paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

65 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 nov. 2021

Dmitryi Mazepin, le premier oligarque de Londongrad

L'histoire d'un oligarque biélorusse peu connu, mais dont la carrière est paradigmatique de l'échec de l'économie de transition entre l'Union soviétique et la Fédération de Russie.

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a des oligarques célèbres, protagonistes d'affrontements avec le Kremlin, ayant derrière eux des condamnations pénales et obligés de quitter la Russie pour sauver leur vie et leurs biens, comme Roman Abramovic, Oleg Deripaska, Boris Berezovsky, Mikhail Khodorkovsky et d'autres[1] - des hommes célèbres pour le luxe dans lequel ils vivent et qui, pour la plupart, occupent des résidences princières dans une partie de Londres qui, en raison de leur présence (et de celle de leurs gardes du corps) est appelée Londongrad[2].

En revanche, Dmitriy Mazepin, qui occupait en 2010 la 70e place sur la liste des millionnaires russes, avec une fortune estimée à 950 millions de dollars[3], et qui trois ans plus tard était passé à la 33e place avec le chiffre de 3,2 milliards de dollars[4], n'a pas émigré en Angleterre, même s'il a disparu de la scène publique[5], et des Mazepin on ne connaît aujourd'hui que les exploits de son fils, pilote de Formule 1[6]. Mais c'est Mazeèin qui est arrivé le premier à Londres, quand les autres étaient encore en train de se battre d'abord avec Boris Eltsine, puis avec Vladimir Poutine.

D'origine biélorusse, M. Mazepin est diplômé en 1985 de la prestigieuse académie militaire Souvorov de Minsk, puis a servi dans les services de renseignement soviétiques pendant la guerre d'Afghanistan[7]. Grâce à ses mérites, il a été autorisé en 1992 à passer un deuxième diplôme, en économie, à la faculté des relations économiques internationales de Moscou, qui était alors la porte d'entrée dans le service diplomatique[8]. Au fil des ans, il a continué à suivre des cours spécialisés, même après la fin de l'Union soviétique, et a conclu sa carrière universitaire à Saint-Pétersbourg en 2012 avec un diplôme en gestion pétrolière[9].

Il le doit en partie à sa belle, intelligente et très brillante épouse d'affaires, Elena Mazepina, mère de quatre enfants (dont deux de Dmitriy)[10] qui, à leur tour, font carrière : Nikita conduit en Formule 1[11], Anastasiya Mazepina a obtenu une bourse à la prestigieuse King's School de Canterbury et parle couramment plusieurs langues, dont l'italien[12], tandis que les plus jeunes, Stepan et Varvara, figurent parmi les meilleurs élèves de leur classe[13]. Mais la famille s'est effondrée : lorsqu'Elena a réalisé que l'empire de son mari ne reposait que sur des dettes et des faveurs accordées à Poutine et à de nombreux autres puissants, elle l'a quitté[14]. Aujourd'hui, Dmitriy vit dans un quartier résidentiel de Moscou avec Violetta Tyurkina[15], un top model de 23 ans, qu'il a rencontrée dans une discothèque d'Ibiza[16].

Elena Kaizer-Mazepina [17], quant à elle, diplômée en psychologie et ayant suivi plusieurs cours de spécialisation internationaux, a fondé (et dirige toujours) en 2009 l'Académie de la féminité d'Alina Mazepina[18], fondée sur une méthode de bien-être qui doit répondre à trois exigences : Elle a également créé, pour les étudiantes de son école, les marques Sante de la Russie (spa de luxe), Ogorod (café avec centre de beauté et parfumerie) et Children2+, une école spéciale pour les enfants géniaux[19].

Jusqu'en 2005, elle était également une icône de la pop, membre du groupe biélorusse Via Gra [20], et depuis lors, elle continue d'enseigner et de pratiquer une méthode de méditation avec musique de fond appelée ListenNotes[21] . Ses livres et publications sur l'Ayurveda et diverses disciplines bioéthiques la rendent plus célèbre aujourd'hui qu'elle ne l'était alors[22], et elle est donc invitée à donner des conférences lors de congrès scientifiques et de cours universitaires dans le monde entier[23].

Les années folles de la privatisation

Comme tous les oligarques, la fortune de M. Mazepin a commencé avec la privatisation des entreprises publiques après la fin de l'URSS. En 1992, Mazepin a fondé la compagnie d'assurance Infistrakh[24], qui a été fermée en 2015 pour fraude[25]. Entre 1993 et 1995, il est appelé à organiser le département du commerce international de la toute nouvelle banque commerciale Belarusbank et[26], lorsqu'il démissionne, les poches pleines d'argent et de garanties bancaires, il fonde la Bank Falcon à Moscou[27], dont il est également président du conseil d'administration[28], et la dirige jusqu'à un procès pour fraude, pour lequel la banque perd sa licence[29] en 2007 et est ensuite liquidée[30].

L'effondrement de Falcon a entraîné celui d'Infistrakh, qui était l'un des principaux actionnaires[31]. Dans le même temps, Belnafta, une compagnie pétrolière moscovite[32] dont les actionnaires sont Falcon Bank (49%), Infistrakh (49%) et Mazepin (2%)[33], a également fait faillite pour cause de banqueroute frauduleuse[34]. Enfin, la société financière Flora Moskwa a fait faillite. Sa liquidation durera jusqu'en 2016[35], et son effondrement sera un nouveau coup dur pour son actionnaire majoritaire, Infistrakh[36]. La société fera également l'objet d'une enquête car elle est soupçonnée de soutenir le terrorisme et le blanchiment d'argent par des bandes criminelles[37].

Dans un pays normal, cela aurait écourté la carrière de Mazepin. Mais il a été sauvé : il a été embauché comme cadre à Raznoimport, l'une des plus importantes entreprises sidérurgiques du pays[38]. Le géant Alfa Group lui confie la tâche de sauver certaines usines du groupe TNK et de résoudre la guerre interne par une purge ciblée - que Mazepin remporte en mettant à la porte les dirigeants liés au partenaire perdant, Viktor Paliy [39], ce qui lui vaut ses premières louanges parmi les amis de Poutine[40]. Aussi parce que l'un des compagnons de Mazepin dans ces aventures est Viktor Khmarin, un camarade de classe et ami fraternel du président[41]. Poutine et Khmarin sauvent Mazepin lorsque la police de Moscou découvre que, derrière Flora, se cache un actionnaire secret, la banque offshore TKB Mosprom Llc Ngerulmud (Micronésie), qui envoie illégalement 3 millions de dollars par mois de Russie via l'ambassade de Lettonie à Moscou[42].

En 1999, il fait un bond en avant : d'abord assistant, puis (à partir de 2002) puissant[43] adjoint de Vladimir Malin, le chef du RPRF (Russian Federal Property Fund), l'organe qui nomme les oligarques qui bénéficient des privatisations[44]. Dans le premier litige, concernant les chantiers navals de Krasnoye Sormovo, Mazepin, par une série de stratagèmes à la limite de la légalité, a réussi à faire en sorte que l'oligarque géorgien Kakha Bendukidze[45] reçoive l'ensemble de l'entreprise pratiquement gratuitement[46]. La même chose s'est produite les années suivantes avec la privatisation de 6 % du géant pétrolier Lukoil[47], puis avec la prise de participation dans les mines de charbon Kuzbassugol[48], et enfin avec la cession de Eastern Oil Company au groupe YUKOS[49].

De la RFPR à la naissance d'Uralchem

Les oligarques ont remercié Mazepin en l'élisant aux conseils d'administration des nouveaux géants de l'économie russe : Sibur Holding (contrôlée par Gazprom)[51], dont Mazepin a obtenu des garanties bancaires pour créer son propre groupe[52] ; le groupe Rosneft, la Novorossiysk Shipping Company et AK Transneft[53]. Dans chacun de ces postes, Mazepin a agi sans scrupules, souvent à la limite de la légalité[54]. Le gouvernement russe l'a placé aux côtés d'un autre manager qui a grandi en URSS et est devenu puissant grâce aux privatisations : Dmitryi Osipov, qui est depuis 2002 le directeur d'une société de négoce de pétrole, Sibur-Khimprom ZAO Perm[55] . Dès lors, Osipov a suivi Mazepin dans Khimprom, dans l'usine chimique de Kirovo-Chepetsk et, enfin, dans Uralchem et Uralkali[56] , avant de passer au groupe Avisma, qui produit du titane[57] .

Sibur est en difficulté car, en raison de l'effondrement mondial des prix des matières premières en 2002, elle perd 132 millions de dollars et se retrouve en crise de liquidités avec 1,54 milliard de dollars de dettes à court et moyen terme[58]. Mazepin accomplit le miracle de convaincre les banques créancières que lui et le PDG Alexander Ryazanov ont dépensé de l'argent pour moderniser et rationaliser les usines, pour construire une centrale électrique (nécessaire pour augmenter la production) et qu'à partir de maintenant les coûts de SIbur vont diminuer de près de la moitié[59].

Il a tenu ses promesses, a décidé de créer sa propre entreprise et, avec l'argent garanti par des amis, plus une somme indéterminée qu'il a gagnée grâce à la vente de la deuxième usine de pneus en Russie, l'usine de pneus YASHZ Yaroslavl[60], qui est passée de Sibur à la banque d'État VEB Vnesheconombank, il a commencé à acheter des branches de production de la société d'énergie gazière Sibérie-Oural et s'est préparé à fonder son propre empire[61].

En mars 2004, M. Mazepin a fondé Konstruktivnoe Bureau ZAO Moscow[62], qui a racheté des petites et moyennes entreprises chimiques, qui sont ensuite passées sous le contrôle de la holding Uralchem[63]. Konstruktivnoe Bureau est la propriété de Crimson Marketing Ltd. Tortola (99,36 %) et le fiduciaire Artemiy Andreevich Kochetkov[64], et restera actif jusqu'à la réalisation des plans d'acquisition de Mazepin en février 2009[65]. La collaboration avec Kochetkov se poursuit, puisque ce dernier administre 35 sociétés offshore (entre-temps liquidées) appartenant à Mazepin[66].

En quelques mois, Uralchem a racheté toutes les usines d'azote qui étaient jusqu'alors contrôlées par Gazprom, en premier lieu Mezhregiongaz[67] et AHK Agrochemical Corporation Azot ZAO, qui comprend l'énorme usine chimique de Kirovo-Chepetsk[68] . Azot est le plus important d'entre eux : fondé en 2000 à l'initiative de Mezhregiongaz et du groupe Interkhimprom, son pôle industriel produit divers engrais, de l'ammoniac et de nombreux autres produits chimiques destinés au marché mondial[69]. Avec quel argent, cela reste un mystère, car malgré le soutien, Mazepin et ses partenaires ne disposent pas des fonds nécessaires[70].

Selon les autorités russes, Mazepin a trompé Gazprom : "La holding Uralchem a été créée sur la base des actifs de AHK Azot"[72] (...). "Cet exemple montre clairement comment Mazepin a littéralement "inondé" Gazprom de hauts dirigeants loyaux, de sorte que ceux-ci, comme des bactéries nocives, ont commencé à détruire la structure du monopole gazier, afin que Mazepin puisse "couper" davantage de ses ressources pour lui-même"[73].

Le transfert s'est déroulé en une série d'étapes extrêmement opaques, à propos desquelles on a craint pendant des années que les enquêtes criminelles, entamées à Kirov[74], la ville où Azot était basée, ne défassent tout[75]. Mais Mazepin a maintenant des amis assez puissants, et certaines choses ne peuvent plus lui arriver. Son partenaire Nikolaï Gornovsky s'est installé à Londres, Mazepin est resté à Moscou, mais a commencé à acheter des biens immobiliers à Londres pour les Russes qui fuyaient[76]. Les autorités, en premier lieu la RFPR, ne font rien - et le chef de cette agence, Vladimir Malin[77], reçoit en cadeau quelques actions de Konstruktivnoe[78] .

Début 2005, Mazepin et Uralchem contrôlent la plus grande usine de plastiques fluorés d'Asie (KChKhK Kirovo-Chepetsk), 50,8 % de la plus grande usine d'organofluorés de Russie (Halogen)[79], sa société de négoce international de produits chimiques Techtrading ZAO Moscou[80], qui est d'abord transformée en holding puis fusionnée avec Berived Trading des îles Vierges[81]. Par l'intermédiaire de Konstruktivnoe, dans les mois qui suivent, toutes les actions de toutes les sociétés sont transférées directement sous le contrôle patrimonial de Mazepin[82], qui contrôle ainsi personnellement 25 % du marché chimique russe[83].

Avec l'argent qu'il gagnait, Mazepin a commencé à racheter des entreprises en difficulté, dans l'intention de les réhabiliter, en commençant par VMU Voskresensk Mineral Fertilizers[84] et en poursuivant avec Mineral Fertilizers Plant CJSC et Cypriot Assethill Holdings Ltd Nicosia[85] . Il est parvenu à les ramener à la rentabilité et à résoudre, de manière pas toujours transparente, tous les litiges liés à leurs activités antérieures, et les a regroupés au sein d'une nouvelle holding Uralchem fondée à Nicosie, sur l'île de Chypre[86]. Après des années de fidélité à la patrie, Mazepin commence lui aussi à faire sortir du pays les capitaux gagnés par l'activité de ses industries.

L'affaire Togliattiazot et l'affaire Uralkali

En 2007, Mazepin a lancé son attaque contre la société ToAZ Togliattiazot OJSC, et il l'a fait avec toute la force de son pouvoir, à tel point que le président de la société, Vladimir Makhlaï, s'est rendu à la police avec son fils Sergei et a dénoncé Mazepin pour avoir menacé sa vie[88]. La famille Makhlaï vit à Londres, et Sergueï est devenu citoyen des États-Unis[89]. En Russie, où il avait fait carrière à l'époque d'Eltsine, il n'est plus très populaire[90]. Mazepin l'a nié, et c'est tout[91].

La guerre entre Mazepin et Makhlai a duré jusqu'en 2012[92], lorsque la justice russe a condamné la direction de ToAZ pour fraude fiscale[93], que les Makhlai se sont cachés aux États-Unis[94] et que Mazepin a repris l'usine[95]. Les sociétés offshore par lesquelles les Makhlaï contrôlaient ToAZ (Bairiki Inc. Panama[96], Kamara Ltd. Gibraltar[97], Instantania Holdings Ltd. Tortola[98] et Trafalgar Developments Ltd. Hélier) dénoncent Mazepin devant le tribunal de Dublin, Mazepin dénonce les quatre sociétés devant le tribunal de Moscou, Les deux procédures ne sont pas encore conclues[99] .

En 2009, avec un prêt de la Sberbank de 5 milliards de roubles et une émission d'actions de la VTB Bank de 4,5 milliards de roubles, Uralchem Holdings achète 20 % d'Uralkali, la plus grande usine d'engrais de l'ancienne Union soviétique[100]. La société est le cœur de l'économie bélarussienne : le reste de sa propriété est réparti entre les oligarques Filaret Galchev et Anatoly Skurov[101], le politicien russe Mikhail Prokhorov (qui détient 27,09%)[102] et un ami de Poutine, Suleyman Kerimov, qui achète sa participation[103].

À ce stade, le président du Belarus, Alexandre Loukachenka, souhaite que la propriété d'Uralkali passe aux mains de ses amis les plus sûrs. Il a donc obtenu la condamnation, devant le tribunal de Minsk, de Kerimov (qui se cache en Angleterre), de son directeur général, Vladislav Baumgertner, qui devra passer les cinq prochaines années en résidence surveillée[104], et du directeur adjoint, Andrey Musikhin[105].

Les services secrets russes (FSB) enquêtent sur la légalité de certains accords secrets entre Mazepin et Lukashenka [106], mais la seule chose qu'ils obtiennent est la libération de Musikhin, qui a coopéré, après quoi ils clôturent l'enquête, tandis qu'Uralkali déplace son bureau central de vente en Suisse[107] et Mazepin, avec l'approbation du gouvernement bélarussien, en décembre 2020, devient le seul propriétaire d'Uralkali[108] .

L'affaire Chemezov et le débarquement en Afrique

Le 28 avril 2014, le lieutenant-colonel russe Sergey Chemezov, ainsi que six autres citoyens russes et 17 entreprises, ont été inscrits sur la liste noire du Département fédéral du Trésor américain (OFAC)[110] . La raison en est leur rôle dans la promotion, le financement et le soutien logistique de l'invasion de la Crimée par les milices pro-russes, qui ont arraché la péninsule à l'Ukraine[111]. La principale entreprise touchée par l'embargo est Rostec, dont le conseil d'administration comprenait autrefois Vladimir Poutine - une entreprise qui a ensuite été mise sur la liste noire de l'Union européenne[112]. En échange d'un soutien logistique après l'invasion, Rostec a obtenu un contrat du gouvernement russe pour la construction d'une centrale électrique conçue par Technopromexport, une société du groupe Rostec[113].

Chemezov appartenait à la même unité du KGB dans laquelle il a servi Poutine en Allemagne de l'Est et[114], pour cette raison, il a été nommé en 1999 président de l'usine d'armement Promexport et de l'usine de technologie militaire Rosoboronexport[115] . Rostec est née en 2007 de la fusion de ces deux usines[116]. M. Chemezov siège également au conseil d'administration de Rosneft et de Roscosmos [117]. En mars 2014, Mazepin lui a offert un siège au conseil d'administration d'Uralkali [118]. Dans le même temps, le Kremlin a discuté de la possibilité de faire entrer Rostec dans le capital de l'entreprise biélorusse[119] : ostensiblement pour freiner l'expansion de Mazepin, en réalité pour le sauver, car, à partir de 2010, le jouet s'est cassé, Uralchem a commencé à avoir des difficultés à rembourser ses dettes auprès des banques et, en raison d'une grave crise de liquidités, a fini au bord de la faillite[120] .

La tentative du Kremlin est motivée par la crainte de voir l'argent de Mazepin disparaître de Russie, puisqu'en 2009 la vente des engrais d'Uralchem a été transférée à la filiale lettone du groupe[121], et que Mazepin a demandé et obtenu un permis de séjour à Riga[122] . L'oligarque a été abandonné par sa femme, qui l'a accusé d'avoir un grave problème d'alcool et de perdre le contrôle de ses dépenses personnelles[123]. Ce qui est certain, c'est qu'en décembre 2011, la dette d'Uralchem avait atteint 930,8 millions de dollars[124]. Les choses ne vont pas mieux pour Uralkali, qui depuis dix ans ferme ses comptes avec des pertes se chiffrant en millions de dollars et[125], en 2018, a franchi le mur des 5,5 milliards de dollars, et s'est retrouvé pratiquement en état d'insolvabilité[126], se sauvant en vendant 10% à Sberbank [127].

Selon la loi russe, Uralchem aurait déjà dû être mise en liquidation en 2018, mais elle a négocié un accord de report de la dette qui a suspendu la décision de l'État[128] . Cet accord a été conclu malgré les soupçons des organismes d'État selon lesquels Mazepin, au lieu de rembourser ses dettes, tente de cacher le plus d'argent possible à l'étranger, de procéder à la fusion entre Uralchem et Uralkali, puis de laisser l'ensemble du groupe faire faillite[129].

Une série de désastres environnementaux

Uralchem n'est pas seulement une source de corruption et de pertes financières, c'est aussi un énorme destructeur d'environnement - un problème connu de la direction, largement hérité du système industriel de l'Union soviétique, et qui, surtout dans la région de Kirov, a toujours été une cause de protestation populaire et, au moment de la reprise de l'usine de Kirovo-Chepetsky, est devenu grave [131]: En 2005, les autorités sanitaires ont découvert que l'usine déversait depuis des années des excédents d'ammonium, du benzène et d'autres déchets toxiques dans la rivière Vyatka[132], ce qui provoquait l'empoisonnement des champs irrigués avec l'eau de la rivière[133].

Lorsque Mazepin a acheté KChKhK, en prétendant ne rien savoir, les contrôles ont été suspendus[134] et même un contrôle aléatoire ultérieur, conclu par des résultats macabres, a été ignoré, et Mazepin a pu continuer à travailler [135]. Aujourd'hui, outre la rivière Vyatka, le lac Prosnoye, dont la Vyatka est le principal affluent, a son fond recouvert de résidus chimiques[136]. Lorsque même l'eau potable a commencé à être empoisonnée, les habitants de Kirov sont descendus dans la rue contre Mazepin et l'usine[137].

Mais les choses continuent d'empirer : un nouveau directeur général, Sergei Drinevsky[138], est nommé, et il commence à cacher au public même les accidents mortels causés par la détérioration des usines[139] : Mazepin n'a pas d'argent pour moderniser quoi que ce soit, les machines explosent souvent, et l'incidence des cancers respiratoires dans toute la région ne cesse d'augmenter[140]. Cette fois, il y a eu des procès civils : chaque personne lésée par la catastrophe écologique s'est vu attribuer 9000 roubles (un peu plus de 100 euros) de dommages et intérêts[141] .

Dans la procédure pénale, qui a débuté en 2014, Drinevsky a été choisi comme bouc émissaire, il a été licencié, le procès contre lui n'est pas encore terminé[142] . Mais dans la zone de l'usine VMU Voskresensk Mineral Fertilizers, également dirigée par Drinevsky, plusieurs entrepôts de stockage de déchets toxiques complètement inadaptés et abandonnés ont été découverts[143] . Dès que la nouvelle s'est répandue, les citoyens de Voskresensk sont descendus dans la rue pour protester[144]. Il s'ensuivit une nouvelle enquête criminelle qui n'aboutit à rien, jusqu'à ce que l'on découvre que les responsables des autorités sanitaires locales avaient été soudoyés et que les résultats des tests chimiques avaient été falsifiés pour étouffer l'affaire[145]. Il n'y a rien à faire : Uralchem contrôle non seulement les deux usines, mais aussi une grande partie des biens immobiliers de la ville et est si puissant qu'il nomme les membres des bureaux municipaux et les hauts responsables de la police et de la politique[146].

Heureusement, la justice a poursuivi son enquête et a pu prouver qu'Uralchem avait versé pendant des années des pots-de-vin au maire de Voskresensk, Yuri Sleptsov, par le biais d'un système complexe dans lequel ESKMO, une entreprise publique administrée par Sleptsov[148], recevait une participation dans une entreprise de Mazepin, OOO Uralkhimtrans, et celle-ci était ensuite rachetée à un prix exorbitant, en créant de nouvelles filiales plus ou moins fictives[149]. Au même moment, une autre entreprise publique active dans la région de Voskresensk, MUP SEZ Housing and Utilities, a été vendue à Mazepin et a fusionné avec Uralchem[150].

Le 20 juillet 2010, Sleptsov a été arrêté en train de recevoir une enveloppe contenant 200 000 roubles[151]. Un second pot-de-vin venait d'être versé pour financer l'équipe de hockey locale Khimik. Ces deux faits ont conduit à la condamnation de Sleptsov à payer une amende de 18,1 millions de roubles, ce qui correspond à environ 200 000 euros[152]. La personne qui a personnellement payé le pot-de-vin au nom d'Uralchem, le directeur du VMU, Murad Chaparov, a été licencié, mais a ensuite été embauché comme directeur de l'usine Uralchem à Azot[153].

Nazepin a un autre ami important à Kirov : le gouverneur Nikita Belykh, qui, au plus fort des difficultés d'Uralchem en 2011, a signé un accord de coopération entre l'Oblast de Kirov et Uralchem pour 200 millions de roubles, en échange de quoi Uralchem a construit un jardin d'enfants, 90 nouveaux appartements et installé des caméras de police dans les mauvais quartiers de Kirovo-Chepetsk[154]. En 2009, le gouverneur a bloqué une enquête pénale contre la direction d'Uralchem pour avoir pollué la rivière Kama avec ses usines Promkanal OJSC Bereznyaki et Silvinit JSC Perm[155].  Dès lors, une grande partie de la population a commencé à croire que le gouverneur figurait également sur la liste de paie de Mazepin[156], notamment parce que, avec le soutien du gouverneur et de l'oligarque Alexandre Lebedev[157], Mazepin avait été élu représentant de Kirov à la Douma - le parlement fédéral russe[158].

La carrière politique de M. Mazepin a pris fin peu après, lorsqu'on a découvert qu'il finançait (bien qu'il ait été élu sur les listes de Russie Unie) le parti d'opposition Russie Juste[159], le parti libéral de Lettonie, dirigé par l'ancien maire de Riga Nil Ushakov, et le parti néo-fasciste letton "Visu Latvijai !" (Tout pour la Lettonie !). (Tout pour la Lettonie !) de Raivis Dzintars[160] . M. Mazepin a démissionné de la Douma, s'est installé en Lettonie, a promis d'acheter le FC Skonto Riga et a également transféré la société holding d'Uralchem[161] . Peu après, le conseil municipal de Riga lui accorde une concession pour la construction d'un terminal logistique pour produits chimiques, le SIA Riga Rigafertilizer Terminal[162] . La justice russe a arrêté Belykh en juin 2016 alors qu'il tentait d'expatrier 24 millions de roubles (environ 400 000 €) et, en 2018, l'a condamné pour corruption à 8 ans de prison et à une amende de 48,2 millions de roubles[163].

Uralchem franchit la frontière

Une fois qu'Uralchem a quitté la Russie pour la Lettonie, elle a commencé à reprendre de l'altitude et à investir sus cala global. En octobre 2019, elle signe un contrat, avec les Angolais de Grupo Opaia SA, pour construire une usine d'ammoniac en Angola qui sera capable de produire 1,2 million de tonnes par an, aura une valeur d'investissement de plus d'un milliard d'euros et sera construite en 2023[165] . Pour cette usine, Uralchem dispose déjà de contrats de réservation au Mozambique et, par le biais du port de Beita, en Zambie et au Zimbabwe[166].

Dans ce dernier pays, Mazepin a longuement négocié avec le président de l'époque, Emmerson Mnangagwa, pour l'acquisition du groupe Chemplex[167]. Peu après, des négociations ont également été entamées avec les gouvernements du Kenya, du Togo et de l'Éthiopie[168], et en décembre 2020, Uralchem avait atteint 750 000 tonnes d'engrais vendus sur le continent africain[169]. Ces derniers mois, des négociations ont également été entamées avec le gouvernement du Soudan[170].

Malgré cette expansion en Afrique, le pilier d'Uralchem en dehors de la Russie reste Belaruskali en Biélorussie. Là encore, les activités d'Uralchem ont été marquées par des scandales de corruption, notamment au sujet des 3 milliards de dollars bloqués sur un compte auprès de la Cyprus Bank et de la Laiki Bank, qui, selon la justice, seraient en possession de l'ancien chef du KGB à Minsk, Viktor Vegera, un homme lié au président Lukashenka[171]. À la fin de l'enquête, il a été découvert que l'argent avait été soustrait au fisc russe et appartenait à Mazepin, qui poursuit sa retraite de Russie[172] et tente donc d'acheter des faveurs non seulement en Lettonie, mais aussi au Belarus - par exemple en parrainant 200 bourses pour des étudiants de premier cycle particulièrement doués, afin de les empêcher, comme tous les meilleurs étudiants du pays, de quitter la mère patrie et de se rendre en Pologne pour échapper à la dictature[173].

En août 2020, Mazepin va plus loin, pariant sur la fin du régime de Loukachenka, et finance la création d'un comité pour le salut national de la Biélorussie[174], le Conseil d'affaires russo-biélorusse[175], qui avait été créé en 2012 et était resté inactif jusqu'à ce que Mazepin s'implique personnellement, entraînant dans l'aventure ses amis des principales entreprises russes (Rostec, Sberbank, VTB, Lukoil)[176].

Valery Tsepkalo, l'un des leaders de l'opposition bélarussienne, a accueilli avec enthousiasme la création du nouveau comité[177], mais la presse se méfie, car elle pense qu'il s'agit d'une manœuvre visant à garder le contrôle du Belaruskali même en cas de fin de régime[178], étant donné que Mazepin entretient également d'excellentes relations avec Lukashenka[179]. Mais l'oligarque russe a d'autres rêves : en septembre 2020, certaines sources journalistiques (Rambler News[180] , Livejournal[181] et Forbes[182] ) ont annoncé que Mazepin négocie la possibilité de présider un gouvernement de transition pro-russe après la chute de Lukashenka, et il le fait parce qu'il voit là sa grande chance de mettre la main sur l'argent dont il aurait besoin pour payer ses dettes [183].

Le besoin de se sentir important

Dans cette situation, Mazepin lutte non seulement pour la survie de son empire, mais aussi pour son image. Il est humain de rechercher le succès pour combattre ses propres faiblesses, et il est évident que l'homme qui s'est surtout développé grâce à son intelligence, son ambition débridée et son absence de scrupules - ainsi que ses relations politiques et militaires - doit se sentir en crise : ce qu'il pensait avoir construit s'effrite, chez lui, son ex-femme lui a fait une terre brûlée dans les cercles intellectuels et ploutocratiques de Moscou, et sa fiancée de 23 ans ne suffit certainement pas à arranger les choses. Il essaie donc de faire en sorte que son fils aîné ait ce qu'il n'a pas pu avoir.

Depuis quelques années, Dmitriy sponsorise la passion de son fils pour la course automobile, en payant une voiture en Formule 2[185] et, après quelques années, en essayant de le faire entrer en Formule 1 en devenant sponsor de l'équipe Force India One et en proposant de l'acheter[186], une tentative qui a échoué car, en fin de compte, Mazepin a essayé de faire entrer son fils en Formule 1, même si Mazepin a tenté d'obtenir par une action en dommages et intérêts ce qu'il n'avait pas obtenu par les voies normales, il a convaincu les propriétaires de la licence indienne et, peu après, également ceux de Williams, avec qui l'oligarque biélorusse avait fait une nouvelle tentative, qu'il valait mieux éviter d'être lié à un homme d'affaires dont la situation financière était manifestement incertaine[187].

En octobre 2020, Mazepin a fait une nouvelle tentative avec l'équipe Haas Racing Team[188], mais elle ne s'est résumée qu'à un accord de parrainage avec Uralkali[189] , et il a immédiatement été question de la nomination de Nikita en tant que pilote officiel[190] - une nomination qui a été annulée après que le jeune homme a publié une vidéo sur Instagram dans laquelle il maltraitait une fille qui était montée dans sa voiture[191], et une pétition, signée par 46 000 personnes, a été présentée parmi les fans d'automobile pour demander l'exclusion de Nikita Mazepin de la Formule 1[192] . Entre-temps, il s'est lancé dans la compétition, mais avec des résultats extrêmement décevants[193], s'écrasant contre un arbre lors de sa première course[194].

C'est pourquoi il nous a semblé juste de dresser le portrait de cette figure trop subtile dans le monde des oligarques russes - un homme qui, comme beaucoup, a grandi dans les années Eltsine au mépris de toutes les lois du marché, grâce aux apparats de l'État, un jour laissé seul à la tête d'un empire industriel, en acceptant les compromis et en utilisant tous les moyens, et utilisant tous les moyens, légaux ou illégaux, pour devenir très riche et célèbre, ne reste finalement à flot que grâce au premier investissement qu'il a fait, celui que sa femme lui a conseillé, il y a trente ans, d'acheter un bien immobilier dans ce qui deviendra plus tard Londongrad, et qui lui assure aujourd'hui un revenu sûr au-delà de son incapacité entrepreneuriale.

[1] https://web.archive.org/web/20180130115317/https://assets.bwbx.io/documents/users/iqjWHBFdfxIU/rJRW6xrdtLJE/v0 ; https://assets.bwbx.io/documents/users/iqjWHBFdfxIU/rJRW6xrdtLJE/v0

[2] Mark Hollingsworth, Stewart Lansley, “Londongrad: from Russia with cash”, Harper & Collins, London 2010

[3] https://www.newsler.ru/economics/2010/04/30/mazepin1

[4] 2013.07.02 Russian Newspaper, Chemistry Lessons: What allowed the giant of the domestic industry to survive and become an industry leader – see also: https://rg.ru/2013/07/02/blagotvoritelnost.html

[5] Forbes https://www.forbes.ru/profile/dmitrii-mazepin

[6] https://www.espn.com/f1/story/_/id/30421021/who-nikita-mazepin-why-did-get-2021-haas-drive

[7] Bio at http://rucompromat.com/persons/mazepin_Dmitrij

[8] https://www.uralchem.ru/about/leadership/

[9] http://rucompromat.com/persons/mazepin_Dmitrij

[10] https://www.kp.ru/daily/24597.3/763966/

[11] https://www.rbc.ru/society/01/02/2016/56af7c5d9a7947478fb64de4 ; https://www.forbes.ru/profile/dmitrii-mazepin

[12] https://www.tatler.ru/tatlers-debutante-ball/anastasiya-mazepina-na-balu-debyutantok-tatler

[13] https://www.tatler.ru/tatlers-debutante-ball/svetskaya-moskva-na-balu-debyutantok-tatler/gallery/13383/226340

[14] https://www.tatler.ru/tatlers-debutante-ball/anastasiya-mazepina-na-balu-debyutantok-tatler

[15] https://red-nadia.livejournal.com/924189.html ; https://ru.sm.news/vice-miss-rossiya-2018-mogla-samoizolirovatsya-iz-za-koronavirusa-55717/

[16] http://www.bolshoyvopros.ru/questions/2919240-violetta-tjurkina-skolko-let-biografija-kakoj-rost-kakie-dostizhenija.html

[17] https://whoiswhopersona.info/archives/59138

[18] https://www.kp.ru/daily/24597.3/763966/

[19] https://organicwoman.ru/author/krasavceva/

[20] https://news.tut.by/culture/50183.html

[21] https://www.listennotes.com/podcasts/%D0%B8%D0%B4%D0%B8-%D0%BD%D0%B0%D0%BA%D1%83%D0%B9-%D1%81-%D0%B0%D0%BB%D0%BB%D0%BE%D0%B9-%D0%BA%D1%80%D0%B0%D1%81%D0%B0%D0%B2%D1%86%D0%B5%D0%B2%D0%BE%D0%B9-%D0%B0%D0%BB%D0%BB%D0%B0-%D0%BA%D1%80%D0%B0%D1%81%D0%B0%D0%B2%D1%86%D0%B5%D0%B2%D0%B0-XYAvJBFtfLD/

[22] Official web-site: https://zdorovierusskie.ru

[23] https://organicwoman.ru/author/krasavceva/

[24] http://rucompromat.com/persons/mazepin_Dmitrij

[25] https://www.insur-info.ru/orgsandcomps/846/ ; https://www.banki.ru/insurance/companies/infistrah/

[26] https://belarusbank.by/

[27] https://www.rbc.ru/companies/id/1037700023877-aktsionernyij-kommercheskij-bank-falkon-otkryitoe-aktsionernoe-obschestvo/

[28] https://www.forbes.ru/profile/dmitrii-mazepin

[29] https://www.banki.ru/banks/memory/bank/?id=389438

[30] https://www.cbr.ru/banking_sector/credit/coinfo/?id=450000477

[31] https://zachestnyibiznes.ru/company/ul/1037700023877_7711057310_AKB-FALYKON-OAO

[32] https://www.forbes.ru/profile/dmitrii-mazepin

[33] https://zachestnyibiznes.ru/company/ul/1077746862247_7713046071_BELNAFTA

[34] https://sbis.ru/contragents/7713046071/771301010

[35] https://www.kommersant.ru/doc/325826 ; https://www.cbr.ru/banking_sector/credit/coinfo/?id=450000688 ; https://zachestnyibiznes.ru/company/ul/1027739082425_7744000197_AO-KB-FLORA-MOSKVA

[36] https://focus.kontur.ru/search?query=%D0%98%D0%BD%D1%84%D0%B8%D1%81%D1%82%D1%80%D0%B0%D1%85&country=RU

[37] https://www.banki.ru/banks/memory/bank/?id=10688380 ; https://www.banki.ru/news/lenta/?id=10688150

[38] http://www.artus.ru/index.asp?rid=535 ; http://rucompromat.com/persons/mazepin_Dmitrij

[39] https://novayagazeta.ru/articles/2002/02/11/15780-privatizatsiya-privatizatorov ; https://www.rbc.ru/society/11/11/2020/5fac12c79a794797b6fca8e6 ; https://mosmonitor.ru/news/society/teni-proshlogo-ili-Dmitrija-mazepina

[40] http://rumafia.net/ru/dosje/179

[41] https://www.kommersant.ru/doc/351302

[42] https://www.kommersant.ru/doc/228712 ; https://lenta.ru/news/1999/10/25/latvia_nalog/ ; https://og.ru/articles/2012/07/12/33026

[43] https://novayagazeta.ru/articles/2002/02/11/15780-privatizatsiya-privatizatorov

[44] https://www.kommersant.ru/doc/325826 ; https://rg.ru/2013/07/02/blagotvoritelnost.html ; https://www.forbes.ru/profile/dmitrii-mazepin ; https://www.kommersant.ru/doc/310210

[45] In Russia, Bendukidze was known as an entrepreneur, in Georgia as a statesman, in Ukraine hopes for economic reforms were pinned on his name. Kakha Bendukidze died in London in November 2017 at the age of 58: https://www.rbc.ru/business/17/11/2014/5466085ecbb20f54d29e351d ; https://www.bbc.com/russian/international/2014/11/141114_bendukidze_georgia_minister_death

[46] PJSC Krasnoe Sormovo Plant (part of the United Shipbuilding Corporation) is one of the leading shipbuilding and machine-building enterprises in Russia. After a fifty-year pause, Krasnoe Sormovo returned to the construction of dredging vessels required for dredging operations in Russian ports; https://www.niann.ru/?id=24047 ; https://og.ru/articles/2012/07/12/33026

[47] 2013.07.02 Chemistry Lessons: What allowed the giant of the domestic industry to survive and become an industry leader; https://rg.ru/2013/07/02/blagotvoritelnost.html ; https://www.kommersant.ru/doc/325826 ; https://alumni.mgimo.ru/page/adaptive/news/6249/?ssoRedirect=true&ssoRedirect=true&ssoRedirect=true&ssoRedirect=true

[48] Nowadays called Severny Kuzbass Coal Company JSC Berezovskiy, Kemerovo region (part of TALTEK Group of Companies) http://www.kuzcoal.ru/index.php?lang=ru ; https://www.kommersant.ru/doc/325826 ; https://og.ru/articles/2012/07/12/33026 , https://ksonline.ru/nomer/ks/-/id/16784/

[49] https://versia.ru/kak-gosudarstvennye-lyudi-stanovyatsya-milliarderami

[50] https://globuc.com/news/uralchem-intends-to-spend-over-2-7-million-euro-on-nitrogen-ecology-projects/

[51] https://www.rbc.ru/economics/03/06/2002/5703bf1a9a7947afa08cd313

[52] https://og.ru/articles/2012/07/12/33026

[53] https://www.rbc.ru/economics/03/06/2002/5703bf1a9a7947afa08cd313

[54] https://versia.ru/kak-gosudarstvennye-lyudi-stanovyatsya-milliarderami

[55] https://www.newsko.ru/articles/nk-250024.html

[56] https://www.forbes.ru/profile/379165-Dmitrij-osipov

[57] http://www.vsmpo.ru/ru/ ; https://www.newsko.ru/news/nk-6343283.html

[58] http://oldtmt.vedomosti.ru/sitemap/free/2002/11/article/sibur-posts-132m-loss-but-says-all-is-in-order/242206.html

[59] http://oldtmt.vedomosti.ru/sitemap/free/2002/11/article/sibur-posts-132m-loss-but-says-all-is-in-order/242206.html

[60] https://www.kommersant.ru/doc/422277

[61] https://www.kommersant.ru/doc/422277

[62] https://zachestnyibiznes.ru/company/ul/1047796185722_7705588747_OOO-KONSTRUKTIVNOE-BYuRO ; https://oilcapital.ru/news/markets/30-10-2007/konstruktivnoe-byuro-konstruiruet-holdingi

[63] https://www.forbes.ru/profile/dmitrii-mazepin

[64] https://checko.ru/company/konstruktivnoe-byuro-1047796185722

[65] https://zachestnyibiznes.ru/company/ul/1047796185722_7705588747_OOO-KONSTRUKTIVNOE-BYuRO

[66] https://checko.ru/company/konstruktivnoe-byuro-1047796185722?extra=connections

[67] In September 2006, he was detained in the Airport of Frankfurt-am-Main, he was accused of selling the largest nitrogen fertilizer enterprise in Russia – Azot, owned by Gazprom, at a cheap price to “his” structures in 2002-2003. The damage, according to the investigation, amounted to 13.5 million rubles. They also wanted to find out from Gornovskiy why he needed 25.5 million rubles for a design project of a one-room apartment, which he borrowed from Gazprom for 20 years, – see more: https://www.newsru.com/finance/07Sep2006/gazsled.html ; http://www.finmarket.ru/news/523289

[68] https://lenta.ru/articles/2016/11/15/dinastiya/

[69] https://chepetsk.ru/news/2003-10-13.html

[70] http://rumafia.net/ru/dosje/179

[71] https://www.dw.com/de/leben-im-schatten-des-krieges/a-19527788

[72] http://rumafia.net/ru/dosje/179

[73] https://www.volga-tv.ru/news/ekonomika/2012/n-Dmitrij-Mazepin-i-ego-biznes-brigada/

[74] https://chepetsk.ru/news/2003-11-15.html

[75] https://novayagazeta.ru/articles/2003/02/10/19475-vnutrividovaya-borba-gosudarevyh-lyudey ; https://www.newsru.com/finance/07Sep2006/gazsled.html ; http://www.finmarket.ru/news/246085

[76] https://www.newsru.com/finance/18feb2003/gas.html ; https://versia.ru/kak-gosudarstvennye-lyudi-stanovyatsya-milliarderami ; http://rumafia.net/ru/dosje/179

[77] It is noteworthy that in the same 2004 Vladimir Malin lost his position. A criminal case was opened against him on charges of facilitating the receipt of state blocks of shares in favor of private individuals. All actions of Malin, according to the prosecutor's office, fell under two articles of the Criminal Code of the Russian Federation – commercial bribery, abuse of office – and dragged on for 7 years in prison. However, the judge sentenced Malin to four years of suspended imprisonment with a five-year probationary period: https://www.volga-tv.ru/news/ekonomika/2012/n-Dmitrij-Mazepin-i-ego-biznes-brigada/

[78] https://www.rusbonds.ru/enwsinf.asp?emit=6778&nid=469238 ; https://www.vedomosti.ru/library/news/2005/02/08/credit-prive-prodal-60-akcij-kirovo-chepeckogo-himkombinata-dmazepinu-za-150-mln ; https://www.volga-tv.ru/news/ekonomika/2012/n-Dmitrij-Mazepin-i-ego-biznes-brigada/

[79] https://expert.ru/ural/2005/09/09ur-upov1_65035/

[80] https://www.kommersant.ru/doc/549919

[81] https://www.rusprofile.ru/id/9315242

[82] https://alumni.mgimo.ru/page/adaptive/news/6249/?ssoRedirect=true&ssoRedirect=true&ssoRedirect=true&ssoRedirect=true

[83] https://alumni.mgimo.ru/page/adaptive/news/6249/?ssoRedirect=true&ssoRedirect=true&ssoRedirect=true&ssoRedirect=true

[84] https://www.uralchem.ru/about/assets/64/ ; http://www.compromat.ru/page_22589.htm

[85] https://versia.ru/biznesmen-dmitrij-mazepin-ishhet-podderzhki-u-mistikov-i-magov

[86] https://rb.ru/article/u-uralhima-nashelsya-vtoroy-sovladelets/6321977.html

[87] https://www.gazeta.ru/social/2020/08/25/13210891.shtml ; https://newizv.ru/news/economy/23-10-2019/doklad-imperiya-mazepina-zachem-vladeltsu-uralhima-nuzhen-tolyattiazot

[88] https://iz.ru/news/580508

[89] https://www.irishtimes.com/business/energy-and-resources/russia-raider-attack-case-makes-it-to-the-high-court-1.2864787

[90] https://news.rambler.ru/other/44778366-belorusskiy-gambit-s-sodovym-privkusom/ ; https://www.forbes.ru/news/232094-uralhim-obvinil-osnovnyh-aktsionerov-tolyattiazota-v-moshennichestve ; https://www.vedomosti.ru/newspaper/articles/2005/12/29/bolshoj-peredel

[91] https://www.gazeta.ru/business/news/2014/12/09/n_6727153.shtml

[92] https://www.forbes.ru/milliardery/419055-bitva-za-trubu-pochemu-vladelec-tolyattiazota-obvinyaet-uralhim-v-ispolzovanii

[93] https://www.forbes.ru/milliardery/419055-bitva-za-trubu-pochemu-vladelec-tolyattiazota-obvinyaet-uralhim-v-ispolzovanii

[94] https://versia.ru/kak-vladelec-uralxima-i-uralkaliya-dmitrij-mazepin-sognulsya-pod-nepodyomnoj-noshej

[95] https://mosmonitor.ru/news/society/teni-proshlogo-ili-Dmitrija-mazepina

[96] https://opencorporates.com/companies/pa/437918

[97] https://opencorporates.com/companies/gi/26942

[98] http://www.info-clipper.com/en/company/virgin-islands/instantania-holdings-ltd.vgdeb9dmh.html

[99] https://www.forbes.ru/milliardery/419055-bitva-za-trubu-pochemu-vladelec-tolyattiazota-obvinyaet-uralhim-v-ispolzovanii

[100] https://versia.ru/biznesmen-dmitrij-mazepin-ishhet-podderzhki-u-mistikov-i-magov

[101] https://novayagazeta.ru/news/2013/12/02/83197-osnovnoy-vladelets-171-uralhima-187-Dmitrij-mazepin-pokupaet-20-171-uralkaliya-187

[102] https://novayagazeta.ru/news/2013/12/20/86755-prohorov-kupil-27-aktsiy-171-uralkaliya-187-mazepin-151-20

[103] Minsk announced their intention to open a criminal case into billionaire Suleiman Kerimov, the major owner of the potash giant, in August 2013. The documents received by Belarus' Investigative Committee were sufficient for opening the case and putting Kerimov on the international wanted list. Kerimov was invited, along with Uralkali's chief executive Vladislav Baumgertner, to meet with Belarussian Prime Minister Mikhail Myasnikovich. However, Kerimov failed to attend the meeting. Baumgertner, who was arrested in Minsk hours after the meeting, faces three to 10 years in prison on charges of abuse of power: https://www.themoscowtimes.com/2013/08/29/belarus-to-prosecute-uralkali-owner-a27235 ; https://novayagazeta.ru/news/2013/12/20/86755-prohorov-kupil-27-aktsiy-171-uralkaliya-187-mazepin-151-20

[104] https://www.themoscowtimes.com/2013/11/12/uralchem-owner-mazepin-tipped-as-possible-uralkali-buyer-a29500 ; https://www.themoscowtimes.com/2013/12/11/uralkali-ceo-baumgertner-placed-under-house-arrest-a30382

[105] https://59.ru/text/criminal/2020/02/04/66478525/

[106] http://www.moscow-post.su/economics/sledovateli_podbirajutsja_k_mazepinu18065/

[107] https://www.themoscowtimes.com/2014/05/21/worlds-biggest-potash-producer-uralkali-bullish-despite-sanctions-a35629 ; https://versia.ru/kak-vladelec-uralxima-i-uralkaliya-dmitrij-mazepin-sognulsya-pod-nepodyomnoj-noshej

[108] https://novayagazeta.ru/news/2016/07/08/123112-prohorov-prodal-dolyu-v-uralkalii ; https://www.rbc.ru/business/02/12/2020/5fc73c509a79476a07f44320

[109] https://eng.agromassidayu.com/sergej-chemezov-glava-korporacii-rosteh-a-313590

[110] https://www.treasury.gov/resource-center/sanctions/OFAC-Enforcement/Pages/20140428.aspx?source=post_page

[111] https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/Pages/jl2369.aspx

[112] https://www.theguardian.com/world/2014/sep/12/europe-russia-sanctions-ukraine-kalashnikov

[113] https://www.consilium.europa.eu/media/21988/17022015-russia-sanctions-table-persons-and-entities.pdf

[114] https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/Pages/jl2369.aspx

[115] https://rostec.ru/en/about/controls/sergey_chemezov/

[116] https://rostec.ru/en/about/controls/sergey_chemezov/

[117] https://rostec.ru/en/about/controls/sergey_chemezov/ ; https://carnegie.ru/commentary/79714 ; https://www.marshallcenter.org/en/publications/security-insights/political-elite-under-putin-0 ; https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/Pages/jl2369.aspx

[118] https://www.reuters.com/article/russia-uralkali-board/russias-uralkali-elects-putin-ally-as-board-chairman-idUSL5N0MN3IM20140326

[119] https://www.reuters.com/article/russia-uralkali/update-1-russian-state-conglomerate-head-may-join-uralkali-board-sources-idUSL6N0LT2YA20140224

[120] https://mosmonitor.ru/news/society/teni-proshlogo-ili-Dmitrija-mazepina

[121] https://mosmonitor.ru/news/society/teni-proshlogo-ili-Dmitrija-mazepina

[122] http://perebezhchik.ru/person/mazepin-Dmitrij--arkadevich/

[123] https://mosmonitor.ru/news/society/teni-proshlogo-ili-Dmitrija-mazepina

[124] http://perebezhchik.ru/person/mazepin-Dmitrij--arkadevich/

[125] https://news.rambler.ru/other/44778366-belorusskiy-gambit-s-sodovym-privkusom/

[126] https://www.sberbank.com/ru/investor-relations/corporate-governance/sberbank-executive-board/president

[127] https://www.vedomosti.ru/business/articles/2018/12/06/788632-sberbank-uralkaliya ; https://versia.ru/biznesmen-dmitrij-mazepin-ishhet-podderzhki-u-mistikov-i-magov

[128] https://newizv.ru/news/economy/23-10-2019/doklad-imperiya-mazepina-zachem-vladeltsu-uralhima-nuzhen-tolyattiazot ; https://news.rambler.ru/other/44842004-kto-v-prezidenty-krayniy-belorussiyu-mozhet-vozglavit-skandalnyy-oligarh-iz-rossii/

[129] https://news.rambler.ru/other/44842004-kto-v-prezidenty-krayniy-belorussiyu-mozhet-vozglavit-skandalnyy-oligarh-iz-rossii/

[130] https://www.britannica.com/place/Vyatka-River

[131] https://www.volga-tv.ru/news/ekonomika/2012/n-Dmitrij-Mazepin-i-ego-biznes-brigada/

[132] As of 2012: For almost half a century, KChKhK dumped his industrial effluents, including radioactive ones, practically without treatment, into the floodplain of the Vyatka River. As a result, millions of tons of chemical and radioactive waste have accumulated in the area of ​​the Kirovo-Chepetsk industrial hub. – There are almost 12 million tons of waste in the landfill, – Sergey Altobaev, a giornalist from Kirovo-Chepetsk, explains, – These are heavy metal, compounds of ammonium nitrogen and mobile fluorine, almost half a million tons of radioactive waste and a million tons of mercury. As a result, 300 hectares of forests, floodplain lakes and swamps are polluted. "Chemistry" begins to penetrate into the main aquifer of the region – Vyatka… Unfortunately, the issues of accumulated environmental damage at the legislative level have not yet been resolved, see more: https://bellona.ru/2012/05/17/kirovo-chepetsk-othody-himicheskogo-kom/

[133] http://rumafia.net/ru/dosje/179

[134] https://www.volga-tv.ru/news/ekonomika/2012/n-Dmitrij-Mazepin-i-ego-biznes-brigada/

[135] http://rumafia.net/ru/dosje/179

[136] http://rumafia.net/ru/dosje/179

[137] http://www.ecoindustry.ru/news/view/22607.html

[138] Sergei Drinevsky has worked in all the companies of Uralchem Group, moving from one position to another. Since June 2007 untill October 2007 he was heading Kirovo-Chepetsky Chemical Combine, in November 2007 he was also appointed Managing Director – Director of the branch of URALCHEM Management Company LLC. See more https://chepetsk.ru/news/2011-07-08-2.html 2010 to 2011 – Director of the KChKhK branch of URALCHEM, OJSC in Kirovo-Chepetsk, and since April 2012 – see more: https://www.uralchem.ru/press/news/novye_naznacheniya_v_gruppe_uralkhim_4403/?SECT=corporate_events

[139] https://www.volga-tv.ru/news/ekonomika/2012/n-Dmitrij-Mazepin-i-ego-biznes-brigada/

[140] http://www.ecoindustry.ru/news/view/22607.html

[141] https://m.polit.ru/article/2010/06/18/khchk/

[142] https://chepetsk.ru/news/2014-05-26-2.html

[143] http://www.ecoindustry.ru/news/company/view/22955.html

[144] http://www.ecoindustry.ru/news/company/view/22955.html

[145] https://www.volga-tv.ru/news/ekonomika/2012/n-Dmitrij-Mazepin-i-ego-biznes-brigada/

[146] http://www.ecoindustry.ru/news/view/22607.html

[147] The Open Pit Of Voskresensk - English Russia

[148] https://www.volga-tv.ru/news/ekonomika/2012/n-Dmitrij-Mazepin-i-ego-biznes-brigada/

[149] https://www.volga-tv.ru/news/ekonomika/2012/n-Dmitrij-Mazepin-i-ego-biznes-brigada/

[150] https://www.volga-tv.ru/news/ekonomika/2012/n-Dmitrij-Mazepin-i-ego-biznes-brigada/

[151] https://www.volga-tv.ru/news/ekonomika/2012/n-Dmitrij-Mazepin-i-ego-biznes-brigada/

[152] https://www.volga-tv.ru/news/ekonomika/2012/n-Dmitrij-Mazepin-i-ego-biznes-brigada/

[153] https://www.volga-tv.ru/news/ekonomika/2012/n-Dmitrij-Mazepin-i-ego-biznes-brigada/

[154] https://www.uralchem.ru/press/news/predsedatel_soveta_direktorov_kompanii_uralkhim_Dmitrij_mazepin_vstretilsya_s_gubernatorom_kirovskoy_4413/?print=Y&SECT=corporate_events

[155] http://www.ecoindustry.ru/news/company/view/22903.html

[156] https://versia.ru/kak-gosudarstvennye-lyudi-stanovyatsya-milliarderami

[157] Businessman Alexander Lebedev, who came to the Kirov region in 2011 and became a deputy of the Sloboda District Duma, was included in the list of the most impoverished millionaires over the past 10 years, he lost $ 1.5 billion, roughly 3/4 of his fortune. At the end of 2019, Lebedev's fortune is estimated at less than $ 500 million. In the spring of 2015, he was deprived of his parliamentary powers in connection with the entry into force of the conviction: on September 16, 2011, while on the set of the NTV programs, Lebedev beat ex-head of Mirax Group Sergei Polonsky, inflicting two blows on the head on the air: https://www.newsler.ru/money/2020/01/09/eks-deputat-slobodskoj-rajonnoj-dumy-obednel-na-1-5-mlrd-dollarov

[158] http://www.zsko.ru/general/history/sostavs/index.php?ID=10515 ; https://www.forbes.ru/profile/dmitrii-mazepin

[159] https://www.infox.ru/news/229/97612-vladelec-uralhima-dmitrij-mazepin-finansiruet-rossijskuu-nesistemnuu-oppoziciu ; https://mosmonitor.ru/news/society/teni-proshlogo-ili-Dmitrija-mazepina

[160] https://www.infox.ru/news/229/97612-vladelec-uralhima-dmitrij-mazepin-finansiruet-rossijskuu-nesistemnuu-oppoziciu

[161] https://m.infox.ru/news/84/96932-vladelec-uralhima-i-goluboe-lobbi-latvii

[162] https://mosmonitor.ru/news/society/teni-proshlogo-ili-Dmitrija-mazepina ; https://m.infox.ru/news/84/96932-vladelec-uralhima-i-goluboe-lobbi-latvii

[163] https://www.rbc.ru/rbcfreenews/5fad42af9a794719c6afa911

[164] https://www.herald.co.zw/ofac-using-chemplex-zfc-as-scapegoats/

[165] https://www.uralchem.ru/press/news/URALKHIMpodvelitogiuchastiyavforumeRossiyaAfrika/?SECT=corporate_events

[166] https://www.uralchem.ru/press/news/URALKHIMpodvelitogiuchastiyavforumeRossiyaAfrika/?SECT=corporate_events

[167] https://www.uralchem.ru/press/news/URALKHIMpodvelitogiuchastiyavforumeRossiyaAfrika/?SECT=corporate_events

[168] https://www.uralchem.ru/press/news/URALKHIMpodvelitogiuchastiyavforumeRossiyaAfrika/?SECT=corporate_events

[169] https://news.rambler.ru/army/45353542-uralhim-i-uralkaliy-uvelichili-postavki-v-afriku-v-pyat-raz/

[170] https://www.uralchem.ru/press/news/URALKHIMiUralkaliynachnutpostavkiudobreniyvSudanv2021godu/?SECT=corporate_events

[171] https://novayagazeta.ru/articles/2013/04/10/54268-batkin-ofshor

[172] https://novayagazeta.ru/articles/2013/04/10/54268-batkin-ofshor

[173] https://www.rbc.ru/society/11/11/2020/5fac12c79a794797b6fca8e6

[174] https://www.rbc.ru/business/13/08/2020/5f35a79a9a79470ec9f5474c

[175] http://rus-blr.tpprf.ru/ru/

[176] http://rus-blr.tpprf.ru/ru/members/ ; https://www.rbc.ru/business/13/08/2020/5f35a79a9a79470ec9f5474c?

[177] https://www.rbc.ru/rbcfreenews/5f36cd3c9a79478f962822cf

[178] https://www.atlanticcouncil.org/blogs/ukrainealert/sanctions-against-belarus-must-also-target-russia/

[179] https://www.ft.com/content/ff018cb2-5742-11e3-9624-00144feabdc0 ; https://www.ft.com/content/3da9dbd2-527e-11e3-a73e-00144feabdc0

[180] https://news.rambler.ru/other/44842004-kto-v-prezidenty-krayniy-belorussiyu-mozhet-vozglavit-skandalnyy-oligarh-iz-rossii/

[181] https://skurlatov.livejournal.com/6057162.html

[182] https://www.forbes.ru/biznes/408609-tam-tochno-budet-novyy-prezident-kak-uchastniki-spiska-forbes-reagiruyut-na-sobytiya-v

[183] https://news.rambler.ru/other/44842004-kto-v-prezidenty-krayniy-belorussiyu-mozhet-vozglavit-skandalnyy-oligarh-iz-rossii/

[184] https://www.reddit.com/r/formula1/comments/mlxzcd/oc_nikita_mazepin_is_the_first_driver_ever_to/

[185] https://www.bbc.com/russian/news-55163862

[186] https://www.rbc.ru/society/01/02/2016/56af7c5d9a7947478fb64de4

[187] https://www.grandprix247.com/2018/09/27/mazepin-company-sues-force-india-administrators/

[188] https://www.planetf1.com/news/dmitry-mazepin-haas-buyout/

[189] https://www.espn.com/f1/story/_/id/30421021/who-nikita-mazepin-why-did-get-2021-haas-drive

[190] http://www.nikitamazepin.com

[191] https://www.instagram.com/nikita_mazepin/ ; https://www.bbc.com/russian/news-55249540

[192] https://www.change.org/p/fia-remove-nikita-mazepin-from-formula-1

[193] https://www.racefans.net/2021/05/02/mazepin-penalised-for-holding-up-leader-despite-late-warning-by-team/ ; https://www.thefocus.news/sports/motorsport/f1/nikita-mazepin-fastest-lap-belgian-gp/

[194] https://wwos.nine.com.au/motorsport/f1-2021-nikita-mazepin-bahrain-grand-prix-horror-debut-weekend-for-russian-rookie/c3d8c8f5-8ef7-403c-b140-2ebcbd978c86

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie