paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

97 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2022

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Seychelles : la tirelire des oligarques

Tous les paradis fiscaux ne sont pas identiques : aux Seychelles, par exemple, une petite élite s'enrichit alors que la quasi-totalité de la population meurt de faim - et leurs plages sont remplies de touristes russes, arabes et indiens, qui utilisent également le pays comme base de contrebande

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a quelques années, si on m'avait demandé quelle était ma lune de miel idéale, j'aurais répondu : les îles Seychelles. Belle et exotique, lointaine et pourtant si proche de la guerre qui fait rage en Europe, c'est là que les milliardaires Alexei Mordashov et Andrey Kostin cachent leur richesse. Mordashov est le deuxième homme le plus riche de Russie, et son yacht, enregistré aux Caïmans, passe l'hiver dans la marina de l'île de Mahé[1]. Il y est rejoint par le yacht du banquier Andrey Kostin, qui a quitté la Turquie pour rejoindre des rivages plus sûrs le 18 février. Ils ne souffrent pas de solitude : 12 yachts de luxe appartenant à autant de dirigeants économiques et politiques de Moscou sont actuellement amarrés dans le port principal des Seychelles[2].

Il ne s'agit pas seulement des avantages fiscaux, mais aussi des plages de carte postale, des vues enchanteresses, des lieux séparés de la civilisation : 115 îles, une population de moins de 100 000 habitants, dont 90 % vivent sur l'île de Mahé[3]. Il ne s'agit pas seulement d'une attraction touristique, mais d'un lieu stratégique pour la production et le commerce entre l'Afrique, l'Europe et l'Asie, sur les voies vitales de transport du pétrole entre la péninsule arabique et le cap de Bonne-Espérance. La base navale américaine de Diego Garcia n'est pas loin : un coup d'État dans cette ville aurait des répercussions mondiales[4]. Au début, les gens vivaient de l'agriculture et du tourisme, mais depuis le développement du secteur des services offshore, il y a eu des changements radicaux[5]. C'est à ce moment-là que la corruption a explosé, divisant les citoyens en gagnants (très peu) et en perdants, et catapultant le nom des Seychelles au firmament international du blanchiment d'argent, notamment après la publication des Paradise Papers, des Panama Papers et des Pandora Papers[6].

Les années folles d'Adnan Khashoggi

Cette situation stratégique a permis à l'élite locale d'agir à sa guise sans que les grandes puissances mondiales ne tentent de changer les choses : après quelques années de direction par le parti démocratique centriste[8], après l'indépendance en 1976, et après un coup d'État, le parti socialiste d'Albert René a pris le pouvoir[9] et l'a conservé sans faiblir jusqu'en 1993. Son prédécesseur, James R. Mancham était tout sauf un saint : on a découvert qu'il recevait des pots-de-vin de l'Afrique du Sud (pour rompre l'isolement de l'Organisation de l'unité africaine pendant les années d'apartheid) et du marchand d'armes Adnan Khashoggi[10] , un milliardaire saoudien lié à la famille Ben Laden[11], dont le style de vie luxueux l'a rendu célèbre, puis l'a ruiné : célèbre est l'épisode où il a donné un diamant à Lory del Santo en remerciement d'une relation sexuelle[12].

Khashoggi n'est pas seulement l'oncle de Dodi Al Fayed, le millionnaire saoudien qui est mort dans un accident de voiture à Paris avec Lady Diana[13], mais aussi le protagoniste de certains scandales de contrats de milliardaires obtenus par la corruption (par exemple avec l'industrie aéronautique américaine Lockheed) et surtout le scandale Iran Contra de 1986, lorsque certains fonctionnaires du gouvernement dirigé par Ronald Reagan ont vendu des armes à l'Iran en contournant l'embargo international[14]. À la même époque, ses relations ont été découvertes avec l'agent des services secrets italiens Francesco Pazienza et le banquier Roberto Calvi, qui ont été impliqués dans un scandale colossal ayant entraîné la faillite de l'une des plus grandes banques italiennes, Banco Ambrosiano, la découverte d'accords entre la mafia et le Vatican, et l'enquête sur un possible complot visant à tuer le pape Jean-Paul I[15]. Khashoggi, afin d'aider Calvi, a également été impliqué dans le scandale Iran Contra en 1986. Khashoggi, pour aider Calvi, avait créé un petit système offshore aux Seychelles, qui n'a jamais été entièrement révélé[16].

L'homme d'affaires saoudien avait choisi les Seychelles pour cette raison précise : parce que c'était un endroit parfait pour faire disparaître de grandes quantités d'armes dans de grands navires marchands et pour créer un petit système bancaire afin de protéger le produit de ce trafic[17]. En 1976, il a dépensé 8 millions de dollars pour acheter 104 acres de la plus belle propriété de la plage pour y construire un hôtel. Par son intermédiaire, le prince Talal, neveu du roi saoudien Khalid, a investi 30 millions de dollars dans la construction d'un complexe touristique aux Seychelles et a promis l'aide saoudienne au financement de projets d'infrastructure et de logement[18]. Un an plus tôt, en 1975, la famille du Shah de Perse avait acheté l'île d'Arros pour 18 millions de dollars, avant d'en vendre la moitié à Liliane Bettancourt, héritière de l'empire industriel L'Oréal, qui utilisait l'île pour des expériences scientifiques[19].

L'héritage d'Albert René

Tout au long des décennies, et même après sa démission (2004), Renė est resté " le patron ", malgré les accusations de corruption et de violations des droits de l'homme. Et ce malgré les attaques, comme celle connue sous le nom d'opération Angela (1981), menée par le mercenaire britannique Mad Mike Hoare et le colonel Jerry Puren, qui s'est terminée par une fusillade de six heures et la victoire de l'armée régulière[21]. Vieillissant, le despote décide de démissionner, promulgue une nouvelle constitution démocratique et transmet le pouvoir à son vice-président, James Michel[22] . Depuis lors, il y a eu des années de présidents corrompus et incompétents qui, lors des dernières élections, ont cédé la place à Wavel Ramkalawan, un prêtre anglican dont la campagne était basée sur la promesse de récupérer 50 millions de dollars qui avaient disparu des caisses du gouvernement en 2002[23].

L'argent avait été donné par les Émirats arabes unis pour construire le centre offshore (la STC Seychelles Trading Company) et pour payer les importations de nourriture nécessaires en raison d'une crise économique ignorée par les politiciens locaux : et en effet, la justice a arrêté en novembre 2021 Mukesh Valabhji, un homme d'affaires allié du président René. Valabhji, et sa femme Laura[24], coupables d'avoir caché de l'argent sur un compte numéroté à la Baroda Bank en Angleterre[25]. Avec cet argent, Valabhji a acheté la société d'État COSPROH [26](Compagnie Seychelloise de Promotion Hôtelière[27]), une chaîne d'hôtels qui a fait de René et de son partenaire les maîtres du tourisme national - sans rien payer, car l'argent n'a pas été versé dans les caisses de l'État, mais volé une deuxième fois [28]et ensuite éparpillé sur les comptes offshore de l'ancien président et de son complice[29] . Au cours de l'enquête, le parquet de Victoria démontre la complicité du cercle d'amis le plus proche de René : son fils, le colonel Leslie Benoiton, la directrice de l'agence des pensions Lekha Nair, l'ancien ministre des finances Maurice Loustau-Lalanne[30] et l'épouse du président, Sarah René[31] .

La victoire de Ramkalawan est due à son attitude moraliste et à son programme économique : bien que le PIB par habitant des Seychelles soit l'un des plus élevés d'Afrique[32] (16 575 dollars en 2018[33]), 40 % des Seychellois vivent dans la pauvreté : les Seychelles dépendent des importations pour un large éventail de produits primaires, ce qui augmente le coût de la vie. Mais le plus gros problème est la toxicomanie : près de 10 % de la population en âge de travailler est dépendante de l'héroïne - par habitant, le pays a le taux de consommation d'héroïne le plus élevé au monde, et Ramkalawan s'est engagé à s'attaquer à ce grave problème et à lutter contre la contrebande de drogue[34].

La drogue arrive aux Seychelles avec une facilité déconcertante depuis l'Asie centrale, notamment l'Afghanistan[35]. L'industrie nationale du cannabis couvre une partie de la demande locale, mais le cannabis est également importé de Madagascar : bien que le marché criminel soit encore petit, la flakka, la cocaïne et le crack sont très populaires. D'après les données relatives aux saisies effectuées dans les ports et les aéroports, les trafiquants sont d'origine seychelloise, brésilienne, kenyane, tanzanienne ou sud-africaine - et c'est là que le nouveau gouvernement veut avoir un impact, en luttant contre la corruption de la police[36].

Autre sujet délicat : les tensions géopolitiques entre l'Inde et la Chine augmentent en raison de la tentative de Pékin d'étendre son influence dans l'océan Indien, au moment où New Delhi espère utiliser l'île de l'Assomption - une île des Seychelles située au nord de Madagascar - pour se défendre contre la base militaire chinoise de Djibouti : un espoir qui s'est éteint en raison de l'opposition du peuple seychellois et du gouvernement Ramkalawan, qui compte plutôt sur la rivalité entre les deux pays pour obtenir un soutien économique afin de sortir de la pauvreté[37].

Le centre financier

La fin des années folles a laissé aux Seychelles un portefeuille de clients intact et l'expertise nécessaire pour transformer ce qui était auparavant un vassalage au milliardaire du jour en un système fonctionnel - un paradis fiscal. S'inspirant de l'expérience du Panama et d'autres centres offshore établis, l'État a créé en 1994 une société privée chargée de coordonner les activités des fiduciaires, de fixer les règles et de protéger leurs intérêts : l'IBC International Business Companies[39]. Dès les premiers résultats positifs, afin d'éviter les problèmes avec les organismes de réglementation internationaux, le gouvernement a créé une agence de surveillance, la SIBA (Seychelles International Business Authority)[40], qui a introduit l'harmonisation fiscale : les entreprises opérant à l'étranger ne paient aucun impôt aux Seychelles[41].

Conrad Benoiton a longtemps été président de la SIBA et PDG de la Seychelles Petroleum Company (Seypec), créée en 1985 à la suite de la nationalisation des plateformes Shell[42], impliquées dans un scandale et accusées de vendre du mauvais carburant[43]. Benoiton a également été évincé par le nouveau gouvernement : pour des irrégularités dans la vente d'un des pétroliers de la compagnie[44], et de toute façon, depuis 2012, Seypec a été remplacée par une nouvelle société, PetroSeychelles, pour lui permettre de repartir sans le poids de décennies de corruption[45]. Seypec n'est plus qu'un négociant en pétrole russe, qui achète dans les ports indiens et vend en Europe[46].

Benoiton est également directeur général d'Appleby, une société des Bermudes[47], qui s'est retrouvée sous les feux de la rampe après la publication des Paradise Papers[48], qui répertorient plus de 150 hommes politiques et hommes d'affaires du monde entier qui, par l'intermédiaire d'Appleby, ont fraudé le fisc ou payé et reçu des pots-de-vin[49]. La liste comprend certaines des institutions financières les plus importantes au monde : Barclays, Citibank, Credit Suisse, Goldman Sachs, HSBC, JPMorgan, KPMG, Lloyds, PwC, Royal Bank of Scotland, Santander et Standard Chartered[50]. Aux Seychelles, en plus de la pauvreté absolue de la grande majorité de la population, il existe une petite élite qui détient tous les postes politiques et économiques clés et qui ne se soucie pas des lois.

Le secteur offshore est passé de 650 sociétés en 1996 à 140 000 en 2016, auxquelles s'ajoutent 1 000 trusts et plus de 300 fondations - presque tous liés à des réseaux offshore internationaux, tels que ceux mis au jour par l'ICIJ avec les révélations sur les activités illégales de Mossack y Fonseca au Panama[51], qui, dès que le scandale a été connu, a " relocalisé " tous ses principaux clients dans des sociétés de photocopie enregistrées à Victoria[52]. Les plus sensibles, comme le montrent les Panama Papers (un exemple : la Pangates International Corporation Ltd.), après avoir fait escale aux Seychelles, s'est déplacée de la petite île de Niue, au milieu de l'océan Pacifique, à la Saoma, puis est revenue aux Seychelles - poursuivie par les flèches des autorités américaines, qui affirment que cette société, ainsi que deux autres entités enregistrées à Victoria (Maxima Middle East Trading et Abdulkarim Group), ont fourni "un soutien matériel, des biens et des services au gouvernement syrien" en violation de l'embargo international[53].

Parmi les commerçants qui aiment le plus les Seychelles figurent les aristocrates des Émirats arabes unis, dont les 35 familles les plus riches possèdent chacune au moins une participation dans l'archipel : le cheik Hazza, son successeur en tant que conseiller à la sécurité nationale, son frère (le cheik Tahnoon bin Zayed), le premier ministre et souverain de Dubaï, le cheik Mohammed bin Rashid Al Maktoum[54]. Sheikh Tahnoon a été impliqué dans des enquêtes sur les activités illicites du comité électoral de Donald Trump, dirigé par le milliardaire Thomas Barrack, qui aurait servi d'intermédiaire entre Trump et Tahnoon, qui a financé sa campagne pour la présidence des États-Unis [55].

Les Indiens aiment aussi les Seychelles : les frères Jaidev et Vikram Shroff, fils du fondateur du géant des pesticides UPL (United Phosphorus Ltd), ont acheté des propriétés et des yachts, les enregistrant dans une myriade de sociétés aux Îles Vierges britanniques, à Chypre et aux Émirats arabes unis, mais ont porté leurs participations (Vector Projects Ltd et Trenkore Investments Limited) au chaud garanties par le centre IBC de Victoria[58]. Le clan le plus puissant dans le commerce des diamants, la famille Rosy Blue, originaire d'Inde, a créé une galaxie de 24 sociétés offshore, déposant sur leurs comptes à la succursale genevoise de HSBC 56,63 millions de dollars d'évasion fiscale, également avec leur holding aux Seychelles[59]. L'argent reste dans les pays occidentaux, mais les entreprises échouées dans ce paradis naturel - ou elles restent dans le cyber univers, comme la crypto-monnaie BitMEX, un excellent système de blanchiment d'argent illégal, créé par le trader américain Arthur Hayes, basé dans les îles Seychelles[60] .  Également poursuivi par les autorités américaines, il s'est rendu le 6 avril 2021 et a été libéré sous caution de 10 millions de dollars[61].

En 2020, les Seychelles ont rejoint la liste de l'UE des juridictions non coopératives dans la lutte contre l'évasion fiscale et la transparence des marchés[62] . Bien que cela nuise aux banques locales et à leur capacité à agir sur le marché international, les entreprises et les particuliers peuvent faire entrer et sortir des fonds du pays sans restrictions ni obligation de déclarer leur provenance[63]. En octobre dernier, l'UE a changé d'avis, mais les enquêtes sur les fiduciaires des Seychelles se poursuivent - une enquête lancée par l'ICIJ et impliquant plus de 90 pays sur une période de 25 ans, de 1996 à 2020[64]. Les ministres de l'UE ont décidé de faire passer Victoria sur une liste grise en échange de promesses de réforme fiscale, ce qui a conduit Chiara Putaturo, experte de l'ONG Oxfam, à qualifier la liste noire de l'UE de "plaisanterie"[65].

Selon M. Putaturo, alors que les super riches continuent d'utiliser les paradis fiscaux pour éviter de payer des impôts, on demande aux gens ordinaires de payer la facture de la relance économique post-pandémie[66]. Tout comme Arouna Nikièma, propriétaire d'une société de garde du corps au Burkina Faso qui, lorsque son gouvernement a annoncé l'introduction d'une taxe pour aider les victimes du Covid, a transféré (rétroactivement) toutes ses activités aux Seychelles[67]. Tout comme Hugo Yassir Zenagui, un ancien ministre marocain, qui a utilisé son passeport français pour transférer son argent à Victoria[68].

A propos des Russes

Au cours des 20 dernières années, les Russes ont découvert les Seychelles. Les principales sociétés sont Alpha Consulting Ltd. et All About Offshore Ltd (AABOL). Fondée en 2008 par Victoria Valkovskaya, Alpha a également des bureaux à Dubaï et à Belize, et compte presque exclusivement des clients russes, comme le milliardaire Roman Avdeev, l'un des meilleurs amis de Vladimir Poutine[70]. AABOL est si connue qu'elle a causé des problèmes aux banques avec lesquelles elle travaille - comme la banque lettone Rietumu Banka, qui a été condamnée à une amende de 91 millions de dollars en France et suspendue pendant cinq ans pour complicité de fraude fiscale et de blanchiment d'argent[71]. Il n'en reste pas moins que, par l'intermédiaire de ces sociétés fiduciaires, près de 20 % de la richesse de la Russie est cachée aux Seychelles ou dans des paradis fiscaux apparentés[72] .

Les Russes ont amené leurs alliés africains dans les îles, comme Aires Ali , l'ancien premier ministre du Mozambique, qui possède une société aux Seychelles et un compte bancaire au Portugal ; Isabel dos Santos, la fille de l'ancien président José Eduardo dos Santos ; Martin Rushwaya, un général zimbabwéen, a fait passer des diamants en contrebande à Victoria ; Zakaria Deby Itno, frère du président tchadien, possède une société avec un marchand d'armes ; Delyan Peevski, un homme politique bulgare accusé de corruption, a vu 100 000 dollars de bénéfices illicites gelés sur son compte aux Seychelles ; Shaukat Fayaz Ahmad Tarin, ministre des finances du Pakistan, a créé une société ici pour investir dans une banque[73].

Les accords avec les pays africains ont également donné naissance à un gigantesque commerce d'esclaves, qui a commencé par le besoin d'une main-d'œuvre presque gratuite (20 % de la main-d'œuvre employée), puis s'est transformé en un centre d'échange d'esclaves vendus pour le sexe ou le travail - un marché souvent lié à la contrebande d'armes[74]. Dans ce secteur, alors que la Chine entrait en concurrence avec les industries d'armement russes, les fiduciaires russes aux Seychelles ont également commencé à vendre les armes de Pékin au Zimbabwe, au Mozambique, en Namibie, aux Seychelles, en Tanzanie et en Zambie[75] .

Aujourd'hui, la guerre avec l'Ukraine et les sanctions économiques qui en découlent effraient le gouvernement de Victoria : près d'un tiers des touristes venaient de Russie ou d'Ukraine, et certaines entreprises russes sont sur le point de fermer, ce qui entraînera la suppression de centaines d'emplois dans les hôtels contrôlés par les oligarques de Moscou, tels que le Savoy et le Coral Strand[76] , propriété de Yuri Gushchin[77] , un homme qui a gagné sa vie comme contrebandier pendant les années de l'Union soviétique[78].

Mais le problème central reste le même. Alors que des paradis fiscaux tels que les Bahamas, les îles Vierges ou Malte ont apporté une prospérité générale, la population des Seychelles est l'otage d'un centre financier cynique et féroce, pour qui la beauté des îles n'est qu'une excuse pour investir dans un tourisme qui cache souvent bien plus : trafic d'armes, de drogue et d'esclaves. C'est pourquoi, après avoir changé d'avis au sujet de ma lune de miel, je vous conseille également, chers lecteurs : vous ne pouvez pas vous rendre complices d'un régime aussi inhumain. Le président Ramkalawan a devant lui une tâche presque surhumaine, qui commence à juste titre par la punition des responsables, suivie de la mise en place d'un nouveau système démocratique favorisant l'égalité et la prospérité.

[1]  https://www.tag43.it/ucraina-mordashov-chie-sanzioni-ue-severstal-acciaierie-lucchini-yacht-rossyia-bank/

[2] https://www.bloombergquint.com/onweb/russian-oligarchs-yachts-head-for-maldives-as-sanctions-levied

[3]  https://bbcincorp.com/resources/offshore-investments-in-seychelles-tax-haven

[4]  https://www.csmonitor.com/1982/0120/012044.html

[5]  https://bbcincorp.com/resources/offshore-investments-in-seychelles-tax-haven

[6] https://www.icij.org/

[7] https://www.pressreader.com/italy/oggi/20170615/282595967898137

[8] https://www.bbc.com/news/world-africa-14094191

[9] https://www.lowyinstitute.org/the-interpreter/seychelles-life-after-boss

[10]  https://www.csmonitor.com/1982/0120/012044.html

[11] https://www.theguardian.com/world/2017/jun/07/adnan-khashoggi-obituary

[12] https://www.supereva.it/morto-kashoggi-offri-diamante-del-santo-per-fare-amore-39429

[13] https://www.repubblica.it/esteri/2017/06/06/news/londra_morto_sceicco_adnan_khashoggi-167408084/

[14] https://www.theguardian.com/world/2017/jun/07/adnan-khashoggi-obituary

[15]  Charles Raw, “La grande truffa – il caso Calvi ed il crack del banco Ambrosiano”, Mondadori, Milano 1993; Giuseppe Ferrara, “I banchieri di Dio”, Sistina Cinematografica, Roma 2002

[16] https://www.jstor.org/stable/723700 ; https://www.nytimes.com/1985/09/12/world/italian-ex-agent-ordered-extradited-from-us.html

[17]  https://www.csmonitor.com/1982/0120/012044.html

[18]  https://www.lexpress.mu/node/402539

[19] http://www.privateislandnews.com/seychelles-conservancy-founder-buys-darros-island-from-loreal-heiress/ ; https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Affaire-Bettencourt-voici-D-Arros-l-ile-mysterieuse-151980 ; https://www.larepubliquedespyrenees.fr/pyrenees-atlantiques/arros-de-nay/affaire-bettencourt-les-attaches-bearnaises-de-l-ile-d-arros-5365288.php

[20] https://www.nation.sc/archive/256671/businessman-abhaye-valabhji-dies

[21]  https://www.csmonitor.com/1982/0120/012044.html

[22]  https://www.reuters.com/article/us-seychelles-rene-death-idUSKCN1QG18T

[23]  https://www.bbc.com/news/world-africa-59866693

[24]  https://www.lexpress.mu/node/402539

[25] http://www.seychellesnewsagency.com/articles/16101/Missing+m+case+Seychelles+Supreme+Court+rejects+former+First+Lady%27s+plea+for+lower+bail%2C+orders+better+treatment+of+female+detainee

[26]  https://www.lexpress.mu/node/402539

[27] https://www-nation-sc.translate.goog/articles/3726/commission-of-inquiry-into-cosproh-resumes-hearings?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=it&_x_tr_hl=it&_x_tr_pto=sc

[28] https://www.lexpress.mu/node/402539

[29] https://www-nation-sc.translate.goog/articles/3726/commission-of-inquiry-into-cosproh-resumes-hearings?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=it&_x_tr_hl=it&_x_tr_pto=sc

[30] http://www.seychellesnewsagency.com/articles/16101/Missing+m+case+Seychelles+Supreme+Court+rejects+former+First+Lady%27s+plea+for+lower+bail%2C+orders+better+treatment+of+female+detainee

[31]  https://www.nation.sc/articles/11812/six-suspects-in-us-50-million-case-formally-charged

[32] https://www.worldpoliticsreview.com/trend-lines/29206/after-the-historic-seychelles-elections-new-president-faces-daunting-challenges

[33]  https://bbcincorp.com/resources/offshore-investments-in-seychelles-tax-haven

[34] https://www.worldpoliticsreview.com/trend-lines/29206/after-the-historic-seychelles-elections-new-president-faces-daunting-challenges

[35]  https://www.bbc.com/news/world-africa-50488877

[36]  https://ocindex.net/country/seychelles

[37] https://www.worldpoliticsreview.com/trend-lines/29206/after-the-historic-seychelles-elections-new-president-faces-daunting-challenges

[38] https://bbcincorp.com/resources/seychelles-international-business-companies

[39] https://www.seychellesoffshore.com/seychelles-ibc-company.php

[40] https://www.egov.sc/Business/ForeignBusiness.aspx

[41] https://bbcincorp.com/resources/offshore-investments-in-seychelles-tax-haven

[42]  https://www.seypec.com/

[43]  https://www.nation.sc/articles/3915/seypec-rejects-allegation-that-it-is-selling-substandard-fuel

[44] http://www.seychellesnewsagency.com/articles/16157/Le+DG+de+la+compagnie+Seypec%2C+suspendu+pour+irrgularits+dans+la+vente+du+ptrolier+Seychelles+Pride.

[45]  https://www.geoexpro.com/articles/2014/10/eddy-belle-promoting-the-seychelles

[46]  https://allafrica.com/stories/202008210017.html

[47] https://www.thelawyer.com/appleby/

[48]  https://www.icij.org/investigations/paradise-papers/

[49] https://www.bbc.com/news/business-41878881

[50]  https://www.thelawyer.com/appleby-defends-business-model/

[51] http://www.seychellesnewsagency.com/articles/4928/Panama+Papers+Seychelles%27+authorities+%27concerned%2C%27+plan+to+investigate+allegations+of+IBC+misconduct

[52] https://www.sueddeutsche.de/politik/mossack-fonseca-neues-datenleck-offenbart-die-letzten-geheimnisse-der-skandal-kanzlei-1.4025000-2

[53]  https://panamapapers.sueddeutsche.de/articles/570fc0c6a1bb8d3c3495bb47/ 

[54] https://www.icij.org/investigations/pandora-papers/pandora-papers-reveal-emirati-royal-families-role-in-secret-money-flows/

[55] https://www.siasat.com/pandora-papers-reveal-emirati-royal-families-role-in-offshore-havens-2227550/

[56] https://steemit.com/tr/@emrah67/bitcoin-to-hit-usd50-000-by-year-end-bitmex-ceo-arthur-hayes-or-cnbc

[57] https://it.cointelegraph.com/news/bitmex-s-arthur-hayes-surrenders-in-hawaii-released-on-10m-bond

[58] https://indianexpress.com/article/express-exclusive/pandora-papers-part-15-for-yacht-overseas-real-estate-upls-shroff-brothers-go-offshore-7592462/

[59] https://indianexpress.com/article/express-exclusive/pandora-papers-dilip-mehta-rosy-blue-7554457/

[60] https://www.nytimes.com/2021/07/23/us/politics/crypto-billionaires.html

[61] https://it.cryptonews.com/news/bitmex-s-arthur-hayes-surrendered-and-released-as-planned-9820-it.htm

[62]  https://ocindex.net/country/seychelles

[63]  http://www.taxhavens.biz/other_tax_havens/tax_haven_seychelles/

[64]  https://www.internazionale.it/notizie/2021/10/06/pandora-papers-inchiesta

[65]  https://www.oxfam.org/fr/node/9274

[66] https://apnews.com/article/business-european-union-europe-anguilla-4ab6219491bab1201fa34794fd96b6c2

[67] https://www.icij.org/investigations/pandora-papers/pandora-papers-reporting-from-across-africa/

[68] https://www.icij.org/investigations/pandora-papers/pandora-papers-reporting-from-the-middle-east-and-north-africa/

[69] https://nypost.com/2022/03/05/russian-oligarch-yachts-scrambling-for-safe-havens-amid-seizures/ 

[70] https://www.icij.org/inside-icij/2022/03/how-a-network-of-enablers-have-helped-russias-oligarchs-hide-their-wealth-abroad/

[71]  https://www.icij.org/investigations/pandora-papers/secrecy-brokers/

[72] https://www.icij.org/inside-icij/2022/03/how-a-network-of-enablers-have-helped-russias-oligarchs-hide-their-wealth-abroad/ 

[73] https://www.icij.org/investigations/pandora-papers/massive-money-laundering-probe-heartens-anti-corruption-activists-but-fails-to-lift-pandora-papers-pall-over-seychelles/

[74]   https://ocindex.net/country/seychelles

[75] https://www.piie.com/blogs/realtime-economic-issues-watch/arms-and-influence-chinese-arms-transfers-africa-context

[76] http://www.seychellesnewsagency.com/articles/16407/Seychelles+foresees+worse+economic+crisis+as+Russia-Ukraine+conflict+affects+tourism+markets

[77]  https://www.forbes.com/profile/yuri-gushchin/?sh=1a17cf715052

[78] http://www.seychellesnewsagency.com/articles/13735/Next+chapter+in+long-running+Savoy+Hotel+court+case+to+be+heard+Nov.++in+Seychelles%27+Constitutional+court ; https://littlesis.org/person/187967-Yuri_Gushchin ; https://rusletter.com/articles/group_guta_is_suing_for_its_hotel_in_seychelles

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis