paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

85 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 janv. 2022

Nyrstar : l'agonie du géant dans les griffes de Trafigura

L'histoire de la révolution industrielle a eu ses gagnants, mais aussi ses victimes : voici comment l'une des industries les plus anciennes et les plus célèbres d'Europe a été infiltrée, désossée et anéantie par un géant suisse du commerce minier

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La révolution industrielle a changé le monde. Ce changement a commencé en même temps que l'exploitation intensive des mines, la naissance des usines et le développement des moteurs. La Belgique ne fait pas seulement partie de cette histoire : elle en est l'un des grands architectes, l'un des lieux où tout a commencé. Et c'est aussi un lieu de tragédie, comme celle de Marcinelle en 1956, où 262 travailleurs (dont 136 Italiens)[1] sont morts dans l'incendie d'une mine de charbon. Son histoire est similaire à celle de l'Allemagne, de la Pologne et de l'Italie : elle commence le 4 octobre 1830 lorsque, après des années de lutte du Risorgimento contre les monarchies imposées par le Congrès de Vienne, la Belgique déclare son indépendance.

Un petit pays est né, divisé intérieurement entre Wallons francophones et Flamands néerlandophones - l'héritage de longues années de domination par d'autres. Mais c'était un État fort et riche : ses mines de charbon et de fer, les plus anciennes d'Europe, faisaient la fierté d'un peuple qui, en dix ans seulement, est devenu la deuxième puissance industrielle du monde après le Royaume-Uni[2]. L'étape suivante a eu lieu en 1906 : l'annexion du Congo, et avec elle la fondation de l'UMHK (Union Minière du Haut-Katanga), l'une des plus anciennes multinationales minières de la planète, qui s'est développée même pendant les deux guerres mondiales - à sa production d'origine, elle a ajouté le cuivre, le cobalt, l'uranium, le zinc, les diamants, l'or et d'autres métaux clés pour la production industrielle[3].

Sa société holding, la CCCI (Compagnie du Congo pour le Commerce et l'Industrie), a été fondée en 1887, lorsque des ingénieurs de la Couronne ont découvert des gisements africains et ont demandé une concession pour les exploiter[4]. Cette histoire a duré jusqu'à la nationalisation de l'UMHK, ordonnée par le président Mobutu en 1966[5], lorsque le groupe congolais a fusionné avec les différentes mines locales.  En 1989, Union Minière a fusionné ses filiales belges6 pour devenir un groupe industriel multi-métallurgique mondial, l'un des géants de la métallurgie qui représentait à lui seul près de 10 % du produit intérieur brut de la Belgique. Union Minière a changé de nom pour devenir Umicore en 2001[6]. En 2007, Umicore s'est séparée de son activité de raffinage de zinc et d'alliages et l'a fusionnée avec le groupe australien Zinifex, créant ainsi Nyrstar NV[7] qui est devenu l'un des géants mondiaux du zinc[8].

Nyrstar NV possédait des usines sur tous les continents et employait plus de 4000 personnes[9]. Aujourd'hui, après la restructuration orchestrée par Trafigura, Nyrstar NV est une société écran qui ne possède que 2 % des actifs opérationnels historiques ; seuls deux actionnaires détiennent plus de 3 % des actions[10]: Urion Holdings (Malta) Ltd.[11] (groupe Trafigura), qui contrôle 24,42%[12], et un groupe de petits actionnaires formé autour de l'entrepreneur Kris Vansanten[13] (dont l'homme politique chrétien-démocrate Etienne Schouppe) qui, en décembre 2021, contrôle 15,09 % de Nyrstar[14]. En 2018, Nyrstar était le deuxième plus grand fondeur de zinc au monde (1,073 million de tonnes), après Korea Zinc (1,216 million de tonnes) et devant Glencore (1,003 million) [15].

Les accords avec Glencore International

Glencore International, l'un des géants mondiaux des matières premières, y voit une opportunité : en 2008, en écartant Trafigura[17], il obtient un fabuleux contrat avec la fonderie Nyrstar de Hobart (Tasmanie), à laquelle Glencore achète 550 000 tonnes de zinc raffiné[18]. Glencore prend des mesures pour sécuriser la valeur de Nyrstar, en achetant 7,8 % de ses actions, et en 2011, renouvelle l'accord pour les sept années suivantes, jusqu'en 2018[19]. Lorsque les prix du zinc sur le marché commencent à chuter fin 2011, Glencore identifie une meilleure opportunité et décide de fusionner avec la société minière Xstrata[20], qui a à son tour sa propre production à vendre[21] et propulse Glencore en position de leader de l'extraction à la fusion au niveau mondial.

Afin d'autoriser la fusion entre les deux géants Glencore et Xstrata, l'agence de la concurrence de la Commission européenne exige que Glencore renonce à son contrat européen avec Nyrstar, car il place la nouvelle multinationale dans une situation de monopole qui peut déterminer les prix du zinc et, en outre, oblige Glencore à vendre sa participation de 7,8 % dans Nyrstar[22],[23]. C'est un énorme sacrifice que Glencore accepte.

La fusion entre Glencore et Xstrata crée un gros problème pour Nyrstar. En 2010, Nyrstar lance un projet d'expansion, financé par des prêts bancaires qui, à leur tour, sont soutenus par le contrat avec Glencore. Lorsque le prix mondial du zinc métal a commencé à baisser fortement, la direction belge a réalisé qu'à moyen terme, elle ne serait pas en mesure de rembourser les obligations si les prix ne remontaient pas[24]. Ce fait, combiné à l'achat d'actions par Glencore, met l'entreprise sous pression et oblige Nyrstar à lancer une émission de droits avec une émission d'obligations et un rachat d'obligations en septembre 2014.

À peu près au même moment, Nyrstar fournit un financement important pour la modernisation de Talvivaara[25], une mine finlandaise produisant du concentré de zinc à l'aide d'une nouvelle technologie, avec des risques de développement, en échange de droits d'écoulement futurs. La mine, située près d'Espoo, est en cours de modernisation, de sorte qu'en 2014, elle ne vendra que la moitié du concentré de zinc vendu en 2013[26]. L'investissement nécessaire pour adapter les processus existants coûte une fortune[27], mais il est nécessaire parce que l'exploitant de la mine a été mis en examen pour d'énormes problèmes environnementaux : l'alternative est la fermeture complète du site[28]. Cependant, en 2014, la mine a déposé le bilan, laissant à Nyrstar le soin de négocier le meilleur accord possible en échange de ses droits d'écoulement du zinc d'une valeur nominale de 203 millions d'euros au moment de la faillite[29].

Heureusement, Hobart a échappé à la crise créée par la fusion entre Glencore et Xstrata. En 2014, la nouvelle direction a signé un contrat avec le plus grand négociant d'Asie, le groupe hongkongais Noble (qui a repris en partie le contrat de Glencore[30]) : outre l'achat de zinc (200 000 tonnes par an pendant quatre ans) [31], Noble a acheté 1 % des actions de Nyrstar pour 6,4 millions d'euros[32].

L'infiltration furtive de Trafigura

Cela ne suffit pas : pour couvrir le rachat d'actions par Glencore et la baisse des revenus, Nyrstar doit lever des fonds et faire entrer du sang neuf dans ses coffres. L'émission de droits de septembre 2014 donne à Trafigura l'opportunité dont elle avait besoin pour entrer dans Nyrstar. Une perte pour Glencore est un gain pour Trafigura, mais c'est souvent ainsi que les choses semblent fonctionner dans la "querelle de famille" qui oppose les ex-Rich Boys de Marc Rich, dont sont issues les deux entreprises[34].

Trafigura a acheté 8,42 % à la fin du mois de septembre 2014, principalement dans le cadre de l'émission de droits de Nyrstar[35]. Début octobre 2014, Trafigura détenait 10,19% du groupe belge[36] et à la fin de la même année, Trafigura avait atteint 16,04% des actions[37]. Le PDG Roland Junck, qui avait dirigé le repositionnement de Nyrstar, a quitté le groupe[38] en décembre 2014 et Heinz Eigner, directeur financier, est également devenu PDG par intérim. Pour Heinz Eigner, c'est un moment de gloire, l'occasion de devenir PDG.

Sous la direction de Heinz Eigner, une restructuration de l'organisation du marketing, de l'approvisionnement et des ventes a eu lieu, certains cadres clés sont partis[39]. D'autres, opposés à la stratégie consistant à diminuer la part du chiffre d'affaires dans la production et à abandonner (en alliance avec Trafigura) les plans visant à négocier davantage de métaux en interne en faveur d'accords avec des négociants en matières premières[40], sont également partis.

Heinz Eigner, probablement avec Roman Matej[41], contrôleur du groupe, le 13 mars 2015 compromet complètement l'affaire Talvivaara Zinc Concentrate, quelque 200 millions d'euros, apparemment sans l'approbation préalable du conseil d'administration, ce qui affaiblit une fois de plus le bilan de Nyrstar[42]. Malgré le fait qu'Eigner ait négocié un accord stipulant que Trafigura ne peut pas dépasser 49% de participation et, indépendamment de cela, ne peut pas avoir une majorité de ses représentants élus au conseil d'administration[43], la direction n'a aucune confiance dans le nouveau partenaire.

En avril 2015, malgré les protestations véhémentes du Noble Group, deux candidats, Christopher Cox (membre du conseil d'administration du groupe Trafigura) et Martyn Konig, rejoignent le conseil d'administration de Nyrstar. Martyn Konig est élu par Trafigura en tant que directeur indépendant, malgré une recommandation négative du conseil d'administration en place à l'époque, et malgré des liens clairs et évidents avec Trafigura, notamment en tant que directeur des investissements de T-Wealth Management, un véhicule d'investissement privé pour les partenaires et les cadres supérieurs du groupe Trafigura, qui est mentionné dans son CV comme sa principale occupation. Komig devient l'homme fort de Nyrstar[44].

Malgré ses efforts, Heinz Eigner est remplacé comme PDG par intérim en août 2015[45] et relevé de ses fonctions de directeur financier[46] lorsque Chris Eger, un directeur des fusions et acquisitions chez Trafigura en Suisse, devient le nouveau directeur financier le 20 novembre 2015[47]. Il quitte Nyrstar peu de temps après.

En avril 2016, un troisième candidat de Trafigura, Jesus Fernandez, responsable de Trafigura M&A, a été ajouté au conseil d'administration et Martyn Konig en est devenu le président, ce qui a conduit à un contrôle de facto du conseil par Trafigura, 3 des 6 membres du conseil étant des cadres clés du groupe Trafigura ou de sociétés liées à Trafigura, et Martyn Konig ayant une voix prépondérante.

Ce n'est pas la première fois que Trafigura utilise cette stratégie : Un an plus tôt, le groupe a pris une participation de 19,35 % dans le groupe chypriote EMED Mining Public[49] qui, contraint de faire face à la crise mondiale des matières premières, a accepté un prêt de 30 millions de dollars (dont dix provenaient directement de Trafigura)[50] et, en contrepartie, a permis à Trafigura de nommer un nouveau président et un nouveau directeur général - une nouvelle direction qui, en quelques mois, a démantelé les actifs d'EMED[51] et a finalement vendu ce qui restait presque gratuitement au groupe espagnol Atalaya, qui appartient à la multinationale Rio Tinto[52].

Forte des ajouts de Trafigura au conseil d'administration, de l'arrivée de Chris Eger comme directeur financier de Trafigura M&A et de Bill Scotting embauché comme PDG pour restructurer les mines, Nyrstar a annoncé en janvier 2016 avoir mis sous contrat des banquiers d'affaires, dont la tâche était de vendre les mines de la société[53] afin de trouver les près de 300 millions de dollars nécessaires pour éviter une énième catastrophe financière[54]. Ainsi, Nyrstar, dont la stratégie consistait à s'intégrer verticalement en traitant son propre concentré de zinc, sera désormais obligée d'acheter du concentré de zinc à Trafigura à des conditions très onéreuses.

Cela peut sauver temporairement le bilan, mais compromet la capacité de Nyrstar à se remettre de la crise lorsque les prix remonteront. À la fin de 2016 et tout au long de 2017, les ventes de mines sont conclues à des prix de vente très bas, loin d'être proches de ceux attendus. Les acheteurs étaient pour la plupart de petites entreprises fragiles et beaucoup d'entre elles ont ensuite été confrontées à des difficultés financières, voire à la faillite, de sorte que le programme de cession n'a apporté que des liquidités très limitées, tandis que Nyrstar a perdu la plupart des droits d'écoulement du concentré de zinc extrait.

Les bijoux de famille sont vendus au prix du marché aux puces. Il est intéressant de noter que Bill Scotting part lors d'une réunion du conseil d'administration au moment où la vente des mines commence à être conclue, le 13 décembre 201645. Les mines Campo Morado (Mexique), Coricancha (Pérou), Cotonga (Pérou), El Mochito (Honduras) et El Toqui (Chili) sont vendues[55],[56]. Les mines Langlois (Canada) et Tennessee (USA) restent[57], tout comme Myra Falls[58] (Canada) et Puccarajo[59] (Pérou), qui n'étaient pas à vendre ou n'ont pas trouvé d'acheteur. Par exemple, El Mochito a été vendu en septembre 2016 pour seulement 5 millions de dollars[60].

Un an plus tard, la mine El Toqui a été vendue pour 25 millions de dollars à Laguna Gold Ltd[61]. Nyrstar et Laguna ont conclu un accord similaire à celui signé avec El Mochito : la mine a vendu 85% de sa production à Nyrstar pendant quatre ans, à un prix fixe[62]. Coricancha a été vendu en décembre 2016 pour seulement 100 000 dollars, plus une part du produit de la vente[63]. La mine de Campo Morado a été vendue en juin 2017 pour 20 millions de dollars[64], mais dans ce cas, la mine, en raison de problèmes de sécurité liés à la guerre civile, est fermée depuis le printemps 2015[65]. La dernière mine, Contonga, a été vendue à Glencore en paiement de dettes d'environ 26 millions de dollars[66].

Détail important : parmi les mines restantes, le groupe Trafigura a acheté, début 2020, 100 % de Myra Falls, Langlois (Breakwater Resources) et Nyrstar (Holdings) Canada à Newco NN2, créée au Royaume-Uni pour siphonner les actifs opérationnels de Nyrstar NV[68].

Pour Nyrstar, dont 20,02% appartiennent à Trafigura en septembre et 23,72% en décembre 2015, ce qui rend le groupe suisse suffisamment fort pour influencer les décisions[69], l'heure décisive sonne. Les analystes estiment que Bruxelles devrait vérifier si Trafigura a pris le contrôle de facto de la société[70]. En avril 2015, la direction annonce que Nyrstar ne sera pas en mesure de produire 280 à 310 000 tonnes de concentré de zinc comme prévu, mais tout au plus 260 000 tonnes, en raison de la fermeture des mines de Myra Falls au Canada et de Campo Morando au Mexique[71].

Pour l'année 2015, Nyrstar annonce que l'EBITDA du groupe est en hausse de 8%, pourtant une dépréciation de 564 M€, principalement due aux activités du segment minier, conduit à une perte nette de 432 M€, ce qui renforce les arguments de la direction de Trafigura[72]: Nyrstar a désormais 761 M€ de dette nette, principalement en raison des dépenses d'investissement dans le segment du traitement des métaux pour le programme de croissance et de renouvellement, ainsi que des mauvaises performances du segment minier. Il y a une tentative en décembre 2015 pour une nouvelle émission d'actions qui échoue, Nyrstar reprogramme sa nouvelle émission d'actions pour 275 millions, dont Trafigura promet d'acheter 125 millions[73].

En novembre 2015, Nyrstar est pressé et signe un accord relationnel avec Trafigura, et des contrats commerciaux dont un contrat d'achat de 500 000 tonnes de concentré de zinc par an à Trafigura - environ 25% des besoins de Nyrstar[74]. Les conditions sont très défavorables à Nyrstar. En outre, il existe un accord de vente de zinc métal raffiné à Trafigura. Il existe également des contrats couvrant les besoins et la production de plomb de Nyrstar[75].

En février 2016, Noble et Nyrstar ont mis fin prématurément à leur contrat[76], donnant à Trafigura l'occasion d'étendre encore ses griffes[77]. Parallèlement, Trafigura a obtenu des droits supplémentaires de trois ans pour l'achat de zinc métal (en plus de celui encore vendu à Glencore) par le biais d'un accord de paiement initial de 150 millions de dollars[78].

Bill Scotting, le nouveau PDG de Nyrstar, qui remplace le PDG par intérim Heinz Eigner, célèbre les contrats commerciaux avec Trafigura comme s'il s'agissait d'une victoire : "ils soutiennent parfaitement notre stratégie: sortir des mines, se concentrer sur le traitement des métaux et restructurer le bilan"[79]. Pour Julien de Wilde, le président belge du conseil d'administration qui part, contraint par Trafigura, début 2016, les propos de Scotting sont une farce tragique. La vérité est autre : les taux de traitement du zinc prévus dans le contrat de Trafigura sont bien inférieurs à la référence du secteur69; le taux de traitement moyen (frais de traitement) du concentré de zinc convenu pour 2018 avec Trafigura n'est que de 37 dollars par tonne métrique[80].

Ce chiffre est inférieur de 75 % à la référence du secteur pour 2018 (147 dollars par tonne), représente la moitié de ce que Trafigura a versé à Nyrstar en 2017 et n'a été révélé au public que le 27 septembre 2019, alors que la restructuration était désormais achevée et que les actifs de la société avaient été transférés à la société britannique NN2 Newco, créée par Trafigura à cette fin. Ce contrat confidentiel n'apparaît même pas au bilan : Trafigura a commencé à désosser la proie.

En juillet 2017, Nyrstar et Glencore s'accordent sur un nouveau contrat, qui devrait entrer en vigueur en janvier 2019 - en raison de la pression de l'UE, celui-ci ne prévoit que les usines américaines et tasmaniennes[82]. Mais ce n'est pas grave: l'accord représente 3 % de la production mondiale de zinc[83]. Un accord d'échange de zinc contre du plomb entre les deux multinationales s'ajoute à l'ancien accord[84].

Malgré le programme discutable de cession partielle de mines mené depuis fin 2016 et les remises substantielles accordées à Trafigura dans le cadre de contrats commerciaux, les conditions du marché se sont améliorées au début de 2018 et la société a de nouveau été confrontée à un avenir prospère, comme l'ont reconnu plusieurs analystes financiers. Cependant, le 20 septembre 2018, la société émet de manière inattendue un avertissement sur les bénéfices trompeur et inutile basé sur "un examen préliminaire du projet d'informations financières de gestion non auditées de la société indique"[85] ce qui a provoqué la panique sur le marché et l'effondrement du cours de l'action. Un prétexte idéal pour lancer un processus de révision du capital qui conduit inévitablement, à chaque fois, à une restructuration.

En octobre 2018, Nyrstar lance une révision de la structure du capital avec les conseils de Morgan Stanley - les raisons officielles : " la réduction des prix du zinc, les frais de traitement historiquement bas et la hausse des prix de l'énergie "[86]. La faiblesse de la production et les coûts d'exploitation élevés des mines de Langlois et Middle Tennessee pèsent, les revenus miniers globaux (99 M€) continuent de baisser en raison des cessions: une baisse de 52% par rapport à 2017[87].

Nyrstar avait des options, Trafigura a calé. Lors d'une conférence téléphonique avec les investisseurs en octobre 2018, les analystes financiers ont demandé à la direction pourquoi elle ne tirait pas sur la facilité de fonds de roulement de 250 millions d'euros de Trafigura[88], qui était engagée, avant la fin de l'année suivante. Et pourquoi Trafigura a-t-elle continué à temporiser ? Le 21 novembre 2018, le dilatoire de Trafigura est payant : "Les origines du manque de liquidités de Nyrstar remontent au transfert des droits d'écoulement de l'ancien partenaire de Nyrstar, Glencore, au nouveau propriétaire de 24,6 % Trafigura"[89] explique Stijn Demeester, analyste des actions chez ING Bank. Ce manque de liquidités infligé par Trafigura met Nyrstar à genoux.

Le 6 décembre 2018, Trafigura se présente comme le sauveur, offrant un " paquet d'économies " de 650 millions de dollars qui met essentiellement en gage tous les actifs de Nyrstar, y compris son joyau de la couronne, la fonderie australienne de Port Pirie, presque achevée : un autre coup suicidaire pour l'indépendance de Nyrstar[90]. Mais cette fois, tout le monde est en colère: l'effet immédiat de cette opération est d'accroître la puissance du géant suisse[91].

L'implosion

Ce que Nyrstar et son président, Martyn Konig, ne disent pas, c'est que tout cela se passe alors que le prix moyen du zinc par tonne a globalement augmenté : 2896 dollars en 2017, 2922 dollars en 2018, et la tendance pour les six prochains mois est positive[93]. En outre, les frais de traitement du zinc augmentent rapidement, atteignant un sommet de 2,5 ans en octobre 2018[94].

Dans une situation normale, cela apporte un rayon de soleil dans les comptes d'une entreprise - mais c'est le contraire qui se produit, et les voix de ceux qui craignent des activités illicites de la part des fidèles de Trafigura se font de plus en plus entendre[95]. Après tout, Martyn Konig se plaint de la baisse des frais de traitement, mais c'est sous sa présidence que les conditions les plus onéreuses ont été négociées et acceptées, avec des amendements accordant à Trafigura d'énormes réductions sur les frais de traitement, puis des prix outrageusement bas[96]. Pourtant, malgré les preuves du contraire, Konig continue de répéter le même mensonge[97].

Nous sommes après l'implosion, les activités opérationnelles de Nyrstar sont maintenant entre les mains d'une société britannique nouvellement créée, NN2 Newco : en septembre 2019, un petit groupe d'actionnaires demande une compensation de 1,48 milliard d'euros à Trafigura (portée à 2 milliards d'euros en décembre 2021) parce que la société suisse, en violation de tous les accords, est arrivée à contrôler 98% des activités opérationnelles de Nyrstar[98]. L'allégation est claire: la majorité du conseil d'administration de Nyrstar et plusieurs cadres clés, fidèles à Trafigura[99], ont permis que de l'argent et des actifs soient drainés de la société belge vers le Royaume-Uni au profit de 98 % du groupe Trafigura[100].

Parallèlement, d'importants investissements de redressement ont été réalisés à Port Pirie pour en faire un site de production de classe mondiale, considéré par beaucoup comme le joyau de la société, ce qui a accentué la pression sur le bilan. Lorsque les conditions macroéconomiques ont commencé à s'améliorer, et juste au moment où les investissements de redressement devaient commencer à porter leurs fruits, la restructuration a abouti à la reprise par Trafigura de 98 % des actifs d'exploitation de Nyrstar.

La FSMA, l'autorité belge de régulation des marchés, s'est plainte que, selon les documents officiels, les actionnaires ne disposent pas de suffisamment d'informations pour approuver les comptes annuels 2018[101], car le cabinet d'audit[102] a signalé des irrégularités[103]. La FSMA se plaint d'un manque de transparence sur les mouvements d'actions et les négociations sur le nouvel accord[104]. Nyrstar réagit, formellement, mais ne fait rien[105]. En conséquence, en juillet 2019, Nyrstar perd ses entités opérationnelles et 98% des actifs du groupe[106] se retrouvent dans les griffes de Trafigura. En outre, avec un autre prêt de 13,5 millions d'euros garanti par les 2% restants de la nouvelle société et soumis à des restrictions strictes en matière de conformité, Trafigura a effectivement le contrôle total du conseil d'administration[107].

Les actionnaires minoritaires engagent une action en justice dans laquelle ils affirment que Trafigura a illégalement utilisé son influence pour négocier des contrats défavorables à Nyrstar[108], et que ces accords ont provoqué le désastre économique du groupe belge[109]. La direction de Nyrstar et Trafigura se défendent, affirmant que sans la restructuration, la société aurait fait faillite et les actionnaires auraient tout perdu[110]. La bataille judiciaire se poursuit, la prochaine audience étant prévue le 17 février 2022[111].

Le coucou est prêt à s'envoler

Entre-temps, la nouvelle société d'exploitation prend plusieurs mesures pour achever sa restructuration, accroître sa rentabilité et polir sa réputation sur le marché. En parallèle, Trafigura semble choisir des actifs clés, d'abord " absorbés " en juillet 2019, puis, non satisfait du contrôle de 98 % des parts, prend le contrôle à 100 % de Myra Falls Ltd et de sa mine, de Breakwater Resources Ltd et de la mine Langlois, ainsi que de Nyrstar Canada (Holding) [113].

En octobre 2021, il est révélé que la direction de Nyrstar a réduit de 50 % la production de zinc dans trois fonderies européennes (Budel-Dorplein aux Pays-Bas, Balen en Belgique et Auby en France)[114], ce qui a fait grimper le prix du zinc sur le marché. La combinaison des actifs physiques, du stockage des stocks et des activités commerciales confère à Trafigura, et à Glencore, un pouvoir enviable sur les marchés mondiaux des matières premières. Marc Rich, qui a tenté d'accaparer le marché du zinc en 1992, serait fier[115].

En 2021, Trafigura affiche des bénéfices records[116] et sa première participation dans une nouvelle société holding basée à Londres, Nala Renewables, qui investit 30 millions d'euros dans le développement de l'un des plus grands systèmes de stockage d'énergie par batterie (BESS) de Belgique sur le site de la fonderie de Balen, à Nyrstar[117]. Selon le plan d'affaires, présenté aux détenteurs d'obligations en février 2019, le nouveau Nyrstar générera des niveaux d'EBITDA sous-jacent supérieurs à 400 millions par an - dont 98%, malheureusement, profiteront à Trafigura[118].

Une opération de cynisme industriel, dont la légalité est actuellement examinée par les tribunaux, mais dont l'impressionnante valeur politique devrait être abordée par la Commission européenne et le gouvernement belge. L'ensemble du système politique national est resté silencieux au cours des deux dernières années et demie sur ce qui s'est passé à Nyrstar, exprimant seulement sa préoccupation concernant les licenciements dans les usines sur le territoire belge.

Nous ne comprenons pas pourquoi. Nyrstar est la deuxième plus grande fonderie de zinc au monde, active sur un marché de valeur stratégique, ainsi qu'un élément important de l'histoire belge et un centre d'expertise et de compétences entrepreneuriales. Il suffit d'annuler l'impact des décisions prises par la direction de Nyrstar puisqu'elle était dominée par des hommes fidèles à Trafigura. Et que le géant suisse paie la facture, sinon il continuera à agir comme il l'a fait jusqu'à présent - au mépris de toutes les règles.

Les actionnaires minoritaires de Nyrstar, qui ont engagé une procédure contre la restructuration inutile et préjudiciable de Nyrstar, demandent la nullité de l'accord de restructuration, le paiement de dommages-intérêts par Trafigura à Nyrstar NV pour un montant d'environ 2 milliards d'euros, ainsi qu'une révision du cadre institutionnel belge pour la protection des actionnaires minoritaires afin d'empêcher des manœuvres frauduleuses similaires à l'avenir. Que la Force soit avec eux.

[1] Toni Ricciardi, “Marcinelle, 1956”, Donzelli, Roma 2016; https://www.donzelli.it/libro/9788868435066

[2] https://www.cairn.info/les-secrets-de-la-belgique--9782262043995-page-65.htm

[3] https://archives.africamuseum.be/agents/corporate_entities/21

[4] https://search.arch.be/de/?option=com_rab_findingaids&view=findingaid&format=pdf&eadid=BE-A0545_006633_006537_FRE

[5] Crawford Young, Thomas Edwin Turner, “The rise and decline of the Zairian State”, University of Wisconsin Press, Madison WI 1985

[6] https://www.umicore.fr/fr/a-propos/historique/#puzzle3

[7] https://archive.wikiwix.com/cache/index2.php?url=https%3A%2F%2Fwww.lesechos.fr%2F24%2F04%2F2007%2FLesEchos%2F19905-169-ECH_umicore-et-zinifex-formalisent-leur-projet-de-coentreprise-dans-le-zinc.htm#federation=archive.wikiwix.com ; https://archive.wikiwix.com/cache/index2.php?url=http%3A%2F%2Fwww.usinenouvelle.com%2Farticle%2Fnyrstar-naissance-officielle-du-numero-un-mondial-du-zinc.N20281#federation=archive.wikiwix.com

[8] https://www.nyrstar.com/ ; https://www.nyrstar.com/products/other-metals

[9] https://www.nyrstar.com/our-story ; https://www.nyrstar.com/operations/processing

[10] https://www.nyrstar.be/en/investors/share-and-bondholder-information/shareholder-structure

[11] https://sec.report/CIK/0001787012 ; https://lei.report/LEI/549300Q5QIA1RT7YQR81

[12] https://www.nyrstar.be/~/media/Files/N/Nyrstar-IR/share-and-bondholder-information/Transparency%20declaration.pdf

[13] https://quanteus.com/ ; https://www.linkedin.com/in/krisvansanten/

[14] https://www.tijd.be/ondernemen/grondstoffen/kleine-aandeelhouders-nyrstar-bezitten-al-15-procent/10356786.html ; https://finance.yahoo.com/news/nyrstar-nv-publication-transparency-notification-160000371.html

[15] https://www.statista.com/statistics/240622/leadig-zinc-smelters-worldwide/

[16] https://www.thetimes.co.uk/article/minings-marriage-made-in-hell-gd93ms58ktv

[17] https://www.metalbulletin.com/Article/2073567/Search-results/Trafigura-lost-Nyrstar-deal-without-a-seat-at-negotiating-table.html

[18] https://www.metalbulletin.com/Article/3772663/EXCLUSIVE-Glencore-loses-out-to-Trafigura-worlds-biggest-zinc-deal-sliced-in-2019.html

[19] https://www.metalbulletin.com/Article/3772663/EXCLUSIVE-Glencore-loses-out-to-Trafigura-worlds-biggest-zinc-deal-sliced-in-2019.html

[20] https://www.reuters.com/article/us-glencore-eu-nyrstar-idUSBRE8AL0G120121122

[21] https://www.metalbulletin.com/Article/3772663/EXCLUSIVE-Glencore-loses-out-to-Trafigura-worlds-biggest-zinc-deal-sliced-in-2019.html

[22] https://www.lecho.be/entreprises/matieres-premieres/glencore-sort-de-nyrstar-pour-3-39-euros-par-action/9330367.html

[23] https://www.gva.be/cnt/eid160672

[24] https://www.miningweekly.com/article/trafigura-accused-of-throttling-nyrstar-with-lopsided-zinc-deals-2019-09-09

[25] https://www.reuters.com/article/nyrstar-idUSLDE60O05W20100125

[26] https://www.nyrstar.be/~/media/Files/N/Nyrstar-IR/shareholder-meetings/english/2014/nyrstar-annualreport13-en-30-april-2014.pdf page 6

[27] https://www.reuters.com/article/nystar-talvivaara-idUSL5N0MT1S320140401

[28] https://yle.fi/uutiset/3-7314614 ; https://www.nature.com/articles/s41598-017-11421-8 ; https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0269749118330860 ; https://yle.fi/news/3-6073841 ; https://yle.fi/news/3-6077504

[29] https://www.miningweekly.com/article/nyrstar-announces-a52m-tasmania-smelter-spend-appoints-ceo-2015-07-14/rep_id:3650

[30] https://www.businesstimes.com.sg/companies-markets/trafigura-scores-metals-deal-with-nyrstar-as-noble-contract-ends?close=true ; https://www.reuters.com/article/nyrstar-zinc-marketing-idUSL3N15K2L9

[31] https://www.reuters.com/article/us-nystar-noble-idUSBRE99006J20131001

[32] https://www.reuters.com/article/us-nystar-noble-idUSBRE99006J20131001

[33] https://www.imago-images.de/st/0084420189

[34] https://www.bloomberg.com/news/articles/2005-07-17/the-rich-boys ; https://www.afr.com/politics/the-rich-boys-20050730-jkj0z ; https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-02-24/former-glencore-director-says-he-flew-the-world-with-bag-of-cash ; https://www.globalwitness.org/en/blog/cool-runnings-commodity-traders-capital/

[35] https://www.metalbulletin.com/Article/2073567/Search-results/Trafigura-lost-Nyrstar-deal-without-a-seat-at-negotiating-table.html

[36] https://ec.europa.eu/competition/mergers/cases/decisions/m7779_1127_3.pdf

[37] https://www.trafigura.com/media/1205/2015_trafigura_interim_report_en.pdf p.3

[38] https://www.ft.com/content/d4d631a4-7582-11e4-b1bf-00144feabdc0 ; https://www.swissinfo.ch/eng/bloomberg/nyrstar-explores-trading-house-deals-after-trafigura-lifts-stake/41256752 ; https://www.ft.com/content/d4d631a4-7582-11e4-b1bf-00144feabdc0

[39] https://www.fastmarkets.com/insights/milling-about-katsiouleris-out-as-nyrstar-merges-marketing-with-operations ; https://www.metalbulletin.com/Article/3632543/Search-results/METALS-PEOPLE---Florent-Schreiber-leaves-Nyrstar.html

[40] https://www.swissinfo.ch/eng/bloomberg/nyrstar-explores-trading-house-deals-after-trafigura-lifts-stake/41256752

[41] https://www.nyrstar.be/~/media/Files/N/Nyrstar-IR/shareholder-meetings/english/2020/30-june/nyrstar-30-june-2020-agm-minutes-english-v1.pdf

[42] https://www.nyrstar.be/~/media/Files/N/Nyrstar-IR/shareholder-meetings/english/2020/30-june/written-questions-and-answers-en.pdf ; https://www.nyrstar.be/~/media/Files/N/Nyrstar-IR/shareholder-meetings/english/2020/30-june/written-questions-and-answers-en.pdfhttps://www.globenewswire.com/news-release/2015/03/13/1628791/0/en/Nyrstar-Update-on-the-zinc-streaming-agreement-with-Talvivaara.html

[43] https://www.businesstimes.com.sg/companies-markets/trafigura-scores-metals-deal-with-nyrstar-as-noble-contract-ends?close=true

[44] https://www.metalbulletin.com/Article/3444277/Search-results/Nyrstar-board-will-recommend-one-of-Trafiguras-nominees-as-agm-draws-closer.html ; https://www.metalbulletin.com/Article/3485223/Trafigura-increases-stake-in-Nyrstar-to-20.html ; https://www.metalbulletin.com/Article/3440537/Search-results/Trafigura-pushes-its-men-for-a-third-of-Nyrstars-board-seats.html ; https://www.metalbulletin.com/Article/3448216/Search-results/Trafigura-nominee-Konig-the-challenges-facing-Nyrstar.html

[45] https://www.globenewswire.com/news-release/2015/07/13/1628836/0/en/Nyrstar-Announces-New-CEO.html

[46] https://www.nyrstar.be/~/media/Files/N/Nyrstar-IR/results-reports-and-presentations/english/2019/written-questions-submitted-by-shareholders-for-nnv-agm-june-2019-en.pdf

[47] https://www.ft.com/content/7d2025d6-8f72-11e5-a549-b89a1dfede9b

[48] https://www.flickr.com/photos/trafigura_images/20093462468

[49] https://www.proactiveinvestors.com/companies/news/104840/emed-minings-top-two-depart-as-trafigura-backs-us30mln-bridging-loan-59010.html

[50] https://www.metalbulletin.com/Article/3413402/Trafigura-Xiangguang-and-Orion-grant-30m-bridge-loan-to-Emed.html ; https://www.proactiveinvestors.com/companies/news/104840/emed-minings-top-two-depart-as-trafigura-backs-us30mln-bridging-loan-59010.html ; https://www.trafigura.com/media/1205/2015_trafigura_interim_report_en.pdf p. 17

[51] https://www.swissinfo.ch/eng/bloomberg/nyrstar-explores-trading-house-deals-after-trafigura-lifts-stake/41256752

[52] https://atalayamining.com/about-us/#milestones

[53] https://www.tijd.be/ondernemen/grondstoffen/trafigura-krijgt-nooit-controle-over-nyrstar/9729353.html

[54] https://www.reuters.com/article/us-nyrstar-ceo-idUSKBN1422CP

[55] https://www.nyrstar.be/~/media/Files/N/Nyrstar-IR/results-reports-and-presentations/english/2015/balance-sheet-strengthening-presentation-final.pdf p. 9, 10, 11

[56] https://otp.tools.investis.com/clients/fi/nyrstar1/omx/omx-story.aspx?cid=250&newsid=61169&culture=en-US

[57] https://www.nyrstar.be/~/media/Files/N/Nyrstar-IR/results-reports-and-presentations/english/2015/balance-sheet-strengthening-presentation-final.pdf p.10

[58] https://miningdataonline.com/property/64/Myra-Falls-Mine.aspx

[59] https://www.nyrstar.be/~/media/Files/N/Nyrstar-IR/shareholder-meetings/english/2020/30-june/written-questions-and-answers-en.pdf p- 22

[60] https://www.globenewswire.com/news-release/2016/12/21/899400/0/en/Nyrstar-Completion-of-the-El-Mochito-mine-sale-for-a-total-cash-consideration-of-USD-0-5-million.html ; https://www.metalbulletin.com/Article/3587718/Nyrstar-to-sell-El-Mochito-mine-to-Morumbi-Resources-enters-offtake-deal.html

[61] https://www.metalbulletin.com/Article/3598589/Nyrstar-completes-sale-of-El-Toqui-zinc-lead-gold-mine-for-25m.html

[62] https://www.fasken.com/en/solution/clientwork/2016/06/nyrstar-nv-completes-sale-of-el-toqui-mine

[63] https://www.globenewswire.com/news-release/2016/12/20/898991/0/en/Nyrstar-Announces-Sale-of-Coricancha.html ; https://www.metalbulletin.com/Article/3729723/Nyrstar-completes-sale-of-Coricancha-mine-in-Peru.html

[64] https://www.miningmetalnews.com/20190803/241/nyrstar-sale-its-campo-morado-mine-mexico-completed

[65] https://www.metalbulletin.com/Article/3725118/Nyrstar-completes-sale-of-Campo-Morado-zinc-mine-for-20m.html

[66] https://www.mining-technology.com/news/newsnyrstar-announces-sale-of-contonga-mine-to-glencore-subsidiaries-5699288/ ; https://www.miningmetalnews.com/20190803/459/nyrstar-completed-sale-contonga-mine

[67] https://www.mining-technology.com/news/newsgreat-panther-to-buy-coricancha-mine-in-peru-from-nyrstar-5702993/

[68] Trafigura Group Pte Ltd 2020 Annual Report, pages 26, 103

[69] https://www.metalbulletin.com/Article/3485223/Trafigura-increases-stake-in-Nyrstar-to-20.html

[70] https://www.ft.com/content/7d2025d6-8f72-11e5-a549-b89a1dfede9b

[71] https://www.metalbulletin.com/Article/3448891/Search-results/Nyrstar-cuts-zinc-production-outlook-for-2015.html

[72] https://www.ft.com/content/b105452a-cb3b-11e5-a8ef-ea66e967dd44 ; https://www.globenewswire.com/news-release/2016/02/04/1628896/0/en/Nyrstar-2015-Full-Year-Results.html

[73] https://www.ft.com/content/b105452a-cb3b-11e5-a8ef-ea66e967dd44 ; https://www.globalcapital.com/article/28my0k78z0rw5hpdgnlds/equity/troubled-nyrstar-misses-rights-issue-quorum-confident-for-january

[74] https://www.miningweekly.com/article/trafigura-accused-of-throttling-nyrstar-with-lopsided-zinc-deals-2019-09-09

[75] https://iceberg-research.com/2019/10/08/what-really-killed-nyrstar-nv-shareholders-have-a-strong-case-against-nyrstars-board-and-trafigura/

[76] https://www.ft.com/content/b105452a-cb3b-11e5-a8ef-ea66e967dd44

[77] https://www.businesstimes.com.sg/companies-markets/trafigura-scores-metals-deal-with-nyrstar-as-noble-contract-ends?close=true

[78] https://www.reuters.com/article/nyrstar-zinc-marketing-idUSL3N15K2L9

[79] https://www.businesstimes.com.sg/companies-markets/trafigura-scores-metals-deal-with-nyrstar-as-noble-contract-ends?close=true

[80] Nyrstar NV 2020 Annual Report revised September 27, 2019, page 100 of the marked copy version showing in red the revisions made

[81] https://www.tetratech.com/pt/projects/minas-de-chinchan-contonga-e-huallanca-no-peru

[82] https://www.metalbulletin.com/Article/3772663/EXCLUSIVE-Glencore-loses-out-to-Trafigura-worlds-biggest-zinc-deal-sliced-in-2019.html

[83] https://www.metalbulletin.com/Article/3772663/EXCLUSIVE-Glencore-loses-out-to-Trafigura-worlds-biggest-zinc-deal-sliced-in-2019.html

[84] https://www.metalbulletin.com/Article/3772663/EXCLUSIVE-Glencore-loses-out-to-Trafigura-worlds-biggest-zinc-deal-sliced-in-2019.html

[85] https://www.globenewswire.com/news-release/2018/09/20/1573940/0/en/Nyrstar-Adverse-market-conditions-to-impact-Nyrstar-s-Q3-2018-earnings.html

[86] https://www.nyrstar.be/~/media/Files/N/Nyrstar-IR/results-reports-and-presentations/english/2019/2018-full-year-consolidated-financial-statements-en.pdf

[87] https://www.nyrstar.be/~/media/Files/N/Nyrstar-IR/results-reports-and-presentations/english/2019/2018-full-year-consolidated-financial-statements-en.pdf

[88] https://seekingalpha.com/article/4215996-nyrstars-nyrsf-ceo-hilmar-rode-on-q3-2018-results-earnings-call-transcript

[89] https://www.metalbulletin.com/Article/3845289/Trafigura-strengthens-grip-on-Nyrstars-Port-Pirie-with-liquidity-bridging-loan-deal.html

[90] Nyrstar’s Shareholders’ meeting, 25 Giugno 2019: https://www.nyrstar.be/~/media/Files/N/Nyrstar-IR/results-reports-and-presentations/english/2019/shareholders-meeting.PDF p.19

[91] https://iceberg-research.com/2019/10/08/what-really-killed-nyrstar-nv-shareholders-have-a-strong-case-against-nyrstars-board-and-trafigura/

[92] https://www.tijd.be/ondernemen/grondstoffen/top-nyrstar-liquiditeit-blijft-extreem-krap/10139850.html ; https://wallmine.com/euronext/nyr/officer/2026678/martyn-konig

[93] Nyrstar’s Shareholders’ meeting, 25 Giugno 2019: https://www.nyrstar.be/~/media/Files/N/Nyrstar-IR/results-reports-and-presentations/english/2019/shareholders-meeting.PDF p.11

[94] https://www.metalbulletin.com/Article/3836086/Search-results/EUROPEAN-MORNING-BRIEF-0310-LME-nickel-edges-up-rest-weaker-zinc-TCs-hit-25-year-high-global.html

[95] https://www.miningweekly.com/article/trafigura-accused-of-throttling-nyrstar-with-lopsided-zinc-deals-2019-09-09

[96] https://iceberg-research.com/2019/10/08/what-really-killed-nyrstar-nv-shareholders-have-a-strong-case-against-nyrstars-board-and-trafigura/

[97] https://www.nyrstar.be/~/media/Files/N/Nyrstar-IR/results-reports-and-presentations/english/2019/shareholders-meeting.PDF

[98] https://www.reuters.com/article/us-nyrstar-trafigura-lawsuit/nyrstar-shareholders-to-sue-commodities-trader-trafigura-for-1-6-billion-idUSKBN1WR04N

[99] https://www.globenewswire.com/news-release/2019/02/25/1741194/0/en/Nyrstar-announces-resignation-of-director.html

[100] https://investingnews.com/daily/resource-investing/base-metals-investing/zinc-investing/nyrstar-shareholders-lawsuit-against-trafigura/

[101] https://4d5df39e-28fc-4fec-aee6-e82b9e137219.filesusr.com/ugd/a6d8ea_c0d8b55f3d8e4d58bc121aa9ab6cfaa7.pdf

[102] https://www.nyrstar.be/~/media/Files/N/Nyrstar-IR/results-reports-and-presentations/english/2019/2018-full-year-consolidated-financial-statements-en.pdf

[103] https://www.fsma.be/en/news/warning-fsma-regarding-general-meeting-nyrstar

[104] https://www.fsma.be/en/news/warning-fsma-regarding-general-meeting-nyrstar

[105] https://4d5df39e-28fc-4fec-aee6-e82b9e137219.filesusr.com/ugd/a6d8ea_c0d8b55f3d8e4d58bc121aa9ab6cfaa7.pdf

[106] https://www.nyrstar.be/~/media/Files/N/Nyrstar-IR/results-reports-and-presentations/english/2019/2018-full-year-consolidated-financial-statements-en.pdf

[107] https://www.nyrstar.be/~/media/Files/N/Nyrstar-IR/results-reports-and-presentations/english/2019/2018-full-year-consolidated-financial-statements-en.pdf

[108] https://www.spglobal.com/marketintelligence/en/news-insights/trending/ywfv5tyr4kvu5rwf0zwx9q2

[109] https://investingnews.com/daily/resource-investing/base-metals-investing/zinc-investing/nyrstar-shareholders-lawsuit-against-trafigura/ ; https://4d5df39e-28fc-4fec-aee6-e82b9e137219.filesusr.com/ugd/a6d8ea_c0d8b55f3d8e4d58bc121aa9ab6cfaa7.pdf

[110] https://www.spglobal.com/marketintelligence/en/news-insights/trending/ywfv5tyr4kvu5rwf0zwx9q2

[111] https://www.nyrstar.be/en/investors/restructuring/summary-of-ongoing-proceedings

[112] https://worldbatterynews.com/trafigura-joint-venture-nala-renewables-kickstarts-investments-with-battery-p609-165.htm

[113] Trafigura Group Pte Ltd 2020 Annual Report, pages 26, 103

[114] https://www.spglobal.com/platts/en/market-insights/latest-news/metals/101321-zinc-producer-nyrstar-cuts-output-by-up-to-50-at-three-european-smelters-on-energy-price-surge

[115] https://www.reuters.com/article/us-books-authors-ammann-idUKTRE61G25O20100217

[116] https://www.nyrstar.com/resource-center/press-releases/trafigura-publishes-2021-annual-results-showing-a-record-performance-with-the-company-well-positioned-for-future-growth

[117] https://www.nyrstar.com/resource-center/press-releases/trafigura-announced-to-invest-up-to-30-million-euros-to-develop-a-battery-energy-storage-system-bess-at-nyrstars-balen-site-in-belgium

[118] https://www.nyrstar.be/~/media/Files/N/Nyrstar-IR/results-reports-and-presentations/english/2019/2019-04-15-nyrstar-presentation.pdf

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran