paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

65 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 oct. 2021

Guinée, encore un changement de léopard

Tout doit changer pour que tout reste comme avant. C'est la leçon que donne Giuseppe Tomasi dans son roman sur la Sicile. Mais cela s'applique également au énième coup d'État en Guinée.

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous sommes le dimanche matin 5 septembre 2021, et dans le quartier de Kaloum à Conakry, de nombreux coups de feu se font entendre : plus de 500 " bérets rouges ", à bord de véhicules militaires partis avant l'aube de la base de Forecariah pour occuper le pays, prennent d'assaut le palais présidentiel de Sékhoutouréya et, après une fusillade, capturent le président Alpha Condé[1]. Les gens dans les rues applaudissent[2].

Les premières nouvelles officielles sont contradictoires : le ministère de la Défense parle d'une attaque repoussée, mais en fin d'après-midi, la télévision d'État diffuse une vidéo dans laquelle le colonel Mamadi Doumbouya, à la tête d'un autoproclamé Comité national pour la réconciliation et le développement[3], annonce en personne la destitution du président Alpha Condé[4].

Suivent l'annonce de la fermeture des frontières, la suspension de la Constitution et, enfin, la proclamation "Nous ne confierons plus la politique à un homme, nous la confierons au peuple". Parce qu'Alpha Condé est détesté par la plupart des gens, qui font la fête : on est sans nouvelles du président pendant des heures, puis une vidéo apparaît sur internet dans laquelle il apparaît dépité, à moitié couché sur un fauteuil, pieds nus, jean et chemise mal boutonnés, apparemment en bonne santé et entouré de soldats[5]. Ceci met fin à une période de 11 ans pendant laquelle, après un énième coup d'État, le gouvernement de Condé aurait dû être le premier gouvernement démocratique, celui qui aurait sorti la Guinée de décennies de misère et de douleur.

Histoires de violence ordinaire

La Guinée, qui a la taille du Royaume-Uni, a une population en constante augmentation de près de 14 millions de personnes et est l'une des nations les moins développées d'Afrique[7], 55% de ses habitants vivant dans une extrême pauvreté[8]. Pourtant, elle possède de grandes réserves de minerai de fer de haute qualité, de graphite, de nickel et de cobalt, ainsi que d'or, de diamants et d'autres pierres précieuses[9]. C'est principalement la bauxite qui joue un rôle de premier plan, et c'est grâce à la reprise récente des exportations de ce minerai que l'économie est en croissance depuis au moins 2020[10]: mais, comme cela arrive trop souvent sous ces latitudes, les citoyens semblent être les derniers à en bénéficier.

La Guinée est bordée par la Côte d'Ivoire, le Liberia et la Sierra Leone, autant de régions qui ont vécu d'âpres guerres civiles pendant au moins trente ans, et où le respect des droits de l'homme reste un objectif lointain[11] et où la criminalité[12], la corruption[13], la traite des êtres humains[14] et le trafic de drogue[15] connaissent des taux parmi les plus élevés de la planète. Il fait partie des États africains issus du colonialisme français, qui l'a conquis en 1898 après une bataille contre Samory Turé, empereur de l'État du Wassoulou[16]. Une longue négociation française avec le Royaume-Uni, qui contrôle la Sierra Leone, le Portugal, qui possède la Guinée-Bissau et le Liberia, a conduit à la définition des frontières actuelles, qui ont été tracées en ignorant, comme toujours, les communautés locales[17].

Après l'effondrement de la Quatrième République française, le président Charles de Gaulle a offert aux colonies le choix entre l'adhésion à une nouvelle communauté fédérale ou l'indépendance. La Guinée n'en doute pas : grâce à la campagne de sensibilisation menée par Ahmed Sékou Touré avec le Rassemblement démocratique africain, l'offre de de Gaulle est rejetée en bloc : la Guinée est la seule colonie d'Afrique à rejeter la proposition et à choisir l'indépendance totale, se proclamant république souveraine le 2 octobre 1958[18].

Ahmed Sékou Touré est élu président le 15 janvier 1961[19] et poursuit une ligne économique socialiste, fruit d'influences syndicalistes françaises : héros anticolonial et partisan du "panafricanisme", il se révèle être un despote et un tortionnaire, accusé de la disparition de 50 000 personnes et de la fuite désespérée de centaines de milliers de personnes hors du pays[20]. L'échec économique conduit le pays à l'isolement : de sa réputation de libérateur, acquise pendant les années de décolonisation, il ne restera rien. Son dernier acte, alors que le pays est en faillite, est une conversion au capitalisme occidental[21], mais il est trop tard pour en voir les résultats : il meurt en mars 1984 à Cleveland lors d'une opération du cœur[22].

Une semaine plus tard, lors d'un coup d'État, une junte militaire dirigée par le colonel Lansana Conté[23] prend le pouvoir. Les premiers actes ont été la suspension de la Constitution et l'abolition du PDG (Parti Démocratique de Guinée, avec lequel l'ancien président gouvernait) et de tous les comités révolutionnaires qui lui étaient liés, pour les remplacer par le Comité Militaire de Redressement National (CMRN)[24]. Après sept ans d'une lourde dictature militaire, une nouvelle constitution a été adoptée en 1991 pour amorcer la transition vers un régime civil ; en 1992, les partis politiques ont été légalisés et, en 1993, les premières élections multipartites de la Guinée ont eu lieu, au cours desquelles Conté a été élu président avec 51,7 % des voix[25].

Son projet économique est aussi désastreux que celui de son prédécesseur et Conté, faute de soutien populaire, gouverne par la force et la répression, à tel point qu'en 1996, il doit repousser la mutinerie de milliers de soldats [26]. Bien qu'ayant réussi à empêcher le coup d'État, Conté est contraint de changer de rythme, et de nouvelles stratégies conduisent à des améliorations progressives qui lui permettent, lors des élections suivantes en 1998, d'être réélu : un second mandat caractérisé par une saison de clientélisme, de corruption et de grave récession économique[27].

En 2000, l'armée rebelle du Front révolutionnaire uni (RUF), soutenue par le président libérien Charles Taylor, a lancé des attaques en Guinée et dans les pays voisins[29]. Les rebelles, qui comptent dans leurs rangs des guérilleros de Sierra Leone, du Burkina Faso et du Liberia, connus pour leurs actions brutales, ont mis à mal la ville de Guéckédou et d'autres villages[30]. Conté accuse les Libériens et les Sierra-Léonais vivant en Guinée d'avoir fomenté la guerre et lance contre eux une vaste opération de rafles, d'arrestations, de tortures, de viols et de procès "fictifs"[31]. Une marée de personnes fuyant la Guinée, estimée par le HCR à des centaines de milliers, est en mouvement[32].

Les élections approchent : Conté, déjà dans son deuxième mandat, ne peut pas se représenter, il lance donc un référendum constitutionnel (2001) pour annuler cette limite : le résultat, considéré comme le fruit d'une fraude, lui donne raison[33]. Les élections législatives, initialement prévues en 2000, ont eu lieu en juin 2002 et ont été remportées par Conté dans un contexte de boycott par les principaux partis d'opposition, qui ont dénoncé de fortes distorsions dans le mécanisme électoral[34].

Au cours de son troisième mandat, le président Conté continue de faire ses preuves : de plus en plus despotique, il favorise la corruption, aggrave les conditions socio-économiques du pays et alimente des désaccords de plus en plus forts avec l'opposition[35]. Après avoir survécu à une tentative d'assassinat en janvier 2005, il a dû faire face en 2007 à de nouvelles mutineries de l'armée[36], à des grèves et à d'importantes manifestations qui ont été réprimées dans le sang[37]. Mais c'est la fin : de plus en plus faible et malade, il meurt en décembre 2008[38]. Quelques heures plus tard, une junte militaire se faisant appeler le Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD) a annoncé sa prise de pouvoir[39].

Dans un communiqué diffusé à la télévision nationale, le capitaine Moussa Dadis Camara annonce que le CNDD a "décidé de mettre fin à l'agonie du peuple guinéen" en prenant le pouvoir et en destituant Somparé, le président intérimaire en place - la constitution est suspendue, l'activité politique et syndicale est interdite sur la promesse d'élections démocratiques dans les deux ans[40]. Le lendemain, le CNDD choisit Camara comme président. Le nouveau président défile dans le centre de Conakry sous les acclamations de la foule, tandis que la communauté internationale condamne un nouveau coup d'État et que l'Union africaine suspend l'adhésion de la Guinée[41].

Le massacre du stade de Conakry

L'armée qui prend le pouvoir est la même qui a soutenu le régime de Lansana Conté et qui a participé à la répression sanglante des manifestations de janvier et février 2007. Les choses continuent donc comme avant : le 29 septembre 2008, en effet, a lieu le massacre du stade de Conakry. Le matin de ce lundi, des dizaines de milliers de personnes se sont rendues au stade pour manifester contre la junte militaire. Vers onze heures, les militaires ont tiré des gaz lacrymogènes sur une foule pacifique et en liesse, provoquant la panique et une débandade générale ; mais les sorties sont gardées par les fameux bérets rouges, les troupes anti-émeute de la police et des dizaines d'irréguliers armés de mitrailleuses AK-47 ; d'autres attaquent à coups de machettes, de matraques, arrachent les vêtements de dizaines de femmes, les violent avec des canons de fusils, des baïonnettes, des chaussures ou des morceaux de bois ; certains manifestants meurent écrasés par la foule[43].

Le bilan, selon le gouvernement, est de 57 morts, mais le nombre réel se situe entre 150 et 200, et il y a plus de mille blessés[44]. Des dizaines de corps, selon Human Rights Watch, sont cachés par les Bérets rouges[45]. La communauté internationale réagit par un embargo européen sur les armes - qui sera largement violé[46] - et une interdiction de visa pour les chefs militaires guinéens[47] ; les États-Unis se joignent à la mesure, suivis par l'Union africaine[48], qui impose un gel des comptes bancaires et des visas de voyage pour toute personne liée à la junte[49].

Le 3 décembre 2009, Camara est victime d'une querelle interne : le lieutenant Abubakar "Toumba" Diakite, ancien chef de la garde présidentielle, tire sur le président[50] qui l'accuse d'être le metteur en scène du massacre du stade de Conakry - Camara, grièvement blessé, est transporté dans un hôpital de Rabat, au Maroc, et sa place est occupée par le vice-président et ministre de la défense, Sékouba Konaté[51] .

En janvier 2010, Camara est apparu en public dans un aéroport du Burkina Faso[52], battu et maintenu pour ne pas tomber. Le ministre des affaires étrangères du Burkina Faso a confirmé qu'il passerait sa convalescence à Ouagadougou[53], mais cela s'est transformé en exil, même si ses partisans ont déclaré que, pendant ces mois, il commencerait à se battre, de loin, pour une transition démocratique[54]. Le 21 janvier 2010, la junte militaire a nommé Jean-Marie Doré au poste de Premier ministre jusqu'à la tenue d'élections démocratiques le 27 juin, remportées au second tour par Alpha Condé, sur fond des habituelles allégations de fraude électorale[55].

Le premier gouvernement démocratique

Né en 1938 à Boke, dans l'ancienne Guinée française, dans une famille burkinabé, le nouveau président est enseignant, diplômé de la faculté de droit de la Sorbonne et de l'Institut des sciences politiques de Paris[57], et commence sa carrière politique en dirigeant la FEANF (Fédération des étudiants d'Afrique noire en France[58]) en 1963. Avec d'autres exilés guinéens, comme Ibrahima Baba Kaké, Charles Diane, Ba Mamadou et Siradiou Diallo, il a été condamné à mort par contumace en 1970 pour son opposition farouche au PDG du président sortant Ahmed Sékou Touré[59].

En 1991, il retourne en Guinée et est membre du Rassemblement du peuple guinéen. Il est contraint de fuir en France, mais revient pour se présenter aux élections présidentielles de 1993, où il obtient 19,55% des voix, en deuxième position derrière Lansana Conté[60] . Il est rentré en France entre 1994 et 1998, pour participer aux élections présidentielles de décembre 1998, où il est arrivé troisième avec 16,5 % des voix[61]. Persécuté, il s'est enfui en Côte d'Ivoire déguisé en prêtre, a été arrêté et accusé de subversion, de contrebande de devises, de violence contre la police et de recrutement de mercenaires étrangers pour organiser un coup d'État[62].

Après 16 mois de détention préventive, Condé a été condamné à cinq ans de prison en août 2000 pour sédition[63]. Il a été libéré en septembre 2001 après avoir été torturé et avoir obtenu une réduction de peine moyennant la promesse de se retirer de la scène politique[64]. Il est rentré en France, où il est resté jusqu'au référendum sur les modifications constitutionnelles du 11 novembre 2001[65]. Il se présente à nouveau aux élections présidentielles du 27 juin 2010 et remporte le scrutin le 7 novembre avec 53% des voix contre son adversaire Cellou Dalein Diallo[66].

Bien qu'il s'agisse du premier vote démocratique depuis l'indépendance en 1958, de graves tensions interethniques ont entraîné des troubles très importants pendant et après les élections, notamment en raison de la querelle séculaire entre les Malinkés et les Susus, partisans de Condé, et les Pehul, partisans de Diallo[67]. La police a arrêté 125 personnes (presque toutes des Pehul) et s'est livrée à des violences barbares : un homme est mort en détention provisoire et 14 autres ont été détenus illégalement dans une prison militaire non autorisée sur l'île de Kassa, tristement célèbre pour ses tortures, qui a été fermée en janvier 2010[68]. La violence excessive des forces de sécurité met en évidence un pays en désarroi[69], en proie au chaos. Condé représente l'espoir, mais le défi de rééquilibrer le pays, et en particulier la question sociale, est certainement ardu.

L'or rouge de la Guinée

Le secteur minier est l'une des principales préoccupations d'Alpha Condé : un secteur qui, pendant des décennies, a produit d'énormes richesses qui n'ont pas été redistribuées, mais qui sont fermement entre les mains de sociétés étrangères et de fonctionnaires corrompus[71]. La Guinée possède les plus grandes réserves de bauxite du monde, situées principalement dans les régions de Boké et de Kindia en Guinée-Maritime[72]. Elle possède également d'immenses gisements de fer de haute qualité entre les monts Simandou, Zogota et Nimba en Guinée-Forestière et dispose de grandes réserves d'or et de diamants, notamment dans le nord-est[73].

La production minière, qui représente 35 % du PIB, est vertigineuse : pour la bauxite, la Guinée est le premier producteur mondial, avec 82 millions de tonnes en 2020, soit 22 % de la production mondiale[74]. Pour le minerai de fer, on estime qu'à Simandou seulement, il existe un stock de plus de 2 milliards de tonnes de minerai de haute qualité, le plus grand gisement connu, mais aussi le moins exploité[75]. Selon le Conseil mondial de l'or, la production d'or s'élèvera à 56,9 tonnes en 2020, soit le septième rang parmi les pays africains[76]. Quant aux diamants, les réserves estimées se situent entre 30 et 40 millions de carats prouvés et 500 millions de carats probables, alors que le pays a exporté 270'157 carats de diamants en 2018 pour une valeur de 20 millions de dollars et 136'072 carats de diamants en 2020[77].

Le commerce minier avec la Chine est estimé à lui seul à 3 milliards de dollars par an : la principale société minière du pays, SMB-Winning, est cofinancée par les Chinois[78]. Les autres entreprises présentes en Guinée sont Chalco (Aluminium Corp of China[79]), Top International Holding de Singapour[80], qui possède deux mines, à Boke et Boffa, et la Compagnie des Bauxites de Guinée (CBG[81]), copropriété du géant américain de l'aluminium Alcoa[82]. Les Russes de Rusal contrôlent également trois grandes mines de bauxite et une raffinerie d'aluminium[83]. Rusali est le troisième producteur d'aluminium au monde : 42% de l'approvisionnement en bauxite du géant russe provient exclusivement des mines guinéennes[84].

Un énorme business, capable de faire grimper les chiffres du PIB qui, en 2010, lors de l'arrivée d'Alpha Condé au pouvoir, s'élevaient à 4,8 %, pour atteindre 5,6 % en 2012 et 10,8 % en 2016[85] . Même en 2020, au plus fort de la pandémie, la croissance économique de la Guinée était de 7%[86]. Pourtant, même ce pays ne peut échapper à la "malédiction des ressources" : le paradoxe d'une abondance de ressources naturelles (minéraux, pétrole et gaz) et de la pauvreté de la population, car les revenus du secteur minier finissent dans la corruption[87]. Ainsi, malgré ses immenses réserves minérales et son énorme capacité de production d'hydroélectricité, la Guinée n'a pas atteint les records mondiaux dans de nombreux domaines clés tels que le revenu par habitant, les infrastructures, l'éducation ou la santé[88].

L'absence de réglementation transforme le secteur minier en une sorte de Far West, où les troupes privées des sociétés étrangères s'affrontent souvent dans des fusillades ouvertes[89], et où de longues procédures judiciaires impliquent des tribunaux du monde entier[90]. Pendant les 26 années de la présidence Touré, le pays a fermé ses portes aux investisseurs internationaux, mais en 1981, à la suite d'un coup d'État, le ministère des mines a été créé[91], qui a publié en 1986 le premier code minier[92], réduisant l'influence de l'État et favorisant le transfert de capitaux étrangers (y compris le rapatriement des bénéfices) et interdisant la nationalisation des permis donnés en concession[93].

Mais le nouveau code n'est pas très transparent (l'article 13, par exemple, prévoit que l'État a la possibilité d'acquérir un pourcentage non spécifié d'une concession d'exploitation[94]), de sorte qu'un nouveau code minier est promulgué (1995), qui ne servira pas à améliorer les choses et éloignera donc les géants miniers de la Guinée[95] . Sous Alpha Condé, le Code minier a subi une profonde transformation et en 2011, un nouveau code de 221 articles, révolutionnaire par rapport aux précédents[96], rédigé avec les conseils du milliardaire George Soros[97], offrait enfin des garanties aux entreprises étrangères, mais exigeait aussi des obligations de protection de l'environnement et l'obligation d'associer les communautés locales aux opérations et aux bénéfices[98].

Le scandale BSGR-Steinmetz

Lors de la présentation du nouveau code, Condé a promis qu'il "punirait les entreprises prises en flagrant délit de corruption de fonctionnaires et punirait rétroactivement les détenteurs de licences actuels s'il s'avérait qu'ils étaient impliqués dans une quelconque corruption"[100]. La promesse a été tenue : les enquêtes menées par la justice guinéenne ont mis au jour des actes de corruption grave impliquant Beny Steinmetz, un riche homme d'affaires qui doit sa grande fortune aux diamants et à l'immobilier, propriétaire de BSGR Beny Steinmetz Group Resources, une société de pétrole et de gaz, de mines, de métaux et d'énergie basée sur l'île de Guernesey et actuellement en liquidation forcée[101].

En 1997, Rio Tinto, la deuxième plus grande compagnie minière du monde après BHP[102], a acquis le contrat d'exploration des blocs 1, 2, 3 et 4 du gisement de Simandou[103] sous la présidence de Lansana Conté. Après plus d'une décennie au cours de laquelle les travaux d'excavation ont été continuellement retardés et les dégâts environnementaux énormes[104], le gouvernement de Conakry a décidé en 2008 de confisquer les blocs 1 et 2 à la société et de les donner à BSGR pour 160 millions de dollars[105] (il a été découvert par la suite que la concession avait été acquise totalement gratuitement)[106].

En avril 2010, 18 mois seulement après l'acquisition, BSGR a vendu 51 % de sa participation au géant minier brésilien Companhia Vale do Rio Doce (Vale)[107] pour 2,5 milliards de dollars[108]. Il s'agit d'une affaire extraordinairement rentable pour Steinmetz, mais aussi extraordinairement suspecte, car Steinmetz verse à Vale un acompte de 500 millions de dollars sans aucune garantie que le projet sera réalisé, et malgré le fait que Vale ait décidé de faire transporter les minéraux extraits jusqu'au port libérien de Buchanan, et non jusqu'aux ports guinéens, car la distance à parcourir est inférieure à la moitié[109].

En février 2011, Condé a exigé 1,25 milliard de dollars de Vale et Steinmetz pour se conformer à la nouvelle législation[110]. Soros est venu jouer les médiateurs : Vale a maintenu la concession en ne payant que 250 millions de dollars, un montant que l'entreprise était prête à accepter, mais à la fin des négociations, le prix est passé à 500 millions de dollars et cette fois la demande a été rejetée. Rio Tinto se verra demander 700 millions de dollars et l'entreprise, contrairement à Vale, accepte[111]. Cependant, 120 millions de ces 700 millions de dollars ne finissent pas dans les caisses de l'État, mais disparaissent[112]. C'est l’activité de Soros qui a rendu publiques les anomalies évidentes des négociations[113].

Une enquête interne du Comité des mines a été lancée et, en octobre 2012, BSGR a été accusée, ainsi que Vale, de corruption[114]. En avril 2013, à la suite d'une enquête du Grand Jury aux États-Unis, un Français, Frédéric Cilins, consultant de BSGR, est arrêté en Floride pour obstruction à une enquête criminelle sur de potentielles violations de la loi sur les pratiques de corruption à l'étranger et sur le blanchiment d'argent dans le cadre de contrats de concession pour la mine de Simandou[115].

Cilins aurait soudoyé Mamadie Touré, l'une des quatre épouses de Lansana Conté : elle a reçu 2 millions de dollars pour détruire des documents demandés par le FBI dans le cadre de l'enquête "Simandou", et on lui a promis 5 millions de dollars supplémentaires si elle réussissait[117]. En juillet 2014, Cilins a été condamné à deux ans de prison, mais n'a purgé qu'un an[118]. Il s'avère que les relations de Mamadie Turé avec BSGR remontent à 2006, lorsque Asher Avidan, cadre de BSGR, a négocié sur Simandou : ces rencontres ont permis à Steinmetz d'obtenir la concession pour l'exploration de l'uranium en Guinée, avec un accord commercial signé en juin 2007 garantissant à l'épouse du dictateur une participation de 5% dans BSGR comme "récompense" pour l'octroi des concessions[119].

En 2014, Rio Tinto a intenté un procès aux États-Unis contre BSGR, Vale et Beny Steinmetz, les accusant d'arracher illégalement des droits miniers : le procès a été rejeté par le tribunal de district de Conakry pour cause de péremption[120]. Le 10 mars 2016, Steinmetz a été condamné par contumace à 7 ans de prison par la Direction nationale anticorruption de Roumanie dans le cadre de l'affaire "Prince Paul-Philippe Hohenzollern"[121]. Peu après, il a été arrêté par les autorités israéliennes pour corruption dans le cadre de l'affaire Simandou, mais n'est resté en résidence surveillée que quinze jours[122]. Arrêté à nouveau en août 2017 pour fraude et blanchiment d'argent, il a été libéré sous une ordonnance restrictive l'empêchant de quitter Israël[123].

En avril 2017, BSGR dépose une plainte aux États-Unis contre George Soros, accusé d'avoir manipulé le gouvernement guinéen et ses fonctionnaires pour dépouiller BSGR de ses concessions minières, réclamant une compensation de 10 milliards de dollars[124]. Mais en 2018, en raison des difficultés générées par l'affaire Simandou, BSGR a été placé en redressement judiciaire[125]. Steinmetz ne renonce pas : en août 2019, il arrive en avion privé avec l'ancien président français Nicolas Sarkozy à ses côtés à Conakry, où ils rencontrent Alpha Condé[126].

Les réunions aboutissent à un accord incroyable. La Guinée réhabilite Beny Steinmetz : le protocole d'accord prévoit que BSGR renonce à toute revendication sur Simandou, mais offre en même temps à Steinmetz la possibilité d'obtenir une nouvelle concession, celle de Zogota[127], moins précieuse. Soros est condamné à Genève le 22 janvier 2021 à cinq ans de prison pour corruption et blanchiment d'argent - fruit de son rôle dans l'affaire Simandou[128].

Alpha Condé, un espoir trahi

Steinmetz promet de faire appel, mais pour l'instant, les condamnations sont le point culminant de la plus grande affaire de corruption jamais enregistrée dans le secteur minier[130], et une affaire dont Condé ne sort certainement pas indemne. Pendant les années de sa présidence, il a été accusé de corruption dans l'affaire d'un crédit de 150 millions de dollars obtenu de l'Angola - une partie de l'argent, en 2012, aurait atterri sur son compte bancaire personnel[131] ; il est accusé d'avoir fait payer 75 % du coût de l'avion présidentiel par le propriétaire de A.D. Consulting, l'homme d'affaires qui était à la tête de la société. Consulting, l'homme d'affaires et ami de longue date Gaby Peretz[132] ; il est accusé de corruption dans l'affaire China International Fund qui, lors de la négociation d'un accord avec Mohamed Condé, le fils d'Alpha, aurait versé un pot-de-vin de 700 millions de dollars[133] ; il est accusé de corruption, en 2016, pour 10,5 millions de dollars de pots-de-vin apparemment versés par Rio Tinto à François de Combret, un fonctionnaire très proche du président, pour les droits d'exploitation des mines de Simandou[134] ; il est accusé de corruption pour avoir donné la concession du port de Conakry à l'industriel français Vincent Bolloré en échange d'un "soutien financier"[135] ; il est accusé de corruption dans l'affaire des concessions minières de Sable Mines, au conseil d'administration duquel siège l'homme d'affaires Phil Edmonds, un ami de Mohamed Condé[136]. Le mandat désastreux de Condé se termine le 5 septembre 2021 par un de ses hommes, celui que Condé considère comme le meilleur : le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya[137].

La fin de son règne de terreur suscite étonnamment l'indignation générale et génère la menace de nouveaux embargos de la part de la CEDEAO[138], de l'Union africaine[139], des Nations unies[140] et de l'Union européenne[141], ce qui contraste fortement avec le silence qui a accompagné les 60 années de dictature qui ont précédé le coup d'État.

La CEDEAO, dans son protocole de 2001[142], dispose de l'article 1 (b) qui stipule que "toute accession au pouvoir doit se faire par le biais d'élections libres, équitables et transparentes" et également "tolérance zéro pour le pouvoir obtenu ou maintenu par des moyens anticonstitutionnels"[143]. Condé, comme ses prédécesseurs, était un despote qui utilisait tous les moyens pour se faire réélire, comme changer la constitution et exercer le pouvoir avec une violence despotique et la corruption. La condamnation de l'Union européenne n'est intervenue qu'après le massacre du stade de Conakry. Le coup d'État fait suite à deux événements similaires au Mali et un au Tchad qui auraient dû servir de leçon, car ils suivent tous une dynamique très prévisible.

Que pouvons-nous donc attendre du nouveau gouvernement ? Bien que le coup d'État ait été salué par de nombreux civils comme un espoir de changement, malheureusement - comme l'indique par exemple une recherche universitaire menée par George Derpanopoulos, Barbara Geddes, Erica Frantz et Joseph Wright - il faut s'attendre à ce que, suivant une règle qui n'a jamais été brisée, les coups d'État tendent à installer une nouvelle élite autocratique et à exposer les citoyens à des niveaux plus élevés de répression brutale[144]. Et compte tenu de la situation actuelle désastreuse en Guinée, les conditions pour que cela se produise sont toutes réunies. Les seuls qui semblent se soucier de la déstabilisation de la Guinée sont les grands investisseurs russes et chinois, presque certainement motivés par des sentiments pas entièrement philanthropiques[145].

Pour une fois de plus, dans l'histoire de l'humanité, nous sommes confrontés à un cas où il faut que, pour que rien ne change, tout semble avoir été changé - c'est la philosophie du célèbre roman de Giuseppe Tomasi di Lampedusa, "Le Léopard" (1959[147]), qui explique depuis plus de 60 ans comment fonctionne cette dynamique sociale, et qui est accompagné de la terrible phrase de l'auteur, qui s'applique également à la Guinée pauvre et tourmentée : "Leur vanité est plus forte que leur misère"[148] . Une philosophie qui, en Sicile comme en Afrique, génère barbarie et oppression.

La communauté internationale a donc raison de ne pas croire à cet énième bouleversement institutionnel. Mais cela ne suffit plus. Les choses doivent d'abord changer dans l'esprit des gens, et des Africains en premier lieu. Que leur élite, qui étudie dans nos universités, apprenne autre chose que de rêver d'être le prochain Léopard.

[1] https://marketresearchtelecast.com/the-deep-crisis-that-shelters-the-coup-detat-in-guinea-conakry/154367/

[2] https://www.rt.com/news/534099-guinea-coup-transition-period/

[3] https://www.bbc.com/news/world-africa-58453778

[4] https://www.timesofisrael.com/soldiers-in-guinea-overthrow-the-government-and-detain-countrys-president/

[5] https://walltrace.com/2021/09/president-alpha-conde-of-guinea-has-been-detained-as-a-result-of-a-military-coup/

[6] https://lecourrierdeconakry.com/le-gouvernorat-de-conakry-demande-aux-mendiants-de-liberer-les-places-publiques/

[7] https://www.worldometers.info/world-population/guinea-population/

[8] https://www.nationsonline.org/oneworld/least_developed_countries.htm

[9] https://www.metallirari.com/ricchezze-minerarie-mandingo-guinea/

[10] https://www.afdb.org/en/countries/west-africa/guinea/guinea-economic-outlook

[11] https://www.state.gov/reports/2020-country-reports-on-human-rights-practices/guinea/

[12] https://www.numbeo.com/crime/in/Conakry

[13] https://tradingeconomics.com/guinea/corruption-rank

[14] https://www.unodc.org/unodc/en/human-trafficking/webstories2018/unodc-intensifies-the-fight-against-trafficking-in-persons-in-guinea_-judges-and-prosecutors-meet-to-discuss-and-overcome-the-challenges-of-human-trafficking-cases.html

[15] https://www.lavocedelpatriota.it/l-africa-e-diventata-un-hub-del-narcotraffico-diretto-in-europa-anche-per-colpa-delleuropa/

[16] https://tspace.library.utoronto.ca/bitstream/1807/19287/1/MacDonald_Mairi_S_200911_PhD_Thesis.pdf “The Challenge of Guinean Indrpendence – 1958-1971” - Mairi Stewart MacDonald

[17] https://tspace.library.utoronto.ca/bitstream/1807/19287/1/MacDonald_Mairi_S_200911_PhD_Thesis.pdf “The Challenge of Guinean Indrpendence – 1958-1971” - Mairi Stewart MacDonald

[18] https://www.britannica.com/biography/Sekou-Toure

[19] https://africanelections.tripod.com/gn.html#1961_Presidential_Election

[20] https://www.voanews.com/a/africa_key-dates-guinea-independence/6219276.html

[21] https://www.csmonitor.com/1984/0402/040237.html

[22] https://apnews.com/article/16048d20f4f86f57622723fed9f04804

[23] https://www.theguardian.com/world/2008/dec/23/lansana-conte-profile

[24] https://www.britannica.com/place/Guinea/Government-and-society

[25] https://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMEve/1263

[26] https://www.globalsecurity.org/military/world/africa/gn-conte.htm

[27] https://www.globalsecurity.org/military/world/africa/gn-conte.htm

[28] https://alchetron.com/Revolutionary-United-Front

[29] https://reliefweb.int/report/guinea/guinea-caught-conflict

[30] https://www.globalsecurity.org/military/world/africa/gn-conte.htm

[31] https://www.ecoi.net/en/document/1105806.html

[32] https://www.unhcr.org/news/briefing/2001/1/3ae6b8295c/guinea-relief-effort-dramatically-scaled.html ; https://www.hrw.org/reports/2001/guinea/guinea0701-02.htm

[33] http://archive.ipu.org/parline-e/reports/arc/2131_02.htm

[34] http://archive.ipu.org/parline-e/reports/arc/2131_02.htm

[35] https://www.theguardian.com/world/2008/dec/23/lansana-conte-profile

[36] https://www.everycrsreport.com/files/20090930_R40703_b172a1f095a9738fe6f6661c98d2ada95ddc393a.pdf “Guinea's 2008 Military Coup and Relations with the United States” - Alexis Arieff and Nicolas Cook – Sept. 30, 2009 - page 12

[37] https://www.theguardian.com/world/2008/dec/23/lansana-conte-profile

[38] https://www.france24.com/en/20081223-president-lansana-conte-dies-aged-74-

[39] http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/7796902.stm

[40] https://www.everycrsreport.com/files/20090930_R40703_b172a1f095a9738fe6f6661c98d2ada95ddc393a.pdf “Guinea's 2008 Military Coup and Relations with the United States” - Alexis Arieff and Nicolas Cook – Sept. 30, 2009 - page 13

[41] https://www.refworld.org/docid/496c5c451e.html

[42] https://www.justice.gov/eoir/page/file/1361231/download

[43] https://www.newyorker.com/magazine/2010/04/12/downfall-3

[44] https://reliefweb.int/report/guinea/guinea-september-28-massacre-was-premeditated

[45] https://reliefweb.int/report/guinea/guinea-september-28-massacre-was-premeditated

[46] https://www.theguardian.com/world/2009/nov/02/guinea-imports-arms-despite-embargo

[47] https://www.theguardian.com/world/2009/oct/27/guinea-massacre-eu-ban

[48] https://www.newyorker.com/magazine/2010/04/12/downfall-3

[49] https://www.reuters.com/article/idUSLT440627

[50] https://www.theguardian.com/world/2009/dec/16/guinea-aide-shoot-camara

[51] https://www.france24.com/en/20091216-former-aide-explains-why-he-tried-kill-junta-leader

[52] https://www.theguardian.com/world/2010/jan/13/wounded-leader-guinea-reappears

[53] https://www.theguardian.com/world/2010/jan/13/wounded-leader-guinea-reappears

[54] https://www.thefamouspeople.com/profiles/moussa-dadis-camara-6033.php

[55] https://www.britannica.com/place/Guinea/Independence#ref1090986

[56] https://www.cameroonintelligencereport.com/guinea-president-alpha-conde-to-seek-third-term-despite-mass-protests/

[57] https://eng.rudn.ru/cooperation/honorary-doctors/alpha-conde/

[58] https://maitron.fr/spip.php?article159874

[59] https://books.google.it/books?id=TfcKAgAAQBAJ&printsec=frontcover#v=onepage&q&f=false “Historical Dictionary Of Guinea” – Mohamed Saliou Camara, Thomas O'Toole, Janice E. Baker – 2013 - Scarecrow Press – page 91

[60] https://books.google.it/books?id=TfcKAgAAQBAJ&printsec=frontcover#v=onepage&q&f=false “Historical Dictionary Of Guinea” – Mohamed Saliou Camara, Thomas O'Toole, Janice E. Baker – 2013 - Scarecrow Press – page 91

[61] https://books.google.it/books?id=TfcKAgAAQBAJ&printsec=frontcover#v=onepage&q&f=false “Historical Dictionary Of Guinea” – Mohamed Saliou Camara, Thomas O'Toole, Janice E. Baker – 2013 - Scarecrow Press – page 91

[62] https://books.google.it/books?id=TfcKAgAAQBAJ&printsec=frontcover#v=onepage&q&f=false “Historical Dictionary Of Guinea” – Mohamed Saliou Camara, Thomas O'Toole, Janice E. Baker – 2013 - Scarecrow Press – page 91

[63] https://worldleaders.columbia.edu/directory/alpha-conde

[64] https://worldleaders.columbia.edu/directory/alpha-conde

[65] https://books.google.it/books?id=TfcKAgAAQBAJ&printsec=frontcover#v=onepage&q&f=false “Historical Dictionary Of Guinea” – Mohamed Saliou Camara, Thomas O'Toole, Janice E. Baker – 2013 - Scarecrow Press – page 91

[66] https://www.bbc.com/news/world-africa-11912834

[67] https://www.theguardian.com/world/2010/nov/16/guinea-violence-election-alpha-conde

[68] https://www.justice.gov/sites/default/files/eoir/legacy/2013/06/07/hrp00guinea.pdf

[69] https://www.hrw.org/news/2010/11/24/guinea-ensure-fair-trials-post-election-violence

[70] https://www.kapitalafrik.com/2019/11/21/guinea-long-deadlocked-simandou-mine-finds-taker/

[71] https://www.ft.com/content/fe6786ca-56cb-11e3-8cca-00144feabdc0

[72] https://www.invest.gov.gn/page/mining

[73] https://www.invest.gov.gn/page/mining

[74] https://www.reuters.com/world/africa/guineas-top-minerals-risk-after-coup-2021-09-06/

[75] https://www.reuters.com/world/africa/guineas-top-minerals-risk-after-coup-2021-09-06/

[76] https://www.reuters.com/world/africa/guineas-top-minerals-risk-after-coup-2021-09-06/

[77] https://www.reuters.com/world/africa/guineas-top-minerals-risk-after-coup-2021-09-06/

[78] http://www.smb-guinee.com/en/consortium-smb-winning/

[79] http://www.chalco.com.cn/en/

[80] https://www.topinternationalholding.sg/

[81] http://www.cbg-guinee.com/

[82] https://www.alcoa.com/guinea/fr

[83] https://rusal.ru/en/

[84] https://sicurezzainternazionale.luiss.it/2021/09/07/gli-interessi-economici-della-russia-nelle-riserve-bauxite-guinea/

[85] https://data.worldbank.org/indicator/NY.GDP.MKTP.KD.ZG?locations=GN

[86] https://data.worldbank.org/indicator/NY.GDP.MKTP.KD.ZG?locations=GN

[87] https://resourcegovernance.org/sites/default/files/nrgi_Resource-Curse.pdf

[88] https://worldpopulationreview.com/country-rankings/poorest-countries-in-africa  

[89] https://www.intelligenceonline.com/corporate-intelligence_the-red-line/2013/10/09/shadowy-battle-over-guinea-s-iron-ore-mountain,107980353-art

[90] https://www.reuters.com/article/us-swiss-steinmetz-timeline-idUSKBN29R2AA

[91] https://thelawreviews.co.uk/title/the-mining-law-review/guinea-mining-law

[92] https://thelawreviews.co.uk/title/the-mining-law-review/guinea-mining-law

[93] https://thelawreviews.co.uk/title/the-mining-law-review/guinea-mining-law

[94] https://thelawreviews.co.uk/title/the-mining-law-review/guinea-mining-law

[95] https://thelawreviews.co.uk/title/the-mining-law-review/guinea-mining-law

[96] https://thelawreviews.co.uk/title/the-mining-law-review/guinea-mining-law

[97] https://www.reuters.com/article/ozatp-guinea-conde-soros-20110302-idAFJOE72100X20110302 ; https://icsid.worldbank.org/sites/default/files/parties_publications/C3765/Claimants%27%20Reply%20%28Redacted%20per%20PO8%29/Fact%20Exhibits/C-0233.PDF

[98] https://thelawreviews.co.uk/title/the-mining-law-review/guinea-mining-law

[99] https://www.nytimes.com/2017/08/14/business/dealbook/beny-steinmetz-israeli-billionaire-detained.html

[100] https://www.reuters.com/article/ozatp-guinea-conde-soros-20110302-idAFJOE72100X20110302

[101] https://www.crunchbase.com/organization/bsgr

[102] https://www.companieshistory.com/rio-tinto/

[103] https://ejatlas.org/conflict/simandoun-mine

[104] https://ejatlas.org/conflict/simandoun-mine

[105] https://www.swissinfo.ch/eng/steinmetz-sentenced-to-5-years-in-jail-in-swiss-bribery-case/46310450

[106] https://www.africa-confidential.com/article/id/13216/Steinmetz_gets_five_years_for_bribery

[107] http://www.vale.com/en/business/mining/pages/default.aspx

[108] https://www.proactiveinvestors.com/companies/news/72814/brazils-vale-shells-out-25-billion-for-51-stake-in-west-african-iron-ore-project-5682.html

[109] https://piaui.folha.uol.com.br/materia/the-billionaire-behind-the-vale/

[110] https://piaui.folha.uol.com.br/materia/the-billionaire-behind-the-vale/

[111] https://www.smh.com.au/business/rio-in-700m-settlement-for-guinea-ore-20110421-1dqk7.html

[112] https://www.liberation.fr/planete/2020/07/30/le-mystere-des-700-millions-de-dollars-de-rio-tinto_1795677/

[113] https://piaui.folha.uol.com.br/materia/the-billionaire-behind-the-vale/

[114] https://www.globalwitness.org/en/archive/beny-steinmetz-group-resources-must-publicly-address-questions-over-guinea-mining-concession/

[115] https://www.justice.gov/usao-sdny/pr/manhattan-us-attorney-announces-arrest-french-citizen-obstructing-foreign-bribery-and

[116] Soros et l’Afrique, liaisons dangereuses - Valeurs actuelles

[117] https://www.globalwitness.org/en/archive/corruption-arrest-us-puts-beny-steinmetz-group-resources-frame/

[118] https://fcpablog.com/2014/07/26/cilins-jailed-two-years-for-obstructing-fcpa-mining-investig/

[119] https://piaui.folha.uol.com.br/materia/the-billionaire-behind-the-vale/ ; https://www.metalbulletin.com/Article/3194258/BSGR-execs-signed-over-5-stake-to-Contes-wife-for-Simandou-concession.html

[120] https://www.reuters.com/article/us-swiss-steinmetz-timeline-idUSKBN29R2AA

[121] https://transylvanianow.com/prince-paul-of-romania-is-now-a-wanted-fugitive/

[122] https://www.theguardian.com/world/2016/dec/19/israeli-tycoon-beny-steinmetz-arrested-over-guinea-bribery-claims

[123] https://en.globes.co.il/en/article-steinmetz-ban-on-leaving-israel-extended-1001207186

[124] https://www.reuters.com/article/us-bsgr-lawsuit-idUSKBN17G1LL

[125] https://fcpablog.com/2018/03/07/tom-fox-bsgr-files-for-receivership/

[126] https://www.financialafrik.com/2021/08/09/guinee-le-lobbyste-sarkozy-chez-alpha-conde/

[127] https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/08/22/affaire-steinmetz-quand-nicolas-sarkozy-joue-les-intermediaires-d-affaires_5501616_3212.html

[128] https://www.africa-confidential.com/article/id/13216/Steinmetz_gets_five_years_for_bribery ; https://greenreport.it/risorse/tangenti-in-guinea-condannato-il-magnate-delle-miniere-steinmetz-un-avvertimento-a-tutta-lindustria-mineraria-videocondannato-il-magnate-delle-miniere-steinmetz-un-avvertimento-a-tutta-l/#prettyPhoto

[129] https://www.bbc.com/news/world-africa-54657359

[130] https://www.bbc.com/news/world-europe-55748674

[131] https://icsid.worldbank.org/sites/default/files/parties_publications/C3765/Claimants%27%20Reply%20%28Redacted%20per%20PO8%29/Fact%20Exhibits/C-0298.PDF “Guinea- President Alpha Conde – Remote Behavioural Profile And Risk Analiysis” – Foresight Advisory Services (PTY) LTD – page 23

[132] https://icsid.worldbank.org/sites/default/files/parties_publications/C3765/Claimants%27%20Reply%20%28Redacted%20per%20PO8%29/Fact%20Exhibits/C-0298.PDF “Guinea- President Alpha Conde – Remote Behavioural Profile And Risk Analiysis” – Foresight Advisory Services (PTY) LTD – page 24

[133] https://icsid.worldbank.org/sites/default/files/parties_publications/C3765/Claimants%27%20Reply%20%28Redacted%20per%20PO8%29/Fact%20Exhibits/C-0298.PDF “Guinea- President Alpha Conde – Remote Behavioural Profile And Risk Analiysis” – Foresight Advisory Services (PTY) LTD – page 24

[134] https://www.asso-sherpa.org/sherpa-calls-for-an-investigation-into-the-involvement-of-a-former-high-ranking-french-official-in-a-suspicious-operation-in-guinea

[135] https://www.jeuneafrique.com/805638/economie/port-de-conakry-laffaire-bollore-declaree-prescrite-par-la-justice-francaise/ ; https://icsid.worldbank.org/sites/default/files/parties_publications/C3765/Claimants%27%20Reply%20%28Redacted%20per%20PO8%29/Fact%20Exhibits/C-0298.PDF “Guinea- President Alpha Conde – Remote Behavioural Profile And Risk Analiysis” – Foresight Advisory Services (PTY) LTD – page 24

[136] https://www.reuters.com/article/sable-mining-liberia-guinea-idUSL5N18G5AL

[137] https://www.theafricareport.com/125796/guinea-the-secret-story-surrounding-the-fall-of-president-alpha-conde/

[138] https://guardian.ng/news/nigeria-ecowas-condemns-guinea-coup-detat/

[139] https://www.africanews.com/2021/09/10/african-union-suspends-guinea-following-coup//

[140] https://www.vanguardngr.com/2021/09/un-chief-condemns-guinea-coup-detat-2/

[141] https://www.aninews.in/news/world/asia/eu-foreign-policy-chief-condemns-seizure-of-power-in-guinea-calls-for-presidents-release20210906043236/

[142] http://www.internationaldemocracywatch.org/attachments/350_ECOWAS%20Protocol%20on%20Democracy%20and%20Good%20Governance.pdf

[143] https://www.ohchr.org/EN/Issues/RuleOfLaw/CompilationDemocracy/Pages/ECOWASProtocol.aspx

[144] https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/2053168016630837

[145] http://www.asianews.it/news-en/Conakry-coup-troubles-Moscow-and-Beijing-aluminum-supplies--54026.html

[146] https://guardian.ng/news/nigeria-ecowas-condemns-guinea-coup-detat/

[147] Giuseppe Tomasi Lanza di Lampedusa, “Il gattopardo”, Feltrinelli, Milano 2002

[148] Frasi di Il Gattopardo, Frasi Libro – Frasi Celebri .it

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B