Le Mali comme métaphore de un désastre mondial

En Afrique de l'Ouest, parmi les États nés de la Conférence de Berlin de 1884, qui ont créé des nations avec des dirigeants sans aucun respect pour l'histoire séculaire des ethnies locales et provoquant des conflits sanglants sans fin, le Mali est parmi les plus pauvres et les plus instables.

01

Au contraire : c'est le symbole même de l'échec total de ce modèle de solution du colonialisme, parce que le souverain de Berlin a créé une nation immense et très pauvre, dans laquelle ont été contraints de coexister des personnes d'ethnies et de religions complètement différentes qui s'entretuer pour le peu que le Sahara peut offrir. Autrefois un grand empire prospère, le Mali se compose aujourd'hui de 65% de désert enclavé et est, avec ses 1 240 192 km2, l'un des plus grands États d'Afrique. Avec 20 millions d'habitants, le double d'ici 2035, le Mali a l'un des taux de croissance et de mortalité les plus élevés du continent[1]. Selon les dernières données de la Banque mondiale, 42,7% des Maliens vivent dans des conditions de misère absolue[2].

La raison en est une économie particulièrement instable, fortement dépendante du secteur agricole (qui génère 40% du PIB et emploie 62% de la main-d'œuvre), et des exportations, dont 80% sont constituées d'or et de coton, et dont les recettes sont au merci des fluctuations du marché[3]. Les droits humains sont constamment bafoués par les abus commis par les groupes armés islamiques[4], les milices ethniques[5] et les forces de sécurité gouvernementales[6] - toutes horreurs rendues possibles par le vide politique croissant[7]. Ce n'est qu'au début des années 90, après l'éviction du despote Moussa Traoré, que le Mali a connu une période de développement, de paix et de démocratie, à tel point que, tant en 2011 qu'en 2012, la Freedom House classe le Mali parmi les cinq premiers africains démocraties, tant en termes de droits civils qu'en termes de liberté de la presse[8].

Mais l'éternelle dispute entre pouvoir civil et pouvoir militaire réserve malheureusement des surprises amères et désormais évidentes : cette époque s'est terminée en 2012 par un coup d'État, qui sera suivi de deux autres, chacun plus violent que le précédent. Depuis lors, le Mali a recommencé à naviguer entre des gouvernements fantoches, des gouvernements intérimaires et des gouvernements apparemment démocratiques déposés par les armes[9].

Les mains tachées de sang des post-colonialistes

Après l'indépendance de la France en 1960, Modibo Keita sera le premier président et transformera le Mali en un État socialiste[11]. La recette échoue et, en 1968, Keita est renversé par les militaires[12]. Le lieutenant Moussa Traoré accède au pouvoir, emprisonnant Keita et 40 autres dirigeants de l'US-RDA (Union Soudanaise - Rassemblement Démocratique Africain)[13]. Traoré résiste au pouvoir pendant 22 ans : despotique et violent, il commet des atrocités contre chaque ethnie, chaque faction politique, même parmi ses propres alliés ; lorsque le peuple proteste, il ordonne que les manifestants soient abattus - sous sa direction criminelle, des milliers de personnes sont mortes, mais le décompte précis ne sera jamais possible[14].

Le 26 mars 1991, profitant de la tourmente des rues, le lieutenant-colonel Amadou Toumani Touré convainc l'armée de renverser le régime[15] et promet une transition vers une démocratie multipartite[16]. Traoré a été jugé et condamné à mort[17], mais a ensuite été gracié en 2002 par Alpha Oumar Konaré, élu démocratiquement le 8 juin 1992[18]. Konaré gouverne pour deux mandats et avec lui nous avons enfin une croissance économique constante, les premiers pas vers le respect des libertés civiles et des droits politiques et les premières vraies réformes[19]. Il est également à l'origine d'une politique étrangère fructueuse : le 11 mai 1997, il est réélu avec 95,5% des voix, et le peuple malien a enfin un espoir concret pour l'avenir[20]. La loi l'empêche de se représenter, donc en mai 2002, Konaré est remplacé par son ami, Amadou Toumani Touré, qui emporte la victoire avec 65% des voix[21].

Les années de démocratie et de progrès font souffrir les fondamentalistes islamiques et les chefs de l'armée. En 2012, un groupe de jeunes militaires pour la plupart inconnus, qui se déclarent Comité national pour la restauration de la démocratie et la restauration de l'État (CNRDRE), dirigé par le capitaine Amadou Haya Sanogo[22], plonge le Mali dans le chaos[23]. L'armée fait une descente au palais présidentiel à Bamako et clôt le jeu en quelques minutes par une déclaration à la télévision[24]: Sanogo ordonne un couvre-feu, la suspension de la Constitution et la dissolution du Parlement[25]. Sans se soucier, bien sûr, de la condamnation de la communauté internationale[26].

Sanogo a derrière lui la communauté touareg et sa colère grandissante. Cette ethnie, descendante des Berbères, est répartie depuis des siècles sur un territoire très vaste (Mali, Niger, Libye, Burkina Faso et Algérie), et n'est partout qu'une minorité[27]. Ils vivent dans le nord du Mali, aiment l'isolement, ont un système de castes strict - et sont détestés parce qu'ils pratiquent la traite des esclaves depuis des centaines d'années[28]. Ils avaient maintenu leur indépendance en anéantissant l'expédition française dirigée par Paul Flatters en 1881[29], mais la Légion étrangère les a finalement contraints à signer des traités de paix au Mali en 1905 et au Niger en 1917 : traités condamnant le nomadisme et la libre circulation au Sahel - deux conditions fondamentales pour la survie de la culture et de l'économie des Touaregs[30].

Lorsque les Français sont partis, la haine contre les Touareg est restée. Pendant les années de la présidence Keita, ils ont refusé de participer à la collectivisation de l'agriculture et du pastoralisme, et le gouvernement de Bamako a commencé à les chasser et à les combattre systématiquement[31]. La première révolte des Touaregs a lieu entre 1962 et 1964 : connue sous le nom d'Alfellaga, la révolte est lancée depuis la région de Kidal et violemment réprimée, exterminant le bétail et empoisonnant les puits. Les Touaregs ont réagi en s'enfuyant vers la Mauritanie, l'Algérie et la Libye[32]. Les conditions climatiques, les persécutions, la faim, les obligent à se mélanger avec d'autres ethnies, ce qui, paradoxalement, augmente leur colère et la volonté des Touaregs d'avoir leur propre nation indépendante[33].

Mouammar Kadhafi leur donne un foyer, une éducation et un cadre militaire, le respect en tant que communauté[34]. En retour, les Touaregs combattent pour Kadhafi dans les guerres de conquête au Tchad[35] et, peu après, tournent leur regard vers Bamako. Le gouvernement d'Alpha Oumar Konaré leur accorde l'autonomie régionale, mais cela ne suffit pas[36]. En 1994, les Touaregs, soutenus par les Libyens, attaquent la ville de Gao provoquant une riposte violente de l'armée malienne et d'une faction paramilitaire - celle des Songhaï, les Ganda Koy[37], une troupe spéciale de fanatiques, accusés d'avoir commis de terribles atrocités contre les civils Touaregs[38]. Le gouvernement Konaré réagit en punissant les soldats coupables de violence gratuite (obtenant la haine des Songhaï) et signe deux traités de paix avec les Touaregs (1995 et 1996), lançant un programme de désarmement, de démobilisation et d'insertion des rebelles dans son armée[39].

Après une décennie de paix, une seule étincelle suffit : en mai 2006, un ancien rebelle, le militaire Ibrahim Ag Bahanga, déserte et crée l'Alliance démocratique pour le changement (ADC), avec laquelle il attaque les garnisons de Kidal et de Ménaka[40]. Après la révolte, le gouvernement malien et les rebelles Touaregs signent un accord de paix[41] qui ne résout rien, jusqu'en 2009, date à laquelle le Mali et l'ADC parviennent à un nouvel accord sur la réintégration des combattants dans l'armée de Kidal[42]. Ibrahim Ag Bahanga rejette les accords et organise une nouvelle révolte avec des centaines de mercenaires Touaregs armés venus de Libye[43]. En août 2011, il a marché sur Bamako, mais a été tué dans des circonstances peu claires, peut-être en raison d'une querelle entre trafiquants d'armes[44].

Les rebelles survivants, dirigés par Iyad ag Ghali, lieutenant de Bahanga, ont fondé le MNLA (Mouvement de libération nationale de l'Azawad)[45] et, en janvier 2012, ont incendié la région de l'Azawad, aidés par des groupes salafistes liés à al-Qaïda[46]. L'armée malienne, mal entraînée, mal équipée, subit de terribles pertes. Pour le gouvernement, jugé corrompu et insuffisant, la situation devient dramatique : il est accusé de mauvaise gestion de la crise et d'être le seul artisan de la désintégration du pays, qui prépare le coup d'État du 21 mars, ourdi et dirigé par le chef de l'état-major général de l'armée et par plusieurs officiers[47].

La guerre civile infini

En mars 2012, le Mali est scindé en deux : la moitié du territoire est sous le contrôle du jihad, l'autre moitié est dirigée par une junte militaire liée au MNLA qui, le 6 avril, déclare unilatéralement son indépendance[48]. La CEDEAO rejette la déclaration[49], mais parvient à un accord avec la junte militaire pour le retour de l'ordre constitutionnel au Mali[50]. Dioncouda Traoré, président de l'Assemblée nationale, devient président par intérim du Mali[51]. Le Premier ministre Cheick Modibo Diarra forme un gouvernement d'union nationale dominé par les militaires, dont cinq sont proches du putschiste Amadou Sanogo[52]. Diarra résiste quelques mois, est arrêté en décembre[53]. En août 2013, Ibrahim Boubacar Keita remportera les nouvelles élections[54].

Le vide du pouvoir laissé par le coup d'État est un carburant précieux pour le MNLA, qui poursuit la guerre civile, prend le contrôle de Gao et Tombouctou, détruit des sanctuaires, impose par la force l'islamisme et commence à pousser vers le sud. A la demande de Bamako, l'armée française intervient en déployant 3 000 hommes de troupes au sol et en lançant une campagne aérienne pour repousser les militants qui freinent l'avancée vers le sud, mais pas l'insurrection djihadiste au nord du Mali[55].

Maintenant il y a des combats partout, le Sahel est un véritable enfer. En février 2017, la France et le G5 Sahel (Burkina Faso, Tchad, Mali, Mauritanie et Niger) ont annoncé la création de la Force G5 Sahel, une force de 5 000 hommes à travers le Sahel[56]. L'armée américaine augmente également sa présence, déployant 1 500 soldats et construisant une base de drones au Niger qui coûtera 110 millions de dollars et aura un coût de maintenance de 15 millions de dollars par an[57].

Dans le chaos, la contrebande devient la seule activité économique qui fonctionne encore, et qui renforce les différents chefs de guerre rebelles[58]. En avril 2017, Abdoulaye Idrissa Maiga a été nommé Premier ministre et en juillet suivant, le président Keita a de nouveau remporté les élections. Mais en dehors de Bamako cela ne compte pour rien : la fureur séparatiste ne semble pas vouloir s'arrêter[59]. Ainsi, le 18 août 2020, un nouveau coup d'État est la réponse aux émeutes. Le gouvernement Keita est au centre de la polémique : une économie en déroute, des taux de chômage élevés, des réformes inexistantes, des services inefficaces, des infrastructures en ruine, une corruption très grave dans les couloirs du pouvoir. Les gens meurent de faim, puis épuisés par des années passées entre une répression féroce, des affrontements interethniques, des violences jihadistes sanglantes qui ont fait un nombre incalculable de morts, de blessés et des centaines de milliers de déplacés[60].

Après un report de dix-huit mois, les élections, initialement prévues en octobre 2018, se tiennent les 29 mars et 19 avril 2020, précédées de quelques événements dramatiques comme l'enlèvement du leader de l'opposition Soumaïla Cissé et la destruction de plusieurs bureaux de vote[61]: élections se déroulent dans un climat très tendu[62]. Keita gagne à nouveau, n'obtenant que 43 sièges sur 147[63]; il en gagne encore 10 après un recours devant la Cour constitutionnelle[64]. La décision de la Cour constitutionnelle enflamme encore plus les rues[65].

Le succès des manifestations a donné naissance au M5-RFP (Mouvement du 5 juin Rassemblement des Forces Patriotiques), un mouvement qui vise à organiser et canaliser la rébellion contre le gouvernement[66]. Elle est dirigée par l'imam Mahmoud Dicko[67], ancien président du Haut Conseil islamique du Mali (HCIM), qui rassemble de nombreux militants de la société civile, des leaders de l'opposition[68] mais aussi des chefs de gouvernement, des syndicalistes et d'anciens militaires. L'objectif premier est évidemment la demande de démission d'Ibrahim Boubacar Keita[69].

Le 18 août, un groupe de militaires, dirigé par le colonel Malick Diaw, est entré dans la capitale avec des chars et a arrêté le président Keïta et le Premier ministre Boubou Cissé[70], qui ont annoncé publiquement leur démission[71]. La base de la révolte est la caserne de Kati : les soldats, après en avoir pris le contrôle, entament leur marche vers Bamako, faisant leur entrée acclamée par la foule[72]. On sait très peu de choses sur Diaw - par exemple, qu'il vient de rentrer d'un stage en Russie[73]; un autre militaire impliqué est le colonel Sadio Camara, commandant de l'Académie militaire de Kati, également formé en Russie[74]; le troisième personnage impliqué est le général Cheick Fantamady Dembele, l'aîné du groupe, diplômé de l'Académie militaire de Saint-Cyr en France, d'une licence d'histoire de la Sorbonne, d'une maîtrise en génie civil de l'Université de l'Allemagne armée à Monaco[75].

Le coup d'État reçoit une condamnation unanime de la communauté internationale : l'UE bloque les programmes de formation de l'armée et de la police maliennes, l'Union africaine et la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (UEOMA) suspendent la participation du Mali, ferment les frontières, bloquent les subventions[76] et menacent de sanctions[77]; même l'OIF, l'Organisation internationale de la Francophonie, suspend l'adhésion du Mali[78], tandis que l'ONU exige la libération immédiate de tous les responsables gouvernementaux arrêtés et le rétablissement de l'ordre constitutionnel[79].

Dans le chaos apparaît pour la première fois publiquement celui qui a mené le coup d'État, et désormais leader du Comité national pour le salut du peuple : le colonel Assimi Goïta[80].

Assimi Goïta, étrange chef d'une étrange révolte

Assimi Goïta (1983), marié, trois enfants[82], fils d'officier militaire[83], est formé à l'école militaire Kati Military Prytaneum (PMK) et est affecté au 134e Gao Reconnaissance Squadron. Il obtient le Diplôme à l'Ecole Française du Train et de la Logistique Opérationnelle, puis suit le cours de capitaine en Allemagne, puis prend le commandement d'un bataillon qui œuvre contre le terrorisme et le trafic de drogue et entre (2014) dans les forces spéciales[84], pour laquelle suit écoles de formation spécialisée aux États-Unis[85]. Il devient commandant du bataillon autonome des forces spéciales et centres de guerre (BAFS-CA), créé en mai 2018 et basé à Mopti, dans le centre du pays, et obtient le grade de chef d'état-major adjoint de l'armée de terre[86].

La participation active de la Goïta au coup d'État énerve donc les Américains, car elle fait passer la révolte comme quelque chose d'orchestré par Washington, tout comme les troupes américaines sont au Sahel pour combattre le jihad islamique[87] avec l'opération baptisée MINUSMA[88], qui coûte 1,2 milliard de dollars par an[89] et qui vise à « garantir la sécurité, la stabilisation et la protection des civils ; soutenir le dialogue politique national et la réconciliation et l'assistance à la restauration de l'autorité de l'État, la reconstruction du secteur de la sécurité et la promotion et la protection des droits de l'homme au Mali »[90].

La Goïta est complètement différente de l'image du soldat brutal renversant un gouvernement. Andy Duhon, un ancien officier américain employé à l'ambassade à Bamako, qui a travaillé avec Goita, le décrit comme un homme « très humble, très pieux, pas un fanfaron, mais spirituel, intelligent et un bon père de famille. Je ne l'ai jamais vu comme un homme avide d'argent ou de pouvoir, avide d'être au pouvoir »[91]. Dans ses discours Goïta s'évertue à répéter qu'il ne s'intéresse pas au pouvoir.

La chose est différente pour ses collègues du coup d'État : Malick Diaw et Sadio Camara, rentrés au Mali du Collège militaire supérieur de Moscou quelques jours seulement avant le coup d'État[92]. Bien qu'il n'y ait aucune preuve officielle d'une implication réelle du Kremlin, et bien que le membre de la Douma Oleg Morozov ait nié les allégations le 22 août, déclarant : « Toute discussion sur l'implication de la Russie de quelque manière que ce soit dans le coup d'État d'août semble ridicule »[93], il ne passe pas inaperçu que le 21 août, trois jours après le coup d'État, l'ambassadeur de Russie au Mali et au Niger Igor Gromyko a pris soin de rencontrer les dirigeants du nouveau gouvernement[94].

La Russie est le plus grand exportateur de matériel de guerre vers l'Afrique, représentant 39% des transferts d'armes vers la région entre 2013 et 2017[95]. Selon une analyse de l'Institute for the Study of War (ISW[96]), l'armée russe et les sous-traitants militaires privés liés au Kremlin ont progressivement étendu leur présence militaire sur le continent, signant des accords de coopération militaire avec 28 gouvernements africains[97]. On estime que quelque 400 mercenaires russes opérant en République centrafricaine ont récemment fourni du matériel militaire pour des opérations anti-insurrectionnelles dans le nord du Mozambique[98]. Irina Filatova, professeure de recherche à l'École supérieure d'économie de Moscou, explique l'accent mis par la Russie sur ces domaines : « L'une des raisons pour lesquelles la Russie s'intéresse tant à l'Afrique est de rivaliser avec l'Occident. Plus elle a d'influence en Afrique, plus elle y contrôle est au-dessus de l'Ouest »[99].

Malgré la mise en place des forces conjointes des États du Sahel et la présence de plus de 14 000 casques bleus de l'ONU ainsi que des troupes françaises, il y a eu en 2019 une grave escalade de la violence perpétrée par des groupes djihadistes au Mali et dans d'autres pays de la région, dont le Niger et Burkina Faso. A partir de là, il n'y a qu'un pas pour considérer la coopération militaire comme un échec, et il est facile de nourrir l'espoir des citoyens dans l'alternative russe, surtout compte tenu du rôle joué par Moscou dans la crise syrienne[100].

C'est une opinion largement répandue parmi les Maliens - alimentée par une campagne de désinformation russe dans les réseaux sociaux et déjà constatée à d'autres occasions comme à Madagascar et en Libye[101] - que les initiatives antiterroristes françaises, à travers les opérations Plusieurs[102] puis la Barkhane[103] au Sahel, sont un prétexte pour se préparer à une nouvelle invasion coloniale : la Russie, par la propagande, essaie de se faire soutenir contre cette apparente stratégie[104].

Liste des pays fournisseurs d'armes au Mali (2019)[105]La nouvelle junte subit de fortes pressions de la part des dirigeants de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), qui menacent d'augmenter les sanctions économiques et d'imposer un embargo total sur le Mali, espérant un remplacement rapide de l'actuelle junte militaire par une junte civile[106]. La réponse arrive le 13 septembre par l'approbation d'une « charte de transition », un accord politique qui conduira à la nomination du colonel à la retraite et ancien ministre de la Défense Bah N'Daw comme président par intérim le 21 septembre - qu'il devrait ainsi satisfaire aux présence d'un non-militaire - tandis que le chef du coup, Assimi Goïta, assumera le poste de vice-président[107].

L'accord prévoit également des élections libres dans les 18 prochains mois, mais le M5-RFP (Mouvement d'opposition du 5 juin) réagit avec de vives critiques, car le plan, selon ses dirigeants, « ne reflète pas les opinions et les décisions des gens » mais surtout cela n'empêche pas le pays d'être dirigé par un militaire en coulisses[108]. Pourtant, l'accord, couplé à la libération des dirigeants arrêtés, le 6 octobre, suffira à convaincre la CEDEAO de rejeter les sanctions[109]. Le 9 octobre, la levée des sanctions viendra également de l'Union africaine[110].

Et là, l'ombre réapparaît... le 5 décembre, l'Assemblée législative provisoire, avec 111 voix pour et sept abstentions, élit le colonel Malick Diaw - l'un des principaux acteurs du précédent coup d'État - à la tête du Conseil national de transition[111]. Pour rassurer la population, le lieutenant-colonel Abdoulaye Maiga, ministre de l'Administration territoriale, annonce que les élections se tiendront en février et mars 2022, confirmant les promesses faites[112].

Le M5-RFP est furieux du rôle croissant de l'armée et appelle à la dissolution du gouvernement. Le ministre des Affaires étrangères Moctar Ouane décide de démissionner le 14 mai 2021, mais est aussitôt rappelé et reconfirmé pour superviser un remaniement gouvernemental qui aura lieu le 24 mai avec la promesse d'un "élargissement des bases"[113]. Le remaniement intervient dans un contexte de fortes tensions, entre les protestations véhémentes du Mouvement du 5 juin[114] et les grèves organisées par l'UNTM, le syndicat des travailleurs[115], qui risquent de paralyser l'économie du pays.

Deux putschistes sont évincés, l'ancien ministre de la Défense Sadio Camara et l'ancien ministre de la Sécurité le colonel Modibo Koné, ce qui exaspère Assimi Goïta : quelques heures plus tard le président Bah N'Daw, le Premier ministre Moctar Ouane et le ministre de la Défense Souleymane Doucouré, sont arrêtés à entre les mains d'Assimi Goïta lui-même[116], et transféré au camp militaire de Soundiata Keïta à Kati[117].

Le lendemain, dans un communiqué, Goïta a justifié l'intervention par le fait que le Premier ministre et le président avaient formé le nouveau gouvernement « sans consulter le vice-président », ni lui-même. Confirmez que vous souhaitez respecter la « Charte de la transition »[119]. Il est cependant dommage que la Charte elle-même déclare que personne ne peut remplacer le président de transition. La Cour constitutionnelle nomme Assimi Goïta président par intérim[120]. Choguel Kokalla Maiga, proposé par le Mouvement M5-RFP, a pour mission de former un gouvernement pour guider le pays dans la délicate phase de transition[121]: 25 ministres, dont deux représentants de l'Union pour la République et la Démocratie, principale force politique du le Mouvement du 5 juin[122]. L'armée maintient toujours le ministère de la Défense, de la Sécurité, de l'Administration du territoire et de la Réconciliation nationale[123].

La condamnation de la communauté internationale ne se fait pas attendre, mais la voix la plus forte s'élève d'Emmanuel Macron, exprimant une vive condamnation du coup d'État et de l'arrestation du président de transition, de son premier ministre et de leurs collaborateurs[124], menaçant du retrait de ses troupes. si le pays, à cause du coup d'État, va dans le sens de l'islamisme radical[125]. Dans une déclaration conjointe, l'ONU (Minusma), la CEDEAO, l'Union africaine, la France, les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Union européenne condamnent l'intervention militaire, et l'ONU demande officiellement la libération du président Bah N'Daw et le Premier ministre Moctar Ouane[126] - attendu le 25 mai[127].

Que diable se passe-t-il ?

Le cours des événements n'est pas encore clair, l'histoire bat son plein. Un nouveau coup d'État au Mali jette une nouvelle fois tout le continent dans le désespoir. Les années passent mais les scénarios restent les mêmes. C'est précisément là où les peuples sont les plus engagés que la violence aveugle continue de prévaloir. La raison est claire : dans des États intrinsèquement plus faibles (avec moins de sentiment d'appartenance et de cohésion nationale, une plus grande pauvreté et une structure administrative quasi inexistante) quelques centaines de jihadistes armés jusqu'aux dents suffisent pour tenter leur chance et tenter de conquérir une nation entière admis aux Nations Unies et, avec elle, une tribune dans le débat mondial et une position de force dans le jeu du chantage avec les puissances militaires et économiques mondiales, mais aussi envers les pays voisins et pacifiques.

Des centaines de fugitifs de la défaite du Califat au Moyen-Orient, de ceux qui ont échappé aux persécutions politiques dans les pays arabes dirigés par des monarchies ou des régimes dictatoriaux, d'ex-mercenaires qui ont perdu leurs clients, de mercenaires à la solde de Russes, Chinois, Américains multinationales ou fixateurs, Européens, Touaregs ou autres peuples sans patrie, se rencontrent et se battent au Mali, où pour un conflit permanent existent les meilleures conditions environnementales possibles - malgré les forces militaires de l'ONU et des puissances occidentales.

Pour cette raison, le Mali est aujourd'hui une métaphore de la catastrophe mondiale. C'est le manifeste de ce qui pourrait arriver n'importe où si, dans un avenir proche, la perception des individus de leur participation et de leur coresponsabilité dans la réalisation du bien-être, de la stabilisation du climat, de la tolérance, de la non-violence et de la légalité venaient à diminuer. Un avertissement qui s'applique à tout le monde, pas seulement au lointain et oublié désert du Sahel.

[1] https://www.cia.gov/the-world-factbook/countries/mali/#people-and-society

[2] https://www.lloydsbanktrade.com/en/market-potential/mali/economy

[3] https://www.lloydsbanktrade.com/en/market-potential/mali/economy

[4] https://www.counterextremism.com/countries/mali

[5] https://www.hrw.org/report/2018/12/07/we-used-be-brothers/self-defense-group-abuses-central-mali

[6] https://www.hrw.org/africa/mali

[7] https://reliefweb.int/report/mali/589-killed-central-mali-so-far-2020-security-worsens-bachelet

[8] https://freedomhouse.org/sites/default/files/inline_images/MALIFINAL.pdf

[9] Andrea Menegatti, “Islam in West Africa, sufismo e fondamentalismo nelle giovani democrazie africane“, Edizioni Ananke, Torino 2014

[10] https://africacenter.org/spotlight/legacy-military-governance-mali/

[11] https://www.britannica.com/biography/Modibo-Keita

[12] https://africacenter.org/spotlight/legacy-military-governance-mali/

[13] https://www.jeuneafrique.com/375154/politique/jour-19-novembre-1968-coup-detat-renverse-president-malien-modibo-keita/

[14] https://africacenter.org/spotlight/legacy-military-governance-mali/

[15] https://www.bbc.com/afrique/region-53878402

[16] https://www.bbc.com/afrique/region-53878402

[17] https://www.swissinfo.ch/eng/reuters/moussa-traore--who-led-mali-s-first-military-coup--dies-at-83/46036232

[18] https://www.casafrica.es/en/person/alpha-oumar-konare

[19] https://www.casafrica.es/en/person/alpha-oumar-konare

[20] https://www.casafrica.es/en/person/alpha-oumar-konare

[21] https://www.britannica.com/biography/Amadou-Toumani-Toure

[22] https://www.bbc.com/news/world-africa-17498739

[23] https://www.theguardian.com/world/2012/mar/23/mali-coup-draws-condemnation-ecowas

[24] https://youtu.be/wB8VHaQvQi0

[25] https://www.bbc.com/news/world-africa-17484438

[26] https://www.aljazeera.com/news/2012/3/23/international-condemnation-for-mali-coup

[27] http://factsanddetails.com/world/cat55/sub394/entry-5933.html

[28] file:///D:/Users/Momo/Downloads/FOIMEMO5099%20(2).pdf

[29] https://www.alamy.com/massacre-of-the-french-soldier-paul-flatters-during-the-flatters-expedition-1881-by-rebellious-tuaregs-at-bir-el-garama-in-the-sahara-desert-algeria-engr-1895-vintraut-domblanc-vintage-illustration-or-engraving-image388929784.html

[30] https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01395167/document

[31] https://www.clingendael.org/pub/2015/the_roots_of_malis_conflict/2_rebellion_and_fragmentation_in_northern_mali/

[32] https://www.thenewhumanitarian.org/report/95252/mali-timeline-northern-conflict 

[33] https://minorityrights.org/minorities/tuareg/

[34] https://www.clingendael.org/pub/2015/the_roots_of_malis_conflict/2_rebellion_and_fragmentation_in_northern_mali/

[35] https://minorityrights.org/minorities/tuareg/

[36] https://minorityrights.org/minorities/tuareg/

[37] https://www.courrierinternational.com/article/2012/08/02/plongee-dans-la-milice-d-autodefense-ganda-koy

[38] https://jamestown.org/program/the-sons-of-the-land-tribal-challenges-to-the-tuareg-conquest-of-northern-mali/

[39] https://minorityrights.org/minorities/tuareg/

[40] https://noria-research.com/from-the-nma-to-the-nmla-the-shift-to-armed-struggle/

[41] https://www.globalsecurity.org/military/world/war/tuareg-mali-2006.htm

[42] https://www.globalsecurity.org/military/world/war/tuareg-mali-2006.htm

[43] https://reliefweb.int/report/mali/mali-heading-closer-civil-war

[44] https://www.france24.com/en/20110827-mali-tuareg-leader-death-linked-libyan-weapons

[45] https://ecfr.eu/special/sahel_mapping/mnla

[46] https://www.france24.com/en/20120402-tuareg-rebels-conquered-northern-mali-mnla-azawad-toure-aqim-qaeda-ansar-dine-mujao

[47] https://www.clingendael.org/sites/default/files/pdfs/The_roots_of_Malis_conflict.pdf page 12

[48] https://www.bbc.com/news/world-africa-17635437

[49] https://reliefweb.int/report/mali/african-union-totally-rejects-so-called-declaration-independence-rebel-group-northern

[50] https://www.france24.com/en/20120407-mali-tuareg-interim-government-accord-junta-ecowas

[51] https://www.france24.com/en/20120412-mali-new-interim-president-sworn-dioncounda-traore-military-junta-crisis

[52] https://www.bbc.com/news/world-africa-13881978

[53] https://www.bbc.com/news/world-africa-20674573

[54] https://www.bbc.com/news/world-africa-23677124

[55] https://microsites-live-backend.cfr.org/global-conflict-tracker/conflict/destabilization-mali

[56] https://www.diplomatie.gouv.fr/en/french-foreign-policy/security-disarmament-and-non-proliferation/crises-and-conflicts/g5-sahel-joint-force-and-the-sahel-alliance/

[57] https://www.defensenews.com/unmanned/2018/04/23/us-builds-drone-base-in-niger-crossroads-of-extremism-fight/

[58] https://www.cesi-italia.org/articoli/899/mali-lepicentro-del-jihadismo-nel-sahel

[59] https://www.reuters.com/article/us-mali-election-idUSKBN1L10ZK

[60] https://www.aljazeera.com/news/2020/8/19/profile-ibrahim-boubacar-keita-malis-overthrown-president

[61] https://www.france24.com/fr/20200419-au-mali-le-second-tour-des-l%C3%A9gislatives-perturb%C3%A9-dans-le-centre-et-le-nord

[62] https://www.dw.com/en/mali-mutiny-putsch-keita/a-54619330

[63] https://www.jeuneafrique.com/933877/politique/legislatives-au-mali-le-parti-dibrahim-boubacar-keita-en-tete-sans-majorite-absolue/

[64] https://www.reuters.com/article/us-mali-election-idUSKBN1L2205 ; https://www.voaafrique.com/a/l%C3%A9gislatives-au-mali-manifestations-apr%C3%A8s-une-r%C3%A9vision-des-r%C3%A9sultats-favorable-au-pouvoir/5404911.html

[65] https://www.voaafrique.com/a/l%C3%A9gislatives-au-mali-manifestations-apr%C3%A8s-une-r%C3%A9vision-des-r%C3%A9sultats-favorable-au-pouvoir/5404911.html

[66] https://www.voanews.com/africa/who-behind-malis-surging-protest-movement

[67] https://www.france24.com/en/20200713-mahmoud-dicko-the-populist-imam-challenging-mali-s-president-keita

[68] https://www.ispionline.it/en/pubblicazione/crisi-e-proteste-mali-cresce-la-tensione-27181

[69] https://www.voanews.com/africa/who-behind-malis-surging-protest-movement

[70] https://theconversation.com/another-mutiny-turned-coup-mali-is-no-stranger-to-military-unrest-144797

[71] https://www.bbc.com/news/world-africa-53833925

[72] https://www.bbc.com/news/world-africa-53833925

[73] https://www.bbc.com/news/live/world-africa-47639452?ns_mchannel=social&ns_source=twitter&ns_campaign=bbc_live&ns_linkname=5f3ccf661f354f06614b9b3f%26Who%20is%20behind%20Mali%27s%20coup%3F%262020-08-19T07%3A59%3A50.726Z&ns_fee=0&pinned_post_locator=urn:asset:43365c90-1648-4966-8d87-b32e5e4d338c&pinned_post_asset_id=5f3ccf661f354f06614b9b3f&pinned_post_type=share

[74] http://www.opex360.com/2020/08/20/qui-est-le-colonel-assimi-goita-le-nouvel-homme-fort-du-mali/ 

[75] http://www.opex360.com/2020/08/20/qui-est-le-colonel-assimi-goita-le-nouvel-homme-fort-du-mali/ 

[76] https://www.americansecurityproject.org/the-crisis-in-mali/

[77] https://www.washingtonpost.com/world/2020/08/20/mali-coup-coronavirus/

[78] https://www.france24.com/en/20200826-international-francophone-organisation-suspends-mali-s-membership-over-coup

[79] https://www.bbc.com/news/world-africa-53843526

[80] http://thechiefobserver.com/5061/mali-coup-planners-promise-to-hold-fresh-elections/

[81] https://www.theafricareport.com/40680/mali-whos-who-in-the-bamako-coup/

[82] https://www.maliweb.net/armee/le-comite-national-pour-le-salut-du-peuple-sur-les-traces-des-membres-du-cnsp-2891822.html

[83] https://www.usnews.com/news/world/articles/2020-08-20/factbox-whos-who-in-malis-military-junta 

[84] https://www.theafricareport.com/39260/mali-coup-leader-assimi-goita-is-from-an-elite-fighting-unit/

[85] https://www.marshallcenter.org/en https://www.theafricareport.com/39260/mali-coup-leader-assimi-goita-is-from-an-elite-fighting-unit/ https://www.theafricareport.com/39260/mali-coup-leader-assimi-goita-is-from-an-elite-fighting-unit/

[86] https://www.maliweb.net/armee/le-comite-national-pour-le-salut-du-peuple-sur-les-traces-des-membres-du-cnsp-2891822.html

[87] https://www.usip.org/publications/2020/08/five-things-know-about-malis-coup

[88] https://www.un.org/press/en/2013/sc10987.doc.htm

[89] https://sicurezzainternazionale.luiss.it/2020/07/01/mali-missione-onu-prorogata-marzo-2021/

[90] https://www.un.org/en/ga/search/view_doc.asp?symbol=S/RES/2164(2014)

[91] https://www.rfi.fr/en/africa/20200902-mali-s-black-panther-who-is-military-junta-leader-assimi-goita

[92] https://www.dw.com/en/was-russia-behind-the-coup-in-mali/a-54705282

[93] https://www.fpri.org/article/2020/09/why-russia-is-a-geopolitical-winner-in-malis-coup/

[94] https://www.fpri.org/article/2020/09/why-russia-is-a-geopolitical-winner-in-malis-coup/

[95] https://www.sipri.org/sites/default/files/2018-03/fssipri_at2017_0.pdf “Trends in international arms transfers, 2017” - SIPRI Fact Sheet –  page 7

[96] http://www.understandingwar.org/

[97] http://www.understandingwar.org/sites/default/files/ISW%20-%20The%20Kremlin%20Campaign%20in%20Africa%20-%20August%202019.pdf ; https://jamestown.org/program/terrorist-threat-as-a-pre-text-russia-strengthens-ties-with-g5-sahel/  ; https://www.defenceweb.co.za/featured/russia-and-mali-sign-military-cooperation-agreement/ , https://www.aa.com.tr/en/africa/russia-building-military-bases-in-africa-report-/1931550

[98] https://www.defenceweb.co.za/featured/russian-military-hardware-delivered-to-mozambique/

[99] https://www.dw.com/en/was-russia-behind-the-coup-in-mali/a-54705282

[100] https://futureuae.com/m/Mainpage/Item/5357/terrorist-threats-the-african-sahel-where-france-stumbles-and-russia-rises

[101] https://africacenter.org/experts/joseph-siegle/russia-strategic-goals-africa/ ; https://africacenter.org/spotlight/russian-disinformation-campaigns-target-africa-interview-shelby-grossman/

[102] https://www.lemonde.fr/afrique/article/2013/01/12/la-france-demande-une-acceleration-de-la-mise-en-place-de-la-force-internationale-au-mali_1816033_3212.html

[103] https://www.reportdifesa.it/loperazione-barkhane-stabilizzare-larea-del-sahel/

[104] https://www.fpri.org/article/2020/09/why-russia-is-a-geopolitical-winner-in-malis-coup/

[105] https://www.dw.com/en/was-russia-behind-the-coup-in-mali/a-54705282

[106] https://www.france24.com/en/20200921-ex-defence-minister-appointed-mali-interim-president-junta-leader-named-vp

[107] https://www.france24.com/en/20200921-ex-defence-minister-appointed-mali-interim-president-junta-leader-named-vp

[108] https://www.dw.com/en/mali-junta-pushes-18-month-transitional-government-following-coup/a-54908965

[109] https://www.aljazeera.com/news/2020/10/6/west-african-leaders-lift-post-coup-sanctions-on-mali

[110] https://www.aljazeera.com/news/2020/10/9/african-union-lifts-malis-suspension-imposed-in-the-wake-of-coup

[111] https://www.bbc.com/news/world-africa-55198934

[112] https://www.aljazeera.com/news/2021/4/15/mali-general-election-to-held-in-february-minister

[113] https://www.aljazeera.com/news/2021/5/14/mali-to-form-new-broad-based-transition-government

[114] https://www.studiotamani.org/index.php/themes/politique/26776-mali-le-m5-rfp-demande-le-limogeage-du-pm-et-la-dissolution-du-cnt

[115] https://www.aa.com.tr/fr/afrique/mali-la-centrale-syndicale-entame-la-deuxi%C3%A8me-phase-de-sa-gr%C3%A8ve/2252494

[116] https://www.aljazeera.com/news/2021/5/24/military-arrest-malis-president-pm-following-govt-reshuffle

[117] https://theconversation.com/inside-malis-coup-within-a-coup-161621

[118] https://www.theafricareport.com/44829/mali-ecowas-lifts-sanctions-after-appointment-of-new-government/

[119] https://theconversation.com/inside-malis-coup-within-a-coup-161621

[120] https://www.aljazeera.com/news/2021/5/29/malis-court-appoints-assimi-goita-as-interim-president

[121] https://www.africarivista.it/mali-maiga-m5-rfp-nuovo-premier/186170/

[122] https://urd-mali.org/messages

[123] https://www.africanews.com/2021/05/24/mali-president-prime-minister-detained-by-soldiers-in-political-twists-suggestive-of-a-cou//

[124] https://tv6.news/mali-the-coup-unanimously-opposed-him/

[125] https://www.aljazeera.com/where/mali/

[126] https://www.dw.com/fr/la-communaut%C3%A9-internationale-condamne-le-coup-de-force-au-mali/a-57650560

[127] https://www.aa.com.tr/en/africa/mali-s-military-frees-ousted-president-premier-after-resignations/2256225

[128] https://africanarguments.org/2012/02/the-tuareg-between-armed-uprising-and-drought-baz-lecocq-and-nadia-belalimat/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.