Lac Tchad, un voyage entre enclume et marteau

Tchad : Un pays enclavé au cœur du continent africain, au centre du Sahara, aussi grand que la France, l'Italie et l'Allemagne réunies (1 284 000 km²), mais quasiment inhabité : jusqu'à il y a 20 ans, la population de la Suisse. Aujourd'hui, ils ont doublé et près de 16 millions d'âmes, mais il y a encore beaucoup, beaucoup d'espace libre.

01
COAUTEUR: SIMONE COCCIA

Ceux qui croient qu'il n'y a que des dunes et du vent se trompent complètement : dans le pays cela va de la hauteur de 3415 mètres du volcan éteint Emi Koussi, pierre de lave blanche dans un paysage lunaire, éparpillée entre les montagnes du Tibesti, au plateau nord du Ennedi, qui descend lentement sous le niveau de la mer – d'abord le sable, puis les entonnoirs de tous les grands fleuves d'Afrique centrale et enfin, presque à la frontière avec le Cameroun et le Nigéria, vers le grand lac qui donne son nom à la nation : le Tchad, autrefois l'un des dix plus grands lacs du monde, est aujourd'hui due au réchauffement climatique et à l'utilisation de l'eau pour irriguer des champs «seulement» quatre fois plus grands que le lac Léman, le lac Balaton ou le lac de Constance[1]. Un lac en agonie parce qu'il est saisi par l'influence du changement climatique qui l'assèche ; À cela s'ajoute le béguin croissant dû à la persécution et à l'augmentation des immigrés clandestins, ainsi qu'à la violence aveugle de la secte musulmane de Boko Haram.

Le lac est alimenté par de longues rivières paresseuses et n'a pas de drains. Les plus grands d'entre eux, le Chari et le Logone, viennent des montagnes à plus de 1000 km, où il pleut beaucoup et il fait froid, et ils transportent beaucoup d'eau. En tant que l'un des points les plus profonds de la planète et d'origine volcanique, c'est un creux sans issue et un monde qui lui est propre avec des règles qui diffèrent de celles de tout autre lac. Quand il dépasse généreusement les 45°, en été à N'Djamena, au nord, il y a une forêt autour du lac Tchad et derrière une immense savane – et fraîche[2]. Mais le Tchad est un lac peu profond, pas plus de dix mètres de profondeur, et calme. Toujours. Pour cette raison, de plus en plus de personnes vivront sur ses rives – elles doublent tous les vingt ans, elles dépassent déjà les 50 millions, et on craint que le seuil de 80 millions ne soit dépassé d'ici 2030[3].

Les gens viennent parce que le lac est réputé pour être très riche en poissons ; autour du bassin, la terre est fertile. L'agriculture et l'élevage ont permis aux nomades préhistoriques de s'installer. Il y a environ 8 000 ans, un de nos ancêtres a construit un canoë sur les rives du lac Tchad qui nous est parvenu intact et est peut-être le plus ancien jamais découvert par les archéologues[4]. Ainsi, au lac Tchad, la pêche est devenue la principale industrie d'une zone infinie s'étendant du Sahara à la jungle équatoriale – une zone qui a été peuplée depuis des millénaires par des tribus séparées à l'origine par d'énormes distances et par un environnement naturel luxuriant qui tend parfois à aggraver les artefacts humains.

Il y a 90 ans à peine, grâce à l'arrivée des Igbo, l'ethnie la plus avancée et la plus nombreuse parmi les personnes vivant au Nigéria, la pêche dans le lac Tchad a atteint un tournant : les Igbo[5] connaissent la technique du fumage du poisson (ils l'appellent "Banda"), et le rendent si portable et durable[6] qu'ils peuvent vendre le poisson sur de grands marchés depuis des endroits éloignés jusqu'aux rives de l'océan. Dans les années 1950, une ethnie du nord du Tchad, les Hausas[7], a introduit l'utilisation du fil de nylon pour la fabrication de filets, puis les premières pirogues motorisées[8]. C'est le début d'une exploitation intensive du lac et donc le début de la fin pour l'équilibre biologique du lac Tchad.

Outre les communautés locales qui se sont installées autour du lac depuis la préhistoire, la nature multiethnique de la région est une caractéristique typique : aujourd'hui le lac Tchad attire plus que jamais les migrants du Cameroun (Musgum, Kotoko, Zina et Mora[9]) : des tribus qui vivent de la pêche et ont connu de violents conflits tribaux dans le passé[10]. Puis, dans les années 1970, des réfugiés du Mali, du Sénégal et du Niger sont également venus et – lorsque l'eau a coulé – ils se sont installés à la campagne et ont commencé à la cultiver. La vague de nouveaux résidents s'est arrêtée en 2007 lorsque la zone est devenue le cœur battant de la terreur sanglante répandue par la secte islamique Boko Haram[11]. Malgré la persécution, la sécheresse et le réchauffement climatique, le marché de Darak à la frontière nord du Cameroun vend toujours plus de 200 tonnes de poisson par an[12].  

