L'entreprise millionnaire pas si secrète du Hezbollah en Gambie

En peu d'années, Banjul, la capitale de la Gambie, un État ouest-africain de seulement 2 millions d'habitants, est devenue l'un des centres névralgiques du Hezbollah. Histoire de deux banques et d'un supermarché

01

Coauteur: Gelena Katkova

La principale activité des milices qui luttent contre les gouvernements nationaux ou contre certains pays considérés comme ennemis (comme les États-Unis, Israël ou l'Union européenne) pour des raisons apparemment religieuses est de générer les énormes sommes d'argent qui sont nécessaires pour organiser et recruter leur armée, pour payer leur fournir des armes, des munitions, de l'essence et des pièces détachées, de payer les salaires des miliciens, de corrompre les responsables politiques des pays hôtes qui les hébergent ou les cachent. Une milice considérée comme l'une des plus efficaces au monde est celle du Hezbollah au Liban, qui gagne près d'un demi-milliard de dollars par an, bien que, parmi les contributions versées par l'Iran, les envois de fonds de partisans étrangers, les entreprises industrielles et commerciales ou les dons[1]. La propagande anti iranienne affirme que le Hezbollah peut compter sur plus de 700 millions de dollars par an uniquement remercient à l'aide de Téhéran[2].

Ce n'est que plus tard, au sein des chefs de ces milices, que vous pensez aux stratégies, aux attaques ou même aux campagnes militaires. C'est pour cette raison que, à partir de 1939, les États-Unis mettent en place un bureau destiné à détruire ces armées avant le combat militaire, en arrêtant leurs revenus économiques[3]. Les premières sanctions contre des pays individuels ou des organisations affiliées ont été décidées par l'alliance entre les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Union soviétique et la France au début de la Seconde Guerre mondiale et visaient à réduire l'offre de monnaie et de matières premières à l'Allemagne hitlérienne[4]. De nos jours, les sanctions sont généralement fixées par le Conseil de sécurité de l'ONU mais coordonnées par un bureau du département du Trésor américain : l'Office of Foreign Assets Control (OFAC)[5].

Il est difficile de dire quelles organisations sont des terroristes et lesquelles sont davantage des mouvements d'opposition – la différence réside dans l'idéologie de l'observateur et, par conséquent, les opinions sur la définition du « terrorisme » sont partagées depuis la naissance des Nations Unies. Depuis 1994, un accord a été conclu sur la définition suivante : « Il s'agit des infractions pénales qui visent ou sont calculées pour provoquer un état de terreur dans la population ou dans un groupe de personnes par des actions politiques humainement injustifiables, indépendamment de considérations politiques philosophique, idéologique, racial, ethnique, religieux ou autre »[6].

En ce sens, le Hezbollah peut difficilement être défini comme une organisation terroriste, même si l'OFAC a mis sur liste noire tous ceux qui ont financé et supporté sa branche armée[7], l'Organisation du Jihad Islamique (OIJ) [8], qui est officiellement dissous, mais qui a à son actif nombreux attentats[9]. Le Hezbollah, qui est né en tant qu'armée panarabe à Beyrouth en 1982 pour empêcher une invasion d'Israël[10], est devenu une armée d'indépendance pendant l'occupation syrienne du Liban (1976-2005)[11]. Après la libération, il est devenu un parti politique qui a influencé de manière décisive le pays : lors des dernières élections, la liste dirigée par Hassan Nasrallah a remporté 16,83% des voix, ce qui en fait le premier parti au Liban[12].

En particulier, après le soulèvement pacifique qui en 2005 a mis fin à la guerre avec la Syrie et contraint les armées locales à reconstruire le système le plus démocratique possible (la soi-disant Révolution du Cèdre[13]), le Hezbollah a été contraint de se diversifier et de rechercher le soutien de l'électorat libanais afin de ne pas être écrasé par les nouvelles alliances au sein du monde arabe – une coalition qui est récemment devenue un allié d'Israël et, dans le contexte de la guerre froide, à laquelle l'Arabie saoudite s'oppose à l'Iran, a décidé d'imposer de sévères sanctions économiques au Hezbollah, justifié avec l'accusation terrorisme[14].

Au début c'était "juste" un centre commercial

Le Kairaba Shopping Centre de Banjul Le Kairaba Shopping Centre de Banjul

L'un des effets de ce changement a été la nécessité de trouver de nouvelles sources de financement – non plus politiquement motivées, mais purement commerciales – et de les trouver en dehors du Liban[15]. Si possible, nettoyez les sources pour éviter la publicité négative des organisations criminelles qui, du moins dans le passé, ont été l'une des côtes du mouvement Hezbollah[16]. Notre histoire raconte comment et pourquoi le Hezbollah, en ce moment historique de crise, a choisi un petit pays d'Afrique de l'Ouest : la Gambie.

Une histoire qui part d'un centre commercial au cœur de la capitale Banjul et porte le nom de la rue sur laquelle elle se trouve : Kairaba, qui signifie « aqueduc » en langue mandingue – car la rue passe à côté de l'ancien aqueduc construit au 18ème siècle par les dirigeants coloniaux anglais pour amener l'eau du fleuve Gambie au quartier le plus peuplé de Serekunda[17]. Le centre commercial Kairaba est unique en son genre et abrite un bureau de poste, un bureau de hawala (maintenant Western Union), un hypermarché de deux étages, un café et dans un bâtiment à côté du hall principal avec des bureaux et de petits appartements en location – tout ça reste ouvert tous les jours de la semaine à partir de 9 h jusqu’à 22 h[18].

Le centre commercial appartient à Kairaba Shopping Center Co. Ltd. Banjul, qui est à son tour détenue par trois actionnaires : le premier est Hicham Nmer Khanafer (également connu sous le nom de Hisham Khanafer), représentant officiel du Hezbollah en Gambie[19], qui travaille principalement dans la mosquée voisine (recrutant des Libanais de la diaspora et collectant des fonds, pour la renvoyer chez elle) – la mosquée qui porte le même nom que la rue[20]. Le second est le consul général du Liban en Gambie, Mohamed Bazzi, qui gère l'argent auquel le président Jammeh « appartient » et avec qui Bazzi a acheté les bâtiments vides qui sont devenus le centre commercial et le Kairaba Beach Hotel[21]. La participation majoritaire absolue est détenue par Tajco Sarl Tire (Liban), qui à son tour appartient à la famille Tajideen, qui vit dans certains des appartements reliés au centre commercial[22].

Tajco est une société d'importation de produits agricoles et alimentaires, de tabac, d'épicerie, de jouets, de bijoux, de pièces de véhicules et d'articles ménagers, qui sont tous transportés du Liban vers l'immense entrepôt d'un côté de la Kairaba. Le centre commercial approvisionne les supermarchés des autres Libanais de la diaspora : Ali Ibrahim al-Watfa, ambassadeur du Hezbollah en Sierra Leone[23], également collecteur d'argent et recruteur bénévole pour les milices au Liban[24]. Abbas Loutfe Fawaz, ambassadeur du Hezbollah au Sénégal[25], qui exerce les mêmes fonctions à Dakar et possède le plus grand supermarché de la capitale sénégalaise[26]. Ali Ahmad Chehade, ambassadeur du Hezbollah en Côte d'Ivoire[27], soupçonné d'avoir protégé et armé le djihadiste Abd Al Munim Qubaysi[28]. Ces personnes, au fil des ans, ont pris de petites participations minoritaires dans Tajco et le centre commercial Kairaba par l'intermédiaire de l'UCCM United Company for Central Market SAL Beyrouth – une société qui vend des produits par des sociétés multinationales dans des entreprises alimentaires en chaque pays habité par Hezbollah[29].

03

Le réseau commercial et d'affaires de la famille Tajideen[30]

Comme déjà mentionné, la famille Tajideen a vécu au début des années 1950[31], après la mort de leur père (Ali Muhammad[32]), originaire du pays libanais, dans la capitale de Sierra Leone, Freetown, puis a passé de nombreuses années en Belgique[33] et au Ghana[34] et enfin à Banjul : Les frères Ali, Husayn et Kassim s'y sont installés, comme de nombreux Libanais de la diaspora, à la recherche d'un pays sous-développé dans lequel investir leur argent et exploiter leur réseau de relations[35].

Lorsque notre histoire a commencé en 1993, le président Jammeh était le seul à savoir tout cela (Tajco, à travers les comptes bancaires de la Jammeh Foundation for Peace, lui a versé 2,55 millions de dollars de pots-de-vin[36]). Par conséquent, il a ensuite été accusé par les tribunaux américains d'être un protecteur et un complice des actions illégales du Hezbollah et de ses partisans pendant les 23 ans du régime gambien[37]. Kassim, qui vivait en Belgique, avec sa femme Huda Saad, remercient les revenues de la société d'import / export Soafrimex NV Antwerp, a été arrêté à Anvers en 2003, puis condamné à deux ans de prison pour contrebande de diamants et financement du terrorisme[38], de la fraude et de l'évasion fiscale (comme sa femme)[39]. Au fil des ans, il y aura de nombreuses poursuites judiciaires contre des membres individuels de la famille Tajideen dans différentes parties du monde (République démocratique du Congo, Maroc, États-Unis, etc.), mais celles-ci n'affecteront en rien la croissance future du groupe, comme les victimes du régime gambien et des attaques du Hezbollah à l’étrangère se plaignent du recours collectif intenté contre elles[40].

Le Hezbollah à Banjul : de Prime Bank à Ecobank

04

Ecobank Gambia, qui a acheté les anciens bureaux de Prime Bank Gambia au 42 Kairaba Avenue

Prime Bank (Gambia) Limited Serrekunda a été fondée le 26 mai 2009[41], mais ses bureaux n'ont ouvert que deux mois plus tard, en juillet[42], car les actionnaires majoritaires, la banque libano-canadienne LCB de Beyrouth[43], souhaitaient se joindre à l'inauguration Hébergement glamour – à cette époque, y compris Prime Bank, il n'y avait que douze banques en Gambie[44]. Les bureaux sont situés dans le complexe du centre commercial Kairaba, le centre commercial dans lequel seuls les produits de l'un des plus grands importateurs agricoles et alimentaires d'Afrique sont vendus : le groupe Tajco[45]. Peu de personnes sont présentes pour l'inauguration de la banque, mais peu de temps après, le président de la LCB, George E. Zard Abou Jaoudé, rend visite au président Yahya Jammeh[46]. Ce sont de si bons amis que Jaoudé, en quittant la réunion, a déclaré à la presse : « Le président Jammeh est un aimant pour les investisseurs. Il est une personnalité très importante au niveau international et encourage tous les investisseurs à investir en Gambie »[47].

Pourquoi tant de sympathie ? Car Jammeh Jaoudé soutient le projet : LCB aurait contrôlé 80% des actions, dont 29% uniquement en fiducie, car les vrais actionnaires ne peuvent pas apparaître[48]. Les 20% restants seront souscrits par les gérants de LCB avec l'intention de les revendre ultérieurement à des investisseurs gambiens[49]. La liste des actionnaires secrets est évidemment la plus intéressante : elle comprend environ 5% d'un trafiquant de drogue et d'uranium bien connu dans le monde[50], un Colombien d'origine libanaise, Ayman Saied Joumaa, qui est étroitement associé au Hezbollah[51] et qui est à l'OFAC depuis de nombreuses années, pour ses activités criminelles, a été mises sur liste noire[52].

05

La mince bande de terre (pas plus large que 25 km, seulement 350 km de long) qui longe le fleuve Gambie et forme le territoire de l'un des plus petits pays du continent noir

Son nom n'est pas le seul important sur la liste. Comme nous l'avons déjà décrit, il y a aussi noms comme celui de Hisham Khanafer (chef du Hezbollah en Gambie), celui de Hajj Hussein Tajal Din[53], sa société Tradex SAL Beyrouth, Ali Ibrahim al-Watfa (chef du Hezbollah en Sierra Leone) – noms, qui sont connus dans le monde entier comme Abbas Loutfe Fawaz (chef du Hezbollah au Sénégal) et Ali Ahmad Chehade (chef du Hezbollah en Côte d'Ivoire)[54]. Ils sont tous libanais de la diaspora : à commencer par la guerre contre l'Empire ottoman en 1860, puis en plusieurs vagues, à cause de la guerre ou de la misère, plus de 8 millions de Libanais ont quitté le pays au cours des 160 dernières années. Ils ont de nouvelles racines dans les pays où ils vivent aujourd'hui, c'est pourquoi il y a aujourd'hui au moins 12 millions de personnes d'origine libanaise dans le monde, alors que le Liban ne compte que 4 millions d'habitants[55].

La diaspora libanaise est composée de commerçants, banquiers, scientifiques, artistes (Shakira en Colombie, Selma Hayek, Omar Sharif et Paul Anka aux États-Unis, le guitariste Deep Purple Tommy Bolin et mille autres[57]) et des conseillers politiques en Afrique[58] – notamment au Ghana Côte d'Ivoire, Sénégal, Gambie, Nigéria, Sierra Leone[59]. Banjul, à 160 km de Dakar à vol d'oiseau et à 660 km de Freetown, est un endroit calme qui a obtenu son indépendance en 1964 mais qui est fermement ancré dans le Commonwealth et jouit de la paix depuis plus de 20 ans sous la direction du Premier ministre Dawda Kairaba Jawara[60]. Des années qui se sont terminées amèrement avec la montée en puissance de Yahya Jammeh : un dictateur qui apportera misère, corruption et violence pendant 23 longues années[61]. Lorsque le Hezbollah décide de créer une banque à l'abri des regards indiscrets et dans un endroit où il y a un gouvernement ami, il choisit la Gambie de Jammeh.

06

Répartition géographique de la diaspora libanaise[56]

La Prime Bank est un succès instantané car elle gère un bureau hawala[62] et l'un des membres du groupe Western Union[63] : la Gambie, même si c'est un petit pays de seulement deux millions d'habitants, est extrêmement interethnique et le groupe le plus important, les Mandinkas, ne représentent qu'un tiers de la population. En raison de la faiblesse de l'État, au moins un tiers de la population vient d'ailleurs, est en fuite ou est un immigré clandestin à la recherche de travail[64] et errant entre la Gambie et le Sénégal[65]. Les Gambiens qui vivent à l'étranger contribuer avec environ 220 millions de dollars chaque année à l’économie Libanaise avec leurs envois de fonds[66] – dans un pays dont le PIB est d'un peu plus de 5,5 milliards de dollars[67].

En 2012, la CBG Central Bank of Gambia modifie les règles applicables aux banques et augmente le capital minimum qui doit être déposé auprès de la CBG pour obtenir une licence : 200 millions de dalasi – soit 3,8 millions de dollars[68]. C'est en fait une mesure qui permet aux banques de garantir leur solvabilité, mais elle déclenche une vague de panique à Banjul[69] : la Prime Bank et de nombreuses autres banques en Gambie font faillite et ferment[70]. L'histoire pourrait se terminer ici ... et pourtant ça ne marche pas. Une semaine après la fermeture de la Prime Bank Gambia, Ecobank Gambia a ouvert sa succursale à sa place[71]. Les actionnaires d'Ecobank sont des autres Libanais : Mohammad Ibrahim Bazzi et son fils Wael – tous deux liés au Hezbollah[72]cet endroit eux-mêmes dont le bureau dans le complexe du Kairaba Shopping Centre, dans le supermarché qui ne vend que des produits de le plus grand importateur agricole et alimentaire de Gambie, le groupe Tajco[73]. Mohammed Bazzi a vécu à Banjul avant même l'ouverture d'Ecobank : il était partenaire du président Jammeh, qui, grâce à l'argent du Hezbollah, a d'abord accédé à la présidence puis au luxe[74]. Bazzi et Jammeh ont fondé conjointement les entreprises qui importent des voitures, de l'essence et de l'essence de Gambie : Global Trading Group NV, Euro African Group Ltd.[75], Africa Middle East Investment Holding SAL, Premier Investment Group SAL et Car Escort Services SAL[76] – toutes des sociétés enregistrées à Beyrouth mais également basées à Banjul. Euro African importe les produits de Total et détient les droits exclusifs sur les stations-service du pays[77]. Bazzi est à Banjul en tant que consul général du Liban, mais en réalité, il protège non seulement avec Jammeh mais aussi les revenus illégaux du président[78] et en utilise une partie pour son propre commerce d'armes au profit du Hezbollah[79]. Ce n'est que lorsque le président aujourd'hui déchu sera reconnu coupable de vols et de violations répétées des droits de l'homme par son régime[80] en 2017 que le nom de Bazzi se retrouvera dans le cyclone[81] et sera mis sur la liste noire par l'OFAC en tant que terroristes internationaux[82]. Ecobank Gambia existait déjà avant Prime Bank : elle a été fondée en 2007, mais était initialement une société purement financière qui abritait une succursale de Hawala[83] et n'a demandé une licence bancaire à la CBG que deux ans plus tard[84]. Aujourd'hui, plus d'une décennie plus tard, Ecobank Gambia compte 39 000 titulaires de comptes et six succursales à travers le pays[85]. Le Hezbollah a officiellement vendu Lomé (97,4%) à Ecobank Transnational Inc. et seul un petit pourcentage est entre les mains de Group Investment Gambia Ltd. Banjul (2,6%), dont on ne sait rien[86]. La holding, enregistrée au Togo en 1985, est la plus grande banque panafricaine (en nombre de titulaires de comptes) et dispose d'une large base d'actionnaires de 33 pays différents du continent noir[87].

Le Hezbollah achète au Canada : l'histoire de la LCB

07

Le siège de la Lebanese Canadian Bank à Beyrouth

George E. Zard Abou Jaoudé est né en 1952 (donc pendant le boom économique libanais[88]) et a étudié l'art et l'architecture à l'Université américaine de Beyrouth. En 1976, il a obtenu un emploi chez Modern Design Company Ltd à Riyad[89] : Une entreprise sous contrôle français et sous la direction de l'architecte florentin Giuseppe Banci, qui a restauré et embelli l'ensemble du palais royal saoudien entre 1976 et 1988[90]. Grâce à la notoriété de ce projet, Jaoudé devient l'un des architectes les plus en vogue d'Arabie[91] et est en réseau avec de nombreux entrepreneurs associés à la famille Al Sa'ud, jusqu'en 1988, sur leurs conseils, il rachète BAE Banque d'Activités Économiques à Beyrouth – une institution fondée il y a vingt ans par la Banque Royale du Canada, avec la réputation de protéger les fonds mis à disposition pour financer les milices chrétiennes maronites au Liban[92]. Jaoudé change bien sûr le style et la clientèle de BAE et renomme la banque LCB Banque libanaise canadienne de Beyrouth[93]. Dans les années qui ont suivi, la banque a financé l'explosion de la carrière de Jaoudé dans les médias, dans l'écologie, mais surtout dans la construction[94].

L'ascension de Jaoudé n'est pas sans conséquences. Après les premières rumeurs sur des clients qui gagnaient de l'argent dans l'ombre de la contrebande et du blanchiment d'argent (également en raison des transactions opaques de la succursale congolaise Sofibanque Sprl Kinshasa[95]) étaient déjà arrivées en 2001 (des clients qui 2009 rapportaient à LCB plus de 5 milliards de dollars en fonds d'investissement[96]) en 2011, une première affaire pénale a été ouverte aux États-Unis sous l'accusation formelle de faire partie d'un réseau financier international qui soutient le trafic de drogue mondial et l'achat d'armes au Hezbollah[97] : « Ce réseau a transporté des drogues illicites à travers l'Afrique de l'Ouest de l'Amérique du Sud vers l'Europe et vers transporté au Moyen-Orient et blanchi des centaines de millions de dollars par mois par le biais de comptes chez LCB et par le blanchiment d’argent lié au commerce des biens de consommation dans le monde entier, y compris par le biais de concessionnaires automobiles aux États-Unis »[98].

Qu'est-il arrivé ? Que la banque du Hezbollah, Bank Al-Madina SAL Beirut, se soit noyée dans un scandale financier, criminel et politique lié à l'assassinat du Premier ministre libanais Rafiq Hariri (2005)[99], et LCB a acheté les succursales de la faillite[100]. De toute évidence, la plupart des nouveaux clients sont des membres du Hezbollah[101], et LCB leur propose un nouveau système, plus moderne et plus sûr pour transférer de l'argent de l'étranger vers Beyrouth et du Liban vers des partenaires commerciaux, militaires et criminels du monde entier[102].

Le contact qui change tout est l'entrée dans l'entreprise de Munir Al-Kaloti, un joaillier jordanien d'Abou Dhabi, qui a fondé le groupe Kaloti Jewellery en 1988[103] et a commencé à se développer dans le monde entier en moins d'une décennie. Son succès a été vu en entrant dans le commerce mondial de l'or[104] jusqu'à ce que Kaloti devienne l'un des plus grands négociants en or du Moyen-Orient[105]. La DEA américaine a découvert en 2010 qu'il y avait plusieurs trafiquants d'armes et de drogue parmi les clients de Kaloti et que grâce à la LCB ils convertissaient des marchandises en argent ou en or. Kaloti leur a permis de garantir l'anonymat de toutes les parties à l'entreprise – jusqu'à ce que la police américaine commence à collecter des preuves[106]. La DEA note que les livraisons de cocaïne seront achetées en espèces et déposées auprès de la LCB dans les comptes de deux sociétés dont les propriétaires sont inconnus : Salor DMCC Dubai et Trading Track Company Ltd. Cotonou (Bénin)[107].

En 2014, l'enquête sur Kaloti s'est étendue au Parquet fédéral suisse, car il s'est avéré qu'entre 2007 et 2015 des transactions suspectes et injustifiables[108] totalisant 9,3 milliards de dollars étaient effectuées entre la LCB, Kaloti Jewellery et certaines banques et raffineries d'or suisses[109]. En 2015, une procédure civile sera ouverte à New York contre Jaoudé, la direction de LCB, et un actionnaire minoritaire, Nest Investments Group[110], accusant Jaoudé d'avoir ruiné la banque par son trafic criminel et sa protection des actifs du Hezbollah[111].

08

Le mécanisme de contrebande et de blanchiment d'argent qui se concentre sur la LCB et les services du joaillier Munir Al-Kaloti d'Abu Dhabi[112]

Les actionnaires de Nest découvrent que l’un des dirigeants de la LCB, Ahmad Ibrahim Safa, est le gendre d’Amin Muhammad Cherri, un député libanais du parti Hezbollah[113], ainsi qu’un actionnaire du groupe de communication libanais et partenaire d’Adham Tabaja – l’un des dirigeants de la Hezbollah. Selon les avocats de Nest, le gouvernement libanais a aggravé la situation en dissimulant les méfaits de Jaoudé[114]. Le département du Trésor note également que l'argent que l'Iran a versé au Hezbollah passe également par la LCB, par l'intermédiaire de l'ambassadeur de ce parti à Téhéran, Abdallah Safieddine[115], qui travaille à déguiser les transactions avec un comptable du Hezbollah, Mohammed. Ibrahim, c'est fait – et avec Bazzi, qui avait travaillé pour la banque centrale iranienne pendant deux ans[116]. Bazzi est la personne qui, il y a de nombreuses années, a choisi la Gambie pour investir de l'argent, effectuer des transactions hors du regard des Occidentaux et du Moyen-Orient[117], et a donc cofondé Ecobank d'abord, puis Prime Bank Gambia[118].

Le Hezbollah et la drogue colombienne

09

Le schéma publié par le département du Trésor américain explique les relations criminelles d'Ayman Sayed Joumaa[119]

Si vous lisez ce carrousel de noms, d'entreprises, d'allégations, vous perdez rapidement de vue le cœur du problème. Il y a plus de 20 ans un banquier de la charia (la loi coranique qui prétend dans le domaine économique nier la nature du capitalisme et lui interdire de s'enrichir d'intérêts bancaires ou de contrats d'assurance) m'a expliqué exactement lequel devrait être : la vraie question. Les forces du monde en développement face à Goliath sont moins que le nœud coulant de David. Ils ne possèdent même pas les miettes de concentration de liquidités, de ressources minérales et naturelles, de compétences industrielles et technologiques nécessaires pour grandir, progresser et régner par rapport à l'Occident.

C'est pourquoi vous commencez à faire du commerce de l'agriculture et de la nourriture, mais si vous essayez de créer un parti et une armée comme le Hezbollah, cela prend dix fois plus de temps : quelque part, vous devez être en mesure de retirer cet argent. Le seul moyen rapide et efficace pour y arriver jusqu'ici est d'utiliser les moyens du crime organisé, qui sont une sorte de métronome régulateur du capitalisme positiviste. Le produit absolument légitime du commerce agricole et alimentaire est utilisé pour financer les banques, qui à leur tour utilisent ce capital pour garantir les transactions qui génèrent plus de revenus : drogues, armes, esclavage. C'est pourquoi un mouvement comme le Hezbollah, en dehors des proclamations pseudo-religieuses, prend racine là où le sens de la loyauté de la diaspora libanaise les conduit à coopérer avec leurs compatriotes et à leur confier leurs économies.

Malheureusement, cela ne suffit pas et cela ne fonctionne pas tout seul. Retour sur le système que Bazzi, les Tajideen et la famille Jaoudé ont construit avec Tajco, le Kairaba Shopping Center et la LCB : avec le temps, la hausse des coûts de la structure parallèle (Hezbollah) accable la banque, surtout lorsqu'elle est en difficulté à l'échelle mondiale et, pour survivre, doit négliger ou même escroquer les titulaires de compte d'origine pour avoir sollicité l'aide d'autres personnes, en particulier les barons de la drogue. Comme indiqué, le LCB est presque immédiatement contraint d'agir en tant qu'intermédiaire dans le trafic d'héroïne, évalué à environ 200 millions de dollars par mois, organisé par Ayman Saied Joumaa en Amérique du Sud (et commercialisé au Liban)[120].

Ce dernier dirige un cartel de trafiquants de drogue et d'êtres humains appelé Los Zetas au Mexique[121], mais est découvert lorsque son lieutenant Chekri Mahmoud Harb dit à un flic infiltré[122] en 2007 quelle partie de l'argent a été versée au LCB ; que l'argent provient du commerce de la cocaïne et que sera utilisé pour financer le Hezbollah[123]. Pendant près de cinq ans, cette astuce reste sans preuves jusqu'à ce que Joumaa devienne avide et achète le Caesars Park Hotel à Beyrouth avec de l'argent tiré de comptes avec le LCB[124], qui a également financé la résistance armée palestinienne, le Hezbollah[125] et la traite des êtres humains. Le même argent qui a été déposé en garantie d'acheter de la drogue à Los Zetas[126] et de la nourriture pour Tajco[127] et les autres commerçants libanais en Afrique de l'Ouest[128].

Lorsque les pays occidentaux ont déclenché le piège des sanctions, le Hezbollah ordonne à Jaoudé, Bazzi et les autres de vendre la banque afin de sauver LCB et d'éviter que les comptes chèques capturés dans le monde ne soient gelés puis confisqués – et choisit une autre institution amie comme acheteur, la SGBL Société Générale de Banque au Liban SAL Beirut (SGBL), qui achète à la fois les actifs de Prime Bank Gambia afin d'assurer la continuité des comptes courants des petits clients[129] et de la LCB[130]. La DEA américaine proteste contre les autorités libanaises, affirmant qu'il existe au moins 200 comptes bancaires LCB suspects[131]. Cependant, les Américains craignent davantage que de cette façon, tous les gestionnaires et employés de la Prime Bank et de la LCB restent dans le système[132]. Les fonds de la Fondation Martyrs, qui opère à la fois au Liban et en Palestine et est considérée comme le bras financier du jihad pro-iranien, ne sont même pas touchés[133].

Les cadres de la SGBL réduisent les effectifs de 720 à 370 unités et clôturent lentement les comptes courants déjà identifiés par les autorités américaines[134]. Mais cela ne suffit pas. Aujourd'hui, la SGBL se bat pour éviter une condamnation qui les forcera à être inscrites sur la liste de l'OFAC et, pire, à payer des milliards dans les recours collectifs américains[135]. La guerre contre le Hezbollah, déclarée par les États-Unis en 2010[136], ne s'arrête pas (comme le djihad dans les territoires libanais) : aujourd'hui le FPM (Free Patriotic Movement[137]) est le parti qui compte le plus de parlementaires au Liban et au Hezbollah. Il devrait viser à gagner le pouvoir politique lors des élections de 2022 sans avoir à utiliser d'armes – ce que leurs dirigeants hésitent à faire[138].

Washington répond en affirmant que l'horrible incident du 4 août 2020 à Beyrouth pourrait être un attentat à la bombe du Hezbollah, et lorsque cette thèse s'avère infondée, il fait valoir que l'industrie des engrais, qui alimente les milliers d'agriculteurs et ... Soutient les entreprises alimentaires qui sont dispersées à travers l'Afrique, à moins qu'elles ne représentent une menace pour la sécurité des villes – car les engrais comme celui qui s'est produit à Beyrouth peuvent exploser à tout moment[139]. L'administration Trump a progressivement mis sur liste noire de nombreux dirigeants du FPM de l'OFAC, à commencer par ce qui est considéré comme le candidat le plus crédible pour le futur poste de Premier ministre : Gebran Bassil[140].

Cependant, cela ne peut pas changer la réalité de la diaspora libanaise – et du Hezbollah – en Gambie. Le centre commercial Kairaba appartient toujours à Tajco, c'est toujours le plus grand supermarché d'Afrique de l'Ouest, et le nombre de Libanais vivant et travaillant en Gambie continue de croître[141], les réseaux sociaux ont développé des applications visant à rencontrer les enfants et les petit-enfants de l’émigration Libanais[142]. Ecobank est toujours là où se trouvaient les bureaux de Prime Bank, et les proches de la famille Tajideen sont toujours logés dans les appartements de l'avenue Kairaba. Au fil des ans, je suis de plus en plus convaincu que le banquier arabe à qui j'ai parlé il y a vingt ans disait la vérité quand il m'a dit qu'un homme qui vit en paix avec sa famille a un bon travail et dont les enfants ont de solides perspectives d'avenir, ne ressentent pas le désir de se vêtir de grenades et de se faire sauter devant un bâtiment, mais il vit sa vie à la recherche du bonheur – qu’il soit Hezbollah ou pas.

 

 

[1] https://www.washingtoninstitute.org/policy-analysis/view/Hezbollah-finances-funding-the-party-of-god

[2] https://www.thenationalnews.com/world/the-americas/iran-pays-Hezbollah-700-million-a-year-us-official-says-1.737347

[3] https://www.linkedin.com/pulse/birth-ofac-rise-global-sanctions-paul-camacho/ ; https://www.acamstoday.org/birth-of-ofac-and-the-rise-of-global-sanctions/

[4] https://www.linkedin.com/pulse/birth-ofac-rise-global-sanctions-paul-camacho/

[5] https://home.treasury.gov/policy-issues/office-of-foreign-assets-control-sanctions-programs-and-information

[6] https://www.law.kuleuven.be/iir/nl/onderwijs/terrorisme/GAres51e210.htm ; https://www.juragentium.org/topics/wlgo/cortona/en/williams.htm

[7] https://english.aawsat.com//home/article/2151186/us-blacklists-lebanese-individuals-entities-over-Hezbollah-links

[8] Matthew Lewitt, “Hezbollah: The Global Footprint of Lebanon's Party of God”, Hurst Publishers, London 2013

[9] Lawrence Wright, Looming Tower: Al Qaeda and the Road to 9/11”, Knopf, New York 2006

[10] http://news.bbc.co.uk/2/hi/middle_east/4314423.stm

[11] Robin Wright, “Sacred rage”, Simon & Schuster, New York 2001, pages 15-16, 73, 85-86, 95-112; Fred H. Lawson, "Syria's Intervention in the Lebanese Civil War, 1976: A Domestic Conflict Explanation", in “International Organization”, volume 38, Cambridge University Press, Cambridge 1984, pages 451–480; https://www.aiswest.com/uploaded/2018_Summer_Work/History/Syrian_Intervention_in_Lebanon_1975-76_A_failure_of_strategy.pdf

[12] http://www.interior.gov.lb/AdsDetails.aspx?ida=281

[13] Pierre Blanc, “La Syrie au Liban : retour sur une fin d'occupation”, in “Confluences Méditerranée”, volume 3, L’Harmattan, Paris 2005, pages 201-215 – see https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=COME_054_0201&DocId=32732&hits=4087+4078+4070+1131+1122+1008+1001+

[14] https://edition.cnn.com/2017/11/19/middleeast/saudi-arabia-iran-arab-league/index.html

[15] Matthew Lewitt, “Hezbollah Finances – Funding the Party of God”, The Washington Institute, Washington 2015

[16] https://www.jpost.com/International/US-Treasury-takes-new-action-against-Hezbollah-funders-310871 ; https://www.aljazeera.com/news/2008/10/25/nasrallah-decries-propaganda/ ; https://www.alarabiya.net/articles/2011/12/22/184043.html

[17] Pjilip Briggs, Simon Fenton, “The Gambia, 2nd: The Bradt Travel Guide”, Bradt Travel Guides, Chesham (UK) 2017 – see https://www.bradtguides.com/product/gambia/

[18] https://www.accessgambia.com/information/tajco.html

[19] https://www.nytimes.com/2013/06/12/world/middleeast/us-hits-Hezbollah-with-new-sanctions.html

[20] https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/Pages/jl1980.aspx

[21] https://allafrica.com/stories/201811260290.html

[22] https://www.osenlaw.com/sites/default/files/BartlettAmended-2019-cv-00007.pdf, page 184-190; https://www.gfatf.org/archives/tajco/

[23] https://www.counterextremism.com/extremists/ali-ibrahim-al-watfa

[24] https://www.counterextremism.com/extremists/ali-ibrahim-al-watfa ; https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/Pages/jl1980.aspx

[25] https://www.afrik.com/senegal-les-usa-denichent-un-chef-du-Hezbollah-a-dakar

[26] https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/Pages/jl1980.aspx ; https://www.afrik.com/senegal-les-usa-denichent-un-chef-du-Hezbollah-a-dakar ; https://www.nytimes.com/2013/06/12/world/middleeast/us-hits-Hezbollah-with-new-sanctions.html ; https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/Pages/jl1980.aspx

[27] https://www.reuters.com/article/us-usa-treasury-Hezbollah-idUSBRE95A15620130612

[28] https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/Pages/jl1980.aspx

[29] https://www.linkedin.com/company/united-company-for-central-markets---uccm

[30] https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/Pages/tg997.aspx

[31] https://www.africaportal.org/publications/war-and-peace-in-sierra-leone-diamonds-corruption-and-the-lebanese-connection/ ; https://media.africaportal.org/documents/6_War-Peace_sierraleone_Eng-Nov2002.pdf – see pages 10-12

[32] https://www.gfatf.org/archives/hassan-ali-tajideen/

[33] https://media.africaportal.org/documents/6_War-Peace_sierraleone_Eng-Nov2002.pdf

[34] https://www.gfatf.org/archives/hassan-ali-tajideen/

[35] https://www.reuters.com/article/us-hsbc-launder-sidebar-idUSBRE86C19I20120713 ; https://www.gfatf.org/archives/tajco/ ; https://www.gfatf.org/archives/hassan-ali-tajideen/

[36] https://www.osenlaw.com/sites/default/files/BartlettAmended-2019-cv-00007.pdf, page 203

[37] https://www.osenlaw.com/sites/default/files/BartlettAmended-2019-cv-00007.pdf, pages 201-205, 329

[38] http://www.idexonline.com/FullArticle?id=32413

[39] https://www.ajc.org/news/Hezbollahs-international-presence-and-operations#_ftn71 ; https://www.occrp.org/en/goldensands/profiles/mohamed-tajideen ; http://www.idexonline.com/FullArticle?id=32413

[40] The Tajideeen family controls the following assets: a) Kairaba Supermarket: Kairaba Supermarket is a subsidiary business of Tajco Ltd, with both companies naming Husayn Tajideen as the same point of contact and manager and using the same primary business address; b) Congo Futur, Kinshasa (AKA Group Congo Futur AKA Congo Futur Import): Congo Futur was expanded from commodities export to real estate, construction and logging. Illegal logging in DRC became a mechanism to expand into a lucrative field through Trans-M company (a subsidiary of Congo Futur), both owned by Ahmed Tajideen. Lately Trans-M changed its name into Cotrefor Ltd Kinshasa and Ahmed Tajideen was removed from its Shareholders, but the company was still operating as a subsidiary of Congo Futur. The company is one of the biggest logging trade companies in DRC (exporting rainforest timber mostly to the US). It has built a lot of modern luxury complexes in Kinshasa including Crown Towers and Futur Towers. Moreover, it controls the import of foodstuff in Congo, and is active in the manufacturing sector owning factories that produce plastic goods and processed foods. The company also stands accused of logging far beyond legal limits, dodging taxes and subjecting its workers to conditions akin to modern-day slavery; c) Ovlas Trading SA Tortola: In the 2000s, to facilitate the trade with Latin America and with the legal advice of Mossack Fonseca, the entity set up Ovlas Trading SA and the subsidiary, Ovlas Commodities SA Tortola (BVI), to disguise ownership. Ahmad Tajideen (AKA Tajiddin), Nadine Tajiddin and Nejmee Jaber-Tajiddin are the company’s Shareholders. Both companies have Lebanese ties and an address in Beirut; d) Golfrate Holdings (Angola) Lda Luanda: Kassim Tajideen acquired Luanda-based Golfrate Holdings (Angola) Lda in 2005 from a Malawian born British citizen. The company is believed to be Angola’s leading producer and distributor of essential consumer goods, employing more than 1,400 people and supplying a wide network of retail stores, supermarkets, etc. Nowadays Golfrate is a wholly owned subsidiary of Ovlas Trading, with part of its main operations located in Angola. Its subsidiaries: Golfrate Distribution Lda, Golfrate Food Industries Lda, Golfrate HPC Industries Lda, Golfrate Paints (Tintas de Dyrup) Lda; e) Afri Belg Commercio e Industria Lda Luanda, Angola: Afri Belg Commercio e Industria Lda, is a subsidiary of Ovlas Trading, and is presided over by Kassim Tajideen. The company has the following subsidiaries: Afri-Belg Supermercados, Cash&Carry retail Stores, Afri-Belg Construction and Afri-Belg Agriculture; f) Grupo Arosfran Empreendimentos e Participaçoes Sarl Luanda (Grupo Arosfran): Kassim Tajideen founded Grupo Arosfran in Luanda, Angola, in November 1991. He has been the primary decision maker and leader of Grupo Arosfran and a member of the Board of Directors. Grupo Arosfran is listed as either a branch or a subsidiary of Ovlas Trading on multiple international business websites; g) Afroliner NV Antwerpen – related to Kassim Tajideen; h) Epsilon Trading FZE Sharjah, UAE – Kassim Tajideen owned, controlled and benefited from this company. Thus, the United Arab Emirates (UAE) became a necessary location for transshipment and bank funding; i) ICTC International Cross Trade Company Ltd UAE – Kassim Tajideen owned, controlled and benefited from this company. Epsilon and ICTC are were front companies that helped redirect shipments and money flows; j) SICAM Lda Luanda, Angola controlled by Kassim Tajideen, used to procure and distribute goods throughout the world, including the United States; k) Angola became a logistical hub for acquiring and moving goods between Europe and Africa. However, the companies were likely front companies for the smuggling of conflict diamonds from troubled countries such as Angola, Democratic Republic of Congo (DRC), Liberia, the Republic of the Congo and Sierra Leone into Europe. Even after the Kimberley Process established restrictions on the sale of conflict diamonds in 2003, the diamond trade was likely what fueled the company’s profits and expansion – see https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/Pages/tg997.aspx ; https://www.globalwitness.org/documents/18809/unsanctioned_trade_2017_lowres.pdf ; https://www.globalwitness.org/en/campaigns/forests/us-consumers-risk-funding-Hezbollah/ ; https://www.globalwitness.org/en/campaigns/democratic-republic-congo/exporting-impunity/ ; http://www.idexonline.com/FullArticle?id=32413 ; https://offshoreleaks.icij.org/nodes/10105384 ; https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/Pages/tg997.aspx ; https://www.justice.gov/opa/press-release/file/952071/download ; https://sanctionsalert.com/indictment-of-lebanese-businessman-tajideen-points-to-bold-methods-of-sanctions-enforcement-by-doj-and-may-trigger-compliance-headaches-for-banks/ ; https://www.acamstoday.org/lessons-learned-from-kassim-tajideen-case/

[41] 04.08.2016 Prime Bank Gambia, Worldbox Gambia

[42] https://allafrica.com/stories/200905280397.html

[43] https://www.federalregister.gov/documents/2011/02/17/2011-3346/finding-that-the-lebanese-canadian-bank-sal-is-a-financial-institution-of-primary-money-laundering

[44] https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/Pages/tg1057.aspx https://web.archive.org/web/20140719122332/http://observer.gm/africa/gambia/article/another-new-bank-inaugurated

[45] https://directory.africa-business.com/business/24933815f5/Kairaba-Shopping-Centre--Tajco-Ltd-- ; https://www.accessgambia.com/information/tajco.html ; https://www.gfatf.org/archives/kairaba-shopping-center/

[46] https://allafrica.com/stories/200905280397.html

[47] https://allafrica.com/stories/200905280397.html

[48] 29.11.2013 Prime Bank Gambia Ltd; Securities Data Company Worldwide Mergers & Acquisitions – Complete Financials/Multiples Reports

[49] https://lb.linkedin.com/in/mona-choueifaty-5a888021 ; https://rocketreach.co/lebanese-canadian-bank-profile_b5c7d033f42e0d5d ; http://www.1stlebanon.net/liban/lebcanbank/managementfr.html

[50] Joumaa ed i suoi soci controllano il 5% attraverso le loro società: C&D Cargo SA Panama (liquidata nell’aprile del 2012, https://opencorporates.com/companies/pa/412442), Monte Grande Internacional SA Panama (che si è fusa con la prima nel gennaio del 2010, https://opencorporates.com/companies/pa/647375), Goldi Electronics SA Panama (attiva, https://opencorporates.com/companies/pa/642962), Zona Libre International Market SA Panama (fusa con C&D nel 2010, https://opencorporates.com/companies/pa/363386), ed infine una società commerciale degli Hezbollah, con uffici a Beirut, Cairo, Cotonou e Banjul, la Phenicia Shipping Offshore Sarl Beirut (https://sanctionlaw.com/ofac-kingpin-sdn-designations-come-pouring-in/#.X5vwSYhKjIU). Quando il clan Joumaa, nel 2011, verrà inserito nella black-list, le azioni di queste società verranno date in gestione, fiduciariamente, alla SGBL Société Génerale de Banque au Liban SAL Beirut, che, poco più tardi, acquisterà anche la LCB (https://libnanews.com/la-sgbl-rachete-la-lebanese-canadian-bank/)

[51] https://www.facebook.com/notes/daphne-de-bichonville/the-uranium-route-from-venezuela-to-iran/462333560488183

[52] https://www.federalregister.gov/documents/2016/04/07/2016-07980/unblocking-of-specially-designated-nationals-and-blocked-persons-pursuant-to-the-foreign-narcotics ; https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/pages/jl0196.aspx ; https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/Pages/tg1035.aspx

[53] https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/pages/tg997.aspx

[54] https://www.longwarjournal.org/archives/2013/06/treasury_designates.php

[55] https://www.lstatic.org/PDF/demographenglish.pdf

[56] https://identitychef.wordpress.com/2009/09/06/lebanese-diaspora-worldwide-geographical-distribution/

[57] https://en.wikipedia.org/wiki/Lebanese_diaspora

[58] https://web.archive.org/web/20131224114050/http://english.al-akhbar.com/node/14884

[59] https://www.lstatic.org/PDF/demographenglish.pdf

[60] Ousainou Darboe, “Gambia's Long Journey to Republicanism: A Study in the Development of the Constitution and Government of the Gambia”, University of Ottawa, Ottawa 1979

[61] David Perfect, “The Gambia under Yahya Jammeh: an Assessment”, in “The Round Table – The Commonwealth Journal of International Affairs”, volume 99, Taylor & Francis, London 2010, pages 53-63; https://www.freedomnewspaper.com/2015/09/04/the-gambian-dictator-who-kills-his-own-family-members-to-stay-in-power/ ; https://gainako.com/president-jammehs-threats-mandinkas-gambia-irresponsible-repugnant-national-leader/ ; https://www.hrw.org/news/2019/06/26/gambia-women-accuse-ex-president-sexual-violence ; https://gambianewstoday.com/govt-jet-used-for-arms-trafficking-report-2/

[62] https://www.infomigrants.net/en/post/15630/five-things-to-know-about-migrant-remittances ; https://www.treasury.gov/resource-center/terrorist-illicit-finance/documents/fincen-hawala-rpt.pdf

[63] https://location.westernunion.com/gm/-/banjul/34d27687e7c10df0b56ffbc46d7e9ce7

[64] https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/ga.html, topic People and Society

[65] https://deeply.thenewhumanitarian.org/refugees/community/2017/01/19/as-gambias-crisis-grows-refugees-face-struggle-for-asylum-in-senegal

[66] http://gambiandiaspora.net/wp-content/uploads/2019/08/DFTR2-Report-Jun-2019-1.pdf

[67] https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/ga.html, topic Economy

[68] CBG Annual Report 2012, page 63; FOROYAA Newspaper (Serrekunda) “12 Banks meets D200 million minimum capital requirement, Prime Bank (Gambia) ltd went into voluntary liquidation”, January 22, 2013. https://allafrica.com/stories/201301220903.html ; https://thepoint.gm/africa/gambia/article/depositors-told-to-withdraw-savings-from-prime-bank

[69] http://gambianewsonline.blogspot.com/2013/01/prime-banks-liquidation-creates-panic.html

[70] https://thepoint.gm/africa/gambia/article/depositors-told-to-withdraw-savings-from-prime-bank

[71] http://www2.cbg.gm/finance-system/thebanks.html

[72] https://now.mmedia.me/lb/en/nownews/Hezbollah_buying_iranian_arms_from_gambia_paper_reports1 ; https://www.gfatf.org/archives/wael-bazzi/

[73] https://directory.africa-business.com/business/24933815f5/Kairaba-Shopping-Centre--Tajco-Ltd-- ; https://www.accessgambia.com/information/tajco.html ; https://www.gfatf.org/archives/kairaba-shopping-center/

[74] https://rewardsforjustice.net/english/lebanese_hizballah_financial_network.html

[75] https://www.occrp.org/en/greatgambiaheist/the-inner-circle-that-helped-jammeh-steal-a-billion-dollars

[76] https://rewardsforjustice.net/english/lebanese_hizballah_financial_network.html

[77] https://www.occrp.org/en/greatgambiaheist/the-inner-circle-that-helped-jammeh-steal-a-billion-dollars

[78] https://www.occrp.org/en/greatgambiaheist/the-inner-circle-that-helped-jammeh-steal-a-billion-dollars

[79] https://www.freedomnewspaper.com/ ; https://now.mmedia.me/lb/en/nownews/Hezbollah_buying_iranian_arms_from_gambia_paper_reports1

[80] https://www.counterextremism.com/extremists/yahya-jammeh

[81] 2019.03.29 Commission of Inquiry against Jammeh; https://www.occrp.org/documents/greatgambiaheist/Bazzi%20testimony.pdf

[82] http://sidisanneh.blogspot.com/2018/05/mohammad-ibrahim-bazzi-classified-as.html ; https://home.treasury.gov/news/press-releases/sm0388

[83] https://www.compliancejournal.it/metodi-di-riciclaggio-sistema-hawala/

[84] https://www.ecobank.com/gm/personal-banking/countries

[85] https://www.ecobank.com/gm/personal-banking/countries

[86] http://www.afrimoneyfinance.com/entreprise/746

[87] https://ecobank.com/group/about-us

[88] http://archive.wikiwix.com/cache/index2.php?url=https%3A%2F%2Flvsl.fr%2Flinsurrection-au-liban-revolution-unite-et-crise-economique%2F

[89] http://www.gzagroup.com/About.aspx

[90] 2008.01.01 Giuseppe Banci, page 11

[91] http://www.gzagroup.com/RealEstate.aspx?ref=all

[92] Nitsana Darshan-Leitner, Samuel M. Katz, “Harpoon: Inside the Covert War Against Terrorism's Money Masters”, Hachette, London 2017, chapter 12

[93] https://www.investigativeproject.org/documents/case_docs/2191.pdf ; http://www.gzagroup.com/About.aspx

[94] https://www.thebusinessyear.com/lebanon-2017/developers/b2b ; https://www.thebusinessyear.com/lebanon-2018/quality-in-focus/b2b ; http://www.gzagroup.com/About.aspx ; http://www.gzagroup.com/Default.aspx ;

[95] https://www.osenlaw.com/sites/default/files/BartlettAmended-2019-cv-00007.pdf ; https://sofibanque.com/

[96] https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/Pages/tg1057.aspx

[97] https://www.govinfo.gov/content/pkg/FR-2011-02-17/pdf/2011-3346.pdf , https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/Pages/tg1057.aspx

[98] https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/Pages/tg1057.aspx

[99] http://content.time.com/time/world/article/0,8599,1123483,00.html ;  https://calert.info/details.php?id=59 ; http://www.levantnetworks.com/2019/12/29/alleged-hezbollah-financiers-link-to-al-madina-bank-fraud/

[100] https://www.osenlaw.com/sites/default/files/BartlettAmended-2019-cv-00007.pdf

[101] https://www.osenlaw.com/sites/default/files/BartlettAmended-2019-cv-00007.pdf

[102] https://www.dw.com/en/lebanese-canadian-bank-linked-to-Hezbollah/a-15612492

[103] http://www.kalotipm.com/About-Us

[104] https://www.thenationalnews.com/business/the-uae-alchemist-who-turned-fields-of-scrap-into-a-factory-of-gold-1.305887

[105] https://www.icij.org/investigations/fincen-files/us-treasury-department-abandoned-major-money-laundering-case-against-dubai-gold-company/ ; https://goldbarsworldwide.com/PDF/NBA_39_KalotiGoldBars.pdf

[106] https://www.icij.org/investigations/fincen-files/us-treasury-department-abandoned-major-money-laundering-case-against-dubai-gold-company/  ; https://arij.net/investigations/Kaloti-Story-en/

[107] https://www.icij.org/investigations/fincen-files/us-treasury-department-abandoned-major-money-laundering-case-against-dubai-gold-company/

[108] https://www.icij.org/investigations/fincen-files/us-treasury-department-abandoned-major-money-laundering-case-against-dubai-gold-company/

[109] https://medium.com/@DubaiLive/kaloti-money-laundering-scandal-b50cc351b9cc

[110] Nest Investments Holding Lebanon SAL Beirut è una consociata di Nest Investments Holding Ltd Limassol, un gruppo finanziario cipriota che opera in 23 paesi e vale circa 5 miliardi di dollari. L'azienda è stata fondata nel 1989 da Ghazi Abu Nahl ed i suoi figli – una famiglia di profughi palestinesi che, nel 2005, ha acquistato un pacchetto azionario in LCB. Nel 2002 Nest ha fondato la Trust Bank Algeria SA Algeri, e cercava un partner per far crescere la sua banca in altri paesi africani, e Jaoudé ha venduto alla famiglia Nahl il 24% di LCB per 57 milioni di dollari. Quando il processo tra Nest e LCB entra nell’analisi documentale, Jaoudé si accorge che non potrà cavarsela, e vende la sua quota di LCB alla SGBL Société Générale de Banque au Liban SAL Beirut – see https://www.nestco.org/en/groupcompanies ; https://www.crunchbase.com/organization/nest-investment-holdings-limited ; https://www.trustre.com/en/ ; https://www.leagle.com/decision/infdco20180615e61 ; https://www.crunchbase.com/person/ghazi-abu-nahl ; https://markets.businessinsider.com/news/stocks/don-t-keep-business-in-the-family-beyond-two-generations-insurance-magnate-ghazi-abu-nahl-founder-and-chairman-of-nest-investments-advises-1027492527# ; https://middleeasttransparent.com/en/investor-in-leb-canadian-bank-files-suit-against-former-managers-lebanese-regulatory-official-Hezbollah-operatives/ ; https://www.investigativeproject.org/documents/case_docs/2191.pdf ;  https://www.wsj.com/articles/SB10001424052702303990604577368212835080388 ; https://www.dailystar.com.lb/GetArticleBody.aspx?id=459068&fromgoogle=1

[111] https://lebanonleaks801189695.wordpress.com/2018/10/05/george-zard-abou-Jaoudé/ ; https://www.osenlaw.com/sites/default/files/BartlettAmended-2019-cv-00007.pdf ; https://middleeasttransparent.com/en/investor-in-leb-canadian-bank-files-suit-against-former-managers-lebanese-regulatory-official-Hezbollah-operatives/

[112] https://arij.net/investigations/Kaloti-Story-en/

[113] https://www.osenlaw.com/sites/default/files/BartlettAmended-2019-cv-00007.pdf

[114] https://middleeasttransparent.com/en/investor-in-leb-canadian-bank-files-suit-against-former-managers-lebanese-regulatory-official-Hezbollah-operatives/

[115] https://www.counterextremism.com/extremists/abdallah-safi-al-din

[116] https://www.counterextremism.com/extremists/abdallah-safi-al-din ; https://home.treasury.gov/news/press-releases/sm0388

[117] https://www.counterextremism.com/extremists/abdallah-safi-al-din ; https://home.treasury.gov/news/press-releases/sm0388 ; https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/Pages/tg1057.aspx

[118] http://www2.cbg.gm/finance-system/thebanks.html

[119] https://alchetron.com/Ayman-Joumaa

[120] https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/Pages/tg1057.aspx ; https://www.longwarjournal.org/archives/2013/06/treasury_designates.php

[121] https://abcnews.go.com/blogs/politics/2011/12/lebanese-drug-lord-charged-in-us-links-to-zetas-and-Hezbollah

[122] https://www.dw.com/en/lebanese-canadian-bank-linked-to-Hezbollah/a-15612492

[123] https://www.thehindu.com/opinion/op-ed/new-insights-into-the-sources-of-Hezbollahs-money/article2715120.ece

[124] https://home.treasury.gov/system/files/246/LCB%20Section%20311%20Finding.pdf

[125] https://www.washingtoninstitute.org/policy-analysis/view/Hezbollahs-european-enablers

[126] https://www.dw.com/en/lebanese-canadian-bank-linked-to-Hezbollah/a-15612492

[127] https://home.treasury.gov/system/files/246/LCB%20Section%20311%20Finding.pdf

[128] https://www.dw.com/en/lebanese-canadian-bank-linked-to-Hezbollah/a-15612492

[129] 04.08.2016 Prime Bank Gambia, Worldbox Gambia

[130] http://www.businessnews.com.lb/cms/Story/StoryDetails/890/SGBL-buys-LCB-assets

[131] https://www.osenlaw.com/sites/default/files/BartlettAmended-2019-cv-00007.pdf

[132] https://www.wsj.com/articles/SB10001424052702303990604577368212835080388

[133] https://www.osenlaw.com/sites/default/files/BartlettAmended-2019-cv-00007.pdf

[134] https://www.wsj.com/articles/SB10001424052702303990604577368212835080388

[135] http://www.businessnews.com.lb/cms/Story/StoryDetails/6875/11-Lebanese-banks-sued-for-knowingly-aiding-Hezbollah ; https://www.fdd.org/analysis/2020/09/23/hezbollah-finance-in-lebanon/ ; https://www.osenlaw.com/sites/default/files/BartlettAmended-2019-cv-00007.pdf, pages 27-31; 279-301

[136] https://www.govinfo.gov/content/pkg/CHRG-111shrg62141/html/CHRG-111shrg62141.htm

[137] https://www.reuters.com/article/us-lebanon-conflict-idUSL0742599820080509 ; https://thearabweekly.com/violence-erupts-beirut-calls-disarming-hezbollah

[138] https://www.aljazeera.com/news/2020/11/6/us-sanctions-lebanons-gebran-bassil-citing-corruption

[139] https://www.theguardian.com/world/2020/sep/17/us-accuses-hezbollah-weapons-ammonium-nitrate-iran

[140] https://www.aljazeera.com/news/2020/11/6/us-sanctions-lebanons-gebran-bassil-citing-corruption

[141] https://www.aljazeera.com/program/al-jazeera-world/2015/10/28/from-lebanon-to-africa/

[142] https://www.internations.org/gambia-expats/lebanese

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.