Netanyahu comme Erdoğan : ils vont un conflit mondial

Il y a quelque chose à exciter quand il s'agit du miracle economique et sociale israélien. Cependant, cela ne me rend pas aveugle aux injustices commises par les gouvernements de Jérusalem. L'attaque contre les bases atomiques iraniennes, comme cela s'est produit dimanche, est une autre erreur inexcusable qui pourrait avoir de graves conséquences.

01
La situation est vraiment délicate. Israël a à juste titre peur de la possibilité que l'Iran ait sa propre bombe atomique, et pour l'empêcher, il se bat depuis des décennies, à la fois diplomatiquement et militairement – avec des résultats positifs : à ce jour, le gouvernement de Téhéran n'est pas prêt pour un possible conflit nucléaire autodestructeur. En 2015, un accord appelé JCPOA (Joint Comprehensive Plan of Action) a été signé entre l'Iran et le Conseil de sécurité des Nations unies : un accord élaboré par l'Allemagne qui aurait sapé la capacité de l'Iran à se doter de l'arme nucléaire.

L'accord prévoit de réduire le stockage d'uranium enrichi en Iran de 10 000 à 300 kg (-97%) ; la suspension de dix ans des deux tiers des centrifugeuses atomiques iraniennes ; la concentration des études scientifiques sur l'énergie nucléaire à la centrale de Natanz et la mise en place d'un état-major de contrôle (150 scientifiques américains et européens), qui se concentre sur deux résultats : la capacité justifié de l'Iran à exiger de l'électricité des centrales nucléaires et rendre appétissante l'adhésion de Téhéran au traité mondial sur la non-prolifération des armes nucléaires (VAN). En retour, les États-Unis et les Nations Unies lèvent les sanctions économiques contre l'Iran.

Nous ne saurons jamais si l'Iran aurait été cohérent avec ce que ses dirigeants ont signé. Dès l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, les États-Unis se sont retirés unilatéralement de l'accord – malgré le fait que l'administration modérée du président Rohani ait réussi à faire ratifier l'accord chez lui et, malgré la décision américaine, l'Iran est resté fidèle à l'accord – les sanctions n'ont pas été levées. L'effet est que l'économie iranienne est à genoux, la population est déçue et en colère (à juste titre contre nous) et aux prochaines élections du 18 juin 2021, les ultra-conservateurs, qui sont aussi des bellicistes, ils vont gagner. On reviendra donc probablement sur la situation avant octobre 2015 et la signature du JCPOA.

Au cours des cinq années qui ont suivi la signature de ce traité, le gouvernement Netanyahu a tout fait pour le rendre impossible. Il a utilisé le lobby juif aux États-Unis pour convaincre Trump de se retirer unilatéralement du traité (Obama a refusé) ; et a utilisé son propre poids diplomatique pour forcer l'Union européenne à faire de même. Heureusement en vain. Dans l'hystérie typique des régimes autocratiques, comme celle qui prévaut en Israël et en Turquie aujourd'hui, le gouvernement pousse à la guerre pour empêcher son propre peuple d'être en colère contre les conditions économiques misérables causées par une politique inefficace et incompétente dans leur propre pays.

03
Une base militaire iranienne en Syrie après l'attaque de l'armée de l'air israélienne

En novembre, le Mossad a assassiné Mohsen Fakhrizadeh, le chef du projet nucléaire iranien. Téhéran n'a pas bougé. Il y a eu au moins cinq attaques contre des navires marchands iraniens entre mars et avril 2020. Téhéran n'a pas bougé. Des chasseurs-bombardiers israéliens ont frappé des bases de missiles syriennes où des conseillers iraniens soutenaient le Hezbollah libanais. Téhéran n'a pas bougé. Netanyahu a donc décidé d'augmenter l'ampleur de l'affrontement et a attaqué dimanche l'usine de Natanz. On ne sait pas s'il s'agissait de forces spéciales ou d'un système télématique sophistiqué. En conséquence, tout le système électrique de Natanz a été détruit et le système a dû être hors service pendant des mois, peut-être un an.

À ce stade, Netanyahu espère que Rohani quittera unilatéralement le JCPOA uniquement pour lui permettre de crier "Loup!" au forum diplomatique international. Parce que si la température monte, Netanyahu sait qu'Israël possède bien déjà des missiles nucléaires. Je me souviens avec une grande colère de l'occasion où j'ai été invité à une conférence internationale à l'Université Marc Rich à Herzliya. C'était une bonne conférence, beaucoup de gens intéressants, une très belle infrastructure. Mais Netanyahu est venu parler, et il l'a fait en hébreu, donc aucun des étrangers (comme moi) n'a compris un seul mot. Jusqu'à la fin, lorsqu'il est passé à l'anglais et a déclaré: « La question n'est pas de savoir si Téhéran doit être bombardé avec des missiles nucléaires. La question est de savoir quand ». Je me suis levé avec les autres et j'ai quitté la conférence.

Je connais bien le truc : si je considère Netanyahu comme un fasciste dangereux, je serai accusé d'antisémitisme. Une accusation insupportable, aussi parce que je considère Netanyahu comme un ennemi d'Israël, un de ces conservateurs et opportunistes (ceux que nous appelons en Italie avec un mot drôle et inapproprié – les souverainistes) qui ne savent pas comment résoudre démocratiquement les problèmes de la nation qui leur est confiée. Ils fuient leur propre responsabilité, préfèrent mythifier leurs opposants extérieurs et essayer d'attacher les émotions, la colère, la peur et la déception des électeurs à cette prétendue menace. Cependant, l'Iran n'est pas une menace présumée, mais un véritable ennemi. S'il pouvait le forcer à signer des pactes qui le lient, nous ne devons pas l'humilier, mais montrer, nous les Européens de l'Ouest d'abord, que nous nous en tenons aux pactes.

04
Un pétrolier iranien qui a été attaqué par des chasseurs-bombardiers israéliens dans le golfe Persique

Malheureusement, l'Italie n'a pas eu de ministre des Affaires étrangères digne de ce nom depuis quatre ans, et donc plus de politique étrangère. Si nous devions faire ce que nous devons, nous devrons exercer toutes les pressions possibles sur Jérusalem. Netanyahu doit s'arrêter immédiatement et être appelé pour ce qu'il est : un ennemi de la paix et de son propre peuple. La terrible injustice que notre pays a faite à la communauté juive pendant les années de fascisme ne justifie en aucune manière que nous acceptions maintenant que le gouvernement d'Israël (qui n'est pas une onomatopée pour toutes les femmes et tous les hommes professant la religion juive) traîne la planète entière au bord de la guerre nucléaire.

Netanyahu a tort : ​​il n'y a pas de salut pour Israël en cas d'attaque militaire contre l'Iran. Il n'y a aucun moyen, tôt ou tard, d'empêcher l'Iran de posséder des armes nucléaires – parce que son gouvernement ne se soucie pas du bien-être de ses citoyens et suivra sa propre voie indépendamment des sanctions. La seule façon d’avancer passe par la diplomatie et la paix en tant qu’option réelle et efficace. Et remarquez : je ne suis pas ici pour appeler à des sanctions économiques contre Israël, même si les violations des traités internationaux, en particulier contre le peuple palestinien et plus généralement en ce qui concerne la vente d'armes et de technologie militaire par Jérusalem au cours des vingt dernières années, ont certainement été une suffisante condition pour prendre une telle mesure.

Il n'y a de paix que dans un monde libre et pacifique. Sans sanctions. L'Iran avait fait sa part. Nous avons jeté la pierre pour la énième fois et avons caché notre main. Comme si cela pouvait faire quelque chose de bien.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.