direction, Al-Shabaab poursuit la campagne djihadiste d'Al-Qaïda[191]. En 2015, cependant, un nouvel acteur est entré en scène, destiné à faire de nouveaux ravages dans les rangs de l'organisation : ISIS.

Au cours de l'année, les rivaux d'Al-Qaïda ont publié en ligne une série de vidéos appelant Al-Shabaab à combattre pour Abubakr Al Baghdadi. Le premier à réagir est le groupe du Puntland d'Abdul Qadir Mumin, considéré comme le chef d'ISIS en Somalie depuis 2016 [192]. Sa défection revêt une forte signification symbolique : la sortie de Mumin est un symptôme de l'insatisfaction au sein d'al-Shabaab face au despotisme d'Abu Ubaidah[193], un guerrier takfiri inflexible comme son prédécesseur[194]. En décembre 2014, Zakariya Ismail Ahmed Hersi, chef des renseignements d'al-Shabaab, s'est rendu au gouvernement somalien, accusant Abu Ubaidah de férocité excessive[195].

La terreur continue

La chaîne d'attentats en Somalie et au Kenya se poursuit, avec un grand nombre de civils parmi les victimes (plus de 3 000 depuis 2015[197]) ; en 2015, le 3 avril, un massacre a eu lieu au collège universitaire de Garissa (Garissa, Kenya), au cours duquel 148 personnes, principalement des étudiants, ont été tuées par les assaillants après qu'il a été établi qu'elles étaient chrétiennes[198]. Le 14 octobre 2017, deux camions piégés explosent dans le district de Hodan, au nord-ouest de Mogadiscio : au moins 587 personnes meurent, également en raison de l'explosion d'un camion-citerne à proximité des véhicules piégés[199].

Les États-Unis ont désigné al-Shabaab comme une organisation terroriste en 2008 : entre cette date et le 24 août 2021, 254 attaques ont été lancées sur le territoire somalien (la plupart pendant la présidence Trump), faisant 1800 morts (dont des membres d'ISIS et d'Al-Qaïda), dont deux émirs : Ayro et Godane[200] . La situation n'a pas changé : al-Shabaab résiste aux défections et à l'hostilité de la population (qui l'avait soutenu au moment de l'invasion éthiopienne en 2006 et jusqu'en 2008[201]), frappe constamment les troupes de l'AMISOM[202] et l'armée nationale somalienne (SNA[203]), étendant son champ d'action également à la région autonome du Puntland, dans le nord-est du pays[204], où la situation devient plus turbulente, suite également à l'apparition d'ISIS et à la séparation ultérieure du groupe Mumin[205].

Après des années de faiblesse et de méfiance, le gouvernement fédéral de Somalie (FGS), qui a remplacé le gouvernement fédéral de transition (TFG) en 2012, a fait des progrès indéniables[206]. Cependant, sa capacité à pénétrer le pays reste limitée, également en raison des relations tendues avec les gouvernements régionaux[207], notamment avec les institutions du Jubaland, qui ont conduit à un affrontement entre les milices fidèles au ministre de la sécurité de la région et l'armée fédérale en février 2020[208].

Kismayo est la ville la plus importante du Jubaland, en raison du nombre de ses habitants et du grand port construit par les États-Unis en 1964[209], qui est si précieux pour ceux qui gouvernent la région, comme al-Shabaab jusqu'en 2012. Ses habitants ont vécu presque en paix depuis lors. Puis vient le 13 juillet 2019, avec l'attaque de l'hôtel Asasey[210], comme un formidable avertissement à tous ceux qui espèrent retrouver une vie normale : al-Shabaab est moins fort, peut-être, mais il est vivant, présent et toujours très dangereux.

En 2018, le gouvernement fédéral somalien et l'AMISOM signent un accord pour le retrait progressif des troupes, mais on ne sait pas quand ni si cela se produira, car le contingent international est toujours décisif dans la lutte contre al-Shabaab[211] ; les États-Unis achèvent le retrait de leurs troupes de Somalie en janvier 2021 (elles sont déployées dans d'autres bases de la région[212]), à un moment où la situation est gravement instable, même à Mogadiscio[213]. La prise de pouvoir des Talibans en Afghanistan, célébrée par Al-Qaïda[214], pourrait pousser Al-Shabaab à tenter un exploit similaire en Somalie[215], qui pourrait réussir sans troupes étrangères.

La stratégie de paix américaine a échoué : entre 2001 et 2011, elle a commis l'erreur de lancer une campagne militaire contre la seule force capable de restaurer une certaine stabilité en Somalie (l'Union des tribunaux islamiques) ; à ce moment-là, les États-Unis ont soutenu l'intervention éthiopienne, le pays a plongé dans le chaos, donnant une légitimité à al-Shabaab. L'erreur suivante consiste à soutenir le GFT, soupçonné de collusion avec l'AIAI : le fait que les États-Unis travaillent constamment aux côtés de l'Éthiopie, en raison des ambitions hégémoniques d'Addis-Abeba et du comportement des troupes éthiopiennes en Somalie, jette le discrédit sur le gouvernement, le condamnant à une faiblesse perpétuelle[216].

Les recettes d'al-Shabaab

Pour mieux comprendre comment al-Shabaab peut soutenir le montant des investissements nécessaires pour maintenir sa structure, planifier des opérations militaires et terroristes, fournir des armes et des munitions, et développer de nouveaux camps d'entraînement, il peut être utile de fournir quelques données sur les revenus du groupe : Le Groupe de contrôle du Conseil de sécurité des Nations unies sur la Somalie et l'Érythrée estime qu'il a réussi à collecter entre 70 et 100 millions de dollars par an jusqu'en 2011[218], provenant en grande partie de l'exportation de charbon depuis les ports et de la taxation imposée aux entreprises transportant ce même charbon et ce même sucre[219].

Avec la perte de nombreux ports stratégiques et l'interdiction par l'ONU des exportations somaliennes de charbon, al-Shabaab a réduit son volume d'affaires à environ 38-56 millions de dollars par an (recettes commerciales et taxation des ports charbonniers) en 2014[220], et a réagi avec l'interdiction du charbon, qui a mis en danger les commerçants et les transporteurs de charbon, emprisonnés et attaqués militairement[221].

Un autre obstacle à l'activité charbonnière du groupe provient de l'interdiction par les Émirats arabes unis des importations illégales de charbon en provenance de Somalie, ce qui réduit encore le trafic de charbon en 2016 [222]. La taxation des importations et des exportations de sucre augmente en fonction de la diminution des revenus tirés des activités liées au charbon : pour chaque camion qui traverse ses territoires, al-Shabaab reçoit, en 2016, 1500 dollars (contre 1000 l'année précédente), ce qui confère au groupe un bénéfice estimé entre 12 et 18 millions de dollars par an[223].

Le système complexe de taxation des activités commerciales et des individus, réglementé par la Zakat maktab, a rapporté à al-Shabaab 90 millions de dollars en 2011 pour les seuls marchés de la ville de Mogadiscio, Baraka et Suuq Baad[224]. Dans les années suivantes, les taxes sur l'agriculture sont restées une source importante de revenus[225], tandis que depuis 2016, les taxes sur les populations locales ont augmenté, alors que la qualité des services offerts aux communautés a généralement diminué[226]. Les organisations d'aide humanitaire paient également une taxe pour être autorisées à opérer dans les régions contrôlées par al-Shabaab[227], comme ce fut également le cas lors de la famine qui a frappé le pays en 2011[228].

Diverses activités commerciales et touristiques sont soudoyées par l'organisation, qui les "protège" en échange d'un paiement fixe[229]. Les envois de fonds des citoyens somaliens vivant à l'étranger, l'une des principales sources de subsistance d'une grande partie de la population, font également l'objet des attentions d'al-Shabaab, qui retient un pourcentage indéterminé du milliard de dollars qui entre chaque année sur le territoire somalien[230]. L'Érythrée a soutenu Al-Shabaab à hauteur d'environ 50 000 dollars par mois de 2006 à 2008[231], avant de réduire le montant de ses envois en 2012[232]. En 2009, le Qatar a également été accusé d'envoyer des fonds à l'organisation[233].

L'activité croissante d'al-Shabaab au Puntland pourrait avoir pour objectif, outre la lutte contre ISIS, d'intensifier les relations avec al-Qaeda dans la péninsule arabique (AQAP), un groupe actif principalement au Yémen et en Arabie saoudite, et de partager ses bénéfices financiers[234]. La plus grande compagnie de téléphone de Somalie, Hormuud Telecom, est considérée comme l'un des principaux financiers d'Al-Shabaab[235]: l'organisation l'utilise également pour payer les salaires de ses affiliés[236]. La capacité du groupe à utiliser les institutions bancaires locales (Salaam Somali Bank) pour blanchir de l'argent à l'étranger, notamment dans le secteur de l'immobilier[237], est actuellement croissante. Depuis 2009, Al Shabaab dispose de son propre bureau de communication, la Fondation al-Kataib Media, qui crée et diffuse du matériel de propagande[238].

L'engagement de la Turquie et les perspectives pour la Somalie

Il est clair que la Somalie ne pourra pas trouver la paix tant qu'il y aura une guerre entre les fondamentalistes islamiques, les troupes occidentales et les clans tribaux. Mais les clans tribaux sont incapables de se mettre d'accord entre eux et de coordonner leurs efforts pour remettre la nation sur pied. C'est pourquoi, jusqu'à présent, il n'y a que trois alliés possibles du gouvernement de Mogadiscio qui peuvent s'attaquer au problème : la Russie, la Chine et la Turquie. Et c'est surtout ce pays tiers qui met toutes ses forces dans l'annexion de la Somalie à sa sphère d'influence.

Recep Tayyip Erdogan a foulé le sol somalien en août 2011, alors que le pays connaissait une terrible sécheresse, qui s'est ajoutée à la famine en aggravant la situation humanitaire désastreuse. En plus de contribuer aux moyens de subsistance de la population en envoyant de l'aide humanitaire, la Turquie a lancé un plan d'investissement dans les infrastructures[240]. Ankara a lancé la plus grande campagne d'aide de l'histoire de la Turquie, récoltant 300 millions de dollars, auxquels s'ajoutent 350 millions de dollars de la part des membres de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), que la Turquie avait réclamés lors d'une assemblée extraordinaire qu'elle avait convoquée[241]. Grâce à cette aide, le gouvernement a envoyé des travailleurs humanitaires, des médecins et des fonctionnaires pour mettre en place des hôpitaux de campagne et distribuer de la nourriture et des médicaments à la population. Peu après, Turkish Airlines est devenue la première compagnie aérienne à rétablir des liaisons aériennes avec la Somalie depuis plus de 20 ans[242].

L'engagement turc se poursuit avec la construction de routes[243], d'écoles[244], d'hôpitaux[245] et d'institutions publiques, comme le bâtiment du parlement somalien[246]. Erdogan a utilisé la fondation publique Maarif pour ouvrir des écoles proches des Frères musulmans[247] dans plusieurs pays du monde, dont la Somalie. Beaucoup de ces écoles ont remplacé celles ouvertes au cours des décennies précédentes par Fethullah Gülen[248] . Gülen et Erdogan, alliés depuis 2002, sont entrés en conflit ouvert après l'éclatement du scandale de corruption en Turquie en 2013[249]. Gülen, qui est en exil aux États-Unis depuis 1999, a fondé plus d'une centaine d'écoles en Turquie et des centres d'enseignement privés dans 110 pays à travers le monde grâce à son mouvement Hizmet / Ceemat[250]. En 2016, le gouvernement Erdogan a interdit le mouvement de Gülen, le renommant groupe terroriste et lui donnant le nom d'organisation terroriste Fethullahist (FETO[251]).

En réponse à l'effort majeur dans le pays, au début de 2020, le gouvernement somalien invite la Turquie à procéder à un forage pétrolier au large des côtes somaliennes[252], dans le cadre d'une loi de 2019 sur l'exploitation des champs promulguée par Mogadiscio pour attirer les investissements étrangers dans la phase d'exploration[253]. Le site à explorer couvre une zone d'environ 100 000 kilomètres carrés disputée entre le Kenya et la Somalie. C'est pourquoi l'invitation du gouvernement somalien aux forages étrangers pourrait envenimer les relations entre les deux pays[254].

Le volume des échanges entre les deux pays est en augmentation, passant de 144 millions de dollars en 2017 à 206 millions de dollars en 2019[255] . À Mogadiscio, la plus grande base et académie militaire de l'armée turque sur le sol étranger, appelée Camp TURKSOM, a ouvert en 2017, où jusqu'à 1 000 soldats somaliens sont formés en même temps[256]; en raison de son rôle dans la croissance des forces armées somaliennes, la base est la cible d'attaques d'al-Shabaab[257].

Depuis 2013, le ministère turc des Affaires étrangères n'a cessé de jouer les médiateurs entre le gouvernement fédéral somalien et l'administration du Somaliland[258]: les Émirats arabes unis, en réponse à l'influence croissante de la Turquie dans la région, ont décidé d'investir dans le port stratégique de Berbera, au Somaliland, un avant-poste important sur la mer Rouge très proche du Yémen[259]. D'autres rivaux de la Turquie ont réagi : le prince saoudien Mohamed Bin Salman a déclaré en 2018 que la Turquie tentait de construire un nouveau califat ottoman, signe que les relations avec les pays du Golfe sont problématiques après le coup d'État en Égypte contre le président Mohamad Morsi, membre des Frères musulmans, donc soutenu par Erdogan[260]. Les relations se sont compliquées en 2017, lorsque la Turquie a soutenu le Qatar dans la crise avec Bahreïn, les Émirats arabes unis, l'Arabie saoudite et l'Égypte[261]. Les intérêts d'Ankara et de Doha convergent vers la Somalie, où les deux pays se lancent en 2020 dans une campagne de recrutement de mercenaires qui seront utilisés dans le conflit libyen aux côtés du gouvernement d'entente nationale[262].

Toutes ces mesures sont un préalable nécessaire pour faire passer la confrontation militaire à un autre niveau, à savoir le niveau économique. Dès que le port de Berbera deviendra une véritable alternative au port égyptien de Port Saïd et que la Chine achèvera la route reliant ces ports à la République démocratique du Congo et à l'Angola, les pays musulmans auront un intérêt commun à faire en sorte qu'Al-Shabaab ne soit plus qu'un mauvais souvenir et que les clans aient des choix plus intéressants pour se diviser. C'est une solution pragmatique, bien sûr. Comme tous ceux qui peuvent vraiment fonctionner.

[1] https://www.lemonde.fr/international/article/2018/06/15/somalie-madobe-le-chef-djihadiste-devenu-frequentable_5315671_3210.html

[2] Jamal Osman, “Somalia: 'My Bloody Country’” - BBC Africa Eye full documentary: https://www.youtube.com/watch?v=YH6f0azpOrg

[3] https://www.ilmattino.it/primopiano/esteri/silvia_romano_rapita_terroristi_amniyat-4717847.html?fbclid=IwAR3bKlxG6gqhfB0JMlpfFARPsoyB7fGO1l4UjP0OBPkZ31-5LwDPtNJH6uo

[4] http://www.peaceau.org/uploads/amisom-press-release-30-09-2012.pdf

[5] Jamal Osman, “Somalia: 'My Bloody Country’” - BBC Africa Eye full documentary: https://www.youtube.com/watch?v=YH6f0azpOrg

[6] https://www.huffpost.com/entry/somalia-hotel-siege_n_5d29b2f0e4b0bd7d1e1cc673

[7] https://twitter.com/garoweonline/status/1211722553749835776?lang=de

[8] David H. Shinn “Al-Qaeda in East Africa and the Horn”, in “The Journal of Conflict Studies – Summer 2007”, p. 59

[9] https://cisac.fsi.stanford.edu/mappingmilitants/profiles/islamic-courts-union#text_block_19602

[10] https://cisac.fsi.stanford.edu/mappingmilitants/profiles/islamic-courts-union#text_block_19602

[11] David H. Shinn “Al-Qaeda in East Africa and the Horn”, in “The Journal of Conflict Studies – Summer 2007”, p. 53

[12] International Crisis Group, “Can the Somali Crisis Be Contained?”, in Africa Report 116 (10 August 2006), pp. 9-10

[13] David H. Shinn “Al-Qaeda in East Africa and the Horn”, in “The Journal of Conflict Studies – Summer 2007”, p. 53

[14] https://cisac.fsi.stanford.edu/mappingmilitants/profiles/islamic-courts-union#text_block_19602

[15] https://www.hrw.org/reports/1993/WR93/Afw-08.htm

[16] https://reliefweb.int/report/somalia/somalis-bury-aideed-scourge-us-army

[17] Bjørn Møller “The Somali conflict: the role of external actors” DIIS Report 2009:03, pp. 11-12

[18] Mark Bradbury e Sally Healy “A brief story of the Somali conflict”, in Accord, an international review of peace intiatives – Issue 21 – 2010, p. 10

[19] “The United Nations and Somalia 1992-96”, The United Nations Blue Books Series, Volume VIII – Department of Public Information United Nations, New York – 1996, p. 30

[20] Stig J. Hansen “Warlord and Peace Strategies: The Case of Somalia”, in The Journal of Conflict Studies – Fall 2003, pp. 62 e 65

[21] Stig J. Hansen “Warlord and Peace Strategies: The Case of Somalia”, in The Journal of Conflict Studies – Fall 2003, p. 67

[22] Stig J. Hansen “Warlord and Peace Strategies: The Case of Somalia”, in The Journal of Conflict Studies – Fall 2003, p. 67

[23] https://www.wikiwand.com/en/United_Nations_Operation_in_Somalia_II

[24] The United Nations and Somalia 1992-96”, The United Nations Blue Books Series, Volume VIII – Department of Public Information United Nations, New York – 1996, p. 68

[25] Stig J. Hansen “Warlord and Peace Strategies: The Case of Somalia”, in The Journal of Conflict Studies – Fall 2003, p. 66

[26] David H. Shinn “Al-Qaeda in East Africa and the Horn”, in “The Journal of Conflict Studies – Summer 2007”, p. 58

[27] Robrecht Deforche, “Stabilization and Common Identity: Reflections on the Islamic Courts and Al-Itihaad”, in Bildhaan: An International Journal of Somali Studies – Volume 13 – 2013, p. 108

[28] Cedric Barnes e Harun Hassan, “The Rise and Fall of Mogadishu’s Islamic Courts”, in Journal of Eastern Africa Studies – vol. 1 – July 2007, p. 152

[29] Cedric Barnes e Harun Hassan, “The Rise and Fall of Mogadishu’s Islamic Courts”, in Journal of Eastern Africa Studies – vol. 1 – July 2007, p. 152 ; https://rpl.hds.harvard.edu/faq/islamic-courts-union

[30] Cedric Barnes e Harun Hassan, “The Rise and Fall of Mogadishu’s Islamic Courts”, in Journal of Eastern Africa Studies – vol. 1 – July 2007, p. 152 ; Roland Marchal, “Harakat al-Shabaab al Mujaheddin in Somalia”, CNRS SciencesPo Paris, March 2011, p. 15

[31] Cedric Barnes e Harun Hassan, “The Rise and Fall of Mogadishu’s Islamic Courts”, in Journal of Eastern Africa Studies – vol. 1 – July 2007, p. 153 ; https://www.egic.info/islamist-contagion-in-somalia

[32] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, p. 22

[33] Cedric Barnes e Harun Hassan, “The Rise and Fall of Mogadishu’s Islamic Courts”, in Journal of Eastern Africa Studies – vol. 1 – July 2007, p. 153

[34] Cedric Barnes e Harun Hassan, “The Rise and Fall of Mogadishu’s Islamic Courts”, in Journal of Eastern Africa Studies – vol. 1 – July 2007, p.153

[35] Robrecht Deforche, “Stabilization and Common Identity: Reflections on the Islamic Courts and Al-Itihaad”, in Bildhaan: An International Journal of Somali Studies – Volume 13 – 2013, p. 109

[36] Robrecht Deforche, “Stabilization and Common Identity: Reflections on the Islamic Courts and Al-Itihaad”, in Bildhaan: An International Journal of Somali Studies – Volume 13 – 2013, p. 109

[37] Robrecht Deforche, “Stabilization and Common Identity: Reflections on theIslamic Courts and Al-Itihaad”, in Bildhaan: An International Journal of Somali Studies – Volume 13 – 2013, p. 110

[38] Robrecht Deforche, “Stabilization and Common Identity: Reflections on theIslamic Courts and Al-Itihaad”, in Bildhaan: An International Journal of Somali Studies – Volume 13 – 2013, p. 113

[39] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, p. 38

[40] https://www.jpost.com/israel-news/israel-interested-in-accepting-guantanamo-bay-terrorist-for-prosecution-474931

[41] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, p. 28-29

[42] David H. Shinn “Al-Qaeda in East Africa and the Horn”, in “The Journal of Conflict Studies – Summer 2007”, p. 59

[43] https://www.nytimes.com/2011/06/12/world/africa/12somalia.html

[44] https://www.corriere.it/esteri/11_giugno_11/alberizzi-fasul-comoriano-ucciso_3b5096d6-945e-11e0-9db6-651cd37b13cb.shtml

[45] https://www.govinfo.gov/content/pkg/BILLS-110hconres441ih/html/BILLS-110hconres441ih.htm

[46] https://www.timesofisrael.com/us-wants-israel-to-try-gitmo-prisoner-for-2002-kenya-bombing-report/

[47] https://www.govinfo.gov/content/pkg/BILLS-108hres76ih/html/BILLS-108hres76ih.htm

[48] https://www.un.org/press/en/2012/sc10755.doc.htm

[49] https://www.reuters.com/article/us-somalia-alqaeda/somalia-says-killed-top-african-al-qaeda-operative-idUSTRE75A10H20110611

[50] https://www.un.org/press/en/2012/sc10755.doc.htm

[51] https://ctc.usma.edu/wp-content/uploads/2011/06/Fazul.pdf

[52] https://www.bbc.com/news/world-africa-13738393 ; https://ctc.usma.edu/wp-content/uploads/2011/06/Fazul.pdf

[53] https://issafrica.org/iss-today/killing-of-fazul-abdullah-mohammed-in-somalia-a-blow-to-al-shabaab

[54] https://sunatimes.com/articles/6264/85-of-the-capital-of-IBS-Bank-of-Somalia-belongs-to-Al-Shabab

[55] https://sunatimes.com/articles/6264/85-of-the-capital-of-IBS-Bank-of-Somalia-belongs-to-Al-Shabab

[56] https://sunatimes.com/articles/6264/85-of-the-capital-of-IBS-Bank-of-Somalia-belongs-to-Al-Shabab

[57] https://ctc.usma.edu/wp-content/uploads/2011/06/Abu_Talha_al.pdf

[58] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, p. 42

[59] https://jamestown.org/brief/briefs-214/

[60] https://www.wikiwand.com/en/2007_in_Somalia

[61] https://jamestown.org/brief/briefs-214/

[62] http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/8256024.stm

[63] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, p. 89

[64] https://www.reuters.com/article/us-somalia-conflict-idUSLE02100020090915

[65] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, pp. 11-14

[66] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, pp. 11-14

[67] David H. Shinn “Al-Qaeda in East Africa and the Horn”, in “The Journal of Conflict Studies – Summer 2007”, p. 48

[68] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, pp. 11-14

[69] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, pp. 11-14

[70] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, p. 15

[71] https://journals.lib.unb.ca/index.php/jcs/article/view/219/377

[72] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, p. 15

[73] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, pp. 18-19

[74] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, p. 19

[75] https://www.trtworld.com/magazine/socialist-somalia-the-legacy-of-barre-s-military-regime-30735

[76] Mapping Militant Organizations. "Al Ittihad Al Islamiya." Stanford University. Last modified February 2019. https://cisac.fsi.stanford.edu/mappingmilitants/profiles/al-ittihad-al-islamiya

[77] Mapping Militant Organizations. "Al Ittihad Al Islamiya." Stanford University. Last modified February 2019. https://cisac.fsi.stanford.edu/mappingmilitants/profiles/al-ittihad-al-islamiya

[78] Mapping Militant Organizations. "Al Ittihad Al Islamiya." Stanford University. Last modified February 2019. https://cisac.fsi.stanford.edu/mappingmilitants/profiles/al-ittihad-al-islamiya

[79] Blake Edward Barkley, “Manipulating State Failure: Al-Shabaab’s Consolidation of Power in Somalia”, University of Calgary, September 2015, pp. 21-23

[80] https://www.dw.com/en/somalia-former-al-shabab-militants-share-their-story/a-40848898

[81] https://web.archive.org/web/20100715062221/https://www.monitor.co.ug/News/National/-/688334/956212/-/x22qke/-/ ; http://edition.cnn.com/2010/WORLD/africa/07/12/uganda.bombings/?hpt=T1 ; https://web.archive.org/web/20100715054623/http://www.newvision.co.ug/D/8/12/725545

[82] https://web.archive.org/web/20100715062221/https://www.monitor.co.ug/News/National/-/688334/956212/-/x22qke/-/ ; http://edition.cnn.com/2010/WORLD/africa/07/12/uganda.bombings/?hpt=T1 ; https://web.archive.org/web/20100715054623/http://www.newvision.co.ug/D/8/12/725545

[83] https://www.theguardian.com/world/2010/jul/12/uganda-kampala-bombs-explosions-attacks

[84] “African Politics, African Peace – AMISOM Short Mission Brief”, World Peace Foundation – Tufts University, July 2017, pp.5-6

[85] http://country.eiu.com/article.aspx?articleid=1862623570&Country=Ethiopia&topic=Politics&subtopic_9

[86] https://amisom-au.org/mission-profile/military-component/

[87] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, pp. 53-54

[88] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, pp. 52-53

[89] Napoleon A. Bamfo, “Ethiopia’s invasion of Somalia in 2006: Motives and lessons learned”, in African Journal of Political Science and International Relations Vol. 4(2), February 2010, pp. 62-63

[90] https://www.cbsnews.com/news/us-strikes-in-somalia-reportedly-kill-31/ ; https://www.thenation.com/article/archive/blowback-somalia/

[91] Napoleon A. Bamfo, “Ethiopia’s invasion of Somalia in 2006: Motives and lessons learned”, in African Journal of Political Science and International Relations Vol. 4(2), February 2010, p. 63

[92] Mohamed Haji Ingiriis (2018) From Al-Itihaad to Al-Shabaab: how the Ethiopian intervention and the ‘War on Terror’ exacerbated the conflict in Somalia, Third World Quarterly, 39:11, 2033-2052, DOI: 10.1080/01436597.2018.1479186

[93] https://www.aljazeera.com/news/2009/5/30/profile-sharif-ahmed

[94] https://www.peaceagreements.org/view/825

[95] Mapping Militant Organizations. “Hizbul Islam.” Stanford University. Last modified February 2019. https://cisac.fsi.stanford.edu/mappingmilitants/profiles/hizbul-islam

[96] Aisha Ahmad (2016) Going Global: Islamist Competition in Contemporary Civil Wars, Security Studies, 25:2, 353-384, DOI: 10.1080/09636412.2016.1171971 , p. 367

[97] https://www.ict.org.il/Article/1071/Jihadi%20Arena%20Report%20Somalia%20-%20Development%20of%20Radical%20Islamism%20and%20Current%20Implications#gsc.tab=0

[98] https://www.ict.org.il/Article/1071/Jihadi%20Arena%20Report%20Somalia%20-%20Development%20of%20Radical%20Islamism%20and%20Current%20Implications#gsc.tab=0

[99] https://www.nytimes.com/2008/05/02/world/africa/02somalia.html

[100] Aisha Ahmad (2016) Going Global: Islamist Competition in Contemporary Civil Wars, Security Studies, 25:2, 353-384, DOI: 10.1080/09636412.2016.1171971 , p. 369

[101] Aisha Ahmad (2016) Going Global: Islamist Competition in Contemporary Civil Wars, Security Studies, 25:2, 353-384, DOI: 10.1080/09636412.2016.1171971 , p. 369

[102] https://www.criticalthreats.org/analysis/profile-sheikh-hassan-dahir-aweys

[103] John Edward Maszka, “A Strategic Analysis of Al Shabaab”, Bournemouth University, February 2017, pp. 212-213

[104] John Edward Maszka, “A Strategic Analysis of Al Shabaab”, Bournemouth University, February 2017, pp. 212-213

[105] John Edward Maszka, “A Strategic Analysis of Al Shabaab”, Bournemouth University, February 2017, pp. 212-213

[106] https://www.securitycouncilreport.org/atf/cf/%7B65BFCF9B-6D27-4E9C-8CD3-CF6E4FF96FF9%7D/Somalia%205%20July%20IGAD%20communique.pdf

[107] https://www.repubblica.it/esteri/2010/07/12/news/uganda_attentati-5526975/

[108] John Edward Maszka, “A Strategic Analysis of Al Shabaab”, Bournemouth University, February 2017, p. 213

[109] https://csis-website-prod.s3.amazonaws.com/s3fs-public/legacy_files/files/publication/140221_Bryden_ReinventionOfAlShabaab_Web.pdf

[110] https://csis-website-prod.s3.amazonaws.com/s3fs-public/legacy_files/files/publication/140221_Bryden_ReinventionOfAlShabaab_Web.pdf

[111] https://www.somtribune.com/2015/04/11/somalia-places-bounty-on-al-shabaab-leaders/

[112] https://web.archive.org/web/20170203085034/https://www.state.gov/j/ct/rls/other/des/266532.htm

[113] https://csis-website-prod.s3.amazonaws.com/s3fs-public/legacy_files/files/publication/140221_Bryden_ReinventionOfAlShabaab_Web.pdf

[114] https://www.criticalthreats.org/analysis/profile-ahmed-abdi-godane-mukhtar-abu-zubair

[115] https://theglobalobservatory.org/2014/06/is-al-shabaab-resurgent-or-weakening-a-tale-of-two-narratives/

[116] https://www.scoopnest.com/user/KTNKenya/689704307952881664-factors-working-against-kdfs-operation-linda-nchi-in-somalia

[117] Nyagudi Musandu Nyagudi, review of the book "Operation Linda Nchi" - Kenya's Military Experience in Somalia by KDF/MoD Kenya, January 2015

[118] “The Kenyan Military intervention in Somalia”, International Crisis, Group, Africa Report N°184 – 15 February 2012, p. 1

[119] Vikram Kolmannskog, “Gaps in Geneva, gaps on the ground: case studies of Somalis displaced to Kenya and Egypt during the 2011 drought”, Policy Development and Evaluation Service | UNHCR, Norwegian Refugee Council, December 2012, p. 2

[120] “The Kenyan Military intervention in Somalia”, International Crisis, Group, Africa Report N°184 – 15 February 2012, p. 3

[121] https://www.theguardian.com/world/2011/oct/04/kenya-kidnap-attacks-tourism-hit

[122] https://www.bbc.com/news/world-africa-23359943

[123] “Communiqué of the 41st Extra-ordinary Session of the IGAD Council of Ministers”, IGAD, Addis Abeba, 21 October 2011

[124] https://www.bbc.com/news/world-africa-15725632

[125] https://english.alarabiya.net/articles/2011%2F11%2F16%2F177485

[126] https://cisac.fsi.stanford.edu/mappingmilitants/profiles/ras-kamboni-movement#_edn7

[127] https://www.csmonitor.com/World/Africa/2013/0708/Is-Kenya-birthing-a-new-country-named-Jubaland

[128] https://www.refworld.org/docid/4eaaa819c.html

[129] John Edward Maszka, “A Strategic Analysis of Al Shabaab”, Bournemouth University, February 2017, pp. 215-216

[130] https://www.criticalthreats.org/analysis/timeline-operation-linda-nchi#MonthTwo

[131] “Report of the Monitoring Group on Somalia and Eritrea pursuant to Security Council resolution 2060 (2012): Somalia”, United Nations Security Council, July 2013, p. 27

[132] https://www.bbc.com/news/world-africa-19769058

[133] https://www.theguardian.com/world/2012/sep/28/kenyan-soldiers-capture-kismayo-somalia

[134] https://www.trtworld.com/magazine/what-robow-s-arrest-means-for-somalia-and-al-shabab-23957

[135] https://edition.cnn.com/2013/06/29/world/africa/somalia-militant-killed/index.html

[136] https://www.nytimes.com/2017/08/13/world/africa/al-shabab-abu-mansoor-mukhtar-robow-somalia.html

[137] Luca Puddu, “Corno d’Africa e Africa Meridionale”, Osservatorio Strategico 2017 – n. III, p. 43

[138] https://www.reuters.com/article/us-somalia-security/former-senior-al-shabaab-leader-says-militants-should-leave-group-idUSKCN1AV14S

[139] https://www.reuters.com/article/us-somalia-politics-arrest-idUSKBN1OC1D8

[140] https://www.garoweonline.com/en/news/somalia/ex-al-shabaab-deputy-mukhtar-robow-goes-to-hunger-strike-in-mogadishu

[141] http://www.bar-kulan.com/2013/06/26/himan-and-heb-held-a-key-al-shabaab-figure/

[142] https://www.thestar.com/news/world/2017/03/10/my-meeting-with-a-forgotten-terrorist-in-somalia.html

[143] https://abcnews.go.com/Blotter/omar-hammami-american-rapping-jihadist-killed-somalia/story?id=20234254

[144] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, pp. 77-80

[145] John Edward Maszka, “A Strategic Analysis of Al Shabaab”, Bournemouth University, February 2017, p. 217

[146] https://www.voanews.com/a/africa_al-shabab-attacks-killed-4000-past-decade-says-data-gathering-group/6182660.html

[147] https://www.voanews.com/a/al-shabab-takes-somali-island/2514466.html

[148] https://www.bbc.com/news/world-africa-29282045

[149] https://www.timesofisrael.com/kenya-hits-somali-al-shabab-camp-after-mall-attack/

[150] https://www.bbc.com/news/world-africa-37759749

[151] https://www.nytimes.com/2015/04/03/world/africa/garissa-university-college-shooting-in-kenya.html

[152] Brendon J. Cannon e Dominic Ruto Pkalya, “Al-Shabaab. Anatomia dell’organizzazione terroristica che ha rapito Silvia Romano”, Rubbettino Editore – 2020, pp. 8-12

[153] https://www.ilfattoquotidiano.it/2020/05/09/silvia-romano-liberata-cronologia-del-rapimento-dal-sequestro-in-kenya-nel-2018-alla-pista-islamista-di-al-shabaab/5796860/ ; Brendon J. Cannon e Dominic Ruto Pkalya, “Al-Shabaab. Anatomia dell’organizzazione terroristica che ha rapito Silvia Romano”, Rubbettino Editore – 2020, pp. 8-12

[154] Brendon J. Cannon e Dominic Ruto Pkalya, “Al-Shabaab. Anatomia dell’organizzazione terroristica che ha rapito Silvia Romano”, Rubbettino Editore – 2020, pp. 8-12

[155] Brendon J. Cannon e Dominic Ruto Pkalya, “Al-Shabaab. Anatomia dell’organizzazione terroristica che ha rapito Silvia Romano”, Rubbettino Editore – 2020, pp. 8-12

[156] Brendon J. Cannon e Dominic Ruto Pkalya, “Al-Shabaab. Anatomia dell’organizzazione terroristica che ha rapito Silvia Romano”, Rubbettino Editore – 2020, pp. 8-12

[157] https://www.pri.org/stories/2019-01-25/group-behind-nairobi-s-recent-terror-attack-recruits-young-people-many-faiths

[158] Brendon J. Cannon e Dominic Ruto Pkalya, “Al-Shabaab. Anatomia dell’organizzazione terroristica che ha rapito Silvia Romano”, Rubbettino Editore – 2020, pp. 8-12

[159] Brendon J. Cannon e Dominic Ruto Pkalya, “Al-Shabaab. Anatomia dell’organizzazione terroristica che ha rapito Silvia Romano”, Rubbettino Editore – 2020, pp. 8-12

[160] https://www.theguardian.com/world/2014/mar/23/kenyan-church-attack-four-worshippers-dead-gunmen

[161] https://www.bbc.com/news/world-africa-26827636

[162] https://www.bbc.com/news/world-africa-27134695

[163] https://academic.oup.com/afraf/article/114/454/1/2195212?login=true

[164] https://thenewinquiry.com/blog/kenyan-somali-somali-in-kenya-kenya-in-somalia-kasaraniconcentrationcamp/

[165] https://www.reuters.com/article/us-kenya-islamist-idUSBREA301MN20140401 ; https://www.bbc.com/news/world-24263357

[166] https://www.bbc.com/news/world-africa-19390888

[167] https://www.bbc.com/news/world-africa-24395723

[168] https://www.reuters.com/article/us-kenya-islamist-idUSBREA301MN20140401

[169] David M. Anderson, “Why Mpeketoni matters: al-Shabaab and violence in Kenya”, Norwegian Peacebuilding Resource Centre, Policy Brief, September 2014, p. 1 https://www.files.ethz.ch/isn/183993/cc2dacde481e24ca3ca5eaf60e974ee9.pdf

[170] https://www.france24.com/en/20141204-eu-strasbourg-court-orders-france-pay-somali-pirates-thousands-compensation

[171] https://amisom-au.org/2014/01/ethiopian-troops-formally-join-amisom-peacekeepers-in-somalia/

[172] https://www.bbc.com/news/world-africa-29034409

[173] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, pp. 84-94

[174] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, pp. 84-94

[175] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, pp. 84-94

[176] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, pp. 84-94

[177] https://intelligencebriefs.com/al-shabaabs-amniyat-head-of-operations-in-mogadishu-muse-moallim-muawiye-resigns-nisa-reports/

[178] https://www.france24.com/en/20180511-video-revisited-puntland-somalia-piracy-pirateland-hijacking-coastguards-fishermen-shabaab

[179] https://www.worldbank.org/en/events/2017/01/26/pirates-of-somalia-crime-and-deterrence-on-the-high-seas#1

[180] http://www.safeseas.net/the-decline-of-somali-piracy-towards-long-term-solutions/

[181] http://www.seychellesnewsagency.com/articles/300/Why+piracy+in+Somalia+has+declined

[182] “The Pirates of Somalia - Ending the Threat, Rebuilding a Nation”, The World Bank | Regional Vice-Presidency for Africa, 2013, p. 74 https://documents1.worldbank.org/curated/en/182671468307148284/pdf/76713-REPLACEMENT-pirates-of-somalia-pub-11-2-15.pdf

[183] https://www.worldbank.org/en/topic/financialsector/publication/pirate-trails-tracking-the-illicit-financial-flows-from-piracy-off-the-horn-of-africa

[184] https://www.unodc.org/unodc/en/frontpage/2013/November/pirate-trails-tracks-dirty-money-resulting-from-piracy-off-the-horn-of-africa.html

[185] UN Monitoring Group on Somalia and Eritrea, Letter dated 2 October 2018, p. 6

[186] https://www.reuters.com/article/uk-eritrea-somalia-un-idUKBRE86F0AI20120716

[187] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, pp. 84-91

[188] Harun Maruf e Dan Joseph, “Inside Al-Shabaab”, Indiana University Press – 2018, pp. 84-91

[189] https://www.bbc.com/news/world-africa-48390166?fbclid=IwAR0jdrRAJKBWAyiee9QDGJJXmpvZMFJGmRIOmpB6wexDSPscUs2a5g9nd-U

[190] https://www.counterextremism.com/extremists/ahmed-umar-abu-ubaidah

[191] https://rewardsforjustice.net/english/abu_ubaidah.html

[192] https://www.repubblica.it/esteri/2018/11/21/news/lo_scontro_tra_al_shabaab_e_isis-somalia_per_l_egemonia_della_jihad_nel_corno_d_africa-212219571/

[193] https://edition.cnn.com/2015/10/22/africa/al-shabaab-faction-isis/

[194] https://www.criticalthreats.org/analysis/profile-ahmad-umar-abu-ubaidah

[195] https://www.yahoo.com/news/somali-ex-shebab-chief-tells-others-surrender-153515732.html?ref=gs&guccounter=1

[196] https://orato.world/2021/06/23/a-miraculous-escape-from-the-jaws-of-terrorists/

[197] https://www.voanews.com/a/africa_al-shabab-attacks-killed-4000-past-decade-says-data-gathering-group/6182660.html

[198] https://www.bbc.com/news/world-africa-48621924

[199] https://hiiraan.com/news4/2018/Mar/157047/committee_587_dead_in_oct_14_terror_attack.aspx

[200] https://www.newamerica.org/international-security/reports/americas-counterterrorism-wars/the-war-in-somalia/

[201] John Edward Maszka, “A Strategic Analysis of Al Shabaab”, Bournemouth University, February 2017, p. 246

[202] https://www.garda.com/fr/crisis24/alertes-de-securite/335881/somalia-al-shabaab-militants-attack-amisom-base-in-barawe-lower-shabelle-region-april-24 ; https://www.reuters.com/article/us-somalia-security-idUSKCN1H815F ; https://www.humanitarianresponse.info/ru/operations/ethiopia/article/somalia-islamist-militants-attack-base-ethiopia-troops-reuters

[203] http://www.xinhuanet.com/english/africa/2021-06/10/c_1310000737.htm ; https://www.voanews.com/a/africa_al-shabab-attacks-military-bases-southern-somalia/6204105.html ; https://www.reuters.com/world/africa/al-shabaab-attacks-somali-military-base-captures-central-town-2021-08-24/ ; https://www.dailysabah.com/world/africa/somalias-army-retakes-key-town-from-al-shabab-terrorists ; https://www.aljazeera.com/news/2020/10/15/at-least-13-somali-soldiers-killed-after-al-shabaab-clash

[204] https://www.reuters.com/world/africa/somalias-puntland-sends-troops-fight-al-shabaab-neighbouring-state-2021-09-03/ ; https://www.notiziegeopolitiche.net/somalia-continuano-gli-attentati-di-al-shabaab-per-destabilizzare-il-puntland/

[205] https://www.difesa.it/SMD_/CASD/IM/CeMiSS/DocumentiVis/Osservatorio_Strategico_2018/01_2018_ITA/PUDDU_IS_OS_01_2018.pdf

[206] “Somalia Conflict Insight”, Institute for Peace & Security Studies | Addis Abeba University, Peace and Security Report, vol.1, December 2019, p. 2

[207] https://www.hrw.org/world-report/2021/country-chapters/somalia

[208] https://www.hrw.org/world-report/2021/country-chapters/somalia

[209] https://www.nytimes.com/1984/09/20/world/us-will-spend-38.6-million-to-refurbish-port-in-somalia.html

[210] Jamal Osman, “Somalia: 'My Bloody Country’” - BBC Africa Eye full documentary: https://www.youtube.com/watch?v=YH6f0azpOrg-

[211] https://rusi.org/explore-our-research/publications/commentary/african-union-intervention-force-will-stay-somalia-whose-troops

[212] https://www.africom.mil/pressrelease/33358/statement-from-africom-commander-us-army-gen-stephen-townsend-on-the-activation-of-joint-t

[213] https://www.militarytimes.com/news/your-military/2021/01/17/us-military-says-troop-withdrawal-from-somalia-is-complete/

[214] https://foreignpolicy.com/2021/09/13/taliban-victory-afghanistan-al-qaeda-victory-911/

[215] https://www.voanews.com/a/africa_security-experts-warn-al-shabab-may-try-emulate-taliban-somalia/6209638.html

[216] https://www.ispionline.it/en/pubblicazione/endless-us-war-terror-somalia-30359

[217] https://www.visitmogadishu.com/dt_places/bakara-market-largest-market-in-east-africa/

[218] “Report of the Monitoring Group on Somalia and Eritrea pursuant to Security Council resolution 1916 (2010)”, UNSC, 2011, p. 12 https://www.un.org/ga/search/view_doc.asp?symbol=S/2011/433

[219] Yaya J. Fanusie and Alex Entz , “Al-Shabaab Financial Assesment”, Center on Sanctions & Illicit Finance | Foundation for Defense of Democracires, Terror Finance Briefing Book, June 2017, p. 7

[220] Christian Nellemann, Rune Henriksen, Patricia Raxter, Neville Ash, and Elizabeth Mrema, “The Environmental Crime Crisis – Threats to Sustainable Development from Illegal Exploitation and Trade in Wildlife and Forest Resources,” United Nations Environment Programme, 2014, p. 8; https://www.cbd.int/financial/monterreytradetech/unep-illegaltrade.pdf

[221] “Report of the Monitoring Group on Somalia and Eritrea pursuant to Security Council resolution 2244 (2015): Somalia”, UNSC, 2016, p. 40-41 https://www.un.org/ga/search/view_doc.asp?symbol=S/2016/919

[222] Report of the Monitoring Group on Somalia and Eritrea pursuant to Security Council resolution 2244 (2015): Somalia”, UNSC, 2016, p. 5 https://www.un.org/ga/search/view_doc.asp?symbol=S/2016/919

[223] “Report of the Monitoring Group on Somalia and Eritrea pursuant to Security Council resolution 2244 (2015): Somalia,” UNSC, 2016, pp. 26-27 https://www.un.org/ga/search/view_doc.asp?symbol=S/2016/919

[224] “Report of the Monitoring Group on Somalia and Eritrea pursuant to Security Council resolution 1916 (2010),” UNSC, 2011, p. 28 https://programs.fas.org/ssp/asmp/issueareas/manpads/S2011433.pdf

[225] “Report of the Monitoring Group on Somalia and Eritrea pursuant to Security Council resolution 2244 (2015): Somalia,” UNSC, 2016, p. 11 https://www.un.org/ga/search/view_doc.asp?symbol=S/2016/919

[226] “Report of the Monitoring Group on Somalia and Eritrea pursuant to Security Council resolution 2244 (2015): Somalia,” UNSC, 2016, p. 70 https://www.un.org/ga/search/view_doc.asp?symbol=S/2016/919

[227] https://www.refworld.org/pdfid/5346922f4.pdf

[228] https://www.bbc.com/news/world-africa-25295821

[229] “Report of the Monitoring Group on Somalia and Eritrea pursuant to Security Council resolution 2182 (2014): Somalia” UNSC, 2015, p. 29 https://www.un.org/ga/search/view_doc.asp?symbol=S/2015/801&referer=/english/&Lang=E ; “Report of the Monitoring Group on Somalia and Eritrea pursuant to Security Council resolution 2244 (2015): Somalia,” UNSC, 2016, p. 70 https://www.un.org/ga/search/view_doc.asp?symbol=S/2016/919

[230] Seth G. Jones, Andrew Liepman and Nathan Chandler, “Counterterrorism and Counterinsurgency in Somalia: Assessing the Campaign Against Al Shabaab”, Rand Corporation, 2016, p. 14

[231] “Report of the Monitoring Group on Somalia pursuant to Security Council resolution 1853 (2008)”, UNSC, 2010, p. 23 https://www.un.org/ga/search/view_doc.asp?symbol=S/2010/91

[232] https://www.aljazeera.com/news/2012/7/17/eritrea-reduces-support-for-al-shabab

[233] https://wikileaks.org/plusd/cables/09TRIPOLI561_a.html

[234] https://jamestown.org/program/al-shabaab-somalias-al-qaeda-affiliate-wants-puntland/

[235] https://intelligencebriefs.com/somalia-largest-mobile-network-company-hormuud-telecom-linked-among-top-shabaab-financiers/

[236] “Report of the Monitoring Group on Somalia and Eritrea pursuant to Security Council resolution 2244 (2015): Somalia,” UNSC, 2016, p. 70 https://www.un.org/ga/search/view_doc.asp?symbol=S/2016/919

[237] https://www.nytimes.com/2020/10/11/world/africa/feared-shabab-exploit-somali-banking-and-invest-in-real-estate-un-says.html

[238] Yaya J. Fanusie and Alex Entz , “Al-Shabaab Financial Assesment”, Center on Sanctions & Illicit Finance | Foundation for Defense of Democracires, Terror Finance Briefing Book, June 2017, p. 12

[239] https://www.aa.com.tr/en/africa/erdogan-visit-played-pivotal-tole-for-somalia/816590

[240] https://www.aa.com.tr/en/asia-pacific/opinion-turkey-s-growing-smart-power-in-somalia/2340384

[241] https://www.trtworld.com/magazine/a-decade-of-turkey-s-rise-in-somalia-49451

[242] https://www.trtworld.com/magazine/a-decade-of-turkey-s-rise-in-somalia-49451

[243] https://allafrica.com/stories/201310040131.html ; https://www.aa.com.tr/en/africa/somalia-promises-to-secure-turkish-nationals-safety/1709362 ; https://eeradicalization.com/turkish-ambitions-in-somalia/

[244] https://somaliainvestor.so/education-sector-in-somaliaturkeys-contribution/ ; https://www.aa.com.tr/en/africa/turkish-ngo-builds-educational-complex-in-somalia/1329095

[245] https://www.aa.com.tr/en/africa/somalia-turkish-hospitals-expansion-project-launched/2139311 ; https://goobjoog.com/english/the-turkeys-president-formally-opens-digfeer-hospital/

[246] https://www.tika.gov.tr/en/news/tika_will_reconstruct_the_parliament_building_in_somalia-42894

[247] https://www.nigrizia.it/notizia/gibuti-accordo-con-la-turchia-per-lapertura-di-scuole-della-maarif-foundation

[248] https://eeradicalization.com/turkish-ambitions-in-somalia/ ; https://www.trtworld.com/africa/turkey-s-maarif-foundation-takes-over-feto-schools-in-somalia-20251

[249] https://www.balcanicaucaso.org/aree/Turchia/Guelen-Erdogan-dal-sodalizio-all-accusa-di-golpe-173366

[250] https://www.ilfattoquotidiano.it/2016/07/16/golpe-in-turchia-chi-e-fetullah-gulen-limam-che-secondo-erdogan-e-stato-la-mente-del-colpo-di-stato/2910018/

[251] https://www.reuters.com/article/us-turkey-gulen/turkey-officially-designates-gulen-religious-group-as-terrorists-idUSKCN0YM167

[252] https://venturesafrica.com/the-somalia-government-has-invited-turkey-to-explore-for-oil-offshore/

[253] https://www.reuters.com/article/somalia-oil/somalian-parliament-approves-new-petroleum-law-minister-idUSL8N29B3Y8

[254] https://uwidata.com/8052-turkeys-focus-on-africa-energy-security-political-influence-and-economic-growth/

[255] https://www.middleeastmonitor.com/20200121-somalia-gives-turkey-carte-blanche-for-oil-exploration/

[256] https://www.reuters.com/article/us-somalia-turkey-military-idUSKCN1C50JH

[257] https://www.nytimes.com/2021/06/15/world/africa/somalia-shabab-attack-turkey.html

[258] https://www.mfa.gov.tr/relations-between-turkey-and-somalia.en.mfa

[259] https://www.ispionline.it/it/pubblicazione/somalia-and-beyond-turkey-horn-africa-26379

[260] https://ahvalnews.com/saudi-turkey/erdogan-trying-build-new-ottoman-caliphate-saudi-crown-prince

[261] https://www.aljazeera.com/news/2017/11/14/how-turkey-stood-by-qatar-amid-the-gulf-crisis

[262] https://english.alarabiya.net/News/north-africa/2020/07/25/Turkey-Qatar-recruit-thousands-of-Somali-mercenaries-to-fight-in-Libya-Report

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès