paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

96 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mai 2022

L'axe secret entre Goldman Sachs et les oligarques

Les sanctions contre la Russie fonctionnent-elles ? Y a-t-il quelqu'un qui profite de cette situation, de la hausse des coûts de l'énergie et du gel des avoirs des oligarques ?

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a deux siècles et demi, le physicien Antoine-Laurent Lavoisier a prononcé une phrase qui est devenue un mantra de notre civilisation du progrès : "Rien ne se crée, rien ne se détruit, tout se transforme" [1]. En ces mois difficiles de guerre et d'inflation galopante, les médias regorgent d'informations sur les perdants économiques de l'invasion de l'Ukraine et des sanctions contre la Russie. Ce que personne ne dit, c'est qui gagne, car l'argent n'est pas détruit, il est déplacé. Et les gestionnaires de ces mouvements (qui en acquièrent une part non négligeable) sont les grandes banques multinationales, en premier lieu Goldman Sachs qui, de Romano Prodi à Mario Monti, et aujourd'hui à Mario Draghi, a eu tant d'influence sur les destinées de l'Italie - et celles de nombreux pays de l'UE.

Pas de complot, tout se passe à la lumière du jour. L'ennui, c'est que nous regardons ailleurs et que, pendant ce temps, la banque prétend être du côté des "bons" : David Solomon, PDG de Goldman Sachs, a officiellement annoncé à la presse, le 10 mars 2022, la ferme intention de sa banque de se retirer de la Russie en raison des sanctions imposées par les États-Unis[2] . Mais il a pris soin de préciser : "Je ne sais pas si c'est la tâche des grandes institutions financières d'ostraciser la Russie"[3]: une déclaration qui a fait grand bruit, car à la fin de 2021, la banque avait une exposition financière en Russie de plus de 700 millions de dollars[4], et pourtant c'est la première grande banque à quitter la Russie. Cette décision est difficile à croire, compte tenu du rôle de Goldman Sachs dans le secteur mondial de l'énergie.

Selon la Global Oil and Gas Exit List[5], le marché mondial des hydrocarbures est l'apanage de quelques entreprises (les 20 premières sont responsables de plus de la moitié du secteur) et le soutien bancaire de ces entreprises est entre les mains des principales banques mondiales, qui fournissent pas moins de 63 % des financements nécessaires : JPMorgan Chase, Citibank, Bank of America, BNP Paribas, HSBC, Barclays, Morgan Stanley, Crédit Agricole, Société Générale et, last but not least, Goldman Sachs[6]. Les grandes banques, malgré leurs déclarations officielles, investissent encore 742 milliards de dollars par an dans les hydrocarbures, autant dire dans la protection de l'environnement[7]. C'est pourquoi, si Goldman Sachs prétend aujourd'hui rompre ses relations avec la Russie, il convient de vérifier si cela est vrai[8].

Des histoires peu glorieuses de conflits d'intérêts

L'histoire de la banque commence en 1869 : un immigrant allemand d'origine juive, Marcus Goldman, s'installe à New York et ouvre un bureau dans le sous-sol, à côté d'une goulotte à charbon, du 30 Pine Street dans le Lower Manhattan[10] . À une époque où le crédit bancaire était limité et coûteux, Goldman offrait aux marchands locaux leurs billets à ordre[11] qu'il revendait ensuite aux banques commerciales. Avec son gendre, Samuel Sachs, en 1882, et son fils Henry (1885), la société prend son nom actuel, entre à la bourse de New York (1896) et dispose de bureaux de représentation dans toutes les grandes villes américaines[12]. Dès 1897, Goldman Sachs a établi des relations avec des sociétés financières dans les principales capitales européennes, fournissant des services de change et de lettres de crédit[13], ainsi que des services de transport d'or et d'arbitrage commercial[14] .

Au début des années 1900, Goldman Sachs s'est lancé dans la banque d'investissement[15]. Elle a fini par être submergée par l'échec de ses fonds d'investissement Shenandoah Corporation et Blue Ridge Corporation, et ne s'est redressée qu'avec le boom économique qui a suivi la fin de la Seconde Guerre mondiale[16] . En 1976, elle est devenue l'une des plus grandes banques du monde et a été la première à proposer des instruments financiers dérivés (contrats à terme[17], options[18] et swaps[19]) à ses clients. C'est à cette époque que le capitalisme industriel a cessé sa phase expansive, le marché étant saturé, et que nous sommes passés au capitalisme financier, qui a implosé en 2008[20], lorsque le volume des produits dérivés a atteint le chiffre insensé de 33 fois le PIB mondial (2,2 millions de milliards d'euros)[21] . Dans ce nouveau monde virtuel, Goldman Sachs joue un rôle de premier plan, en spéculant sur des titres et des hypothèques surévalués, sans aucune garantie, et en risquant continuellement de produire des effondrements mondiaux - comme ce fut le cas en 2008[22] .

Il ne s'agit pas seulement d'une question de finance mondiale mais, bien sûr, d'une question de conflits d'intérêts et de contrôle démocratique des leviers du pouvoir. Goldman Sachs a été l'une des premières banques à offrir une carrière à des politiciens établis, ou à financer une carrière politique pour ses cadres les plus fidèles, réalisant ainsi quelque chose qui va bien au-delà du lobbying, même dans la mesure extrême où il est autorisé aux États-Unis. Le phénomène est né dans les années de la grande récession, et a connu un grand succès. Quelques exemples éclairants : Henry Paulson, secrétaire au Trésor américain de mi-2006 à janvier 2009, a travaillé chez Goldman Sachs des années 1970 jusqu'à en devenir le PDG (1999-2006) [23]. Mark Patterson, le lobbyiste de Goldman Sachs, faisait partie du personnel du secrétaire au Trésor Timothy Geithner pendant l'administration Obama[24], dont la campagne présidentielle était soutenue par Lloyd Blankfein, président de Goldman Sachs[25].

Robert Rubin, secrétaire au Trésor des États-Unis de 1995 à 1999, a été associé chez Goldman Sachs de 1966 à 1992 et coprésident de cette société de 1990 à 1992[26]) ; Robert Zoellick (représentant des États-Unis pour les questions commerciales de 2001 à 2005, secrétaire d'État adjoint de janvier 2005 à juillet 2006 et président de la Banque mondiale de 2007 à 2012), a occupé divers postes de haut niveau chez Goldman Sachs entre 2006 et 2013[27]) ; Joshua Bolten (chef de cabinet de la Maison-Blanche de George W. Bush de 2006 à 2009) a été directeur exécutif de Goldman Sachs Londres de 1994 à 1999[28] . Sans oublier John Whitehead qui a quitté Goldman Sachs à la fin de 1984 pour être nommé secrétaire d'État adjoint du président Ronald Reagan.

La liste n'est pas limitée aux États-Unis. Le Premier ministre italien Mario Draghi, gouverneur de la Banque d'Italie de 2006 à 2011, de la Banque centrale européenne de 2011 à 2019, a été vice-président de Goldman Sachs Europe de 2002 à 2005[29]. Parmi ses collaborateurs figurait Gianni Letta, sous-secrétaire d'État au cabinet du Premier ministre dans les gouvernements dirigés par Silvio Berlusconi[30]. Mario Monti, commissaire européen de 1994 à 2004, président du Conseil des ministres de la République italienne de 2011 à 2013, a été conseiller de Goldman Sachs pendant de nombreuses années et membre du Research Advisory Council du Goldman Sachs Global Market Institute[31]. Lucas Papademos, ancien dirigeant de Goldman Sachs, a été Premier ministre de la Grèce de 2011 à 2012[32]. Mark Carney, gouverneur de la Banque du Canada de 2008 à 2013, a travaillé pendant treize ans chez Goldman Sachs[33]. Romano Prodi, président de l'IRI de 1982 à 1989 et de 1993 à 1994, Premier ministre italien de 1996 à 1998 et de 2006 à 2008, président de la Commission européenne de 1999 à 2004, a été consultant de la banque de 1990 à 1993 et après 1997[34]. Massimo Tononi, sous-secrétaire à l'économie dans le deuxième gouvernement Prodi de 2006 à 2008 et président de la Bourse italienne depuis 2011, a été associé et directeur consultatif chez Goldman Sachs[35].

Le rôle de Citigroup et Goldman Sachs dans le conflit russo-ukrainien

Bien sûr, une banque aussi grande et puissante ne peut rester à l'abri des scandales, dont le plus important est probablement l'implication de l'ancien directeur Roger Ng dans la faillite frauduleuse du groupe malaisien 1MDB - à l'issue du procès duquel NG a été condamné pour complicité de fraude[37]. Roger Ng était chargé de gérer l'argent détourné des projets de soutien aux pauvres, qui était secrètement réinvesti à Abu Dhabi[38] . Par l'intermédiaire de Ng, Goldman Sachs a détourné quelque 6,5 milliards USD entre 2009 et 2015[39] . Mais dans ce cas, le siège de la banque n'a pas été touché, la responsabilité a été rejetée sur les fonctionnaires malaisiens.

Le rôle que joue actuellement Goldman Sachs dans la guerre en Ukraine est tout autre. Ce rôle découle automatiquement de la présence massive de la banque dans le secteur des hydrocarbures. Un rôle qui remet en question la valeur des sanctions appliquées par les pays occidentaux contre le Kremlin. En mai 2015, l'oligarque russe Sergueï Petrov (commerce de voitures), répondant à un journal allemand qui lui demandait si les sanctions ou la chute des prix du pétrole et du gaz étaient pires pour la Russie, a répondu : " Les deux sont graves, à parts presque égales ". Je dirais : 30 % la chute des prix du pétrole, 25 % les sanctions. Et le reste est le fruit du comportement des fonctionnaires"[40] .

Afin d'éviter le poids des sanctions et de contrôler le prix des hydrocarbures, Moscou et Berlin ont commencé à construire le gazoduc sous-marin Nordstream 2, qui, en prenant la place de celui qui traverse l'Ukraine et plusieurs autres pays de l'UE, rendrait la Russie presque inattaquable, tant que son alliance avec l'Allemagne tiendrait. À cet égard, Alexej Miller, PDG de Gazprom, a déclaré sans surprise : "La construction d'infrastructures de transport supplémentaires sur l'itinéraire le plus court entre les champs gaziers du nord de la Russie et les marchés européens contribuera à renforcer la sécurité et la fiabilité des approvisionnements dans le cadre des nouveaux contrats”[41]. Mais la guerre en Ukraine change tout et, en Allemagne, même les sociaux-démocrates du chancelier Scholz, traditionnellement grands amis de Poutine, ont été contraints de bloquer la construction du gazoduc.

Goldman Sachs avait déjà senti l'air du temps depuis un certain temps. Son fonds international GQG (le seul à être exposé financièrement à la Russie en raison de ses participations restantes dans les sociétés énergétiques LUKOIL, Rosneft et Gazprom) a, le 4 mars 2022, dans un timing pour le moins parfait, réduit son engagement financier de 1,7 milliard de dollars à seulement 222,3 millions de dollars[42], soit moins de 1 % des actifs nets du fonds GQG[43].

Le 27 février 2022, les pays occidentaux ont décidé d'exclure de SWIFT les principales banques russes, à l'exception de celles qui sont nécessaires pour payer le gaz vendu par la Russie à l'Europe[44], et de geler les avoirs de la Banque centrale de la Fédération de Russie, qui détient 630 milliards de dollars de réserves de change, pour l'empêcher de compenser l'impact des sanctions[45]. Dans le même temps, les économies occidentales ont commencé à parler de l'élimination de leur dépendance vis-à-vis du gaz russe "d'ici la fin de 2022"[46]. Cela ne s'applique pas à tout le monde, car la dépendance de certains pays de l'UE à l'égard des approvisionnements russes représente plus de la moitié des quantités nécessaires - on espère donc se libérer des liens avec le Kremlin d'ici 2030[47] .

Ce n'est pas aussi grave que ça en a l'air. La baisse des revenus russes sur les marchés mondiaux est compensée par la hausse des prix du gaz : +250% par rapport à l'année dernière[49], ce qui a permis à Moscou de doubler ses gains[50]. Selon les experts finlandais du CREA, le centre finlandais de recherche sur l'énergie et l'air pur, la Russie continue non seulement de profiter de la dépendance énergétique des Européens, mais elle en profitera également à l'avenir, car la hausse des prix compensera la Russie pour le volume de ventes perdu[51]. La seule façon de mettre fin à la guerre en étranglant l'économie russe serait de rejeter rapidement et complètement ses produits énergétiques, ce qui est manifestement irréalisable[52].

En réalité, le commerce du gaz et du pétrole russes ne connaît aucune restriction, à l'exception de celles ordonnées par Moscou, qui oblige les acheteurs à payer en devises fortes qui doivent être changées en roubles avant d'être payées[53]. Le fait que, entre la guerre, les sanctions et la fuite des entreprises étrangères, Moscou risque de perdre 8,5 % de son PIB cette année (la plus forte baisse depuis les -14,5 % enregistrés en 1992[54], à la chute de l'Union soviétique) importe peu dans un conflit mondial que l'on espère de courte durée à l'Ouest et que Moscou semble vouloir faire durer le plus longtemps possible - une guerre d'usure pour mettre à nu les faiblesses de l'Alliance atlantique.

Les contre-mesures russes ne se sont pas fait attendre : le 28 février 2022, le gouverneur de la Banque centrale russe, Ėlvira Nabiullina, a décrété le gel des opérations boursières et interdit aux étrangers les ventes à découvert[55]. Parallèlement à cette mesure, et afin de limiter la dangereuse fuite des capitaux du pays et de soutenir le rouble, la Banque centrale russe a immédiatement relevé le taux d'escompte de 10,5 % à 20 %[56] . Avec l'augmentation du prix du gaz, les mesures strictes de contrôle des capitaux imposées par Moscou après l'introduction des sanctions, l'exigence de paiements en roubles[57] pour les livraisons de gaz naturel et l'obligation pour les entreprises exportatrices de vendre leurs réserves de devises étrangères, la monnaie russe, qui s'était effondrée après le début de la guerre, a gagné plus de 11 % par rapport au dollar en 2022[58].

Parmi les mesures exceptionnelles supplémentaires de défense du rouble prises après le début de la guerre, il y en a une qui a un vague parfum rétro : l'introduction de la convertibilité fixe de l'or à un prix de 5000 roubles par gramme, en dessous des valeurs du marché, afin de rafler l'or des institutions financières du pays et de jeter les bases de la création d'un nouveau système monétaire à norme fixe, semblable à celui des États-Unis avant l'annulation des accords de Bretton Woods (1973) : une attaque directe contre les États-Unis[59] . C'est dans ce contexte que s'inscrit la stratégie de Goldman Sachs, qui est aux prises avec les sanctions, tout en maintenant ses liens complexes avec les oligarques russes et le marché financier de Moscou. D'une part, elle réduit considérablement ses investissements en Russie, sous prétexte d'appliquer des sanctions, mais d'autre part, elle affirme clairement qu'elle ne rompra pas ses engagements pour protéger les intérêts de ses clients[60] . Depuis le 3 mars, seuls quelques-uns des 80 employés de Goldman Sachs sont restés à Moscou - mais ceux qui sont restés travaillent[61] .

Nous ne parlons pas de petite caisse, mais de 650 millions de dollars, dont 133,9 millions de dollars en produits dérivés[62], 176,8 millions de dollars en prêts et 339,3 millions de dollars en prêts garantis[63]. Si l'on ajoute à cela les créances sur le marché intérieur russe, on dépasse le milliard de dollars[64] : un chiffre que Goldman Sachs n'a pas l'intention d'inscrire au passif de son bilan[65]. La moitié de ce milliard a été vendue à des fonds spéculatifs américains en exploitant une faille juridique dans les sanctions[66], ce qui lui a permis de servir d'intermédiaire entre les créanciers de Moscou et les investisseurs américains, offrant à ses clients la possibilité de tirer parti de la paralysie initiale de l'économie russe résultant de la guerre en achetant ses titres de créance à bas prix à l'époque pour les revendre plus tard à un prix élevé[67].

Pour ses clients, Goldman Sachs propose d'ajouter la dette russe de chacun d'eux à son portefeuille de fonds spéculatifs, en la dissimulant sur son compte personnel pour éviter tout examen éventuel[68]. Là encore, il n'est pas fait mention des miettes tombées de la table : le 4 mars 2022, Bloomberg a rapporté que Goldman Sachs et JPMorgan Chase auraient accumulé des obligations d'entreprises liées à la Russie, à un moment où les fonds spéculatifs spécialisés dans l'achat de crédits bon marché tentaient de faire le plein d'actifs : parier sur des titres en difficulté est une activité normale à Wall Street - même si le faire à la suite de l'invasion de l'Ukraine impliquait une prise de risque non négligeable... Un risque bien calculé, qui a finalement garanti un gain estimé à des centaines de millions de dollars[69] . La question reste de savoir pourquoi les sanctions appliquées à la Russie n'ont pas complètement interdit le commerce de ces actifs, parmi lesquels figurent les dettes d'entreprises de géants tels qu'Evraz, Gazprom et Russian Railways arrivant à échéance dans les deux prochaines années, ainsi que les obligations souveraines russes[70].

Personnellement, je pense que les États-Unis veulent réduire l'influence politique de Poutine, mais pas détruire la Russie. L'enjeu est de taille : les sanctions ont également rendu disponible une assurance de 41 milliards de dollars contre le risque de défaut de paiement. Il n'est donc pas surprenant que Goldman Sachs ait simultanément négocié des CDS (Credit-Default Swaps) sur des noms tels que Evraz et Gazprom, malgré le fait qu'il n'y avait aucune certitude que les contrats signés pour les 41 milliards de dollars de dette souveraine susmentionnés ne puissent être annulés par les sanctions[72].

Mais l'attitude des banques montre que, s'il n'y a pas d'échappatoire, l'interdépendance entre les systèmes économiques nationaux ne permet pas d'appliquer efficacement les sanctions, sans créer un court-circuit qui mettrait en difficulté, avant même la Russie, les différentes entreprises occidentales qui ont investi dans ce pays, à commencer par le clearing - c'est-à-dire le système de calcul qui, en temps réel, estime le montant des transferts d'argent liquide et des transferts bancaires qui, chaque jour, sont échangés d'une monnaie à l'autre[73] .

Cela ne se fait pas sans répercussions. Si les créanciers recevaient ce qui leur est dû, c'est-à-dire si Citigroup avait payé ce qu'il a reçu en fonds traités par JP Morgan, le monde entier aurait eu la preuve de l'inutilité concrète et substantielle du régime de sanctions et de l'éviction de la Russie de SWIFT, à laquelle il faut ajouter les coûts des contre-sanctions et les retombées sur le commerce mondial dans le secteur manufacturier et l'agroalimentaire (qui fait monter en flèche les prix des matières premières). Citigroup agit en tant qu'agent d'échange pour près de 50 obligations d'entreprises russes, dont celles de MMC Norilsk Nickel, Gazprom, Severstal (acier) et EuroChem, une importante société d'engrais (un secteur stratégique dont Moscou a interdit les exportations, ce qui a semé la panique chez les agriculteurs de la moitié de l'Europe). Le temps que JP Morgan confirme le transfert des fonds à Citigroup et que cette dernière se retranche derrière un no comment, l'une des deux obligations sur lesquelles les intérêts couraient a vu son prix bondir de dix dollars en l'espace de quelques minutes, preuve évidente que quelqu'un avait ouvertement violé les sanctions dans le silence général.

Sans violer aucune loi, les grandes banques américaines gagnent donc beaucoup d'argent grâce au conflit en Ukraine[74] . Cela suscite des questions légitimes : comment se fait-il que le président Biden et son administration aient donné le feu vert à des sociétés d'investissement pour négocier des actifs russes ?[75]  Comment se fait-il qu'en mars 2022, lorsque les États-Unis ont sanctionné les banques russes, l'Office of Foreign Assets Control (OFAC) du département du Trésor a affirmé la légitimité du négoce d'actifs russes sur les marchés secondaires (c'est-à-dire ceux qui n'impliquent pas directement les banques russes), ce qui a permis à Goldman Sachs d'agir en tant que courtier ?[76]

La mesure de sanction, selon l'OFAC, "n'interdit pas la négociation sur les marchés secondaires de titres de créance ou d'actions" de la Banque centrale russe, du Fonds national russe ou du ministère russe des Finances, à condition que ces institutions ne soient pas parties aux transactions et que les dettes n'aient pas été émises avant le 1er mars[77] : un stratagème politique ridicule de la présidence américaine[78] pour protéger les investisseurs américains, y compris les principaux fonds de pension, au moment même où les alliés sont exhortés à faire preuve de détermination et où les chancelleries européennes se préparent maladroitement à faire face aux conséquences de sanctions préjudiciables de facto sur les politiques économiques nationales et le maintien de l'État-providence[79] .

L'affaire Abramovich

Pour tenter de mieux comprendre l'interdépendance entre le pouvoir économique russe et Goldman Sachs, il convient de s'attarder sur les liens entre la banque, Concord Management, Millennium Management et le magnat russe Roman Abramovich[81] . Ces entités, centralisant les opérations comptables dans une société écran enregistrée dans les îles Vierges, ont secrètement transféré 20 millions de dollars à une société financière des îles Caïmans : cette première opération a donné lieu à toute une série d'activités similaires qui, sur une période de 20 ans, ont vu Abramovitch s'appuyer sur une série de sociétés écrans, faire transiter l'argent par une petite banque autrichienne et exploiter les connaissances d'importantes sociétés de Wall Street, pour placer en silence des milliards de dollars auprès d'importants fonds spéculatifs et de sociétés de capital-investissement américaines[82].

La clé de voûte de toute l'opération était que chaque professionnel impliqué pouvait honnêtement dire qu'il ne travaillait pas pour Abramovich (dans certains cas, il ne le savait vraiment pas) [83]. Il est probable que la même chose se produise avec les avoirs des oligarques figurant sur la liste des sanctions des pays occidentaux. Quant à Abramovitch, son nom ne figure pas sur la liste noire américaine (mais il y figure au Canada, au Royaume-Uni et dans l'UE)[84]. Quoi qu'il en soit, la fortune d'Abramovitch est estimée à environ 13 milliards de dollars et ses actifs aux États-Unis comprennent plusieurs millions de dollars de biens immobiliers, tels que deux résidences de luxe près d'Aspen, dans le Colorado, auxquels il faut ajouter les importantes sommes d'argent déposées auprès de diverses institutions financières[85].

Selon des personnes au fait des transactions, de nombreux investissements d'Abramovitch aux États-Unis ont été facilités par Concord Management Llc Tarrytown (NY), une petite société dirigée par un certain Michael Matlin, qui décrit son entreprise comme "une société de conseil qui fournit des recherches indépendantes, une diligence raisonnable et un suivi des investissements"[86] . Concord Management, qui n'a pas de site web et n'est pas enregistrée auprès des régulateurs américains), n'aurait pas géré l'argent d'Abramovich mais aurait simplement agi en tant que conseiller pour le compte de clients secrets de Credit Suisse, Morgan Stanley et Goldman Sachs[87] . Au fil des ans, Concord a "conseillé" plus de 100 investissements dans divers fonds spéculatifs et sociétés de capital-investissement, principalement pour le compte d'Abramovitch[88] - des fonds gérés par BlackRock, Sarissa Capital Management, Carlyle Group, De Shaw, Bear Stearns et Millennium Management[89], c'est-à-dire les noms les plus en vogue à Wall Street.

La part du lion a été prise par Millennium Management, un fonds spéculatif avec un portefeuille de plus de 48 milliards de dollars d'actifs sous gestion, dirigé par d'anciens hauts responsables de Goldman Sachs[90] : Paul Russo (ancien directeur mondial des opérations d'une filiale de la banque jusqu'en 2018), Scott Rofey (le nouveau responsable de la gestion des taux et des risques chez Goldman Sachs), Jeffrey Verschleiser (le responsable de la gestion des risques de crédit et des titres collatéralisés jusqu'en 2019)[91] et Stacy Selig, depuis 17 ans co-responsable de la stratégie des ventes, l'une des femmes les plus haut placées chez Goldman Sachs[92] . En plus de ces quatre cadres supérieurs, il y a une demi-douzaine de cadres inférieurs[93]. Un fait qui explique la réticence de Millennium à donner des explications, et qui suggère que cette société, ainsi que toute la galaxie de micro-sociétés impliquées dans la dissimulation de la richesse d'Abramovitch, fait partie d'une stratégie consciente de Goldman Sachs d'alliance avec le Kremlin et ses oligarques.

Concord Management n'est manifestement qu'un élément parmi une constellation de conseillers américains et européens, dont certains des plus grands cabinets d'avocats du monde, qui aident depuis longtemps les oligarques[94]. Nous ne nous en rendons compte que maintenant, parce que le monde a tourné son attention vers les envahisseurs ukrainiens, et parce que, en raison des sanctions, cette galaxie est actuellement engagée dans un super travail de transfert secret d'actifs supplémentaires[95]. Tenez-en compte lorsque vous faites vos courses et que vous n'avez pas assez d'argent, ou lorsque le politicien de service se remplit la bouche d'un amour dépassionné pour l'Ukraine, mais fait savoir qu'il est impuissant face au tumulte des événements...

[1] https://www.mmcm.it/nulla-si-crea-nulla-si-distrugge-tutto-si-trasforma-autore-della-frase-e-significato/

[2] https://www.agenzianova.com/news/goldman-sachs-lascia-la-russia-e-la-prima-grande-banca-usa-a-farlo/

[3] https://time.com/6157107/david-solomon-goldman-sachs-ceo-interview/

[4] https://www.nytimes.com/2022/03/10/business/goldman-sachs-russia.html

[5] https://gogel.org/system/files/uploads/urgewald%20GOGEL2021V2.xlsx

[6] https://wwwqa.goldmansachs.com/what-we-do/investing-and-lending/direct-private-investing/alternative-energy/index.html?view=mobile

[7] https://www.ft.com/content/3eeee0f7-bb02-4950-a6d6-49da39c3cc41

[8] https://www.reuters.com/business/finance/goldman-sachs-exit-russia-bloomberg-news-2022-03-10/

[9] https://www.goldmansachs.com/our-firm/history/moments/1929-30-pine.html

[10] https://www.goldmansachs.com/our-firm/history/a-brief-history-of-gs.pdf

[11] The term promissory note refers to a speculative financial instrument (loan collateral, receivables settlement) that can become a highly profitable investment by virtue of the fact that the higher risk of default compared to a corporate bond is offset by higher interest rates. 

[12] https://www.goldmansachs.com/our-firm/history/a-brief-history-of-gs.pdf

[13] A letter of credit is a form of payment without the use of cash represented by an irrevocable obligation on the part of the bank to pay against presentation by the beneficiary of documents corresponding to the conditions contained in the letter of credit.

[14] The term arbitrage refers to a transaction that allows a certain profit to be obtained without the party entering into it incurring any risk. Usually, arbitrage consists of the purchase/sale of an asset or financial activity and a simultaneous opposite transaction on the same instrument traded on a different market, or on a different instrument, but having the same characteristics as the former in terms of payout. In this way, price differences are exploited in order to make a profit. The transaction is of course possible if the gain obtained exceeds the costs of transferring the asset from one market to another.

[15] https://www.goldmansachs.com/our-firm/history/a-brief-history-of-gs.pdf

[16] https://www.goldmansachs.com/our-firm/history/a-brief-history-of-gs.pdf

[17] A future is a derivative contract by which buyer and seller undertake to exchange a certain quantity of a certain financial or real asset at a predetermined price and with deferred settlement at a predetermined future date. The trader buying the future (committing to buy the underlying asset on maturity) takes a long position, while the trader selling the future takes a short position.

[18] The term 'option' refers to that particular type of contract which confers on the holder the right, but not the obligation (the option), to buy or sell the security on which the option is entered at a predetermined price (strike price) by a certain date, in return for a non-recoverable premium paid. Options can have the most diverse underlying values: shares, commodities, interest rates, etc. The fundamental difference between options and other derivative instruments consists in the holder's right of withdrawal: he or she is not obliged to buy (or sell) the underlying, but may do so if by exercising the option he or she derives a real benefit.

[19] A swap is a derivative contract whereby two parties undertake to periodically exchange sums of money calculated by applying to the same principal two parameters referring to two different market variables. Swaps are not traded on regulated markets, but are entered into from time to time through bilateral agreements between the parties involved (over-the-counter market).

[20] https://www.e-periodica.ch/cntmng?pid=wis-001%3A1990%3A10%3A%3A361

[21] https://amp24.ilsole24ore.com/pagina/AErENbtG

[22] https://www.adusbef.it/articoli-e-studi/goldman-sachs-la-spectre-che-gioca-con-i-derivati-sui-destini

[23] https://web.archive.org/web/20111007193804/http://www.whorunsgov.com/Profiles/Henry_Paulson

[24] https://abcnews.go.com/Blotter/story?id=6735898

[25] https://web.archive.org/web/20110408181921/http://washingtonexaminer.com/blogs/beltway-confidential/2011/02/obamas-top-funder-also-lead-nation-white-house-visits

[26] https://www.washingtonpost.com/wp-srv/politics/govt/admin/rubin.htm

[27] https://www.goldmansachs.com/media-relations/press-releases/archived/2013/robert-b-zoellick-to-serve-goldman-sachs.html

[28] https://georgewbush-whitehouse.archives.gov/government/bolten-bio.html

[29] https://www.lemonde.fr/europe/article/2011/11/14/goldman-sachs-le-trait-d-union-entre-mario-draghi-mario-monti-et-lucas-papademos_1603675_3214.html ; https://www.telegraph.co.uk/finance/markets/2809685/Italians-claim-country-run-by-Goldman-Sachs.html

[30] https://st.ilsole24ore.com/art/SoleOnLine4/Finanza%20e%20Mercati/2007/06/letta-goldman.shtml

[31] https://www.lemonde.fr/europe/article/2011/11/14/goldman-sachs-le-trait-d-union-entre-mario-draghi-mario-monti-et-lucas-papademos_1603675_3214.html ; https://ec.europa.eu/economy_finance/bef2009/speakers/mario-monti/index.html ; https://web.archive.org/web/20121103170302/http://archiviostorico.corriere.it/2005/dicembre/14/Goldman_Sachs_Monti_nell_advisory_co_9_051214069.shtml

[32] https://www.lemonde.fr/europe/article/2011/11/14/goldman-sachs-le-trait-d-union-entre-mario-draghi-mario-monti-et-lucas-papademos_1603675_3214.html

[33] https://st.ilsole24ore.com/art/finanza-e-mercati/2011-11-04/canadese-mark-carney-succede-161453.shtml?refresh_ce=1

[34] https://www.telegraph.co.uk/finance/markets/2809685/Italians-claim-country-run-by-Goldman-Sachs.html

[35] https://www.telegraph.co.uk/finance/markets/2809685/Italians-claim-country-run-by-Goldman-Sachs.html ; https://web.archive.org/web/20131004235349/http://archiviostorico.corriere.it/2010/marzo/29/Tononi_prepara_addio_Goldman_ce_0_100329049.shtml

[36] https://www.independent.co.uk/news/business/analysis-and-features/what-price-the-new-democracy-goldman-sachs-conquers-europe-6264091.html

[37] https://www.theguardian.com/world/2022/apr/08/roger-ng-1mdb-scandal-fraud-found-guilty

[38] https://www.theguardian.com/world/2022/apr/08/roger-ng-1mdb-scandal-fraud-found-guilty

[39] https://www.theguardian.com/world/2022/apr/08/roger-ng-1mdb-scandal-fraud-found-guilty

[40] https://www.welt.de/wirtschaft/article140711075/Putin-fuehlt-dass-ohne-ihn-alles-zum-Teufel-geht.html

[41] https://www.offshore-energy.biz/gazprom-e-on-shell-and-omv-in-nord-stream-boost/

[42] https://www.gsam.com/content/dam/gsam/pdfs/us/en/fund-resources/investment-education/GQG_Commentary.pdf?sa=n&rd=n

[43] https://www.privatebankerinternational.com/news/goldman-sachs-gqg-fund-russia/

[44] https://www.ilpost.it/2022/02/27/swift-banche-russe-escluse/

[45] https://www.informazione.it/a/20D7D5D5-6755-4D39-A6D9-D0E98F4DDA91/Le-sanzioni-bloccano-le-riserve-in-valuta-Crolla-la-fortezza-russa ; https://www.scoa.it/2022/03/lisolamento-russo-quanto-pesano-le-sanzioni-finanziarie-su-mosca/

[46] https://www.scoa.it/2022/03/lisolamento-russo-quanto-pesano-le-sanzioni-finanziarie-su-mosca/

[47] https://www.scoa.it/2022/03/lisolamento-russo-quanto-pesano-le-sanzioni-finanziarie-su-mosca/

[48] https://www.reuters.com/markets/stocks/which-banks-europe-are-exposed-russia-2022-02-28/

[49] https://www.rainews.it/articoli/2022/05/la-guerra-del-gas-leuropa--nella-morsa-tra-russia-e-ucraina-dce90cb2-a34c-4f47-b313-23785e54aaf8.html

[50] https://www.rainews.it/articoli/2022/04/dallinizio-della-guerra-la-russia-ha-raddoppiato-gli-incassi-dalla-vendita-di-idrocarburi-alla-ue-924fa6f8-9d35-4535-a096-78c1d20b2f19.html

[51] https://www.rainews.it/articoli/2022/04/dallinizio-della-guerra-la-russia-ha-raddoppiato-gli-incassi-dalla-vendita-di-idrocarburi-alla-ue-924fa6f8-9d35-4535-a096-78c1d20b2f19.html

[52] https://www.rainews.it/articoli/2022/04/dallinizio-della-guerra-la-russia-ha-raddoppiato-gli-incassi-dalla-vendita-di-idrocarburi-alla-ue-924fa6f8-9d35-4535-a096-78c1d20b2f19.html

[53] https://www.wired.it/article/gas-rubli-pagare-russia-ucraina-guerra-putin/

[54] https://www.scoa.it/2022/03/lisolamento-russo-quanto-pesano-le-sanzioni-finanziarie-su-mosca/

[55] https://www.rainews.it/articoli/2022/03/dopo-quasi-un-mese-riapre-la-borsa-di-mosca-chiusura-a-+437-la-casa-bianca-accusa--una-farsa-238f518d-bcde-427d-84e8-56e41364da84.html

[56] https://www.ilmattino.it/economia/news/rublo_ucraina_russia_moneta_crescita_cosa_succede-6685303.html?refresh_ce

[57] https://www.ilpost.it/2022/04/01/decreto-russia-putin-gas/

[58] https://www.ilmattino.it/economia/news/rublo_ucraina_russia_moneta_crescita_cosa_succede-6685303.html?refresh_ce

[59] https://www.milanofinanza.it/news/la-russia-torna-agli-accordi-di-bretton-woods-una-manna-per-il-rublo-202203311227494860

[60] https://finanza.lastampa.it/News/2022/03/10/goldman-sachs-lascia-la-russia-prima-big-di-wall-street-a-farlo/MTUxXzIwMjItMDMtMTBfVExC

[61] https://finanza.lastampa.it/News/2022/03/10/goldman-sachs-lascia-la-russia-prima-big-di-wall-street-a-farlo/MTUxXzIwMjItMDMtMTBfVExC

[62] Over-the-counter, OTC, derivatives are privately negotiated contracts between two parties, without going through an exchange or other intermediary. Since they are not listed on any exchange, the rules of the OTC contract are not only decided privately but are also changeable at any time. OTC derivatives are widely used by investment banks. Swaps and forward rate agreements belong to this type of derivatives, as do exotic options and other exotic derivatives that are almost always traded in the same way.

[63] https://www.globaldata.com/gross-exposure-around-1-billion-goldman-sachs-announces-exit-russia-says-globaldata/

[64] https://finanza.lastampa.it/News/2022/03/10/goldman-sachs-lascia-la-russia-prima-big-di-wall-street-a-farlo/MTUxXzIwMjItMDMtMTBfVExC

[65] https://www.nbcnews.com/politics/politics-news/goldman-sachs-profits-ukraine-war-loophole-sanctions-rcna19584

[66] https://www.nbcnews.com/politics/white-house/biden-administration-sanctions-additional-russian-oligarchs-rcna18604

[67] https://www.nbcnews.com/politics/politics-news/goldman-sachs-profits-ukraine-war-loophole-sanctions-rcna19584

[68] https://www.nbcnews.com/politics/politics-news/goldman-sachs-profits-ukraine-war-loophole-sanctions-rcna19584

[69] https://www.bloomberg.com/news/articles/2022-03-03/wall-street-is-already-pouncing-on-russia-s-cheap-corporate-debt

[70] https://www.bloomberg.com/news/articles/2022-03-03/wall-street-is-already-pouncing-on-russia-s-cheap-corporate-debt

[71] https://www.money.it/Russia-evitato-default-scoperchiato-vaso-Pandora

[72] https://www.bloomberg.com/news/articles/2022-03-03/wall-street-is-already-pouncing-on-russia-s-cheap-corporate-debt

[73] https://www.money.it/Russia-evitato-default-scoperchiato-vaso-Pandora

[74] https://www.mic.com/impact/goldman-sachs-russia-ukraine-debt

[75] https://www.nbcnews.com/politics/politics-news/goldman-sachs-profits-ukraine-war-loophole-sanctions-rcna19584

[76] https://www.nbcnews.com/politics/politics-news/goldman-sachs-profits-ukraine-war-loophole-sanctions-rcna19584

[77] https://home.treasury.gov/policy-issues/financial-sanctions/faqs/1005 ; https://home.treasury.gov/system/files/126/eo14024_directive_4_02282022.pdf ; https://home.treasury.gov/system/files/126/russia_directive_1a.pdf

[78] https://www.nbcnews.com/politics/politics-news/goldman-sachs-profits-ukraine-war-loophole-sanctions-rcna19584

[79] https://www.nbcnews.com/politics/politics-news/goldman-sachs-profits-ukraine-war-loophole-sanctions-rcna19584

[80] https://fintelegram.com/chasing-russian-oligarchs-and-their-assets-a-cia-report-and-the-austrian-connection/

[81] https://www.nytimes.com/2022/03/21/business/russia-roman-abramovich-concord.html

[82] https://www.nytimes.com/2022/03/21/business/russia-roman-abramovich-concord.html

[83] https://www.nytimes.com/2022/03/21/business/russia-roman-abramovich-concord.html

[84]https://www.leggo.it/esteri/news/zelensky_abramovich_sanzioni_trattative_pace_ultimissime_oggi_23_marzo_2022-6582625.html ; https://www.nytimes.com/2022/03/21/business/russia-roman-abramovich-concord.html

[85] https://www.nytimes.com/2022/03/21/business/russia-roman-abramovich-concord.html ; https://www.nytimes.com/2022/03/11/world/europe/roman-abramovich-russian-oligarch-sanctions.html

[86] https://www.nytimes.com/2022/03/21/business/russia-roman-abramovich-concord.html

[87] https://www.nytimes.com/2022/03/21/business/russia-roman-abramovich-concord.html

[88] https://www.nytimes.com/2022/03/21/business/russia-roman-abramovich-concord.html

[89] https://www.nytimes.com/2022/03/21/business/russia-roman-abramovich-concord.html

[90] https://www.ft.com/content/bda53479-431f-45de-9c0a-8a53073680c2

[91] https://www.ft.com/content/bda53479-431f-45de-9c0a-8a53073680c2

[92] https://www.efinancialcareers.com/news/2021/03/stacy-selig-millennium-management

[93] https://www.efinancialcareers.com/news/2021/03/stacy-selig-millennium-management

[94] https://www.nytimes.com/2022/03/09/business/russian-oligarchs-money-concord.html

[95] https://www.nytimes.com/2022/03/09/business/russian-oligarchs-money-concord.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Pétrole, gaz : un rideau de fer s’abat sur le secteur de l’énergie
Depuis quatre mois, les fragiles équilibres d’un marché déjà tendu sont rompus. L’énergie est devenue un terrain d’affrontement entre les États-Unis et la Russie. En juin, pour la première fois de son histoire, l’Europe a plus importé de gaz américain que russe.
par Martine Orange
Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Asie
Inde : le sombre avenir des habitants de l’Assam après une mousson précoce
Des millions d’habitants de la vallée du Brahmapoutre ont été jetés sur les routes par des pluies torrentielles. Ils survivent dans des conditions catastrophiques. Au-delà de l’urgence, c’est l’habitabilité de cette région d’Asie du Sud qui est désormais mise en question.
par Côme Bastin
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof