paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

96 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mai 2022

La guerre secrète pour l'océan Arctique

La guerre en Ukraine n'est pas le seul point de friction entre la Russie, la Chine et le reste du monde. Il y a un point où la tension, si possible, est encore plus grande...

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au départ, nous voulions écrire un rapport sur la situation climatique et les dangers auxquels est confrontée la faune dans la zone la plus froide (et la plus importante pour l'écosystème de la Terre) de la planète. Nous voulions commencer par un massacre barbare de dauphins et essayer d'expliquer pourquoi personne ne fait rien à ce sujet. Mais la guerre en Ukraine est arrivée, et nous avons été contraints d'analyser l'une des causes fondamentales des dommages infligés à l'Arctique : la folle poussée, promue principalement par la Russie et la Chine, en faveur de la militarisation du pôle et de l'exploitation minière des terres qui ne sont plus couvertes par les glaces éternelles. 

L'Arctique est la région située au nord du cercle polaire, dont le centre est l'océan Arctique (cinq fois plus grand que la mer Méditerranée[1]), entouré d'une ceinture de masses continentales appartenant à la Russie (qui occupe environ la moitié du littoral arctique[2]), à l'Alaska (États-Unis), au Canada, au Groenland, à l'Islande et à la Scandinavie[3]. Quatre millions de personnes vivent ici[4], la plupart en Russie[5]. Bien que les effets du réchauffement climatique soient déjà tangibles[6], le froid est extrême et une couche de glace recouvre une grande partie de l'océan Arctique. L'alternance jour/nuit est également différente : entre l'équinoxe de printemps et l'équinoxe d'automne, lorsque le soleil ne descend jamais tout à fait en dessous de la ligne d'horizon, l'obscurité n'arrive pas, et il y a du soleil à minuit[7]. Six mois plus tard, pour la raison inverse, le soleil ne se lève jamais[8].

Le réchauffement climatique a des effets plus néfastes dans l'Arctique que partout ailleurs sur la planète. La température moyenne a augmenté de trois degrés entre 1971 et 2019[9], obligeant les animaux à modifier leur habitat[10]. Les couches de glace de mer s'amincissent[11], de nouvelles espèces animales occupent l'espace[12], le pergélisol fond, ce qui pose des problèmes sur terre[13], l'érosion côtière s'accélère[14] et des changements climatiques majeurs sont observés[15]. Mais tout le monde s'en fiche. Les écologistes en parlent, mais les nations concernées par l'Arctique sont trop occupées à mener une guerre secrète et sans merci, dans laquelle le premier à mourir est le continent, son océan, sa faune et, par conséquent, tout ce pour quoi l'Arctique est crucial : la survie de la vie sur la planète.

Guerre froide sur le continent gelé

La majorité de l'opinion publique mondiale considère que le pôle Nord est inhospitalier et inutile, et préfère s'accommoder de vacances dans la chaleur plutôt que de nuits arctiques interminables. Mais les nations qui le partagent sont bien conscientes de l'importance du continent : en mars 2021, l'armée américaine a publié "Regaining Arctic Dominance", un document décrivant une nouvelle stratégie militaire et les raisons de son caractère inévitable[17]. Pas de surprise. Des documents similaires avaient déjà été publiés par le gouvernement canadien (2019)[18], le gouvernement norvégien (2020)[19] et la marine américaine (2021)[20]. L'OTAN elle-même a doublé ses activités militaires entre 2015 et 2020[21], tandis que la Russie a affecté 81 % de ses armes nucléaires maritimes aux sous-marins de la flotte du Nord[22].

Toutefois, il ne s'agit pas de symptômes d'un phénomène nouveau : la division politique de l'Arctique est née dans le sang et la violence : c'est le cas pour le Canada[23], le Danemark[24], les États-Unis[25], la Finlande, la Suède, la Russie[26] et la Norvège[27]. Les premiers États habitants ont eux-mêmes été en guerre les uns contre les autres : les États-Unis contre le Canada en 1812[28], la Norvège et la Suède en 1814[29], à chaque fois pour l'exploitation des ressources naturelles et de la pêche. En 1940, l'Allemagne dépendait à plus de 50 % du fer extrait en Suède et en Norvège pour le transit d'un élément crucial pour la production de guerre ; l'invasion du Danemark et de la Norvège par le Troisième Reich (opération Weserübung) était précisément motivée par cette dépendance[30]. Le Groenland a joué un rôle fondamental dans la guerre : à partir d'avril 1940, suite à l'opération Weserübung, l'île est devenue le site de bases aériennes et d'un important centre météorologique américain pour protéger la mine de cryolite d'Ivigtut (unique au monde[31]), indispensable au processus d'extraction de l'aluminium de la bauxite, utilisée à des fins militaires[32]. Après Pearl Harbour, les ports arctiques soviétiques d'Arkhangelsk, Mourmansk et Vladivostok ont été le lieu de débarquement des fournitures militaires de Washington aux alliés[33].

Pendant les années de la guerre froide, les États-Unis et l'Union soviétique ont procédé à la militarisation de l'Arctique[34]: avec des sous-marins nucléaires soviétiques à la base de la péninsule de Kola[35] et des opérations d'espionnage continues par des sous-marins nucléaires américains[36]. Avec la dissolution de l'Union soviétique, les choses se sont améliorées, notamment grâce au discours prononcé par Mikhaïl Gorbatchev le 1er octobre 1987 à Mourmansk, qui a donné lieu à l'Initiative de Mourmansk, laquelle a élaboré un plan en six points[37]: la création d'une zone dénucléarisée en Europe du Nord ; la limitation des activités militaires et la réduction des activités de la marine et de l'aviation dans la Baltique, la mer du Nord, la Norvège et le Groenland, et la promotion de mesures de confiance dans ces régions ; la coopération en matière de développement des ressources, y compris le partage des technologies ; l'organisation d'une conférence internationale sur la coordination de la recherche scientifique, qui débouchera sur la création d'un conseil de la recherche arctique ; la coopération en matière de protection de l'environnement ; et l'ouverture de la route maritime du Nord au trafic maritime[38].

À la fin des années 1980 et au début des années 1990, un climat de détente politique a favorisé le contrôle et la réduction des armements, après que les accords des années 1970 aient achoppé à la suite de l'invasion soviétique de l'Afghanistan[39]. Le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (traité FNI) a été signé en 1987[40], le traité sur les forces armées conventionnelles en Europe (FCE) en 1990[41] et le traité sur la réduction des armes stratégiques (START I) en 1991[42]: les bases d'un ordre mondial plus stable et plus coopératif. Les propositions de Gorbatchev se sont concrétisées en 1993, avec la création du Conseil euro-arctique de Barents (BEAC), un forum de coopération intergouvernementale sur les questions relatives à la région de Barents[43], dont les membres sont le Danemark, la Suède, la Norvège, la Finlande, l'Islande, la Russie et l'Union européenne[44]; à la même époque, le Conseil régional de Barents (CRB) a également vu le jour, un protocole de coopération signé par les gouverneurs des comtés de la région de Barents (le nord de la Finlande, de la Norvège et de la Suède ainsi que le nord-ouest de la Russie) et les représentants des peuples autochtones[45].

Le processus s'est poursuivi avec la Stratégie de protection de l'environnement arctique (SPEA), également connue sous le nom d'Initiative finlandaise - un plan commun de protection de l'Arctique signé à Rovaniemi le 14 juin 1991 en présence de représentants des huit pays arctiques[46], qui constitue une étape importante dans l'écosystème arctique[47]. Du SPEA, cinq ans plus tard[48], est né le Conseil arctique[49], fondé le 19 septembre 1996 à Ottawa[50]. Le Conseil de l'Arctique encourage la coopération, la coordination et l'interaction entre les États de l'Arctique, les peuples autochtones de l'Arctique et les autres habitants de l'Arctique sur des questions communes dans le domaine non militaire, en particulier sur les questions de développement durable et de protection de l'environnement[51]. Outre les huit États membres[52] (dont le consentement collectif est requis pour la ratification de chaque décision et déclaration du Conseil[53]), six organisations représentant les peuples autochtones participent aux travaux de l'instance en tant que participants permanents[54].

Les travaux du Conseil sont organisés en six groupes de travail, chargés de mettre en œuvre les programmes et projets définis par les huit membres[55], et dont les travaux sont répartis comme suit : 1. Prévention et réduction de la pollution et des risques environnementaux [56]; 2. Mesure et surveillance des effets de la pollution et du changement climatique sur les écosystèmes et la santé humaine[57]; 3. la conservation de la biodiversité[58]; 4. la prévention, la préparation et la réponse aux urgences environnementales et autres, aux accidents et à la recherche et au sauvetage ; 5. la protection et l'utilisation durable du milieu marin ; 6. la promotion du développement durable et l'amélioration des conditions environnementales, économiques et sociales des peuples indigènes et des communautés arctiques[59]. Un groupe d'experts participe également aux travaux, évaluant périodiquement les progrès réalisés dans la maîtrise de la consommation de charbon et de gaz naturel[60]. Au cours des 26 dernières années, le Conseil de l'Arctique a surveillé le changement climatique au nom des Nations unies, de l'Organisation maritime internationale et de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, tout en maintenant un dialogue ouvert entre les pays membres et entre ceux-ci et les communautés locales[61].

La période de détente des relations politiques entre les pays arctiques, qui a débuté dans les années 1990, est principalement due à l'état de prostration dans lequel se trouve la Fédération de Russie nouvellement formée, dont la structure économique et militaire rend le pays peu compétitif[62], tandis que l'effondrement des institutions étatiques et non étatiques, qui a débuté à la fin des années 1980, contribue à une situation générale de chaos[63]. Un symptôme de cette situation est la dissolution de l'Armée rouge en décembre 1991, lorsque, à l'incrédulité des généraux de Moscou, les commandants militaires locaux jurent allégeance aux nouvelles républiques dans un climat de confusion générale[64]. De nombreux jeunes officiers prennent leur retraite et ceux qui décident de rester sont souvent obligés d'avoir un deuxième emploi pour joindre les deux bouts[65]. Le tableau de l'abandon croissant contribue à l'augmentation d'un phénomène déjà existant au sein des forces militaires soviétiques : l'activité criminelle (qui a augmenté de 30% entre 1991 et 1995[66]), allant du vol à l'utilisation abusive de la main-d'œuvre militaire par les officiers, aux abus, à la désertion (plus de 120 cas par semaine)[67]. Le déclin militaire concerne également les bases arctiques (où Moscou a historiquement stocké la majeure partie de son arsenal, nucléaire et autre[68]), qui sont en grande partie abandonnées[69].

La Russie à genoux ne représente pas une menace pour Washington, et les deux États inaugurent une phase de collaboration connue sous le nom d'exceptionnalisme arctique[70], au cours de laquelle ils discutent également de questions sensibles telles que l'élimination de la grande quantité de combustible nucléaire contenue dans les vieux sous-marins déclassés dans la région de Mourmansk[71]. Tout a changé en octobre 1996, lorsque Bill Clinton a déclaré l'urgence d'étendre l'OTAN aux pays du Pacte de Varsovie[72]. La réponse de Moscou ne s'est pas fait attendre: le ministre des Affaires étrangères Evgeny Primakov a proclamé son indignation[73], d'autant plus que, même pas sept ans plus tôt, tous les chefs d'État occidentaux avaient fait des déclarations rassurantes sur la non-extension des frontières de l'OTAN vers l'est[74].

Le 12 mars 1999, la Pologne, la Hongrie et la République tchèque sont devenues membres de l'OTAN[75]. Le 29 mars 2004, la Bulgarie, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie, l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie ont rejoint l'Union européenne[76]: ces trois derniers pays sont d'anciens membres de l'Union soviétique, ce qui a déclenché une réaction de colère de la part du gouvernement russe[77]; le général Viktor Zavarzin a ouvertement parlé d'une menace pour la sécurité nationale[78].

En 1994 a été créé le Partenariat pour la paix (PPP), un programme de l'OTAN dont l'objectif est d'instaurer la confiance entre l'Alliance et les pays de l'ex-Union soviétique par le biais d'exercices militaires conjoints[79]. Le Kazakhstan (1994)[80], la Mongolie (2012)[81], l'Ukraine (1994), la Finlande (1994) et la Suède (1994)[82] font également partie du PPP, ce qui contribue probablement à accroître le sentiment d'encerclement et de menace ressenti par la Russie (également membre du PPP depuis 1994[83]). À partir de là, malgré la création du Conseil OTAN-Russie en mai 2002[84] et la promesse mutuelle de ne pas accroître le niveau de militarisation du pôle, le temps des paroles commence à céder la place à celui des actes[85].

Le 10 février 2007, Vladimir Poutine prend la parole à Munich, à l'occasion de la conférence de Munich sur la sécurité[87], et critique ouvertement l'expansion de l'OTAN, qualifiant d'inacceptable la situation de monopole substantiel des États-Unis dans les relations mondiales et dans les décisions relatives aux équilibres stratégiques (comme l'invasion de l'Irak[88]). Poutine affirme que la Russie reprend la voie de l'indépendance pour retrouver la place parmi les grands qui lui a été refusée pendant trop longtemps[89], et revient sur les thèmes de la guerre froide[90]. M. Poutine s'est ensuite attaqué au projet de bouclier antimissile européen, commandé en 2007 par George W. Bush, qui consiste en une station radar et un emplacement de missiles en République tchèque et en Pologne et qui est considéré comme une menace directe pour la Russie[91].

Dans le même temps, la Russie a annoncé le succès des premiers essais du nouveau missile balistique RS-24 à ogives multiples, conçu pour venir à bout des systèmes de défense aérienne tels que le bouclier antimissile européen[92], signe d'une ligne qui a conduit Poutine, en 2015, à abandonner le traité sur le contrôle des armes conventionnelles[93]. Le missile RS-24 est lancé depuis Nyonoksa[94], à l'extrême nord-ouest, l'une des plus importantes bases militaires de la marine russe, près des ports stratégiques de la péninsule de Kola[95]. Le 8 août 2019, dans la même base, le moteur nucléaire d'un nouveau missile explose, faisant sept morts[96]. L'épisode met en avant une fusée moderne appelée 9M730 Burevestnik[97], dans le cadre d'un programme plus vaste comprenant des torpilles à propulsion nucléaire et des missiles hypersoniques[98] qui seraient capables d'abattre des porte-avions de l'US Navy en échappant à la DCA des destroyers[99] de l'OTAN[100].

