La montagne enchantée et les gnomes de la finance

Andorre: c'est un pays qui est un tiers de la largeur de la ville de Londres ou de Rome, la moitié de Berlin. Il compte un peu plus de 60 000 habitants, un produit intérieur brut comparable à celui du Burundi et de la Sierra Leone - et, de plus, il le cache dans les coffres-forts de ses banques pour le compte de clients étrangers.

0a
C'est une série de vallées entre les Pyrénées, dont la capitale, Andorre La Vella, est faite d'imposantes coulées de béton armé, et dont les rues regorgent de bureaux de change et de boutiques de tabac et de montres, à deux heures de Barcelone ou de Perpignan, où se concentrent presque toutes les activités culturelles sur les paroisses, qui sont encore aujourd'hui le centre de la vie sociale.

Ce pays a été au centre de l'un des pires scandales financiers et criminels de la planète au cours de la dernière décennie - un scandale probablement causé par une certaine facilité avec laquelle les dirigeants andorran font face à certains des gangsters les plus dangereux du monde - peut-être convaincu que cela la terre des nains et des fées pourrait les protéger des conséquences et de la vengeance. La réalité a pris par surprise banquiers, politiciens et citoyens andorrans, et pendant quelques semaines la situation a semblé irréversible : les banques du petit pays des Pyrénées fermeraient et disparaîtraient dans un tourbillon de dette qui affecterait tous les comptes courants de chacun propriétaire in un vortex qui le ferait détruire leurs vies - tout le monde le craignait. Quelque chose que, une fois que le gouvernement a trouvé une solution, il ne faut pas oublier cette honte ni le envisager une bagatelle.

Les fiers gens des montagnes magiques

Andorre est un endroit que vous ne pouvez jamais imaginer. Il est si petit - c'est le sixième plus petit pays d'Europe avec une superficie de 468 km² et près de 60000 habitants[2] - qu'il peut être traversé d'une frontière à l'autre, par exemple le long du CG-2 sur environ 40 km, et cela prend un peu plus de quarante minutes ... mais sachez que le voyage serpente le long de la route, en montant courbe par courbe, le long de sommets montagneux et inhabités[3]. Andorre se situe entre les frontières de la France et de l'Espagne sur la ceinture orientale des Pyrénées et a un climat alpin : elle pousse de 900 mètres dans la vallée de Riu Runer au sommet de Coma Pedrosa (2 942 mètres). Il y a de la neige partout, pour le plus grand plaisir des skieurs qui parcourent plus de 300 km de pistes équipées.

D'après les découvertes archéologiques, il est connu que les humains ont trouvé cet endroit dès 3500 avant JC. Habité, en particulier dans les grottes ou dans les vallées au climat tempéré[4]. Puis des siècles d'isolement jusqu'à ce que Charlemagne le découvre - celui qui est considéré comme le fondateur d'Andorre, comme l'explique l'hymne national « El Gran Carlemany »[5] : Selon la légende, les habitants d'Andorre ont aidé l'armée franconienne dans la lutte contre les Arabes dirigée par Mark Almugaber et alors King Charles, en signe de gratitude, en 788déclara les habitants d'Andorre « peuple souverain »[6]. Le pays est resté une partie de l'empire carolingien jusqu'à sa chute en 843, lorsque le roi Charles II a transféré Andorre au comte Sunifredo I de Barcelone - qui a acquis le titre de comte de Cerdagna et Urgell[7].

Au cours des IXe et Xe siècles, la dynastie des comtes a étendu ses propriétés dans les vallées andorranes en achetant, en réunissant et en échangeant des terres. La fortune des évêques d'Urgell grandit, notamment grâce aux dons des nobles d'Urgell, et le pouvoir ecclésiastique grandit, symbole de stabilité, tandis que tous les nobles se mariaient et s'entre-tuaient dans d'âpres disputes dynastiques, jusqu'à ce que la famille De Foix l'emporte en la fin[8].

Le 8 septembre 1278, l'évêque d'Urgell et le comte de Foix signèrent l 'Acte Paréage, selon lequel Andorre reçut une double souveraineté : le comte et l'évêque sont tous deux princes d'Andorre tant qu'ils vivent hors des frontières et abandonner le pouvoir exécutif de Divertissement à leurs « pasteurs »[9]. Dix ans plus tard, le 6 décembre 1288, un deuxième Acte Paréage fut signé par lequel Andorre paierait à la fois l'Espagne et la France des impôts annuels - un traité toujours en vigueur aujourd'hui[10]. Cela signifie qu'Andorre est la plus ancienne nation d'Europe, la Suisse n'étant née qu'en 1291[11].

En 1419, Andorre reçut l'autorisation de former l'Administrateur de district, rebaptisé plus tard Consell General : les familles les plus influentes éliraient leurs représentants[12]. Dans les siècles qui ont suivi, Andorre a conservé son indépendance et son statut de neutre, ses habitants étaient exonérés du service militaire et donc non soumis au paiement des taxes militaires et commerciales.

L'indépendance ne fut menacée que pendant la Révolution française : en 1794, l'acte Peréage fut suspendu par les révolutionnaires, et pour tenter d'arrêter l'évêque d'Urgell, les troupes françaises marchèrent en Andorre : les représentants des vallées convainquirent le général français Chabrot d'abandonner le projet[14]. Napoléon lui-même rétablit l'acte Peréage. Il a déclaré : « Andorre est une bizarrerie politique qui doit être préservée »[15].

Un peuple petit mais belliqueux[16] : pendant la Première Guerre mondiale, Andorre a déclaré la guerre à l'Allemagne impériale, mais n'a pas pris part aux combats compte tenu de la rareté des ressources - pour cette raison, tout le monde a oublié cette déclaration de guerre lors de la signature du traité de Versailles, de sorte que Andorre jusqu’à 1939 est resté dans un état de guerre formelle[17]. La guerre civile espagnole a également oublié la principauté des montagnes : entre 1936 et 1940, une division des forces armées françaises a été stationnée en Andorre, qui a ensuite été remplacée par l'invasion de la France par une division de la Wehrmacht nazie jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale - mais aucune des armées sur le terrain n'a jamais menacé les portes de la ville[18].

Par conséquent, les changements dans le village enchanté se déroulent très lentement. La démocratie n'a été introduite en Andorre qu'en 1993[19] sous la direction de Francesc Areny Casal[20]. Aujourd'hui encore, Andorre est, avec la République de Saint-Marin, le seul pays au monde à avoir une diarchie : les deux chefs d'État, également appelés coprinces, sont officiellement président de la République française et prince von Urgell. Les deux sont représentés par deux délégués, ont des pouvoirs limités (ils ne peuvent pas opposer leur veto aux actes du gouvernement), mais ils conservent leur autorité pour approuver les accords avec la France et l'Espagne, ainsi que les accords internationaux sur la défense, la sécurité intérieure, l'intégrité territoriale, la coopération, la représentation diplomatique et judiciaire[21].. Le parlement monocaméral est composé de 28 membres élus tous les quatre ans, dont 14 représentent la circonscription nationale et 14 représentent les sept « paroisses » (zones administratives territoriales) : le parlement nomme le Premier ministre responsable du pouvoir exécutif[22].

La révolution andorrane et le boom de la contrebande

Le développement historique ainsi que la particularité géographique et politique donnent à Andorre un destin inévitable - la contrebande[24] : malgré les ordres des troupes frontalières de tirer, il existe des preuves officielles depuis 1907 que cette activité économique a prospéré en tant que base du système de protection sociale d'Andorre[25]. L'agriculture et l'élevage ont déjà fondamentalement changé avec la construction de la centrale hydroélectrique FHASA (Forces Hidroelèctriques d'Andorra SA) en 1930, une initiative des industriels catalans Damià Mateu Bisa et Miquel Mateu Pla[26], qui a mis en lumière tout le monde (jusque-là il y avait seulement de l'électricité quelques heures par jour, produite par la petite centrale hydroélectrique de la Mútua Eléctrica de Sant Julià de Lòria, construite en 1913[27]), ainsi que l'eau courante et les premières routes goudronnées[28].

Le 27 mars 1929, le Consell Général de la FHASA accorde un contract d'utilisation des ressources en eau des villages d'Escaldes et de Sispony pendant 75 ans : L'accord prévoit que la FHASA crée en contrepartie toutes les infrastructures nécessaires. C'est pourquoi FHASA emploie 1 500 personnes de toute la péninsule ibérique pour une période de cinq ans - dans une principauté d'Andorre où vivent seulement 3 500 personnes[29].

Cela crée un climat d'intolérance et de discrimination et conduit au vandalisme qui culmine le 5 avril 1929 avec l'occupation du bâtiment gouvernemental (la Casa del Vell) par environ 500 Andorrans en colère qui ont ensuite été rejetés par les gendarmes français : un acte qui si extraordinaire qu'elle est encore appelée aujourd'hui la « Révolution andorrane »[30].

Mais maintenant les barrages ont été brisés, adieu l'isolement : grâce au boom de la contrebande et de la construction, des lois fiscales favorables et la protection du secret bancaire, les habitants d'Andorre ont plus que décuplé ces 90 dernières années, et le nombre d'immigrants a augmenté d'autant plus que les familles d'origine sont devenues une petite minorité[31].

Une minorité avec sa propre fierté et ses traditions : le saint patron des contrebandiers est Satan lui-même, qui un jour monte un étalon sur la piste muletière de Canillo (construite par des passeurs à l'époque de Napoléon) et perd le contrôle : le cheval tombe dans un ravin, le diable s'accroche au bord de la route avec ses griffes et laisse des traces éternelles qui sont aujourd'hui le monument de la contrebande de la Roca de la Salve, dans laquelle sont gravées les griffes du diable[32].

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, des dizaines de cabanes ont été ouvertes sur les pistes sinueuses de moutons où l'on va à cheval ou à moto (il n'y a toujours pas de routes goudronnées en Andorre), dans lesquelles boulons, tissus, bois et coton, cigarettes, des montres, des boîtes de viande et de soupe, des chaussures, du vin, des appareils électriques et des produits d'épicerie sont vendus. Pas un commerce secret, mais une véritable tradition culturelle, dont une partie se déroule en fait à Barcelone, Huesca ou Lleida : là-bas, des concessionnaires andorranes vendent des voitures françaises avec des plaques d'immatriculation andorranes achetées à Perpignan à la moitié du prix pour lequel elles sont revendues. en Espagne[33].

Comment le passeur est devenu banquier

L'explosion démographique et le début de nouvelles activités industrielles et commerciales (en plus du boom de la contrebande) ont également amené les banques dans la principauté : en 1930, le patriote et visionnaire Manuel Cerqued a ouvert les premières succursales de la Banc Agricol i Commercial d'Andorra (BACA)[35]. BACA obtient le statut de banque de concession pour toute personne qui suit ses traces et est donc exonérée de toute charge fiscale, tandis que toute autre banque qui reçoit une licence doit payer un taux d'imposition de 5% sur ses transactions pour négocier entre le Consell Général et la concession banque à redistribuer. Comme Andorre n'a pas sa propre monnaie et que les institutions n'ont aucun contrôle sur la monnaie en circulation, BACA et Consell General décident, à l'instar du Liechtenstein (1926), d'être le deuxième pays au monde à introduire le secret bancaire[36]. Cette primauté a persisté même si BACA a changé son nom pour Andbank après avoir repris Reig Bank en 2001[37].

En 1934, le Consell général a approuvé l'ouverture d'une succursale de La Caixa de Pensions de Barcelona[38], ​​qui, en tant que banque étrangère, n'était autorisée qu'à gérer des comptes d'épargne[39]. C'est bien pour les passeurs : entre 1931 et 1947, ce secteur devient absolument hégémonique dans l'économie andorrane en raison de la guerre civile et de l'occupation allemande de la France[40].

Entre 1936 et 1937, la guerre a conduit l'Espagne à l'effondrement financier, alimenté par une inflation galopante et un manque chronique de liquidités - de sorte que le Consell General a apporté une quantité importante de pesetas sur le marché ibérique en échange de tabac, cuir, laine, pneus et pièces détachées pour voitures et des camions ont été empruntés[41]. Avec l'occupation par les nazis, il y a un boom des activités de change car de nombreux Français sont en fuite. Ces deux facteurs font croître la croissance des dépôts bancaires à un taux annuel moyen de près de 25%[42].

Lluís Aymat d'Encamp, Jane Huillier et Josep Josa d'Escaldes[43] dirigent un bureau de change avec la Banca Cassany depuis 1937, et Le Comptoir Andorran de Change est né en 1938[44]. En 1949, avec la fin de la guerre civile et de la Seconde Guerre mondiale, des restrictions monétaires imposées par de nombreux pays européens ont contraint les banques andorranes à n'opérer que par l'intermédiaire de banques suisses. Les nouveaux contrôles des changes rendent les échanges avec la France et l'Espagne plus difficiles, ce qui entraîne une réduction drastique des dépôts bancaires et laisse de plus en plus la survie de l'économie locale aux mains des passeurs[45].

Cette perte de souveraineté ne se fait pas sans souffrance. La nécessité de défendre le système fermé devient de plus en plus urgente : fin 1949, Bonaventura Riberaygua Argelich[46], actionnaire de BACA depuis 1935 et secrétaire général du Consel général, obtient l'autorisation de fonder Crèdit Andorrà, dont il est l'unique propriétaire, et nomme son fils Ramon Riberaygua Esteve comme président du conseil d'administration[47]. Crèdit Andorrà reprendra 100% de la succursale andorrane de Caixabank en 2005 et vendra 46,35% de ses actions à d'autres citoyens andorrans l'année suivante[48].

Cependant, les changements imposés par le système bancaire international continuent d'avoir des effets indésirables : en 1950, à la suite d'un différend, la justice andorrane a suspendu le droit de la BACA de percevoir 5% sur les transactions effectuées par d'autres institutions sur le terrain - décision qui a ensuite été ratifiée par le Consell Général[50], qui annule lui-même les réglementations bancaires précédentes et tente d'introduire des mesures de protectionnisme financier : a) l'obligation de verser un million de pesetas lors de la création d'une nouvelle banque ; b) l'obligation pour chaque nouvelle banque d'être exclusivement citoyenne andorrane ; c) pour les autres, le quota d'actionnaires étrangers ne peut excéder un tiers du capital social[51].

Le 21 avril 1956, la Banca Reig[52] (fondée par Julià Reig Ribó[53]) ouvre ses portes ; En septembre 1956, la Banca Mora a commencé son activité[54]. La même année, la Banca Cassany est passée d'un bureau de change à une banque universelle, et BIM Banc Immobiliari i Mercantil est également né[55]. En 1958, la Banca Coma (fondée par Josep Coma Maestre[56]) entre en service. Dans toutes ces nouvelles institutions, la présence de capitaux étrangers a été masquée par la protection de certaines figures de proue, c'est pourquoi le gouvernement a décidé en 1957 de suspendre les licences bancaires ad libitum[57].

Dans les années qui ont suivi, la place financière s'est développée grâce à la fusion d'institutions existantes telles que la Banca Privada d'Andorra SA, née en 1993 de la fusion de la Banca Cassany et de la Caixa de Catalunya[58]. Afin de contrôler cette évolution, une autorité de contrôle a été créée, l'AFA Autoritat Financera Andorrana, qui a jusqu'à présent agréé les banques suivantes[59] : a) l’Andorra Banc Agrícol Reig, fondée en août 2001 après la fusion de BACA Banc Agrícol i Comercial d'Anorra et Banca Reig[60] ; b) la Banc Sabadell d'Andorra, fondé en 2000 avec une alliance entre le groupe espagnol Banc Sabadell et un consortium d'entrepreneurs andorran[61] ; c) le Crèdit Andorrà, fondée en 1949[62] ; d) le Mora Banc Grup, fondée en 1949 sous le nom de Banca Coma et rebaptisé Banc Internacional d'Andorra en 1970 et Mora Banc Group en novembre 2011[63] ; e) la Vall Banc, fondée en juin 2015 en tant que « bad company » pour faire face aux pertes de BPA Banca Privada d'Andorra après les scandales investis, qui en 2016 a été reprise par JC Flowers[64].

En 2006, grâce à un accord avec l'Union européenne, Andorre est entrée dans la zone euro et le traité de Schengen[65] et a été contrainte d'harmoniser son système juridique avec celui du secteur bancaire et financier à Bruxelles[66]. Il y aura également des étapes importantes vers la transparence bancaire : en 2015, Andorre sera le 48e signataire de la déclaration de l'OCDE[67] sur l'échange automatique d'informations sur les questions fiscales[68], l'obligation de mettre fin au secret bancaire et l'acceptation des règles sur les poursuites fiscales par les blanchisseurs d'argent d'autres pays[69].

La principauté procédera au premier échange de données sensibles avec 41 pays en 2017. En 2019, les informations ont été transmises à 73 juridictions, pour atteindre 95 demandes en 2020[70]. Malgré cela, Andorre reste une destination privilégiée : le taux général d'imposition des sociétés et des personnes physiques est de 10%, et les revenus des étrangers, qui ne sont imposés qu'à 10%, continueront de faire d'Andorre un paradis fiscal[71].

La descente aux enfers de la Banca Privada de Andorra

BPA Banca Privada d’Andorra, propriété de la famille Cierco et présidée par Higini Cierco Noguer[72], est un point de référence pour des milliers d’investisseurs ayant des bureaux en Uruguay, au Luxembourg, en Espagne et au Panama[73]. Avec l'acquisition de Banco Madrid en 2011, BPA est devenue la première institution à disposer d'une licence bancaire espagnole[74] qui est sortie indemne de la crise de la dette souveraine européenne qui a débuté en 2010 et s'est terminée en 2013 avec des actifs de 20,5 millions d'euros[75]. En 2015, Oriol Ribas, vice-président d'Andbank, a déclaré dans une interview accordée au New York Times: « La crise de 2008 a été une sorte de bénédiction pour Andorre. De nombreux clients étrangers sont venus nous voir parce qu'ils étaient dégoûtés de ce que leurs banques leur avaient vendu »[76].

D'après ce qui sera connu par la suite, ces clients sont plus susceptibles d'être attirés par la position de la banque de remettre en question les limites de la légalité. Le 10 mars 2015, le secteur bancaire andorran a été secoué par un scandale majeur : FinCEN (Financial Crimes Enforcement), le bureau du Trésor américain qui recueille et analyse des informations sur les transactions financières, le blanchiment d'argent national et international, le financement du terrorisme et autres les crimes financiers à combattre[77], publie un document[78] dans lequel on lit : « Le Financial Crimes Enforcement Network (...) a défini aujourd'hui la BPA Banca Privada d'Andorra comme une institution financière étrangère de première importance pour le blanchiment d'argent (... ) Depuis plusieurs années, les responsables de COP facilitent sciemment des transactions pour le compte de blanchisseurs d'argent pour le compte d'organisations criminelles transnationales »[79].

Le rapport final de la directrice du FinCEN, Jennifer Shasky Calvery, ne laisse aucun doute: « Les responsables financiers corrompus du BPA et la faiblesse des contrôles de lutte contre le blanchiment d'argent ont fait du BPA un outil facilement accessible pour gérer le système financier pour les blanchisseurs d'argent et pour les produits du crime organisé, de la corruption et de la traite des êtres humains de l'UE des États-Unis (...). L'annonce d'aujourd'hui est une étape cruciale pour lutter contre le comportement manifeste de cette institution financière compromise et envoyer le message que les États-Unis prendront des mesures énergiques pour protéger l'intégrité de leur système financier des acteurs criminels »[80].

Les allégations détaillées du FinCEN contre le BPA sont très graves : un membre de la direction du BPA aurait fait affaire avec Andrei Petrov[81], un blanchisseur d'argent qui travaille pour des organisations criminelles russes et est soupçonné d'avoir des liens avec le gangster russe Semion Mogilevich, l'un des dix criminels les plus recherchés par le FBI[82] et un partenaire commercial de Vladimir Poutine et Donald Trump[83]. Un deuxième directeur aurait accepté des frais exorbitants pour les sociétés écrans élaborant un système de blanchiment d'argent pour les criminels vénézuéliens et des produits financiers complexes afin de voler des fonds à la société pétrolière publique PDVSA Petroleos de Venezuela pour environ 2 milliards de dollars[84].

Un troisième directeur aurait accepté des pots-de-vin en échange de transactions économiques pour un criminel et marchand d'art chinois, Gao Ping, qui a été arrêté en 2012 pour blanchiment d'argent et traite d'êtres humains dans le cadre de l'opération de police espagnole connue sous le nom d'Opération Empereur. Le procès-verbal correspondant comprend plus d'une centaine d'employés d'une organisation chinoise opérant en Espagne[85], dont le principal opérateur est un employé suisse de HSBC Bank, Marc Pérez[86], et le financier belge François Leiser[87].

Le château de cartes commence à s'effondrer

La nouvelle panique les clients de BPA qui, par crainte de faillite, tentent de faire des économies en se rendant dans les agences[88]. L'attaque met la banque à genoux et est freinée par l'intervention immédiate des autorités, qui interdisent de retirer plus de 2 500 € par personne[89] et bloquent tous les transferts à l'étranger[90]. C'est une mesure drastique mais nécessaire car l'échec de la BPA aurait entraîné l'échec de toute la nation andorrane. Parallèlement, Banco Madrid, la filiale à 100% de BPA, qui dispose d'un conseil d'administration indépendant de la société mère et est soumise à la surveillance de la Banque d'Espagne, est en cours de perquisition par les autorités espagnoles[91] : en mai 2014, Banco Madrid a géré 5,35 milliards d'euros soit 60% des dépôts du groupe BPA[92].

Le conseil d'administration de Banco Madrid se retire en bloc « pour protéger les intérêts des employés et des clients » dans le but de faciliter l'action des inspecteurs[93]. Jusqu'à la démission, ce conseil d'administration se compose de : José Pérez Fernández, président et ancien directeur du conseil de surveillance de la Banque d'Espagne ; Joan Pau Miquel Prats, président du conseil d'administration ; Higini Cierco Noguer et Ramón Cierco Noguer (tous deux membres de la famille des actionnaires majoritaires de BPA) ; Ricard Climent Meca ; Soledad Núñez Ramos, ancien directeur général du ministère des Finances, et le secrétaire Rodrigo Achirica Ortega[94]. Il ne faut pas oublier que Banco Madrid avait fait l'actualité peu de temps auparavant, grâce à « l'affaire Pujol », la fraude de 1,3 million d'euros commise par une famille de l'aristocratie catalane[95].

Le gouvernement et le peuple sont secoués de peur. Le Premier ministre andorran, Antoni Martí, a immédiatement renvoyé l'affaire devant le procureur général andorran et l'autorité de surveillance financière, nommant des commissaires pour assurer la continuité des opérations commerciales normales de l'entreprise, protéger ses clients et protéger la réputation et l'intégrité du marché et de la communauté andorrane[96]. De son côté, BPA précise que « le Conseil d'Administration poursuivra ses fonctions et ouvrira une enquête interne »[97].

Sur le front américain, le FinCEN décide de forcer le système bancaire andorran à adopter une réglementation très stricte (NPRM) ou deux mesures pour limiter la « capacité opérationnelle » de BPA afin d'interdire aux entreprises nord-américaines de s'engager ou de maintenir des transactions avec BPA et lancer des étapes de surveillance supplémentaires[98].

Le 12 mars 2015, l'INAF (Instituto Nacional Andorrano de Finanzas) a suspendu le conseil d'administration de BPA, le président du conseil d'administration et deux autres hauts dirigeants, et a nommé des commissaires indépendants pour prendre le contrôle total de BPA[99]. Le 13 mars 2015, les forces de l'ordre andorranes ont arrêté le chef du BPA, Joan Pau Miquel Prats, pour blanchiment d'argent[100]. L'AFA Autoritat Financera Andorrana a infligé quatre amendes à Higini Cierco Noguer d'un montant total de 223 000 euros, assorties d'une interdiction permanente d'exercer toute fonction dans une société andorrane[101]. Une décision qui a tellement apaisé les tensions avec les États-Unis que le FinCEN a déclaré que « la BPA en tant qu'institution qui blanchit l'argent sale n'est plus une préoccupation majeure »[102].

Néanmoins, Standard & Poor's et Fitch dégradent la note du pays avec une note négative à BBB (qualité moyenne inférieure)[103]. Une catastrophe. Pour cette raison, le Parlement andorran a adopté une loi de restructuration et de résolution bancaire en avril 2015 et a créé l'Agència Estatal de Resolució d'Entitats Bancàries (AREB) : une agence qui prendra le contrôle de COP le 27 avril 2015[104]. Trois mois plus tard, AREB approuve un plan de liquidation pour dégrouper les « mauvaises » entreprises (actifs, passifs et clients) de la BPA, tout en transférant la « bonne » partie à une banque relais. Vall Banc est né en juillet 2015[105], contrôlé à 100% par AREB, enregistré à l'INAF et régulé par l'Autorité Bancaire d'Andorre pour jouer le rôle d'une « bad company »[106].

En mai 2015, les frères Cierco, actionnaires majoritaires de BPA, ont tenté par l'intermédiaire du cabinet d'avocats nord-américain Lewis Baach de s'opposer à l'action du FinCEN en tentant de réhabiliter l'institut et ont identifié d'éventuelles erreurs de procédure dans l'enquête : le cabinet d'avocats a remis un rapport à Jennifer Shasky, qui regrette initialement que les auteurs n'aient jamais été contactés par le FinCEN lui-même ou par une autre institution de recherche américaine avant que des mesures ne soient prises[107]. De cette manière, les autorités américaines auraient rendu à la hâte et à tort un jugement qui ne reposait pas sur des preuves concrètes : au contraire, selon le cabinet d'avocats américain, il aurait suffi de contacter la banque ou la direction de la banque et l'Andorran. Les autorités, qui enquêtent déjà sur les quatre cas suspects depuis des années, ont plutôt décidé « d'avoir un impact énorme sur les 1 000 employés répartis dans leurs 34 succursales et avec plus de 25 000 déposants »[108].

Bref, selon la famille Ciercos, le FinCEN a abusé de son pouvoir et s'est comporté illégalement[109]. Les allégations de Manuel Verela, avocat du cabinet d'avocats Lewis Baach, visent également la Principauté de gouvernement, qui a mis en danger la banque et l'ensemble de l'entreprise et le peuple andorran en ne divulguant pas les détails de l'audit[110] de Pwc[111] et une solution convenue a évité[112]. Dans le même temps, les frères Ciercos négocient avec le gouvernement une indemnisation pour l'expropriation de la banque, qui s'élève à 375 millions d'euros et correspond à 75% de la valeur de leur bien avant la crise[113]. Tout cela alors que la principauté travaille sans succès sur la vente de Vall Banc, pour le moment.

En novembre 2016, le procureur Carlos García-Berro, qui s'occupe de la faillite de Banco Madrid, a confirmé que la faute incombe aux directeurs de banque qui ont ignoré les pratiques de blanchiment des criminels russes et chinois, et donc pas aux autorités américaines qui ont sonné l'alarme, ou ces créanciers qui, effrayés, ont débité 124 millions d'euros de leurs comptes en à peine trois jours[114]. Le juge exige la condamnation de la direction et des biens de la banque et qu'elle n'a pas droit à une compensation, mais doit restituer l'argent de ses propres poches et être interdite de toute activité financière pendant cinq ans[115].

Un autre juge, Carlos Nieto, exprime une opinion différente : les deux principaux actionnaires de BPA, les frères Ramón et Higini Cierco, ainsi que l'ancien président du conseil d'administration Joan Pau Miquel, doivent être acquittés car « il n'y en a pas un seul la preuve de la responsabilité de BPA Bank ou de ses dirigeants en situation de faillite »[116]. La vente de Vall Banc aura finalement lieu en mars 2016 et sera officiellement scellée en juillet[117], lorsque la société d'investissement new-yorkaise JC Flowers & Co. (JCF) la "bonne" partie du BPA pour 29 millions d'euros[118].

JCF appartient au milliardaire californien James Christopher Flowers[120]. Un homme qui a eu derrière lui de nombreuses transactions financières sans scrupules, notamment en Espagne: avec le JCF, il a constamment tenté d'acheter une banque ces dernières années sans jamais avoir reçu l'approbation des autorités madrilènes[121] - car il poursuit toujours la même spéculation : acquérir des instituts en pleine crise à des prix défiant toute concurrence[122]. La raison est évidente : James Christopher Flowers lui-même décrit son business model comme un « très mauvais danseur » qui danse sur les tombes des morts[123].

Cette fois, c'est différent. Les autorités andorranes sont vraiment désespérées et, selon les frères Ciercos, vendent Vall Banc « au prix du faillite » : initialement 7,5 millions d'euros et la promesse de nouvelles injections de liquidités si elles devenaient nécessaires du fait du développement économique de la banque[124]. Ce n'est pas un pari facile : JCF ne dispose que de six mois pour garantir un capital social nominal de 125 millions d'euros. Le seul moyen envisageable est donc de vendre des actifs[125].

Cela continue. En septembre 2018, les frères Ciercos ont déposé une plainte pour fraude présumée de plus de 80 millions d'euros dans le cadre du transfert de BPA et de Vall Banc puis de la vente à JCF[126]. Une vingtaine de personnes figuraient parmi les accusés, parmi lesquels des cadres de l'administration publique andorrane, des cadres de Vall Banc et de JC Flowers[127]. L'allégation est la domination, l'administration infidèle et le blanchiment d'argent : AREB (l'Agència Estatal de Resolució d'Entitats Bancàries d'Andorra) dans le spin-off du BPA aurait transféré illégalement 70 millions d'euros du BPA à Vall Banc afin que ce dernier avec l'émission d'obligations aurait pu commencer, qui peuvent être convertis en actions du même montant[128].

Selon l'acte d'accusation, il y a 96,5 millions de dépôts initiaux dans les états financiers de Vall Banc au moment de l'ouverture des bureaux ... d'où viennent ces 26,5 millions d'euros supplémentaires ? Selon les expertises commandées par Ciercos, JC Flowers n'a pas payé plus de 15 millions d'euros pour l'achat de Vall Banc, ce qui s'est traduit par une perte supplémentaire de 55 millions d'euros - autant de transactions que JCF a illégalement enrichies avec la complicité de deux agences : cette AREB et l'Institut national des finances d'Andorre[129].

Trop petit pour oser faire justice

Les tribunaux travaillent toujours. C'est une série de procédures lourdes qui sont encore ralenties par le fait que plusieurs juges andorran (dans un pays avec si peu d'habitants, bien sûr) sont rejetés en raison de conflits d'intérêts évidents et de suspicion de tolérance[131] : un manège, dans lequel chaque section du court obtient l'annulation des jugements de la précédente[132]. Un manège auquel participent les plus hautes autorités de l'État, comme l'ancien chef du gouvernement Antoni Martí[133].

D'autres hommes puissants seront traduits en justice avec lui, comme l'ancien ministre des Finances Jordi Cinca, qui est pourtant déjà impliqué dans une affaire de contrebande d'or et de diamants avec le groupe Orfund sous les stupéfiants sud-américains[134] : le propriétaire de l'industrie minière Juan Samarra Naudi , qui en 1999 était une raffinerie d'or ouverte en Andorre, censée traiter le métal des mines fantômes en Afrique de l'Ouest[135] et qui aurait été trahie par le gouvernement andorran[136]. Avec lui, l'ancien ministre des Affaires étrangères Gilbert Saboya et les anciens dirigeants de l'Autorité bancaire andorrane (AFA) sont jugés pour le scandale du BPA[137].

Les processus se déroulent au milieu de rebondissements : écoutes téléphoniques, suppressions, rumeurs, appels menaçants en cours - personne dans cet état minuscule ne semble assez honnête ou assez puissant pour rester en dehors de l'immense bataille de boue[138] afin que l'on arrive à l'essentiel, quand, en février 2021, l'Agence EFE, l'Institut de Drets Humans d'Andorra et l'Agence Drets ont demandé des poursuites pénales contre l'ancien Premier ministre Mariano Rajoy et tous ses ministres[139].

Cependant, il existe un scepticisme quant à la possibilité de sanctions claires et satisfaisantes : dans un pays où les banques gèrent des actifs totaux qui dépassent 17 fois le PIB national, l'espoir de transparence, de justesse et de contrôle par le gouvernement est une chimère. Pour cette raison, malgré des années d'efforts et de compromis, Andorre est toujours sur la liste noire de l'OCDE - ceux qui définissent les États voyous comme ceux qui ne sont pas fiables et ne garantissent ni l'équité, ni la conformité légale, ni le respect des clients[140]. Andorre est trop petite pour pouvoir se permettre de jouer proprement sur la grande table verte de la finance internationale, et après tout, personne dans ces vallées et montagnes oubliées ne le veut vraiment. Ils, les enfants et petits-enfants des passeurs il y a un siècle, sont fiers de leurs origines.

 

[1] https://unsplash.com/photos/htxYtc81yxA 

[2] https://ugeo.urbistat.com/AdminStat/it/fr/demografia/dati-sintesi/andorra/998/2

[3] http://www.deagostinigeografia.it/wing/wing-mappe.jsp?idpaese=005

[4] http://www.madrerussia.com/storia-di-andorra-e-di-come-un-russo-ne-divenne-il-re/

[5] https://www.hymne-national.com/en/national-anthem-andorra/

[6] http://www.andorramania.com/histoire_gb.htm

[7] https://blogs.udima.es/historia/capitulo-10-liechtenstein-y-andorra-los-principados-alpino-pirenaicos/

[8] https://www.paesionline.it/panoramica-andorra/cultura

[9] http://www.madrerussia.com/storia-di-andorra-e-di-come-un-russo-ne-divenne-il-re/

[10] https://www.cultura.ad/historia-d-andorra

[11] https://www.lexilogos.com/declaration/suisse_patto_federale.htm

[12] https://it.linkfang.org/wiki/Consell_General_d%27Andorra

[13] https://www.international-club-andorra.com/andorra-club-intercomm/andorra-history-stories/incredible-andorra-national-geographic-august-1949/

[14] http://cdigital.dgb.uanl.mx/la/1080012304/1080012304.PDF (“Historia de la Republica De Andorra” - D. Luis Dalmau De Baquer – 1849 – pg. 26)

[15] http://cdigital.dgb.uanl.mx/la/1080012304/1080012304.PDF (“Historia de la Republica De Andorra” - D. Luis Dalmau De Baquer – 1849 – pg. 32)

[16] Fernando De los Ríos y Urruti, “Vida e instituciones del pueblo de Andorra. Una supervivencia señorial”, Sydney 2018

[17] http://www.newsandsociety.net/index.php?option=com_content&view=article&id=143:tra-i-pirenei-il-principato-di-andorra&catid=2:dallestero&Itemid=11

[18] http://www.newsandsociety.net/index.php?option=com_content&view=article&id=143:tra-i-pirenei-il-principato-di-andorra&catid=2:dallestero&Itemid=11

[19] https://www.giurcost.org/studi/Andorra.pdf

[20] http://www.consellgeneral.ad/ca/arxiu/arxiu-de-lleis-i-textos-aprovats-en-legislatures-anteriors/ii-legislatura-1997-2001/consellers-generals-del-1997-2001/francesc-areny-casal-1

[21] https://www.setupandorra.com/en/news/the-guide-of-the-political-organizations-and-government-of-the-principality-of/

[22] https://www.setupandorra.com/en/news/the-guide-of-the-political-organizations-and-government-of-the-principality-of/

[23] https://serhistorico.net/2020/09/20/huelga-en-los-valles-la-cnt-en-la-revolucion-de-andorra-de-1933-miguel-g-gomez/

[24] Maria Jesús Lluelles Larrosa, “La transformació econòmica d'Andorra”, in “Treballs de la Societat Catalana de Geografia”, vol. 64, Societat catalana de Geografia, Barcelona 1997, pages 71-88 – see also in https://www.raco.cat/index.php/TreballsSCGeografia/article/view/157501/209392

[25] http://www.biblioteca.uma.es/bbldoc/tesisuma/16277041.pdf “Evoluciòn politica de Andorra (1931-1939)” Universidad de Màlaga – (Tesis papa optar al grado de doctor de Jean Louis Hague Roma Dirigida por el Profesor Doctor D.Antonio Nadal Sanchez)

[26] http://diposit.ub.edu/dspace/bitstream/2445/61268/1/E14-317_Galabert.pdf

[27] http://www.mutuaelectrica.com/es/historia/

[28] https://www.bondia.ad/cultura/1933-la-republica-que-quasi-va-ser

[29] https://www.cultura.ad/feda

[30] https://serhistorico.net/2020/09/20/huelga-en-los-valles-la-cnt-en-la-revolucion-de-andorra-de-1933-miguel-g-gomez/

[31] https://www.sapere.it/enciclopedia/Andorra.html

[32] Lawrence L. Klingman, “Incredible Andorra”, in “National Geographic Magazine”, vol. 96, National Geographic Society, London, August 1949

[33] Lawrence L. Klingman, “Incredible Andorra”, in “National Geographic Magazine”, vol. 96, National Geographic Society, London, August 1949

[34] https://www.international-club-andorra.com/andorra-club-intercomm/andorra-history-stories/incredible-andorra-national-geographic-august-1949/

[35] https://elpais.com/diario/2005/03/20/negocio/1111327411_850215.html

[36] http://diposit.ub.edu/dspace/bitstream/2445/61268/1/E14-317_Galabert.pdf

[37] http://www.opencms.org/en/modules/reference_sites/references_00012.html

[38] https://www.caixabank.fr/historyoflacaixa_es.html

[39] https://revistes.ub.edu/index.php/HistoriaIndustrial/article/viewFile/21304/23146

[40] https://www.bbc.com/news/world-europe-17028396 ; https://revistes.ub.edu/index.php/HistoriaIndustrial/article/viewFile/21304/23146

[41] https://www.yumpu.com/es/document/read/62928760/mavm-cataleg-flipbook-web

[42] http://diposit.ub.edu/dspace/bitstream/2445/61268/1/E14-317_Galabert.pdf

[43] http://diposit.ub.edu/dspace/bitstream/2445/61268/1/E14-317_Galabert.pdf

[44] https://www.morabanc.ad/en/who-are-we/about-us/a-homely-bank/

[45] http://diposit.ub.edu/dspace/bitstream/2445/61268/1/E14-317_Galabert.pdf

[46] Aristocratico, latifondista e scrittore di saggi catalano, autore del più importante lavoro storico sul Principato, “Les Valls d’Andorra”, del 1946 – see also in https://www.iberlibro.com/buscar-libro/titulo/les-valls-d-andorra-recull-documental/autor/bonaventura-riberaygua-argelich/

[47] http://diposit.ub.edu/dspace/bitstream/2445/61268/1/E14-317_Galabert.pdf

[48] https://www.eleconomistaamerica.pe/empresas-finanzas/noticias/70419/09/06/La-Caixa-vende-su-4635-en-Credit-Andorra-por-927-millones-de-euros.html

[49] https://www.international-club-andorra.com/andorra-club-intercomm/andorra-history-stories/incredible-andorra-national-geographic-august-1949/

[50] http://diposit.ub.edu/dspace/bitstream/2445/61268/1/E14-317_Galabert.pdf pag. 13

[51] http://diposit.ub.edu/dspace/bitstream/2445/61268/1/E14-317_Galabert.pdf pag. 13, 14

[52] http://diposit.ub.edu/dspace/bitstream/2445/61268/1/E14-317_Galabert.pdf pag. 14

[53] Uno dei più famosi uomini politici di Andorra che, nei suoi anni a capo del governo, è stato autore delle leggi sul suffragio universale e sull’introduzione del sistema sociale e pensionistico – https://www.fundaciojuliareig.ad/el-fundador/

[54] http://diposit.ub.edu/dspace/bitstream/2445/61268/1/E14-317_Galabert.pdf pag. 14

[55] http://diposit.ub.edu/dspace/bitstream/2445/61268/1/E14-317_Galabert.pdf pag. 14

[56] Un famoso contrabbandiere di farina e caffè, la cui azienda di importazione agroalimentare è ancora tra le più grandi del paese – http://www.magatzemscoma.com/valors-filosofia/

[57] https://revistes.ub.edu/index.php/HistoriaIndustrial/article/viewFile/21304/23146

[58] http://diposit.ub.edu/dspace/bitstream/2445/61268/1/E14-317_Galabert.pdf pag. 23

[59] https://www.afa.ad/ca/entitats-supervisades/entitats-financeres/entitats-bancaries/registre-dentitats-autoritzades

[60] www.andbank.com

[61] https://www.bsandorra.com/cs/Satellite/BSAndorra/

[62] www.creditandorra.ad

[63] www.morabanc.ad

[64] www.vallbanc.ad

[65] https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000000229407?r=lg6gdvuNgY

[66] https://web.archive.org/web/20120401131221/http://www.ceps.eu/ceps/download/1398 ; https://web.archive.org/web/20150208210833/http://www.diariandorra.ad/index.php?option=com_k2&id=38445&view=item&Itemid=380 ; https://web.archive.org/web/20130822005234/http://www.andorra-euro.com/en/news1.html ; https://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_data/docs/pressdata/EN/foraff/118458.pdfhttps://web.archive.org/web/20131004224909/http://www.amisdeleuro.org/news.php?news_id=603&lg=fr ; https://web.archive.org/web/20131218173450/http://www.diariandorra.ad/index.php?option=com_k2&view=item&id=29709&Itemid=380

[67] https://www.state.gov/reports/2019-investment-climate-statements/andorra/

[68] http://www.oecd.org/mcm/MCM-2014-Declaration-Tax.pdf

[69] https://www.lowtax.net/news/Andorra-Signs-Multilateral-Competent-Authority-Agreement-69858.html

[70] https://www.taxathand.com/article/10535/OECD/2018/Andorra-and-San-Marino-sign-CbC-MCAA

[71] https://thebanks.eu/articles/international-banking-in-Andorra

[72] https://www.elperiodico.com/es/economia/20150310/andorra-interviene-el-banco-bpa-por-presunto-blanqueo-de-dinero-4006738

[73] https://www.linkedin.com/company/banca-privada-andorra/about/

[74] https://www.expansion.com/2010/03/17/empresas/banca/1268861687.html

[75] https://www.nytimes.com/2015/04/11/business/international/andorra-follows-up-on-us-inquiry-by-cracking-down-on-bpa.html

[76] https://www.nytimes.com/2015/04/11/business/international/andorra-follows-up-on-us-inquiry-by-cracking-down-on-bpa.html

[77] https://www.fincen.gov/

[78] https://www.fincen.gov/sites/default/files/news_release/20150310.pdf

[79] https://www.fincen.gov/sites/default/files/shared/BPA_NPRM.pdf

[80] https://www.fincen.gov/news/news-releases/fincen-names-banca-privada-dandorra-foreign-financial-institution-primary-money

[81] https://www.abc.es/espana/abci-juez-procesa-mafioso-ruso-andrei-petrov-blanqueo-capitales-201607211619_noticia.html

[82] https://archive.org/details/SEMIONMOGILEVICH1996 ; https://www.fbi.gov/wanted/topten/topten-history/hires_images/FBI-494-SemionMogilevich.jpg/view ; https://www.fbi.gov/wanted/topten/ten-most-wanted-fugitives-faq/ten-most-wanted-401-500

[83] https://web.archive.org/web/20041109154007/http://www.volny.cz/vyber_cr/vyber2/pribeh_muze.html ; https://www.occrp.org/en/daily/3608-litvinenko-ties-putin-to-crime-lord-from-beyond-grave ; https://jamestown.org/program/the-strange-ties-between-semion-mogilevich-and-vladimir-putin/#.VHvc3aTF_pA ; https://www.thedailybeast.com/mueller-reveals-new-manafort-link-to-organized-crime ; https://www.latimes.com/opinion/op-ed/la-oe-heffernan-simpson-russia-testimony-20180114-story.html

[84] https://www.bbc.com/mundo/noticias-america-latina-45517316

[85] https://elpais.com/espana/2020-07-08/el-juez-propone-juzgar-a-105-personas-por-formar-parte-de-la-macrotrama-criminal-liderada-por-gao-ping.html ; https://www.reuters.com/investigates/special-report/icbc-spain-chinese/ ; https://elpais.com/politica/2012/12/22/actualidad/1356194869_721251.html ; https://www.elconfidencial.com/espana/2020-07-08/juez-propone-juzgar-105-personas-macrorred-criminal-gao-ping_2673487/ ; https://www.rtve.es/noticias/20121022/red-criminal-del-caso-emperador-implicada-matrimonios-concertados-extorsion-prostitucion/571321.shtml ; https://www.huffingtonpost.es/2013/02/11/la-fiscalia-anticorrupcion-primas-rey_n_2664133.html ; https://www.publico.es/politica/cloacas-interior-audiencia-nacional-rechaza-recurso-gao-ping-impedir-juicio-operacion-emperador.html ; https://www.abc.es/espana/20130513/abci-fugan-principales-colaboradores-ping-201305131237.html?ref=https:%2F%2Fes.wikipedia.org%2F ; https://elpais.com/politica/2012/10/16/actualidad/1350381208_734989.html ; https://elpais.com/politica/2012/10/18/actualidad/1350590711_935588.html ; https://elpais.com/politica/2017/05/08/actualidad/1494258598_464134.html ; https://elpais.com/politica/2013/02/11/actualidad/1360616503_249127.html ; https://elpais.com/politica/2013/04/16/actualidad/1366101924_253311.html

[86] https://www.eldiario.es/politica/audiencia-nacional-encarcelar-blanqueo-capitales_1_4826492.html

[87] https://elpais.com/espana/2020-09-23/el-presunto-blanqueador-vip-de-la-trama-de-gao-ping-intenta-librarse-del-juicio.html

[88] https://www.wikiwand.com/ca/Banca_Privada_d%27Andorra

[89] https://www.reuters.com/article/us-markets-saft-idUSKBN0MD0BE20150317

[90] https://www.imolaoggi.it/2015/03/17/scandalo-riciclaggio-di-denaro-usa-alla-banca-dandorra-e-corsa-agli-sportelli/

[91] https://elpais.com/economia/2015/03/10/actualidad/1426016311_431608.html?rel=mas

[92] https://www.elblogsalmon.com/entorno/el-banco-de-espana-interviene-el-banco-de-madrid

[93] https://www.lavanguardia.com/economia/20150311/54428924315/dimite-consejo-administracion-banco-madrid.html

[94] https://www.lavanguardia.com/economia/20150311/54428924315/dimite-consejo-administracion-banco-madrid.html

[95] https://dirigentesdigital.com/hemeroteca/banco_madrid_confiesa_a_dirigentes_las_cuentas_de_los_pujol-JBDD19281

[96] https://elpais.com/economia/2015/03/10/actualidad/1426004884_146211.html

[97] https://elpais.com/economia/2015/03/10/actualidad/1426004884_146211.html

[98] https://www.fincen.gov/sites/default/files/shared/BPA_NPRM.pdf

[99] https://www.federalregister.gov/documents/2016/03/04/2016-04767/financial-crimes-enforcement-network-withdrawal-of-finding-regarding-banca-privada-dandorra

[100] https://apnews.com/article/archive-29ab35f6122e4c9992f5afff9d3d202c

[101] https://www.afa.ad/en/entitats-supervisades/sancions-a-entitats-supervisades/entity-person-mr-higini-cierco-noguer

[102] https://www.federalregister.gov/documents/2016/03/04/2016-04767/financial-crimes-enforcement-network-withdrawal-of-finding-regarding-banca-privada-dandorra

[103] https://www.ladepeche.fr/article/2015/03/17/2068465-l-andorre-sous-la-surveillance-des-agences-de-notation.html

[104] https://www.areb.ad/images/areb/comunicats/27042015_AREB_ENG.pdf

[105] https://vallbanc.ad/es/vall-banc

[106] https://www.areb.ad/images/areb/comunicats/15062015_AREB_ENG.pdf

[107] https://www.elperiodic.ad/noticia/43898/els-germans-cierco-neguen-cap-contacte-amb-el-fincen-abans-de-la-nota

[108] https://www.elperiodic.ad/noticia/43898/els-germans-cierco-neguen-cap-contacte-amb-el-fincen-abans-de-la-nota

[109] https://www.elperiodic.ad/entrevista/50307/manuel-varela-el-govern-sempre-ens-ha-rebutjat-o-ignorat-per-negociar

[110] https://www.rtve.es/noticias/20160308/auditoria-detecta-1000-millones-sospechosos-blanqueo-capitales-banca-privada-dandorra/1315380.shtml

[111] https://www.pwc.ad/ad/coneixnos.html

[112] https://cronicaglobal.elespanol.com/business/el-abogado-de-los-cierco-en-eeuu-carga-contra-el-gobierno-de-andorra_35177_102.html.

[113] https://www.elmundo.es/economia/2016/03/04/56d8a9af22601dea318b4671.html

[114] https://cadenaser.com/ser/2016/10/31/tribunales/1477930972_964600.html

[115] https://cadenaser.com/ser/2016/10/31/tribunales/1477930972_964600.html

[116] https://cronicaglobal.elespanol.com/business/la-quiebra-de-banco-madrid-fue-fortuita-sobrevenida-por-la-intervencion-del-bpa_78769_102.html

[117] https://www.spglobal.com/marketintelligence/en/news-insights/trending/gcr_00if5d0zfepmaaphig2

[118] https://www.jcfco.com/

[119] https://www.zawya.com/mena/en/economy/story/How_a_Chinese_venture_in_Venezuela_made_millions_while_locals_grew_hungry-TR20190507nL1N22D1E7X1/

[120] https://it.marketscreener.com/leader-finanza/James-Flowers-05GV2T-E/biografia/

[121] https://www.economiadigital.es/economia/de-fracaso-en-fracaso-hasta-que-gano-un-banco-en-andorra_183521_102.html

[122] https://www.economiadigital.es/economia/de-fracaso-en-fracaso-hasta-que-gano-un-banco-en-andorra_183521_102.html

[123] https://www.economiadigital.es/economia/de-fracaso-en-fracaso-hasta-que-gano-un-banco-en-andorra_183521_102.html

[124] https://www.economiadigital.es/economia/de-fracaso-en-fracaso-hasta-que-gano-un-banco-en-andorra_183521_102.html

[125] https://www.economiadigital.es/economia/de-fracaso-en-fracaso-hasta-que-gano-un-banco-en-andorra_183521_102.html

[126] https://www.economiadigital.es/empresas/cierco-bpa-querella-vall-banc-jc-flowers-fraude_579830_102.html

[127] https://www.economiadigital.es/empresas/cierco-bpa-querella-vall-banc-jc-flowers-fraude_579830_102.html

[128] https://www.economiadigital.es/empresas/cierco-bpa-querella-vall-banc-jc-flowers-fraude_579830_102.html

[129] https://www.economiadigital.es/empresas/cierco-bpa-querella-vall-banc-jc-flowers-fraude_579830_102.html

[130] https://www.elperiodic.ad/noticia/63051/una-vaga-historica

[131] https://eltaquigrafo.com/andorra-a-punto-de-quedarse-sin-magistrados-para-juzgar-a-la-bpa/1981/

[132] https://eltaquigrafo.com/se-archiva-la-querella-por-blanqueo-contra-banco-madrid/2023/

[133] https://eltaquigrafo.com/andorra-investigada-por-prevaricacion-en-el-caso-bpa/17336/

[134] 2000.04.27 Orfund SA Andorra La Vella

[135] https://okdiario.com/investigacion/ministro-que-adjudico-casino-andorra-dedicaba-trafico-diamantes-lingotes-oro-3665268

[136] https://all-andorra.com/government-andorra-supports-minister-finance-jordi-cinca-response-lawsuit-lawyer-ex-president-orfund-group/ ; https://cronicaglobal.elespanol.com/vida/jordi-cinca-lingotes-oro-barcelona-andorra_122744_102.html

[137] https://eltaquigrafo.com/andorra-investigada-por-prevaricacion-en-el-caso-bpa/17336/

[138] https://eltaquigrafo.com/el-gobierno-de-andorra-regala-80-millones-de-euros-a-estados-unidos-por-el-caso-bpa/3088/

[139] https://eltaquigrafo.com/caso-bpa-piden-la-imputacion-de-rajoy/18209/

[140] https://fiscomania.com/paesi-black-list-paradisi-fiscali/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.