paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

97 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 sept. 2021

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Une machine à boue inonde Berlin

Voici comment les chrétiens-démocrates allemands tentent désespérément (et de manière autocratique) de gagner une campagne électorale apparemment déjà perdue

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le matin du 20 septembre 2021, le ministre fédéral des finances et candidat social-démocrate à la chancellerie, Olaf Scholz, s'est présenté devant la commission des finances du Bundestag pour répondre aux questions accusatrices de ses collègues sur un scandale soulevé par l'enquête pénale du parquet d'Osnabrück[1], qui avait ordonné une perquisition des bureaux du ministère fédéral et de ceux de la CRF les jours précédents[2], après en avoir déjà ordonné une pour exactement la même raison en juillet 2020[3].

Six jours avant le vote. Il s'agit d'un événement sans précédent dans l'histoire de la République fédérale, car la direction du parquet d'Osnabrück est fermement entre les mains de la CDU[4] (en Allemagne, le pouvoir judiciaire est officiellement politisé), et cette précipitation est évidemment une tentative extrême de discréditer la candidature de Scholz à la chancellerie, étant donné que toutes les agences lui donnent un net avantage[5].

Ce fait ne peut passer inaperçu. L'accusation des magistrats chrétiens-démocrates est que deux employés de la CRF fédérale ont dissimulé des informations importantes dans des cas de blanchiment d'argent soupçonné d'être d'origine criminelle - et la CRF est une agence dépendant du ministère fédéral des finances, qui est dirigé par Olaf Scholz[6].

Avec les informations dont je dispose, je ne peux pas savoir si ces accusations correspondent à la vérité ou non, mais je suis certain d'autres choses :

a) l'État moderne a un besoin urgent d'une unité de police spécialisée qui traite de manière professionnelle (au niveau pénal) la criminalité financière, dont le blanchiment d'argent n'est qu'une des infractions possibles. En Allemagne, cette unité n'existe pas (bien que les Italiens, les Britanniques, les Français et les Espagnols aient démontré depuis de nombreuses années son importance et son efficacité), car lorsqu'il s'est agi de prendre position sur la question en 2009, le ministre fédéral des finances de l'époque, Wolfgang Schäuble (CDU), s'est opposé avec acharnement et combativité à la création d'une telle unité - et le SPD, comme les autres partis, pendant les huit années où Schäuble est resté en fonction, a accepté les choses telles qu'elles étaient[7] ;

b) il y a deux bureaux qui, officiellement, devraient remplacer l'absence de la police fiscale. La première est la BaFin (Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht), soupçonnée d'inefficacité depuis des années et qui fait l'objet d'une enquête depuis plus d'un an, depuis que l'ancien responsable de la structure suisse analogue, le controversé Mark Branson, est à sa tête, accusé (contre certains responsables) d'avoir utilisé des informations confidentielles pour participer à des opérations financières illégales. La BaFin est également sous le contrôle du ministère fédéral des finances, et les problèmes ont commencé lorsque Wolfgang Schäuble était à la tête de ce ministère[8] ;

c) l'autre bureau est la cellule de renseignement financier (CRF), une agence créée en 1995 à l'initiative internationale du groupe dit d'Egmont, c'est-à-dire par les forces de police nationales qui voulaient créer un canal légal pour l'échange d'informations sur la criminalité financière qui éviterait les contraintes des lois nationales sur la juridiction pénale. Pour cette raison, la CRF fonctionne mal et mal, est sous-équipée, n'a aucun pouvoir, ne peut que donner des conseils et échanger des informations. Dans un cas célèbre, celui de la Cité du Vatican, la CRF locale, alors dirigée par le Suisse René Brühlhart, a servi à faire connaître aux banquiers du pape les détails des enquêtes criminelles menées contre eux dans le monde entier[9]. Exactement ce que l'on reproche aujourd'hui à la CRF allemande ;

d) attaquer le ministre parce que la CRF obtient exactement ce pour quoi elle a été créée (c'est-à-dire rien qui ait des conséquences pénales) est une manœuvre de propagande qui dissimule un fait indiscutable. À ce fait, il faut ajouter que la justice allemande n'est pas soumise à l'obligation d'enquête (comme en Italie) et, par conséquent, de temps en temps, selon des critères qui ne sont pas du tout transparents (l'affirmation d'un procureur qu'une certaine enquête criminelle coûterait trop d'argent au trésor public est suffisante pour arrêter toute poursuite) la justice poursuit ou non un criminel selon les intérêts spécifiques d'un certain procureur local.

Mon appréciation des faits : l'attaque contre Scholz est une ânerie. Personne, ni la CDU ni le SPD, n'est irréprochable. Le débat, ainsi lancé, empêchera la seule chose à faire : remettre en cause, une fois pour toutes, la politisation de la justice allemande et obliger les partis à mettre en place une unité spécialisée dans la lutte contre la criminalité financière sur le modèle de la Guardia di Finanza italienne ou du Serious Fraud Office anglais.

[1] https://www.zdf.de/nachrichten/heute-19-uhr/befragung-scholz-finanzausschuss-video-100.html

[2] https://www.staatsanwaltschaft-osnabrueck.niedersachsen.de/startseite/aktuelles/presseinformationen/durchsuchungen-im-bundesministerium-der-finanzen-und-im-bundesministerium-der-justiz-und-fur-verbraucherschutz-204031.html

[3] https://www.spiegel.de/panorama/justiz/verdacht-auf-strafvereitelung-ermittler-gehen-gegen-zoll-spezialeinheit-fiu-vor-a-8d657c7f-f570-4a16-85c0-82134da79905

[4] https://www.sueddeutsche.de/politik/olaf-scholz-durchsuchung-im-finanzministerium-1.5412941

[5] https://www.wahlrecht.de/umfragen/

[6] https://www.spiegel.de/panorama/justiz/verdacht-auf-strafvereitelung-ermittler-gehen-gegen-zoll-spezialeinheit-fiu-vor-a-8d657c7f-f570-4a16-85c0-82134da79905

[7] https://www.wiwo.de/politik/deutschland/vorsitzender-der-gewerkschaft-der-polizei-die-politik-will-nicht-wirksam-gegen-geldwaesche-vorgehen/22662622.html ; https://sven-giegold.de/geldwaesche-bekaempfung-schaeuble-darf-nicht-von-eigenen-versaeumnissen-ablenken/ ; https://mafianeindanke.de/im-kampf-gegen-geldwaesche-und-terrorismusfinanzierung-die-fiu-wechselt-zum-zollkriminalamt/

[8] https://www.manager-magazin.de/politik/deutschland/wirecard-staatsanwaltschaft-frankfurt-leitet-ermittlungsverfahren-gegen-bafin-ein-a-006e7db2-3cf2-4e8a-9024-6a615516f099 ; https://www.sueddeutsche.de/wirtschaft/wirecard-bafin-ermittlungen-1.5262378

[9] http://ibiworld.eu/2021/02/15/golfo-persico-la-guerra-dopo-larmistizio/ ; https://www.adnkronos.com/scandalo-vaticano-brulhart-siamo-davanti-a-un-abbaglio-processuale_1owYr1eWGAzc6IjJQOjLnY

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Accès à l’IVG : des progrès dans la loi, des galères sur le terrain
Alors que le droit à l’avortement est menacé dans le monde, des avancées ont été obtenues en France, dont l’allongement du délai légal. À la veille de la journée mondiale du droit à l’IVG, Mediapart a enquêté sur les freins persistants.
par Alexandre Léchenet et Rozenn Le Saint
Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis