paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

85 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 janv. 2022

Comment Jacob Zuma se prépare à une guerre civile

Le rêve de Madiba est mort. Depuis près de quatre ans maintenant, le système démocratique sud-africain est au bord de l'effondrement.

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La pauvreté, la maladie, le manque d'éducation, le manque de perspectives, le manque d'emplois et le manque de soins de santé ont créé d'une part une génération de bureaucrates cyniques, arrogants et corrompus, et d'autre part une génération de personnes désespérées qui voient dans le crime et la violence leur seule chance d'avoir une vie meilleure. Le système judiciaire et la politique ont perdu toute crédibilité, et la police elle-même, largement incapable de maintenir l'ordre, est infiltrée par des groupes d'intérêt extérieurs à l'État.

Les gens meurent jeunes dans cette nouvelle Afrique du Sud : de Covid, du sida, abattus en pleine rue, matraqués lors d'émeutes antigouvernementales, éliminés par les pelotons d'exécution des bandes criminelles, mais aussi de faim et de peur. Le président Cyril Ramaphosa et son gouvernement n'ont jamais été capables de s'attaquer à ces problèmes, se limitant à des déclarations de principe et à des mesures improvisées, comme l'introduction de la prohibition de l'alcool et des cigarettes, qui n'ont fait que renforcer rapidement les mafias locales.

Dans ce tableau d'horreur, émerge une figure criminelle qui, paradoxalement, est perçue comme un salut possible par des centaines de milliers de personnes : l'ancien président Jacob Zuma, chef de l'ethnie Msholozi, homme riche et puissant, entouré d'hommes encore plus riches et plus puissants, possible chef de la monarchie zouloue et encore plus possible fondateur d'un nouveau parti qui, en quelques années, pourrait remplacer l'ANC à la tête du pays - par la force des choses - et instaurer un régime antidémocratique basé sur la terreur, mais aussi sur le consentement d'une grande partie de la population noire, notamment celle de sa province natale, le KwaZulu-Natal.

L'incroyable parabole d'un opportuniste

Le 14 février 2018, un an avant la fin de son mandat, le président de l'Afrique du Sud, Jacob Gedleyihlekisa Zuma, a été contraint de démissionner. La liste des accusations portées contre lui est interminable : viol, trafic d'armes, fraude, corruption, vol, abus de pouvoir. Au cours des quinze dernières années, il a été arrêté à plusieurs reprises, traduit en justice, puis relâché - que ce soit sur condamnation ou sur acquittement[2]. Tout cela, jusqu'à ce mois de février 2018, n'a jamais menacé sa carrière politique, faite de votes achetés, d'intimidation, de violence - mais aussi d'un charisme indéniable, de sa capacité à coopérer avec la monarchie zouloue dans une clé anti-étatique, réussissant à faire passer le message qu'il peut personnifier les rêves de tout un peuple.

Sa parabole politique ne se termine donc pas avec sa démission. Il reste trois ans avant les prochaines élections, et il se prépare à un retour fracassant, qui pourrait prendre la forme d'une sorte de sécession du KwaZulu-Natal - peut-être, pour l'instant, sans déclaration d'indépendance, car Zuma et ses acolytes ont besoin du soutien de l'État. Les manœuvres sont visibles : ayant passé un accord en béton avec le crime organisé, ses sbires terrorisent la population, mais aussi la police et les grandes entreprises multinationales. Après la mort du roi Zwelithini, avec lequel il avait collaboré pendant des années, et l'élection de l'héritier désigné de la maison royale, Misuzulu Sinqobile kaZwelithini, Zuma a réussi à ouvrir un conflit pour forcer le nouveau roi à abdiquer et à laisser la place à son fils Duduzane, un jeune homme qui, à même pas 40 ans, a sur ses épaules un formidable curriculum de meurtres, d'escroqueries, de dévastations et de collaborations avec le crime organisé indien et chinois[3].

Aucune pomme ne tombe loin de l'arbre. Jacob Zuma a un passé de controverses criminelles digne d'un film hollywoodien : sa première arrestation remonte à 1963, pour conspiration visant à renverser le gouvernement sud-africain, pour laquelle il a été condamné à 10 ans de prison sur Robben Island. Une fois libre, il a continué à lutter contre l'apartheid et, en 1975, il s'est exilé, d'abord au Swaziland, puis au Mozambique, pour éviter d'être arrêté. Membre du comité exécutif de l'ANC en 1977, il y retourne en 1990 et est élu président du KwaZulu-Natal. En décembre 1997, il est élu vice-président de l'ANC et en juin 1999, il est nommé vice-président par Thabo Mbeki[4].

Le président Mbeki lui-même l'a démis de ses fonctions en juin 2005[5] après qu'il ait participé à la condamnation de l'un de ses amis proches, l'homme d'affaires Schabir Shaik[6], accusé d'avoir sollicité des pots-de-vin d'une société d'armement française pour le compte de Zuma[7]. La Haute Cour de Durban a statué que Shaik a payé Zuma en échange de contrats gouvernementaux et a sollicité un pot-de-vin de la société d'armement française Thint Holdings en guise de récompense : les paiements de Shaik à Zuma se seraient élevés à 1,2 million de rands[8]. En contrepartie, il était censé arrêter une enquête sur le trafic d'armes en 1999. En décembre 2005, les accusations de corruption ont été rejointes par des accusations de viol[9].

Cette dernière accusation a été abandonnée[10], et en septembre 2016, de manière inexplicable, le tribunal a jugé que les preuves contre Zuma étaient insuffisantes - les mêmes preuves pour lesquelles il a condamné Shaik[11]. En décembre 2007, il a été accusé de corruption, de fraude, de blanchiment d'argent et d'évasion fiscale[12], mais le juge l'a acquitté, accusant Mbeki de comploter contre Zuma[13]. Mbeki a démissionné en signe de protestation[14], et les magistrats chargés de l'enquête sur Zuma ont fait appel de la décision d'acquittement[15]. En janvier 2009, la cour d'appel a annulé la sentence précédente, et le procès contre Zuma a repris quelques mois avant les élections générales[16]. Inexplicablement, les charges contre lui ont été abandonnées le 6 avril[17].

En février 2010, Zuma, désormais président de l'Afrique du Sud, a admis avoir eu un enfant hors mariage, ce qui est grave pour la monarchie zouloue[19]. En mars 2012, la Cour suprême d'appel, acceptant les demandes de l'Alliance démocratique (DA), a ordonné une révision de la décision de 2009 d'abandonner les charges de corruption contre Zuma[20]. En mai 2013, il a été accusé d'abus de pouvoir pour avoir permis à un Airbus A330-200 privé, affrété par la compagnie indienne Jet Airways, d'atterrir sur la base militaire de Waterkloof, transportant 300 invités à un mariage de la famille mafieuse indienne Gupta - une famille avec laquelle Zuma a des liens étroits - sans les autorisations appropriées[21]. Une enquête du gouvernement le blanchit[22].

Il doit également répondre aux accusations de fraude et de corruption pour les dépenses de plusieurs millions de dollars dans sa ferme privée de Nkandla : Thuli Madonsela, le médiateur national, publie en mars 2014 un rapport officiel détaillant les résultats de deux années d'enquête, et conclut que de nombreuses améliorations de la ferme, financées par des fonds publics (246 millions de rands pour une piscine, un amphithéâtre et un kraal pour le bétail[23]) ne sont pas liées à la sécurité[24]. En mars 2016, Zuma a été condamné à rembourser une partie des fonds[25]. Pour payer les 7,8 millions de rands qu'il doit, il sera obligé de contracter un prêt auprès de la VBS Mutual Bank[26].

Madonsela a préparé un rapport sur les liens commerciaux entre Zuma et les Guptas lorsqu'il a été contraint de démissionner en octobre 2016[27]. Le 2 novembre, cependant, la Cour a ordonné sa publication immédiate[28]: le rapport détaillait plusieurs cas d'influence indue possible et recommandait la mise en place d'une équipe d'enquête judiciaire pour approfondir les allégations[29]. En juillet 2017, le scandale, surnommé "Guptagate", éclate : un océan d'emails présidentiels prouve que la famille Gupta a usé de son influence pour nommer des ministres et bénéficier de contrats gouvernementaux[30].

En octobre 2017, la Cour suprême a rétabli les 783 anciennes accusations de corruption portées contre Jacob Zuma[31]. Le 29 décembre 2017, la Cour constitutionnelle constate que le Parlement a échoué en acquittant Zuma dans le cadre du scandale de Nkandla, et ordonne à l'Assemblée nationale de contraindre le président à démissionner dans les 180 jours[32]. En mars 2018, le tribunal statue que Zuma devra faire face à 12 chefs d'accusation de fraude, un de racket, deux de corruption et un de blanchiment d'argent[33]. Dans le cadre des accusations lancées par Madonsela, en juillet 2019, Zuma comparaît devant la "State Capture Commission" : il rejette les accusations, parle de boycott politique et refuse de coopérer davantage avec la commission[34]. Il déclare également son innocence dans le procès, qui a débuté en mai 2021, pour les anciennes accusations de 1999[35].

En juin 2021, la Cour constitutionnelle condamne Zuma à 15 mois d'emprisonnement pour outrage à la Cour[36]. Zuma commence à purger sa peine en juillet, mais en août il est hospitalisé, apparemment pour une opération chirurgicale qui n'a jamais été clarifiée[37]. Il a bénéficié d'une mise à l'épreuve et a été autorisé à purger le reste de sa peine à domicile. En juillet, il a été condamné à suspendre sa mise à l'épreuve, mais au lieu de retourner en prison, il s'est enfermé dans sa villa et a attendu les résultats de l'appel, tandis que dans les rues de Durban et d'autres villes du KwaZulu-Natal, des centaines de manifestants en colère réclamaient son acquittement[38].

La crise du système démocratique

Dans un pays normal, un tel homme aurait été forcé de quitter la politique, mais l'Afrique du Sud n'est pas un pays normal ; au contraire, il y a un risque que, dans la lutte entre l'État démocratique et Zuma, ce soit ce dernier qui l'emporte et déstabilise le système. Lors des élections générales de 2019, l'ANC conserve la majorité absolue des voix (57,5 %), mais perd plus de 4,6 % et 19 sièges au Parlement[40]. Cette lourde défaite est encore plus évidente lors des élections pour les parlements provinciaux, qui se déroulent traditionnellement en même temps que les élections générales : ici, la colère contre l'ANC apporte des voix non seulement aux autres partis historiques, mais aussi aux petites formations locales[41]. C'est un signe supplémentaire de la crise de ce parti, qui vit encore dans la mémoire de la lutte contre l'Apartheid et de ses mythes, de Steve Biko à Nelson Mandela, mais qui est aujourd'hui un symbole de corruption et de profonde faiblesse d'objectif.

Ces 19 sièges au parlement national sont occupés par un groupe d'extrémistes né d'une scission de l'ANC : l'EFF (Economic Freedom Fighters), qui axe sa campagne électorale précisément sur les points faibles du pouvoir sud-africain, et promet honnêteté et aide aux plus pauvres[42]. L'IFP, le parti de la monarchie zouloue, est également en pleine expansion, recueillant son demi-million de voix dans une seule province, le KwaZulu-Natal[43]. Une province qui, si un référendum était organisé demain, voterait probablement pour sa propre indépendance[44].

Il est difficile de dire ce qui a le plus compromis la situation, mais c'est certainement une mesure clé, fortement souhaitée par Mandela, qui est à l'origine de la colère des Zoulous : le Black Economic Empowerment (BEE) Act, une mesure qui était censée promouvoir de manière décisive la participation des Noirs à la transformation de l'Afrique du Sud[45]. Les principes de la mesure sont contenus dans le discours prononcé le 29 mai 1998 par le chef de l'ANC, Thabo Mbeki, devant l'Assemblée nationale sur "la réconciliation et la construction de la nation"[46]. La réconciliation entre Noirs et Blancs est un rêve si les disparités socio-économiques de l'apartheid ne sont pas rapidement surmontées[47].

Outre les mesures modestes et complexes destinées à soutenir les petites et moyennes entreprises créées par les Noirs, il existe une question fondamentale : toutes les entreprises blanches, y compris les multinationales étrangères, sont tenues de céder un certain pourcentage de leurs actions à la communauté noire locale et de choisir de petites entreprises locales pour assurer les services liés à la production[48]. Le prix des actions sera ensuite remboursé par des prélèvements sur les dividendes, ajustés de manière à ne pas mettre en difficulté les nouveaux copropriétaires[49].

L'une des premières entreprises à bouger est le groupe Sanlam, qui vend sa participation de 10 % dans MetLife à un consortium dirigé par Nthato Motlana, un dirigeant de la Ligue de la jeunesse de l'ANC et ancien médecin de Nelson Mandela et de Desmond Tutu[50]. Le consortium, nommé New Africa Investments Limited (NAIL), avait une valeur marchande de près de 6 milliards de rands (38,4 millions de dollars) à la fin de 1998[51]. La loi est appliquée partout : en 1999, 281 entreprises l'avaient déjà mise en œuvre[52] et, en 2004, la somme de la valeur transférée aux Noirs dépassait 80 milliards de rands (13,3 milliards de dollars)[53]. Au cours des années suivantes, sur la base de l'expérience acquise, la loi a été modifiée jusqu'à atteindre sa version finale actuelle, qui est en vigueur depuis 2003[54]. Depuis 2007, un mécanisme (le Scorecard) a été ajouté à la loi, récompensant les entreprises qui appliquent le BEE par des allègements fiscaux[55].

Les législateurs ont fait de leur mieux pour convaincre les entreprises d'adhérer, mais la loi n'a pas fonctionné. La raison en est que, lorsqu'il s'agit de distribuer les pourcentages BEE, les entreprises s'en remettent à l'administration publique - donc aux partis. Et les partis, au lieu de donner l'argent aux communautés locales, le distribuent aux membres d'une élite noire puissante et corrompue, laissant les villages affamés et en colère[56].

L'affaire Richards Bay Minerals

L'exemple le plus évident de cet échec est celui de RBM Richards Bay Minerals, un leader mondial de l'extraction et du raffinage du dioxyde de titane et d'autres sables minéraux lourds, situé dans le district d'uThungulu au nord-est du KwaZulu-Natal, dans la zone des municipalités d'uMfolozi et d'uMhlathuze et de quatre tribus : les Dube, les KwaMbonambi, les Sokhulu et les mKhwanazi[58]. Avec l'application des lois sur l'émancipation des Noirs, Rio Tinto (qui contrôle maintenant 74% des actions) a vendu 24% à la société financière Blue Horison 41 (Pty) Ltd[59]. L'accord, d'une valeur d'environ 4,5 milliards de rands, a été rendu public le 11 décembre 2008[60]. Les actions sont réparties entre sept investisseurs principaux (le consortium Imbewu, 3 % ; Matasis Investment Holdings, 3 % ; Gade Investments, 2,02 % ; Sambulo Investments, 2,02 % ; South African Women's Alliance, 1,44 % ; Ungoye Investments, 0,86 % ; Bingela Investments Consortium, 0,85 %) et les communautés indigènes ne possèdent que 2,7 % chacune[61].

Lorsque la direction de Rio Tinto se rend compte que la division est injuste, elle fait don de 17,5 millions de rands au Public Benefit Trust (PBO) des communautés, et promet 3 millions de rands supplémentaires par an pour chaque communauté[62]. Mais même cet argent emprunte des voies mystérieuses, pour lesquelles les communautés accusent leurs nKhosi impliqués dans le RBM, au premier rang desquels le chef Mbonambi Martin Mbuyazi, nommé en 2017 et contraint de démissionner en 2021 en raison des soupçons de déloyauté qui pèsent sur lui[63].

Les tribus se sont également déchaînées contre l'entreprise : en 2013, la dévastation a coûté plus de 13 millions de dollars[64]. En 2016, des membres des communautés de Sokhulu et de KwaMbonambi bloquent l'entrée de la mine en brûlant des arbres, des pierres et des pneus, obligeant l'entreprise à arrêter ses activités[65]. L'activiste Thokozani Mbika, ainsi que son cousin, meurent sous les coups de balles d'AK-47 et de fusils de calibre 9. Les tueurs laissent une lettre d'intimidation aux autres activistes impliqués dans les manifestations, suggérant que l'assassinat est l'œuvre de tueurs à gages de la compagnie minière[66]. Une astuce : le 2 septembre, un directeur de RBM, Ronny Nzimande, a été criblé de 20 balles provenant des mêmes armes alors qu'il conduisait sa voiture[67].

La situation est extrêmement grave. L'ANC en veut à Rio Tinto de ne pas avoir encouragé l'emploi de travailleurs locaux et de petites entreprises dans la région, notamment dans le cadre de projets éducatifs et sanitaires[68]. En 2018, les mineurs ont exigé de meilleurs salaires : ils se sont mis en grève, ont bloqué les routes, cassé ce qu'ils ont pu trouver, jusqu'à la mort d'un agent de sécurité, Vusi Mhlenyane[69]. Rio Tinto menace de fermer la mine si l'État n'est pas en mesure de garantir l'ordre et la sécurité et d'enquêter sur les événements[70].

Dans la ville voisine d'eMpemeni, où RBM étudie de nouvelles activités minières, la violence est encore plus extrême : 38 meurtres et 14 tentatives de meurtre de 2016 à 2020[71], des habitants furieux à cause des expropriations ou parce qu'ils sont obligés d'accepter des prix dérisoires pour vendre leurs terres[72]. Mais la violence a également une autre cible : ceux qui étaient au courant ou qui ont bénéficié des licences accordées à RBM[73]. Bien que la société ait versé 8 milliards de rands en salaires, redevances et impôts, plus 1,5 milliard de rands aux entreprises locales et 540 millions de rands pour des projets communautaires locaux[74], la majorité des habitants ont été laissés à l'écart de la redistribution et, au contraire, paient aujourd'hui un prix inacceptable: pollution[75], réduction de la distribution d'eau et d'électricité[76], expropriation et exploitation, négociées par les Izinduna - les chefs de village[77]. Les quelques entreprises locales qui travaillent avec RBM sont soumises à la même rage et à la même fureur meurtrière[78].

Les choses s'aggravent lorsqu'il s'avère que, dans tout cela, l'Ingonyama Trust est l'autorité qui a cédé les terres et collecté l'argent - comme s'il s'agissait de la propriété personnelle du roi Zwelithini[80]. En 2018, RBM fait don de 79 millions de rands au KwaMbonambi Development Trust pour financer des projets locaux : cet argent disparaît, mais les chefs de village affichent soudain une étonnante richesse[81]. La colère monte inexorablement.

Fin 2019, Rio Tinto, en raison d'une nouvelle vague de violence, décide de suspendre ses activités[82]; il les reprendra en janvier suivant, après que Sihle Zikalala, Premier ministre du KwaZulu-Natal, ait promis de résoudre les problèmes des communautés[83]. Un projet d'expansion de RBM, appelé Zulti South, qui prolongerait la durée de vie de la mine jusqu'en 2040 au moins, ajoute de l'huile sur le feu. Le projet coûterait 6,7 milliards de rands et, selon RBM, apporterait environ 100 milliards de rands à l'économie locale au cours des 25 prochaines années[84]. Zulti South est situé à proximité du parc de la zone humide d'iSimangaliso - dans une zone que le roi Zwelithini voulait exploiter seul, avec une petite entreprise de la tribu Sokhulu, Eyamakhosi Resources (Pty) Ltd, qui a secrètement obtenu une licence d'exploitation pour la même zone précédemment accordée à RBM[85] et qui, de toute façon, fait l'objet d'une bataille des écologistes depuis des années[86].

Le parc de zones humides iSimangaliso (Place of Wonders) (iWP), a été le premier site du patrimoine mondial d'Afrique du Sud et, depuis 2019, le deuxième parc du pays : il se compose de 16 réserves naturelles créées pendant l'apartheid qui, grâce à l'Ingonyama Trust, ont été réaffectées[87]. En 2018, Eyamakhosi Resources (Pty) Ltd, une société détenue par un ancien employé de RBM issu de la tribu Sokhulu, Sicebi Mthethwa, a présenté une demande de droits de prospection dans une partie de la réserve 4 (environ 500 hectares) dans la zone de KwaSokhulu[88], une zone dotée d'un écosystème très précieux avec une flore et une faune spéciales en voie de disparition[89], à la frontière du parc de zones humides d'iSimangaliso. La tentative avait déjà été faite par Rio Tinto 30 ans plus tôt, mais sans succès[90].

Eyamakhosi Resources a fait une nouvelle tentative dans une zone légèrement plus au nord-ouest, mais s'est heurtée de front aux écologistes[91]. RBM prend publiquement ses distances avec cette tentative. L'ONG iSimangaliso Action Group demande à Eyamakhosi de révéler les financiers cachés derrière le projet, mais n'obtient aucune réponse[92]. Une autre ONG, la Wild Equity Foundation d'Andrew Zaloumis, confirme dans un rapport que Eyamakhosi Resorces, sans personne derrière elle, n'est pas capable de gérer une telle concession minière[93]. Le nom d'Ingonyama Trust, qui a toujours manifesté son intérêt, circule, mais le projet a besoin de sponsors beaucoup, beaucoup plus grands et puissants, disposant du savoir-faire technologique nécessaire.

En mai 2021, Nico Swart, directeur général des services opérationnels de RBM, est mort sous une pluie de balles dans sa voiture alors qu'il se rendait au travail[94]. La RBM ferme à nouveau ses portes[95], en signe de protestation contre le meurtre, mais aussi parce que les blocages organisés par les syndicats, qui exigent la libération de Jacob Zuma, visent étonnamment à empêcher l'approvisionnement de la mine en matières premières[96]. Pour pouvoir rouvrir, RBM conclut un accord avec les AmaKhosi, et verse 130 millions de rands aux trusts communautaires, en vérifiant que cette fois-ci, ils arrivent[97]. Les enquêtes sur les meurtres n'apportent aucun résultat. Une chose est claire : derrière toute cette violence, il n'y a pas seulement de la colère et du désespoir, mais aussi un agenda froid et calculateur.

Ingonyama Trust mis en examen

Depuis 2007, lorsque Ingonyama (ITB) a commencé à demander aux résidents de convertir leurs certificats d'occupation (PTO) hérités de l'apartheid[99] en baux, l'occupation illégale de terrains par ITB a commencé. ITB se comporte comme si elle possédait des terrains qu'elle n'a reçus qu'en tant que fiduciaire tutélaire : Des contrats de 40 ans, de longs documents en anglais bureaucratique, des augmentations annuelles de 10% de l'argent illégalement versé à l'Ingonyama Trust qui, de plus, s'octroie des pouvoirs d'expulsion[100].

Ingonyama, dont le roi Goodwill Zwelithini kaBhekuzulu est l'unique administrateur, est un tourbillon qui engloutit des rivières d'argent, provenant non seulement des loyers extorqués aux résidents, mais aussi de la collecte de redevances minières, ou d'opérations de corruption - et refuse de répondre aux questions embarrassantes des autorités sud-africaines ou de présenter les documents d'audit exigés par la loi[101]. Tout simplement, le Roi admet l'existence d'irrégularités, mais estime qu'il est dans son pouvoir monarchique de les commettre[102].

La Commission parlementaire du développement rural a ouvert une enquête en 2014[103] et, après des années de controverse, a finalement conclu ses travaux en 2020 en demandant que l'État verse des paiements au trust[104]. L'ancien juge Jerome Ngwenya, président de l'ITB, qui est accusé d'enrichissement illicite[105], nie la légitimité des enquêtes du Trust[106] et affirme qu'il ne se présentera pas devant un tribunal sud-africain car il ne reconnaît pas son autorité, affirmant qu'il n'a de comptes à rendre qu'au roi Zwelithini[107]. Un tribunal l'oblige à renoncer au titre de juge[108], Ngwenya refuse[109].

En janvier 2021, les employés de l'ITB écrivent une lettre de plainte au sujet de la gestion brutale et illégale au sein même du Trust, exigeant que Ngwenya soit remplacé[110] - mais il se contente de remplacer ses plus proches associés au sein du Conseil d'administration[111]. Une tentative de la justice pour l'arrêter a échoué. Et après la mort du roi en janvier 2021, Ngwenya est laissé seul pour administrer Ingonyama Trust[112].

Le schéma devient lentement clair. Le pouvoir secret du KwaZulu-Natal est géré par Ngwenya et ceux qui le financent, le protègent et dirigent ses mouvements. De l'ombre de l'illégalité émerge une série de personnages puissants et dangereux, dont l'influence est désormais connue de tous, mais que l'État n'est plus en mesure de combattre. Le premier d'entre eux est l'homme d'affaires Sandile Zungu - un homme qui est devenu extrêmement riche parce que, au cours des 20 dernières années, il a bénéficié de plusieurs transferts d'actions de grandes entreprises dans le cadre de la loi sur l'émancipation des Noirs[113]. Jacob Zuma l'a placé à la tête du Black Business Council et de la commission qui contrôle l'application des lois sur l'émancipation des Noirs[114], c'est-à-dire la source qui décide quelles entreprises issues des communautés autochtones reçoivent des subventions et obtiennent des marchés publics[115].

Les plaintes répétées concernant la gestion de ces centres de pouvoir sont systématiquement ignorées par le système judiciaire sud-africain[117]. En contrepartie, Zungu a acheté l'équipe de football de la monarchie, le FC Amazulu, et a investi pour la hisser au sommet du football sud-africain[118]. Il est également devenu conseiller financier de Jacob Zuma, pendant et après sa présidence[119]. En 2010, Zungu a fait en sorte que Duduzane, le fils du président, obtienne une part importante de plusieurs entreprises étrangères, dont le groupe ArcelorMittal, mais surtout le groupe Sahara de la famille Gupta[120].

Les Guptas, une famille indienne qui a immigré en Afrique du Sud au début des années 1990[121], sont devenus en quelques années l'une des plus grandes puissances économiques du pays. Ils sont à l'origine du financement des campagnes électorales de Jacob Zuma et des procès de l'Ingonyama Trust[122], et ce sont eux qui ont financé la construction des premiers bâtiments de la villa-fort de Zuma à Nkandla[123]. Accablés par la faillite frauduleuse de leurs entreprises[124], et contraints de quitter l'Afrique du Sud dès qu'il a été découvert qu'ils donnaient des ordres au président[125], peu avant que Zuma ne soit contraint de démissionner, ils ont discrètement repris contact, ont recommencé à soutenir Zuma et se préparent maintenant à un retour fracassant[126].

La famille Gupta est derrière l'une des décisions les plus contestées de la présidence Zuma : celle du projet de loi dit " Land Bill "[127] qui, en 2017, proposait de transformer les allocations fiduciaires des terres administrées par la DGI en Trust land au nom du roi Zwelithini - une proposition retirée peu avant qu'une guerre civile n'éclate[128]. En sa qualité de consultant, Atul Gupta a fondé près de deux cents entreprises, dont la propriété indirecte est aux mains de la famille Zuma, qui reçoivent encore des fonds de l'État pour des projets pluriannuels qui n'ont jamais été mis en œuvre[129]. Nombre de ces entreprises sont aujourd'hui dirigées par les frères Gcaba (neveux de Zuma[130]) qui, il y a vingt ans, formaient les escadrons de tueurs de la famille Gupta. Aujourd'hui, ils gèrent plutôt le contrôle de la mafia sur les taxis et autres moyens de transport dans la région de Durban, et sont soupçonnés de travailler directement sous les ordres de Jacob Zuma et de son fils Duduzane[131].

Aucun d'entre eux n'a jamais eu de problèmes avec la police - peut-être parce que pendant les années de la présidence Zuma, le chef de la police du KwaZulu-Natal, Sbu Mpisane, aujourd'hui un très riche homme d'affaires et propriétaire de l'équipe de football des Royal Eagles à Pietermaritzburg[132], est devenu l'un des bénéficiaires des redistributions du Black Empowerment dirigé par Sandile Zungu[133]... nous pourrions continuer pendant des pages et des pages, mais à ce stade, une chose est claire : il existe un dessein politique et industriel visant à transformer le KwaZulu-Natal en une province dominée par la monarchie zouloue et financée par un groupe d'hommes d'affaires corrompus, ayant des liens étroits avec le crime organisé, qui ont toujours tourné autour de Jacob Zuma en tant que figure politique et d'Atul Gupta en tant que point de référence économique. Un plan qui se poursuit aujourd'hui par la déstabilisation cynique et systématique du pays, l'incitation à la violence et la répression de quiconque s'oppose à ce groupe de personnages, que l'État sud-africain tente en vain d'endiguer depuis des années. Plus les élections de 2024 se rapprochent, plus ce dessin devient évident. Mais maintenant que Zwelithini est mort, ce groupe doit contrôler la monarchie zouloue.

Les luttes royales pour le pouvoir

Le 12 mars 2021, le roi Zwelithini[135], mari de six épouses et père de 28 enfants, est décédé. Conformément à son testament, Shiyiwe Mantfombi Dlamini - sa troisième épouse, mariée en 1977 - a été nommée régente, tandis que le nom du prochain roi était en cours de discussion[136]. La bataille entre les veuves a commencé immédiatement et férocement sur le protocole correct pour les funérailles[137]. La reine Sibongile Dlamini ne veut pas que l'un de ses fils hérite du trône, mais elle veut 50% des biens immobiliers et fonciers de Zwelithini[138] et le contrôle du Zulu Royal Family Trust, qui prend l'argent du gouvernement pour entretenir les propriétés royales[139]. Les autres s'y opposent, et elle commet l'indignité de faire appel devant la Haute Cour de Pietermaritzburg[140]. Son argument : elle a épousé Zwelithini en 1969, avant qu'il ne soit couronné, et le sien est donc le seul mariage valide, puisque la loi sud-africaine interdit la polygamie[141]. Il demande également que le processus d'élection d'un nouveau roi soit arrêté[142]. Son fils Lethukuthula, qui aurait été le premier incontesté dans l'axe héréditaire, a été assassiné par cinq tueurs il y a quelques années[143].

Des réunions frénétiques entre factions, coordonnées par Mbonisi, le frère de Zwelithini (qui est le plus proche des fils du roi), augmentent la confusion[144]: Buthelezi revient sur la scène et condamne publiquement le comportement de ses proches[145]. La régence de Shiyiwe Mantfombi Dlamini n'a duré qu'un mois, puisqu'elle est morte à la fin du mois d'avril[146] (certains suggèrent qu'elle a été empoisonnée[147]). Dans son testament, la princesse désigne son fils Misuzulu comme prochain roi[148]: malgré les protestations de nombreux membres de la famille[149], qui obligent les gardes du roi à protéger Misuzulu par des gardes du corps armés 24 heures sur 24, l'héritier de 46 ans est couronné[150].

Entre-temps, les princesses Ntandoyenkosi Zulu et Ntombizosuthu Zulu-Duma, filles de Sibongile Dlamini, contestent le testament du roi Zwelithini et font appel aux tribunaux[151]: selon le graphologue Yossi Vissoker, qu'elles ont engagé, la signature sur le testament officiel n'appartient pas au roi[152]. L'affaire risque de traîner pendant longtemps, peut-être des année[153]s. Parmi les nombreux candidats alternatifs, il y a également des personnes qui ne sont pas membres de la famille Zwelithini, mais qui sont liées par une descendance directe ou indirecte au roi Cetshwayo, considéré comme le fondateur de la dynastie zouloue actuelle - l'un d'entre eux est Duduzane, le premier fils de Jacob Zuma : mais sa candidature est retirée après une réunion dans la villa-fort de Nkandla, fin juillet 2021, en présence de Buthelezi, Duduzane, Misuzulu, quelques puissants nKhosi, le juge Ngwenya et Sindile Zungu[154]. De cette réunion, la position sur le trône de Misuzulu sort extrêmement renforcée, mais on ne sait rien des accords passés - on sait seulement qu'ils portent sur l'avenir de l'Ingonyama Trust et les rêves miniers du roi Zwelithini, mais aussi sur le soutien de la monarchie à telle ou telle personnalité politique.

Et c'est là que nous nous trouvons aujourd'hui. Zuma et la famille Gupta, au KwaZulu-Natal, se sont révélés plus forts que le pouvoir judiciaire, plus puissants que la politique, plus influents que le roi de Zulu et, grâce au contrôle qu'ils exercent sur le crime organisé, la logistique, la distribution des pourcentages de la loi sur l'émancipation des Noirs et le contrôle d'autres postes clés de la vie publique de la province, montrent qu'ils pourraient viser les élections de 2024 ou, peut-être même, la sécession et l'instauration d'une monarchie absolue. Comme d'habitude, dans ces situations d'extrême faiblesse d'un État démocratique, le monde entier retient son souffle - et ne fait rien.

[1] https://www.news24.com/drum/News/da-threatens-legal-action-over-nkandla-20170728-2

[2] https://en.wikipedia.org/wiki/Jacob_Zuma

[3] https://www.timeslive.co.za/politics/2017-08-28-all-my-bank-accounts-have-been-closed-says-angry-duduzane-zuma/ ; https://www.iol.co.za/news/only-a-matter-of-time-before-duduzanes-declared-a-fugitive-sources-13348789 ;  https://www.iol.co.za/news/hawks-hunt-duduzane-in-wake-of-guptaarrests-13294922 ;  https://mg.co.za/article/2016-04-08-guptas-duduzane-zuma-step-down-from-oakbay/ ; https://www.news24.com/citypress/News/the-rise-and-fall-of-duduzane-zuma-20160409-2 ; https://ewn.co.za/2014/12/11/Court-finds-Duduzane-Zumas-negligence-lead-to-accident ; https://amp.ewn.co.za/2018/08/23/duduzane-zuma-s-culpable-homicide-case-postponed ; https://www.news24.com/Fin24/guptas-deny-trying-to-capture-r51bn-prasa-tender-20160619 ; https://www.news24.com/Fin24/state-capture-reports-taint-guptas-friendship-with-zuma-20160619 ; https://www.sabcnews.com/sabcnews/r1-million-rewards-capture-duduzane-ajay-gupta/

[4] Jeremy Gordin, “Zuma: a biography”, Jonathan Ball Publishers, Johannesburg 2008; Richard Calland, “The Zuma years”, Struik Publishers, Johannesburg 2013

[5] https://www.sahistory.org.za/dated-event/president-thabo-mbeki-sacks-deputy-president-jacob-zuma

[6] https://www.jurist.org/news/2005/06/advisor-to-south-african-deputy/

[7] https://www.theguardian.com/world/2005/jun/15/southafrica.jeevanvasagar

[8] https://www.theguardian.com/world/2005/jun/15/southafrica.jeevanvasagar

[9] https://www.aljazeera.com/news/2005/12/7/anc-suspends-zuma-pending-rape-trial

[10] https://www.jurist.org/news/2006/05/anc-reinstates-zuma-as-deputy/

[11] https://www.nytimes.com/2006/09/21/world/africa/21zuma.html

[12] https://www.theguardian.com/world/2007/dec/28/southafrica

[13] https://www.reuters.com/article/us-safrica-zuma-idUSLC54653420080912

[14] https://www.reuters.com/article/us-safrica-politics-mbeki-idUSWEA015020080920

[15] https://polity.org.za/article/npa-to-appeal-zuma-judgment-2008-09-17

[16] https://www.theafricareport.com/9446/kgalema-motlanthe-man-of-the-moment/

[17] https://www.loc.gov/item/global-legal-monitor/2009-04-08/south-africa-prosecutor-drops-corruption-charges-against-zuma/

[18] https://doingbuzz.com/les-partisans-de-jacob-zuma-ont-tente-dempecher-son-arrestation/

[19] https://www.reuters.com/article/idINIndia-45883720100203

[20] https://www.bbc.com/news/world-africa-17442486

[21] https://theworld.org/stories/2013-05-03/who-let-gupta-family-land-south-african-military-base

[22] https://www.business-standard.com/article/news-ians/zuma-s-name-cleared-from-gupta-gate-scandal-113100400019_1.html

[23] https://www.dailymaverick.co.za/article/2021-04-08-inside-cabinet-during-zumas-nkandla-scandal-by-rob-davies/

[24] https://www.bbc.com/news/world-africa-35943941

[25] https://www.dw.com/en/south-africas-zuma-ordered-to-pay-back-money-for-unlawful-home-renovations/a-17509365

[26] https://www.africanews.com/2016/09/12/zuma-used-bank-loan-to-refund-upgrade-of-his-private-residence/

[27] https://www.bbc.com/news/world-africa-37655939

[28] https://www.aljazeera.com/news/2016/11/2/south-africa-court-orders-zuma-report-to-be-released

[29] https://www.newsweek.com/south-africa-jacob-zuma-lashes-out-against-thuli-madonsela-public-attacks-520076

[30] https://www.dailymaverick.co.za/article/2017-06-05-guptaleaks-what-does-email-trove-mean-for-zuma-and-south-africa/

[31] https://www.reuters.com/article/us-safrica-politics-zuma-idUSKBN1CI1B7

[32] https://www.cnbc.com/2017/12/29/south-africas-top-court-puts-pressure-on-jacob-zuma.html

[33] https://www.washingtonpost.com/world/africa/former-south-african-president-jacob-zuma-faces-corruption-charges/2018/03/16/f3f9439c-2929-11e8-b79d-f3d931db7f68_story.html

[34] https://www.polity.org.za/article/former-president-zuma-and-the-state-capture-commission-of-inquiry-2019-07-16

[35] https://www.aljazeera.com/news/2021/5/26/s-africa-jacob-zuma-pleads-not-guilty-to-corruption-charges

[36] https://www.dailymaverick.co.za/article/2021-06-29-concourt-finds-jacob-zuma-guilty-of-unprecedented-contempt-seals-sanction-with-15-month-jail-sentence/

[37] https://www.reuters.com/world/africa/safrican-court-grants-ex-president-zuma-leave-appeal-order-return-jail-2021-12-21/

[38] https://www.reuters.com/world/africa/safrican-court-grants-ex-president-zuma-leave-appeal-order-return-jail-2021-12-21/

[39] https://www.cfr.org/blog/south-african-election-results-strengthen-ramaphosas-hand-anc

[40] https://www.elections.org.za/IECOnline/Documents/NPE_SeatCalculationGraphic.pdf

[41] https://www.nigrizia.it/notizia/sudafrica-crollo-dellanc-alle-elezioni-amministrative

[42] https://www.elections.org.za/IECOnline/Documents/NPE_SeatCalculationGraphic.pdf

[43] https://www.elections.org.za/IECOnline/Documents/NPE_SeatCalculationGraphic.pdf

[44] IL KWAZULU-NATAL, ULTIMA GRANDE MONARCHIA NERA | IBI World Italia

[45] https://www.nortonrosefulbright.com/en/knowledge/publications/fe87cd48/broad-based-black-economic-empowerment---basic-principles

[46] https://www.iol.co.za/news/politics/full-text-of-mbekis-state-of-nation-speech-314525

[47] https://www.iol.co.za/news/politics/full-text-of-mbekis-state-of-nation-speech-314525

[48] https://www.gov.za/documents/broad-based-black-economic-empowerment-act

[49] https://www.gov.za/documents/broad-based-black-economic-empowerment-act

[50] http://www.treasury.gov.za/publications/other/growth/06-Procurement%20and%20bee/02-black%20economic%20empowerment%20and%20economic%20performance%20in%20so.pdf page 7

[51] https://repository.up.ac.za/bitstream/handle/2263/23145/dissertation.pdf?sequence=1 “Black Economic Empowerment and its Impact on Wealth Creation in the New South Africa” - Andile Caleb Makhunga - page 3

[52] https://www.westerncape.gov.za/text/2004/5/beecomreport.pdf - BEE Commission Report, 2001 - p. 24

[53] https://omalley.nelsonmandela.org/omalley/index.php/site/q/03lv03445/04lv04206/05lv04220/06lv04221/07lv04222.htm

[54] https://www.bbbeecommission.co.za/broad-based-black-economic-empowerment-act-2003/

[55] https://smesouthafrica.co.za/Brush-up-on-your-BEE-knowledge/

[56] https://pmg.org.za/committee-meeting/26799/ ; https://mg.co.za/article/2018-08-31-00-has-bee-been-a-dismal-failure/

[57] https://www.miningmx.com/opinion/columnists/46609-rbm-violence-another-example-of-how-poorly-resourced-police-are-failing-sas-mining-sector/

[58] https://www.riotinto.com/operations/south-africa/richards-bay-minerals

[59] RBM CONTRATTO BLACK EMPOWERMENT, pp. 1-2

[60] https://www.engineeringnews.co.za/article/richards-bay-minerals-signs-r45bn-black-empowerment-deal-2008-12-11

[61] https://www.engineeringnews.co.za/article/richards-bay-minerals-signs-r45bn-black-empowerment-deal-2008-12-11

[62] https://www.engineeringnews.co.za/article/richards-bay-minerals-signs-r45bn-black-empowerment-deal-2008-12-11

[63] https://zululandobserver.co.za/136450/premier-appoints-new-mbonambi-administrator/ ; https://www.mukurukurumedia.co.za/2019/12/17/death-stalks-mining-community-after-peacemakers-assassination/ ; https://www.news24.com/citypress/News/chiefs-widow-on-the-run-they-want-my-son-dead-20200317

[64] https://www.news24.com/Fin24/rio-tintos-sa-mine-disrupted-by-protest-20160510

[65] https://www.news24.com/citypress/business/fresh-protests-shut-rios-richards-bay-mine-20160814

[66] https://www.news24.com/citypress/business/fresh-protests-shut-rios-richards-bay-mine-20160814

[67] https://zululandobserver.co.za/122659/update-slain-in-cold-blood/

[68] https://pdfs.semanticscholar.org/9ce5/6753acb49bb9883ea920015a9d6957afd9c0.pdf

[69] https://www.pressreader.com/south-africa/the-mercury-south-africa/20180716/281526521829029

[70] https://www.iol.co.za/mercury/news/violent-acts-threaten-jobs-at-kzn-mining-firm-16051116

[71] https://www.dailymaverick.co.za/article/2020-09-14-empembeni-mirrors-the-scourge-of-mining-related-assassinations-in-kzn/

[72] https://www.news24.com/citypress/news/kzns-killing-fields-6-activists-dead-after-questioning-oil-project-20190212

[73] https://www.pressreader.com/south-africa/zululand-observer-monday/20190114/281582356791111

[74] https://www.newframe.com/mining-in-richards-bay-remains-a-double-edged-sword/

[75] https://www.violencemonitor.com/2018/10/01/talking-expropriation-and-restitution-ignoring-dispossession-and-deaths-what-is-the-government-and-the-ingonyama-trust-hiding-in-mpembeni/

[76] https://www.newframe.com/mining-in-richards-bay-remains-a-double-edged-sword/

[77] https://www.dailymaverick.co.za/article/2021-12-31-mining-in-richards-bay-remains-a-double-edged-sword/

[78] https://www.dailymaverick.co.za/article/2021-12-31-mining-in-richards-bay-remains-a-double-edged-sword/

[79] https://www.dailymaverick.co.za/article/2018-11-08-anger-over-back-door-st-lucia-dune-mining-plan/

[80] https://www.violencemonitor.com/2018/10/01/talking-expropriation-and-restitution-ignoring-dispossession-and-deaths-what-is-the-government-and-the-ingonyama-trust-hiding-in-mpembeni/

[81] https://www.dailymaverick.co.za/article/2021-12-31-mining-in-richards-bay-remains-a-double-edged-sword/

[82] https://www.mining.com/web/violent-protests-shut-down-key-rio-tinto-mine-in-south-africa/

[83] https://www.miningreview.com/speciality-minerals/icymi-rio-tinto-resumes-operations-at-richards-bay-minerals/

[84] https://www.dailymaverick.co.za/opinionista/2021-08-29-richards-bay-minerals-the-poster-child-for-south-africas-mining-governance-mess/

[85] https://www.coastwatch.org.za/blog.php?p=32 ; https://www.violencemonitor.com/2018/10/01/talking-expropriation-and-restitution-ignoring-dispossession-and-deaths-what-is-the-government-and-the-ingonyama-trust-hiding-in-mpembeni/

[86] https://legalbrief.co.za/diary/legalbrief-environmental/story/court-blocks-coal-mine-in-protected-area-3/print/

[87] https://isimangaliso.com/

[88] https://whc.unesco.org/document/180878

[89] https://www.pressreader.com/south-africa/zululand-observer/20181026/281522227075619

[90] https://www.businesslive.co.za/bt/business-and-economy/2018-09-08-riddle-of-the-sands-is-rio-moving-on-st-lucia/ ; https://www.dailymaverick.co.za/article/2018-11-08-anger-over-back-door-st-lucia-dune-mining-plan/?fbclid=IwAR2pYdx8-mJp5QQcNvei_E1re_fONyf5UJJZ-08OOyV4bauyRoTnEC44hfk

[91] https://www.dailymaverick.co.za/article/2018-11-08-anger-over-back-door-st-lucia-dune-mining-plan/?fbclid=IwAR2pYdx8-mJp5QQcNvei_E1re_fONyf5UJJZ-08OOyV4bauyRoTnEC44hfk

[92] https://www.dailymaverick.co.za/article/2018-11-20-rio-tinto-we-have-nothing-to-do-with-world-heritage-mining-row/

[93] https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/s3.sourceafrica.net/documents/118519/Wild-Equity-Foundation-Comments.pdf

[94] https://www.mining.com/rio-tintos-richards-bay-manager-murdered-on-way-to-work/

[95] https://www.miningmx.com/news/markets/47256-rbm-denies-extortion-pressure-over-r130m-to-communities-following-murder-of-gm/

[96] https://www.argusmedia.com/en/news/2243210-south-african-unrest-highlights-longterm-risks

[97] https://www.dailymaverick.co.za/opinionista/2021-08-29-richards-bay-minerals-the-poster-child-for-south-africas-mining-governance-mess/

[98] https://mg.co.za/news/2020-10-13-ingonyama-trust-hit-with-forensic-audit/

[99] https://ibiworld.eu/2022/01/06/il-kwazulu-natal-ultima-grande-monarchia-nera/

[100] https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/02582473.2021.1909116

[101] https://landportal.org/news/2021/11/south-africa-kwazulu-natal-forensic-audit-call-ingonyama-trust-board ; https://www.iol.co.za/news/politics/ingonyama-trust-board-delays-submitting-audit-report-to-parliament-says-minister-thoko-didiza-30f1e88f-873a-4542-a3d0-b67f18084168

[102] https://www.news24.com/news24/southafrica/news/ingonyama-trust-admits-constant-perennial-irregular-expenditure-20200605

[103] https://pmg.org.za/committee-meeting/17629/

[104] https://www.parliament.gov.za/press-releases/agriculture-land-reform-and-rural-development-committee-calls-suspension-funds-ingonyama-trust ; https://www.dispatchlive.co.za/news/2020-10-22-didiza-gets-mandla-mandelas-support-on-ingonyama-trust-probe/

[105] https://www.dailymaverick.co.za/opinionista/2020-12-08-time-for-the-ingonyama-trust-board-to-explain-how-it-manages-its-land/

[106] https://www.iol.co.za/news/politics/judge-ngwenya-says-there-is-no-probe-into-ingonyama-trust-board-b2943d26-34ad-4ef6-9313-1f2cc05c6aa8

[107] https://mg.co.za/news/2020-10-13-ingonyama-trust-hit-with-forensic-audit/?utm_source=headtopics&utm_medium=news&utm_campaign=2020-10-13

[108] https://www.timeslive.co.za/news/south-africa/2020-09-09-stop-calling-yourself-judge-mogoeng-warns-ingonyama-trusts-jerome-ngwenya/ ; https://allafrica.com/stories/200205230741.html

[109] https://www.news24.com/witness/news/ingonyama-trust-board-chair-will-not-drop-title-judge-20200908

[110] https://www.iol.co.za/sundayindependent/news/ingonyama-trust-run-like-a-spaza-shop-b9ad3509-da62-4ff3-a1cf-5dbf1916aaa5

[111] https://www.salabournews.co.za/56980-ingonyama-trust-board-gets-a-new-chief-executive

[112] http://www.ingonyamatrust.org.za/the-board/

[113] https://sa411.co.za/what-you-did-not-know-about-businessman-sandile-zungu/

[114] https://go.lifecheq.co.za/rsvp/an-evening-with-sandile-zungu

[115] https://blackbusinesscouncil.africa/sandile.html

[116] https://www.flickr.com/photos/governmentza/30646116566

[117] http://www.702.co.za/articles/339482/i-was-never-zuma-s-advisor-and-have-no-dealings-with-duduzane-sandile-zungu

[118] https://www.thesouthafrican.com/sport/soccer/psl-south-africa/who-is-sandile-zungu-amazulu-zico/

[119] https://www.news24.com/citypress/voices/the-wasted-zuma-years-20191221

[120] https://www.itweb.co.za/content/KPNG878XnPW74mwD

[121] https://economictimes.indiatimes.com/news/company/corporate-trends/how-the-guptas-of-saharanpur-came-to-be-known-as-the-zuptas-of-south-africa/articleshow/60101573.cms ; https://www.bbc.com/news/world-africa-22513410

[122] https://www.timeslive.co.za/sunday-times/business/2014-10-05-zuma-adviser-hits-out-at-alliance/ ;

[123] https://www.news24.com/News24/zuma-on-the-nkandla-bond-the-judiciary-and-the-guptas-then-and-now-20160518

[124] https://en.wikipedia.org/wiki/Gupta_family

[125] https://www.timeslive.co.za/politics/2016-03-18-zuma-said-its-ok-ntombazana-says-former-anc-mp-vytjie-mentor/ ;  https://web.archive.org/web/20170528133921/http://www.timeslive.co.za/sundaytimes/stnews/2017/05/28/Here-they-are-The-emails-that-prove-the-Guptas-run-South-Africa

[126] https://www.iol.co.za/news/politics/solving-the-sordid-gupta-saga-1511330 ; https://www.timeslive.co.za/sunday-times/news/2015-12-17-gupta-family-seen-as-symbol-of-zumas-failing-rule/

[127] https://www.gov.za/sites/default/files/gcis_document/201703/40697gen229.pdf

[128] https://www.biznews.com/thought-leaders/2017/04/20/land-bill-zuma-zulu-king

[129] https://mg.co.za/article/2010-03-19-keeping-it-in-the-family/

[130] http://www.praatnet.co.za/ZUMA+Inc.+ZUMA+FAMILY+NEPOTISM&p=nuus&a=wysstorie&sid=2019

[131] https://www.jstor.org/stable/23145868 ; https://mg.co.za/article/2010-03-19-keeping-it-in-the-family/ ; http://www.praatnet.co.za/ZUMA+Inc.+ZUMA+FAMILY+NEPOTISM&p=nuus&a=wysstorie&sid=2019

[132] https://ghanadmission.com/za/sbu-mpisane/

[133] https://buzzsouthafrica.com/who-is-sbu-mpisane-biography-of-the-flamboyant-husband-of-shauwn-mkhize/

[134] https://www.ft.com/content/9f9ca7f6-6c71-11e6-a0c9-1365ce54b926

[135] https://www.bbc.com/news/world-africa-56370621

[136] https://www.timeslive.co.za/news/south-africa/2021-03-24-queen-mantfombi-appointed-regent-of-zulu-nation-3-months-of-mourning-declared/

[137] https://www.iol.co.za/news/politics/king-goodwill-zwelithinis-burial-a-divisive-issue-for-zulu-royals-56899c33-894a-4ddd-b32c-5c58e5737d1b

[138] https://www.timeslive.co.za/sunday-times-daily/opinion-and-analysis/2021-12-16-game-of-thrones-a-battle-for-zulu-riches/

[139] https://www.timeslive.co.za/sunday-times-daily/opinion-and-analysis/2021-12-16-game-of-thrones-a-battle-for-zulu-riches/

[140] https://www.iol.co.za/news/politics/5-startling-claims-and-demands-zulu-kings-wife-makes-in-court-papers-as-she-fights-for-throne-441decb5-c22f-4118-a3b3-534f7e58c6f7

[141] https://www.dailymaverick.co.za/article/2021-05-04-goodwill-zwelithinis-eldest-wife-says-hers-was-the-only-legitimate-marriage-to-late-king-and-demands-half-of-his-estate/

[142] https://sundayworld.co.za/breaking-news/battle-for-the-amazulu-kingship-to-be-fought-fiercely-in-the-courts/

[143] https://www.bbc.com/news/world-africa-56993215

[144] https://www.iol.co.za/news/politics/5-startling-claims-and-demands-zulu-kings-wife-makes-in-court-papers-as-she-fights-for-throne-441decb5-c22f-4118-a3b3-534f7e58c6f7

[145] https://www.timeslive.co.za/news/south-africa/2021-04-22-buthelezi-accuses-zulu-kings-siblings-of-attempts-to-torpedo-his-wishes-and-arrangements/

[146] https://www.theguardian.com/world/2021/apr/30/zulu-nation-ruler-queen-mantfombi-dlamini-dies-aged-65

[147] https://foreverblack.org/2021/05/06/sa-some-suspect-foul-play-in-zulu-queen-death/ ; https://www.sabcnews.com/sabcnews/prince-buthelezi-reveals-claims-of-queen-mantfombi-madlamini-zulus-poisoning/

[148] https://www.bbc.com/news/world-africa-57035157

[149] https://www.timeslive.co.za/news/south-africa/2021-05-07-prince-misuzulu-zulu-named-new-zulu-king/?utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1620407932

[150] https://sundayworld.co.za/breaking-news/eswatini-to-the-rescue-of-zulu-heir/

[151] https://ewn.co.za/2021/05/02/report-zulu-royals-embroiled-in-alleged-fraudulent-will-dispute

[152] https://www.iol.co.za/news/politics/pics-here-is-the-disputed-signature-of-king-goodwill-zwelithini-that-a-handwriting-expert-claimed-was-forged-b9adca31-edbc-430e-bc7d-cb33585761f9

[153] https://sundayworld.co.za/news/no-end-to-royal-discord-over-amazulu-vhavenda-thrones/

[154] https://www.iol.co.za/mercury/news/royal-row-over-regiments-at-zumas-nkandla-home-expert-says-amazulus-have-a-king-c71d98d9-f710-4987-875c-4bf7a4528272

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
par Bésot