paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

97 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mai 2022

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Celui qui contrôle Twitter peut diriger le monde

Le multimilliardaire sud-africain Elon Musk a racheté, pour 44 milliards de dollars, le réseau social Twitter, qui compte plus de 200 millions d'abonnés dans le monde. Il a immédiatement expliqué que le but de son opération n'est pas de gagner de l'argent, mais d'influencer le débat démocratique, en ouvrant à Twitter de nouvelles voies qui permettront la libre expression de tous.

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le sens de ces mots est très clair : avec cette opération, Musk a une influence politique comparable, sinon supérieure, à celle du président des États-Unis, de la Russie et d'autres puissants dispersés sur la planète qui, jusqu'à présent, avaient utilisé Twitter pour propager leur vision du monde, ouvrant un débat juste et nécessaire sur les soi-disant "fake news", ou les mensonges passés pour des vérités dans un espace télématique sans aucun contrôle.

Surtout après avoir vu l'effet de la manipulation politique de la Russie en soutenant Donald Trump et Marine Le Pen, je pense qu'il est clair pour tout le monde à quel point cette arme est redoutable et dangereuse. Ces derniers mois, Facebook et Twitter avant tout le monde, avaient tenté de modérer l'explosion de ces Fake News en intervenant sur des profils fictifs, générés par un ordinateur, et qui laissent croire au public qu'une certaine déclaration est soutenue par des millions de personnes dans le monde, parce que ce système d'intelligence artificielle produit des millions de clics en quelques secondes.

Dans le même temps, plusieurs États tentent d'œuvrer dans le même sens, en promulguant des lois restrictives et en créant des structures de contrôle des réseaux. Tout cela laisse un goût amer dans la bouche. Il est clair que chacun d'entre nous aimerait disposer d'informations correctes, documentées et véridiques, mais il est également vrai que presque personne n'est prêt à investir des heures et des heures de son temps pour se forger une opinion critique.

Le débat sur la liberté d'expression et de pensée devient ainsi un débat sur qui a le droit de décider si une information est une vérité ou un mensonge. Il suffit de regarder les exemples de la Chine, du monde arabe et de la Russie pour voir que si un régime despotique prend le contrôle du système industriel d'un pays, il prend également le contrôle du choix des vérités. La vague néonazie qui inonde l'Europe depuis quelques années et qui, aux États-Unis, a produit le phénomène Donald Trump, montre que le pouvoir de la propagande de régime dépasse largement les frontières nationales - il suffit de voir que deux électeurs sur cinq en France ont voté pour un candidat ouvertement soutenu par la Russie, un ennemi juré de l'Union européenne, et dont les recettes économiques et sociales sont certainement la raison pour laquelle de nombreux Français, morts de peur, ont voté pour un candidat pour lequel ils n'ont aucune sympathie, mais comparé à Marine Le Pen, même Yogi Bear et le grill bungling sont meilleurs.

Il n'existe aucune méthode démocratique pour déterminer si une nouvelle est vraie ou fausse. Depuis toujours, les gouvernements des États, quel que soit le côté de la guerre froide où ils se trouvent, se taisent, manipulent, trompent, mentent. Depuis plus d'un siècle, la presse libre, le cinquième pouvoir, est le seul moyen efficace de modérer les poussées antidémocratiques des gouvernements. Aujourd'hui, ce monde a disparu, les journaux sont de moins en moins lus et sont à la merci des réseaux sociaux. Les lois contre les Fake News sont (toutes) des lois pour la limitation de la liberté - dans une situation de militarisation croissante de la planète, de diminution de l'importance des systèmes électoraux démocratiques et des systèmes de négociation syndicale, d'explosion de l'analphabétisme chez nous, d'annihilation de la valeur suprême de la vie humaine unique.

Je ne sais pas où tout cela va nous mener. Si vous lisez les articles rédigés par l'équipe d'IBI World, vous verrez que nous nous efforçons de documenter, à l'aide de nombreuses notes de bas de page, toutes les déclarations figurant dans nos rapports - et que nous sommes néanmoins contraints de lutter contre les dénonciations et les flèches des systèmes de contrôle. En France, par exemple, le journal électronique Mediapart a suspendu notre compte pendant un mois en raison d'un article critiquant le gouvernement suédois.

Mais nous ne sommes tous qu'une tache dans l'œil, au mieux. Si Elon Musk transforme Twitter en une plateforme apparemment démocratique dont le but est d'établir quelles nouvelles sont vraies et lesquelles sont fausses, quel politicien local a raison et lequel a tort, quelle guerre est légitime et laquelle est illégitime, nous nous dirigeons à toute vitesse vers un monde dystopique que, jusqu'à présent, nous n'avons vu que dans les films de catastrophe et de science-fiction.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Accès à l’IVG : des progrès dans la loi, des galères sur le terrain
Alors que le droit à l’avortement est menacé dans le monde, des avancées ont été obtenues en France, dont l’allongement du délai légal. À la veille de la journée mondiale du droit à l’IVG, Mediapart a enquêté sur les freins persistants.
par Alexandre Léchenet et Rozenn Le Saint
Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis