paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

65 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 nov. 2021

Comment l'Afrique du Sud construit son Al Capone

L'introduction de la prohibition de l'alcool et du tabac a conduit l'Afrique du Sud au bord de la guerre civile et a mis le commerce de détail aux mains du crime organisé

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a un peu plus de 30 ans, le 30 juin 1991, le parlement sud-africain abrogeait les lois inhumaines de l'apartheid : jusqu'à ce jour, les Noirs étaient privés du droit de vote et de participation politique, de l'éducation, de l'accès aux emplois les plus lucratifs et de la propriété - autant d'éléments qui les contraignaient à vivre dans d'immenses bidonvilles, terreaux du désespoir et de la criminalité. Le chemin a été très lent : d'abord la nouvelle Constitution de 1983, puis l'abolition des lois raciales en 1991, et enfin, le 10 mai 1994, l'élection à la présidence de Nelson Mandela, symbole de la résistance noire, tout juste libéré après 25 ans de prison de haute sécurité[1].

Mais le pays a trahi les rêves et les promesses du peuple. Bien qu'aujourd'hui nous puissions constater l'utilisation d'une majorité noire intégrée presque partout, en fait les institutions luttent pour se débarrasser du concept de race encore omniprésent, alimenté par le climat de grave déclin économique qui plonge les plus pauvres dans le désespoir. L'économie n'a jamais vraiment décollé : au cours de la décennie qui a suivi la fin de l'apartheid, le PIB a augmenté en moyenne d'un peu plus de 3 % par an, avant de s'effondrer après la crise financière mondiale de 2008[2].

Les années suivantes sont catastrophiques, notamment en termes d'accroissement des inégalités sociales. Après le 7 juillet 2021 et l'arrestation de l'ancien président Jacob Zuma pour outrage à la cour[3] (des accusations de corruption, de fraude, de racket, d'évasion fiscale et de blanchiment d'argent liées à un contrat d'armement de plusieurs milliards de dollars planaient en arrière-plan[4]), une spirale de violence et de pillage a éclaté, notamment dans les régions du KwaZulu-Natal (Durban) et du Gauteng (Johannesburg), obligeant le gouvernement à déployer plus de 20 000 soldats pour réprimer les émeutes. Au final, plus de 300 personnes ont été tuées[5], plus de 1 200 arrêtées, plus de 40 000 commerces pillés[6], des cliniques, des mosquées, des écoles et des pharmacies paralysées [7]: le pays a été plongé dans le chaos[8].

Ce n'est que la goutte d'eau qui fait déborder le vase : la colère populaire couvait depuis longtemps en raison d'une longue série d'échecs de l'ANC (African National Congress) dirigé d'abord par Zuma, grâce auquel seule la corruption se développe, puis par le gouvernement actuel de Cyril Ramaphosa, qui a su inverser la tendance : 16,3 millions de personnes vivent dans la pauvreté absolue avec moins de 1,9 dollar par jour[9], et le chômage avoisine les 35% de la population potentiellement active (près de 8 millions de personnes sans travail)[10].

Le soupçon que les émeutes sont dirigées est loin d'être infondé. L'enjeu est tout à fait politique, à savoir l'affrontement entre la majorité de l'ANC, d'une part les amis de Zuma et d'autre part ses partisans au sein d'un petit parti d'opposition, le RET (Radical Economic Transformation)[11], dirigé par Carl Niehaus et Ngrayi Ngwenya, deux hommes puissants suspendus par l'ANC pour leurs positions radicales[12]. Le front pro-Zuma a profité de l'arrestation de son chef pour lancer une furieuse campagne de désinformation[13], fomentant[14], guidant et finançant les soulèvements : il compte dans ses rangs d'anciens membres de la communauté du renseignement, de l'agence de sécurité de l'État[15] et de divers fonctionnaires[16], tous engagés dans l'organisation des soulèvements par une utilisation sans scrupules des réseaux sociaux[17].

Le prix amer de la pandémie

La mauvaise gestion de la pandémie jette de l'huile sur le feu : le 5 mars 2020, le premier cas d'infection a été signalé[19], et le 30 avril, on comptait déjà 5 300 admissions à l'hôpital et au moins 100 décès[20], à tel point que le gouvernement a déclaré l'état de catastrophe nationale, activant la loi sur la gestion des catastrophes (DMA), une loi qui permet à l'exécutif de promulguer des règlements sans l'approbation du parlement[21]. Toutes les mesures prises pour contenir la pandémie seront donc promulguées par décret et sans débat politique[22].

La pandémie a été un tsunami qui s'est abattu sur des structures sanitaires déjà insuffisantes : la première vague a atteint son apogée le 19 juillet avec 13 499 cas enregistrés en une seule journée[23], et le gouvernement est intervenu avec des mesures draconiennes, confinant les citoyens chez eux, ce qui a inévitablement entraîné une paralysie totale de la production et du commerce, avec une aggravation conséquente des conditions socio-économiques, contre lesquelles une politique d'allègement fiscal s'est avérée insuffisante[24]. Ces mesures font passer le déficit budgétaire pour la période 2020-2021 de 6,8 % du produit intérieur brut (PIB) à 14,6 % [25].

Parmi les mesures prises par l'ANC pour endiguer la propagation du virus, celle dont les effets sont les plus néfastes est l'interdiction de la vente de tabac et d'alcool[26], introduite en mars, révoquée le 1er juin suivant puis réintroduite sans préavis le 12 juillet[27], sous les protestations des partis d'opposition, au premier rang desquels la DA (Democratic Alliance)[28], mais avec le soutien de l'EFF (Economic Freedom Fighters), parti de la gauche radicale, et du parti de la monarchie zouloue, l'Inkatha Freedom Party (IFP) - qui conviennent tous que l'alcoolisme et le tabagisme sont un problème auquel il faut s'attaquer immédiatement pour réduire le nombre de malades[29].

Selon les chiffres de l'OMS, l'Afrique du Sud est l'un des pays où la consommation d'alcool est la plus élevée au monde, 31 % de la population de plus de 15 ans consommant 28,9 litres d'alcool pur - par habitant - par an[30]. Selon une recherche publiée par BMC Medicine, environ 62 300 adultes (2015) meurent chaque année de causes attribuables à l'alcool[31]. Selon le gouvernement, l'interdiction aura deux effets positifs : limiter les occasions de socialisation et donc la propagation du virus, et soulager les établissements de santé des malades et blessés suite à l'ivresse : un nombre élevé d'admissions est lié à des épisodes de violence commis en état d'ébriété, à des accidents de la route (selon l'OMS, 58% des décès sur la route en Afrique du Sud sont dus à l'alcool[32]) ou à des maladies liées à l'alcool.

Selon une étude publiée dans le SA Medical Journal (SAMJ) [33], les mesures d'interdiction donnent des résultats tangibles : le nombre de décès par accident de la route, de suicides et d'homicides diminue de 50 % pendant le blocus de mars à mai 2020. Le professeur Charles Parry, co-auteur de la recherche, affirme que cette réduction a entraîné une diminution de 60 à 70 % des admissions à l'hôpital pour des blessures et des maladies liées à l'alcool[34]. Cela libère d'énormes ressources sanitaires qui peuvent être consacrées à l'urgence pandémique.

Les producteurs d'alcool et les détaillants ne sont pas d'accord avec cette analyse. D'après leurs données, la réduction de la criminalité ne peut être attribuée à la prohibition : une étude menée par l'analyste indépendant Ian McGorian, de Silver Fox Consulting, et le professeur Mike Murray, de l'école de mathématiques, de statistiques et d'informatique de l'université de KwaZulu-Natal, révèle que des chiffres très similaires ont été observés dans les pays qui n'ont pas imposé un verrouillage de la circulation de l'alcool pendant cette période[36].

Dans tous les cas, le confinement et les mesures connexes semblent être efficaces et le nombre de personnes touchées par la pandémie diminue, de sorte que, une à une, ces mesures exceptionnelles sont levées[37]. Les interdictions de vente d'alcool et de tabac sont assouplies en août[38], autorisant les achats à certains jours et à certaines heures de la journée, ce qui laisse la gestion des mesures de prévention aux citoyens très peu sensibilisés à la santé. Juste à temps arrive une deuxième vague de pandémie, plus grave que la précédente. Le 8 janvier 2021 est le jour du pic le plus élevé : 21 980 nouveaux cas, alors que le nombre total de décès s'élève déjà à 32 425[39].

Le président Cyril Ramaphosa a annoncé l'application d'un blocus "modifié" jusqu'au 15 janvier 2021 [40]. La nouvelle mesure contient un certain nombre de mesures déjà adoptées précédemment : interdiction totale de la vente et de la consommation d'alcool dans les bars et les restaurants ; la distribution et le transport sont également de nouveau interdits[41]. Les infections ont diminué et le gouvernement a assoupli les restrictions. Enfin, le 17 février, la campagne de vaccination a débuté avec l'administration des 80 000 premières doses de vaccin Johnson & Johnson, en prévision des 9 millions de doses que le président Ramaphosa promet dans l'immédiat[42].

Mais il était trop tard[43], l'hiver approchait, le manque d'attention du public et les mesures inadéquates ont une fois de plus donné le ton à une nouvelle propagation massive du virus[44], et cette fois la nouvelle "variante delta" a montré un niveau de transmissibilité considérablement plus élevé[45]. La troisième vague est en route, et elle est encore plus dévastatrice que les précédentes : le 3 juillet, on a enregistré un pic de 23 485 cas par jour, et le 13 juillet, 633 personnes[46] sont mortes. La situation est hors de contrôle. Les structures sanitaires se sont effondrées[47], les sirènes des ambulances sont désormais un fond constant dans le quotidien des citoyens[48], tout comme les soulèvements réprimés dans le sang par la police[49].

Le gouvernement met en place de nouvelles restrictions : il interdit les rassemblements, ferme les écoles, décrète un couvre-feu de 21 heures à 4 heures du matin - et réintroduit l'interdiction de l'alcool et du tabac[50]. La campagne de vaccination a été lente : en juillet, seules 2,7 millions de doses avaient été administrées sur une population totale de 60 millions d'habitants[51]. Il faut attendre la fin du mois de septembre pour déclarer la fin de la troisième vague : les données disponibles (4 novembre 2021) parlent d'un total de 89 295 décès et de près de 3 millions de cas de contagion[52]. Et maintenant, en attendant une éventuelle quatrième vague, le gouvernement est déterminé à ne pas être pris au dépourvu et à décider de mesures draconiennes en temps utile[53].

Les vices cachés du prohibitionnisme

La logique énoncée par le gouvernement est sans appel : le tabagisme affaiblit le système respiratoire, et dans les zones défavorisées, les gens partagent leurs cigarettes, ce qui augmente le risque de propagation du virus[55]. L'interdiction de la consommation d'alcool réduit considérablement le recours aux établissements de santé pour les effets de l'ivresse[56] . Les effets de ces mesures sont toujours défendus par le ministre de la santé, Zweli Mkhize[57] . Selon des recherches menées par l'école d'économie de l'université du Cap[58], au moins 93 % des fumeurs réguliers ont continué à fumer même après l'interdiction, achetant du tabac illégalement à un prix qui a augmenté jusqu'à 250 %.[59] Une grande victoire pour le marché criminel.

Les choses ne sont pas différentes pour l'alcool. Après la première interdiction, les ventes d'alcool ont explosé : la mesure a déclenché une course à l'approvisionnement, et pendant le blocus, il n'y a jamais eu de pénurie[60] - grâce à un marché illégal florissant déjà en place[61]. En fait, la consommation est restée inchangée, mais le marché est tombé aux mains de bandes de contrebande, la qualité du produit a baissé et les risques pour la santé des consommateurs ont augmenté[62].

La majeure partie de la distribution passe par les mêmes canaux : la fumée et l'alcool sont livrés à domicile aux riches et vendus dans les spazas (petites emporia, cabanes en bord de route) aux pauvres[63]. Entre le 27 mars 2020 et le 27 janvier 2021, la Western Cape Liquor Authority, l'organisme qui surveille et réglemente le marché de l'alcool, a pris en flagrant délit 354 titulaires de licences d'alcool, qui ont enfreint les règlements de la loi sur la gestion des catastrophes nationales et risquent des condamnations pénales et de lourdes amendes[64].

Le spaza, héritage de l'apartheid

Les magasins Spaza en Afrique du Sud sont un élément omniprésent du paysage urbain[65]

Les spaza (qui signifie "caché" en langue zouloue), sont de petites boutiques informelles, plus de 100 000 dans toute l'Afrique du Sud[66], des cabanes intégrées aux maisons dans les townships ou construites sur les routes d'accès aux villages, et sont nées pendant les années d'apartheid, lorsque les Noirs n'étaient pas autorisés à gérer des entreprises[67]. Désormais légalisés, ce sont des emporiums qui vendent des produits de première nécessité pour répondre aux besoins quotidiens des habitants. Gérés par des personnes pauvres, ils sont tombés dans le piège du marché illégal pendant le blocus, faisant souvent l'objet de chantage, et sont devenus des plaques tournantes du trafic de drogue[68].

Les spas offrent l'avantage d'être des points de vente pratiques dans des zones où la grande distribution commerciale n'arrive pas et où les citoyens n'ont pas de moyens de transport, ne sont pas liés par des horaires et utilisent le crédit pour leurs clients, qui font partie d'un cercle d'amis et de parents[69]. Les prix sont généralement 30 à 50 % plus élevés que ceux de la grande distribution, car l'approvisionnement se fait en petites quantités, les commerçants ne peuvent pas profiter des prix réservés aux supermarchés, et ils doivent payer une protection aux criminels locaux qui les protègent et souvent les fournissent[70].

Les propriétaires n'ont pas de formation commerciale, ne tiennent pas de comptabilité, se trompent souvent dans le calcul des prix et offrent un mauvais service à la clientèle, ce qui entraîne un gaspillage et des coûts d'exploitation très élevés[71]. Ils ont d'énormes difficultés à accéder au crédit bancaire, car ils n'ont pas de garanties, ils sont souvent victimes de vols (le commerce ne se fait qu'en espèces), ils appartiennent souvent aux nouveaux groupes ethniques d'immigrants (Éthiopiens, Syriens, Somaliens, Pakistanais, Bengalis[72]) et sont donc opposés ou maltraités[73]. Une vie très dure.

La concurrence est un aspect crucial qui a remodelé le réseau des spazas ces dernières années. Ce sont les immigrants étrangers qui ont rendu la vie encore plus difficile aux commerçants locaux. Ce sont d'abord les Somaliens, puis une vague de migrants, principalement originaires du Bangladesh, qui ont eu raison des hommes d'affaires locaux désemparés[74]. Ils sont considérés comme une menace pour l'économie et font fréquemment l'objet d'attaques xénophobes, alimentées par la propagande politique[75]. Beaucoup sont obligés de transformer leurs spazas en bunkers avec des vitres pare-balles et des grillages de protection[76].

Surtout dans les mois qui ont suivi la pandémie, un nombre croissant d'entrepreneurs formés sont apparus et ont ouvert de tels commerces par choix, avec des magasins réels et efficaces, employant des personnes, réalisant des chiffres d'affaires élevés, concluant des accords avec des grossistes et parvenant à fournir un service bien meilleur que les spazas traditionnels, qui sont aujourd'hui menacés d'extinction en raison de la concurrence féroce[77].

Une chose ne change pas : le monde qui entoure le spaza est plein d'illégalité, presque personne ne paie d'impôts ou n'a de permis légal[78], les employés travaillent jusqu'à 16 heures par jour, 7 jours sur 7[79], sans contrat, et les employeurs retiennent leur salaire déjà maigre (la moyenne est de 400 rands, soit 27,2 dollars par mois), ils les forcent à dormir dans le magasin[80], et personne ne dit rien, car ces immigrants sont méprisés par tous et ignorés par l'État[81].

L'économie informelle des Spas contribue à plus de 5,2% du PIB et emploie plus de 2,6 millions de personnes. Selon une étude de Mastercard, il existe plus de 1,5 million d'entreprises informelles dans le circuit, générant un chiffre d'affaires d'environ 75 milliards de rands par an[82]. Et ce, malgré le fait que les incitations commerciales et les mesures extraordinaires prises par le gouvernement pour faire face aux coûts de la pandémie ont littéralement snobé le réseau spaza[83].

La prohibition ça coûte

L'impact de la prohibition sur l'économie nationale a été considérable. En septembre 2020, le commissaire Edward Kieswetter du South African Revenue Service (SARS) a déclaré qu'en raison de la loi sur la gestion des catastrophes nationales, un grand nombre d'acteurs du secteur s'étaient tournés vers le marché noir, et qu'il faudrait des années pour un retour à un état de normalité[85]. Kieswetter lui-même a également dénoncé le coût élevé pour le Trésor public des pertes de revenus dues à la prohibition : les taxes sur le travail ont diminué de 14,5 milliards de rands (930 millions de dollars), tandis que l'impôt sur les sociétés a chuté de 16 milliards de rands (1,03 milliard de dollars)[86].

Les taxes sur l'alcool et le tabac ont diminué de 10 milliards de rands, les pertes de TVA sont de 14,5 milliards de rands et les droits de douane sont en baisse de 16,7 milliards de rands[87]. Si l'on ajoute ensuite les impôts sur les revenus individuels des employés de ces entreprises et les autres taxes sur le travail, qui sont évalués à environ 15 milliards de rands, les calculs de Kieswetter atteignent le chiffre effrayant de 5 milliards de dollars par an[88], soit 1,6 % du produit intérieur brut[89] et 5,8 % des recettes fiscales sud-africaines[90] : une véritable débâcle pour une économie déjà profondément éprouvée par des décennies de mauvaise gestion et par le coup mortel infligé par la pandémie.

Il existe également des coûts difficiles à estimer, tels que les coûts sociaux engendrés par la perte d'emplois pour des milliers de salariés du secteur des sociétés de distribution commerciale étrangères qui ont cessé de livrer, ou des sociétés locales contraintes de fermer[91]. Sans parler des dommages causés au tissu social par l'alimentation du marché illégal, qui s'est emparé de zones très difficiles à reconquérir : avant le verrouillage, la contrebande occupait entre 25 et 28% du marché mondial, aujourd'hui elle a atteint 100%[92].

La contrebande de cigarettes est très rentable : la production d'un paquet de 20 cigarettes coûte 2 rands et, sur le marché noir, il peut être revendu (hors taxes) jusqu'à 25 rands, soit une marge bénéficiaire très élevée[93]. Une enquête menée par le groupe anticorruption Tax Justice SA (TJSA) révèle que deux cigarettes sur trois vendues en Afrique du Sud font l'objet d'une contrebande, ce qui en fait le plus grand marché noir du tabac au monde[94]. Un chercheur de la TJSA a visité 43 points de vente au Cap, à Johannesburg, à Pretoria et à Durban. Dans tous ces points de vente sauf un, il était possible d'acheter des cigarettes pour 20 rands[95], un prix qui révèle qu'il s'agit de cigarettes de contrebande, car un paquet légal, entre les accises et la TVA uniquement, coûte 20 rands, de sorte qu'un paquet de Marlboros, sur le marché légal, se vend à 46 rands[96].

La Direction des enquêtes sur les crimes prioritaires (Hawks) estime qu'entre avril 2017 et mars 2018, environ 80 % des cigarettes illégales étaient des produits nationaux, le reste provenant principalement du Zimbabwe[97] et du Mozambique .  Selon l'Alliance pour la transformation du tabac en Afrique du Sud (SATT), le Zimbabwe[98], qui prétend exporter du tabac vers l'Afrique du Sud, utilise des intermédiaires sud-africains pour exporter du tabac ailleurs, par exemple en Chine : l'intermédiaire reçoit le paiement des Chinois, conserve son pourcentage et verse le reste au fabricant[99] . Pas moins de 99,5 % du tabac exporté du Zimbabwe vers la Chine entre 2014 et 18 ont été déclarés comme exportés vers l'Afrique du Sud[100] .

La marque de contrebande la plus vendue en dehors de l'Afrique du Sud est Pacific Cigarettes, produite par Savanna Tobacco[102], propriété d'Adam Molai[103], gendre de l'ancien président zimbabwéen Robert Mugabe[104]. L'autre géant du marché noir est la Gold Leaf Tobacco Company qui, selon TJSA, avec sa seule marque RG couvre un marché de 10,7 millions de rands par jour, ce qui la place parmi les six premières marques illégales[105] et qui, selon le Tobacco Institute of Southern Africa, représente 75 % de l'ensemble du commerce illicite national de cigarettes[106].

Les cigarettes entrent en Afrique du Sud par deux voies : l'une fait appel à de petits trafiquants appelés "runners", qui transportent des sacs de cigarettes reçus des trafiquants près de la frontière, traversent la frontière dans la brousse et remontent le fleuve Limpopo au milieu de la nuit - il existe au moins 200 points d'entrée le long de la frontière qui peuvent être exploités[107]. Les soldats qui gardent ces passages des deux côtés de la frontière sont payés pour ne pas regarder[108]. Les "coureurs" rencontrent ensuite des acheteurs qui conduisent leurs camions par des routes secondaires pour éviter d'éventuels contrôles.

L'autre moyen est d'utiliser les postes-frontières officiels. Les cigarettes étaient autrefois cachées dans des pétroliers exportant de l'essence importée d'Afrique du Sud et qui, une fois le carburant déchargé, retournaient en Afrique du Sud avec un chargement de tabac, mais l'utilisation de scanners et le renforcement des contrôles ces derniers temps ont rendu cette pratique de plus en plus risquée[109]. On utilise désormais des autobus avec des compartiments cachés, ou des voitures privées, qui ne sont généralement pas contrôlées, mais la faible quantité qu'elles peuvent transporter par rapport aux risques élevés encourus décourage leur utilisation[110].

Pourquoi la politique aime la contrebande

Bien que l'Afrique du Sud soit signataire du protocole FTCT de l'OMS (2013) visant à éliminer le commerce illicite du tabac[112], le gouvernement n'a jamais fait preuve d'une grande volonté ou efficacité : les fleuves d'argent produits par le marché noir cachent également un réseau dense de corruption, de blanchiment d'argent et de collusion politique[113]. En novembre 2013, le SARS a annoncé qu'il allait poursuivre 15 fabricants et importateurs pour fraude fiscale (équivalente à 12 milliards de rands, soit 1 milliard USD[114]) et commerce illicite, dont la multinationale British American Tobacco (BAT), qui contrôle également 74 % du marché officiel[115], selon le dernier rapport Euromonitor (2016). Dix-huit mois après l'annonce de l'enquête, le chef du SRAS et 55 autres fonctionnaires ont été limogés et les procédures engagées contre les fabricants ont été arrêtées[116].

Le marché noir est un partenaire clé pour les producteurs de tabac : il constitue un alibi commode pour exiger une baisse des droits d'accises. BAT, comme d'autres compagnies de tabac, est accusé de diffuser des chiffres de contrebande gonflés[117]. Une enquête conjointe de la BBC et de l'Université de Bath révèle que BAT[118] aurait dépensé environ 50 millions de rands par an pour gérer un réseau de renseignement privé, apparemment pour lutter contre le commerce illicite, mais en réalité pour espionner les concurrents et les gêner commercialement[119].

L'enquête met au jour un vaste réseau de corruption impliquant des représentants de l'agence de sécurité nationale, de la police sud-africaine et du système judiciaire[120]. En 2013, BAT aurait versé des pots-de-vin d'un montant compris entre 300 000 et 500 000 dollars au dictateur zimbabwéen Robert Mugabe[121] . En 2017, BAT a été accablé par une enquête du Serious Fraud Office (SFO) du Royaume-Uni [122]. Suite aux révélations d'un reportage de la BBC selon lequel la société avait versé des pots-de-vin à des fonctionnaires au Rwanda, au Burundi et aux Comores, le SFO a ouvert une enquête criminelle mais[123], peu après, les magistrats en charge ont abandonné l'affaire en raison de preuves insuffisantes[124].

Carnilinx (Pty) Ltd, l'une des principales entreprises visées par le réseau d'espionnage mis en place par BAT, est un producteur de cigarettes à bas prix telles que Premium, JFK et Atlantic[125]. La société est accusée de soutenir le marché illégal en raison du faible prix de vente de ses cigarettes, bien inférieur au taux d'imposition minimum : la seule explication logique est que Carnilinx échappe aux taxes[126].

La seule explication logique est l'évasion fiscale de Carnilinx, dont le directeur, l'Italien Adriano Mazzotti, est depuis des années au centre d'une série d'enquêtes criminelles caractérisées par la collusion avec des politiciens[127]. Son réseau de connexions puissantes est mis en évidence par de nombreux événements : en 2014, il a financé les EFF (Economic Freedom Fighters) à hauteur de 200 000 rands, le leader Julius Malema étant un ami personnel proche de Mazzotti)[128] . Malema est au centre d'accusations de fraude et de corruption[129], puis de blanchiment d'argent[130] et d'évasion fiscale[131]. Dans une déclaration sous serment, Mazzotti admet avoir remis 820 000 roupies en espèces (environ 11 000 dollars) à un éminent avocat de Johannesburg, afin de corrompre l'ancien chef du SARS, Johann van Loggerenberg, et l'ancien commissaire par intérim, Ivan Pillay[132].

En 2015, le Sunday Times a mis au jour un paiement d'un million de rands effectué par le directeur de Carnilinx, Kyle Phillips, à Malema "pour l'aider à payer ses impôts"[134]. Entre-temps, le leader de l'EFF vit dans une propriété de Hyde Park, à Johannesburg, appartenant à Mazzotti lui-même : une forteresse avec un mur de quatre mètres de haut, des caméras et des gardes de surveillance[135] .

En 2015, le SARS lui-même a été traîné sur le banc des accusés, accusé d'avoir en son sein une "cellule" qui accorde des faveurs (payées) à l'industrie du tabac[136]. En 2002, Martin Wingate-Pearse, directeur et actionnaire de Carnilinx, a été accusé d'évasion fiscale pour un montant de 41,7 millions de rands, réduit ensuite à 9 millions de rands après un appel : au cours du procès, Wingate-Pearse a accusé le SARS d'avoir une unité interne, la HRIU (High Risk Investigations Unit), qui abusait de son pouvoir[137].

Le Protecteur public, Mkhwebane Busisiwe, qualifie cette même unité d'"illégale et abusive"[138]. L'ancien commissaire du SARS, Oupa Magashula, aurait menti sous serment, niant l'existence de cette cellule[139]. La cellule n'a qu'un seul but : opérer illégalement en toute impunité. La publication de son rapport a coûté à M. Busisiwe une campagne médiatique féroce et le rejet des accusations portées contre le SARS, qui ont été jugées infondées par la Haute Cour de Pretoria[140] .

En 2017, le Sunday Times a révélé la relation étroite entre l'ex-femme du président Jacob Zuma, Nkosazana Dlamini-Zuma, et Adriano Mazzotti [141]. L'entrepreneur aurait financé sa candidature[142], puis la célébration du 106e anniversaire de l'ANC, à hauteur de 250 000 rands[143], et ce alors que Dlamini-Zuma connaissait la mauvaise réputation de Mazzotti : de nombreuses décisions controversées du leader concernant le blocage des ventes de tabac, comme l'a révélé le journaliste Jaques Pauw dans son livre "The President's Keepers"[144]. peut être considéré comme directement influencé par son amitié avec Mazzotti[145]. Le 18 février 2019, le SARS a obtenu un mandat de saisie à l'encontre de Mazzotti pour un montant de 33 955 228,22 rands : l'homme est accusé de contrebande de cigarettes et de falsification de documents, et d'avoir fraudé le fisc pour 71,9 millions de rands[146] . La procédure est toujours en cours.

Quel avenir

Juillet 2021 : Des foules déchaînées ravagent la ville de Durban pendant une quinzaine de jours. Les affrontements avec la police et les braquages font plus de 300 morts[147]

Les mois de prohibition ont enrichi non seulement les contrebandiers, mais aussi et surtout le crime organisé et ses représentants politiques, comme l'ancien président Jacob Zuma. Au cours de la première semaine de juillet 2021, le président Ramaphosa a déposé une motion visant à expulser Zuma de l'ANC, mais n'a pas obtenu la majorité nécessaire[148] . Au cours des mois suivants, le parti a perdu des voix dans toutes les élections locales, et le 3 novembre, Zuma, tout juste libéré de prison, a lancé sa campagne officielle pour reprendre le pouvoir[149].

Le pays est en flammes, l'économie en déroute, le tissu social déchiré par la pauvreté, le chômage, les inégalités et un climat xénophobe qui rappelle l'époque de l'apartheid, et la politique aurait la tâche ardue de démolir un système corrompu qui imprègne l'État à tous les niveaux. Lorsque Ramaphosa est devenu président en 2018, il a fait des promesses qu'il n'a pas tenues. Dire que Zuma a été une catastrophe est vrai, mais cela ne suffit pas, il faut avoir une vision positive et la force de la mettre en œuvre. Mais l'ANC est encore plus déchiré par des querelles personnelles qu'il ne l'était lorsque Nelson Mandela, grâce à son charisme, a réussi à être le plus petit dénominateur commun d'un nouvel espoir.

Madiba n'est plus. L'ANC, après un récent remaniement qui change beaucoup de choses sur le plan personnel mais rien sur le plan de l'action politique, a perdu le contact avec une population désespérée et furieuse, prête plus que jamais à réagir par la violence et à croire aux flatteries du crime organisé, qui aujourd'hui, surtout au KwaZulu-Natal, remplace l'État. Cyril Ramphosa est peut-être déjà au bout de son aventure politique, et les chiffres et les faits de son pays lui donnent tort. Ainsi, l'Afrique du Sud, jusqu'ici la plus grande démocratie du continent, est au bord d'une tragique guerre civile. Les mois de la prohibition ont créé une série de gangsters comme Al Capone dans le Chicago des années 30. Maintenant, ils doivent être battus, ou ce sera la guerre civile.

[1] https://www.nelsonmandela.org/content/page/biography

[2] https://www.ceicdata.com/en/indicator/south-africa/gross-national-product

[3] https://www.bbc.com/news/world-africa-57797007

[4] https://www.theweek.co.uk/news/world-news/africa/952951/jacob-zuma-corruption-fraud-trial

[5] https://globalriskinsights.com/2021/10/south-africa-political-unrest-in-a-vulnerable-economy/

[6] https://formiche.net/2021/07/sudafrica-apartheid-rovesciata/

[7] https://www.aljazeera.com/opinions/2021/7/20/the-insurrection-in-south-africa-is-about-more-than-freeing-zuma

[8] https://www.bbc.com/news/world-africa-57996373

[9] https://www.statista.com/statistics/1127838/national-poverty-line-in-south-africa/

[10] https://www.news24.com/fin24/economy/sas-unemployment-rate-hits-record-344-20210824

[11] https://www.politicsweb.co.za/documents/the-ret-manifesto

[12] https://www.timeslive.co.za/politics/2021-08-01-anc-should-consider-changing-its-now-dirty-vulgarised-ret-conference-resolution-nzimande/

[13] https://www.news24.com/citypress/news/pillars-of-misinformation-a-closer-look-at-the-ret-network-20210514

[14] https://www.bbc.com/news/world-africa-57860998

[15] https://www.dailymaverick.co.za/article/2021-07-16-as-its-plans-fall-apart-the-ret-faction-takes-to-gospel-tv-to-plead-for-clemency-for-zuma/

[16] https://www.timeslive.co.za/sunday-times-daily/politics/2021-07-15-whatsapp-group-links-anc-members-to-looting-chaos/

[17] https://www.dailymaverick.co.za/article/2021-07-14-under-investigation-twelve-masterminds-planned-and-executed-insurrection-on-social-media-then-lost-control-after-looting-spree/

[18] https://www.bbc.com/news/world-africa-57860998

[19] https://gh.bmj.com/content/6/2/e004393

[20] https://www.nature.com/articles/s41598-021-84487-0

[21] https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/02589346.2021.1917205

[22] https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/02589346.2021.1917205

[23] https://www.worldometers.info/coronavirus/country/south-africa/

[24] https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0250269#

[25] https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/2277976020970036

[26] https://www.bbc.com/news/world-africa-52047374

[27] https://www.thespiritsbusiness.com/2021/05/the-impact-of-south-africa-alcohol-bans-on-spirits/

[28] https://www.bbc.com/news/world-africa-53390287

[29] https://movendi.ngo/news/2020/07/02/south-africa-alcohol-sales-ban-success-shows-potential-policy-action/

[30] https://businesstech.co.za/news/lifestyle/332909/south-africa-has-some-of-the-heaviest-drinkers-in-the-world/

[31] https://bmcmedicine.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12916-018-1080-0

[32] https://businesstech.co.za/news/lifestyle/332909/south-africa-has-some-of-the-heaviest-drinkers-in-the-world/

[33] http://www.samj.org.za/index.php/samj/article/view/13345

[34] https://www.dailymaverick.co.za/article/2021-07-05-hello-my-name-is-south-africa-we-have-a-collective-drinking-problem-alcohol-bans-had-more-impact-than-curfews-study-finds/

[35] https://www.nbcnews.com/news/world/south-africa-halts-astrazeneca-vaccine-after-study-questions-effectiveness-against-n1256981

[36] https://www.thespiritsbusiness.com/2021/05/the-impact-of-south-africa-alcohol-bans-on-spirits/

[37] https://www.worldometers.info/coronavirus/country/south-africa/

[38] https://www.addictionjournal.org/posts/south-africa-lifts-covid-19-alcohol-and-tobacco-sales-bans

[39] https://www.worldometers.info/coronavirus/country/south-africa/

[40] https://www.dailymaverick.co.za/article/2021-01-10-covid-19-second-wave-ravages-southern-africa/

[41] https://www.capetalk.co.za/articles/405001/ramaphosa-moves-sa-back-to-adjusted-level-3-lockdown-these-are-the-new-rules

[42] https://www.bbc.com/news/world-africa-55675806

[43] https://www.bbc.com/news/world-africa-55675806

[44] https://www.firstpost.com/world/south-africa-tightens-covid-19-restrictions-expert-says-measures-inadequate-to-stop-third-wave-9670531.html ; https://theconversation.com/south-africa-is-failing-on-covid-19-because-its-leaders-want-to-emulate-the-first-world-142732

[45] https://www.firstpost.com/world/south-africa-tightens-covid-19-restrictions-expert-says-measures-inadequate-to-stop-third-wave-9670531.html

[46] https://www.worldometers.info/coronavirus/country/south-africa/

[47] https://businesstech.co.za/news/government/414929/signs-that-south-africas-health-care-system-is-collapsing-union-official/

[48] https://www.cbsnews.com/news/covid-south-africa-riots-vaccination-delays-3rd-wave-hits-hospitals/

[49] https://www.cbsnews.com/news/south-africa-riots-zuma-looting-violence-worst-since-apartheid/

[50] https://www.france24.com/en/africa/20210628-south-africa-tightens-covid-19-restrictions-for-a-fortnight

[51] https://www.france24.com/en/africa/20210628-south-africa-tightens-covid-19-restrictions-for-a-fortnight

[52] https://www.worldometers.info/coronavirus/country/south-africa/

[53] https://www.news24.com/health24/medical/infectious-diseases/coronavirus/covid-19-sa-must-vaccinate-more-adults-above-50-years-before-fourth-wave-prof-madhi-20211018-2

[54] https://www.aljazeera.com/economy/2020/9/7/south-africa-booze-tobacco-ban-created-new-criminal-networks

[55] https://www.theguardian.com/world/2020/may/31/south-africas-alcohol-ban-has-given-massive-boost-to-criminal-gangs

[56] https://www.thespiritsbusiness.com/2021/05/the-impact-of-south-africa-alcohol-bans-on-spirits/

[57] https://www.timeslive.co.za/news/south-africa/2021-01-19-the-alcohol-ban-is-working-as-planned-says-health-minister-zweli-mkhize/ ; https://sacoronavirus.co.za/2020/07/14/mkhize-defends-return-of-alcohol-ban/

[58] https://tobaccocontrol.bmj.com/content/early/2021/10/20/tobaccocontrol-2020-056209

[59] https://tobaccocontrol.bmj.com/content/early/2021/10/20/tobaccocontrol-2020-056209

[60] https://www.aljazeera.com/economy/2020/9/7/south-africa-booze-tobacco-ban-created-new-criminal-networks

[61] https://www.aljazeera.com/economy/2020/9/7/south-africa-booze-tobacco-ban-created-new-criminal-networks

[62] https://www.thespiritsbusiness.com/2021/05/the-impact-of-south-africa-alcohol-bans-on-spirits/

[63] https://provincialgovernment.co.za/units/view/182/western-cape/western-cape-liquor-authority

[64] https://www.gov.za/speeches/wcla-update-minister-fritz-supports-call-lifting-ban-sale-alcohol-27-jan-2021-0000

[65] https://theconversation.com/south-africas-spaza-shops-how-regulatory-avoidance-harms-informal-workers-130837

[66] https://theconversation.com/south-africas-spaza-shops-how-regulatory-avoidance-harms-informal-workers-130837

[67] https://www.dailymaverick.co.za/article/2021-02-07-flourishing-illicit-trade-in-liquor-and-cigarettes-is-giving-the-fiscus-a-lockdown-hangover/ ; https://movendi.ngo/news/2020/04/14/south-africa-the-struggle-over-covid-19-alcohol-sales-ban/ ; https://www.biznews.com/thought-leaders/2020/09/01/lockdown-illegal-networks ; http://www.reep.uct.ac.za/sites/default/files/image_tool/images/405/News/REEP2ndreport.pdf

[68] https://www.dailymaverick.co.za/article/2021-02-07-flourishing-illicit-trade-in-liquor-and-cigarettes-is-giving-the-fiscus-a-lockdown-hangover/ ; https://movendi.ngo/news/2020/04/14/south-africa-the-struggle-over-covid-19-alcohol-sales-ban/ ; https://www.biznews.com/thought-leaders/2020/09/01/lockdown-illegal-networks ; http://www.reep.uct.ac.za/sites/default/files/image_tool/images/405/News/REEP2ndreport.pdf

[69] https://wp.wpi.edu/capetown/projects/p2010/spaza/spaza-shops/

[70] https://wp.wpi.edu/capetown/projects/p2010/spaza/spaza-shops/

[71] https://wp.wpi.edu/capetown/projects/p2010/spaza/spaza-shops/

[72] Sibanda, Nomazulu, "The Impact of Immigration on the Labour Market: Evidence from South Africa", University of Fort Hare, Alice (South Africa) 2008

[73] https://wp.wpi.edu/capetown/projects/p2010/spaza/spaza-shops/ ; https://www.itweb.co.za/content/xo1Jr5qx8mZqKdWL

[74] https://www.bbc.com/news/world-africa-27141581

[75] https://theconversation.com/south-africas-spaza-shops-how-regulatory-avoidance-harms-informal-workers-130837

[76] https://www.bbc.com/news/world-africa-27141581

[77] https://theconversation.com/south-africas-spaza-shops-how-regulatory-avoidance-harms-informal-workers-130837

[78] https://www.businesslive.co.za/bd/opinion/2020-12-14-spaza-shops-are-overlooked-despite-huge-contribution-to-economy/

[79] https://www.bbc.com/news/world-africa-27141581

[80] https://theconversation.com/south-africas-spaza-shops-how-regulatory-avoidance-harms-informal-workers-130837

[81] https://theconversation.com/south-africas-spaza-shops-how-regulatory-avoidance-harms-informal-workers-130837

[82] https://bfaglobal.com/catalyst-fund/insights/spaza-shops-covid-relief-africa/

[83] https://www.businesslive.co.za/bd/opinion/2020-12-14-spaza-shops-are-overlooked-despite-huge-contribution-to-economy/

[84] https://www.dailymaverick.co.za/article/2021-02-07-flourishing-illicit-trade-in-liquor-and-cigarettes-is-giving-the-fiscus-a-lockdown-hangover/

[85] https://www.news24.com/fin24/economy/south-africa/continued-ban-on-alcohol-sales-creating-incredible-risks-for-sa-eu-trade-20200811

[86] https://businesstech.co.za/news/business/425334/counting-the-cost-of-south-africas-alcohol-and-cigarette-sales-ban/

[87] https://businesstech.co.za/news/business/425334/counting-the-cost-of-south-africas-alcohol-and-cigarette-sales-ban/

[88] https://businesstech.co.za/news/business/425334/counting-the-cost-of-south-africas-alcohol-and-cigarette-sales-ban/

[89] https://www.imf.org/en/Countries/ZAF

[90] https://www.gov.za/speeches/minister-tito-mboweni-2021-budget-speech-24-feb-2021-0000

[91] https://www.thespiritsbusiness.com/2021/05/the-impact-of-south-africa-alcohol-bans-on-spirits/ ; https://www.news24.com/fin24/economy/south-africa/continued-ban-on-alcohol-sales-creating-incredible-risks-for-sa-eu-trade-20200811

[92] https://www.dailymaverick.co.za/article/2021-02-07-flourishing-illicit-trade-in-liquor-and-cigarettes-is-giving-the-fiscus-a-lockdown-hangover/

[93] https://www.news24.com/news24/analysis/analysis-tobacco-trade-bred-industry-with-criminality-political-links-embedded-in-dna-20200531

[94] https://taxjusticesa.co.za/investigation/

[95] https://taxjusticesa.co.za/investigation/ ; https://www.news24.com/news24/analysis/analysis-tobacco-trade-bred-industry-with-criminality-political-links-embedded-in-dna-20200531

[96] https://www.numbeo.com/cost-of-living/country_price_rankings?itemId=17&displayCurrency=ZAR

[97] https://www.atlanticcouncil.org/in-depth-research-reports/issue-brief/the-illicit-tobacco-trade-in-zimbabwe-and-south-africa/

[98] https://www.atlanticcouncil.org/in-depth-research-reports/issue-brief/the-illicit-tobacco-trade-in-zimbabwe-and-south-africa/

[99] https://www.polity.org.za/article/satta-calls-for-probe-into-sa-business-links-with-zimbabwe-tobacco-cartels-2021-02-10

[100] https://www.polity.org.za/article/satta-calls-for-probe-into-sa-business-links-with-zimbabwe-tobacco-cartels-2021-02-10

[101] https://www.signworldpk.com/projects/5f93e8fcdd07480017cdd9f0

[102] http://www.savannatobacco.com/?page_id=498&v=cd32106bcb6d

[103] http://www.pacificcigarette.com/leadership/adam-molai/

[104] https://www.polity.org.za/article/satta-calls-for-probe-into-sa-business-links-with-zimbabwe-tobacco-cartels-2021-02-10

[105] https://za.opera.news/za/en/business/b961142d1666df1d22e71c504c220b9c

[106] https://www.news24.com/fin24/Economy/South-Africa/the-rot-runs-deep-in-the-tobacco-sector-20180708-2

[107] https://www.theguardian.com/global-development/2020/jun/26/south-africa-tobacco-ban-greeted-with-cigarette-smuggling-boom

[108] https://www.atlanticcouncil.org/in-depth-research-reports/issue-brief/the-illicit-tobacco-trade-in-zimbabwe-and-south-africa/

[109] https://www.atlanticcouncil.org/in-depth-research-reports/issue-brief/the-illicit-tobacco-trade-in-zimbabwe-and-south-africa/

[110] https://www.atlanticcouncil.org/in-depth-research-reports/issue-brief/the-illicit-tobacco-trade-in-zimbabwe-and-south-africa/

[111] https://atca-africa.org/south-africa-illegal-cigarette-consignment-to-be-destroyed/

[112] https://fctc.who.int/protocol/overview

[113] https://blogs.bmj.com/tc/2018/04/30/south-africa-the-complex-politics-impeding-tobacco-control-progress/

[114] https://www.dailymaverick.co.za/article/2016-02-23-sars-wars-health-warning-tobacco-may-be-harmful-to-your-democracy/#.Ws4zqmacYWo

[115] https://www.atlanticcouncil.org/in-depth-research-reports/issue-brief/the-illicit-tobacco-trade-in-zimbabwe-and-south-africa/

[116] https://blogs.bmj.com/tc/2018/04/30/south-africa-the-complex-politics-impeding-tobacco-control-progress/

[117] https://www.dailymaverick.co.za/article/2016-02-23-sars-wars-health-warning-tobacco-may-be-harmful-to-your-democracy/#.Ws4zqmacYWo

[118] https://bat-uncovered.exposetobacco.org/wp-content/uploads/2021/09/BAT-in-South-Africa.pdf

[119] https://bat-uncovered.exposetobacco.org/wp-content/uploads/2021/09/BAT-in-South-Africa.pdf

[120] https://www.thebureauinvestigates.com/stories/2021-09-14/smoke-screen-british-american-tobacco-bribes-and-spies-in-the-tobacco-industry

[121] https://mg.co.za/africa/2021-09-13-bat-agents-brokered-zimbabwe-bribe-proposal/

[122] https://www.sfo.gov.uk/

[123] https://www.bbc.com/news/business-34944702

[124] https://www.infobae.com/en/2021/01/15/bat-corruption-bribery-probe-is-dropped-by-uk-prosecutors/

[125] https://www.news24.com/citypress/business/sars-smokes-out-big-tobacco-20150516

[126] https://tobaccotransformationalliance.co.za/gold-leaf-and-carnilinx-their-role-in-the-illicit-tobacco-trade/

[127] https://www.kaya959.co.za/mazzotti-this-mazzotti-that-mazzotti-101/

[128] https://www.enca.com/south-africa/malema-gets-r14m-bill-sars-report

[129] https://www.news24.com/news24/SouthAfrica/News/exclusive-the-damning-evidence-against-julius-malema-the-npa-chose-to-ignore-20191201

[130] https://www.france24.com/en/20120926-activist-malema-court-money-laundering-charges-tender-fraud-family-trust-politics-south-africa

[131] https://www.france24.com/en/20120926-activist-malema-court-money-laundering-charges-tender-fraud-family-trust-politics-south-africa

[132] https://legalbrief.co.za/diary/legalbrief-africa-new/story/startling-claims-link-zuma-family-to-dark-world-2/print/

[133] https://www.businesslive.co.za/bd/national/2020-05-26-i-am-not-adriano-mazzottis-friend-nkosazana-dlamini-zuma-tells-mps/

[134] https://www.timeslive.co.za/news/south-africa/2018-12-03-malemas-family-lives-on-estate-owned-by-cigarette-kingpin/

[135] https://briefly.co.za/20360-malemas-joburg-home-exclusive-estate-owned-by-adriano-mazzotti.html

[136] https://www.news24.com/fin24/economy/businessman-claiming-to-be-rogue-unit-victim-loses-court-bid-20190717

[137] https://www.news24.com/fin24/economy/businessman-claiming-to-be-rogue-unit-victim-loses-court-bid-20190717

[138] https://www.news24.com/news24/SouthAfrica/News/mkhwebane-finds-gordhan-violated-executive-ethics-code-sars-rogue-unit-was-unlawful-20190705

[139] https://www.news24.com/news24/SouthAfrica/News/mkhwebane-finds-gordhan-violated-executive-ethics-code-sars-rogue-unit-was-unlawful-20190705

[140] https://ewn.co.za/2020/12/07/mkhwebane-s-report-into-gordhan-sars-rogue-unit-set-aside

[141] https://www.businesslive.co.za/bd/national/2020-05-26-i-am-not-adriano-mazzottis-friend-nkosazana-dlamini-zuma-tells-mps/

[142] https://www.thesouthafrican.com/news/level-4-lockdown-nkosazana-dlamini-cigarettes-illegalwho-is-adriano-mazzotti/

[143] https://www.talkofthetown.co.za/2020/05/23/dlamini-zumas-alleged-links-to-illicit-cigarette-industry-spark-debate-over-smoking-ban/

[144] https://www.amazon.com/Presidents-Keepers-Those-keeping-prison-ebook/dp/B076YBL1WS

[145] https://www.thesouthafrican.com/news/level-4-lockdown-nkosazana-dlamini-cigarettes-illegalwho-is-adriano-mazzotti/

[146] https://www.dailymaverick.co.za/article/2019-02-19-sheriffs-raid-adriano-mazottis-home-and-premises-to-pay-taxman/

[147] https://www.bbc.com/news/world-africa-57996373

[148] https://www.news24.com/news24/southafrica/news/zuma-kicked-out-of-special-anc-nec-meeting-20210706

[149] https://www.dailymaverick.co.za/article/2021-11-04-ret-knives-out-for-ramaphosa-zuma-faction-mobilises-to-blame-party-president-for-poor-anc-showing/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte