Comment l'Egypte et Israël détruisent la Palestine

La question israélo-palestinienne est tragiquement revenue au centre du débat international.

01-1

Du 10 au 20 mai, 256 Palestiniens (dont 66 enfants) et 13 Israéliens ont été tués, plus d'un millier de blessés et 156 bâtiments ont été tués dans la guerre entre le gouvernement fondamentaliste de Bibi Netanyahu en Israël et le Hamas - le mouvement fondamentaliste qui gouverne la bande de Gaza Bande rasée au sol[1]. Le cessez-le-feu est en vigueur depuis le 21 mai et a été signé grâce à la médiation du régime du Caire qui est parvenu à un nouveau compromis sur la persécution des Frères musulmans, qui c'est la raison pourquoi un coup d'État a été effectué en Égypte[2].

Néanmoins, personne ne peut savoir si et combien de temps la Hudna tiendra[3], car les raisons du soulèvement palestinien et de la violente réaction israélienne non seulement restent inexpliquées, mais n'ont même pas été discutées. Tout d'abord, le problème de la définition et de l'attribution du territoire[4]. Une fois de plus, la haine l'emportait sur la raison. Encore une fois, il faut compter les victimes parmi les civils, de nombreux enfants et des infrastructures détruites : le 10 mai (journée symbolique spéciale où Israël célèbre la "Journée de Jérusalem" pour commémorer son annexion après la guerre des Six Jours de 1967[5]), tandis que Pendant le Ramadan (le mois sacré des musulmans), les autorités israéliennes ont décidé d'installer de nouveaux postes de contrôle à l'entrée de la porte de Damas, l'entrée principale de la vieille ville de Jérusalem, ce qui empêcherait des milliers de Palestiniens d'atteindre la mosquée Al-Aqsa et de permettre leur culte entraine toi[6].

Résultat : de violents affrontements entre la police israélienne et des Palestiniens devant la mosquée Al-Aqsa ; près de la mosquée, dans le quartier de Sheikh Jarrah, des manifestations contre le gouvernement israélien, qui a annoncé l'expulsion de certaines familles palestiniennes vivant dans ce quartier au profit de colons juifs. Des agents de sécurité israéliens ont fait irruption dans la mosquée Al-Aqsa et ont lancé des grenades assourdissantes sur les Palestiniens. Une attaque contre l'un des lieux saints de la religion islamique pendant le mois de Ramadan. D'où le lancement de roquettes du Hamas de la bande de Gaza à Jérusalem dans le Néguev occidental et la réaction immédiate d'Israël au lancement de roquettes du mouvement islamique radical[7].

Ces dernières années, le Mont du Temple a été le théâtre d'attaques de groupes fondamentalistes israéliens. Ils ont demandé la destruction de la mosquée Al-Aqsa et du Dôme du Rocher. Pour les représentants de la Fondation islamique, les gardiens de la mosquée, fondation religieuse soutenue par la Jordanie (gardiens des lieux saints), les fondamentalistes israéliens souhaitent que le lieu saint soit subordonné à l'Office des antiquités et ainsi privé de ses significations religieuses[8].

Le 27 mai, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a mis en place une commission d'enquête sur les violences dans les territoires palestiniens occupés, y compris Jérusalem-Est[9]. L'ancienne présidente chilienne Michelle Bachelet, haut-commissaire aux droits de l'homme, a déclaré que les attaques de l'armée israélienne contre Gaza pourraient constituer un crime de guerre « s'il s'avère que des civils ont été touchés sans discernement »[10].

Correct, mais insuffisant. Autant de positions qui prétendent ne pas voir la grande nouveauté de l'échiquier moyen-oriental : depuis que l'armée égyptienne du président Al-Sissi a renversé le gouvernement démocratique du Caire, que les Frères musulmans (qui est aussi à l'origine du financement du Hamas[11]) ont remporté aux élections , le parti à majorité relative d'Israël, le Likoud de Bibi Netanyahu, est devenu l'un des alliés les plus fidèles du régime égyptien, et la cause du peuple palestinien est devenue l'objet d'échanges entre ces nouveaux amis[12].

Une économie en état de siège

Une négociation très simple, car la Palestine est un pays complètement encerclé par Israël et n'a pas sa propre économie autosuffisante. Chaque fois que les habitants parviennent à cultiver une production d'intérêt international, Israël les exproprie militairement (comme ce fut le cas des oliviers millénaires de Cisjordanie[14] et de Galilée, qui sont aujourd'hui la source d'une des meilleures huiles d'Europe, celle de le propriétaires terriens Meshek Achiya[15]) ou y mettre le feu et le voler par des colons juifs - ou même aller jusqu'à[16] le détruire avec leurs propres chasseurs-bombardiers[17]. Ou avec des pesticides [18]: l'armée juive utilise des lance-flammes ou des compagnies aériennes (Chim-Nir et Telem Aviation) pour distribuer des pesticides à travers la frontière qui brûlent les feuilles et les racines des plantes des agriculteurs palestiniens[19].

60% de la Cisjordanie est sous le contrôle du gouvernement israélien, et même dans les zones qui appartiennent à des Palestiniens en vertu d'accords internationaux, l'accès des citoyens est rendu difficile par les contrôles de l'armée. Ainsi, la Palestine, plus qu'une seule nation, est un système (physiquement, économiquement et politiquement) divisé en trois zones : la Cisjordanie, Jérusalem-Est et la bande de Gaza. La Cisjordanie, à son tour, est divisée en trois autres zones (A, B et C) pour rendre la mobilité aussi difficile que possible et pour simplifier le contrôle militaire israélien[20].

Les choses ne cessent d'empirer. Selon la Banque mondiale, 2020 s'est avérée être une année encore plus difficile après trois années consécutives de croissance économique inférieure à 2% alors que l'économie palestinienne était confrontée à Covid-19 ainsi qu'à un grave ralentissement économique dû à la baisse de la demande sur les marchés d'exportation traditionnels. En outre, il y a eu un blocage des négociations entre l'Autorité palestinienne et le gouvernement israélien (qui a suspendu le transfert des fonds de compensation) et une réduction drastique de l'aide étrangère[21].

Le 1er décembre 2020, le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh et le représentant de l'Union européenne en Palestine, Sven Kühn von Burgsdorff, ont présenté une plateforme d'investissement pour faciliter l'accès aux fonds étrangers pour soutenir des secteurs vitaux tels que l'agriculture, les transports, les télécommunications, énergies renouvelables, ressources en eau et technologies numériques : jusqu'à 100 millions de dollars d'une subvention européenne et 410 autres sous forme de prêts bancaires et de garanties[22] qui arrivent six mois après les 41 millions de dollars donnés par l'Union européenne pour permettre à l'Autorité palestinienne de payer salaires de l'administration publique[23].

Il n'y a pas d'alternative : l'économie palestinienne est un cycle fermé, dans lequel Israël et le Hamas veillent à ce que les grands groupes industriels et les grands établissements de crédit ne puissent pas entrer. L'apartheid est présent dans la vie quotidienne et aussi dans le secteur financier[24]. La construction ultérieure du mur de sécurité de 465 km de long (2002), construit avec d'immenses écarts illégaux par rapport aux frontières autorisées de 1967 en faveur d'Israël, restreint considérablement la liberté de mouvement de la population palestinienne, avec d'autres conséquences économiques et sociales graves[25].

L'Autorité palestinienne traverse une grave crise budgétaire depuis de nombreuses années, exacerbée par la baisse des dons internationaux (l'Égypte, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis étant passés d'amis à ennemis) et par la politique israélienne, mais aussi à cause du que le Hamas tire un grand avantage politique du maintien des tensions élevées, car ce parti a basé son propre succès sur la colère et le désespoir du peuple palestinien, mais n'a jamais été en mesure de créer la paix en raison de sa propre corruption interne pour les décisions[27]. Le droit israélien remercie et double. Un fait simple : les puits d'approvisionnement en eau ont été confisqués par le côté israélien de l'écluse. Le peuple palestinien n'a plus accès à l'eau et les récoltes sont menacées[28].

Le Protocole de Paris (1994) a donné à l'Autorité palestinienne le contrôle formel sur les recettes fiscales et la circulation des produits agricoles et industriels, mais a ainsi officialisé une union douanière déloyale : le gouvernement d'Israël, en violation du protocole, a restreint la circulation des marchandises entre Israël et les territoires imposés (les produits peuvent circuler d'Israël vers les territoires, mais pas l'inverse) et a délibérément augmenté le temps et le coût de déplacement des marchandises d'une zone de Cisjordanie à une autre[29].

75 % du commerce palestinien dépend d'Israël pour les importations et 80 % pour les exportations, et toute tentative de croissance est étouffée dans l'œuf : entre 2016 et 2018, Israël n'a approuvé que 3 % des permis de construire du pays[30]. Le blocus économique de la bande de Gaza, qui a commencé avec la victoire électorale du Hamas en 2007, a compromis le contrôle des frontières, des ressources et du système de licences dans une grande partie des terres agricoles palestiniennes - maintenant entre les mains du gouvernement israélien[31].

L'assiduité du peuple palestinien

90% du PIB palestinien est généré par les petites et moyennes entreprises - les conditions pour le développement des grandes entreprises font totalement défaut. Il y a plusieurs raisons. Par exemple, trois monnaies circulent dans les Territoires occupés, le dinar israélien, jordanien et le dollar américain. L'Autorité palestinienne n'a ni banque centrale ni monnaie propre. Le harcèlement de l'armée israélienne et des colons complique chaque journée de travail. Ine Eriksen Soreide, ministre norvégienne des Affaires étrangères et présidente de l'AHLC Palestine, a affirmé que « l'économie palestinienne ne peut pas développer son potentiel tant que les Palestiniens n'auront pas pleinement accès à leurs terres et à leurs ressources et pourront se déplacer et commercer librement sur leurs propres territoires »[33].

Pourtant, l'économie est fertile, avec un PIB palestinien dépassant les 14 milliards de dollars en 2018, en grande partie grâce au secteur informatique, qui représente 40% de l'économie et emploie un tiers de la population - dans un pays avec un taux de chômage de 30%[34]. En tant qu'armée d'invasion, Israël n'investit pas dans les infrastructures civiles et n'empêche pas les autres de le faire. A la veille des accords d'Oslo (13 septembre 1993), avant que la bande de Gaza ne devienne une partie de l'Autorité palestinienne, 5% des habitants de Gaza et 26% des habitants des zones rurales de Cisjordanie étaient sans eau ; dans la bande de Gaza, 38% n'avaient pas de système d'égout et seulement 69% en Cisjordanie avaient l'électricité 24h/24 et 7j/7[35].

Cependant, la transition vers l'Autorité palestinienne a entraîné une autre récession alors qu'Israël a commencé à bloquer le commerce intérieur, en particulier le commerce des fleurs[36], qui est vital pour la Palestine[37]. Le résultat a été la difficulté croissante pour la Palestine, la quasi-impossibilité de produire en Cisjordanie et de vendre sur les marchés internationaux de la bande de Gaza - à tel point que la part de ce commerce dans le PIB est passée de plus de 50% à seulement 8%[38] en 5 ans a diminué. D'autres restrictions bancaires imposées par Israël ont également étouffé les revenus des envois de fonds des travailleurs[39] palestiniens à l'étranger, en particulier ceux des entreprises fondées par de jeunes Palestiniens du monde entier qui ont commencé à commercialiser leurs produits locaux pour traverser le labyrinthe et sortir des obstacles mis en place. par le gouvernement de Jérusalem[40].

L'exemple le plus connu est celui de Nablus, célèbre entreprise de confiserie dont l'activité en Cisjordanie a été progressivement rendue impossible par Israël : Raed Anabtawi, petit-fils du fondateur, a fait un choix audacieux et en 2009 l'entreprise a déménagé à Oman. Aujourd'hui, la jeune Al Arz Ice Cream Company, qui emploie 200 travailleurs palestiniens (à Oman), produit des dizaines de milliers de sucettes glacées chaque jour pour la Cisjordanie et la bande de Gaza et a maintenant commencé à se développer dans le monde arabe avec un grand succès, comme un mélange de chocolat belge, de lait polonais, de technologie danoise et de recettes palestiniennes vénéré dans toute l'Asie - dans une situation où les Israéliens ne peuvent pas endommager l'usine ou empêcher les travailleurs d'atteindre le travail[41].

Depuis, Oman est devenu la terre promise de la nouvelle économie palestinienne, comme en témoigne le succès de la Al Anan Marble and Stone Company (bijouterie) et de la Galerie Zaineb (commerce d'objets d'art palestiniens)[42]. D'autres entreprises historiques, en revanche, sont beaucoup plus en difficulté, et pas toujours à cause des difficultés de main-d'œuvre : Hirbawi à Hébron, par exemple, est la principale entreprise mondiale de Keffieh[43] depuis 1961, et c'était l'industrie textile chinoise. qui l'a mis à genoux à cause d'eux Aujourd'hui, un dixième du produit d'origine est vendu dans le monde pour un dixième du produit d'origine[44]. Anat International, qui produit et vend à la fois ses propres vêtements et des vêtements de marque sous licence[45], est freinée par la contrebande de produits contrefaits en provenance du golfe Persique[46]. A ces entreprises, il faut ajouter de nombreuses sociétés, associations, fondations, ONG et consortiums, presque tous dirigés par des femmes palestiniennes qui vendent des produits d'art national et des antiquités dans le monde entier[47].

L'indépendance économique refusée

Israël mène une lutte acharnée pour empêcher une éventuelle croissance économique palestinienne à n'importe quel niveau. Le secteur de l'énergie est conditionné par les décisions israéliennes concernant la quantité d'eau, d'électricité et de pétrole auxquels la Palestine peut accéder - rendant la politique industrielle impossible. Les efforts de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international pour libéraliser à eux seuls la libre circulation des travailleurs ne seront pas suffisants tant que la Palestine ne sera pas en mesure de faire face au développement industriel - même si le Hamas promeut une politique fiscale qui favorise les capitaux étrangers, qui jusqu'à présent ont principalement des clients jordaniens convaincus que 80% du capital étranger (presque 100% via des microcrédits) est investi en Palestine depuis ce pays[49].

Après 1967, Israël a publié de nombreuses ordonnances pour enregistrer des sociétés, des marques et des noms commerciaux palestiniens. Il stipulait les conditions des échanges, la nature et le montant des impôts, taxes et droits à payer ; Un certain nombre de taxes ont été imposées aux producteurs palestiniens, payant entre 35 et 40 % de taxes de plus que les producteurs israéliens[50]. La perte totale de revenus sur la période 1970-1987 variait d'un minimum estimé à 6 milliards de dollars à un maximum de 11 milliards de dollars : un montant qui aurait pu être investi dans la création d'une industrie indépendante[51].

En février 2019, le gouvernement israélien a adopté une loi qui gèle une partie des impôts et taxes palestiniens (perçus d'Israël et remis à l'Autorité palestinienne chaque mois) : la loi permet au gouvernement israélien de vendre 5% des 190 millions de dollars américains à retenir des dollars de recettes fiscales palestiniennes[52] utilisées pour aider les familles des prisonniers dans les prisons israéliennes pour des crimes contre la sécurité. Israël a justifié sa décision par le fait que l'argent était autrement utilisé pour financer le terrorisme[53].

Dans les Territoires palestiniens, les violations des droits humains affectent également le tourisme. Ceci est dénoncé par le document "Tainted Tourism" publié en mars 2021 par l'ONG Global Legal Action Network et le centre de recherche néerlandais pour les entreprises multinationales SOMO[54], qui analysait les offres touristiques dans le but d'Israël : les voyagistes israéliens collectent le nombre complet bien qu'environ 40% des attractions fréquentées par les visiteurs internationaux se trouvent dans les territoires occupés[55].

La question est donc de savoir pourquoi la communauté internationale ne choisit pas d'agir pour sauver le peuple palestinien de l'anéantissement politique, économique, social, culturel et physique. A lire la liste des humiliations infligées par les Israéliens, il semble impossible que les Nations Unies restent indifférentes à cette tragédie. La réponse se trouve à nouveau dans les faits de mai 2021 : le Hamas veut que les choses restent telles qu'elles sont. Au lieu de lutter pour la paix, le Hamas déchaîne une puissance de missiles totalement insuffisante à la fois pour combattre l'armée israélienne et pour dépasser le coût de l'Autorité palestinienne pour se maintenir au pouvoir : tant que la naissance et l'épanouissement d'une puissance indépendante si la bourgeoisie est empêchée, la démocratisation de la citoyenneté est empêchée.

La partie la plus arriérée et obscurantiste du gouvernement israélien remercie parce qu'elle peut avancer dans un véritable génocide administratif. Deux forces tout aussi hideuses dont la Palestine ne peut se libérer sans un engagement extérieur ferme. Mais si les meilleurs alliés d'Israël aujourd'hui sont les dirigeants du régime qui a torturé et mutilé Giulio Regeni et des milliers de citoyens égyptiens sans défense et leurs alliés dans le golfe Persique, alors en effet l'espoir est sur le point de mourir.

[1] Occupied Palestinian Territory (oPt) - Response to the escalation in the oPt - Situation Report No. 1, 21 - 27 May 2021; https://www.timesofisrael.com/73-year-old-israeli-woman-who-fell-in-rocket-shelter-dies-of-injuries/

[2] https://www.repubblica.it/esteri/2013/07/03/news/l_egitto_a_un_passo_dal_colpo_di_stato_alle_17_scade_l_ultimatum_dei_militari-62298731/

[3] È un termine arabo che significa tregua o armistizio, https://amp.ww.it.freejournal.info/2170698/1/hudna.html

[4] Autori Vari, “Atlante delle guerre e dei conflitti del mondo”, Nona edizione, Terra Nuova Edizioni, Associazione 46° Parallelo, Firenze 2019, pagina 195

[5] https://www.avvenire.it/mondo/pagine/israele-ancora-scontri-a-gerusalemme

[6] https://www.avvenire.it/mondo/pagine/israele-ancora-scontri-a-gerusalemme

[7] Haggai Matar, “Perché Israele ha scelto la violenza”, “+972 Magazine” in “Internazionale” n.1409 – 14 Maggio 2021, pagine 18-20

[8] Autori Vari, “Atlante delle guerre e dei conflitti del mondo”, Nona edizione, Terra Nuova Edizioni, Associazione 46° Parallelo, 2019, pagina 195

[9] https://sicurezzainternazionale.luiss.it/2021/05/27/sessione-speciale-del-consiglio-diritti-umani-dellonu-gaza-israele/

[10] “Intanto nel mondo”, 28 Maggio 2021, https://www.internazionale.it/

[11] https://link.springer.com/chapter/10.1057/9780230106871_7 ; Beverley Milton-Edwards, “The Muslim Brotherhood: The Arab spring and its future face”, Routledge, London 2015, page 93

[12] https://carnegieendowment.org/sada/75840 ; https://www.dw.com/en/israel-egypt-meet-over-shaky-gaza-truce/a-57719557

[13] https://www.aa.com.tr/en/latest-on-coronavirus-outbreak/poverty-covid-19-add-to-plight-of-palestinian-children/2198519

[14] https://www.invictapalestina.org/archives/42302

[15] https://www.invictapalestina.org/archives/38776

[16] https://www.oxfamitalia.org/palestina-bruciati-e-abbattuti-migliaia-di-olivi/ ; https://www.oliveoiltimes.com/it/business/africa-middle-east/destruction-of-olive-trees-west-bank-palestinian-sovereignty/84810 ; http://www.infopal.it/onu-danneggiati-e-bruciati-da-coloni-migliaia-di-ulivi-palestinesi/https://www.repubblica.it/solidarieta/cooperazione/2010/10/28/news/cisgiordania_coloni_contro_palestinesi_dati_alle_fiamme_e_abbattuti_i_loro_ulivi-8510093/

[17] https://www.invictapalestina.org/archives/42576

[18] http://www.infopal.it/land-grabbing-israeliano-nei-territori-palestinesi-occupati-devastazione-ambientale-saccheggio-delle-terre-coltivate-politiche-coloniali-di-demolizione/av_rl/active

[19] http://www.infopal.it/land-grabbing-israeliano-nei-territori-palestinesi-occupati-devastazione-ambientale-saccheggio-delle-terre-coltivate-politiche-coloniali-di-demolizione/av_rl/active

[20] https://valori.it/palestina/

[21] https://www.ice.it/it/news/notizie-dal-mondo/161914

[22] https://ec.europa.eu/eu-external-investment-plan/news/launching-european-union-palestine-investment-platform_en

[23] https://www.middleeastmonitor.com/20200506-eu-gives-pa-41m-to-pay-salaries-pensions-of-workers-in-west-bank/

[24] https://valori.it/palestina/

[25] http://www.deagostinigeografia.it/wing/schedapaese.jsp?idpaese=304#

[26] https://bdsitalia.org/index.php/ultime-notizie-no-mekorot/2136-apartheid-idrico

[27] https://www.bloombergquint.com/gadfly/israel-hamas-confrontation-what-is-hamas-thinking ; https://theconversation.com/both-israel-and-hamas-are-aiming-to-look-strong-instead-of-finding-a-way-out-of-their-endless-war-160962 ; https://theconversation.com/can-the-world-stop-israel-and-hamas-from-committing-war-crimes-7-questions-answered-about-international-law-155105

[28] https://www.populationdata.net/pays/palestine/

[29] http://www.bocchescucite.org/palestina-economia-e-occupazione-dal-protocollo-di-parigi-ad-oggi-ii-parte/

[30] http://www.infopal.it/il-declino-dei-settori-produttivi-palestinesi-il-commercio-interno-come-microcosmo-dellimpatto-delloccupazione/

[31] http://www.infopal.it/il-declino-dei-settori-produttivi-palestinesi-il-commercio-interno-come-microcosmo-dellimpatto-delloccupazione/

[32] http://www.pipa.ps/page.php?id=1b8ac6y1804998Y1b8ac6

[33] https://www.agensir.it/quotidiano/2021/2/26/coronavirus-covid-19-palestina-nel-2020-economia-contratta-del-10-12-circa-150-000-palestinesi-hanno-perso-il-lavoro/

[34] https://valori.it/palestina/

[35] http://www.bocchescucite.org/palestina-economia-e-occupazione-dal-protocollo-di-parigi-ad-oggi-ii-parte/

[36] http://ibiworld.eu/2020/09/15/il-caso-karuturi-cosi-la-crisi-delle-rose-recide-le-speranze-di-milioni-di-persone/

[37] https://www.senato.it/application/xmanager/projects/leg16/attachments/dossier/file_internets/000/006/937/81.pdf

[38] http://www.bocchescucite.org/palestina-economia-e-occupazione-dal-protocollo-di-parigi-ad-oggi-ii-parte/

[39] https://www.agensir.it/quotidiano/2021/2/26/coronavirus-covid-19-palestina-nel-2020-economia-contratta-del-10-12-circa-150-000-palestinesi-hanno-perso-il-lavoro/

https://www.senato.it/application/xmanager/projects/leg16/attachments/dossier/file_internets/000/006/937/81.pdf

[40] https://www.dw.com/en/young-palestinian-entrepreneurs-business-without-borders/a-50493101

[41] http://www.quartetoffice.org/page.php?id=5e6c7dy6188157Y5e6c7d

[42] http://www.quartetoffice.org/page.php?id=5e6c7dy6188157Y5e6c7d

[43] https://www.hirbawi.ps/

[44] https://www.corriere.it/esteri/10_luglio_17/kefiah-cinese-arafat_be63352a-916b-11df-8c13-00144f02aabe.shtml ; https://www.amiciziaitalo-palestinese.org/index.php?option=com_content&view=article&id=2131:kefiah-la-concorrenza-cinese&catid=41&Itemid=81 ; https://www.terrasanta.net/2010/09/le-kefiah-palestinesi-fabbricate-in-cina/

[45] https://anat-international.com/pages/about-anat

[46] https://www.palestine-studies.org/en/node/1651034

[47] https://www.palestine-studies.org/en/node/1651034

[48] https://www.terrasanta.net/2019/10/gaza-classificato-il-patrimonio-storico-archeologico/

[49] https://valori.it/palestina/

[50] https://nena-news.it/palestina-economia-e-occupazione-dal-protocollo-di-parigi-ad-oggi-i-parte/

[51] https://nena-news.it/palestina-economia-e-occupazione-dal-protocollo-di-parigi-ad-oggi-i-parte/

[52] https://www.internazionale.it/bloc-notes/francesca-gnetti/2019/05/31/collasso-economico-palestinese

[53] https://www.internazionale.it/bloc-notes/francesca-gnetti/2019/05/31/collasso-economico-palestinese

[54] https://altreconomia.it/in-palestina-la-violazione-dei-diritti-umani-passa-anche-attraverso-il-turismo/

[55] https://altreconomia.it/in-palestina-la-violazione-dei-diritti-umani-passa-anche-attraverso-il-turismo/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.