La triste souffrance du grand lac mourant

02
Bateaux abandonnés sur les bas-fonds du lac Tchad : ce qui reste de décennies de pêche industrielle après que le lac a rétréci au dixième de ce qu'il était il y a 50 ans[13]

D'autant que le lac est une oasis de paix depuis des siècles. Les différents groupes ethniques qui se sont réunis sur les rives et les îles avaient développé une langue commune, le Kanuri, dont le mot Chade (phonétiquement : Sádǝ) signifie littéralement "grande étendue d'eau"[14]. Au début du 20e siècle, le lac était un coin de paradis: de nombreuses petites agglomérations s'étendant sur des dizaines d'îles riches en végétation, aux eaux riches en poissons ; Il y a des jardins potagers et des fermes partout qui fleurissent dans les villages qui s'élèvent sur les rives[15]: selon Moussa Mainakinay, un habitant du coin interrogé dans une brochure de Ben Taub, ce n'est que dans les années 1970 que les habitants ont réalisé que La mer a commencé à mourir : « Des masses flottantes de roseaux et de nénuphars ont commencé à obstruer les ruisseaux restants, rendant impossible la navigation sur les anciennes routes commerciales entre les îles »[16].

La difficulté de se déplacer dans le labyrinthe de végétation et de marécages, qui a contribué au caractère transfrontalier du lac, a fait du lac une zone de non-contrôle incontrôlable – et donc l'une des principales voies de contrebande : le commerce illégal des immigrés (parfois esclaves) qui ont fui les guerres en Libye ou au Soudan[17] ou la misère des pays d'Afrique de l'Ouest[18]; le trafic de drogue, principalement en provenance de l'Inde, utilisé par Boko Haram dans toute l'Afrique centrale comme base de négociations pour l'achat d'armes, de munitions, de médicaments, de nourriture et d'essence[19]. Tout devient difficile et dangereux : chaque village est constamment obligé de faire des allers-retours de la zone humide vers une zone sèche tout au long de l'année et de faire de la randonnée, selon les conditions quotidiennes du lac – un défi pour l'administration de l'Etat, car ces villages sont indépendants du leur position actuelle, mais ont toujours le même toponyme[20].

Face à une telle image magmatique au niveau morphologique, hydrographique, climatique, géopolitique et anthropologique, l'équilibre entre les habitants du lac est extrêmement instable. Indépendamment de l'influence néfaste du terrorisme musulman, diverses tribus vivent autour du lac qui sont obligées de se déplacer constamment pour survivre et sont donc obligées de partager et de se disputer l'approvisionnement en terres et en eau, créant d'énormes tensions et un conflit violent soudain[21].

03
Chaque jour, la police tchadienne tente de filtrer les milliers d'immigrants clandestins et de séparer ceux qui fuient la guerre des passeurs qui font le commerce de Boko Haram[22]

Le Tchad a traditionnellement été marqué par une série de guerres civiles à motivation ethnique et religieuse (il y a une amère hostilité entre le nord musulman et le sud animiste et partiellement christianisé)[23]. L'État du Tchad est incapable de faire face à l'urgence et les seuls plans qui ont fonctionné efficacement au cours de la dernière décennie ont été élaborés par le Cameroun, qu’investissant dans l'argent et les hommes (armée, médecins et enseignants) pour faire face à la crise: l'ingérence de Boko Haram a porté le dernier coup à une région déjà profondément blessée : les attaques en cours du groupe terroriste, qui envahit de plus en plus la population maritime, montrent que cette secte espère s'unir dans la jungle à la frontière entre le Nigeria, le Cameroun et le Tchad Création de l'État islamique – qui crée une urgence humanitaire insupportable[24].

Le gouvernement de Yaoundé a lancé deux programmes. Le premier concerne la ville de Darak, qui a émergé comme une sorte de bidonville sur les îles qui ont émergé du lac en été et maintenant que l'eau s'est retirée, elle est devenue un grand marché aux poissons et aux armes, entièrement contrôle de Boko Haram, où la secte a fait chanter les pourcentages au cas où les concessionnaires voudraient continuer à travailler[25]. La situation s'est améliorée après qu'une attaque massive des milices de la secte musulmane a été repoussée par l'armée camerounaise les 9 et 10 juin 2019 : 16 soldats de Yaoundé sont morts, mais aussi plus de 90 miliciens de Boko Haram[26].

Depuis, le gouvernement camerounais a appris sa leçon et lancé un plan ambitieux et coûteux pour transformer un bidonville en une véritable capitale provinciale avec des bâtiments judiciaires, militaires et administratifs en seulement cinq ans[27]. En 2013, Darak a reçu l'équivalent de 11,15 millions de dollars pour paver la route entre le port de Darak et la province du nord du pays, achever les bâtiments manquants, restaurer des bâtiments délabrés, exploiter une école et installer une école. En outre, il y avait une clinique permanente, la mise en place d'une équipe de football (comme projet d'identification avec le territoire) et la réparation de nouvelles opportunités de commercialisation de poisson, d'élevage ovin et de produits agricoles sur les principaux marchés de Yaoundé[28].

04
Parmi les projets intergouvernementaux, l'un des plus importants est celui du WWF pour protéger la flore et la faune du lac Tchad[29]

Au niveau du district, cependant, la série de décisions prises est plus complexe : premièrement, le gouvernement décide de manière pragmatique de ne pas adopter le modèle sud-africain. Le modèle de Pretoria repose sur l'égalité entre quatre pouvoirs égaux (pouvoir législatif du parlement, pouvoir exécutif du gouvernement, pouvoir judiciaire de l'autorité judiciaire, pouvoir de veto des assemblées tribales[30]) ; La loi camerounaise préfère donner au pouvoir judiciaire le pouvoir de prendre des décisions sur les questions tribales si le gouvernement ne parvient pas à trouver un compromis à l'amiable dans les différends[31].

Les orientations du programme du gouvernement central prévoient cependant toute une série de mesures spéciales pour la zone autour du lac Tchad: a) Reconnaissance des communautés religieuses et égalité des écoles de confessions différentes ; b) la reconnaissance administrative et juridique du nomadisme ; c) des fonds d'investissement pour les activités économiques sédentaires ; d) augmentation du personnel militaire et administratif, recrutement préférentiel du personnel local ; e) des lois-cadres pour l'application des mesures économiques et sociales du gouvernement central harmonisées avec les six principales tribus reconnues comme propriétaires du territoire ; f) Promotion des radios locales, des centres culturels et sportifs qui mettent l'accent sur l'identification au territoire comme une valeur supérieure aux différences tribales et religieuses, ce qui se justifie dans la confirmation de la dichotomie : Camerounais = bon, Boko Haram = mauvais – une position partagée par l'ensemble de la population[32].

A cela s'ajoute non seulement une campagne militaire permanente, mais aussi une série de mesures technologiques et de cyberdéfense contre la secte musulmane, qui visent à mettre en place une seconde dichotomie : camerounais = moderne, Boko Haram = médiéval[33]. Ce projet ambitieux, qui porte déjà ses fruits, est lié à l'effet décisif : Défendre l'identité de la communauté du lac Tchad et accroître le bien-être et la solidarité sociale ainsi que le ressentiment contre Boko Haram favorisent également la coexistence entre les différents groupes ethniques – l'espoir est qu'en quelques générations les différences tribales peuvent être éliminées grâce à la lutte commune pour la survie de l'écosystème du lac Tchad et les mariages mixtes[34].

La lutte contre la secte Boko Haram

05
Des miliciens de Boko Haram posent pour promouvoir leur propre stratégie terroriste[35]

En 2002, le prédicateur Mohammed Yusuf, qui appartient au mouvement Izala, a fondé un groupe islamique salafiste basé à Maiduguri (capitale du nord-est de l'Etat nigérian de Borno) : un nouveau mouvement appelé Boko Haram, un terme en langue haoussa[36] dont la traduction est « L'occidentalisation est un sacrilège »[37]. D'abord le mouvement gagne de l'espace et des adeptes parce qu'il combat (soi-disant) la corruption et se propose comme un groupe de citoyens pour soutenir l'éducation religieuse – mais dès que la milice a atteint un certain nombre de soldats et que l'argent des canaux d'al-Qaïda circule[38], ils ont eux-mêmes les choses ont changé brutalement : en peu de temps, le groupe religieux et terroriste s'est fait une réputation de violence aveugle et de fanatisme sectaire : en 2009, il y avait déjà plus de 3400 attaques armées qui ont fait plus de 36000 victimes et la fuite (ou la déportation) de 2,3 millions de Nigérians faire fuir au moins 250 000 d'entre eux vers le Cameroun ou le Tchad dans la région des Grands Lacs[39].

Au fil des ans, l'objectif initial de construire un État des fondamentalistes islamiques sur le territoire nigérian est devenu une simple lutte pour la survie : rien qu'en 2014, les victimes de la colère contre Boko Haram s'élevaient à 6 600 personnes[40]. Malgré une baisse du nombre d'activités terroristes en raison des défaites militaires[41], l'organisation djihadiste a survécu ces dernières années dans la forêt de Sambisa, à quelques kilomètres du lac Tchad[42]. Boko Haram est barricadé, les chômeurs et les réfugiés sont toujours en cours de recrutement et actuellement (selon le « Global Terrorism Index » de 2018[43]) est le quatrième groupe le plus sanguinaire au monde et « se vante » de la première place en Afrique subsaharienne.

Au cours des cinq dernières années, les actions de la milice ont été un déchaînement et n’ont rien à voir avec une quelconque stratégie militaire. En février 2015, dans la nuit, un groupe d'une dizaine de terroristes a traversé le lac Tchad en bateaux à moteur : ils ont atteint un village de pêcheurs, Ngouboua, et ont commis un massacre, incendié des maisons, attaqué le poste de police et tué de sang-froid le chef du village[44]. La raison de l'attaque, qui sera suivie de plusieurs autres[45], est que Ngouboua accueille des milliers de réfugiés nigérians qui ont fui la persécution de Boko Haram[46].

La série d'attaques a convaincu au moins le gouvernement tchadien de faire face militairement à la menace afin de soutenir les actions de l'armée nigériane : au printemps 2015, les forces armées tchadiennes ont repris Gamboru Ngala, une ville nigériane assiégée par Boko Haram pendant des mois. Boko Haram s'est déchaîné contre des cibles civiles au Tchad[47]. Selon une décision de l'Union européenne[48], qui soutient financièrement les efforts de guerre conjoints du Nigéria et du Tchad, seul le Niger est encore complètement désarmé face à la menace posée par la secte musulmane sauvage[49]. Depuis lors, de nombreux miliciens déplacés de Boko Haram se sont installés dans les îles du lac et ont continué à semer la terreur[50].

06
Des unités de l'armée nigériane poursuivant les miliciens de Boko Haram barricadés dans la forêt de Sambisa – à quelques kilomètres du lac Tchad[51]

Après la défaite militaire au Nigeria, les dirigeants de Boko Haram changent de stratégie et se battent pour la naissance de l'ISWAP (Province d'Afrique de l'Ouest de l'État islamique[52]), au début, forcément sans recourir à la force, mais avec une activité de propagande. Il profite des carences de l'administration de l'Etat du Tchad et du mécontentement croissant des habitants[53]. À partir de l'automne 2015, l'ISWAP commencera à fournir des services de base, à organiser le travail et d'autres activités, en remplaçant le gouvernement central là où il le peut. La nouvelle milice entreprend de se renforcer et de profiter de la sympathie du peuple – dès que la pénétration de l'ISWAP s'accompagne d'un soutien économique visible[54].

Actuellement, l'ISWAP contrôle la configuration du commerce dans la zone du Niger sur le lac Tchad et contrôle (militairement) les activités liées au commerce du poisson : de la production initiale de poisson séché à la vente aux courtiers sur les grands marchés nationaux ; pour le transport et le stockage du poisson et son transport vers la périphérie de Diffa, Bosso – puis vers les marchés de Geidam et Hadeija au Nigeria et Kinchandi au Niger. ISWAP gère directement chaque phase du processus ou est payé pour s'assurer qu'il se poursuit en toute sécurité[55]. Apparemment, les prix de détail et de logistique sont imposés et la coercition, la pression et la violence systématiques sont utilisées contre les pêcheurs et les commerçants mécontents[56].

Pour contrer cette nouvelle menace, les pays riverains du lac Tchad ont formé une alliance militaire dénommée MNJTF (Multinational Joint Task Force), fondée à originalement par l'agence gouvernementale tchadienne LCBC (Lake Chad Basin Commission). À l'été 2012, la FMM est composée de 700 soldats du Tchad, 700 Nigérians et 700 Camerounais et un seul commandement conjoint[57]. Cette milice a été partiellement financée par un programme de soutien économique de l'Union européenne, qui a été adopté à l'unanimité par le Conseil européen du 9 février 2015 et financé par le Fonds pour la paix en Afrique (APF)[58].

Dès lors, l'APF a financé les salaires, les provisions et les médicaments des troupes, mais aussi la fourniture d'équipements pour les systèmes de commandement, de contrôle, de communication et d'information[59]. La MNJTF a considérablement mis fin à la violence terroriste, libéré des civils en otages, ouvert des voies d'intervention humanitaire, mais a échoué dans son objectif d'intégrer des troupes de différentes nations en raison de problèmes « d’engagement incohérent pour la violence, de problèmes de financement et de planification disjointe »[60].

La crise humanitaire la plus complexe de notre époque

07
Dans les maisons miteuses et humides des bords du lac Tchad, les pêcheurs attendent la saison des pluies et le retour des gros pêcheurs[61]

Outre les migrations internes et les tensions le long des frontières entre le Tchad, le Niger, le Nigéria et le Cameroun, la région du lac Tchad est le théâtre d'affrontements depuis 1965[62] lorsque la guerre civile et le génocide au Biafra[63], les raids en République centrafricaine et la famine au Soudan 450000 J'ai amené des réfugiés au lac[64]. Aujourd'hui, plus de 30 groupes ethniques différents vivent sur les rives du lac Tchad : comme l'écrit le New Yorker, c'est « la crise humanitaire la plus complexe de notre temps »[65]. Parmi les pays de la région des lacs, le Tchad est sans aucun doute le plus durement touché : 80% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, seulement 9% ont accès à des services de santé adéquats, l'analphabétisme est supérieur à 50% et la mortalité infantile est parmi les plus élevées de la planète[66].

La communauté internationale non seulement regarde, mais intervient. L'Agence des Nations Unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) a ouvert un bureau permanent à N'Djamena en 1977. En 2004, une division des opérations a été ajoutée au bureau de représentation pour coordonner la recherche, l'analyse, le soutien technique et le financement de projets développés conjointement avec le gouvernement national[67]. Il y a donc une aide qui parvient à la zone dans le cadre d'un programme généreux et sous le contrôle attentif d'une institution présente dans la région qui a permis d'éviter que l'urgence humanitaire ne devienne une tragédie depuis 40 ans[68]. Au fil des ans, les projets sont devenus de plus en plus efficaces, comme en témoignent les mesures d'irrigation et de restructuration des cultures dans la région de Gorè, qui comprennent la défense militaire, l'enseignement scolaire et la surveillance médicale[69].

Le 25 septembre 2007, les Nations Unies ont approuvé une Mission d'intervention conjointe en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT) pour aider à défendre les civils, promouvoir la protection des droits de l'homme, l'état de droit, les droits de l'homme, et finalement la paix selon les directives déjà élaborées par le gouvernement camerounais. La mission termine son mandat le 31 décembre 2010, mais lorsque la plupart des casques bleus sont partis, le noyau du personnel de défense stationné en République centrafricaine (BINUCA) reste et travaille encore là-bas[70].

Des mesures sont également prises pour soutenir la dette nationale : en 2015, le FMI et la Banque mondiale ont décidé de réduire la dette du Tchad de 1,1 milliard de dollars, alimentés par la bonne performance du gouvernement en matière de stabilité macroéconomique satisfaisante[71]. En septembre 2018, la Banque mondiale a approuvé le projet PARCA de soutien aux réfugiés : il vaut environ 80 millions de dollars pour améliorer l'accès aux services de base et aux opportunités économiques pour environ un demi-million d'hôtes, de réfugiés, de personnes déplacées et de communautés ethniques[72].

08
Des soldats des Nations Unies accompagnent les agronomes de la FAO qui, avec un fonds disponible de 81,9 millions d'euros, introduisent l'horticulture intensive dans la vie quotidienne de près de 15 millions de personnes au Tchad[73]

En avril 2020, le Fonds monétaire international, motivé par la crise due à Covid-19 dans le cadre du projet CCRT (Catastrophe Containment and Relief Trust)[74], a adopté une nouvelle résolution visant à réduire les dettes des 25 pays les plus pauvres et donc sur les plus vulnérables de la planète, y compris le Tchad[75]. En plus de cette mesure de salut, il y aura une allocation de 22,6 millions d'euros de l'Union européenne via le Fonds fiduciaire d'urgence pour l'Afrique en novembre 2020 pour promouvoir la stabilité et la sécurité dans la région du Sahel et du lac Tchad à travers cinq projets – au total, grâce à l'UE, depuis le 2015, 5 milliards d'euros ont été mis à disposition pour faire face à la grave crise de la région[76].

Dans le même temps, la FAO travaille sur plusieurs projets importants liés à la modernisation de l'agriculture et à l'adaptation de la production aux conditions climatiques changeantes. Le plan RADHORT, initialement élaboré par le gouvernement belge en 1988, est désormais applicable sur tout le Tchad (et pas seulement à proximité du lac) pour fournir aux habitants des moyens mécaniques pour irriguer les champs, planter des jardins familiaux ou pour production commerciale (distribution gratuite de semences et enseignement des techniques de sélection aux agriculteurs), défense contre les criquets et autres événements nuisibles, et établissement de contacts avec les marchés de distribution régionaux pour vendre une partie de la production[77].

Cependant, dans la partie nord du Cameroun, la FAO se concentre sur les tubercules et les racines et a mené un projet de remise en état, préparant les agriculteurs, se connectant aux marchés, distribuant des semences et assurant une défense militaire : des actions qui ont vu des résultats visibles, apporté en toute la zone malnutrie au cours des trois dernières années[78]. Pour les projets spécifiques, il existe des programmes au niveau continental contre l'expansion du désert[79] et pour la réorganisation de l'irrigation (projet AICCA), qui sont devenus nécessaires en raison du réchauffement climatique[80].

Trente ans de gel politique torride

09
La violence aveugle du régime ne frappe pas seulement les gens : c'est la scène terrifiante qui est apparue aux inspecteurs de l'ONU en mars 2013 après que des troupes irrégulières de N'Djamena ont tué 86 éléphants (dont de nombreuses mères enceintes) pour donner de l'ivoire à vendre à des passeurs chinois[81]

Ce n'est pas un hasard si dans toute cette histoire sur le lac Tchad il y a un grand absent : le gouvernement central de N'Djamena. Il y a un siècle, le pays faisait partie des colonies françaises et le principal groupe ethnique, les Sara, a collaboré avec Paris et ses garçons dans les deux guerres mondiales et a combattu fréquemment dans l'armée régulière française[82]. Pour des raisons évidentes, lorsque le Tchad a accédé à l'indépendance, cette ethnie a pris les rênes de l'État : les Sara vivent dans toute l'Afrique centrale, sont animistes et ont une tradition tolérante et solide[83]. Dans la seconde moitié du XXe siècle, pendant les années de lutte contre la dictature de Fidèle Moungar (un fils du lac Tchad qui était chirurgien à Paris avant de devenir politicien[84]), Sara s'en est tenue au modèle de développement socialiste, ce qui leur a causé d'énormes problèmes avec l'islam fondamentaliste[85].

En 1982, un accord entre le gouvernement français et le géant pétrolier américain Exxon[86], amène au pouvoir le tyran Hissène Habré[87], l'un des dictateurs les plus sanglants de la seconde période d'après-guerre, afin que les mêmes forces qui l'ont amené au pouvoir unissent leurs forces, des années plus tard, afin de le faire enchaîner et condamner pour le massacre de plus de 40 000 opposants politiques[88].

Dans ce dernier coup d'État, les Français et les Américains se sont appuyés sur l'une des nombreuses milices déjà actives sur le territoire, celle de la minorité ethnique Zaghawa – qui a pris les armes parce que le dictateur Habré avait préféré le massacre des membres de la tribu Sara et les Hadjerai[89]. Les Zaghawa (seulement 2,4% de la population du Tchad[90]) sont des bergers berbères de la région du Darfour au Soudan du Sud qui se sont déplacés à la recherche de meilleurs pâturages ou au cours des siècles par peur de la guerre et de la famine[91].

Le nouveau dictateur, Idriss Déby, est au pouvoir depuis exactement 30 ans et est tout sauf un patriarche de bonne humeur et souriant. Pendant des années, son pouvoir, légitimé par Paris et Washington, a été défendu avec le soutien militaire actif de son mentor, le dictateur libyen Muhammar Kadhafi[92], également parce que tout son mandat a été semé d'assassinats et de coups d'État[93].

Déby règne non seulement à cause de la violence, mais aussi à cause de la propagation de la corruption (dont Déby et son gouvernement sont les protagonistes)[94], en grande partie généré par l'exploitation des champs pétrolifères du nord du Tchad et du produit des redevances pour l'utilisation de plus de 1000 Oléoduc de km de long[95] qui relie le centre du Tchad aux villes portuaires du sud du Cameroun[96]. Les faits sont que le régime Déby ne se soucie pas de l'écosystème du lac Tchad, aussi parce que ses tribus vivent dans le nord et l'est du pays : il préfère confier officiellement la gestion du développement et de la sécurité de la zone maritime aux pays voisins et déléguer l'action des Nations Unies, de la FAO et de l'UNESCO[97].

Nous ne savons pas s'il faut penser que c'est bon ou mauvais. Sans préjudice du fait que le gouvernement du Cameroun est le plus actif et le plus utile dans la lutte pour la survie du lac, de sa société multiethnique et de son écosystème, tant qu'il y aura un régime égoïste et dictatorial comme celui de Déby à N'Djamena, il est impossible de croire que quiconque fera quoi que ce soit pour le plus grand lac aux poissons d'Afrique.

L'engagement occidental, souvent intéressé, n'aide pas : sans la FAO et d'autres organisations, le lac aurait peut-être disparu et les gens qui l'entouraient auraient été décimés par la guerre, la maladie et la famine. Rien de nouveau sous le soleil : l'Afrique, qui avec ses bras énormes entoure une colonie apparemment infinie de lieux maudits où l'injustice est primordiale, risque d'être destinée pendant longtemps à porter les enfants d'un dieu moindre.

 

 

[1] https://eros.usgs.gov/westafrica/ecoregions-and-topography/ecoregions-and-topography-chad 

[2] https://www.limesonline.com/cartaceo/i-confini-mobili-del-lago-ciad?prv=true

[3] Churchill Okonkwo, Belay Demoz., “Identifying anthropogenic ‘hotspots’ and management of water resources in Lake Chad Basin using GIS”, in “Journal of Natural Resources Policy Research”, volume 6, Taylor & Francis, London 2014, pages 135–149.

[4] https://link.springer.com/article/10.1007/BF01956304

[5] About the Igbos: John Eberegbulam Njoku, “The Igbos of Nigeria: Ancient Rites, Changes, and Survival”, Lewiston / E. Mellen Press, New York 1990

[6] https://www.britannica.com/topic/Igbo

[7] Frank A. Salamone, “The Hausa of Nigeria”, University Press of America, Lanham (Maryland) 2010

 

[8] https://books.openedition.org/irdeditions/11685?lang=it

[9] Felix Watang Zieba, Genesis Tambang Yengoh, Abdouraman Tom, “Seasonal Migration and Settlement around Lake Chad: Strategies for Control of Resources in an Increasingly Drying Lake”, MDPI Verlag, Basel 2017 – see also https://www.mdpi.com/2079-9276/6/3/41/htm 

[10]https://www.humanitarianresponse.info/sites/www.humanitarianresponse.info/files/assessments/rapport_de_letude_sur_les_conflits_et_mecanismes_de_resolution_des_conflits_a_lextreme-nord_du_cameroun_final.pdf, pages 22-29

[11] http://www.fao.org/emergencies/crisis/lakechadbasin/en/ ; https://www.crisisgroup.org/africa/central-africa/chad/246-fighting-boko-haram-chad-beyond-military-measures

[12] https://www.mdpi.com/2079-9276/6/3/41/pdf

[13] http://www.fondazionepopoli.org/?cat=60 

[14] Adrian Room, “African place names”, Macfarland & Company, Jefferson (North Carolina) 1994; Gerald J. Rizzo, “The Patterns and Meaning of a Great Lake in West Africa”, in “Imago Mundi”, volume 58, Taylor & Francis, London 2006, pages 80-89 – see also https://www.jstor.org/stable/40234021?seq=1 

[15] Carlos Magnavita, Zakinet Dangbet, Tchago Bouimon, “The Lake Chad region as a crossroads: an archaeological and oral historical research project on early Kanem-Borno and its intra-African connections”, in “Afrique: archéologie, arts”, volume 15, CNRD Edition, Paris 2019, pages 97-110

[16] https://www.newyorker.com/magazine/2017/12/04/lake-chad-the-worlds-most-complex-humanitarian-disaster

[17] https://www.clingendael.org/pub/2018/multilateral-damage/4-chad-a-new-hub-for-migrants-and-smugglers/ 

[18] https://www.unodc.org/documents/toc/Reports/TOCTAWestAfrica/West_Africa_TOC_MIGRANTS.pdf ; https://www.bbc.com/news/world-africa-17481181

[19] https://issafrica.org/iss-today/chads-illegal-drug-trade-contributes-to-regional-insecurity

[20] https://www.cairn-int.info/article-E_AFCO_255_0093--boko-haram-and-lake-chad.htm#

[21] https://core.ac.uk/download/pdf/207041595.pdf Par. V pag. 10

[22] https://www.un.org/africarenewal/news/un-migration-agency-chad-appeals-funding-assist-stranded-migrants 

[23] http://library.fes.de/pdf-files/iez/05423.pdf

[24] https://www.unfpa.org/data/emergencies/chad-humanitarian-emergency 

[25] https://www.bbc.com/pidgin/tori-48611626 ; https://www.reuters.com/article/us-cameroon-security-idUSKCN1TD289

[26] https://actucameroun.com/2019/06/14/le-gouvernement-devoile-lidentite-des-16-soldats-tues-par-boko-haram-a-darak/ ; https://www.lefigaro.fr/flash-actu/cameroun-deuil-national-vendredi-pour-17-soldats-tues-par-boko-haram-20190618 ; https://www.parismatch.com/Actu/International/Le-Cameroun-pleure-37-morts-apres-une-des-attaques-les-plus-meurtrieres-de-Boko-Haram-1630224 ; https://www.jeuneafrique.com/787478/politique/cameroun-au-moins-26-morts-apres-une-attaque-de-boko-haram-selon-un-nouveau-bilan/ ; https://www.lefigaro.fr/flash-actu/nigeria-plusieurs-soldats-tues-dans-une-attaque-de-boko-haram-contre-leur-base-20190614 ; https://www.liberation.fr/direct/element/attaque-boko-haram-au-cameroun-dimanche-18-morts-selon-une-force-regionale_98898/ ; https://www.voaafrique.com/a/trente-sept-morts-apr%C3%A8s-une-des-attaques-les-plus-meurtri%C3%A8res-de-boko-haram/4955899.html

[27] https://www.pndp.org/documents/PCD_DARAK.pdf, pages 157-158

[28] https://www.pndp.org/documents/PCD_DARAK.pdf, pages 153-163

[29] https://www.worldwildlife.org/ecoregions/at0904 ; https://wwf.panda.org/?187941/Decade-old-dream-comes-true-for-Lake-Chad ; https://en.unesco.org/news/unesco-commits-safeguarding-lake-chad 

[30] https://www.gov.za/documents/constitution-republic-south-africa-1996, Chapter XII

[31] https://www.constituteproject.org/constitution/Cameroon_2008.pdf?lang=en

[32]https://www.humanitarianresponse.info/sites/www.humanitarianresponse.info/files/assessments/rapport_de_letude_sur_les_conflits_et_mecanismes_de_resolution_des_conflits_a_lextreme-nord_du_cameroun_final.pdf, pages 33-46

[33] https://scholarcommons.usf.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1707&context=jss

[34] https://africasacountry.com/2020/07/the-state-of-lake-chad ; https://en.unesco.org/news/unesco-launches-biopalt-project-safeguard-lake-chad ; https://www.adaptation-undp.org/projects/regional-project-conservation-and-sustainable-development-lake-chad ; https://www.ispionline.it/it/pubblicazione/multinational-joint-task-force-security-cooperation-lake-chad-basin-25448

[35] https://hausa.leadership.ng/budaddiyar-wasika-zuwa-ga-yan-boko-haram/ 

[36] http://dbpedia.org/page/Boko_Haram

[37] https://www.britannica.com/topic/Boko-Haram

[38] Jacob Zenn, “Boko Haram's Conquest for the Caliphate: How Al Qaeda Helped Islamic State Acquire Territory”, in “Studies in Conflict & Terrorism”, volume 43, Taylor & Francis, London 2020, pages 89-122 – see also https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/1057610X.2018.1442141 ; https://www.gcsp.ch/global-insights/boko-harams-evolving-relationship-al-qaeda ; https://www.wikileaks.org/plusd/cables/09ABUJA2014_a.html ;   https://www.files.ethz.ch/isn/184795/5cf0ebc94fb36d66309681cda24664f9.pdf ; https://web.archive.org/web/20161129233128/http://www.thesundaytimes.co.uk/sto/public/magazine/article1680538.ece

[39] https://www.africanews.com/2015/12/30/9-year-old-nigerian-writes-on-terrorism//

[40] https://www.geopolitica.info/tag/mohammed-yusuf/

[41] https://www.americansecurityproject.org/dont-forget-about-boko-haram-a-2019-update/

[42] https://odihpn.org/magazine/the-evolution-and-impact-of-boko-haram-in-the-lake-chad-basin/ ; https://www.bbc.com/news/av/world-africa-35898319

[43] https://www.statista.com/statistics/271514/global-terrorism-index/

[44] https://www.theguardian.com/world/2015/feb/13/boko-haram-militants-launch-first-attack-inside-chad

[45] https://www.nigrizia.it/notizia/nigeria-decine-di-morti-in-un-attacco-a-gamboru

[46] https://www.nytimes.com/2015/02/14/world/africa/boko-haram-carries-out-first-attack-in-chad.html

[47] https://www.adnkronos.com/fatti/esteri/2015/02/04/truppe-del-ciad-uccidono-oltre-miliziani-boko-haram-nigeria_B6YkamZQhwKPIqmsQdculO.html ; https://www.lastampa.it/esteri/2014/08/31/news/iraq-dopo-due-mesi-rotto-l-assedio-di-amerli-truppe-di-baghdad-nella-citta-dei-turcomanni-1.35628450

[48] https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/TA-8-2015-0185_FR.html

[49] https://www.nytimes.com/2015/02/05/world/africa/boko-haram-pushed-from-nigerian-town-by-chad-military.html

[50] https://www.crisisgroup.org/africa/central-africa/chad/246-fighting-boko-haram-chad-beyond-military-measures

[51] https://www.premiumtimesng.com/news/headlines/219153-dislodged-boko-haram-sambisa-forest-nigerian-army.html 

[52] https://www.nationalsecurity.gov.au/Listedterroristorganisations/Pages/islamic-state-west-africa-province.

[53] https://issat.dcaf.ch/Learn/Resource-Library/Policy-and-Research-Papers/Facing-the-Challenge-of-the-Islamic-State-in-West-Africa-Province

[54] https://issat.dcaf.ch/Learn/Resource-Library/Policy-and-Research-Papers/Facing-the-Challenge-of-the-Islamic-State-in-West-Africa-Province

[55] https://conflictstudies.gics.live/wp-content/uploads/2019/04/GICS-Survival-And-Expansion-of-the-Islamic-States-West-African-Province-Full.pdf pag. 14

[56] https://www.sunnewsonline.com/fish-business-in-lake-chad-region-ruined-by-boko-haram/

[57] https://africa-eu-partnership.org/sites/default/files/apf_factsheet_-_mnjtf.pdf

[58] https://knowledge4policy.ec.europa.eu/projects-activities/multinational-joint-task-force-mnjtf-against-boko-haram_en

[59] https://www.thisdaylive.com/index.php/2020/11/17/eu-delivers-equipment-to-mnjtf-to-combat-insurgency/

[60] https://www.crisisgroup.org/africa/west-africa/291-what-role-multinational-joint-task-force-fighting-boko-haram ; https://www.dw.com/en/africa-boko-haram/a-54111131

[61] https://factcheck.afp.com/has-lake-chad-shrunk-nigerias-president-claimed 

[62] https://www.ukessays.com/essays/history/civil-war-in-chad-history-essay.php

[63] Michael I. Draper, “Shadows. Airlift and Airwar in Biafra and Nigeria, 1967–1970“, Hikoki Publications, London 1999

[64] https://www.worldbank.org/en/country/chad/overview

[65] https://www.newyorker.com/magazine/2017/12/04/lake-chad-the-worlds-most-complex-humanitarian-disaster

[66] http://hdr.undp.org/en/countries/profiles/TCD

[67] http://www.fao.org/africa/news/detail-news/en/c/426466/

[68] http://www.fao.org/documents/card/en/c/727da49d-2d76-422f-94e9-b062a0f5e945/

[69] https://www.worldbank.org/en/news/feature/2019/12/17/food-security-in-chad-the-successful-involvement-of-refugees-and-host-communities-in-horticulture

[70] https://peacekeeping.un.org/en/mission/past/minurcat/

[71] https://www.worldbank.org/en/news/press-release/2015/04/29/imf-world-bank-debt-relief-chad

[72] https://www.worldbank.org/en/news/press-release/2018/09/13/niger-world-bank-approves-80-million-to-support-refugees-and-host-communities

[73] https://www.nsagriculture.com/news/farmers-in-chad-project/ 

[74] https://www.imf.org/en/About/Factsheets/Sheets/2016/08/01/16/49/Catastrophe-Containment-and-Relief-Trust

[75] https://www.imf.org/en/News/Articles/2020/04/13/pr20151-imf-executive-board-approves-immediate-debt-relief-for-25-countries

[76] https://www.africaeaffari.it/29963/fondi-europei-per-sahel-e-lago-ciad

[77] http://www.fao.org/in-action/radhort/fr/

[78] http://www.fao.org/in-action/african-roots-and-tubers/en/

[79] http://www.fao.org/in-action/action-against-desertification/countries/en/

[80] http://www.fao.org/in-action/aicca/en/ 

[81] https://earthleagueinternational.org/2013/03/20/elephants-massacre-in-chad/ 

[82] Samuel Decalo, “Historical Dictionary of Chad”, The Scarecrow Press, Metuchen (Middlesex, UK), 1987, pages 49-54

[83] Mario Joaquin Azevedo, “The roots of violence: A history of War in Chad”, Routledge, London 2005, pages 9-11

[84] https://web.archive.org/web/20051016093653/http://www.politique-africaine.com/numeros/pdf/016030.pdf

[85] Kevin Shillington, “Encyclopedia of African history”, Routledge, London 2013, pages 227-229

[86] https://www.thedailybeast.com/steve-coll-on-exxonmobils-sinister-kingdom-and-private-empire

[87] https://www.hrw.org/report/2016/06/28/enabling-dictator/united-states-and-chads-hissene-habre-1982-1990

[88] https://www.bbc.com/news/world-africa-36411466

[89] https://www.bbc.com/news/world-africa-18927845

[90] Institut national de la statistique, des études économiques et démographiques du Chad, “Deuxième recensement général de la population et de l'habitat (RGPH2, 2009). Analyse thématique des résultats définitifs. État et structures de la population”, République du Tchad, Ministère du plan et de la coopération internationale, Institut national de la statistique, des études économiques et démographiques, N’Djamena 2014

[91] John Donnelly Fage, Oliver Roland, “The Cambridge History of Africa”, Cambridge University Press, Cambridge 1975, pages 262-290, pages 306-308

[92] https://foreignpolicy.com/2011/03/05/harvard-for-tyrants/

[93] https://www.thenewhumanitarian.org/report/58438/chad-coup-attempt-foiled-government-says ; https://allafrica.com/stories/200609210706.html ; https://www.nbcnews.com/id/wbna23031600

[94] 2014.08.04 Transparency International on Chad

[95] http://www.columbia.edu/itc/sipa/martin/chad-cam/overview.html

[96] 2014.08.04 Transparency International on Chad, pages 7-8; http://www.umich.edu/~snre492/Jones/pipe.htm ; https://web.archive.org/web/20060903020140/http://english.aljazeera.net/NR/exeres/859EF8EC-2F2F-42B7-B06C-2C4FF20C2E42.htm

[97] https://www.giz.de/en/worldwide/33929.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.