paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

65 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 nov. 2021

Glasgow concerne l'environnement, mais aussi le pouvoir mondial

La conférence des Nations unies sur le climat a pris fin. Johnson : "Il est minuit moins une, nous devons agir maintenant". Le monde doit accélérer ses engagements pour maintenir l'augmentation de la température en dessous de 1,5 degré. Le rapport sur l'écart des émissions montre une amélioration, mais même avec les engagements pris, nous nous dirigeons vers une augmentation de 2,5 degrés.

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le changement climatique et ses effets s'accélèrent. Les phénomènes météorologiques extrêmes ont augmenté de façon spectaculaire au cours des dernières décennies, tandis que les catastrophes liées au climat ont augmenté de 83 % entre 2000 et 2019. En 2017, le monde a connu 68,5 millions de "migrants climatiques"[1]. Cela représente plus de personnes que jamais dans l'histoire de l'humanité. En 2018, la Banque mondiale a estimé qu'il y aura 143 millions de migrants climatiques supplémentaires d'ici 2050[2].

Saison après saison, les conditions de vie sur la planète se dégradent. Pendant 6 000 ans, l'homme a prospéré dans une "niche climatique" étroite, qui a permis aux sociétés de se développer[3]. Si nous ne réduisons pas radicalement les émissions, cette niche climatique se réduira de manière irréversible au cours du prochain demi-siècle et de vastes zones de la planète deviendront invivables. La sécurité de nos systèmes alimentaires et hydriques est déjà en danger. Si le changement climatique est une menace existentielle pour la survie de l'espèce humaine, nous devons adopter une stratégie "tout ce qu'il faut" pour y faire face.

Les délégués de la Cop26 sont optimistes lorsqu'ils passent d'un événement à l'autre. Jamais dans l'histoire des conférences sur le climat, il n'y a eu autant d'énergie. À Glasgow, les milliardaires de la technologie, comme Bill Gates, Elon Musk ou Jeff Bezos, montent sur scène aux côtés des stars de la politique mondiale. Mais dans les coulisses de cette émission, se passe-t-il vraiment quelque chose de bien pour la planète ?

La réponse est probablement oui. L'une des raisons de croire que quelque chose de substantiel est en train de se produire à Glasgow est que toutes les parties prenantes font un pas vers la réforme du système économique et essaient d'être des régulateurs plutôt que des gouvernants.

Cependant, les marchés seuls ne nous sauveront pas des crises parallèles de la nature et du climat ; la réglementation et les bonnes politiques le feront. Le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, l'a déclaré en septembre. "Cela peut être une grande surprise pour beaucoup de ceux qui étaient très attachés au modèle économique néolibéral", a-t-il ajouté[4] . Aujourd'hui, de nombreux économistes ont décrit le changement climatique comme le plus grand échec du marché de l'histoire. Est-ce l'aube d'un nouveau modèle économique ?

À l'heure où nous écrivons ces lignes, la Chine se dirige vers une "civilisation écologique". L'Europe veut devenir le premier continent neutre sur le plan climatique.

Un échec de la gouvernance

Le ministre des affaires étrangères de Tuvalu, Simon Kofe, prononce son discours à la Cop26 debout dans l'eau jusqu'aux genoux pour symboliser le risque de disparition de son pays dans l'océan[5]

À Glasgow, l'accent est mis sur la manière d'intégrer l'innovation pour accélérer la transition vers une économie post-fossile. La première étape consiste à construire le nouveau système de règles pour le système industriel vert. C'est un tout nouveau jeu de balle : de nouvelles politiques doivent être conçues pour garantir la compatibilité des solutions et la transformation des marchés. Nous avons besoin d'un prix unique pour le carbone (et les ressources) dans toute l'économie. C'est le seul moyen de transformer nos sociétés et notre mode de vie.

Une dimension essentielle de cet échec est politique. Nous savons aujourd'hui que le climat est "la" question au cœur des systèmes industriels et sociaux.

Pourtant, les négociations dans le cadre de la convention des Nations unies sur le changement climatique sont gérées depuis le début des années 1990 par les ministères de l'environnement des pays signataires de la convention. Et tandis que les ministres de l'environnement s'engageaient à réduire les émissions de carbone, leurs collègues de l'énergie, de l'agriculture et des finances promouvaient des politiques de soutien à la production et à la consommation de combustibles fossiles qui allaient dans le sens inverse. Cette contradiction a marqué le long parcours des conférences sur le climat, bien que de manière différente, au fil des ans. Mais il y a une autre pierre jetée sur le chemin : la sécurité énergétique.

Le défi environnemental mondial que représente le changement climatique nécessite à la fois des politiques visant à réduire l'intensité en carbone de l'économie et des politiques visant à valoriser les sources naturelles d'émissions de carbone : énergie, industrie, transport, agriculture, fiscalité/incitations, telles sont les principales politiques sectorielles à mettre en œuvre pour lutter contre le changement climatique. En bref, le défi du changement climatique ne concerne que marginalement les politiques environnementales "classiques".

Mais chaque fois que l'on s'attaque à quelque chose qui fait la différence, regardez la réaction des ministres de l'énergie, de l'agriculture, de l'industrie et des finances... Pour relever les défis environnementaux, la gestion de l'environnement doit se déplacer vers les systèmes sociaux et industriels. Notre société doit se libérer de sa dépendance à l'égard des fossiles, tandis que nous renforçons la résilience de l'environnement en améliorant les puits de carbone.

Certains considèrent que l'opportunité est parallèle au défi. L'envoyé spécial des États-Unis pour le climat, John Kerry, considère la construction de ce nouveau monde brillant - et de cet avenir - comme la plus grande opportunité économique de l'histoire de l'humanité.

Réformer l'économie dans l'urgence

Et à Glasgow, la prise de conscience de l'urgence et de la nature mondiale du défi s'est enfin affirmée. C'est pourquoi 100 pays se sont engagés à mettre un terme à la déforestation d'ici à 2030 : un objectif conforme à celui d'une autre grande conférence des Nations unies (Cop15 sur la biodiversité) qui s'est récemment achevée en Chine, avec succès.

Le ton a changé, affirme Youssef Nassef, directeur de la division adaptation de la CCNUCC à Bonn. Dans l'histoire des COP, "il n'y a jamais eu un tel nombre d'initiatives volontaires"[7].

Mais la question est de savoir si ce consensus se reflète également dans les actions nécessaires pour réformer fondamentalement le système économique mondial. Et là, le défi s'élève au niveau d'une transition vers une autre "civilisation".

Comme l'a fait remarquer le Premier ministre italien Mario Draghi, s'adressant à la presse après le sommet du G20 à Rome et juste avant Glasgow, "nous sommes en train de changer les règles du système économique"[8].

Les règles de la nouvelle économie sont simples : l'intégration des règles et principes climatiques et environnementaux exige l'internalisation des dommages environnementaux produits par les activités économiques tout au long de la chaîne d'approvisionnement. "Économique" ou "coûteux" devrait être un calcul impliquant l'extraction, la production et la consommation.

Une fois ces externalités intégrées dans le système de marché, les producteurs d'énergie et les économies nationales seront sur un pied d'égalité[9]. Sans un tel système, le monde risque de plonger dans un conflit permanent. Et cette révolution industrielle, économique et sociale doit se faire rapidement et à l'échelle mondiale.

Il y a un sentiment d'urgence. Le secrétaire allemand à l'environnement, M. Flasbarth, note que la "nouvelle normalité" à Glasgow accélère les choses[10]. Le négociateur en chef de la Chine pour le climat, Xie Zhenhua, estime qu'un large accord sur les marchés du carbone devient possible[11].

Le paquet d'infrastructures de Joe Biden et les projets "Belt and Road" de la Chine pourraient établir une référence réglementaire différente, influençant le marché mondial.

Au final, c'est notre capacité à aller de l'avant, et non à reculer, qui fera le succès ou l'échec de la transition écologique. Quel sera le coût environnemental du paquet d'infrastructures de Biden ou des projets financés par la Chine le long de "Belt and Road" ? Plus encore qu'auparavant, des normes véritablement écologiques sont nécessaires. Et, à cet égard, il existe un sentiment d'urgence évident.

À Glasgow, 20 États-nations s'engagent à mettre fin aux subventions publiques pour les investissements dans les combustibles fossiles d'ici 2022[12]. Cela doit être fait maintenant. Et la situation est compliquée par le fait que de nombreuses entreprises pétrolières et gazières - comme l'ENI italienne - appartiennent à l'État.

La véritable question est de savoir si les gouvernements peuvent convaincre les parties prenantes d'assumer les coûts de la transition. Les politiciens du monde entier s'inquiètent de plus en plus de l'épuisement des ressources.

Et c'est une préoccupation justifiée : ce dont nous avons besoin, c'est d'une transition ordonnée. Si les États riches ne sont pas prêts à assumer une part équitable des coûts, dans leur propre intérêt, nous échouerons tous. À Glasgow, certains progrès ont été réalisés dans ce sens. Jusqu'à présent, Glasgow a traité de presque tout, des infrastructures vertes pour les pays pauvres à la fin du charbon en Afrique du Sud en passant par la crise de l'eau.

Selon le Premier ministre italien Draghi, l'argent n'est pas le problème. Il est vrai que des investissements de plusieurs milliards de dollars sont nécessaires dans les années à venir pour financer la transition. La plus grande transformation industrielle et sociale de l'histoire coûtera cher, et les institutions internationales telles que la Banque mondiale devront délier les cordons de leur bourse. Mais la tâche principale incombe au financement privé et vert. De nouveaux mécanismes sont nécessaires pour répondre à cette demande. Aujourd'hui, même le Congrès américain parle d'introduire un prix du carbone.

Les négociations techniques, qui tournent autour des clauses de l'accord de Paris, progressent également. 

Le négociateur chinois Xie Zhenhua a déclaré à la presse à Glasgow : "Cinq années ont été gaspillées, mais nous devons maintenant travailler plus dur et rattraper notre retard."[14] . Et malgré l'absence du président Xi Jinping, la Chine joue un rôle actif à Glasgow.

C'est l'avis du commissaire européen Timmermans, qui a déclaré : "J'ai eu une longue réunion avec le négociateur chinois, le ministre Xie, à Londres, qui m'a donné des raisons d'être optimiste quant à ce que nous pouvons réaliser". Les Chinois "sont ambitieux en ce qui concerne la transition vers les énergies renouvelables"[15].

Pékin a mis sur la table un programme concret, qui a déjà été transformé en loi. Si les conditions nationales et géopolitiques le permettent, cette situation sera améliorée.

L'Union européenne met l'accent sur la collaboration. Depuis des années, l'UE et la Chine convergent vers des normes industrielles et réglementaires communes. Lors de la COP26, la banque centrale chinoise et la Commission ont lancé le projet d'une taxonomie commune pour la finance verte en Chine et en Europe[17], qui peut devenir la base d'une nouvelle norme mondiale pour les produits financiers.

Mais les tensions géopolitiques risquent de compromettre la coopération et la lutte commune pour sauver le climat de la planète. Les relations entre les puissances ne sont pas au beau fixe. Cela affecte-t-il les négociations complexes sur la manière de garantir que les émissions soient déclarées de manière transparente et équitable ? Il s'agit de l'un des nœuds les plus difficiles à démêler pour les négociateurs qui souhaitent finaliser le "règlement de Paris".

Mais même sur ce point, les choses pourraient avancer : lors de la réunion du G20 à Rome et à la veille de la COP26, l'UE et les États-Unis ont annoncé qu'ils étaient parvenus à un accord sur leur différend concernant l'acier et l'aluminium[18]. L'accord présente des caractéristiques intéressantes et novatrices liant la politique climatique et le règlement des différends dans le cadre des règles de l'OMC.

Selon l'accord, la transparence sera assurée par la création d'un groupe de travail technique chargé de se concerter sur les méthodes de calcul de l'intensité carbonique de l'acier et de l'aluminium et, entre autres, de partager les données pertinentes.

Ce pas en avant, petit mais significatif, peut-il servir de modèle à un modèle opérationnel plus large ?

Après l'injection d'optimisme de Glasgow, il est temps de passer des paroles aux actes. On ne sait pas encore dans quelle mesure les engagements pris par les pays seront réalisés.

L'heure tourne. Le plan américain est toujours bloqué au Congrès ; le plan européen "Fit for 55" est toujours un programme politique plutôt qu'une loi contraignante. La Chine, pour sa part, promet souvent peu et tient beaucoup.

[1] https://www.weforum.org/agenda/2021/11/climate-change-rising-temperatures-may-force-humans-move/  

[2] https://www.worldbank.org/en/news/press-release/2018/03/19/climate-change-could-force-over-140-million-to-migrate-within-countries-by-2050-world-bank-report

[3] https://www.pnas.org/content/117/21/11350

[4] https://www.lecho.be/dossiers/cop26/frans-timmermans-nous-disons-au-monde-mettez-un-prix-au-carbone/10343902.html

[5] https://www.theguardian.com/environment/2021/nov/08/tuvalu-minister-to-address-cop26-knee-deep-in-seawater-to-highlight-climate-crisis

[6] https://www.bbc.com/news/uk-scotland-scotland-politics-59075932

[7] Personal conversation with the author

[8] https://www.youtube.com/watch?v=A75C7pywshM

[9] https://www.merriam-webster.com/dictionary/level%20playing%20field

[10] https://background.tagesspiegel.de/newsletter/58W6wtAPunI5ix1sHI7MpD

[11] https://www.reuters.com/business/environment/chinas-top-climate-negotiator-sees-carbon-market-deal-cop26-2021-11-02/

[12] https://ukcop26.org/statement-on-international-public-support-for-the-clean-energy-transition/

[13] https://www.cleanenergywire.org/factsheets/covering-eus-fit-55-package-climate-and-energy-laws

[14] https://www.scmp.com/news/china/diplomacy/article/3154630/cop26-china-optimistic-climate-markets-deal-after-wasted-years

[15] https://www.endseurope.com/article/1726519/timmermans-regulation-not-markets-save-planet

[16] https://www.consilium.europa.eu/en/policies/green-deal/eu-plan-for-a-green-transition/

[17] http://www.pbc.gov.cn/en/3688110/3688172/4157443/4382112/index.html

[18] https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2021/10/31/fact-sheet-the-united-states-and-european-union-to-negotiate-worlds-first-carbon-based-sectoral-arrangement-on-steel-and-aluminum-trade/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau