paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

65 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2021

Socotra, la dernière île enchantée et merveilleuse

Notre planète réserve de moins en moins de surprises, et avec la mondialisation, l'extermination de nombreuses races animales et végétales, les différentes zones climatiques tendent à se ressembler de plus en plus. Il reste quelques îles paradisiaques, non encore détruites par l'exploitation minière ou le tourisme de masse.

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Socotra est l'un de ces paradis : 150 kilomètres carrés de terre non volcanique, située à l'entrée du golfe d'Aden (une position stratégique, militairement et commercialement privilégiée), qui est considérée par les éthologues et les ethnologues comme la partie de la planète qui représente le mieux notre imagination d'une planète étrangère[1].

Pendant des milliers d'années, les habitants de l'île ont vécu de la fertilité de la terre, de l'élevage de moutons et, à une époque plus moderne, de l'exportation de leur production de dattes et de tabac[2]. Les personnes qui y vivent sont malheureusement les otages des intérêts géopolitiques, militaires et commerciaux des grandes puissances de la région : les Émirats arabes unis, la Turquie et Israël. C'est pourquoi il est important d'en parler, même si, contrairement au Yémen, auquel Socotra appartient selon les accords internationaux, ici la terrible guerre déclenchée par les Houthis, les Saoudiens et les djihadistes n'est pas arrivée. Parce que les installations militaires et d'espionnage construites illégalement sur l'île, et tolérées par la communauté internationale, pourraient bientôt anéantir ce petit morceau de merveille naturelle.

Histoire d'un peuple ancien

Les Yéménites et, plus généralement, les Arabes du Sud se considèrent comme les descendants d'un ancêtre biblique commun, Qahtan[4]. D'un point de vue identitaire, cet héritage est d'une importance fondamentale car il relègue les Yéménites nés d'ancêtres différents (les Khaddam et les Akhddam) aux plus bas échelons de l'échelle sociale - le même sort que les familles d'origine indienne, somalienne ou éthiopienne[5]. Les habitants de Socotra, une île située dans l'océan Indien à environ 350 kilomètres des côtes yéménites, sont considérés comme des "étrangers" car ils appartiennent à un patrimoine culturel différent, issu d'une colonie grecque établie par Alexandre le Grand au IVe siècle avant Jésus-Christ[6].

Pour les naturalistes, l'île, ainsi que l'archipel du même nom, est une destination recherchée : nombre des plantes et des animaux qui la peuplent ne se trouvent nulle part ailleurs dans le monde[7]. Cette oasis de biodiversité a été inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO en 2008[8]. Les habitants de Socotra parlent une langue préislamique non écrite (Socotriyya) et leurs traditions culturelles sont à la fois éco-durables et difficiles à défendre, car elles reposent exclusivement sur une perpétuation orale[9], et risquent d'être mises en danger par les conséquences du conflit qui ensanglante le Yémen depuis 2014.

La population de l'île, qui était d'environ 90 000 habitants à la fin du XXe siècle, est passée à 150 000 habitants grâce à l'arrivée de réfugiés du continent, dont la plupart vivent à Hadibo, la capitale[10]. En plus de ceux qui fuient, des techniciens et des militaires arrivent constamment sur l'île en provenance d'Arabie saoudite et des Émirats, qui ont commencé à construire des bases militaires en 2016[11].

Le Yémen, une tragédie sans fin

Comme dans de nombreux conflits contemporains, la crise du Yémen est le résultat de l'effondrement de l'État, rendu inévitable par la faiblesse économique, la corruption et l'inefficacité des structures bureaucratiques, incapables de gagner la confiance d'un peuple habitué à vivre selon des lois différentes de celles de l'Occident[13]. Le Yémen n'est né qu'en 1990, lorsque le Sud (République démocratique populaire du Yémen) et le Nord (République arabe du Yémen) se sont mis d'accord pour créer la République du Yémen[14].

L'État nouveau-né a été en proie à des conflits continus : ceux entre le nord et le sud, qui ont conduit à la guerre civile de 1994, et ceux entre le gouvernement de Sanaa et les tribus houthies de Saada, dans le nord-ouest montagneux, qui sont en proie à des troubles continus depuis 2004[15]. Le fil conducteur de cette période troublée est Ali Abdullah Saleh, président de la République depuis sa formation jusqu'à fin 2011, date à laquelle il a été contraint de démissionner suite à la vague de protestations du Printemps arabe[16].

Saleh, président du Yémen du Nord depuis 1978, a régné pendant trente-trois ans[17]. Sa dictature de type médiéval et son incapacité à régler les problèmes économiques, sociaux et ethniques ont créé une situation dans laquelle toute la zone géographique s'est effondrée sous le poids des revendications des différentes forces militaires : en premier lieu le ROYG (Republic of Yemen Government), le gouvernement reconnu internationalement, au pouvoir au début des affrontements et dirigé depuis 2012 par Abdu Rabbu Mansour Hadi[18], en exil en Arabie saoudite depuis la prise de Sanaa en décembre 2014[19].

Le gouvernement a pris ses fonctions à Aden en janvier 2015, pour se réinstaller dans la ville d'Ataq après la prise d'Aden par le Conseil de transition du Sud (CTS) en 2019[20]. Le ROYG est soutenu militairement par une coalition dirigée par l'Arabie saoudite[21]. Les forces Houthi agissent contre le ROYG : est un mouvement chiite zaydite formé sous la direction de membres de la famille Houthi, qui contrôle une grande partie de l'ouest du Yémen, y compris la capitale[22], et qui est soutenu économiquement et militairement par l'Iran[23]; Le troisième acteur est Al-Qaïda, actif au Yémen depuis 2009, qui opère principalement dans les territoires du sud où, avec des fortunes diverses, il est au pouvoir dans certaines zones côtières[24]; le quatrième prétendant clé est le STC (Conseil de transition du sud) - une force séparatiste du sud soutenue par les Émirats arabes depuis 2017 et dirigée par le général yéménite Aidarous al Zubaidi, ancien gouverneur d'Aden[25].

La guerre entre ces trois principales factions a produit la pire crise humanitaire de la planète : depuis 2015, quelque 3,6 millions de personnes ont dû quitter leur foyer, dont 400 000 en 2019, vivant dans des conditions inhumaines dans un pays aux infrastructures sanitaires très réduites, rendues encore plus insuffisantes par le Covid-19[26]. La situation est encore aggravée par l'obstruction de l'aide humanitaire par les Houthis, qui a contraint la communauté internationale à réduire son aide[27]. Au moins 18 400 civils ont perdu la vie au cours de ces six années de guerre[28].

Cyclone Abu Dhabi

Carte des bases militaires internationales contrôlées par les Émirats arabes unis[29]

Socotra n'est pas impliquée dans les opérations militaires, mais pour l'île, le début de la guerre coïncide avec les catastrophes naturelles : en novembre 2015, l'archipel a été frappé par les cyclones Chapala et Megh, qui ont tué 26 personnes et en ont blessé 78 autres, laissant derrière eux une traînée de bâtiments détruits[30]. La Fondation Khalifa bin Zayed Al Nahyan, dirigée par Sheikh Mansour bin Zayed Al Nahyan (Vice-Premier Ministre des Emirats Arabes Unis), a rapidement envoyé de l'aide humanitaire : nourriture, couvertures, tentes, équipement et matériel médical, ainsi que 1200 barils de carburant[31].

Dix mois après le début du conflit yéménite, les Émirats arabes sont entrés à Socotra, dépensant 110 millions de dollars pour l'aide humanitaire, la reconstruction d'écoles, de routes, de bâtiments publics[32] et d'un hôpital[33]; l'université internationale de Socotra a également été ouverte et l'aéroport local modernisé[34]. D'importants investissements ont également été réalisés dans la création d'infrastructures de télécommunications modernes, en collaboration avec des entreprises émiraties[35]. Des usines de transformation du poisson sont en cours de construction pour soutenir l'économie locale, et des investissements importants sont réalisés dans le tourisme[36].

C'est un projet qui est tout sauf charitable : le 15 mai 2017, l'administration émiratie a achevé la construction d'une base militaire sur l'île, capable d'accueillir 5 000 soldats, créant un nouveau front de tension dans une zone déjà très instable[37]: la frontière maritime entre la Somalie, ravagée par des décennies de guerre civile[38], et le Yémen lui-même. Au moins, la piraterie, qui utilisait Socotra comme base d'approvisionnement depuis plusieurs années, a été vaincue[39]. Il s'agit donc d'une occupation militaire en bonne et due forme, officialisée par un contrat octroyant l'archipel aux Émirats pour 99 ans, signé par le président yéménite Hadi en 2014[40], qui contraste avec les investissements en infrastructures réalisés par l'Iran (dans le même but) au cours de la décennie précédente, et avec les projets de l'Arabie saoudite, qui a envoyé en mars 2008 des émissaires à Hadibo à la recherche d'investissements[41].

L'arrivée des militaires émiratis à Socotra a provoqué une réaction hostile de la population locale, qui a accusé Abou Dhabi de mener des activités d'excavation et de construction sans l'autorisation du gouvernement yéménite[42]; au mépris de la valeur naturelle inestimable du territoire, les entreprises de Dubaï cherchaient des métaux précieux dans le sous-sol[43]. Lorsque Hadi, se rendant compte qu'il avait été escroqué, a protesté, il était trop tard[44]; les opérations étaient coordonnées par le ministre des affaires étrangères émirati Anwar Gargash[45], grand ami et allié du président Trump[46], et diplomatiquement proche du mouvement séparatiste STC[47].

En mai 2018, la médiation du gouvernement saoudien aboutit à un accord : les militaires émiratis quittent Socotra, remplacés par leurs homologues saoudiens, qui prennent en charge la formation des forces spéciales yéménites, leur laissant la garde du port et de l'aéroport local, et s'engagent à assurer l'approvisionnement en eau potable et en électricité des habitants[48]. L'Arabie saoudite (principal allié des Émirats[49]) prend le contrôle de l'île, tandis que les milices émiraties vont se battre sur le continent, dans la lutte contre les Houthis et Al-Qaïda[50].

Socotra et al-Mahra : des destins parallèles

En septembre 2019, Issa Salem bin Yaqut, cheikh de Socotra, s'est exprimé devant le Congrès à Washington sur la situation au Yémen, en faisant notamment référence aux territoires sous son contrôle (al-Mahra et Socotra), ne cachant pas son inquiétude quant au comportement des Émirats et de l'Arabie saoudite[52]: le 29 août, l'aviation émiratie bombarde l'armée régulière yéménite, engagée dans les combats pour le contrôle du port d'Aden contre les troupes du STC[53]; dans le même temps, le gouvernorat saoudien soutient le travail de prosélytisme pro STC opéré par les Émirats[54]. Bin Yaqut fait également référence à Al-Mahra, qui faisait autrefois partie d'un califat unique avec Socotra : région du sud-est du Yémen, elle est envahie depuis 2017 par l'Arabie saoudite, qui installe des bases militaires dans des installations civiles comme les ports ou les aéroports, procède à des enlèvements et des déportations arbitraires, planifie l'exploitation du gaz et du pétrole ainsi que la construction de pipelines pour transporter le pétrole des puits saoudiens vers la mer d'Arabie[55].

La seule opposition à l'inclusion d'al-Mahra dans l'Arabie saoudite vient d'Oman, allié du Qatar et de la Turquie, qui tente d'imposer sa présence dans la région par des campagnes de soutien à la population locale et de protection des opposants à l'occupation saoudienne[56]. La campagne a commencé en 2015, lorsque les Émirats ont établi des bases militaires dans cette région pour la formation militaire de 2000 unités choisies parmi les locaux[57]. Les bases militaires et les villages environnants sont liés à l'approvisionnement en eau et en électricité d'Oman[58]. Le gouverneur Bin Kuddah, avec le soutien ouvert du gouvernement de Mascate, revendique le contrôle exclusif des troupes entraînées par les Émirats - mais celles-ci choisissent d'abandonner al-Mahra - et, en 2017, année de formation du Conseil de transition du Sud, il est invité par le chef du CTS, Aiderous al-Zubaidi, à rejoindre la lutte sécessionniste, recevant un refus en réponse[59].

Le 5 novembre 2019, le protocole d'accord des accords de Riyad est signé : les négociations voient les représentants du gouvernement yéménite du président Hadi et les représentants du CTS assis en face les uns des autres[60]. Les parties affirment l'engagement commun contre les Houthis soutenus par l'Iran, avec pour objectif de "libérer" le territoire de l'État[61]. Les accords, fortement souhaités par l'Arabie saoudite pour limiter la prolifération des fronts ouverts dans le conflit, comprennent la reconnaissance du STC comme interlocuteur dans les pourparlers de paix de l'ONU (un important signe de légitimité pour les séparatistes) et l'engagement de former un nouveau gouvernement incluant des membres du STC[62]. En échange, Hadi a obtenu la certification du désengagement des Émirats arabes unis du conflit et la fin du soutien émirati aux séparatistes[63].

Quelques mois plus tard, en avril 2020, environ trois cents miliciens du STC débarquent à Socotra, et avec eux les premières escarmouches avec l'armée yéménite, tandis que les militaires saoudiens restent inactifs[64]. Une trêve est signée, qui est le prélude à un développement inattendu des événements : le 19 juin, les forces saoudiennes remettent leurs bases militaires aux forces du CTS[65], et le CTS annonce qu'il a pris possession de toutes les structures gouvernementales et militaires de Socotra[66]. Le gouverneur de l'île, Ramzi Mahrus, et tous ses fonctionnaires sont contraints de quitter l'île pour se réfugier à Oman ; Mahrus déclare qu'il a décidé de se rendre pour éviter une effusion de sang[67].

Raft Al-Taqlee, le représentant du STC sur l'île, affirme que la décision de prendre le contrôle de Socotra est le résultat de l'influence croissante du parti al-Islah sur le gouvernement de Hadibo. Al-Islah, membre de la coalition qui forme le gouvernement yéménite, serait une émanation des Frères musulmans, qui ont pris le contrôle de l'île dans le but de discréditer le travail du STC[68].

Le contre-mouvement turc

Depuis la crise avec l'Arabie saoudite en 2017, le Qatar utilise les événements de Socotra comme tremplin pour des attaques médiatiques contre les opérations de Riyad et d'Abou Dhabi dans la zone du golfe d'Aden, trouvant en la Turquie et Erdogan un allié naturel, puisque ce dernier, décidé à faire passer la Somalie sous influence turque[70], considère l'archipel de Socotra comme un point stratégique, proche des bases militaires turques en Somalie[71]. La prise de Socotra par le CTS aurait le double effet de mettre un terme temporaire aux projets expansionnistes turco-qataris sur l'île, et de mettre en évidence l'existence d'accords entre l'axe Ankara-Doha et les Houthis, selon lesquels les Frères musulmans aideraient les rebelles à prendre possession du nord du Yémen en échange d'un soutien au contrôle turco-qatari du sud[72].

Une confirmation de l'engagement turc est donnée par l'activité croissante de l'Organisation de secours turque dans les gouvernorats yéménites contrôlés par les Frères musulmans et par la large participation à la coordination de ces activités de Hamid al-Ahmar[73], homme d'affaires yéménite en exil, membre éminent des Frères musulmans[74]. L'année 2021 change les cartes sur la table, du moins en apparence : début janvier, lors d'un sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG) qui s'est tenu dans la ville saoudienne d'Al-Ula, les six nations qui composent le conseil (Arabie saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis, Qatar, Oman et Koweït) signent un accord de solidarité, mettant fin à l'embargo économico-politique qui frappe le Qatar depuis 2017[75]; Les vols aériens entre Doha et les pays de l'ancienne coalition anti-Qatar (Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Bahreïn et Égypte) reprennent, et la frontière saoudo-qatarie est rouverte[76].

Les raisons du différend et son éventuelle conclusion ont le même motif : les Saoudiens reprochent au Qatar ses liens avec l'Iran, la Turquie et une trop grande proximité avec les Frères musulmans, interdits par les quatre pays de la coalition anti-Qatar en raison de leur soutien au printemps arabe, qui visait à mettre fin aux monarchies absolutistes du monde arabe[77]. La crainte saoudienne de se retrouver entourée de pays hostiles dirigés par l'Iran risque de devenir une réalité : comme le montre le scénario au Yémen, le Qatar (qui a survécu à l'embargo grâce à l'aide d'Ankara, qui possède une base militaire dans le pays[78]) n'hésite pas à entrer dans le conflit aux côtés de nations avec lesquelles il partage des intérêts, tant idéologiques qu'économiques, opposés à ceux des Saoudiens[79].

La Turquie, en particulier, tout en entretenant d'importantes relations commerciales avec l'Arabie saoudite et les Émirats arabes, s'est résolument engagée, au début de la crise, en faveur de Doha, dans le but de renforcer les liens diplomatiques avec un pays qui soutient les Frères musulmans[80]; sur le plan commercial, le volume des échanges entre la Turquie et le Qatar, ainsi que les pays du CCG restés neutres (Koweït et Oman), est en constante augmentation, tout comme leurs investissements en Turquie[81].

Le Qatar et l'Iran sont les plus grands extracteurs de gaz naturel au monde et, avec la Russie, ils représentent plus de la moitié du marché mondial dans ce secteur. Le Forum des pays exportateurs de gaz - l'homologue de l'OPEP pour le gaz naturel - a été fondé en 2001 à Téhéran et compte le Qatar et la Russie parmi ses membres[83]. Voir les liens entre le Qatar et l'Iran se renforcer, même dans le conflit au Yémen, est une raison supplémentaire de mettre fin à l'embargo contre Doha, qui n'a pas fonctionné, aggravant même la situation. Un premier effet du nouvel accord est l'annonce par le gouvernement légitime du Yémen, en mars 2021, du rétablissement de ses relations avec Doha[84].

En vertu des liens qu'il entretient avec les pays de tous bords, le gouvernement de Tamim bin Hamad Al Thani pourrait jouer un rôle clé dans la médiation de la paix au Yémen[85], fort, entre autres, d'une longue tradition de rétablissement de la paix : le Qatar a, en effet, mené des actions diplomatiques dans les conflits en Érythrée, au Liban, au Darfour, au Yémen même et en Palestine, toujours avec d'excellents résultats[86].

Conscient de ce qui s'est passé en Somalie en 2017, en référence à la décision de Mogadiscio de ne pas soutenir le boycott contre le Qatar, laissant le champ libre à l'infiltration turque[87], le gouvernement des EAU semble ne pas vouloir répéter l'expérience dans le conflit yéménite, avec une référence particulière à Socotra.

La prise de l'île par le CTS étant un élément dissuasif contre les visées expansionnistes d'Ankara, les Émirats s'efforcent de maintenir le statu quo au mépris des accords de Riyad : en février 2021, le gouverneur de l'île, Ramzi Mahrous, a accusé Abou Dhabi de continuer à soutenir militairement les séparatistes du Sud[88]. Cette dénonciation a été déclenchée par la découverte d'un navire émirati amarré dans le port de l'île : le directeur général du port, Riyad Saeed Suleiman, a averti Mahrous que 13 voitures et six bus militaires étaient en train de descendre du bateau. Le navire appartiendrait à la fondation humanitaire Al-Khalifa[89].

Nonobstant le désengagement militaire dans le conflit yéménite, les Émirats s'efforcent également d'éviter que l'Iran, prenant le contrôle du détroit de Bab el Mandeb grâce aux rebelles houthis, ne parvienne à contrôler l'un des plus importants corridors du commerce maritime mondial (possédant déjà territorialement le détroit d'Ormuz, entre le Golfe Persique et celui d'Oman)[90]; Avec les bases militaires de Berbera au Somaliland, d'Assab en Erythrée, de Bosasso au Puntland et le contrôle de Socotra grâce au soutien du STC, Abu Dhabi fait obstacle aux visées de Téhéran, mais aussi au djihadisme en Afrique de l'Est[91].

Les accords abrahamiques et les intérêts convergents à Socotra

Une autre raison de la tension dans la région est le processus de normalisation des relations avec Israël par les pays du Golfe et du Maghreb, qui a officiellement débuté avec les accords d'Abraham : Sous la médiation des États-Unis, les EAU et Bahreïn ont signé le protocole d'accord à Washington le 15 septembre 2020, en présence du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, du ministre des Affaires étrangères des EAU Abdullah bin Zayed Al Nahyan et de son homologue bahreïnien Abdullatif bin Rashid Al Zayani[93].

Ces accords indiquent clairement la direction prise par les pays du Golfe en termes d'alliances et encouragent d'autres pays à les imiter : le Soudan signera en janvier 2021[94] et le Maroc en décembre 2020[95]. Le véritable objectif, dans la nouvelle phase d'extension de ce réseau, semble être le renforcement des relations avec les États-Unis, ce qui apporterait des avantages stratégiques importants : les alliés historiques des États-Unis, Israël, les Émirats et le Maroc s'efforcent d'établir des relations solides avec les démocrates et les républicains[96].

Après la signature des Accords d'Abraham, le puissant lobby American Israel Public Affairs Committee (AIPAC)[97] fait pression pour élargir le groupe des adhérents aux Accords en introduisant la loi sur la normalisation des relations avec Israël au Sénat américain par l'intermédiaire de sénateurs des deux bords[98]. Le même AIPAC, qui s'oppose habituellement à la vente d'armes aux pays arabes, ne s'est pas opposé en décembre 2020 à la vente par le gouvernement américain de 50 jets militaires F-35, ainsi que de drones et d'armes légères (un marché de 23 milliards de dollars[99]) aux Émirats arabes[100]. Le même mois, le lobby israélien a réussi à aider le Soudan à sortir de la liste des États accusés de soutenir le terrorisme après 27 ans[101].

Le Maroc a également obtenu une victoire importante, car la légitimité de ses aspirations à la souveraineté sur le Sahara occidental a été reconnue, et le gouvernement de Washington a vendu à Rabat pour un milliard de dollars d'armes, y compris des drones et des munitions à guidage laser, utiles pour écraser la résistance du Front Polisario[103]. A cela s'ajoutent d'importants contrats touristiques et commerciaux, ainsi que le "feu vert" pour des liaisons aériennes directes entre Israël et les Emirats[104] et le Maroc[105], utiles tant pour le tourisme que pour la relance des investissements[106].

Bien que le Maroc soit un pays dont l'offre touristique est nettement supérieure à celle des Émirats arabes, Abu Dhabi mise désormais tout sur une île aux caractéristiques uniques : Socotra. En mai 2021, Mukhtar Al-Rahbi, conseiller du ministère yéménite de l'information, a accusé les Émirats arabes d'avoir établi des liaisons touristiques directes entre Abou Dhabi et Hadiboh sans l'autorisation du gouvernement légitime yéménite[107]; des centaines de touristes (pour la plupart des Israéliens) arrivent chaque semaine sur l'île grâce aux arrangements de voyage des Émirats, qui incluent également les visas[108].

L'intérêt de Tel Aviv pour Socotra n'est pas seulement de nature touristique : En août 2020, un projet a été lancé pour construire une base de renseignement sur l'île en coopération avec les Émirats, dans le but de surveiller les forces qui luttent contre la coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen, avec une référence particulière à l'activité navale iranienne dans la région[109]; la base aurait également pour tâche d'analyser le trafic aérien et naval dans le sud de la mer Rouge suite à la prise de contrôle par la coalition pro-gouvernementale d'un port en Érythrée qui sera utilisé comme base logistique dans le conflit yéménite, et serait également chargée de surveiller le Soudan[110]. La nouvelle a déclenché des réactions indignées du gouvernement yéménite et d'AQAP, la branche yéménite d'Al-Qaïda, qui a menacé d'attaquer l'île[111].

Saraya Wa'ad Allah, un groupe terroriste chiite basé à Bahreïn, qui est soutenu par l'Iran, menace également de riposter contre Israël à la suite des accords d'Abraham[112]; le groupe, qui a des liens avec le Hezbollah, pourrait également compter Socotra parmi ses cibles[113]. Tel Aviv a été accusé en février 2021 de voler les ressources naturelles de Socotra, en profitant du soutien des Émirats ; Zakaria Al-Shami, ministre des transports du gouvernement dirigé par les Houthis à Sanaa, s'est exprimé à ce sujet[114]. Mais le désir de dominer l'archipel ne s'arrête pas là.

Une éventuelle médiation russe

L'intérêt de la Russie pour le Yémen en général, et pour Socotra en particulier, remonte à la guerre froide, lorsque la possibilité d'installer une base militaire sur l'île a été envisagée, étant donné qu'à l'époque, la flotte soviétique opérait dans le golfe d'Aden également pour fournir une assistance à la population de l'île et au Yémen du Sud[116]. Les excellentes relations avec le président yéménite de l'époque, Saleh, ont conduit Moscou à annoncer la création d'une base militaire à Socotra en 2009, avant que les manifestations liées au printemps arabe ne fassent capoter le projet[117].

Dans le conflit yéménite, la Russie s'est montrée prudente dès le début, ne donnant des signes d'une possible entrée dans le conflit qu'en 2021, lors d'une rencontre bilatérale entre le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et son homologue yéménite Ahmed Awad Bin Mubarak ; l'importance accordée à la question de la paix à cette occasion pourrait indiquer la volonté potentielle de Moscou de jouer un rôle actif dans la résolution du conflit[118].

Comme le Qatar, la Russie pourrait jouer un rôle important de médiation grâce à son équidistance: si elle est l'alliée de l'Iran dans la guerre en Syrie[119], rien ne laisse présager son implication aux côtés de Téhéran au Yémen. En 2016, Moscou s'est proposé comme médiateur entre la coalition dirigée par l'Arabie saoudite et l'ancien président Saleh, alors allié des Houthis[120], jusqu'à ce que Saleh soit tué par les Houthis en décembre 2017[121].

En 2020, les Émirats arabes unis facilitent une rencontre entre des représentants du STC et l'envoyé spécial de Poutine pour le Moyen-Orient et l'Afrique, Mikhail Bogdanov[122]. En mars 2021, le ministre Lavrov effectue une tournée de rencontres au Moyen-Orient (Émirats arabes unis, Arabie saoudite et Qatar) pour discuter des nouvelles perspectives de développement, mais aussi pour proposer la Russie comme médiateur dans les conflits de la région[123].

Compte tenu du réseau de liens tissés et entretenus, Poutine pourrait jouer un rôle fondamental dans la résolution du conflit, notamment en raison de son propre intérêt principal : les représentants du gouvernement yéménite ont en effet précisé que la présence des troupes émiraties à Socotra serait temporaire et que, si Moscou prend les décisions appropriées quant au rôle à jouer, l'île pourrait voir arriver des soldats russes en remplacement de ceux d'Abou Dhabi[124].

Socotra, un destin déjà écrit ?

En lisant ces lignes, il est clair pour quiconque que même l'archipel de Socotra est destiné à être englouti par la mondialisation : guerre, occupation étrangère, croissance démographique exogène, tourisme, exploitation minière, et la beauté et le caractère unique de la nature et des traditions culturelles millénaires disparaissent. Certes, son avenir n'est pas assuré : la position qu'elle occupe, si loin du pays auquel elle appartient, la préserve des conséquences dévastatrices du conflit qui frappe la mère patrie, mais lui assigne le destin peu propice de se trouver à la merci de vagues dont l'impact sera difficile à supporter.

[1] George Wynn Brereton Huntingford, “The Periplus of the Erythraean Sea”, Hakluyt Society, London 1980, p. 103; https://www.darkroastedblend.com/2008/09/most-alien-looking-place-on-earth.html

[2] https://www.islandstudies.ca/sites/islandstudies.ca/files/jurisdiction/Socotra.html

[3] https://www.readytraveler.com/socotra-island-the-unique-island-of-yemen/socotra-island-photos/ ; https://www.uaetrekkers.com/socotra-yemen

[4] https://web.archive.org/web/20111009101750/http://www.ihae.ru/konfer/simpozium.htm

[5] Asher Orkaby, “Yemen – What Everyone Needs to Know”, Oxford University Press, 2021, p.49

[6] Asher Orkaby, “Yemen – What Everyone Needs to Know”, Oxford University Press, 2021, p.49

[7] http://whc.unesco.org/en/list/1263/

[8] http://whc.unesco.org/en/list/1263/

[9] “Support to the Integrated Program for the Conservation and Sustainable Development of the Socotra Archipelago”, United Nations Environment Programme, 2014, p. 10

[10] https://carnegie-mec.org/diwan/80827

[11] https://www.ispionline.it/it/pubblicazione/la-guerra-yemen-e-linsostenibile-neutralita-di-socotra-25242

[12] https://www.dailysabah.com/world/mid-east/car-bomb-attack-targeting-aden-governor-kills-5-in-yemen

[13] Mary Kaldor, “New and Old Wars”, Stanford University Press, 2012, p. 6 ; Asher Orkaby, “Yemen – What Everyone Needs to Know”, Oxford University Press, 2021, p.5

[14] https://uca.edu/politicalscience/dadm-project/middle-eastnorth-africapersian-gulf-region/yemen-1990-present/

[15] Asher Orkaby, “Yemen – What Everyone Needs to Know”, Oxford University Press, 2021, pp. 4-5

[16] Asher Orkaby, “Yemen – What Everyone Needs to Know”, Oxford University Press, 2021, pp. 4-5

[17] https://www.huffingtonpost.it/2017/12/04/ucciso-lex-presidente-yemenita-saleh-ribelli-houthi-mettono-in-rete-video-con-il-cadavere_a_23296214/

[18] Jeremy M. Sharp, “Yemen: Civil War and Regional Intervention”, Congressional Research Service, April 2020, p. 4

[19] Jeremy M. Sharp, “Yemen: Civil War and Regional Intervention”, Congressional Research Service, September 2019

[20] https://www.aa.com.tr/en/middle-east/yemeni-govt-designates-ataq-city-new-interim-capital/1595049

[21] Jeremy M. Sharp, “Yemen: Civil War and Regional Intervention”, Congressional Research Service, April 2020, p. 4

[22] Jeremy M. Sharp, “Yemen: Civil War and Regional Intervention”, Congressional Research Service, April 2020, p. 4

[23] Jeremy M. Sharp, “Yemen: Civil War and Regional Intervention”, Congressional Research Service, April 2020, p. 8

[24] Jeremy M. Sharp, “Yemen: Civil War and Regional Intervention”, Congressional Research Service, April 2020, p. 4

[25] Jeremy M. Sharp, “Yemen: Civil War and Regional Intervention”, Congressional Research Service, April 2020, p. 4

[26] Shabia Mantoo, UNHCR spokesperson at briefing at Palais des Nations, Geneva, 28 April 2020, in “Yemen, Volume Three: September 2018-May 2020”, edited by Ardeshir Zahedi, 2020, pp.508-510

[27] Jeremy M. Sharp, “Yemen: Civil War and Regional Intervention”, Congressional Research Service, March 2021, p. 10

[28] https://www.hrw.org/world-report/2021/country-chapters/yemen

[29] https://questionsorientoccident.blog/2019/06/16/socotra-golfe-daden-corne-de-lafrique-mer-rouge-le-collier-de-perles-de-limperialisme-regional-des-emirats-arabes-unis-depuis-2015/

[30] https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/Yemen_Flash_%20Update_%2011_19_Nov_Final.pdf

[31] https://reliefweb.int/report/yemen/khalifa-foundation-sends-aid-socotra-archipelago

[32] https://www.thenationalnews.com/uae/government/2021/07/31/uae-has-pledged-110-million-in-humanitarian-aid-to-socotra-since-2015/

[33] https://www.thenationalnews.com/opinion/uae-offers-a-helping-hand-to-the-island-of-socotra-1.6185

[34] https://www.thenationalnews.com/uae/government/2021/07/31/uae-has-pledged-110-million-in-humanitarian-aid-to-socotra-since-2015/

[35] Ismail Numan Telci and Tuba Öztürk Horoz, “Military Bases in the Foreign Policy of the United Arab Emirates”, in Insight Turkey vol. 20 / No. 2, 2018, p. 149

[36] Ismail Numan Telci and Tuba Öztürk Horoz, “Military Bases in the Foreign Policy of the United Arab Emirates”, in Insight Turkey vol. 20 / No. 2, 2018, p. 149

[37] Ismail Numan Telci and Tuba Öztürk Horoz, “Military Bases in the Foreign Policy of the United Arab Emirates”, in Insight Turkey vol. 20 / No. 2, 2018, p. 150

[38] https://ibiworld.eu/2021/10/12/al-shabaab-la-spada-di-damocle-sulla-somalia/

[39] https://www.jpost.com/Middle-East/Socotra-How-a-strategic-island-became-part-of-a-Gulf-power-struggle-553599

[40] Ismail Numan Telci and Tuba Öztürk Horoz, “Military Bases in the Foreign Policy of the United Arab Emirates”, in Insight Turkey vol. 20 / No. 2, 2018, p. 149; https://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/socotra-island-yemen-civil-war-uae-military-base-unesco-protected-indian-ocean-a8331946.html

[41] https://www.jpost.com/Middle-East/Socotra-How-a-strategic-island-became-part-of-a-Gulf-power-struggle-553599

[42] https://www.aljazeera.com/news/2018/5/3/anger-erupts-on-yemens-socotra-as-uae-deploys-over-100-troops

[43] Ismail Numan Telci and Tuba Öztürk Horoz, “Military Bases in the Foreign Policy of the United Arab Emirates”, in Insight Turkey vol. 20 / No. 2, 2018, pp. 150-151

[44] https://www.avvenire.it/opinioni/pagine/il-paradiso-dello-yemen-conteso-da-emirati-e-arabia

[45] https://www.thenationalnews.com/world/mena/uae-s-gargash-says-socotra-presence-not-strategic-1.732148

[46] https://ibiworld.eu/2020/08/21/se-abu-dhabi-pensa-di-pilotare-donald-trump/

[47] https://www.avvenire.it/opinioni/pagine/il-paradiso-dello-yemen-conteso-da-emirati-e-arabia

[48] https://www.middleeasteye.net/news/uae-military-withdraws-yemens-socotra-under-saudi-deal

[49] https://ibiworld.eu/the-new-cold-war/

[50] https://www.avvenire.it/opinioni/pagine/il-paradiso-dello-yemen-conteso-da-emirati-e-arabia

[51] https://www.middleeastmonitor.com/20201214-uae-continues-to-build-bases-on-yemens-socotra-island/

[52] https://www.al-monitor.com/originals/2019/09/yemen-socotra-island-south-uae-saudi-influence.html

[53] https://www.reuters.com/article/us-yemen-security/uae-carries-out-air-strikes-against-yemen-government-forces-to-support-separatists-idUSKCN1VJ17F

[54] https://www.al-monitor.com/originals/2019/09/yemen-socotra-island-south-uae-saudi-influence.html

[55] https://sanaacenter.org/publications/analysis/7606

[56] https://www.aa.com.tr/en/middle-east/saudi-arabia-oman-compete-for-control-in-yemen-s-mahra/2098447

[57] https://sanaacenter.org/publications/analysis/7606

[58] https://sanaacenter.org/publications/analysis/7606

[59] https://sanaacenter.org/publications/analysis/7606

[60] https://www.reuters.com/article/us-yemen-security-hadi-idUSKBN1XH2JE

[61] https://stc-eu.org/document-of-the-riyadh-agreement-between-the-legitimate-government-and-the-southern-transitional-council/

[62] https://www.ispionline.it/it/pubblicazione/yemens-southern-transitional-council-delicate-balancing-act-29793

[63] https://www.ispionline.it/it/pubblicazione/yemens-southern-transitional-council-delicate-balancing-act-29793

[64] https://orientxxi.info/magazine/yemen-the-socotra-archipelago-threatened-by-the-civil-war,4988

[65] https://www.aljazeera.net/news/2020/6/19/%D8%AA%D8%B7%D9%88%D8%B1%D8%A7%D8%AA-%D9%84%D8%A7%D9%81%D8%AA%D8%A9-%D8%A8%D8%B3%D9%82%D8%B7%D8%B1%D9%89-%D8%A7%D9%84%D9%8A%D9%85%D9%86%D9%8A%D8%A9-%D9%82%D9%88%D8%A7%D8%AA

[66] https://sicurezzainternazionale.luiss.it/2020/06/22/yemen-la-caduta-socotra-ruolo-dellasse-doha-ankara/

[67] https://orientxxi.info/magazine/yemen-the-socotra-archipelago-threatened-by-the-civil-war,4988

[68] https://orientxxi.info/magazine/yemen-the-socotra-archipelago-threatened-by-the-civil-war,4988

[69] https://www.youtube.com/watch?v=_pf3arNy8Sw

[70] https://ibiworld.eu/2021/10/12/al-shabaab-la-spada-di-damocle-sulla-somalia/

[71] https://thearabweekly.com/yemens-stc-thwarts-muslim-brotherhoods-plans-socotra

[72] https://thearabweekly.com/muslim-brotherhoods-socotra-setback-deals-blow-turkish-influence-yemen

[73] https://thearabweekly.com/muslim-brotherhoods-socotra-setback-deals-blow-turkish-influence-yemen

[74] https://nordicmonitor.com/2019/02/hamid-abdullah-al-ahmar-erdogans-errand-boy-in-the-arab-world/

[75] https://www.agi.it/estero/news/2021-01-05/golfo-qatar-emiro-arabia-saudita-embargo-fine-10909100/ ; https://ibiworld.eu/2021/02/15/golfo-persico-la-guerra-dopo-larmistizio/

[76] https://www.agi.it/estero/news/2021-01-05/golfo-qatar-emiro-arabia-saudita-embargo-fine-10909100/ ; https://ibiworld.eu/2021/02/15/golfo-persico-la-guerra-dopo-larmistizio/

[77] https://www.treccani.it/magazine/atlante/geopolitica/Ragioni_fine_embargo_contro_Qatar.html

[78] https://theglobepost.com/2019/09/13/turkey-support-qatar/

[79] https://www.treccani.it/magazine/atlante/geopolitica/Ragioni_fine_embargo_contro_Qatar.html

[80] https://theglobepost.com/2019/09/13/turkey-support-qatar/

[81] Nader Habibi, “Impact of the Qatar Crisis on Turkey’s Economic Relations with GCC Countries”, Crown Center for Middle East Studies, Brandeis University, August 2019

[82] https://www.pinterest.de/pin/258042253622719841/

[83] https://www.gecf.org/about/history.aspx

[84] https://sicurezzainternazionale.luiss.it/2021/03/07/lo-yemen-riallaccia-rapporti-qatar-riad-bombarda-gli-houthi/

[85] https://research.sharqforum.org/2021/07/02/will-qatar-return-to-a-mediator-role-in-the-yemen-conflict/

[86] Sultan Barakat, “Qatari Mediation: Between Ambition and Achievement”, Brookings Doha Center Analysis Paper, Number 12, November 2014

[87] https://www.mei.edu/publications/protracted-conflict-yemens-island-socotra-reflects-rival-geopolitical-ambitions

[88] https://sicurezzainternazionale.luiss.it/2021/02/28/yemen-abu-dhabi-continua-ad-armare-combattenti-socotra/

[89] https://www.alaraby.co.uk/politics/%D8%A7%D8%AA%D9%87%D8%A7%D9%85%D8%A7%D8%AA-%D9%84%D9%84%D8%A5%D9%85%D8%A7%D8%B1%D8%A7%D8%AA-%D8%A8%D8%A5%D8%AF%D8%AE%D8%A7%D9%84-%D8%A3%D8%B3%D9%84%D8%AD%D8%A9-%D8%A5%D9%84%D9%89-%D8%B3%D9%82%D8%B7%D8%B1%D9%89-%D8%A7%D9%84%D9%8A%D9%85%D9%86%D9%8A%D8%A9-%D8%AA%D8%AD%D8%AA-%D8%BA%D8%B7%D8%A7%D8%A1-%D8%A5%D9%86%D8%B3%D8%A7%D9%86%D9%8A

[90] https://www.repubblica.it/esteri/2021/06/20/news/le_mani_su_socotra_l_isola_strategica_per_il_controllo_di_suez-306914088/?ref=search

[91] https://www.repubblica.it/esteri/2021/06/20/news/le_mani_su_socotra_l_isola_strategica_per_il_controllo_di_suez-306914088/?ref=search

[92] https://socotra.info/cyclone-chapala-storms-socotra.html

[93] https://www.ilriformista.it/che-cosa-sono-gli-accordi-di-abramo-lintesa-tra-israele-emirati-arabi-uniti-e-bahrein-218795/

[94] https://www.reuters.com/article/uk-sudan-usa-israel-idUSKBN29C0Q5

[95] https://www.reuters.com/article/israel-usa-morocco-int-idUSKBN28K2CW

[96] https://www.opensecrets.org/fara/results?location=Morocco ; https://www.opensecrets.org/fara/results?query=&location=United+Arab+Emirates&registrant=&foreign-principal=&start-date=&end-date= ; https://www.opensecrets.org/fara/results?query=&location=Israel&registrant=&foreign-principal=&start-date=&end-date=

[97] https://www.opensecrets.org/federal-lobbying/clients/summary?cycle=2018&id=D000046963 ; https://www.aipac.org/

[98] https://www.thenationalnews.com/world/pro-israel-lobby-aipac-pushes-to-expand-abraham-accords-1.1193495

[99] reuters.com/business/aerospace-defense/exclusive-biden-administration-proceeding-with-23-billion-weapon-sales-uae-2021-04-13/

[100] https://www.jpost.com/israel-news/aipac-when-israel-lobbies-for-the-arabs-652346

[101] https://www.dw.com/en/us-removes-sudan-from-terror-sponsors-list/a-55929149

[102] http://diegobraghi.blogspot.com/2014/02/the-unique-trees-and-plants-of-socotra.html

[103] https://www.jpost.com/israel-news/aipac-when-israel-lobbies-for-the-arabs-652346

[104] https://www.flightglobal.com/dubai-2021/post-abraham-accords-how-israel-and-the-uae-have-rapidly-made-connections/145942.article

[105] https://formiche.net/2021/07/in-marocco-si-consolidano-gli-accordi-di-abramo/

[106] https://www.flightglobal.com/dubai-2021/post-abraham-accords-how-israel-and-the-uae-have-rapidly-made-connections/145942.article

[107] https://www.middleeastmonitor.com/20210510-uae-operating-illegal-tourist-trips-to-yemens-socotra/

[108] https://www.middleeastmonitor.com/20210519-israel-tourists-flock-to-socotra-part-of-illegal-uae-run-holidays/

[109] https://nziv.net/51459/

[110] https://nziv.net/51459/

[111] https://www.jforum.fr/menaces-sur-socotra-depuis-les-pactes-avec-les-eau-et-bahrein.html

[112] https://www.longwarjournal.org/archives/2020/09/analysis-iranian-backed-group-in-bahrain-creates-sub-unit-to-target-israeli-interests.php

[113] https://www.jforum.fr/menaces-sur-socotra-depuis-les-pactes-avec-les-eau-et-bahrein.html

[114] https://www.middleeastmonitor.com/20210201-israel-accused-of-stealing-resources-on-yemens-socotra-says-minister/

[115] https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Russian_Tank_-_Socotra_island,_Indian_Ocean_-_Republic_of_Yemen.jpg

[116] https://socotra.info/soviet-military-base-on-socotra-the-myth-and-reality.html

[117] https://www.al-monitor.com/originals/2021/06/russia-looks-way-back-yemen

[118] https://www.al-monitor.com/originals/2021/06/russia-looks-way-back-yemen

[119] https://www.atlanticcouncil.org/wp-content/uploads/2019/06/Russia_and_Iran_in_Syria_a_Random_Partnership_or_an_Enduring_Alliance.pdf

[120] https://www.aspistrategist.org.au/russia-is-astutely-playing-the-players-in-yemen/

[121] https://www.theguardian.com/world/2017/dec/04/former-yemen-president-saleh-killed-in-fresh-fighting

[122] https://www.aa.com.tr/en/middle-east/stc-discusses-yemen-developments-with-russian-minister/1822728 ; https://www.aspistrategist.org.au/russia-is-astutely-playing-the-players-in-yemen/

[123] https://tass.com/politics/1263713

[124] https://www.al-monitor.com/originals/2021/06/russia-looks-way-back-yemen

[125] https://socotratours.com/about-socotra-everything-you-need-to-know-about-socotra-island/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte