Si la Champions Ligue était perdue à Abu Dhabi

Samedi 29 mai, Chelsea London a remporté la Champions Ligue au stade de Porto, en battant Manchester City 1-0. Cela ressemble à des nouvelles sportives, mais ce n'est pas le cas.

01

Comme la tentative de plusieurs des plus grands clubs européens de créer une Super League qui ne participe plus aux championnats nationaux mais qui soit une association exclusive des équipes les plus riches du monde[1], il y a bien plus en jeu qu'un ballon et 22 garçons en short courir après lui. C'est un enjeu politique, social et économique très important. Le 29 mai, la famille dirigeante des Émirats arabes unis, celle du cheikh Al-Nahyan[2], a été vaincue par celle du pétrolier russe Roman Abramovich[3], qui a remporté le trophée du club de football le plus important du monde pour la deuxième fois en dix ans. Pour y parvenir, le cheikh Mansour Bin Zayed Al-Nahyan, le frère cadet du dirigeant d'Abou Dhabi Mohammed Bin Zayed Al-Nahyan, a payé 4 milliards de dollars pour acheter les actions du club et dépense désormais environ 600 millions de dollars, soit 80 millions de dollars chaque année de plus que Chelsea pour amener Manchester City à l'avant-garde de l'Europe[4].

Derrière le cheikh se trouve bien sûr toute sa famille, car le manager de Manchester City est Khaldoon Al Mubarak, directeur général et PDG du groupe Mubadala, dont le patron et principal actionnaire est Mohammed Bin Zayed Al-Nahyan, et Mansour est le vice-président[5]. Le groupe Mubadala, holding financier qui facture plus de 240 milliards de dollars par an[6], est le résultat de la concentration de toutes les activités financières, de construction, industrielles et militaires aux Emirats Arabes Unis[7] - et est le projet avec lequel se prépare Mohammed Bin Zayed Al-Nahyan son pays pour un monde où le pétrole n’est plus aussi central qu’aujourd’hui. Pour comprendre la taille, le produit intérieur brut national total du pays est de 420 milliards de dollars, soit moins du double des ventes d'une seule entreprise...

Les actions de Manchester City, détenues par la famille Sheikh, sont détenues par une société holding, City Football Group Ltd., une société basée à Manchester qui possède également les équipes du New York City FC, Melbourne City, Australie), Yokohama F. Marinos (Japon), Montevideo City Torque (Uruguay), Gérone (Espagne), Sichuan Jiunju (Chine), Mumbay City (Inde), Lommel SK (Belgique) et Estac Troyes (France)[8]. Il n'y a pas de données officielles sur le coût de cette formidable liste d'équipes professionnelles - auxquelles il faut ajouter les 693 millions de dollars versés pour sponsoriser les kits de Real Madrid et Arsenal Londres sur une période de cinq ans.[9]

Dans l'opposition farouche entre les Emirats et le Qatar, l'accent à Doha, outre la très coûteuse administration du Paris Saint-Germain[10], est davantage mis sur l'organisation d'événements de classe mondiale tels que la Coupe de la FIFA et le Grand Prix de Formule 1. Du point de vue des Occidentaux, les deux stratégies sont insensées et inutiles, et en plus, elles sont menées à travers l'esclavage de milliers d'immigrants et l'élimination de substances qui pourraient être utilisées dans des emplois qui augmentent le niveau de vie de nombreuses populations musulmanes, submergé par la guerre, la misère, de la prise d'otages aux conflits diplomatiques avec un fond religieux fictif.

Pourquoi tout cet argent ? Pour gagner l'affection, l'adhésion et la sympathie des habitants des villes, dont les équipes peuvent obtenir de meilleurs résultats sportifs grâce à l'argent des Emirats ? La sociologie moderne a soutenu pendant un quart de siècle qu'il y a un processus de changement irréversible en cours qui effacera très bientôt toute perception étroite de l'affiliation à une équipe - comme c'est le cas dans le sport professionnel américain, dont les clubs changent de siège relativement fréquemment. dès qu'une autre administration municipale offre de meilleures infrastructures et un meilleur traitement fiscal[11].

Tout le contraire de ce que la plupart des Européens perçoivent, qui à son tour est inextricablement lié à l'appartenance à une ville ou même à un quartier. Surtout, ce sont les supporters qui sont prêts à dépenser de l'argent en billets et en merchandising, comme en témoigne la véritable révolte des supporters des clubs qui voulaient participer à la Super League et qui accusaient la direction de trahison, alors ce projet en quelques heures ont échoué. [13]

Une chose que les dirigeants du golf ne peuvent pas comprendre, étant donné que dans ces deux pays le prolétariat, principal réservoir de supporters européens, a été remplacé par des immigrés (65,2% de la population du Qatar, 88,2% de la population des Emirats Arabes Unis), qui sont également traités dans des conditions comparables à l'esclavage et donc peu intéressés par le football local.

Et s'il est vrai qu'en Europe l'expansion de la couverture télé a fait sortir beaucoup de monde du stade (pas partout, vu le nombre croissant de téléspectateurs en Allemagne et au Royaume-Uni), cela ne veut pas dire que le public a choisi d'abandonner pour suivre les petits clubs locaux de profiter de seulement 12 clubs dans le monde comme l'espéraient les créateurs de la Super League.

Comme mentionné précédemment, le Qatar et les Émirats poursuivent des stratégies différentes. Paris St. Germain est contrôlé par la QIA Qatar Investment Authority, qui, grâce aux connaissances politiques acquises depuis sa collaboration avec l'équipe, a reçu le soutien du gouvernement dont elle a besoin pour investir dans Barclays, Sainsbury's, Harrods, Volkswagen, Walt Disney, l'aéroport d'Heathrow à Londres, Siemens, Shell et mille autres choses à saisir dont certains des meilleurs hôtels d'Italie et surtout de Sardaigne[14]. Le football est donc un moyen de construire des relations commerciales, avant même les relations diplomatiques.

Aux Emirats, ce concept semble complètement chamboulé. La ligue nationale de football se compose de 14 équipes, dont au moins trois (les trois clubs avec la plus grande tradition) appartiennent à la famille de Mohammed Bin Zayed Al-Nahyan[15]. Dans aucun autre pays au monde, les équipes de football n'appartiennent personnellement à l'homme fort du régime national. Bien que les Émirats aient quatre fois la population du Qatar, la fréquentation moyenne de la Ligue qatarie est de 11 000 fans et celle des Émirats moins de la moitié. Cela signifie que le championnat des Emirats n'est essentiel que pour l'image que la famille Al-Nahyan tente d'établir dans le monde.

Bien sûr, à y regarder de plus près, il existe également des accords commerciaux[16], mais ils ne semblent pas si importants, en partie parce que le groupe Mubadala préfère construire des partenariats industriels que de simples accords d'investissement financier.[17]

Et alors ? Si la finale de la Ligue des champions n'est pas chaque année Manchester City contre Paris St. Germain... si ces deux équipes ne parviennent pas toujours à remporter le championnat national... si les fans continuent à voir les deux équipes comme anglaises et françaises ... si tout cela est vrai, qu'est-ce que c'est ? Est-il sensé de jeter autant de milliards chaque année dans cet abîme sans fond du football professionnel européen ?

[1] https://www.thenation.com/article/culture/european-soccer-super-league/

[2] https://www.independent.co.uk/news/people/profiles/sheikh-mansour-richest-man-football-2052350.html

[3] https://web.archive.org/web/20190630210353/https://www.telegraph.co.uk/sport/football/2406994/Bates-sells-off-Chelsea-to-a-Russian-billionaire.html

[4] https://www.forbes.com/sites/mikeozanian/2021/04/12/the-worlds-most-valuable-soccer-teams-barcelona-on-top-at-48-billion/?sh=421d05616ac5

[5] https://www.mubadala.com/en/who-we-are/investment-committee/khaldoon-al-mubarak ; https://www.mubadala.com/en/who-we-are/board-of-directors

[6] https://www.mubadala.com/

[7] https://www.mubadala.com/en/who-we-are/corporate-structure

[8] https://www.cityfootballgroup.com/our-clubs/

[9] https://www.forbes.com/sites/mikeozanian/2021/04/12/the-worlds-most-valuable-soccer-teams-barcelona-on-top-at-48-billion/?sh=421d05616ac5

[10] https://www.sportspromedia.com/news/neymar-psg-qatar-national-bank-endorsement-deal

[11] https://www.docsity.com/it/sociologia-del-calcio/4160762/ ; https://journals.openedition.org/qds/1132

[12] https://www.the-afc.com/competitions/afc-champions-league/latest/news/al-ain-lift-uae-pro-league-title-in-style

[13] https://www.thenation.com/article/culture/european-soccer-super-league/

[14] https://www.tuttocagliari.net/altre-notizie/psg-e-non-solo-la-famiglia-al-thani-patrimonio-da-627-miliardi-di-dollari-19421

[15] https://en.wikipedia.org/wiki/UAE_Pro_League

[16] https://investmentpolicy.unctad.org/international-investment-agreements/treaty-files/425/download

[17] https://www.mubadala.com/en/who-we-are/partnerships

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.