En 2014 est survenue l'annexion de la Crimée[101] et le début du conflit dans le Donbass[102]. Le 1er avril, les ministres des Affaires étrangères de l'OTAN ont déclaré publiquement leur décision de suspendre toutes les activités de coopération entre l'Alliance et Moscou, tout en maintenant un canal de dialogue au sein du Conseil OTAN-Russie[103]. Les actions militaires navales et aériennes russes dans la région de la Baltique se multiplient[104], donnant lieu à 40 incidents[105]: la guerre pour l'Arctique a officiellement commencé, et le "Regaining Arctic Dominance" en est l'un des derniers chapitres[106], tout comme le premier exercice de 8000 soldats en Alaska en mars 2022 ; des dizaines de jets F-35 y ont été transférés, tandis que la marine effectue des exercices navals et sous-marins[107]. L'enjeu n'est pas seulement le danger d'être dépassé par la Russie[108]: la Chine, qui a obtenu en mai 2013 le statut d'observateur au Conseil de l'Arctique[109] et qui a investi de 2005 à 2017 1,4 milliard de dollars dans les États pour l'extraction de ressources minérales, instille, si possible, encore plus de crainte[110].

L'ombre menaçante du géant chinois

Bien avant de se déclarer "État proche de l'Arctique"[112], la Chine s'est engagée sur la voie de la conquête. La Chine s'engage dans sa propre voie de conquête : Le chemin de Pékin a commencé en 2003, lorsqu'il a établi la base de recherche arctique Yellow River dans les îles Svalbard (Norvège)[113], suivie par la China Remote Sensing Satellite North Polar Ground Station, une station de réception de satellites (la première à l'étranger) fonctionnant à Kiruna (Suède) depuis 2016[114] et l'Observatoire scientifique arctique Chine-Islande, ouvert dans le nord de l'Islande en 2018[115], la même année qu'un accord a été signé avec le Centre finlandais d'observation de l'espace et de la Terre pour construire un centre de recherche à Sodankyla[116]. En 2019, les Chinois signent un accord avec la Russie pour la construction du Centre sino-russe de recherche sur l'Arctique[117], un projet qui s'inscrit dans le cadre d'une relation dans laquelle la Chine a besoin de la Russie pour obtenir une entrée privilégiée aux fins de la planification des infrastructures de la Route de la soie polaire, tandis que la Russie soutient la Chine pour profiter de ses ressources industrielles et scientifiques, utiles à l'étude des ressources potentielles de sa ZEE (zone économique exclusive) dans l'Arctique[118].

En 2020 débutera le projet Arctic Connect, qui vise à relier numériquement l'Europe et l'Asie par un câble de communication sous-marin le long de la route maritime du Nord. La Finlande et la Chine le développent en partenariat : les Scandinaves mettront en place leurs propres centres de données, tandis que Pékin obtiendra un contrat extraordinaire pour la plateforme Huawei Marine[119] qui, combinée au système de navigation BeiDou[120], permettrait à la Chine d'accéder aux données sensibles des consommateurs et des entreprises des pays bordant l'océan[121]. Dans le même temps, les services de renseignement suédois dénoncent la stratégie des agences secrètes chinoises consistant à voler la propriété intellectuelle des jeunes entreprises suédoises, ce qui permet de commercialiser les technologies concernées d'abord en Chine puis en Suède[122].

L'expertise de l'Islande dans le domaine de la géothermie intéresse particulièrement Pékin : en 2012, Orka Energy Holding ehf (Reykjavík) a signé un accord de coopération avec le groupe chinois Sinopec[123]. En 2018, la société islandaise Arctic Green Energy Corporation et Sinopec ont obtenu un prêt de 250 millions de dollars de la Banque asiatique de développement pour développer les ressources géothermiques en Chine[124]. Sur le front de la recherche scientifique, l'Observatoire scientifique arctique Chine-Islande ouvre en 2018 dans le nord de l'île en tant qu'observatoire des aurores boréales, mais il est ensuite utilisé pour la recherche en télédétection par satellite, devenant de toute évidence une installation d'importance militaire[125]. Une évolution qui effraie les Américains, qui tentent désormais d'empêcher l'Islande de rejoindre l'initiative Belt and Road[126], alors que la Chine est devenue l'un des cinq premiers pays d'exportation vers l'île[127].

La Russie fait aussi et surtout partie des plans de Pékin : Yamal, le plus grand projet d'investissement chinois en Russie[128], est une usine de gaz naturel liquéfié (GNL) à l'extrême nord de la Sibérie, près de la mer de Kara[129], d'un coût de 27 milliards de dollars[130] et gérée par un consortium auquel participent le producteur de gaz russe Novatek (50,1%), Total (20%), China National Petroleum Corporation (CNPC) (20%) et Silk Road Fund (9,9%)[131]. L'usine a commencé à fonctionner en 2017 et traite 16,5 millions de tonnes de matériaux par an. Trois trains sont utilisés pour transporter le gaz par voie terrestre[132], et 15 brise-glace ultramodernes sont utilisés pour le transporter par bateau[133]. Arctic LNG-2, d'une capacité de production de 19,8 millions de tonnes par an, devait entrer en service en 2023. Il est détenu par Novatek (60 %), China National Oil and Gas Exploration and Development Company (CNODC) (10 %), China National Petroleum Corporation (CNPC) (10 %), Total (10 %) et le consortium Mitsui-Jogmec/Japan Arctic LNG (10 %)[134] et est situé à Gyda, à proximité de Yamal[135]. En mars 2022, les sanctions contre la Russie ont interrompu le projet[136].

En juin 2019, la société China National Chemical Engineering Co. Ltd. (CNCE) signe un accord avec la société russe NNK-OIL AO pour la construction d'infrastructures (équipement de traitement du pétrole brut, quai d'expédition d'une capacité de 50 millions de tonnes, centrale électrique de 750 mégawatts par an, nouveaux oléoducs sous pression[137]) d'une valeur de 5 milliards de dollars sur le champ pétrolifère de Payakha, dans la péninsule de Taymyr ; le champ pétrolifère de Payakha est l'une des plus grandes installations de stockage de pétrole de l'Arctique, qui peut stocker jusqu'à 2 milliards de tonnes de pétrole[138]. Les travaux devraient être achevés en 2023[139]. En outre, il existe un port près d'Arkangelsk sur la mer Blanche[140] et une voie ferrée reliant Arkangelsk au port d'Indiga sur la mer de Barents et à l'Asie centrale, de sorte que le nouveau centre arctique russe puisse traiter 80 à 200 millions de tonnes de marchandises par an en provenance du Kazakhstan, du Kirghizstan et de la Chine[141].

La rumeur de l'entrée de la Suède et de la Finlande dans l'OTAN, dans le sillage de la crise persistante en Ukraine, aurait pour effet d'"atlantiser" l'Arctique, sept des huit États arctiques étant membres de l'alliance militaire. Les deux nations sont en train de décider si elles vont rompre la neutralité traditionnelle qui caractérise leur politique étrangère depuis la Seconde Guerre mondiale : déjà membres de l'UE[143] et de l'OTAN Enhanced Opportunity Partners[144], les deux pays entretiennent un dialogue constant avec Moscou[145], avec qui les relations ne sont pas, historiquement parlant, idylliques[146]. Après le 24 février 2022, cependant, les opinions publiques suédoise et finlandaise ont sensiblement changé d'avis sur une éventuelle demande d'adhésion à l'OTAN[147], dont le secrétaire général, Jens Stoltenberg, prévoit une entrée rapide des deux pays dans l'Alliance[148]. Les capacités militaires de la Suède et de la Finlande constitueraient un complément précieux au système de défense atlantique, et les troupes scandinaves sont déjà entraînées à opérer dans un territoire climatiquement hostile[149]. Réaction de Moscou : Dmitri Medvedev, vice-président du Conseil de sécurité russe, menace d'un nouveau renforcement des forces terrestres, maritimes et aériennes dans la Baltique, et évoque le retour des ogives nucléaires dans la région[150].

Ces dernières années, le Canada, traditionnellement prudent quant au renforcement de la présence de l'OTAN dans le Grand Nord, semble également s'aligner progressivement sur la tendance à l'augmentation générale des activités militaires dans l'Arctique[151]. Un objectif non secondaire pour Ottawa est de faire du passage du Nord-Ouest une route viable pour le transport maritime futur entre le Pacifique et l'Europe[152], comme alternative au passage du Nord-Est (route maritime du Nord) contrôlé par la Russie[153]. La communauté scientifique émet des doutes quant à l'utilité réelle du développement de ces routes, car elles ne seront utilisables que quelques mois par an dans un avenir prévisible, et dans quelques cas, elles permettraient effectivement de gagner du temps par rapport aux routes conventionnelles[154]. La Chine a investi 82 milliards de dollars au Canada entre 2000 et 2020, dont plus de 51 milliards dans le pétrole et le gaz[155]. Toutefois, le volume de ces investissements n'a cessé de diminuer en raison de la détérioration des relations entre les deux pays après l'arrestation pour fraude, en décembre 2018, de Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei[156].

Les activités chinoises dans l'Arctique canadien dans le domaine de l'exploration commerciale remontent à l'activité du brise-glace Xuelong, qui a emprunté le passage du Nord-Ouest en 2017, un événement qui conduit à considérer Pékin comme un acteur de plus en plus présent en tant que chargeur dans la région[157]; bien que la souveraineté canadienne sur le passage du Nord-Ouest soit contestée par les États-Unis[158] et non reconnue par la Chine, le transit du Xuelong est convenu avec les autorités canadiennes[159]. La route maritime du Nord est, à l'heure actuelle, beaucoup plus utilisée par les Chinois[160], notamment en raison du montant incomparablement plus élevé des investissements russes et chinois dans les infrastructures, ce qui rend le passage du Nord-Ouest beaucoup moins pertinent en comparaison[161].

Depuis des années, la Chine tente d'investir dans des projets miniers au Canada : depuis 2010, la société Jilin Jien Nickel Industry est propriétaire de Canadian Royalties Inc. (une opération de 192 millions de dollars[162]), exploitant d'une mine de cuivre et de nickel au Nunavik[163]. Jinduicheng Molybdenum, au contraire, a acquis Yukon Zinc Corp. en 2008[164], mais l'entreprise n'a pas décollé et a fait faillite en 2019[165]. Chihong Canada Mining, une filiale de Yunnan Chihong Zinc & Germanium, a signé en 2010 une coentreprise avec la société canadienne Selwyn Resources Ltd. pour développer le projet Selwyn, l'un des cinq principaux gisements de zinc et de plomb non développés au monde, situé dans le Yukon. Le principal actionnaire de Yunnan Chihong est China Yunnan Metallurgical, une société appartenant au gouvernement provincial du Yunnan[166]. En 2016, Selwyn-Chihong a suspendu les plans de développement de la mine en raison de la chute des prix des métaux[167], et il n'y a pas eu de nouvelles du projet depuis, comme en témoigne le calendrier de développement sur le site Web de la société[168]. Cette courte liste montre à quel point le secteur privé canadien croit aux investissements chinois, réalisés par des entreprises publiques capables d'apporter avec elles une capacité financière presque inégalée et une solide capacité technico-opérationnelle ; la capacité d'atteindre les objectifs doit cependant se heurter non seulement à un environnement climatiquement défavorable, dans lequel les opérations sont difficiles, mais aussi à des infrastructures rares ou inexistantes, facteurs qui augmentent considérablement le taux de risque pour les entreprises[169], ainsi qu'à la méfiance croissante du gouvernement d'Ottawa à l'égard des réelles intentions chinoises[170]

La conquête des champs arctiques

Le changement climatique facilite l'accès aux ressources de la région : hydrocarbures (pétrole, gaz et charbon), minéraux (terres rares, uranium)[172]; en outre, le progrès technologique permet de relever des défis autrefois impensables[173] et nécessite la découverte de ces ressources, telles que les terres rares, qui sont indispensables à la production en masse de produits verts de haute technologie[174]. L'augmentation des températures rend l'océan Arctique navigable[175], réduisant de sept jours les temps de navigation entre la Chine et New York, ce qui rend une partie des routes arctiques attrayantes pour le tourisme et la navigation commerciale[176].

Dans le même temps, cependant, certaines ressources deviennent moins accessibles : le permafrost, qui fond, provoque des catastrophes environnementales dans le Grand Nord russe, comme dans le cas de la ville de Noril'sk, où, en mai 2020, le camion-citerne d'une centrale électrique a perdu environ 20 000 tonnes de diesel, qui se sont déversées dans la rivière Ambarnaya[177]. La société NTEK AO, filiale du groupe Nornickel, qui exploite l'usine, attribue la catastrophe à la fonte du pergélisol, sur lequel sont construites les fondations de la structure, qui s'enfoncent[178]. Les difficultés liées à l'extraction des ressources et à la construction d'installations de stockage et de transport sur un sol instable entraînent une augmentation considérable des coûts pour les entreprises[179]. Alors que d'autres pays pensent en termes d'environnement, Moscou lie la suprématie industrielle à la suprématie militaire, et ces deux raisons l'emportent sur toute autre considération[180].

Est-il utile pour la Russie d'investir dans les hydrocarbures de l'Arctique à l'heure où l'Occident s'attache de plus en plus à mettre fin à l'ère du pétrole, du gaz et du charbon? Quel marché auront ces ressources, que Moscou s'apprête à extraire pendant des décennies, dans un monde qui les utilisera de moins en moins[181]? Aujourd'hui déjà, le marché européen, à la faveur de la crise ukrainienne, s'empresse de trouver des solutions de rechange[182], tandis que le marché asiatique est problématique d'un point de vue logistique : les navires doivent parcourir des milliers de kilomètres pour contourner l'énorme nord-est russe sans disposer d'un réseau d'infrastructures adéquat capable de fournir un soutien aux navires en cas de besoin (pannes, accidents). Il est difficile de comprendre à qui ces ressources seront vendues dans des quantités telles qu'elles justifieront les énormes investissements nécessaires pour les rendre disponibles[183].

Cette course militaire semble être une tentative de réaffirmer son rôle parmi les superpuissances, plutôt qu'une démarche économique. À l'appui de cette thèse, on trouve également les revendications russes sur des portions des fonds marins de l'océan Arctique soumises en février 2016[184] et en avril 2021 aux Nations unies, la seconde concernant une extension aux zones marines du Canada et du Groenland[185]. Il convient de noter que le Danemark et le Canada ont également soumis des revendications sur des parties de la mer[186]; dans les trois cas, celles-ci convergent vers le pôle Nord, ce qui témoigne de la forte valeur symbolique que cela représenterait. Là encore, il est difficile de comprendre l'avantage économique de la course à cette portion de fonds marins, extrêmement éloignée des côtes : aucune entreprise spécialisée dans l'extraction de gisements sous-marins ne pourrait se lancer dans une telle aventure au milieu de l'océan Arctique[187].

L'univers parallèle : le Conseil arctique

Le Conseil de l'Arctique est le forum créé pour traiter des questions non militaires, telles que le changement climatique et l'exploitation des ressources naturelles ; la Russie, qui en prendra la présidence en 2021 pour les deux prochaines années[189], semble y être beaucoup plus coopérative qu'elle ne l'est en réalité à l'extérieur, du moins jusqu'au début de la crise ukrainienne, qui a entraîné la suspension des activités du Conseil. Cette position des sept autres pays membres pourrait inciter Moscou, qui entend poursuivre sa propre voie de développement économico-militaire, à impliquer plus directement, outre la Chine, de nouveaux partenaires non arctiques : l'Inde[190], les membres de l'ASEAN (Association des nations de l'Asie du Sud-Est) et les Émirats arabes unis[191]. La difficulté de concevoir une stratégie efficace et unifiée pour l'Arctique a été l'une des responsabilités des États-Unis au cours des dix dernières années[192]. La réponse de Washington se limite aux documents militaires : en 2019, le secrétaire à la défense a choisi une charte stratégique[193]; peu après, l'armée de l'air[194], la marine[195] et l'armée de terre[196] ont fait de même, mais il leur manquait une vision commune et une coordination[197]. Le vent de la guerre balaie tout le reste de l'agenda diplomatique international[198]. La Russie est progressivement redevenue effrayante[199], par exemple avec le brouillage du GPS, un système qui crée des problèmes pour les pilotes d'avions militaires et non militaires qui survolent la région de Finnmark, dans l'extrême nord de la Norvège[200]. Dans cette zone, qui comprend la mer de Barents et la mer du Nord, la Russie effectue des exercices et des opérations militaires (y compris des opérations sous-marines) comme elle le faisait pendant la guerre froide[201]. La réponse de l'OTAN est l'exercice à grande échelle "Cold Response", qui aura lieu le 25 mars 2022 avec la participation de la Suède et de la Finlande[202].

Dans toute cette ferveur militariste, l'accord signé en 1973 entre les États-Unis, l'Union soviétique, la Norvège, le Canada et le Danemark, appelé Accord sur la conservation des ours polaires, pour préserver les ours polaires, apparaît comme une triste plaisanterie[203], si l'on pense au terrible massacre de Skálabotnur sur l'île d'Eysturoy, dans les îles Féroé (Danemark), où les habitants, dans le cadre d'un festival annuel de chasse à la baleine, ont tué de façon barbare et dégoûtante 1500 dauphins[204]. Juste pour le plaisir. Malgré le grand nombre d'engagements pris lors des symposiums internationaux sur la priorité accordée à la protection de l'environnement et à la coopération dans la région, qui ont malgré tout permis de progresser dans la concentration sur les objectifs primaires, les directions dans lesquelles les grandes puissances orientent leurs investissements racontent une autre histoire.

Les gens se soucient peu du pôle Nord, ils ne comprennent pas son importance, tandis que la diplomatie, depuis des décennies, tente d'éviter le pire, et ce dans le silence total des médias du monde entier. Tout cela jusqu'au 24 février 2022 : depuis lors, malheureusement, tous les canaux de communication ont été coupés, et les vents de la guerre soufflent toujours plus au nord.

[1] https://www.britannica.com/place/Arctic-Ocean

[2] https://arctic-council.org/about/states/russian-federation/#:~:text=Russia%20stretches%20over%2053%20percent,living%20in%20the%20Arctic%20worldwide.

[3] https://www.sciencedirect.com/topics/social-sciences/arctic-ocean

[4] https://nsidc.org/cryosphere/arctic-meteorology/arctic-people.html

[5] https://arctic-council.org/about/states/russian-federation/#:~:text=Russia%20stretches%20over%2053%20percent,living%20in%20the%20Arctic%20worldwide.

[6]https://arcticwwf.org/work/climate/#:~:text=Without%20urgent%20action%20to%20cut,stocks%2C%20birds%20and%20marine%20mammals.

[7] https://oceanwide-expeditions.com/blog/light-in-the-land-of-the-midnight-sun

[8] https://arctic-council.org/news/arctic-residents-cozy-up-during-the-polar-night/

[9] https://phys.org/news/2021-05-arctic-faster-planet.html

[10] https://www.sciencedaily.com/releases/2021/09/210914110258.htm

[11] https://arctic.noaa.gov/Report-Card/Report-Card-2021/ArtMID/8022/ArticleID/945/Sea-Ice

[12] https://www.caff.is/climate-change-squeezing-arctic-animals-and-plants-new-circumpolar-report-may-20-2021

[13] https://earthsky.org/earth/permafrost-thaw-in-the-arctic-in-the-next-30-years/

[14] https://www.nature.com/articles/s41558-022-01281-0

[15] https://www.greenfacts.org/en/arctic-climate-change/l-3/2-polar-ice-cap-melting.htm

[16] https://voi.id/en/news/92208/after-ultra-modern-military-base-russia-will-build-a-naval-fleet-in-the-arctic

[17] https://api.army.mil/e2/c/downloads/2021/03/15/9944046e/regaining-arctic-dominance-us-army-in-the-arctic-19-january-2021-unclassified.pdf

[18] https://www.rcaanc-cirnac.gc.ca/eng/1562939617400/1562939658000

[19] https://www.rcinet.ca/eye-on-the-arctic/2020/04/20/norway-strengthens-its-arctic-military-in-new-defense-plan-as-security-concerns-grow-in-the-region/

[20] https://www.navalnews.com/naval-news/2021/02/u-s-navy-reports-on-arctic-and-north-atlantic/

[21] https://sputniknews.com/20200522/nato-doubled-military-activity-in-arctic-region-in-past-5-years-russian-diplomat-says-1079391100.html

[22] https://icds.ee/en/russias-military-capabilities-in-the-arctic/

[23] https://earlycanadianhistory.ca/2020/11/23/settler-colonial-violence-and-the-maritime-fisheries/

[24] https://ibiworld.eu/en/greenland-humanitys-new-promised-land/

[25] https://journals.openedition.org/angles/1313 ; https://www.humanrightspulse.com/mastercontentblog/the-deafening-silence-on-the-massacre-of-native-women-in-the-united-states-of-america

[26] https://blogs.helsinki.fi/nordic-colonialism/files/2021/05/NordicColonialism_Workshop1_ABSTRACTS.pdf

[27] https://blogs.prio.org/2018/05/norway-the-colonial-power/

[28] https://www.politico.com/magazine/story/2018/06/21/that-time-the-us-almost-went-to-war-with-canada-218881/

[29] https://www.napoleon-series.org/military-info/battles/1814/c_norway1814.html

[30] https://www.chemeurope.com/en/encyclopedia/Swedish_iron_ore_during_World_War_II.html

[31] https://www.mindat.org/loc-1958.html

[32] https://ibiworld.eu/en/greenland-humanitys-new-promised-land/

[33] https://notevenpast.org/lend-lease/

[34] https://storymaps.arcgis.com/stories/a19b6a79bc5c4596b52531856af389c9

[35] Siegfried Breyer, "Kola-Halbinsel: Stärkste F1otterbasis der Sowjetunion", Soldat und Technik, n° 1, 1978, pp.30-37

[36] https://nationalinterest.org/blog/reboot/how-american-submarines-spied-soviet-union-years-193428

[37] https://www.barentsinfo.fi/docs/Gorbachev_speech.pdf

[38] https://www.adn.com/arctic/article/how-gorbachev-shaped-future-arctic-policy-25-years-ago/2012/10/01/

[39] https://history.state.gov/milestones/1969-1976/salt

[40] https://www.armscontrol.org/factsheets/INFtreaty

[41] https://www.nti.org/education-center/treaties-and-regimes/treaty-conventional-armed-forces-europe-cfe/

[42] https://www.nps.gov/articles/start-treaty-1991.htm#:~:text=The%20Strategic%20Arms%20Reduction%20Treaty,warheads%20either%20country%20could%20possess

[43] https://www.barents-council.org/barents-euro-arctic-council

[44] https://www.barents-council.org/barents-euro-arctic-council/members-of-the-beac-and-the-brc

[45] https://www.barents-council.org/barents-regional-council

[46] http://library.arcticportal.org/1542/1/artic_environment.pdf

[47] http://library.arcticportal.org/1542/1/artic_environment.pdf

[48] https://www.uarctic.org/shared-voices/shared-voices-magazine-2016-special-issue/it-all-started-in-rovaniemi/

[49] https://arctic-council.org/about/timeline/#:~:text=On%20September%2019%2C%201996%20in,inhabitants%20on%20common%20Arctic%20issues

[50] https://oaarchive.arctic-council.org/bitstream/handle/11374/85/EDOCS-1752-v2-ACMMCA00_Ottawa_1996_Founding_Declaration.PDF?sequence=5&isAllowed=y

[51] https://arctic-council.org/about/

[52] https://arctic-council.org/about/states/

[53] https://arctic-council.org/about/

[54] https://arctic-council.org/about/permanent-participants/

[55] https://arctic-council.org/about/working-groups/

[56] https://arctic-council.org/about/working-groups/acap/

[57] https://arctic-council.org/about/working-groups/amap/

[58] https://arctic-council.org/about/working-groups/caff/

[59] https://arctic-council.org/about/working-groups/sdwg/

[60] https://arctic-council.org/about/task-expert/egbcm/

[61] https://arctic-council.org/news/reflections-on-the-past-and-future-of-the-arctic-council/

[62] https://thewire.in/economy/post-soviet-russian-economic-collapse

[63] https://unctad.org/system/files/official-document/poirrsd002.en.pdf

[64] https://nuke.fas.org/guide/russia/agency/Felg.htm

[65] http://www.historyofwar.org/articles/weapons_russianarmy1990.html

[66] T. R. W. Waters, "Crime in the Russian Military", Research Paper C90, CSRC (RMA Sandhurst), November 1996, p. 2

[67] Benjamin S. Lambeth, “Russia’s Wounded Military,” Foreign Affairs 74, no.2, March–April 1995, p. 90

[68] https://www.interactioncouncil.org/publications/proposal-arctic-nuclear-weapon-free-zone

[69] https://www.thearcticinstitute.org/why-military-security-should-be-kept-out-of-the-arctic-council/

[70] https://transatlanticrelations.org/wp-content/uploads/2020/12/The-Arctic-and-World-Order-ch14.pdf

[71] https://link.springer.com/chapter/10.1007/1-4020-4173-X_11

[72] https://www.nytimes.com/1996/10/23/us/clinton-urges-nato-expansion-in-1999.html

[73] https://nsarchive.gwu.edu/briefing-book/russia-programs/2018-03-16/nato-expansion-what-yeltsin-heard

[74] https://nsarchive.gwu.edu/briefing-book/russia-programs/2017-12-12/nato-expansion-what-gorbachev-heard-western-leaders-early

[75] https://warsawinstitute.org/accession-poland-czech-republic-hungary-nato/

[76] https://www.nato.int/docu/update/2004/03-march/e0329a.htm#:~:text=NATO%20Update%3A%20Seven%20new%20members%20join%20NATO%20%2D%2029%20March%202004&text=On%2029%20March%2C%20Bulgaria%2C%20Estonia,with%20the%20United%20States%20Government.

[77] https://www.nytimes.com/2004/04/03/world/as-nato-finally-arrives-on-its-border-russia-grumbles.html

[78] R. G. Gidadhubli, “Expansion of NATO: Russia’s Dilemma”, Economic and Political Weekly, vol. 39, no. 19, 2004, p. 1885

[79] https://1997-2001.state.gov/regions/eur/nato_fs-pfp.html

[80] https://www.nato.int/cps/en/natohq/news_113927.htm?selectedLocale=en

[81] https://www.nato.int/cps/en/natohq/topics_85297.htm

[82] https://www.nato.int/cps/en/natolive/topics_82584.htm

[83] https://www.nato.int/cps/en/natolive/topics_82584.htm

[84] https://apps.dtic.mil/sti/citations/ADA417702

[85] https://www.nato.int/nrc-website/en/about/index.html

[86] https://www.globalsecurity.org/wmd/world/russia/krnd.htm

[87] https://www.youtube.com/watch?v=hQ58Yv6kP44

[88] https://www.washingtonpost.com/news/worldviews/wp/2014/06/12/russia-on-iraq-we-told-you-so/

[89] https://russialist.org/transcript-putin-speech-and-the-following-discussion-at-the-munich-conference-on-security-policy/

[90] https://www.politico.com/news/magazine/2022/02/18/putin-speech-wake-up-call-post-cold-war-order-liberal-2007-00009918

[91] https://www.npr.org/templates/story/story.php?storyId=15674582&t=1648939810808

[92] https://www.dw.com/en/putin-lashes-out-at-us-eu-as-russia-tests-missile/a-2568491

[93] “Russia, arms control and non-proliferation” Briefing, European Parliament, European Union, 2020, p.5 https://www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/BRIE/2020/652100/EPRS_BRI(2020)652100_EN.pdf

[94] https://www.dw.com/en/putin-lashes-out-at-us-eu-as-russia-tests-missile/a-2568491

[95] https://www.fpri.org/article/2019/08/what-happened-at-the-severodvinsk-naval-testing-range-thoughts-on-the-severodvinsk-radioactive-release-and-when-it-happened-here/

[96] https://www.nytimes.com/2019/08/12/world/europe/russia-nuclear-accident-putin.html

[97] https://arstechnica.com/information-technology/2019/08/russian-nuclear-powered-cruise-missile-blows-up-creating-mini-chernobyl/

[98] https://arstechnica.com/tech-policy/2018/03/putin-boasts-new-strategic-weapons-will-make-us-missile-defense-useless/

[99] https://arstechnica.com/tech-policy/2018/03/putin-boasts-new-strategic-weapons-will-make-us-missile-defense-useless/

[100] https://obamawhitehouse.archives.gov/the-press-office/fact-sheet-us-missile-defense-policy-a-phased-adaptive-approach-missile-defense-eur

[101] https://www.cnbc.com/2022/01/27/how-russia-invaded-ukraine-in-2014-and-how-the-markets-tanked.html

[102] https://www.crisisgroup.org/content/conflict-ukraines-donbas-visual-explainer

[103] https://www.bbc.com/news/world-europe-26838894

[104] https://www.bbc.com/news/world-europe-30429349

[105] Thomas Frear, Łukasz Kulesa, Ian Kearns, "Dangerous Brinkmanship: Close Military Encounters Between Russia and the West in 2014", European Leadership Network, November 2014, p.2

[106] https://api.army.mil/e2/c/downloads/2021/03/15/9944046e/regaining-arctic-dominance-us-army-in-the-arctic-19-january-2021-unclassified.pdf

[107] https://www.nytimes.com/2022/03/27/us/army-alaska-arctic-russia.html?searchResultPosition=1

[108] https://www.csis.org/features/ice-curtain-russias-arctic-military-presence

[109] Sanna Kopra, "China’s Arctic Interests", Arctic Yearbook 2013, p. 4

[110] https://www.repubblica.it/green-and-blue/2022/04/05/news/artico_ambiente_guerra_ucraina-344129978/?ref=RHTP-BI-I341903307-P9-S4-T1

[111] https://daydaynews.cc/en/science/a-big-pie-in-the-sky-how-did-my-countrys-arctic-yellow-river.html

[112] https://www.clingendael.org/pub/2020/presence-before-power/2-presence-before-power-why-china-became-a-near-arctic-state/

[113] https://www.thearcticinstitute.org/countries/china/

[114] https://www.chinadaily.com.cn/china/2016-12/16/content_27687937.htm

[115] https://karholl.is/en/

[116] https://scandasia.com/china-and-finland-to-increase-arctic-research-coorporation/

[117] US Department of Defence, "Military and Security Developments Involving the People’s Republic of China 2020" - Annual Report to Congress, p. 133

[118] https://www.highnorthnews.com/en/russian-and-chinese-scientists-establish-arctic-research-center

[119] https://icds.ee/en/handing-over-infrastructure-for-chinas-strategic-objectives-arctic-connect-and-the-digital-silk-road-in-the-arctic/

[120] https://thediplomat.com/2021/04/chinas-digital-silk-road-and-the-global-digital-order/

[121] https://www.recordedfuture.com/china-digital-colonialism-espionage-silk-road/

[122] Heather A. Conley, James A. Lewis and Max Shafron, “China’s Nordic Investment Hub: The Case of Sweden”, in Chinese Technology Acquisitions in the Nordic Region, Center for Strategic and International Studies (CSIS), 2020, p. 7

[123] https://www.thinkgeoenergy.com/icelandic-orka-energy-to-collaborate-more-closely-with-sinopec-on-geothermal-development/

[124] https://thediplomat.com/2015/05/china-iceland-and-the-arctic/ ; https://www.reuters.com/article/us-china-pollution-heating-idUSKBN1GY0CP

[125] https://www.arctictoday.com/new-china-iceland-arctic-science-observatory-already-expanding-focus/

[126] https://www.mfa.gov.cn/ce/ceis//eng/zbgx/rwjl/t1536495.htm ; https://www.isdp.eu/pressure-in-the-arctic-china-iceland-relations/

[127] https://wits.worldbank.org/CountryProfile/en/Country/ISL/Year/2019/Summary

[128] https://www.cnpc.com.cn/en/csr2014enhms/201807/771c0549950f4420ad6de3972fe27073/files/88c8e515fb734e6984ef3599ab2255c2.pdf

[129] https://www.hydrocarbons-technology.com/projects/yamal-lng-project-russia/

[130] http://oilprice.com/Energy/Energy-General/Putin-May-Have-Last-Laugh-Over-Western-Sanctions.html

[131] https://totalenergies.com/media/news/press-releases/russia-yamal-lng-starts-train-3-twelve-months-ahead-schedule-and-achieves-its-full-capacity

[132] https://totalenergies.com/media/news/press-releases/russia-yamal-lng-starts-train-3-twelve-months-ahead-schedule-and-achieves-its-full-capacity

[133] https://gcaptain.com/yamal-lngs-15-vessel-fleet-of-icebreaking-lng-tankers-now-operational/

[134] https://totalenergies.com/media/news/press-releases/russia-launch-giant-arctic-lng-2-development

[135] https://www.nsenergybusiness.com/projects/arctic-lng-2-project/

[136] https://thebarentsobserver.com/en/2022/03/russias-grand-arctic-lng-project-might-come-halt

[137] http://www.sasac.gov.cn/n2588025/n2588124/c11445784/content.html

[138] https://www.yicaiglobal.com/news/chinese-soe-mucks-in-on-infrastructure-for-russia-payakha-oilfield

[139] http://www.sasac.gov.cn/n2588025/n2588124/c11445784/content.html

[140] https://thebarentsobserver.com/en/industry-and-energy/2016/10/new-mega-port-arkhangelsk-chinese-investments

[141] https://thebarentsobserver.com/en/arctic/2020/05/new-barents-sea-port-will-get-railway-connecting-asia-arctic

[142] https://polarjournal.ch/2021/09/15/indien-moechten-sich-an-arctic-lng-2-beteiligen/

[143] https://european-union.europa.eu/principles-countries-history/country-profiles_en?page=1

[144] https://www.nato.int/cps/en/natohq/topics_132726.htm#:~:text=As%20a%20result%20of%20the,%2C%20Jordan%2C%20Sweden%20and%20Ukraine.

[145] https://www.npr.org/2022/03/03/1084112625/neutral-finland-sweden-warm-to-idea-of-nato-membership

[146] https://www.trtworld.com/magazine/a-look-into-sweden-and-finland-s-russia-policy-56388

[147] https://yle.fi/news/3-12357832 ; https://www.thelocal.se/20220324/six-out-of-ten-swedes-would-back-nato-if-finland-joined-poll/ ; https://www.reuters.com/world/europe/finland-sweden-weigh-up-pros-cons-nato-membership-2022-04-13/

[148] https://www.nato.int/cps/en/natohq/opinions_194326.htm

[149] https://www.rand.org/blog/2022/03/complex-but-promising-prospects-as-finland-and-sweden.html

[150] https://www.reuters.com/world/europe/russia-warns-baltic-nuclear-deployment-if-nato-admits-sweden-finland-2022-04-14/

[151] https://www.cgai.ca/nato_canada_and_the_arctic

[152] https://arctic-council.org/news/report-on-shipping-in-the-northwest-passage-launched/

[153] https://www.barentsinfo.org/barents-region/Transport/Northern-Sea-Route

[154] Svend Aage Christensen, "Are the Northern Sea Routes Really the Shortest?: Maybe a Too Rose-Coloured Picture of the Blue Arctic Ocean", Danish Institute for International Studies, 2009, p. 5

[155] https://nationalpost.com/news/as-geopolitical-tensions-rise-chinese-investment-into-canada-continues-to-fall-data-show#:~:text=Total%20Chinese%20investment%20into%20Canada,University%20of%20Alberta's%20China%20Institute.

[156] https://www.bbc.com/news/world-us-canada-58682998

[157] https://www.theglobeandmail.com/news/world/as-ice-levels-recede-china-eyes-shipping-opportunities-in-canadas-northwest-passage/article36971509/

[158] https://www.economist.com/the-economist-explains/2019/05/22/who-owns-the-northwest-passage

[159] https://overthecircle.com/2017/12/23/the-northwest-passage-present-status-and-emerging-questions/

[160] https://www.highnorthnews.com/en/china-sends-more-dozen-vessels-through-arctic-ocean

[161] https://overthecircle.com/2017/12/23/the-northwest-passage-present-status-and-emerging-questions/

[162] https://www.lexpert.ca/big-deals/jilin-jien-nickel-and-goldbrook-ventures-acquire-canadian-royalties-for-192m/346985

[163] https://www.canadianroyalties.com/subsections/1207/who-are.html

[164] https://www.canadianminingjournal.com/featured-article/new-money-gives-mine-fresh-start/

[165] https://www.yukon-news.com/news/nobody-wants-the-wolverine-mine-now-the-yukon-governments-on-the-hook/

[166] https://news.metal.com/newscontent/100010412/china-govt:-chihong-mining-canada-selwyn-seal-zinc-deal/

[167] https://www.cbc.ca/news/canada/north/selwyn-chihong-yukon-mine-postponed-kaska-1.3440713

[168] http://selwynchihong.com/project/timeline/     

[169] https://www.cbc.ca/news/canada/newfoundland-labrador/alderon-iron-ore-labrador-kami-project-seized-1.5549516

[170] https://www.bloombergquint.com/global-economics/canada-stops-china-takeover-of-arctic-gold-operation-miner-says#:~:text=(Bloomberg)%20%2D%2D%20Prime%20Minister%20Justin,potentially%20inflaming%20a%20diplomatic%20feud.

[171] https://vajiramias.com/current-affairs/ambarnaya-river/5edb0f431d5def06de5d6715/

[172] https://foreignpolicy.com/2020/10/13/arctic-competition-resources-governance-critical-minerals-shipping-climate-change-power-map/

[173] http://library.arcticportal.org/1922/1/mining_factsheets_final.pdf

[174] https://www.mining.com/new-technology-promises-to-be-a-game-changer-in-the-extraction-of-rare-earths/

[175] https://www.weforum.org/agenda/2020/02/ice-melting-arctic-transport-route-industry/

[176] https://news.cgtn.com/news/35677a4e33557a6333566d54/share_p.html

[177] https://www.greenpeace.org/international/story/47973/norilsk-oil-spill-disaster-russia-accident-risk-map/

[178] https://www.arctictoday.com/the-massive-norilsk-fuel-spill-could-be-linked-to-permafrost-thaw-a-growing-threat-to-arctic-infrastructure/

[179] https://thebarentsobserver.com/en/arctic/2021/10/norilsk-starts-cooling-ground-preserve-buildings-thawing-permafrost ; https://www.miningweekly.com/article/russias-thawing-permafrost-worrying-for-mining-oil-and-gas-companies-2019-10-18 ; https://www.highnorthnews.com/nb/arctic-warming-accelerates-permafrost-thaw-hits-alaska-mine ; https://www.troweprice.com/financial-intermediary/pt/en/thinking/articles/2021/q1/melting-permafrost-poses-challenge-arctic-companies.html#

[180] https://www.swp-berlin.org/10.18449/2020C57/

[181] https://www.bbc.com/future/article/20211115-climate-change-can-russia-leave-fossil-fuels-behind

[182] https://www.iea.org/news/how-europe-can-cut-natural-gas-imports-from-russia-significantly-within-a-year

[183] https://carnegiemoscow.org/commentary/83757

[184] https://www.nytimes.com/2016/02/10/world/europe/russia-to-present-revised-claim-of-arctic-territory-to-the-united-nations.html#:~:text=MOSCOW%20%E2%80%94%20A%20senior%20Russian%20government,area%20under%20the%20North%20Pole.

[185] https://www.arctictoday.com/russia-extends-its-claim-to-the-arctic-ocean-seabed/#:~:text=Russia%20has%20formally%20enlarged%20its,and%20Canada's%20exclusive%20economic%20zones.

[186] https://www.theguardian.com/world/shortcuts/2014/dec/16/why-denmark-thinks-it-can-lay-claim-to-north-pole

[187] https://www.bbc.com/news/world-europe-25331156

[188] https://www.change.org/p/sm-margherita-ii-di-danimarca-fermiamo-la-stage-dei-delfini-nelle-isole-faroe

[189] https://arctic-council.org/news/russian-chairmanship-begins-under-theme-responsible-governance-for-a-sustainable-arctic/

[190] https://qz.com/india/2146849/after-the-eu-us-deal-russia-counts-on-india-to-buy-gas-and-oil/

[191] https://accept.aseanenergy.org/arnecc-research-data/russian-asean-cooperation-in-the-natural-gas-sector-lessons-from-the-russian-vietnamese-relation/ ; https://www.arcticcircle.org/journal/arctic-council-steps-into-unchartered-territory ; https://www.akm.ru/eng/press/the-uae-wants-to-invest-in-the-northern-sea-route/

[192] https://www.thearcticinstitute.org/us-national-strategy-for-arctic-region/

[193] https://media.defense.gov/2019/Jun/06/2002141657/-1/-1/1/2019-DOD-ARCTIC-STRATEGY.PDF

[194] https://www.af.mil/Portals/1/documents/2020SAF/July/ArcticStrategy.pdf

[195] https://media.defense.gov/2021/Jan/05/2002560338/-1/-1/0/ARCTIC%20BLUEPRINT%202021%20FINAL.PDF/ARCTIC%20BLUEPRINT%202021%20FINAL.PDF

[196] https://api.army.mil/e2/c/downloads/2021/03/15/9944046e/regaining-arctic-dominance-us-army-in-the-arctic-19-january-2021-unclassified.pdf

[197] https://warontherocks.com/2021/05/a-u-s-security-strategy-for-the-arctic/#:~:text=Any%20new%20U.S.%20Arctic%20security,by%20either%20China%20or%20Russia.

[198] https://www.worldpoliticsreview.com/articles/30434/for-nato-russia-ukraine-war-forecasts-tensions-in-the-arctic

[199] https://theconversation.com/navalny-and-co-brave-journalists-risking-all-to-hold-vladimir-putin-to-account-153322 ; https://www.theguardian.com/world/2016/oct/05/ten-years-putin-press-kremlin-grip-russia-media-tightens ; https://www.theguardian.com/world/2022/apr/11/prominent-russian-opposition-activist-detained-in-moscow

[200] https://www.nrk.no/tromsogfinnmark/norwegian-armed-forces-creating-gps-jamming-alert-system-1.15073878

[201] https://www.arctictoday.com/russia-starts-navy-drills-in-the-barents-sea-reports-interfax/

[202] https://www.nato.int/cps/en/natohq/news_193852.htm#:~:text=NATO%20Secretary%20General%20Jens%20Stoltenberg,and%20North%20America%20training%20together.

[203] https://polarbearagreement.org/about-us/1973-agreement

[204] https://www.youtube.com/watch?v=9OrywKNstbQ ; https://www.avvenire.it/mondo/pagine/delfini-uccisi-danimarca ; https://ilgiornaledellambiente.it/strage-di-delfini/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier