paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

65 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2021

Grâce aux Émirats, la contrebande s'est mondialisée

Depuis des années, les concurrents de PMI Philip Morris International (et surtout BAT British American Tobacco) affirment que PMI vend également ses cigarettes par le biais de la contrebande.

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Selon de nombreux observateurs, la contrebande internationale de cigarettes s'effectue à partir de quatre plaques tournantes principales : la Grèce, l'Afrique du Sud, l'Iran et les Émirats arabes unis. De nombreuses ONG et magistrats ont déjà travaillé sur le sujet, mais ils se heurtent au fait que les Émirats ne coopèrent pas dans les enquêtes transnationales.

Les faits : le commerce illégal de cigarettes est une industrie mondiale, dont la production n'est soumise à aucun contrôle de qualité ou de toxicité, qui coûte également aux gouvernements environ 40 milliards de dollars par an en manque à gagner et constitue un revenu sûr pour les organisations criminelles et terroristes[1]. Ce commerce est si lucratif qu'il a convaincu les autorités que le tabac est la substance légale la plus vendue en contrebande au monde[2]. Pourquoi des cigarettes ? La raison en est simple. Les taxes pour sa vente officielle sont très élevées, le volume et le poids limités et les bénéfices élevés. De plus, il s'agit d'un produit facile à passer en contrebande, il est soumis à de rares contrôles et, tout au plus, si vous êtes pris sur le fait, tout se résume à une amende, alors qu'avec les drogues, vous allez en prison.

Des dizaines de marques de cigarettes inconnues sont introduites en contrebande, mais surtout les plus célèbres et les plus répandues sur le marché officiel, en premier lieu les deux grandes multinationales, BAT et Philip Morris - qui, officiellement, s'en plaignent [3]: Philip Morris a versé 1,25 milliard de dollars à l'Union européenne pour financer la lutte contre la contrebande (c'est la seule entreprise de tabac qui, en 2004, a conclu un tel accord avec l'UE), et a compensé les pertes fiscales calculées sur la base des saisies douanières de cigarettes de contrebande - mais en échange, elle a obtenu la fin des enquêtes criminelles contre sa propre direction qui avaient été ouvertes sur le territoire européen[4].

La BAT a rejoint le projet en 2010 et a mis à disposition 200 millions d'USD[5]. L'accord avec les deux multinationales a expiré en juillet 2016 et n'a pas été renouvelé par l'Union européenne[6], car l'accord n'a pas permis de réduire la contrebande de produits BAT et Philip Morris et a en fait vu une augmentation de la vente d'autres produits illégaux en raison de lourds investissements industriels dans le secteur du "cheap white", c'est-à-dire des cigarettes à bas prix produites légalement dans certains pays de l'Est et du Moyen-Orient, puis vendues illégalement ailleurs[7].

Les principales routes de contrebande

Les principaux itinéraires de la contrebande mondiale de cigarettes[8]

Mais qu'est-ce que les fabricants de tabac ont à voir avec les contrebandiers ? Selon les analystes de l'Union européenne, les contrebandiers de cigarettes achètent les marchandises directement auprès des multinationales, qui en sont conscientes, mais ne font rien pour l'empêcher. Au contraire, selon le magazine Tobacco Control, la contrebande est devenue fondamentale à une époque où les interdictions et les impositions fiscales augmentent et où le chiffre d'affaires diminue : la contrebande permet d'augmenter les ventes et constitue un moyen d'entrer sur des marchés fermés (comme la Chine, par exemple, où 40 millions de cigarettes sont introduites en contrebande chaque année)[9].

Les marques les plus répandues sont américaines, telles que Marlboro (Philip Morris) et Camel (R.J. Reynolds) : les cigarettes sont achetées légalement aux entreprises de fabrication aux États-Unis et arrivent au port d'Anvers en Belgique en tant que marchandises "en transit"[10]. Officiellement, ces cigarettes sont destinées à des pays situés en dehors de l'Europe, comme l'Afrique du Nord, et pour cette raison elles sont exemptées de taxes - mais une fois qu'elles quittent Anvers, elles sont perdues[11]. Trois routes principales sont connues : la première va de la Belgique[12] à la Suisse[13]. Ici, les cigarettes ne sont plus soumises à la législation européenne (et il n'existe aucun système de traçabilité)[14] et elles reçoivent une nouvelle destination, qui est généralement l'Europe de l'Est et l'ancienne Union soviétique[15].

Le deuxième itinéraire : du port d'Anvers, les cigarettes arrivent dans les aéroports de Belgique et de Hollande, et de là, elles rejoignent à nouveau l'Europe de l'Est. Depuis les anciens pays du rideau de fer, ils réintègrent ensuite l'Union européenne, en direction principalement de l'Allemagne et de l'Italie (en 2018, la proportion de la consommation illicite de tabac était stable, autour de 5,8 % du total des cigarettes[16]). Ces cigarettes sont réintroduites par des routes qui passent principalement par l'Albanie et le Monténégro[17], un pays qui, jusqu'à il y a 20 ans, était l'une des principales plaques tournantes de la contrebande mondiale, jusqu'à ce que des accords entre l'Italie et le Monténégro conduisent à l'expulsion et à l'arrestation des fugitifs qui se cachaient dans ce pays.[18]) La troisième voie : les cigarettes, une fois stockées en Belgique, arrivent directement en Espagne, en Andorre et au Portugal[19].

Les coups portés au système criminel n'ont été efficaces que pendant quelques mois : entre-temps, l'ancienne route de contrebande turco-grecque a été réactivée, les sites de stockage ont été déplacés, les navires-mères et les bases opérationnelles dans les îles grecques ont été réactivés[20]. Jusqu'en 2017, date à laquelle une opération de la police de Hong Kong a permis la saisie de cigarettes grecques d'une valeur de 5,8 millions de dollars et l'arrestation d'un gang de contrebandiers vietnamiens[21], la route de la contrebande grecque était principalement centrée sur une entreprise, Karelia AeBe Athens[22], qui produit en partie des cigarettes pour le marché légal et en partie des fausses, sous la marque de certaines entreprises célèbres[23]. Après cette date, Karelia a déplacé son activité en Bulgarie[24], et elle est également devenue l'agence de distribution officielle de Philip Morris et Gallagher[25].

Les cigarettes de contrefaçon arrivent partout dans le monde, même dans des pays qui ne sont pas traditionnellement impliqués dans la contrebande, comme l'Iran. La République islamique est le plus grand marché de produits du tabac au Moyen-Orient : le gouvernement a le monopole du tabac local, mais il existe une forte demande pour les marques internationales et, selon les agences locales, environ 20 % de la consommation de cigarettes est constituée de marques de contrebande[26]. La révolution islamique de 1979 n'a pas empêché les entreprises occidentales, telles que RJ Reynolds, de contourner le monopole et de faire entrer leurs produits dans le pays en franchise de droits[27]. La zone de libre-échange de l'île de Kish, dans le golfe Persique, était un site de relocalisation important. Cette zone franche était largement exploitée pour la contrebande de cigarettes, mais pas seulement[28].

En 2002, le gouvernement iranien a signé un accord avec Reemtsma et d'autres fabricants de tabac afin de remplacer le commerce illicite de cigarettes par des importations légales[30]. Les fabricants américains, dont Philip Morris, ont été autorisés à conclure des accords commerciaux avec le régime des mollahs malgré l'embargo, et malgré le fait que l'Iran prélève une taxe à l'importation de plus de 7%[31]. Le pouvoir des lobbies... Mais les produits de contrebande sont toujours très demandés par les fumeurs iraniens[32]. Les marques occidentales étant considérées par les femmes et les jeunes comme un symbole de liberté, l'ancien président Ahmadinejad a accusé les gardiens de la révolution de tirer illégalement profit des accords commerciaux sur le tabac[33].

Jusqu'en 2010 (jusqu'à la chute du régime de Kadhafi), la Libye était un autre des principaux marchés, et la demande était si importante que Philip Morris a demandé à Raoul Setrouk (un homme d'affaires israélien qui travaillait pour PMI à l'époque) de calculer et de documenter l'importation de cigarettes en Libye, qui, pour éviter les sanctions, s'est faite par l'intermédiaire d'une société de Dubaï, la Al Rashideen Trading Company[34]. Après la révolution, Al Rashideen a poursuivi ses activités, mais a commencé à utiliser une société offshore spécialement créée par Setrouk, Transafrica Ltd. Hamilton, qui contrôlait à son tour d'autres entreprises impliquées dans la contrebande, comme United Tobacco Group Inc. Panama[35], et MSI Market Intelligence Survey (MSIntelligence) Sarl Genève[36].

À l'époque, tous les produits PMI distribués par Setrouk et Al Rashideen étaient fabriqués aux États-Unis. Al Rashideen a également distribué (par l'intermédiaire de Transafrica) des quantités importantes de produits du tabac de PMI à d'autres pays soumis à l'embargo américain jusqu'en 2020, date à laquelle Philip Morris a cessé de payer et les sociétés Setrouk ont engagé des poursuites[37]. À ce jour, PMI continue de distribuer des cigarettes par l'intermédiaire d'Al Rashideen dans plusieurs pays, notamment en Algérie, en Égypte, en Jordanie, dans les États du Golfe et dans toute l'Afrique[38].

Pour augmenter la pression sur Philip Morris, Setrouk a intenté un deuxième procès[39], accusant PMI de vol de propriété intellectuelle parce qu'il aurait utilisé une méthodologie créée par MSIntelligence pour mesurer les flux mondiaux de cigarettes de contrebande[40]. Setrouk a présenté des preuves de la contrebande créée par Philip Morris en Libye en violation de l'embargo, en manipulant les données recueillies par KPMG sur les cigarettes illégales pour cacher le crime commis[41].

Setrouk a créé une vague très dangereuse pour Philip Morris, notamment en France : dans ce pays, depuis plusieurs années, des chercheurs, des associations de prévention et une poignée de députés accusent PMI d'organiser le commerce parallèle et de favoriser la concurrence déloyale en pratiquant le dumping des prix[42]. Selon eux, une grande partie des cigarettes à bas prix vendues clandestinement à Paris ou à Marseille proviennent d'usines d'Europe de l'Est ou du Maghreb[43] : elles seraient importées illégalement, et donc détaxées, par des intermédiaires liés à la PMI[44] : grâce aux usines africaines, un paquet de cigarettes coûte 1,63 € en Algérie, alors qu'un paquet de Marlboros légal en France coûtait 8 € jusqu'en 2019, il coûte aujourd'hui 10 €[45], alors que les paquets en provenance d'Algérie coûtent deux fois moins cher, garantissant aux contrebandiers un bénéfice de plus de 3 € par paquet[46].

La solution trouvée par Philip Morris : nommer l'ancien porte-parole de Nicolas Sarkozy, Grégoire Verdeaux, au conseil d'administration avec pour mission de gérer les contacts avec les Parlements européens[48], et dans le même temps signer un contrat avec le Cheikh Ahmed Hassan Abdul Qaher Al-Sheebani, l'un des lobbyistes les plus puissants d'Algérie et l'actionnaire principal de la joint-venture PMI avec la société émiratie-algérienne de tabac (STAEM) : a découvert la nouvelle chaîne, le cheikh a quitté précipitamment l'Algérie avec 20 valises contenant des millions d'euros en espèces dans son jet privé, et six officiers de la Direction générale de la sécurité et de la protection présidentielle (DGSPP) ont été condamnés à 20 ans de prison pour l'avoir aidé à quitter le pays sans être inquiété [49].

Cette condamnation fait suite à l'enquête ouverte par les déclarations de M. Setrouk, qui dans sa plainte accuse PMI d'organiser le marché noir mondial des cigarettes, y compris celui de la France à partir de l'Algérie : "Philip Morris International a intentionnellement et activement inondé le marché algérien[50] de cigarettes bon marché, sachant qu'un flux constant de ces cigarettes serait revendu en France"[51]. a déclaré Setrouk lors d'une audience à New York[52].

Outre M. Setrouk, le député écologiste François-Michel Lambert (LEF - Liberté écologie fraternité)[53] s'est dit prêt à traduire la direction de PMI en justice[54], si les preuves fournies par le directeur de MSI s'avèrent solides : ces cigarettes "passées en contrebande à travers la Méditerranée" représentent 4,5% du marché noir en France, causant une perte fiscale estimée à plus de 400 millions d'euros par an, affirme Lambert[55], qui a vérifié le fait que la plupart des cigarettes non taxées vendues sur le marché français sont des produits PMI[56].

Toujours grâce à Setrouk, en février 2020, la coopération entre l'Office européen de lutte antifraude (OLAF), les douanes belges et les douanes royales malaisiennes a permis de saisir 62,6 millions de cigarettes qui avaient été introduites en contrebande dans l'Union européenne, et en janvier 2020, quelque 135 millions de cigarettes de contrebande ont été saisies dans le port et les entrepôts d'Anvers, évitant ainsi des pertes fiscales de plus de 50 millions d'euros[57] . Pendant des années, Philip Morris a payé KPMG pour publier un rapport annuel indépendant sur la contrebande de tabac[58] - un rapport qui est partagé avec les autorités gouvernementales et diverses ONG pour promouvoir la lutte contre le tabac illicite et donner l'image d'un Philip Morris engagé dans la lutte contre la contrebande[59].

Les principales organisations historiques de contrebande de cigarettes, qui existent, presque sans changement de nature, depuis plus d'un siècle (la cigarette est une monnaie depuis la première guerre mondiale) se trouvent en Italie. Le gouvernement estime que le manque à gagner en matière d'accises est passé de 2200 milliards de lires par an il y a un quart de siècle à 495 millions d'euros en 2019[60]. Dès novembre 2000, le gouvernement s'est joint au procès civil intenté par les États-Unis contre Philip Morris et R.J. Reynolds, soutenant l'accusation de la Commission européenne selon laquelle les deux multinationales étaient "directement impliquées dans des activités de contrebande" qu'elles "dissimulaient par des actes illégaux, notamment le blanchiment d'argent"[61]. Vingt ans ont passé, et la présence de Philip Morris en Italie, au lieu de diminuer[62], a augmenté, et le monopole d'État continue à produire des cigarettes Philip Morris sous licence[63].

La tendance fluctuante du gouvernement se reflète dans le chiffre d'affaires de la contrebande de cigarettes : dans les années 2000, la contrebande de tabac en Italie a subi une forte baisse, pour se redresser en 2008, puis doubler en 2012, jusqu'à ce que, en 2015, le pays atteigne la cinquième place sur l'échelle de la consommation illicite dans toute l'Europe[65] . La Campanie, et en particulier Naples et Caserte, est depuis un siècle l'épicentre d'un trafic massif (58,09% de la consommation totale en 2017)[66] conditionné par la crise économique de la zone. Naples est encore aujourd'hui, comme il y a cent ans, la reine de l'importation et du transport de blancs illicites : le business est sous le contrôle direct de la Camorra, qui maintient le contact avec la criminalité chinoise qui produit les cigarettes et dispose de bureaux de représentation dans les ports de Chine, dans les ports de transit de Dubaï et dans le port calabrais de Gioia Tauro[67].

Les marques qu'ils font passer en contrebande - hormis celles des géants multinationaux - portent des noms captivants ou exotiques : Regal, Palace, Karelia, Richman, Capital, Boss, Jin Ling, Legend, Marble Mark 1, American Legend[68]. Les contrebandiers font souvent appel à des chauffeurs de camions originaires du Belarus et d'Ukraine, de Pologne et de Roumanie, d'où les camions atteignent l'ensemble de l'Union européenne[69], notamment l'Angleterre, l'Irlande et la Norvège[70].

La police italienne mène une bataille perdue d'avance. La contrebande, surtout à Naples, est une composante indispensable de l'économie de la ville, à tel point qu'en 1978, lorsque les contrebandiers, organisés en syndicat, se sont mis en grève pour la première fois, la ville entière a été paralysée jusqu'à ce que l'État accepte un accord : la lutte contre les bateaux à moteur a continué, mais les petits contrebandiers de rue ont été laissés en paix[71]. L'accord a été annulé en 1994, lorsque de nouvelles lois ont été adoptées pour punir non seulement les dealers mais aussi ceux qui achètent des cigarettes de contrebande[72]. Un jour plus tard, les contrebandiers se sont remis en grève et la loi a été retirée[73].

La guerre entre la police et les contrebandiers, ainsi que les succès remportés sur la route des Balkans, ont déplacé les activités du crime organisé encore plus à l'est. Au second semestre 2017, la police financière pakistanaise de Mandra a découvert une branche secrète de la Camorra et de Philip Morris : des machines de production et d'emballage[74] ainsi qu'un stock de près de 60 millions de cigarettes illégales ont été découverts[75]. On a ainsi découvert que Philip Morris (Pakistan) Ltd utilisait l'entrepôt (une usine abandonnée) pour "fabriquer" des cigarettes pour le marché noir[76]. Quelques mois plus tôt, des agents du fisc pakistanais avaient découvert une autre fabrique illégale de cigarettes dans une petite vallée à la frontière avec l'Afghanistan : à l'intérieur, ils auraient trouvé du matériel de production de cigarettes Philip Morris, mais on ne sait rien de cette enquête, qui est au point mort[77].

Le rapport annuel de PMI sur la contrebande de cigarettes souligne depuis des années une croissance constante de la contrebande de cigarettes au Pakistan, qui, selon l'analyse de KPMG, a atteint près de 44 % du marché intérieur en 2018 - un chiffre contesté avec véhémence par l'Association nationale pakistanaise de cardiologie, qui contraste avec les résultats de ses propres recherches, qui évaluent le pourcentage à 9 % [79]. Quoi qu'il en soit, la pression sur les autorités pakistanaises est de plus en plus forte et, en 2019, le gouvernement rejoindra un traité international appelé "protocole sur le commerce illicite"[80]. qui oblige les gouvernements à mettre en place des systèmes de traçabilité afin de déterminer l'origine des produits du tabac et de contrôler le mouvement des cigarettes[81]. Le protocole n'est pas appliqué : au Pakistan, Philip Morris et Pakistan Tobacco (groupe BAT British American Tobacco) contrôlent 98% du marché légal - et en raison de la résistance de ces deux entreprises, le gouvernement ne parvient pas à introduire la traçabilité et le contrôle[82].

La contrebande à l'autre bout du monde

Les routes décrites ci-dessus approvisionnent l'Europe, l'Afrique du Nord et l'Asie. Mais l'un des plus grands pays producteurs de tabac au monde est l'Afrique du Sud. Aussi, lorsque le gouvernement fédéral a introduit une interdiction totale de fumer en mars 2020 en raison de Covid-19, l'ensemble du marché légal s'est tourné vers la contrebande - comme il l'a fait avec l'alcool aux États-Unis pendant les années de prohibition : selon les enquêtes officielles, en août 2020, la consommation de cigarettes n'avait pas du tout baissé et seuls 16 % ont déclaré ne pas avoir fumé pendant l'interdiction[84].

Dans un pays accablé par la crise économique, où de nombreuses personnes n'ont pas de quoi acheter de la nourriture et de l'énergie, le marché noir a fait grimper le prix des cigarettes de contrebande, qui a augmenté de 90 % puis[85], lorsque même les contrebandiers ont réalisé qu'ils avaient du mal à approvisionner l'ensemble du marché, de 250 %[86]. À ce moment-là, le gouvernement a pris la seule décision sensée possible et, en octobre, la prohibition a été abrogée. Néanmoins, l'industrie illicite s'est emparée du marché : BAT estime que d'ici la fin 2021, le gouvernement aura perdu 19,1 milliards de rands (1,3 milliard de dollars) par rapport à l'année précédente, en comptant uniquement les droits d'importation[87].

Une étude de l'université du Cap affirme que 90 % des fumeurs ont pu acheter des cigarettes pendant le blocus : les cigarettes étaient livrées directement à domicile, et seulement si vous êtes connu des contrebandiers, qui ne veulent pas risquer d'être pris dans le sac avec de grandes quantités de cigarettes[88]. BAT South Africa, Japan Tobacco et d'autres fabricants ont gagné une action en justice : le soupçon de collusion entre le gouvernement et les contrebandiers était convaincant, et le tribunal a qualifié la prohibition d'inconstitutionnelle et a ordonné à l'Afrique du Sud de payer une amende aux multinationales[89]. Le gouvernement sud-africain a fait appel, et le litige n'est pas encore terminé[90].

Le gouvernement a maintenant augmenté de 8 % les droits d'accises sur les cigarettes et les produits du tabac, ce qui a entraîné une hausse de 9 % des prix de détail. Mais même avant l'introduction des interdictions, l'Afrique du Sud était l'un des plus grands marchés du monde pour les cigarettes illégales[91] : un tiers du marché national est constitué de cigarettes sans marque, contrefaites ou faites maison, fabriquées par les exploitants de spazas, ces échoppes de vente au détail qui parsèment les coins de rue[92]. On estime que 90 % des cigarettes illégales sont produites localement dans les usines de fabricants sous licence qui ne déclarent pas tous leurs produits aux services fiscaux sud-africains (SARS)[93].

Pour lutter contre ce phénomène, le SARS a tenté d'introduire le système d'étiquetage de suivi et de traçabilité, qui fonctionne bien au Kenya, mais l'appel d'offres a été immédiatement annulé[94] : l'Institut du tabac d'Afrique du Sud (TISA), qui représente les intérêts des multinationales et des usines locales, a légalement porté atteinte à l'appel d'offres par des manifestations de rue et, en mai 2020, le SARS a abandonné le projet[95]. Tout ce qui a été mis en place, c'est une ligne téléphonique gratuite permettant de dénoncer anonymement les contrebandiers[96]. Selon le directeur général de BAT Afrique du Sud, Johnny Moloto, " les producteurs illicites qui ont profité de l'interdiction de fermeture de l'année dernière sont encore nombreux (...). Il s'agit d'une urgence nationale qui nécessite une enquête à grande échelle sur l'ensemble de l'industrie[97].

Le patrons du tabac

Le premier pays africain pour la production de cigarettes est le Zimbabwe, qui exporte vers la Chine, l'Afrique du Sud, la Belgique, le Royaume-Uni, l'Indonésie et l'Allemagne, et importe du tabac des plantations du Malawi et de l'Afrique du Sud[100]. Le marché de Harare est un oligopole dominé par Simon Rudland et sa GLTC (Gold Leaf Tobacco Corporation), un patron ouvertement protégé par le parti au pouvoir, le Zanu-PF[101], qui possède de grands centres de production et de stockage en Afrique du Sud et en République démocratique du Congo[102]. Ses cigarettes entrent en Afrique du Sud par la frontière de Beitbridge (82% des cigarettes illégales y sont entrées en 2016)[103], ou aux postes frontières avec le Botswana et le Mozambique [104].

Rudland, qui vit en Afrique du Sud, possède une myriade de fermes, des concessions minières au Zimbabwe et en République démocratique du Congo, une société de logistique et une compagnie de bus[105] . Mais cela ne le protège pas de la brutalité de la concurrence. Selon Johann Van Loggerenberg[106] , ancien policier et auteur du livre "Tobacco Wars"[107], "l'industrie du tabac à l'échelle mondiale n'est pas seulement une entreprise. L'industrie sud-africaine du tabac est divisée entre les acteurs établis et les nouveaux venus qui se disputent les parts de marché, et les deux parties ont montré qu'elles ne reculeront devant rien pour atteindre la suprématie"[108].

En août 2019, Simon Rudland a échappé à une tentative d'assassinat : un sniper a tiré neuf coups de feu sur lui alors que, accompagné de ses avocats, il se rendait à une réunion dans les bureaux de la Fair-Trade Independent Tobacco Association (FITA) - l'association représentant les petits fabricants de cigarettes), mais il n'a été que blessé[109] . Rudland est soupçonné de contrebande depuis des années, et le SARS affirme qu'il doit plus de 70 millions d'euros en TVA et en droits d'accises, et qu'il a plusieurs députés locaux et fédéraux à son service, notamment au sein du parti d'opposition EFF et de l'ANC[110] . GLTC, accusé de dumping par ses concurrents, vend ses marques Voyager, RD, Sharp et Sahawi, presque exclusivement dans les spazas[111].

Selon Van Loggerenberg, Gold Leaf vend 75% de toutes les cigarettes illégales en Afrique du Sud[112]. Selon l'étude IPSOS financée par BAT, sur les dix marques les plus vendues sur le continent en dessous du seuil de taxation, six sont produites par GLTC - entre 70 et 80 % du commerce illicite de cigarettes [113]. Bien que Rudland le nie, les multinationales le considèrent comme un concurrent dangereux et ont lancé une campagne sociale contre GLTC (#takebackthetax), promue avec des célébrités locales[114].

Le principal adversaire de Gold Leaf Tobacco au Zimbabwe est la Savanna Tobacco Company (connue depuis 2017 sous le nom de Pacific Cigarette Company)[116] d'Adam Molai, époux de Sandra Mugabe, petit-fils de l'ancien président Robert Mugabe - un homme qui a grandi avec le tabac, puisque lui et sa femme ont travaillé pour la Zimbabwe Tobacco Growing Company lorsqu'ils étaient jeunes[117] : "Je suis un entrepreneur avec une vaste expérience dans le conseil en gestion, le commerce de détail, le tabac, le développement immobilier, la fonte, l'exploitation minière, les carburants, les lubrifiants, les boissons, les assurances et la fabrication générale"[118] .

Savanna Tobacco produit deux des marques préférées des Sud-Africains, Remington Blue et Pacific Blue, qui sont également les plus contrefaites en Afrique du Sud[119]. Malgré les soupçons de violation des lois sur la production et le commerce du tabac, le président Mugabe a ouvertement soutenu Savanna, accusant son rival British American Tobacco d'espionner Savanna et de détourner ses camions : "Si c'est ce que vous faites pour tuer la concurrence et que vous le faites de manière malveillante, quelqu'un en répondra", a menacé Mugabe[120]. Comme dit, dans la lutte pour la suprématie, il n'y a pas de coups interdits.

Simon Rudland et Adam Molai se sont toujours battus pour le marché sud-africain : Rudland, avec sa société Livera Trading (Pvt) a essayé, en 2016, de reprendre la part de marché de Savanna, en mettant sur le marché des cigarettes avec le même paquet que Remington Gold, en les appelant RG... il a fallu une décision de justice pour obliger Gold Leaf Tobacco à retirer RG du marché (bien que Rudland ait affirmé que RG indiquait ses initiales " George Rudland ") et à annuler la publicité et les contrats au Zimbabwe[121]. Un tour perdu.

Après la déposition de Mugabe lors d'un coup d'État en 2017, la situation d'Adam Molai est devenue précaire[122] . Soudain, le nouveau gouvernement a ordonné à Savanna Tobacco de payer les taxes qu'elle n'avait pas versées au fil des ans : selon un ancien contrebandier, "Adam [Molai] a perdu sa protection politique et subit également une pression financière"[123] . Molai rejette toutes les accusations et est prêt à poursuivre en justice quiconque les répéterait[124]. En même temps, ces dernières années, une nouvelle concurrence est apparue et s'est développée, à des prix avantageux, en provenance d'Inde, du Pakistan et du Bangladesh[125], qui est vendue dans les spazas de toute l'Afrique du Sud[126].

Tous les chemins mènent à Dubaï

Au fil du temps, en raison du renforcement des mesures antitabac, de l'amélioration de l'application de la loi par les polices du monde entier et de la terrible concurrence, le marché mondial trouve de nouvelles solutions : la principale consiste à utiliser les Émirats arabes unis pour rendre les cigarettes de contrebande légales. Le gouvernement d'Abou Dhabi a adopté les mêmes règles pour le marché du tabac que pour celui de l'or : peu importe d'où il vient ou qui le vend, il est toujours le bienvenu, et aux Émirats, il bénéficie d'une reconnaissance officielle et peut donc être commercialisé dans le monde entier[128].

Ce choix politique encourage une expansion continue du secteur : aujourd'hui, on compte au moins dix usines produisant des cigarettes dans la zone franche de Jebel Ali[129], à 45 kilomètres au sud de Dubaï - ces usines brassent des milliards et sont devenues le quatrième produit d'exportation du pays, après le pétrole, l'or et l'aluminium[130]. Comme toutes les FTZ (Free Trade Zones) de la planète[131], Jebel Ali est bien interconnecté avec les ports et aéroports voisins[132], n'impose aucun droit de douane et est la destination préférée des bureaux de vente de toutes les grandes marques de cigarettes[133] : après les multinationales officielles, même Savanna Trading d'Adam Molai a maintenant une succursale à Jebel Ali[134].

Selon Andy Carter de JTI Japan Tobacco International, "tout le monde sait que [les cigarettes assemblées ici sont] produites pour la contrebande..... Mais ils sont fabriqués légalement, et ce n'est probablement qu'au point d'entrée que les documents d'expédition sont truqués, et que les marchandises interdites sont transformées en jouets ou en meubles" [135]. D'ici, chaque jour, des dizaines de vols et de cargos partent pour Port Saïd en Égypte, pour Misurata en Libye, pour Famagouste dans la république turque de Chypre, et de là, ils disparaissent...[136] 

Aujourd'hui, la contrebande de cigarettes est donc devenue un enjeu géopolitique de suprématie commerciale. La grande professionnalisation introduite par le gouvernement des Émirats a résolu de nombreux problèmes des multinationales (en particulier Philip Morris) et a créé un nouveau marché mondial pour les cigarettes locales et de basse qualité - ce dont le marché avait besoin pour retrouver un chiffre d'affaires croissant après deux décennies de crise due à la législation antitabac croissante de la plupart des pays riches. Comme le disait Al Capone, dans le Chicago de la prohibition, rien n'encourage le commerce comme la prohibition.

[1] https://www.askanews.it/video/2015/11/17/lisis-si-finanzia-anche-con-il-contrabbando-di-sigarette-20151117_video_14575316/ ; https://www.econotimes.com/Industry-insider-complaint-threatens-to-upset-Big-Tobaccos-applecart-1598476https://www.ilmessaggero.it/economia/news/contrabbando_petrolio_sigarette_criminalita_terrorismo-4503862.html ; https://www.adnkronos.com/terrorismo-capaldo-contrabbando-sigarette-contribuisce-a-finanziamento_3HYo9GbkT6ZKhEAFKVUcC

[2] https://www.occrp.org/en/loosetobacco/without-a-trace/the-eus-track-trace-smokescreen

[3] https://www.bat.com/theman# ; https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1766170/

[4] https://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//NONSGML+IM-PRESS+20070906STO10166+0+DOC+PDF+V0//IT&language=IT ; http://pianetatabacco.it/wp-content/uploads/2014/09/Tabacco-e-Cronaca.pdf

[5] https://ec.europa.eu/anti-fraud/investigations/eu-revenue/bat_de

[6] https://www.swissinfo.ch/ita/dopo-la-fiscalit%C3%A0-il-tabacco_la-svizzera-chiude-gli-occhi-sul-contrabbando-di-sigarette/42035800

[7] https://www.eunews.it/2016/07/07/tabacco-ue-non-rinnova-accordo-anti-contrabbando-con-philip-morris/63848 ; https://www.eunews.it/2016/03/09/lotta-al-contrabbando-di-sigarette-dalleuroparlamento-primo-no-collaborare-con-aziende-produttrici/52777

[8] https://www.researchgate.net/figure/Tobacco-smuggling-routes-According-to-a-comprehensive-EU-strategy_fig1_336792031

[9] https://altreconomia.it/il-business-del-fumo-sempre-piu-a-sud-ae-15-2/

[10] https://altreconomia.it/il-business-del-fumo-sempre-piu-a-sud-ae-15-2/

[11] https://altreconomia.it/il-business-del-fumo-sempre-piu-a-sud-ae-15-2/

[12] https://www.31mag.nl/https-www-brusselstimes-com-brussels-2-137863-belgian-customs-dismantle-illegal-cigarette-factory-in-brussels-molenbeek-saint-jean-federal-public-finance-service-marlboro-europol-european-anti-fraud/

[13] https://www.swissinfo.ch/ita/dopo-la-fiscalit%C3%A0-il-tabacco_la-svizzera-chiude-gli-occhi-sul-contrabbando-di-sigarette/42035800

[14] https://www.swissinfo.ch/ita/dopo-la-fiscalit%C3%A0-il-tabacco_la-svizzera-chiude-gli-occhi-sul-contrabbando-di-sigarette/42035800

[15] https://altreconomia.it/il-business-del-fumo-sempre-piu-a-sud-ae-15-2/

[16] https://www.geopolitica.info/una-mappa-del-contrabbando-di-sigarette-in-italia-criminalita-locali-e-reti-globali/

[17] https://poliziamoderna.poliziadistato.it/articolo/56c491191daf6240600220#:~:text=Dalla%20primavera%20del%201999%2C%20con,e%20utilizzare%20i%20porti%20montenegrini

[18] https://poliziamoderna.poliziadistato.it/articolo/56c491191daf6240600220#:~:text=Dalla%20primavera%20del%201999%2C%20con,e%20utilizzare%20i%20porti%20montenegrini

[19] https://altreconomia.it/il-business-del-fumo-sempre-piu-a-sud-ae-15-2/

[20] https://www.youtube.com/watch?v=lt9-G9Cz--I

[21] https://www.scmp.com/news/hong-kong/law-crime/article/2021998/its-all-greek-hong-kong-customs-officers-make-biggest

[22] ΙΝΩ ΚΑΡΕΛΙΑ ΤΟΜΠΑΚΟ ΑΝΩΝΥΜΗ ΒΙΟΜΗΧΑΝΙΚΗ ΕΤΑΙΡΙΑ ΣΙΓΑΡΕΤΤΩΝ ΚΑΙ ΠΡΟΙΟΝΤΑ ΚΑΠΝΟΥ :: Greece :: OpenCorporates ; ΚΑΡΕΛΙΑ ΕΠΕΝΔΥΤΙΚΗ ΑΝΩΝΥΜΟΣ ΕΤΑΙΡΕΙΑ :: Greece :: OpenCorporates ; ΚΑΡΕΛΙΑ ΤΡΕΙΝΤΙΝΓΚ ΑΝΩΝΥΜΗ ΕΜΠΟΡΙΚΗ ΚΑΙ ΒΙΟΜΗΧΑΝΙΚΗ ΕΤΑΙΡΙΑ :: Greece :: OpenCorporates

[23] https://www.pmi.com/resources/docs/default-source/pmi-sustainability/report-on-the-illicit-cigarette-trade-in-the-maghreb-region.pdf?sfvrsn=67a69ab5_2

[24] "КАРЕЛИЯ - 2007" ООД :: Bulgaria :: OpenCorporates ; "КАРЕЛИЯ - ЛАЙФ" ЕООД :: Bulgaria :: OpenCorporates ; "КАРЕЛИЯ 2000" ЕООД :: Bulgaria :: OpenCorporates ; "КАРЕЛИЯ 2011" ООД :: Bulgaria :: OpenCorporates ; "КАРЕЛИЯ-РТ" ООД :: Bulgaria :: OpenCorporates

[25] https://www.occrp.org/index.php/en/projects/tobacco-project/31-bulgaria/58-bulgarian-smuggling

[26] https://tobaccocontrol.bmj.com/content/19/5/380.full

[27] Coveting Iran: the infiltration and exploitation of Iran by global cigarette companies, World Health Organization, September 2001, see more: https://applications.emro.who.int/dsaf/EMRPUB_2001_En_767.pdf

[28] Coveting Iran: the infiltration and exploitation of Iran by global cigarette companies, World Health Organization, September 2001, see more: https://applications.emro.who.int/dsaf/EMRPUB_2001_En_767.pdf p. 5, 9 and 10

[29] https://www.scmp.com/news/hong-kong/law-crime/article/2021998/its-all-greek-hong-kong-customs-officers-make-biggest

[30] Coveting Iran: the infiltration and exploitation of Iran by global cigarette companies, World Health Organization, September 2001, see more: https://applications.emro.who.int/dsaf/EMRPUB_2001_En_767.pdf

[31] https://archive.nytimes.com/www.nytimes.com/interactive/2010/12/24/world/24-sanctions.html

[32] https://tobaccocontrol.bmj.com/content/19/5/380.full

[33] http://iranjournal.org/politik/ein-staat-lebt-vom-schmuggel

[34] https://www.signalhire.com/companies/al-rashideen-trading-co-l-l-c

[35] UNITED TOBACCO GROUP, INC. :: Panama :: OpenCorporates

[36] https://www.generationsanstabac.org/wp-content/uploads/2021/01/Raoul-Setrouk-and-MSINTELLIGENCE-Msi-Market-Survey-Intelligence-Sarl-vs-Philip-Morris-International-Inc..pdf

[37] https://www.generationsanstabac.org/wp-content/uploads/2021/01/Raoul-Setrouk-and-MSINTELLIGENCE-Msi-Market-Survey-Intelligence-Sarl-vs-Philip-Morris-International-Inc..pdf

[38] https://www.generationsanstabac.org/wp-content/uploads/2021/01/Raoul-Setrouk-and-MSINTELLIGENCE-Msi-Market-Survey-Intelligence-Sarl-vs-Philip-Morris-International-Inc..pdf

[39] https://www.moneyhouse.ch/it/company/msintelligence-msi-market-survey-intelligence-12889486501

[40] https://www.occrp.org/en/daily/13413-complaint-phillip-morris-smuggled-smokes-distorted-data ; https://www.generationsanstabac.org/wp-content/uploads/2021/01/Raoul-Setrouk-and-MSINTELLIGENCE-Msi-Market-Survey-Intelligence-Sarl-vs-Philip-Morris-International-Inc..pdf ; https://www.econotimes.com/Industry-insider-complaint-threatens-to-upset-Big-Tobaccos-applecart-1598476

[41] https://www.occrp.org/en/daily/13413-complaint-phillip-morris-smuggled-smokes-distorted-data ; https://www.generationsanstabac.org/wp-content/uploads/2021/01/Raoul-Setrouk-and-MSINTELLIGENCE-Msi-Market-Survey-Intelligence-Sarl-vs-Philip-Morris-International-Inc..pdf

[42] Recent press reports from Algeria detail volumes of tobacco that cannot be destined for the Algerian domestic retail market and instead can only be explained by the conscious production of PMI for the illegal export market. For example, Algerian customs authorities have recently seized more than 617,000 packs of smuggled cigarettes from Algerian PMI production, see also: https://www.generationsanstabac.org/wp-content/uploads/2021/01/Raoul-Setrouk-and-MSINTELLIGENCE-Msi-Market-Survey-Intelligence-Sarl-vs-Philip-Morris-International-Inc..pdf ; https://www.transcrime.it/wp-content/uploads/2019/07/Nexus.Booklet4-Maghreb-Route-WEB.pdf

[43] https://www.generationsanstabac.org/wp-content/uploads/2021/01/Raoul-Setrouk-and-MSINTELLIGENCE-Msi-Market-Survey-Intelligence-Sarl-vs-Philip-Morris-International-Inc..pdf ; https://www.transcrime.it/wp-content/uploads/2019/07/Nexus.Booklet4-Maghreb-Route-WEB.pdf

[44] https://www.lejdd.fr/Societe/trafic-de-tabac-laccusateur-suisse-qui-fait-trembler-philip-morris-4014801

[45] https://www.lejdd.fr/Societe/tabac-les-fumeuses-manoeuvres-de-philip-morris-pour-controler-la-tracabilite-des-cigarettes-3710306

[46] https://www.euractiv.com/section/economy-jobs/news/genuine-cigarettes-smuggling-from-algeria-gives-brussels-another-headache/

[47] https://www.euractiv.com/section/economy-jobs/news/genuine-cigarettes-smuggling-from-algeria-gives-brussels-another-headache/

[48] https://ibiworld.eu/2021/09/17/gregoire-verdeaux-lamico-che-gestisce-il-tesoro/

[49] https://algeriepart.com/2019/08/29/exclusif-cheikh-al-sheebani-les-valises-de-devises-a-laeroport-dalger-et-les-6-officiers-condamnes-a-20-ans-de-prison-ferme-par-le-tribunal-militaire-de-blida/

[50] https://www.euractiv.com/section/economy-jobs/news/genuine-cigarettes-smuggling-from-algeria-gives-brussels-another-headache/

[51] Flows from Algeria to France have increased by 300% since 2012, when the volumes of cigarettes legally produced in Algeria that are smuggled into France increased from 1.08 billion in 2012 to 3.19 billion in 2016, see also: https://www.euractiv.com/section/economy-jobs/news/genuine-cigarettes-smuggling-from-algeria-gives-brussels-another-headache/

[52] https://www.generationsanstabac.org/wp-content/uploads/2021/01/Raoul-Setrouk-and-MSINTELLIGENCE-Msi-Market-Survey-Intelligence-Sarl-vs-Philip-Morris-International-Inc..pdf ; https://themaghrebtimes.com/why-is-algeria-at-the-heart-of-the-cigarette-trafficking-in-france-which-is-knowingly-organized-by-philip-morris/ ; https://www.lejdd.fr/Societe/trafic-de-tabac-laccusateur-suisse-qui-fait-trembler-philip-morris-4014801

[53] https://www2.assemblee-nationale.fr/deputes/fiche/OMC_PA605518

[54] https://revuedestabacs.com/blog/d%C3%A9put%C3%A9-fran%C3%A7ois-michel-lambert-un-signalement-au-procureur-contre-pmi-pour-organisation-du-commerce-parall%C3%A8le-de-tabac/ ; https://www.lejdd.fr/Societe/trafic-de-tabac-laccusateur-suisse-qui-fait-trembler-philip-morris-4014801

[55] https://revuedestabacs.com/blog/d%C3%A9put%C3%A9-fran%C3%A7ois-michel-lambert-un-signalement-au-procureur-contre-pmi-pour-organisation-du-commerce-parall%C3%A8le-de-tabac/ ; https://www.lejdd.fr/Societe/trafic-de-tabac-laccusateur-suisse-qui-fait-trembler-philip-morris-4014801

[56] https://themaghrebtimes.com/why-is-algeria-at-the-heart-of-the-cigarette-trafficking-in-france-which-is-knowingly-organized-by-philip-morris/ ; https://www.lejdd.fr/Societe/trafic-de-tabac-laccusateur-suisse-qui-fait-trembler-philip-morris-4014801

[57] https://ec.europa.eu/anti-fraud/media-corner/news/18-02-2020/successful-international-operation-seized-more-62-million-smuggled_en

[58] https://www.stopillegal.com/docs/default-source/external-docs/kpmg-report---illicit-cigarette-consumption-in-the-eu-uk-norway-and-switzerland---2020-results.pdf

[59] https://www.generationsanstabac.org/wp-content/uploads/2021/01/Raoul-Setrouk-and-MSINTELLIGENCE-Msi-Market-Survey-Intelligence-Sarl-vs-Philip-Morris-International-Inc..pdf

[60] https://www.pmi.com/markets/italy/it/sostenibilita/sostenibilita-sociale/lotta-all'illecito

[61] https://www.repubblica.it/online/cronaca/verda/philip/philip.html

[62] https://ibiworld.eu/2021/01/07/movimento-5-stelle-e-lega-nord-prove-generali-per-uninternazionale-post-fascista/ ; https://ibiworld.eu/2021/01/07/la-philip-morris-va-alla-guerra-alleata-a-suprematisti-populisti-e-sceicchi-arabi/

[63] https://altreconomia.it/il-business-del-fumo-sempre-piu-a-sud-ae-15-2/

[64] Cigarette Trafficking: Introducing the Transnational Dimension of Cigarette Tra­cking in Europe and Beyond; Nexus, 2019, see more: https://www.transcrime.it/wp-content/uploads/2019/07/Nexus.Booklet1-Cigarette-Trafficking-WEB.pdf , p.29

[65] https://www.geopolitica.info/una-mappa-del-contrabbando-di-sigarette-in-italia-criminalita-locali-e-reti-globali/

[66] https://www.ilsole24ore.com/art/contrabbando-sigarette-mille-trucchi-traffico-sotto-occhi-camorra--AERsKlfE

[67] https://www.geopolitica.info/una-mappa-del-contrabbando-di-sigarette-in-italia-criminalita-locali-e-reti-globali/

[68] https://www.ilsole24ore.com/art/contrabbando-sigarette-mille-trucchi-traffico-sotto-occhi-camorra--AERsKlfE

[69] https://www.ilsole24ore.com/art/contrabbando-sigarette-mille-trucchi-traffico-sotto-occhi-camorra--AERsKlfE

[70] https://www.viagginews.com/2020/01/20/costo-sigarette-europa-mondo/ ; http://hikersbay.com/prices/norway?lang=it#:~:text=Le%20sigarette%20sono%20pi%C3%B9%20costose,13%20EUR%20(130%20NOK). ; https://www.viagginews.com/2020/01/20/costo-sigarette-europa-mondo/

[71] https://spazio70.com/societa-e-cultura/facce-da-anni-settanta/il-collettivo-autonomo-contrabbandieri-nelle-parole-di-luciano-de-crescenzo/

[72] https://ricerca.repubblica.it/repubblica/archivio/repubblica/1994/02/10/contrabbandieri-in-rivolta-dai-vicoli-invadono-le.html

[73] https://ricerca.repubblica.it/repubblica/archivio/repubblica/1992/11/06/evviva-lo-sciopero-napoli-il-trionfo.html

[74] https://www.thenews.com.pk/print/207731-FBR-discovers-non-tax-paid-cigarettes-at-warehouse

[75] https://www.occrp.org/en/loosetobacco/without-a-trace/pakistans-big-tobacco-problem

[76] https://www.occrp.org/en/loosetobacco/without-a-trace/pakistans-big-tobacco-problem

[77] https://www.occrp.org/en/loosetobacco/without-a-trace/pakistans-big-tobacco-problem

[78] https://www.facebook.com/gliannisettanta/posts/napoli-4-aprile-1972-contrabbandieri-partenopei-celebrano-in-mare-una-cerimonia-/1787803791289417/

[79] https://www.occrp.org/en/loosetobacco/without-a-trace/pakistans-big-tobacco-problem

[80] https://treaties.un.org/pages/ViewDetails.aspx?src=TREATY&mtdsg_no=IX-4-a&chapter=9&clang=_en

[81] https://www.occrp.org/en/loosetobacco/without-a-trace/pakistans-big-tobacco-problem

[82] https://tribune.com.pk/story/2217335/2-pakistan-can-earn-rs50b-curbing-illicit-tobacco-trade

[83] https://africaincmag.com/sa-sme-fund-and-a2pay-partner-to-boost-spaza-shops-with-us1-68m/

[84] https://tobaccocontrol.bmj.com/content/early/2021/07/04/tobaccocontrol-2020-056293

[85] https://tobaccotactics.org/wiki/south-africa-country-profile/

[86] https://tobaccocontrol.bmj.com/content/early/2021/07/04/tobaccocontrol-2020-056293

[87] https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-08-31/bat-warns-of-south-africa-tobacco-tax-shortfall-after-sales-ban

[88] https://www.nytimes.com/2020/05/08/world/africa/coronavirus-south-africa-tobacco-alcohol-ban.html

[89] https://www.aljazeera.com/news/2020/8/19/tobacco-companies-sue-south-african-government-over-smoking-ban ; https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-05-30/bat-appeals-to-court-after-south-africa-digs-in-on-tobacco-ban

[90] https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-08-31/bat-warns-of-south-africa-tobacco-tax-shortfall-after-sales-ban

[91] https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-08-31/bat-warns-of-south-africa-tobacco-tax-shortfall-after-sales-ban

[92] http://www.batsa.co.za/group/sites/BAT_A2ELAD.nsf/vwPagesWebLive/DOALBKMH#

[93] http://www.batsa.co.za/group/sites/BAT_A2ELAD.nsf/vwPagesWebLive/DOALBKMH#

[94] https://africatimes.com/2019/09/30/why-track-trace-is-the-solution-for-south-africas-tobacco-wars/

[95] https://tobaccotactics.org/wiki/track-and-trace/

[96] https://www.stopillegal.com/blog/detail/ban-on-cigarette-sales-deepens-illicit-trade-problem-in-south-africa

[97] https://www.iol.co.za/business-report/companies/south-africa-is-sinking-under-a-tide-of-illicit-cigarettes-batsa-13a69f1a-0ac2-4792-8b57-47566d3a10c6

[98] https://www.financialgazette.co.zw/tobacco-industry-remains-under-cloud-as-rudland-speaks-on-attempted-sa-assassination/

[99] http://www.pacificcigarette.com/leadership/adam-molai/

[100] https://www.forbesafrica.com/entrepreneurs/2012/09/01/the-golden-leaf/

[101] https://www.atlanticcouncil.org/wp-content/uploads/2019/09/The_Illicit_Tobacco_Trade_in_Zimbabwe_and_South_Africa.pdf

[102] https://www.atlanticcouncil.org/wp-content/uploads/2019/09/The_Illicit_Tobacco_Trade_in_Zimbabwe_and_South_Africa.pdf

[103] https://thestandard.newsday.co.zw/2016/12/04/face-face-beitbridges-daring-smuggling-syndicates/ ; https://www.insurancechat.co.za/2014-02/hawks-probe-cigarette-smuggling-at-beit-bridge/

[104] https://www.atlanticcouncil.org/wp-content/uploads/2019/09/The_Illicit_Tobacco_Trade_in_Zimbabwe_and_South_Africa.pdf

[105] https://www.atlanticcouncil.org/wp-content/uploads/2019/09/The_Illicit_Tobacco_Trade_in_Zimbabwe_and_South_Africa.pdf

[106] He was head of the High Risk Investigation Unit on behalf of the South African Revenue Service (Sars). From 2007 to 2014, his unit conducted 81 investigations and made a serious foray into the tobacco industry, see more: https://africatimes.com/2019/09/30/why-track-trace-is-the-solution-for-south-africas-tobacco-wars/

[107] https://www.amazon.com/Tobacco-Wars-southern-Africas-cigarette-ebook/dp/B07VS4GBNQ

[108] https://www.news24.com/news24/SouthAfrica/News/tobacco-wars-hits-threats-and-secret-ops-behind-the-simon-rudland-attempted-hit-20190817

[109] https://www.news24.com/news24/SouthAfrica/News/tobacco-wars-hits-threats-and-secret-ops-behind-the-simon-rudland-attempted-hit-20190817 ; https://www.financialgazette.co.zw/tobacco-industry-remains-under-cloud-as-rudland-speaks-on-attempted-sa-assassination/

[110] https://sa411.co.za/footage-shows-attempted-hit-on-cigarette-baron-adriano-mazzotti/

[111] https://www.news24.com/news24/SouthAfrica/News/tobacco-wars-hits-threats-and-secret-ops-behind-the-simon-rudland-attempted-hit-20190817

[112] https://africatimes.com/2019/09/30/why-track-trace-is-the-solution-for-south-africas-tobacco-wars/

[113] https://www.atlanticcouncil.org/wp-content/uploads/2019/09/The_Illicit_Tobacco_Trade_in_Zimbabwe_and_South_Africa.pdf

[114] http://www.takebackthetax.org/ ; https://www.lbbonline.com/news/takebackthetax-ignites-change-to-tackle-the-illegal-cigarette-trade-in-south-africa ; https://africatimes.com/2019/09/30/why-track-trace-is-the-solution-for-south-africas-tobacco-wars/

[115] https://lowvelder.co.za/614206/municipality-issues-2-635-temporary-permits-informal-traders/

[116] http://www.pacificcigarette.com/about-us/

[117] https://www.timeslive.co.za/sunday-times/lifestyle/2013-12-29-mugabe-link-to-illegal-cigarette-trade/

[118] https://www.africanleadershipmagazine.co.uk/zimbabwe-my-relationship-with-mugabe-not-responsible-for-my-business-success-adam-molai/

[119] https://www.atlanticcouncil.org/wp-content/uploads/2019/09/The_Illicit_Tobacco_Trade_in_Zimbabwe_and_South_Africa.pdf

[120] https://www.timeslive.co.za/sunday-times/lifestyle/2013-12-29-mugabe-link-to-illegal-cigarette-trade/

[121] https://www.herald.co.zw/high-court-stubs-out-cigarette-war/

[122] https://www.repubblica.it/esteri/2019/09/06/news/zimbabwe_morto_robert_mugabe-235320597/

[123] https://www.atlanticcouncil.org/wp-content/uploads/2019/09/The_Illicit_Tobacco_Trade_in_Zimbabwe_and_South_Africa.pdf

[124] https://www.atlanticcouncil.org/wp-content/uploads/2019/09/The_Illicit_Tobacco_Trade_in_Zimbabwe_and_South_Africa.pdf

[125] https://www.atlanticcouncil.org/wp-content/uploads/2019/09/The_Illicit_Tobacco_Trade_in_Zimbabwe_and_South_Africa.pdf

[126] http://livelihoods.org.za/wp-content/uploads/2018/05/A-Smokescreen-Economy-township-grey-market-cigarette-trade-in-Delft_booklet.pdf ; https://theconversation.com/south-africas-spaza-shops-how-regulatory-avoidance-harms-informal-workers-130837

[127] https://www.khaleejtimes.com/uae/video-inside-emirates-posts-sorting-facility-in-dubai

[128] https://www.khaleejtimes.com/uae/video-inside-emirates-posts-sorting-facility-in-dubai

[129] https://www.transcrime.it/wp-content/uploads/2019/07/Nexus.Booklet4-Maghreb-Route-WEB.pdf , p.12

[130] https://www.dw.com/en/cigarette-smuggling-in-the-uae-an-eu-headache/a-50930382

[131] https://www.oecd-ilibrary.org/trade/trade-in-counterfeit-goods-and-free-trade-zones_9789264289550-en ; http://www.dubaifdi.gov.ae/FreeZones/en

[132] https://jafza.ae/about-us/

[133] Cigarette Trafficking: Introducing the Transnational Dimension of Cigarette Tra­cking in Europe and Beyond; Nexus, 2019, see more: https://www.transcrime.it/wp-content/uploads/2019/07/Nexus.Booklet1-Cigarette-Trafficking-WEB.pdf , p. 31

[134] https://mclloydbis.com/profile/436845/savanna-trading-company.html

[135] https://www.dw.com/en/cigarette-smuggling-in-the-uae-an-eu-headache/a-50930382

[136] https://www.dw.com/en/cigarette-smuggling-in-the-uae-an-eu-headache/a-50930382

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie