Trafigura: pourquoi nous devrions en avoir peur

Il y a des noms de multinationales énormes et puissantes dont personne n'a jamais entendu parler, comme Trafigura. Il existe des hydres tentaculaires, composées de centaines de sociétés installées dans des paradis fiscaux - comme Trafigura. La propriété est si fragmentée qu'il est difficile de mettre un visage dessus, à l'exception du PDG Jeremy Weir

02

C'est peut-être là la force de la galaxie Trafigura : comme ses particules restent toujours dans l'ombre, il est plus facile de faire des choix extrêmement peu scrupuleux. Et pourtant, cette entité multicellulaire presque infinie, qui est le deuxième négociant en pétrole et le premier négociant en minéraux du monde, et qui gagne (avec la seule partie émergée de l'iceberg des entreprises) près de 150 milliards de dollars par an[1], reste non seulement l'un des points les plus sombres de l'économie de la mondialisation, mais aussi, effectivement, l'un des plus grands dangers pour l'équilibre social et environnemental de la planète.

Trafigura est née en Suisse en 1993 d'une côte de l'empire mondial du négoce minier dirigé par l'homme d'affaires israélien controversé Marc Rich, fondateur d'un autre géant multinational du négoce, le groupe Glencore[2], et de l'ambition de l'un de ses principaux collaborateurs, Claude Dauphin, qui est ensuite décédé d'un cancer en Colombie en 2015[3]. Mais alors que Glencore, notamment en raison de la grande exposition médiatique et politique de Marc Rich, a toujours essayé de créer le moins de flaques possible, Trafigura est née pour s'y vautrer et chercher, dans chaque situation controversée, une stratégie commercialement gagnante, à n'importe quel prix, comme cela s'est déjà produit à la fin du siècle dernier avec l'embargo contre l'Irak, dans le scandale "Oil for Food" duquel, outre Trafigura[4], des dizaines d'autres entreprises importantes étaient impliquées.

Pour décrire les activités de Trafigura, nous avons choisi le critère chronologique, afin de montrer, au moins, comment les activités du groupe se sont développées au cours des 15 dernières années, donc à partir du moment où Jeremy Weir a été approché par Claude Dauphin qui, très jeune, avait commencé à se battre contre le cancer.

2006 : la soude caustique en Côte d'Ivoire

Les premières années, afin de croître rapidement, Trafigura achète également du pétrole de mauvaise qualité, essayant de vendre ce que d'autres refusent de faire. En 2006, elle loue le pétrolier Probo Koala pour transporter 84 989 tonnes de cocker naphta[6], qui est le résidu d'un traitement pétrolier appelé " lavage caustique ", dont le résultat est extrêmement dangereux : Trafigura mélange le cocker naphta " caustique " avec de l'essence et le vend comme carburant[7]. Après des tentatives infructueuses à Malte, en Italie, à Gibraltar, aux Pays-Bas et au Nigeria[8], Trafigura essaie de le déverser au large des côtes néerlandaises, ce qui provoque un accident écologique. Une entreprise néerlandaise d'élimination des déchets toxiques arrive[9] et propose de le nettoyer pour 620 000 dollars - une somme que Trafigura refuse car elle est jugée exorbitante[10].

En août, le Probo Koala tente sa chance au large des côtes du Nigéria et paie 7 000 dollars à une entreprise locale, qui n'est pas en mesure de faire le travail[11]. Finalement, Trafigura confie le travail, sur les conseils des autorités ivoiriennes[12], à la Compagnie Tommy Inc. Québec pour seulement 17 000 $[13] - une société radiée du registre canadien[14]. La Compagnie Tommy déverse illégalement 528 000 mètres cubes de matières toxiques[15] (ce que Trafigura nie[16]) dans 18 décharges illégales près d'Abidjan le 19 août 2006[17], provoquant une énorme catastrophe environnementale et empoisonnant de nombreux habitants[18] : outre le carburant, 500 tonnes d'un mélange (sulfure d'hydrogène et hydroxyde de sodium) appelé soude caustique sont déversées sur le sol, tuant 15 personnes[19] (dans d'atroces souffrances[20]) et laissant plus de 100 000 personnes intoxiquées[21].

Le 14 septembre 2006, Trafigura a envoyé une équipe : une équipe de médecins, un géologue, un ingénieur, Claude Dauphin, Jean-Pierre Valentini et le capitaine N'Zi Kablan (Puma Energy Abidjan). Les trois sont arrêtés et emprisonnés pendant cinq mois[22]. Trafigura tente en vain de falsifier les comptes relatifs au Probo Koala[23], mais est découvert lors de procès (tous perdus) en Côte d'Ivoire, en Hollande et au Royaume-Uni[24].

En outre, la société est contrainte de verser 198 millions de dollars au gouvernement de la Côte d'Ivoire pour le nettoyage de l'environnement et les dommages aux victimes[25], 1,3 million d'euros aux Pays-Bas et 32 millions de sterling[26] pour indemniser 29 614 plaignants représentés par le cabinet d'avocats londonien Leigh Day & Co[27]. Mais cela ne s'arrête pas là : les indemnités sont empochées par un groupe qui prétendait faussement représenter les victimes, laissant environ 6 000 demandeurs les mains vides[28].

Adama Bictogo, ministre ivoirien de l'Intégration africaine, chargé de distribuer les indemnités aux victimes, a démissionné, accusé d'avoir volé 700 000 livres sterling d'un fonds d'indemnisation[29] (accusation également portée contre le ministre de l'Intérieur, Désiré Tagro)[30]. Lors du procès, Trafigura a eu l'occasion d'influencer les témoins[31] et a continué à clamer son innocence[32], affirmant que "ces refus peuvent, au pire, avoir provoqué un certain nombre de symptômes grippaux de faible intensité et une certaine anxiété"[33]. Mais des dizaines de courriels internes entre les responsables de Trafigura sont ensuite apparus, montrant que l'opération était dangereuse et que la direction le savait[34].

2006 : un pétrolier explose en Norvège

En 2006, Vest Tank ApS Hvide Sande (Danemark)[36] a négocié un contrat de 100 millions de couronnes[37] (qui, selon le propriétaire de Vest Tank, Trond Emblem, n'a jamais été signé[38]) avec Trafigura pour la désulfuration d'essence à très faible teneur en soufre en provenance du Mexique[39]. La qualité de la cargaison était si mauvaise qu'elle ne pouvait être vendue en Europe[40] et a donc été expédiée en Afrique : 150 000 tonnes en 6 expéditions[41]. La justice enquête : il semble que Trafigura soit impliquée dans le transport de déchets toxiques, et que la Norvège soit une destination possible en raison du faible contrôle des autorités locales[42].

Le 24 mai 2007 (alors que huit navires de Vest Tank étaient déjà arrivés dans le port de Sløvåg[43]), lors du traitement des résidus de cargaison des navires, Vest Tank a procédé au lavage de la citerne à l'aide d'acide chlorhydrique, créant ainsi un mélange volatil très instable[44]. En raison d'une inflammation produite par un filtre à charbon défectueux, une explosion est inévitable : la première explosion provoque un incendie dans la zone industrielle du port[45]. L'accident crée un énorme nuage toxique qui atteint Eivindvik, une ville située à une vingtaine de kilomètres, où vivent un millier d'habitants[46] : beaucoup de gens tombent malades, souffrent de vomissements et de pneumonie, mais personne ne vient les aider[47].

L'enquête sur le Vest Tank a ouvert un chapitre inquiétant : Trafigura, qui n'est pas directement responsable de l'incident, semble utiliser couramment ces pratiques pour raffiner à bas prix du carburant de mauvaise qualité[48], transformant ses propres pétroliers en cargos transportant des déchets toxiques[49], une activité strictement interdite en Europe[50], ce qui a valu à la société d'être condamnée en juillet 2010 pour trafic illégal de déchets, compte tenu de la récidive après l'affaire Probo Koala[51]. Il a également été découvert que l'un des navires de Vest Tank (le Probo Emu) transportait le même type de déchets que son navire jumeau, le Probo Koala, avait déversé en Côte d'Ivoire quelques mois auparavant[52].

En mai 2007, une découverte glaçante : Vest Tank a été rachetée quelques jours avant l'accident par une compagnie pétrolière estonienne, Alexela Logistics, dont Trafigura est un actionnaire minoritaire[53]. Selon la décision du tribunal, l'ancien propriétaire de Vest Tank a dû verser 160 millions de couronnes norvégiennes (NOK) à Alexela Solvaag pour couvrir les coûts de vidange des conteneurs, de rénovation du terminal et de nettoyage des dégâts causés par l'explosion[54]. Heiti Hääl, membre du conseil d'administration d'Alexela Logistics, affirme que la décision du tribunal a établi que Vest Tank a sciemment fourni de fausses informations sur le contenu des conteneurs[55].

2013 : le plus grand scandale de l'histoire du Brésil

L'opération Car Wash a débuté en mars 2014 sous la forme d'une enquête sur des soupçons de corruption de cadres de la compagnie pétrolière publique brésilienne Petrobras[57]. Au fil des mois, l'enquête s'est compliquée et l'affaire, qui a débuté à Curitiba (capitale de l'État du Paraná), s'est étendue au monde entier, devenant le plus grand scandale de l'histoire du Brésil[58], impliquant 42 pays[59], si bien que l'enquête est passée entre les mains de la Cour suprême fédérale[60]. L'enquête dure depuis sept ans, et en Suisse, des fonds d'une valeur de 1,1 milliard de dollars ont été gelés, dont 20 % ont déjà été saisis[61], alors que plus de 130 hommes d'affaires et politiciens ont été condamnés au Brésil[62], dont le populaire ex-président Luiz Inácio Lula da Silva[63], qui a commencé en avril 2018 à purger une peine de 12 ans de prison pour corruption[64], puis a été réhabilité par la Cour suprême en mars 2021, afin que Lula puisse se présenter aux élections présidentielles de 2022[65].

C'est un agent de Trafigura, Carlos Henrique Nogueira Herz[66], qui a avoué le premier et déclenché l'enquête, impliquant deux autres responsables de son groupe, José Maria Larocca[67] et Mike Wainwright[68], ainsi que l'ancien patron de Trafigura, le président Claude Dauphin[69]. Selon Herz[70], les dirigeants de Trafigura étaient au courant des millions de dollars de pots-de-vin versés à la direction de Petrobras[71]. Au total, les procureurs affirment que Trafigura a versé au moins 6,1 millions de dollars de pots-de-vin entre 2009 et 2014, dont 4,6 millions ont été gérés par Herz[72].

Un autre ancien cadre supérieur de Trafigura, Marciano Marcondes Ferraz, a été condamné en 2018 à 10 ans de prison[73], et a bénéficié d'une remise de peine pour avoir remis aux magistrats des documents montrant comment des cadres de Petrobras, utilisant des noms de code, négociaient un pot-de-vin de 10 à 20 centimes par baril de fioul vendu à Trafigura[74]. Entre 2011 et 2014, Ferraz a effectué des paiements de plus de 800 000 dollars à Paulo Roberto Costa, alors directeur de Petrobras[75].

L'ensemble du système de commerce avec Petrobras a fait l'objet d'une enquête criminelle, ce qui a conduit en novembre 2019 à la perquisition des bureaux de Trafigura et Vitol à Genève[76]. Entre 2004 et 2015, Trafigura a conclu des accords d'une valeur de plus de 9 milliards de dollars, dont une partie (1,5 million de dollars[77]) a été versée pour obtenir diverses concessions[78]. Trafigura nie toutes les accusations[79], mais les procureurs poursuivent, convaincus d'avoir des preuves détaillées des épisodes de corruption[80].

2013 : la corruption devient systématique

Afin de coordonner les opérations d'intermédiation en Afrique, Worldwide Energy Marketing & Consulting Inc. a été créée. Dubaï[82] : la société est un intermédiaire clandestin de Trafigura au Congo-Brazzaville[83], avec des bureaux centraux à Fujeirah et Dubaï[84]. En janvier 2001, elle a participé (par l'intermédiaire de son président Frédéric Fatien[85]) à une réunion des Congolais les plus influents, au cours de laquelle un accord a été conclu pour restructurer la dette de l'État de plus de 900 millions de dollars et réduire les taux d'intérêt facturés par le Congo à Trafigura[86].

Une partie de la dette (dont bénéficie l'élite politique congolaise[87]) provient de prêts non garantis de la Société Générale et d'ABN AmRo, un système en place depuis les années 1990, lorsque Glencore, Vitol et Trafigura/Worldwide Energy Marketing ont obtenu des prêts garantis par le pétrole qui n'avait pas encore été extrait[88], portant la dette publique congolaise à 105 % du PIB[89]. La spirale perverse de ce système permet non seulement de financer la corruption, mais aussi d'exporter les réserves de devises du pays vers des paradis fiscaux, tandis que l'État peine à rembourser un prêt de 135 millions d'euros accordé par la France, qui aurait été remboursé en trois ans seulement[90].

Frédéric Fatien, consul général de Côte d'Ivoire aux Émirats arabes unis[91], est arrivé au Congo en 1996 à la suite de son père Raymond[92], qui a fondé un groupe de construction et d'immobilier à Brazzaville avec Roald Goethe (un pilote de course automobile[93]) et Jean-François Piacentini[94] (un manager suisse[95] et directeur de SOCAR Trading SA Genève[96], une société commerciale également basée à Dubaï[97] qui travaille avec le gouvernement d'Azerbaïdjan[98] et plusieurs pays africains[99].

Fatien a commencé à gagner de l'argent en travaillant (entre 2003 et 2007) pour Yachting Engineering & Services Ltd. Londres[100], qui se trouve dans le même bâtiment que le bureau de Trafigura à Londres[101]. En septembre 2004, avec Roald Goethe et Jean-François Piacentini, il a fondé LML Location Materiel Lourd SA Luxembourg, dont les actionnaires sont Lauren Business Ltd Tortola (50%)[102] et Emerald Management SA Tortola (50%), et a commencé à travailler dans la logistique et le commerce du pétrole.

C'est un travail qui ne s'improvise pas. Fatien y est arrivé parce que, par l'intermédiaire de son père, il a rencontré l'architecte Pierre Fakhoury (Pétrole de Yam), un conseiller influent de l'ancien président ivoirien Félix Houphouët-Boigny[103] : l'homme qui, par manie de la grandeur, a fait construire l'église Notre-Dame de la Paix à Yamoussoukro (la construction de l'église a doublé la dette du pays[104]), et le Palais des Congrès à Abidjan[105]. Avant cela, Fakhoury avait travaillé pour Laurent Koudou Gbagbo (au pouvoir de 2000 à 2010, inculpé et acquitté en 2019 pour crimes contre l'humanité[106]), construisant (entre autres) le nouveau palais présidentiel, celui du Sénat et celui de l'Assemblée nationale à Yamoussoukro[107].

En 2011, Fakhoury a fondé la société de construction PFO AFRICA (de nombreux projets, notamment en Côte d'Ivoire[109], payés avec des concessions pétrolières pour son Yam's Petroleum[110] et un don de 1,6 million de barils de pétrole brut[111]) et a mis son fils Clyde à la direction[112]. Après cela, Fakhoury s'est tourné vers le réseautage en France : l'avocat Robert Bourgi, Jacques Foccart, et d'autres membres du personnel du député controversé Claude Guéant[113]. Il n'a même pas exploité le très prometteur[114] permis de forage CI-100[115], mais l'a vendu à Total (60%) et à Petroci - Société nationale d'opérations pétrolières de Côte d'Ivoire (10%, acheté avec un prêt bancaire négocié par Worldwide Energy[116]), gardant 25%[117]. La part de Yam est vendue par Worldwide Energy à Dubaï : sept expéditions annuelles de 650 000 barils de pétrole chacune[118]. Avec l'argent gagné, Fakhoury cherche de l'or en Côte d'Ivoire[119] et en Guinée[120].

D'autres amis gagnent aussi beaucoup d'argent grâce à Fakhoury. Roald Fridtjof Goethe, responsable du négoce pétrolier africain chez Trafigura, possède plusieurs sociétés de courtage pétrolier : la Delaney Petroleum Corporation Tortola (bureaux à Genève et à Dubaï[121]), et une pléthore d'autres sociétés commerciales et financières dispersées dans le monde[122]. Jean-Pierre Baptiste Valentini, bien qu'il ait officiellement quitté Trafigura, travaille toujours avec ses anciens collègues à Dubaï[123] et continue de participer, avec Mike Wainwright, COO de Trafigura, et Roald Goethe, aux courses automobiles organisées par l'écurie de Fatien, GPX Racing Fze. Dubaï[124].

Valentini n'est pas parti volontairement, mais a été contraint de le faire : en février 2021, il était impliqué, par le parquet de Marseille, dans une enquête pénale pour blanchiment d'argent lié à des projets d'investissement à Courchevel[125] (avec Antony Perrino, un constructeur bien connu[126], actionnaire du club de football d'Ajaccio, de la compagnie maritime de l'île et ancien PDG du journal "Corse-Matin"[127].

Avec Valentini, également corse, selon la justice, Perrino faisait partie d'une bande criminelle connue sous le nom de "Le Petit Bar"[128], impliquée dans des trafics internationaux, impliqué dans le trafic international de drogue et l'extorsion[129]. Valentini est désormais conseiller indépendant de Frédéric Fatien[130] et planifie, avec Perrino, plusieurs opérations immobilières en plus de celle de Courchevel pour laquelle il est mis en examen[131]. Valentini est également membre du conseil d'administration de la société française AMR Alliance Minière Responsable[132].

Le prépaiement des produits de base (en d'autres termes, un prêt qui est remboursé par des expéditions futures de pétrole ou de minéraux) est un outil séculaire utilisé par les négociants internationaux. Les négociants gagnent entre 8 et 10 %[133], c'est pourquoi ces accords sont signés en secret. Des pays comme le Congo et le Tchad se sont retrouvés au bord de la faillite après l'effondrement des prix des matières premières, en partie parce que le Fonds monétaire international refuse de les aider tant qu'ils n'auront pas restructuré leur dette envers les négociants[134].

Au fil des ans, les paiements anticipés de Trafigura sont passés de 700 millions de dollars (2013) à plus de 5 milliards de dollars (2019) par le biais de prêts contrôlés et structurés par plus de 130 structures financières offshore dans le monde entier[136]. Dans un cas, celui de la Côte d'Ivoire, la croissance de l'exposition de la dette à Trafigura a créé une sorte de monopole de facto : lorsque Worldwide Energy a conclu le contrat de paiement anticipé de 295 millions de dollars pour un million de barils de pétrole[137] avec Petroci[138], dirigé par le beau-frère de Laurent Gbagbo[139], en 2015, la crise du prix des matières premières qui a suivi et qui était inattendue a procuré une perte sèche de 75% pour le gouvernement d'Abidjan[140]. Pour renégocier l'accord, elle a dû promettre plus de barils à Worldwide Energy en février 2018 et a vendu sa chaîne de stations-service (37 stations) à Puma Energy (groupe Trafigura)[141].

Bien que le gouvernement ait changé le directeur général de Petroci en nommant Ibrahima Diaby[142], qui s'est vu confier la tâche difficile de restructurer l'entreprise[143], une chose était impossible à changer : l'accord entre Petroci et Puma Energy, qui prévoit la création d'une entreprise commune, Puma Energy Petroleum Côte d'Ivoire, dont l'État ne contrôle que 20 %, mais apporte 50 % de la matière première[144]. Pour tenter de sauver Petroci[145], Diaby a licencié 40 managers et s'est attiré les foudres des politiciens ivoiriens[146].

Pour en revenir au Congo, Denis Marie-Auguste Gokana, président de la SNPC Société Nationale de Pétroles du Congo[147], ami et conseiller du président Denis Sassou-Nguesso[148], et la direction de Trafigura ont imaginé une méthode spectaculaire pour financer le parti qui soutient le gouvernement de Brazzaville : Trafigura prête à deux sociétés indiquées par Gokana (Sphynx Bermuda Ltd. Hamilton et Africa Oil and Gas Corporation SA Brazzaville) 650 millions de dollars, et en retour il livre, sous forme de remboursements de prêts (plus les intérêts), du pétrole d'une valeur de 1,4 milliard de dollars, produit par la SNPC, dont il est le président[149]. La plainte déposée par l'ONG Global Witness, basée à Londres, n'a pas eu de conséquences jusqu'à présent[150].

En octobre 2020, Trafugura a annoncé qu'il souhaitait redémarrer sa mine de cuivre de Mawson West (au nord du lac Mweru dans la province du Haut-Katanga) en République démocratique du Congo, qui avait été fermée en raison de l'instabilité des prix du cuivre[151]. Un mois plus tard, Trafigura signe un accord avec l'entreprise publique congolaise Entreprise Générale du Cobalt (détenue à 95 % par la Gécamines et à 5 % directement par le gouvernement[152]) pour " améliorer les conditions des sites miniers "[153] en échange de fournitures de cobalt (la RDC est le premier producteur mondial)[154].

2014 : Les banques se rebellent

En juin 2014, BNP Paribas a payé une amende au gouvernement américain (8,97 milliards de dollars ou 6,6 milliards d'euros) pour avoir violé les sanctions économiques contre Cuba, le Soudan du Sud et l'Iran - une amende imposée après que la banque a reconnu sa responsabilité et accepté une suspension en 2015 des opérations de compensation établies par la Réserve fédérale pour ceux qui font des affaires avec les pays du tiers monde[156]. Parmi les raisons de cette décision sévère, citons le fait que le volume des transactions était très important et qu'il existait des preuves que la banque était consciente de violer l'embargo[157].

BNP Paribas a admis avoir participé à près de 9 milliards de dollars de transactions interdites entre 2004 et 2012, notamment au Soudan du Sud : les transactions illicites comprenaient une compagnie pétrolière basée à Dubaï qui couvrait en réalité une compagnie pétrolière iranienne[158]. Ce nom n'a pas été divulgué, mais on soupçonne qu'il s'agit de Trafigura, car BNP Paribas, dès qu'elle a reçu l'amende, a annulé la relation et coupé le financement et les prêts de trois ans pour le commerce des matières premières à Trafigura Dubaï[159].

Cependant, le BNP avait déjà soutenu les relations commerciales de Trafigura et Vitol au Sud-Soudan[160]. Avec la guerre en cours, l'autorité sécessionniste a vendu son futur pétrole, s'enfonçant dans la dette[161] : au 25 juin 2014, le Soudan du Sud devait 256 millions de dollars à la China's National Petroleum Corporation et 78 millions de dollars supplémentaires à Trafigura[162], en vertu d'un contrat signé en 2012[163]. Pour cette raison, en 2014, Trafigura a été exclu du portefeuille d'investissement de certains fonds de pension d'État américains (Kansas, Colorado, Iowa et Dakota du Sud[164]).

La direction de Trafigura a d'excellents contacts dans les pays sous embargo. En janvier 2016, dès la levée des sanctions sur les exportations de pétrole de Téhéran, Trafigura était prêt[165] : fin juin, il avait sa première cargaison de brut iranien sur le pétrolier Olympic Target, devançant la concurrence de Glencore et Vitol[166]. Mais les liens étaient déjà là avant : en octobre 2011, Trafigura a livré de l'aluminium à Iralco Fze. Arak (la société qui fournit le programme nucléaire iranien) - selon les experts de l'ONU, c'est "un moyen de violer les restrictions sur le commerce avec l'Iran"[167]. Le responsable de ces accords est Christophe Salmon, un cadre de BNP Paribas qui a rejoint le personnel contractuel de Trafigura en 2001[168].

La relation avec le Sud-Soudan est une histoire d'amour de longue date. En janvier 2012, Trafigura a été accusée d'avoir acheté du pétrole brut (pour 815 millions de dollars) que les milices soudanaises avaient pillé pendant la guerre[169]. Le Sud-Soudan est enclavé et est contraint d'exporter du pétrole (qui représente 98 % des revenus du pays) via un oléoduc traversant le Soudan, pour l'utilisation duquel Khartoum exige de ses voisins des redevances de plusieurs millions de dollars, ou "saisit" et revend le brut - ce qui a entraîné l'arrêt de la production pétrolière du Sud-Soudan[170].

La compagnie pétrolière publique du Sud-Soudan, Nilepet, est sous le contrôle direct du président et du chef du bureau de la sécurité intérieure du Sud-Soudan (NSS)[171], le général Akol Koor Kuc[172]. Une grande partie des revenus pétroliers a été versée au NSS et aux milices tribales[173]. Entre-temps, cependant, Nilepet, ainsi que le ministère du Pétrole et des Mines, sont au centre d'un programme controversé de prêts garantis par le pétrole qui est devenu un scandale : le gouvernement trouve des partenaires disposés à payer le pétrole qui n'a pas encore été extrait à des conditions extrêmement favorables, et ces avances fournissent des liquidités au gouvernement[174].

125 millions ont été négociés avec Trafigura[176]. L'année suivante, le ministère des finances a remboursé 184 millions de dollars[177], dans une spirale perverse qui a aggravé la situation économique du pays[178] : "Après les remboursements à Trafigura et d'autres déductions (...), le Sud-Soudan n'a reçu que 24 % des recettes pétrolières brutes, mais n'a pas pu se refinancer avec les avances sur le pétrole. Après les avances pétrolières nettes, le gouvernement n'a reçu que 14% des revenus pétroliers bruts"[179].

En novembre 2016, Africa Intelligence mentionne une lettre dans laquelle un directeur de Trafigura propose aux ministères des Finances et du Pétrole 10 millions de dollars pour " faciliter l'attribution de la cargaison [de pétrole de novembre 2016] et également soutenir le ministère dans ses activités "[180]. La direction de Trafigura s'est refusée à tout commentaire : le Sud-Soudan ne faisant pas partie des membres de l'ITIE, Trafigura n'est pas tenue de divulguer des informations sur les paiements : "Trafigura a livré des produits raffinés à Nilepet et a été payée en retour"[181]. Et c'est tout.

En 2019, au Soudan du Sud, Trafigura est impliquée dans une affaire de trafic d'armes : l'ONG Public Eye découvre deux documents, datés de janvier 2016, dans lesquels on peut lire un paiement de 45 millions de dollars, versé par Trafigura sur un compte bancaire au nom de ZIVHG Ltd pour financer des " projets agricoles ", plus 35 autres millions de dollars versés au ministère des Finances du Soudan du Sud[182], plus 85,2 millions de dollars pour la période 2017/2018 et 48,6 millions de dollars pour 2018/2019[183].

Derrière ZIVHG Ltd se cache Israel Ziv, un général de l'armée israélienne à la retraite qui, selon l'OFAC, Office Foreign Assets Control[184], aurait fourni des armes et des munitions au gouvernement du Sud-Soudan et à l'opposition pour un montant d'environ 150 millions de dollars en utilisant une ferme payée illicitement par Trafigura : Ziv aurait également planifié des attaques de mercenaires contre les champs pétrolifères et les infrastructures du Sud-Soudan afin de créer un problème que seule sa société pourrait résoudre[185]. Ziv connaît la direction de Trafigura : il a travaillé avec eux en Colombie, avec sa société CST Global, sur le projet Impala Terminals[186].

2017 : une catastrophe en Finlande

En 2017, Trafigura a acheté 15 % de la mine publique de nickel de Talvivaara[188] pour 75 millions d'euros[189], une mine qui a mauvaise réputation[190] en raison de ses liens présumés avec la Russie, d'une fraude fiscale présumée et de scandales liés aux déchets toxiques[191]. Le gouvernement finlandais affirme que Trafigura a fait l'objet d'un examen approfondi avant d'être accepté comme actionnaire de la société holding publique Terrafame, qui contrôle Talvivaara[192].

Au fil du temps, Trafigura a augmenté sa participation[193] par l'intermédiaire de ses deux filiales, Galena Asset Management SA Genève et Galena Private Equity Resources Fund[194], et détient désormais 44,3 % de Terrafame[195]. Avec l'aide de Trafigura, le gouvernement finlandais construit la plus grande usine de sulfate de nickel au monde : la nouvelle usine chimique destinée aux batteries de véhicules électriques sera opérationnelle avant Noël 2021, et Trafigura fera office d'agent commercial exclusif pour toute la production de nickel et de cobalt jusqu'en 2027[196].

Talvivaara Mining a un long passé de problèmes environnementaux, car la concentration de sulfate produite par l'usine a souvent dépassé les niveaux autorisés, provoquant une grave pollution des lacs et des rivières de la région[197]. C'est pourquoi l'entreprise a reçu plusieurs amendes[198], dont le point culminant a été, en novembre 2012, une importante fuite du bassin de déchets de gypse qui a été contaminé par du nickel, de l'uranium et d'autres métaux toxiques, dont les dommages sont permanents[199].

La controverse en Finlande ne s'est pas calmée, car la part des investissements de Trafigura continue d'augmenter, mais pas de manière claire et linéaire[200] : au moment où elle a acheté sa première participation dans Terrafame en 2017, plus de 100 sociétés bahaméennes, 21 sociétés suisses, 18 sociétés luxembourgeoises, 16 sociétés maltaises et 10 aux Îles Marshall tournaient autour de Trafigura - Trafigura est enregistrée à Singapour, est détenue par Farringford NV Willemstad (Curaçao), et personne ne sait qui la contrôle[201].

Les banques ont, à plusieurs reprises, signalé aux autorités compétentes des soupçons de blanchiment d'argent[202]. La Deutsche Bank, par exemple, a déposé un rapport auprès des autorités américaines sur des transferts suspects de plus de 30 milliards de dollars effectués par Trafigura[203]. Trafigura transfère presque quotidiennement des centaines de millions d'euros à des sociétés situées dans des paradis fiscaux qui semblent en sommeil, dont beaucoup ont été fondées par le célèbre cabinet d'avocats panaméen Mossack y Fonseca[204], qui fait l'objet d'une enquête[205] depuis le scandale des Panama Papers[206]. Les enquêtes se poursuivent aux États-Unis[207].

Un exemple : en octobre 2013 et mars 2015, Trafigura a envoyé environ cent millions d'euros à une société appelée Landfall Universe Limited[209]. Landfall communique à la Standard Charter Bank trois adresses différentes : la Tanzanie (620 347 589 $ en 182 entre juillet 2013 et janvier 2016)[210], la Chine et les îles Vierges - mais la banque, qui a signalé les paiements aux autorités, n'a pas été en mesure de découvrir les propriétaires de la société ou où elle se trouve réellement[211].

Après cela, Landfall Universe a reçu plus de 300 millions d'euros de la société chinoise SHG Sichuan Hongda Group Company Ltd[212] - une société minière contrôlée par Hanlong et cotée à la bourse de Shanghai, qui a signé en septembre 2011 un accord de 3 milliards de dollars avec la Tanzanie pour exploiter le charbon et le fer[213], dont le propriétaire Liu Han a été condamné à mort et exécuté en 2015[214] pour meurtre, trafic d'armes, jeux illégaux et autres crimes[215]. Une autre société probablement contrôlée par Trafigura[216], Mercuria Energy Trading SA Singapore[217], qui fait le commerce de biens de consommation pharmaceutiques, a payé à Landfall Universe 18 factures d'un montant total de 110 622 043 dollars entre le 21 janvier 2014 et le 5 janvier 2015[218].

2018 : troubles en Colombie et révolution au Zimbabwe

En décembre 2018[220], Trafigura, avec IFM Global Infrastructure Fund[221], a investi à parts égales[222] dans le projet appelé Impala Terminals[223] - la création d'un réseau de 28 infrastructures portuaires au Mexique, en Espagne, en Colombie, au Pérou et en Uruguay pour stimuler le transport par bateau du plomb, du zinc et du cuivre[224]. Impala Terminals Group Sarl Luxembourg existe depuis 1996, puis en 2011 Impala Terminals Colombia SAS a été créée[225]. Impala Terminals Group a ensuite vendu toutes ses sociétés (2016), à l'exception d'Impala Terminals Colombia SAS[226], dont les actifs ont été vendus à Simba Holding Sarl Luxembourg[227], dont 50 % ont été vendus à IFM Global Infrastructure Fund[228], tandis que la société, devenue une coquille vide, est restée détenue à 100 % par Trafigura.

Impala a investi plus d'un milliard d'USD (environ 500 millions d'USD pour le port intérieur de Barrancabermeja, 450 millions d'USD pour une flotte de barges fluviales et le reste pour les installations et les frais administratifs)[229] pour développer le réseau fluvial sur le fleuve Magdalena, le plus grand et le plus important de Colombie, afin de contrôler le port de Barrancabermeja où se trouvent les deux principales raffineries de pétrole du pays, ainsi que les terminaux ferroviaires pour les mines de charbon et l'importation d'engrais et de céréales[230]. Une entreprise très importante et rentable.

Des problèmes sont apparus lorsque le projet public de construction de digues (sans lesquelles le fleuve ne serait pas navigable) a été attribué à Navelena SAS Barrancabermeja (une coentreprise entre la société brésilienne Oderbrecht[231] et le consortium privé Valores y Contratos SA Barranquilla[232]) en échange d'argent et d'une licence pour gérer le fleuve pendant sept ans[233]. Le scandale Odebrecht a éclaté : des millions de dollars de pots-de-vin à l'ancien ministre des transports Gabriel Ignacio Garcia Morales, versés pour remporter le contrat de construction de la dernière partie de l'autoroute Ruta del Sol[234]. Navelena ne commence même pas les travaux et, en avril 2017, l'État révoque la licence[235], de sorte qu'Impala Terminals ne peut transporter que 30 % de la quantité prévue de marchandises[236]. Le gouvernement colombien étudie toujours les nouvelles règles de l'appel d'offres...[237]

La pression exercée par Trafigura sur les gouvernements, lorsque la direction a le sentiment de contrôler la situation, peut entraîner des changements politiques surprenants : le Zimbabwe, par exemple, a toujours été en proie à des pénuries de carburant et de devises étrangères et l'économie est confrontée à la pire crise de son histoire[238]. Trafigura approvisionne le gouvernement en carburant à crédit depuis des années. Pourtant, depuis des mois, le président Robert Mugabe doit faire face à la colère populaire en raison des longues files d'attente dans les stations-service[239]. Trafigura approvisionne le Zimbabwe par l'intermédiaire de Puma Energy, qui utilise à son tour un pipeline de 500 km reliant le Mozambique au port de Beira, dans l'océan Indien[240]. Bien que Puma soit de plus en plus souple en matière de paiements[241], le gouvernement ne peut pas payer et les besoins en fournitures sont de plus en plus importants[242].

En 2018, le principal partenaire de Puma aux côtés du gouvernement de Harare et de l'homme d'affaires Kudakwashe Regimond Tagwirei, propriétaire de Sakunda Holding, qui détient une licence exclusive pour l'oléoduc Feruka, reliant le Mozambique à la capitale zimbabwéenne et qui, étonnamment, au lieu de percevoir des créances, accorde au gouvernement un prêt de 22,75 millions de dollars, versé à la société pétrolière d'État, NOIC National Oil Infrastructure Company[244]. Grâce à ce prêt, Trafigura augmente les prix des carburants[245]. Tagwirei est également un homme politique, très proche de la ZANU-PF, le parti de Mugabe et de son bras droit de l'époque, Emmerson Mnangagwa[246].

La confusion ne s'éclaircit qu'en 2020 : Tagwirei détient une participation minoritaire dans Sekunda Holding, qui a été rachetée en février dernier par l'actionnaire majoritaire, Trafigura[247]. Entre-temps, Tagwirei est conseiller auprès du nouveau gouvernement, présidé par Emmerson Mnangagwa, qui, jusqu'à son élection, avait un contrat externe avec Puma Energy[248]. La population interprète les faits de cette manière : Mnangagwa, Tagwirei et Trafigura s'étaient concertés pour forcer la démission de Mugabe et étrangler le Zimbabwe sous l'emprise de la dette, dont ils étaient les seuls à pouvoir le sauver - par un acte de clémence.

Le pouvoir judiciaire s'est déchaîné contre Tagwirei[249] et l'a accusé de fraude, de corruption, de pillage[250] et de favoriser l'accès aux devises fortes[251]. En 2019, la Banque de réserve du Zimbabwe gèle les comptes bancaires de Sakunda après que le FMI a averti que ce sont les paiements de l'État à cette entreprise, d'une valeur de centaines de millions de dollars (imprimés par la Banque centrale du Zimbabwe), qui ont déclenché l'effondrement du dollar zimbabwéen[252]. Les soupçons populaires sont ensuite corroborés par une source autorisée, et Sakunda Holdings Pte Ltd Harare est placé sur la liste des sanctions économiques américaines, tout comme Tagwirei[253].

En 2020, Tagwirei crée une nouvelle société, Sotic International Ltd. Port Louis (Maurice), qui achète des mines au Zimbabwe[254] et accorde un prêt de 1,2 milliard de dollars à la NOIC National Oil Infrastructure Company[255]. Bien que la direction de Sotic soit composée d'anciens employés de Trafigura et de Puma Energy, Trafigura nie tout lien avec Sotic[256], à l'exception du partenariat dans Sakunda Petroleum (51% Sotic, 49% Puma)[257].

2019 : le scandale des intermédiaires et les poursuites contre les clients

Les contrats sur le marché des matières premières sont obtenus grâce au travail d'intermédiaires locaux - des personnes disposant de réseaux de relations au sein des gouvernements, dont les actions se situent toujours entre professionnalisme, influence personnelle et corruption. Trafigura a toujours été l'un des groupes disposant des courtiers les plus efficaces, mais en 2019, il a été contraint de rompre ses relations avec nombre d'entre eux parce que le ministère américain de la Justice[259] et des procureurs en Suisse et au Brésil[260] enquêtent sur plusieurs d'entre eux pour des soupçons de corruption - même si le PDG de Trafigura, Jeremy Weir, assure que les techniciens portuaires et aéroportuaires, ainsi que les experts en assurance et en sécurité, ne sont pas concernés par la mesure[261].

Selon les premiers résultats des enquêtes, les courtiers de Trafigura ont versé des pots-de-vin au Brésil, au Nigeria, en Algérie, en République du Congo et en République démocratique du Congo[262], atteignant le chiffre record de 22 millions de dollars US pour un pot-de-vin en Équateur[263]. Après tout, dans certains pays, il est impossible d'obtenir un contrat sans corruption. Au Brésil, où Trafigura aurait versé des pots-de-vin d'un montant de 1,5 million de dollars[264], les enquêtes concernent également tous les concurrents : Glencore et Vitol auraient également payé régulièrement des cadres infidèles à Petrobras (la compagnie pétrolière publique Petroleo Brasileiro SA)[265].

Autre exemple : en 2006, Trafigura aurait fait don de 31 millions de dollars au parti au pouvoir en Jamaïque (le PNP, parti national du peuple[266]) en échange de contrats de carburant achetés au Nigeria[267]. Depuis mars 2021, les principaux responsables du gouvernement jamaïcain de l'époque sont devant les tribunaux[268] : la Première ministre Portia Simpson Miller[269], le ministre de l'Énergie Phillip Paulwell[270], l'ancien président du PNP Robert "Bobby" Pickersgill[271], l'ancien secrétaire général du PNP et ministre de l'Information Colin Campbell[272], et l'intermédiaire Norton Wordsworth Hinds[273].

Les mêmes accusations ont été portées à l'encontre de l'ancien ministre zambien de la Justice, Wynter Kabimba[274], qui a fait l'objet d'une enquête en 2012 pour avoir accepté un pot-de-vin de Trafigura en vue de la conclusion d'un contrat de 500 millions de dollars portant sur du carburant avec Midland Energy Zambia, dont Kabimba est membre du conseil d'administration et actionnaire majoritaire[275]. Malgré ses dénégations, Kabimba est appelé à témoigner devant la Commission anti-corruption[276] : il est sauvé par le président Michael Sata, qui empêche les magistrats[277] de terminer le procès contre son ministre de la Justice[278], et leur ordonne de l'acquitter pour insuffisance de preuves[279].

Mais c'est l'Afrique. Ailleurs, où il est plus difficile de corrompre, les contrats commerciaux se terminent souvent par des litiges compliqués et coûteux devant les tribunaux. Un exemple : Nyrstar NV Balen (Belgique)[280] est l'une des plus grandes raffineries de zinc et de plomb au monde et connaît depuis longtemps des problèmes financiers et opérationnels. Trafigura a racheté 98 %[281] de Nyrstar[282] pour tenter de sauver la société[283]. Certains actionnaires minoritaires qui ont failli être contraints de vendre ont intenté une action en justice contre Trafigura et allèguent que le groupe a usé de son influence sur la direction de Nyrstar pour négocier des contrats et des accords favorables uniquement à Trafigura (tels que d'importantes remises commerciales - 37 dollars par tonne de minerai traité pour Trafigura contre 147 dollars par tonne sur le marché[284]). Ces accords, selon l'accusation, n'ont fait que créer davantage de pertes pour Nyrstar à partir de 2016[285], aggravant son état financier. Les enquêtes menées par l'autorité financière belge (FSMA) et l'auditeur Deloitte ont révélé qu'il existait de nombreuses preuves suggérant que la direction de Nyrstar avait volontairement cessé de défendre les intérêts des actionnaires de Nyrstar, à l'exception d'un seul : Trafigura[286]. L'affaire est toujours en cours.

Un autre exemple. En janvier 2016, Nautica Marine Ltd. Monrovia (Liberia) a proposé le navire "Leonidas" (à la location) pour transporter du pétrole brut des Caraïbes vers l'Extrême-Orient, et a conclu un accord non contraignant avec Trafigura[288]. Dans l'attente d'un contrat signé, Nautica Marine a accepté de réduire ses honoraires de 75 000 dollars et, dès que Trafigura a eu cette offre en main, a annulé l'affrètement[289]. L'affaire a été portée devant les tribunaux, car Nautica considérait que l'accord était valable, ce qui n'était pas le cas de Trafigura[290]. Finalement, la compagnie libérienne, pour au moins couvrir ses frais (un navire, même stationnaire, a besoin d'un équipage et d'un entretien), a accepté un contrat pour 491 690,67 dollars de moins - sans document signé, en effet, pour le tribunal, il n'y a aucune obligation[291].

Un autre exemple. Le négociant Curaçao Oil (Curoil) NV Willemstad[292] conclut un contrat avec Trafigura pour l'achat de 150 000 barils de fuel marin, qui comprend une inspection indépendante de la qualité du produit[293]. Lors de la livraison en mai 2018, les techniciens engagés par Curaçao Oil déclarent qu'elle est conforme - mais en juin, lorsque Curoil commence à l'utiliser, il s'avère que cette déclaration est fausse, et que cette huile endommage les moteurs[294]. Curoil a intenté en vain une action en justice contre Trafigura, réclamant environ 9 millions de dollars de dommages et intérêts, mais en février 2020, le tribunal d'arbitrage a rejeté la demande car, selon les juges, les experts, et non Trafigura, étaient responsables de l'erreur, et le soupçon que ces experts aient été manipulés ou conseillés n'a pas été prouvé[295].

La même chose s'était produite en octobre 2019, lorsqu'une raffinerie du Texas, Valero Energy Corporation[296], avait intenté un procès à Trafigura devant le tribunal de district de Houston parce qu'elle avait acheté à Trafigura 186 000 barils de carburant marin qui avaient gravement endommagé les moteurs des navires sur lesquels ils étaient utilisés[297]. Alors que Trafigura se battait pour que le tribunal ne siège pas au Texas[298], la société chimique mexicaine Indelpro SA a intenté une action en justice contre Trafigura et Valero[299], affirmant que cette dernière était déjà au courant de la nocivité de ce carburant[300]. La même chose s'est produite entre 2019 et 2020 : Valero a poursuivi Chembulk Ocean Transport Llc Majuro (Îles Marshall)[301], puis la National Shipping Company of Saudi Arabia[302], dont le navire est resté à la dérive pendant deux jours et dont les réparations ont coûté 1,1 million de dollars[303] - et en décembre 2019, ils ont tous deux gagné : c'est Valero qui devait payer, pas Trafigura[304].

Parfois, le soupçon de fraude est associé à celui de corruption : en juillet 2020, Trafigura signale à Credit Suisse compliance une facture suspecte, payée par la société australienne Greensill Capital Pty. Ltd Bundaberg (Queensland)[305], très proche du Premier ministre britannique David Cameron[306]), qui a payé une partie de la dette de Trafigura à Liberty Commodities, société de l'homme d'affaires indien controversé Sanjeev Gupta - contrôlée via sa société de négoce de matières premières GFG Alliance Ltd Londres[307]. On a découvert une série de prêts non garantis accordés par Greensill à diverses parties, qui ont été remboursés par le biais d'un compte commun avec le Crédit Suisse[308]. Liberty Commodities a levé (illicitement) des fonds auprès de Greensill contre une facture de 30 millions de dollars émise à l'intention de Trafigura : ce qui signifie que les investisseurs de ce compte au Credit Suisse auraient reçu des intérêts sur une opération illicite, lorsque Trafigura aurait payé cette facture, ce qu'elle s'est bien gardée de faire[309].

Le fonds caché du Credit Suisse, constitué de factures de Greensill Capital d'une valeur de 10 milliards de dollars, exaspère évidemment les clients de la banque qui y ont versé des milliards de dollars[310]. Le Credit Suisse annonce que 1,2 milliard de dollars ont disparu dans les griffes de Gupta, qui s'est depuis déclaré en faillite et ne les rendra pas[311]. Les clients font appel à la Cour, affirmant qu'ils ne savent rien du groupe GFG de Gupta, mais qu'ils ont toujours pensé que le fonds était alimenté par une optimisation fiscale interne au groupe Trafigura[312] : à l'appui de cette thèse, ils apportent des contrats d'achat de métaux par Trafigura à GFG, et le prêt (garanti par Greensill Capital) de 350 millions de dollars avec lequel Trafigura a aidé GFG à acheter une fonderie d'aluminium française, à Dunkerque, en 2018[313]. Entre-temps, toutes les entités concernées ont déposé leur bilan[314].

2020 : alliance croissante avec Rosneft

Trafigura possède des bureaux dans 48 pays du monde entier[316], dont l'Ukraine (Trafigura Ukraine TOO Kiev[317]) et la Russie (Trafigura Eurasia OOO Moscou[318]). Trafigura est donc devenu un acteur de plus en plus important sur le marché pétrolier russe[319], car il travaille même lorsque les autres négociants se retirent en raison des sanctions liées à la guerre contre l'Ukraine, aidant ainsi des entreprises comme Rosneft, bloquées par l'embargo[320].

Au cours du seul mois d'avril 2015, Trafigura a acheté près de 9 millions de barils de brut pour un total de plus de 500 millions de dollars, et en mai, les chiffres étaient similaires : un fait qui a été noté, étant donné qu'en 2014, Trafigura et Rosneft n'avaient jamais échangé plus d'un million de barils par mois[321]. Pour éviter de violer l'embargo, Trafigura a accordé des crédits à Rosneft, qu'elle a ensuite payés en pétrole brut, évitant ainsi l'échange d'argent[322].

En août 2017, Trafigura (par l'intermédiaire de sa société Kesani Enterprises Ltd) a fait partie du consortium (avec United Capital Partners - UCP Investment Group[323] de Ilya Scherbovich[324]), dirigé par Rosneft, qui a pris le contrôle de Nayara Energy Ltd[325] (en rachetant ensemble 98 % de la société), anciennement Essar Oil Ltd. Mumbai[326], qui comprend le raffinage, le marketing, la production et un réseau de plus de 6 000 stations-service, ainsi que l'exploitation de la deuxième raffinerie de pétrole de l'Inde à Vadinar, Gujarat[327].

En décembre 2020, Trafigura a acheté 10 % de Vostok Oil, à Rosneft, pour un montant d'environ 7 milliards d'euros[328] : un projet ambitieux soutenu personnellement par Vladimir Poutine[329] pour rassembler les vastes ressources de Rosneft dans l'Arctique et les relier, via la "route de la mer du Nord", aux marchés d'Europe et d'Asie[330], un achat qui permettra à Trafigura d'entrer officiellement dans l'importante région de Taymyr (Sibérie)[331], avec ses énormes réserves[332] dépassant 1 milliard de tonnes de pétrole[333]. Au début du projet, Igor Sechin, le directeur de Rosneft, a présenté à M. Poutine une bouteille du premier pétrole du projet, affirmant qu'il était meilleur que le pétrole du Moyen-Orient[334]. Aujourd'hui, Trafigura est le premier investisseur dans le projet et a pour objectif d'échanger 50 millions de tonnes par an dans le cadre du projet au début, et plus de 100 après son achèvement[335].

2021 : Transactions étranges en Angola et à Dubaï

En avril 2021, Trafigura, Puma Energy Holdings Pte Ltd et Sonangol ont réalisé une transaction qui n'avait aucun sens apparent. Puma Energy, la filiale de Trafigura déficitaire depuis 2018 et qui, pour éviter la faillite, a vendu ses opérations en Indonésie, au Paraguay et en Australie[337], qui, par le passé, avaient généré d'importants bénéfices, se démobilise[338]. Sonangol est également en difficulté : la compagnie pétrolière de l'État angolais, jusqu'en 2011 a bien gagné[339], puis a été pillée par des politiciens et, lorsque la monnaie angolaise s'est effondrée et que le gouvernement a gelé les prix (2018), les choses ont commencé à aller mal[340].

La transaction se déroule comme suit : Trafigura achète 31,78 % de Sonangol pour 600 millions de dollars, et contrôle ainsi plus de 90 %[341]. Puma Energy vend tous ses actifs en Angola (y compris les stations-service Pumangol, les terminaux aéroportuaires et les terminaux maritimes[342]) à Sonangol pour la même somme de 600 millions de dollars. Personne ne paie donc un centime, et la dernière participation angolaise dans Sonangol reste les 5 % que l'ancien président José Eduardo Dos Santos avait garantis au général Leopoldino "Dino" do Nascimento[343]. Dans le même temps, Puma Energy a émis de nouvelles actions pour 1,1 milliard de dollars[344] et son PDG, Emma Fitzgerald[345], a démissionné avec effet immédiat[346]. La vente des actions commencera à la fin du mois d'octobre 2021[347]. Ainsi, pratiquement gratuitement, l'Angola a vendu tout le système pétrolier de son pays en échange de quelques relais routiers.

À ce jour, Trafigura a également cessé de suivre le conseil de la sagesse populaire selon lequel on ne crée pas de saleté là où on mange. En avril 2021, le Rasmala Trade Finance Fund[348] (un fonds financier de la Rasmala Investment Bank de Dubaï) a poursuivi la direction de Trafigura pour avoir utilisé de faux documents pour recouvrer des créances : selon l'acte d'accusation, Rasmala aurait versé environ 22,6 millions de dollars à Farlin Energy & Commodities FZE Dubaï[349] pour des achats de charbon à Trafigura[350]. Cependant, il apparaît que ce montant a été utilisé pour honorer d'anciennes dettes de Farlin Energy envers Trafigura, et que Farlin a cessé ses activités dès 2018, ce qui n'aurait pas pu se produire sans l'intervention active et consciente de Trafigura[351].

Si vous avez lu jusqu'ici, vous avez maintenant un aperçu de ce qu'est Trafigura et de la manière dont elle agit, et vous pouvez peut-être vous faire votre propre opinion. Pour nous, le fait que la multinationale ait réussi à éviter des ennuis majeurs avec la justice ne l'exonère pas des responsabilités environnementales et sociales de son comportement. Vous direz : cela ne sert à rien de dire cela. Ce n'est pas vrai. Ce qu'il faut, c'est que quelqu'un, où que ce soit, préserve la mémoire de tout ce qui s'est passé et la mette à la disposition du public. Sinon, il sera impossible de prévoir et de prévenir la prochaine tragédie.

[1] https://www.trafigura.com/financials/2020-the-year-in-review

[2] Daniel Amman, “The King of Oil: The secret lives of Marc Rich”, St. Martin Press, New York 2009

[3] https://www.businessinsider.com/r-trading-legend-dauphin-leaves-void-at-trafigura-2015-10?IR=T

[4] http://www.un.org/Docs/sc/committees/IraqKuwait/1341e.pdf

[5] https://www.bbc.com/news/world-africa-10735255

[6] https://www.trafigura.com/probo-koala/

[7] Dirty Diesel: How Swiss traders flood Africa with toxic fuels. A Public Eye Investigation, September 2016. See: https://issuu.com/erklaerungvbern/docs/2016_dirtydiesel_a-public-eye-inves ; https://www.theguardian.com/world/2016/sep/15/trafigura-vitol-bp-dump-dirty-diesel-africa-swiss-ngo-public-eye

[8] https://www.amnesty.org/en/latest/news/2016/04/trafigura-a-toxic-journey/

[9] https://www.africa-confidential.com/article-preview/id/1883/Toxic_timeline

[10] https://www.amnesty.org/en/latest/news/2016/04/trafigura-a-toxic-journey/ ; https://www.trafigura.com/probo-koala/

[11] https://www.trafigura.com/media/1787/2016_trafigura_and_the_probo_koala.pdf pag 7 ; https://www.amnesty.org/en/latest/news/2016/04/trafigura-a-toxic-journey/

[12] https://www.trafigura.com/probo-koala/ ; https://www.trafigura.com/media/1787/2016_trafigura_and_the_probo_koala.pdf  page 8

[13] https://www.amnesty.org/en/latest/news/2016/04/trafigura-a-toxic-journey/

[14] https://opencorporates.com/companies/ca_qc/1145165974

[15] https://www.liberation.fr/terre/2006/09/22/les-eaux-du-probo-koala-remontent-jusqu-a-amsterdam_52132/

[16] https://www.theguardian.com/environment/2009/may/13/trafigura-ivory-coast-documents-toxic-waste

[17] https://www.trafigura.com/probo-koala/ ; https://www.trafigura.com/media/1787/2016_trafigura_and_the_probo_koala.pdf  page 6

[18] https://www.theguardian.com/environment/2009/may/13/trafigura-ivory-coast-documents-toxic-waste

[19] https://www.theguardian.com/world/2012/may/24/ivory-coast-minister-quits-trafigura-money

[20] https://www.amnesty.org/en/latest/news/2016/04/trafigura-a-toxic-journey/

[21] https://www.lemonde.fr/planete/article/2010/07/24/premiere-condamnation-de-trafigura-dans-l-affaire-du-probo-koala_1391777_3244.html ; https://www.amnesty.org/en/latest/news/2016/04/trafigura-a-toxic-journey/

[22] https://www.trafigura.com/media/1787/2016_trafigura_and_the_probo_koala.pdf  page 9 ; https://www.businesstimes.com.sg/the-raffles-conversation/trading-secrecy-for-transparency

[23] https://www.amnesty.org/en/latest/news/2016/04/trafigura-a-toxic-journey/

[24] https://www.bbc.com/news/world-africa-10735255 ; https://www.trafigura.com/probo-koala/ ; https://www.trafigura.com/media/1787/2016_trafigura_and_the_probo_koala.pdf  pag 15

[25] https://www.businesstimes.com.sg/the-raffles-conversation/trading-secrecy-for-transparency ; https://www.trafigura.com/media/1787/2016_trafigura_and_the_probo_koala.pdf  pag 13

[26] https://www.bbc.com/news/world-africa-10735255

[27] https://www.trafigura.com/probo-koala/

[28] https://www.amnesty.org/en/latest/news/2016/04/trafigura-a-toxic-journey/

[29] https://www.theguardian.com/world/2012/may/24/ivory-coast-minister-quits-trafigura-money

[30] https://www.bbc.com/news/10366945

[31] https://www.theguardian.com/environment/2009/may/13/trafigura-ivory-coast-documents-toxic-waste

[32] https://www.trafigura.com/media/1787/2016_trafigura_and_the_probo_koala.pdf  pag 14

[33] https://www.amnesty.org/en/latest/news/2016/04/trafigura-a-toxic-journey/

[34] https://www.theguardian.com/world/2009/sep/16/trafigura-african-pollution-disaster ; https://www.theguardian.com/world/2009/sep/16/trafigura-email-files-read

[35] https://www.aftenposten.no/norge/i/L0J9R/alexela-sloevaag-maa-tilbakebetale-vest-tank-erstatning

[36] https://datacvr.virk.dk/data/visenhed?enhedstype=virksomhed&id=26844444

[37] “La mia nave è caricata con…”, NRK1, Brennpunkt, 19 giugno 2008, https://fido.nrk.no/7e3289cadd00f45c3e240507861a17b99dc9a415ed1e93c7acb38af7152abc91/METODERAPPORT%20-%20Mitt%20skip%20er%20lastet%20med.pdf , pag 16

[38] https://www.nrk.no/dokumentar/vest-tank-sweetened-coker-gasoline-1.6104693

[39] https://www.nrk.no/dokumentar/coker-gasoline-_-low-quality-1.6105347

[40] In Europa, il livello massimo di zolfo approvato nella benzina è di 50 ppm. In Africa occidentale, 5000 ppm è il limite approvato. See: https://www.nrk.no/dokumentar/vest-tank-sweetened-coker-gasoline-1.6104693

[41] https://www.nrk.no/dokumentar/vest-tank-sweetened-coker-gasoline-1.6104693 ; Dirty Diesel: How Swiss traders flood Africa with toxic fuels. A Public Eye Investigation, September 2016. See: https://issuu.com/erklaerungvbern/docs/2016_dirtydiesel_a-public-eye-inves ;

[42] “La mia nave è caricata con…”, NRK1, Brennpunkt, 19 giugno 2008, https://fido.nrk.no/7e3289cadd00f45c3e240507861a17b99dc9a415ed1e93c7acb38af7152abc91/METODERAPPORT%20-%20Mitt%20skip%20er%20lastet%20med.pdf , pag 3

[43] https://www.nrk.no/dokumentar/vest-tank-sweetened-coker-gasoline-1.6104693

[44] https://www.nrk.no/dokumentar/coker-gasoline-_-low-quality-1.6105347 ; https://www.nrk.no/dokumentar/a-small-pawn-in-the-game-1.6104888

[45] Accident investigation following the Vest Tank explosion at Sløvåg, see: https://technokontrol.com/pdf/report-accident-vest-tank.pdf

[46] https://www.nrk.no/emne/trafigura-og-slovag-eksplosjonen-1.2847739 ;

[47] “La mia nave è caricata con…”, NRK1, Brennpunkt, 19 giugno 2008, https://fido.nrk.no/7e3289cadd00f45c3e240507861a17b99dc9a415ed1e93c7acb38af7152abc91/METODERAPPORT%20-%20Mitt%20skip%20er%20lastet%20med.pdf , pag 13

[48] https://www.independent.co.uk/news/world/europe/trafigura-refuses-to-aid-fire-inquiry-1793502.html

[49] https://www.amnesty.org/en/latest/news/2016/04/trafigura-a-toxic-journey/

[50] https://www.nrk.no/dokumentar/a-small-pawn-in-the-game-1.6104888

[51] https://www.bbc.com/news/world-africa-10735255

[52] https://www.nrk.no/dokumentar/vest-tank-sweetened-coker-gasoline-1.6104693

[53] Alexela Logistics ha acqustato il 100% di Silamae Oil Terminals. Estonia dai russi Yevgeniy Malov e Andrei Katkov con aiuto di Trafigura Group che ha impegnato 60 milioni di euro per aiutare ad acquistare il terminale, see: https://www.reuters.com/article/estonia-oil-idUKL17806920070718

[54] https://www.tankstoragemag.com/2009/07/13/vest-tank-to-pay-alexela-logistics%C2%92-terminal-costs/

[55] https://www.tankstoragemag.com/2009/07/13/vest-tank-to-pay-alexela-logistics%C2%92-terminal-costs/

[56] https://pt.m.wikipedia.org/wiki/Ficheiro:Manifesta%C3%A7%C3%A3o_em_favor_da_opera%C3%A7%C3%A3o_Lava_Jato,_dezembro_de_2016.jpg

[57] http://www.mpf.mp.br/grandes-casos/lava-jato

[58] https://www.theguardian.com/world/2017/jun/01/brazil-operation-car-wash-is-this-the-biggest-corruption-scandal-in-history

[59] https://www.publiceye.ch/fr/thematiques/negoce-de-matieres-premieres/affaire-petrobras

[60] http://www.mpf.mp.br/grandes-casos/lava-jato/entenda-o-caso

[61] https://www.publiceye.ch/fr/thematiques/negoce-de-matieres-premieres/affaire-petrobras

[62] https://www.swissinfo.ch/eng/sprawling-brazilian-probe_swiss-prosecutors-search-vitol-and-trafigura-offices-as-part-of-car-wash-probe/45385906

[63] https://www.theguardian.com/world/2017/jun/01/brazil-operation-car-wash-is-this-the-biggest-corruption-scandal-in-history ; https://www.reuters.com/article/us-brazil-corruption-idUSKCN11K2C6 ; https://www.bbc.com/news/world-latin-america-35810578

[64] https://www.ansa.it/sito/notizie/topnews/2018/03/27/brasileconfermata-condanna-12-anni-lula_06b47cc7-d5f0-48e0-b734-5299b985994d.html ; https://www.ansa.it/sito/notizie/topnews/2018/04/08/lula-arrivato-a-curitiba-notte-in-cella_f0a40115-5656-464d-a177-d3d340525f5c.html

[65] https://www.ispionline.it/it/pubblicazione/brasile-il-ritorno-di-lula-29564

[66] https://www.globalwitness.org/en/campaigns/corruption-and-money-laundering/senior-executives-top-world-oil-companies-implicated-brazil-bribery-scandal/

[67] https://www.trafigura.com/about-us/leadership/jose-maria-larocca/

[68] https://www.trafigura.com/about-us/leadership/mike-wainwright/

[69] Miliardario Francese e uno dei storici fondatori di Trafigura Beheer BV, è morto dal cancro ai polmoni nel Settembre 2015, see: https://www.trafigura.com/claude-dauphin-obituary ;

[70] https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-12-01/oil-trader-trafigura-denies-brazil-prosecutor-bribery-claims

[71] https://www.reuters.com/article/us-brazil-corruption-traders-exclusive-idUSKCN1VQ2AV

[72] https://www.globalwitness.org/en/campaigns/corruption-and-money-laundering/senior-executives-top-world-oil-companies-implicated-brazil-bribery-scandal/

[73] https://www.reuters.com/article/us-brazil-corruption-ferraz/brazil-judge-sentences-decal-do-brasil-executive-to-over-10-years-idUSKBN1GH32U

[74] https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-12-01/oil-trader-trafigura-denies-brazil-prosecutor-bribery-claims

[75] http://www.mpf.mp.br/pr/sala-de-imprensa/noticias-pr/lava-jato-mandado-de-prisao-e-cumprido-no-aeroporto-de-guarulhos

[76] https://www.swissinfo.ch/eng/sprawling-brazilian-probe_swiss-prosecutors-search-vitol-and-trafigura-offices-as-part-of-car-wash-probe/45385906

[77] https://mpf.jusbrasil.com.br/noticias/659136401/executivos-da-trafigura-sao-alvo-da-primeira-denuncia-da-lava-jato-sobre-esquema-criminoso-de-trading-na-petrobras

[78] http://www.mpf.mp.br/pr/sala-de-imprensa/noticias-pr/68a-fase-da-operacao-lava-jato-realiza-busca-e-apreensao-na-suica/view ; https://www.theguardian.com/world/2018/dec/14/brazil-charges-former-trafigura-executives-with-corruption

[79] https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-12-01/oil-trader-trafigura-denies-brazil-prosecutor-bribery-claims

[80] https://www.reuters.com/article/us-brazil-corruption-trafigura-idUSKBN28A376

[81] https://www.gettyimages.ch/fotos/roald-goethe

[82] http://www.worldwenergy.com/

[83] https://www.africa-confidential.com/article-preview/id/13308/Trafigura%27s_middleman_emerges ; https://www.theafricareport.com/60781/republic-of-congo-is-brazzaville-finally-close-to-reaching-an-agreement-with-trafigura/ ; https://www.liberation.fr/futurs/2008/11/10/droit-de-reponse-malgre-l-intoxication-d-abidjan_563136/

[84] http://www.worldwenergy.com/

[85] https://www.snaplap.net/driver/frederic-fatien/ ; https://www.driverdb.com/drivers/frederic-fatien/ ;

[86] https://www.theafricareport.com/60781/republic-of-congo-is-brazzaville-finally-close-to-reaching-an-agreement-with-trafigura/

[87] https://africa24.it/2021/06/11/il-congo-un-pioniere-del-debito-oscuro-globale/ ; https://foreignpolicy.com/2021/05/21/the-republic-of-congo-is-a-dark-debt-pioneer/

[88] https://africa24.it/2021/06/11/il-congo-un-pioniere-del-debito-oscuro-globale/ ; https://foreignpolicy.com/2021/05/21/the-republic-of-congo-is-a-dark-debt-pioneer/

[89] https://www.theafricareport.com/60781/republic-of-congo-is-brazzaville-finally-close-to-reaching-an-agreement-with-trafigura/

[90] https://africa24.it/2021/06/11/il-congo-un-pioniere-del-debito-oscuro-globale/

[91] http://cotedivoire.ae/aboutuae-profile.html

[92] Che ha insieme alla sua moglie Martine un hotel storico particolare and a Wine House a Beaune, Francia. See: http://www.hotel-fatien-beaune.com/en/familly-fatien ; https://www.maison-fatien.com/

[93] https://collectorscarworld.com/interview-roald-goethe-the-rofgo-collection/ ; https://www.motorsport.com/driver/roald-goethe/12896/ ; http://www.helenaracing.eu/driversG/GoetheRoaldCP/

[94] Tra il 2001 ed il 2006 lavorava per il gruppo Addax Oil: https://opencorporates.com/companies/gb/04182573

[95] Ha anche un’altra società in Francia, insieme a Laurence Piacentini, la Charhad SA Saisy, fondata nel 2006 e ancora attiva: https://www.societe.com/societe/charhad-493037675.html

[96] https://ec.europa.eu/energy/sites/ener/files/documents/baylarbayov_socar_-_trading_lng_presentation_-_eastern_partnership_forum.pdf

[97] https://www.socartrading.com/about-us/offices

[98] SOCAR - State Oil Company of the Azerbaijan Republic; https://socar.az/socar/en/home

[99] https://ch.linkedin.com/in/jean-fran%C3%A7ois-piacentini-834532116 ; https://www.socartrading.com/ ; https://socar.az/socar/en/news-and-media/news-archives/news-archives/id/10346 ; https://www.africaintelligence.com/oil--gas/2011/06/22/socar-sets-up-shop-in-lagos,90857967-art

[100] https://www.companydirectorcheck.com/frederic-michel-jeaques-fatien

[101] https://offshoreleaks.icij.org/nodes/81039933

[102] http://www.etat.lu/memorial/2004/C/Pdf/c122901C.pdf pag. 58966

[103] Africa Yearbook Volume 5: Politics, Economy and Society South of the Sahara, pag. 85, see: https://books.google.it/books?id=xOVYchAfCYYC&pg=PA85&lpg=PA85&dq=Yam%27s+Petroleum,+Fakhoury&source=bl&ots=Nssywlt-IJ&sig=ACfU3U2IRx1fRwet8V3XO85lOpdAEjHHRQ&hl=it&sa=X&ved=2ahUKEwi1hPzEtMzxAhWJHewKHdPkAuwQ6AEwEnoECBsQAw#v=onepage&q=Yam's%20Petroleum%2C%20Fakhoury&f=false ; https://www.treccani.it/enciclopedia/felix-houphouet-boigny/

[104] https://www.theguardian.com/cities/2015/may/15/yamoussoukro-notre-dame-de-la-paix-ivory-coast-worlds-largest-basilica-history-of-cities-in-50-buildings-day-37

[105] https://web.archive.org/web/20200813164132/https://www.corian.com/hotel-ivoire-architectural-design ; https://www.corian.com/hotel-ivoire-architectural-design

[106] https://it.wikipedia.org/wiki/Laurent_Gbagbo

[107] Africa Yearbook Volume 5: Politics, Economy and Society South of the Sahara, pag. 85, see: https://books.google.it/books?id=xOVYchAfCYYC&pg=PA85&lpg=PA85&dq=Yam%27s+Petroleum,+Fakhoury&source=bl&ots=Nssywlt-IJ&sig=ACfU3U2IRx1fRwet8V3XO85lOpdAEjHHRQ&hl=it&sa=X&ved=2ahUKEwi1hPzEtMzxAhWJHewKHdPkAuwQ6AEwEnoECBsQAw#v=onepage&q=Yam's%20Petroleum%2C%20Fakhoury&f=false

[108] https://lynxtogo.info/cote-d-ivoire-bombardement-de-la-residence-de-gbagbo-pierre-fakhoury-savait-accuse-ben-soumahoro/

[109] https://www.pfoafrica.com/nos-realisations/

[110] https://business.abidjan.net/AL/a/64891.asp ; Africa Yearbook Volume 5: Politics, Economy and Society South of the Sahara, pag. 85, see: https://books.google.it/books?id=xOVYchAfCYYC&pg=PA85&lpg=PA85&dq=Yam%27s+Petroleum,+Fakhoury&source=bl&ots=Nssywlt-IJ&sig=ACfU3U2IRx1fRwet8V3XO85lOpdAEjHHRQ&hl=it&sa=X&ved=2ahUKEwi1hPzEtMzxAhWJHewKHdPkAuwQ6AEwEnoECBsQAw#v=onepage&q=Yam's%20Petroleum%2C%20Fakhoury&f=false

[111] https://www.liberation.fr/futurs/2008/10/16/le-fmi-epingle-gbagbo-sur-son-budget_139509/

[112] https://www.pfoafrica.com/notre-vision/

[113] https://www.liberation.fr/futurs/2008/10/16/le-fmi-epingle-gbagbo-sur-son-budget_139509/

[114] https://www.theafricareport.com/5487/oil-gas-growth-sector-seeks-investors-in-cote-divoire/

[115] https://www.agenceecofin.com/hydrocarbures/1512-2545-cote-d-ivoire-total-englue-dans-les-affaires-de-pierre-fakhoury

[116] https://www.afrique-sur7.ci/371107-cote-divoire-petroci-au-bord-de-la-faillite-des-licenciements-abusifs-secouent-la-boite

[117] https://www.jeuneafrique.com/32513/economie/total-et-fakhoury-dans-l-offshore-profond/

[118] https://survie.org/billets-d-afrique/2008/174-novembre-2008/article/trafigura-en-offshore

[119] https://www.jeuneafriquebusinessplus.com/en/804813/cote-divoire-yams-mining-pfo-africa-decroche-ses-premiers-permis-dans-lor/ ; http://www.agenceafrique.com/24168-la-cote-divoire-delivre-trois-nouveaux-permis-de-recherche-miniere.html

[120] https://www.africaintelligence.com/mining-sector_exploration-production/2021/04/30/ivorian-fakhoury-family-keen-to-tap-into-guinean-gold,109662112-bre

[121] https://offshoreleaks.icij.org/nodes/10132443 ; http://www.quarhess-trading.com/delaney.html ; https://panama.data2www.com/e/10132443

[122] Duncan Hamilton Rofgo Ltd Winchester (https://opencorporates.com/companies/gb/10673783), PE Investments Ltd Malta (tra i cui azionistici sono i managers di Trafigura Claude Dauphin, Jean Pierre Valentini, Jeremy Charles Weir e Jose Maria Larocca (https://offshoreleaks.icij.org/nodes/55048654), Global PE Investors Ltd Gzira (Malta), che è un’azionista di minoranza di Puma Energy Holdings Pte Ltd. e di Puma Energy Holdings Malta Ltd Gzira (https://offshoreleaks.icij.org/nodes/56082577), Napoil (Bermuda) Ltd Hamilton – una joint-venture tra Trafigura Group (49%) e NNPC Nigerian National Petroleum Corporation (51%) (https://offshoreleaks.icij.org/nodes/82001347 ; https://www.publiceye.ch/fileadmin/doc/Rohstoffe/2013_PublicEye_Swiss_Traders_opaque_deals_in_Nigeria_Report.pdf , page 7), Comoditex International Fze. Dubai (https://www.bizmideast.com/AE/comoditex-international-04-881-4658), diverse società immobiliari in Francia (SCI Beniver Nizza, SCI Bentley Nizza, Dino SCI Nizza e Olimin Sarl Nizza (https://www.verif.com/societe/SCI-BENIVER-487685059/ ; https://www.verif.com/societe/SCI-BENTLEY-513621904/ ; https://www.verif.com/societe/DINO-502225253/ ; https://www.verif.com/societe/OLIMIN-494281421/)

[123] https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/02/03/affaire-du-petit-bar-jean-pierre-valentini-mis-en-examen-pour-blanchiment_6068669_3224.html

[124] https://www.africaintelligence.com/oil--gas_courts-and-cash/2021/03/17/the-eventful-new-life-of-trafigura-s-ex-africa-director-jean-pierre-valentini,109650936-art ; 2021.03.17 Africa Intelligence on Trafigura

[125] https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/02/03/affaire-du-petit-bar-jean-pierre-valentini-mis-en-examen-pour-blanchiment_6068669_3224.html

[126] https://dirigeants.bfmtv.com/Antony-PERRINO-4192107/

[127] https://www.corsematin.com/

[128] https://www.tellerreport.com/news/2021-02-04-%0A---a-businessman-indicted-in-the-investigation-of-the-%22petit-bar%22%0A--.Hyg4f9rYlO.htmlhttps://www.lefigaro.fr/flash-actu/enquete-sur-la-bande-du-petit-bar-un-homme-d-affaires-mis-en-examen-20210203

[129] https://www.corsicaoggi.com/sito/lamministratore-delegato-di-corse-matin-in-custodia-cautelare-per-uso-improprio-dei-beni-aziendali-e-riciclaggio-di-denaro-e-frode-fiscale/?doing_wp_cron=1625732651.4944190979003906250000

[130] https://www.africaintelligence.com/oil--gas_courts-and-cash/2021/03/17/the-eventful-new-life-of-trafigura-s-ex-africa-director-jean-pierre-valentini,109650936-art ; 2021.03.17 Africa Intelligence on Trafigura

[131] https://www.africaintelligence.com/oil--gas_courts-and-cash/2021/03/17/the-eventful-new-life-of-trafigura-s-ex-africa-director-jean-pierre-valentini,109650936-art ; 2021.03.17 Africa Intelligence on Trafigura ; https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/02/03/affaire-du-petit-bar-jean-pierre-valentini-mis-en-examen-pour-blanchiment_6068669_3224.html

[132] AMR è stata fondata nel 2015 da due francesi, Romain Girbal e Thibault Launay. Diversi importanti uomini e donne d'affari siedono nel suo consiglio, tra cui l'ex CEO di Areva, Anne Lauvergeon e Alain Mallart, fondatore e capo di Energipole Group, azienda di logistica e gestione dei rifiuti industriali. L’unico progetto di AMR è un lucroso contratto con la società mineraria Société Minière de Boké (SMB) in cui Lo Stato di Guinea ha una quota del 10%. AMR possiede una miniera di bauxite nella regione di Boké, gestita da SMB. L'azienda cede ad AMR una quota degli utili derivanti dall'estrazione della bauxite. Entrando nel board di AMR Valentini è diventato anche membro del consiglio di amministrazione della holding belga che ha azioni di AMR, Enermines. See more: https://dirigeants-entreprise.com/entreprises/alliance-miniere-responsable-amr/ ; https://www.africaintelligence.com/oil--gas_courts-and-cash/2021/03/17/the-eventful-new-life-of-trafigura-s-ex-africa-director-jean-pierre-valentini,109650936-art ; 2021.03.17 Africa Intelligence on Trafigura ; https://amrbauxite.com/ ; https://www.responsiblemines.org/fr/qui-sommes-nous/a-propos-arm/ ; https://www.africaintelligence.com/oil--gas_courts-and-cash/2021/03/17/the-eventful-new-life-of-trafigura-s-ex-africa-director-jean-pierre-valentini,109650936-art

[133] https://www.jeuneafrique.com/1137500/economie/mines-petrole-les-etats-africains-aux-mains-des-traders/

[134] https://www.jeuneafrique.com/1137500/economie/mines-petrole-les-etats-africains-aux-mains-des-traders/

[135] https://www.namibiansun.com/news/puma-accused-of-price-gouging

[136] “Prepayments Demystified”, An addendum to the Commodities Demystifies guide, Trafigura. See more: https://www.trafigura.com/brochure/prepayments-demystified

[137] https://www.africaintelligence.com/oil--gas/2016/12/13/worldwide-energy-dictated-its-conditions-to-petroci,108193435-art

[138] http://www.petroci.ci/

[139] “Governance, Natural Resources and Post-Conflict Peacebuilding” a cura di Carl Bruch, Carroll Muffett, Sandra S. Nichols, see: https://books.google.it/books?id=6f4nDwAAQBAJ&pg=PT239&lpg=PT239&dq=trafigura+et+societe+nationale+des+operations+petrolieres&source=bl&ots=TfAzzgCDXG&sig=ACfU3U0cSLyyaC1Tv8o6u8_7r-iZsCzYMw&hl=it&sa=X&ved=2ahUKEwjcldGr4aXxAhUnhP0HHbxaAQoQ6AEwBXoECAwQAw#v=onepage&q&f=false

[140] https://www.equaltimes.org/in-cote-d-ivoire-it-s-toxic?lang=en#.YOhGP-gzbIV

[141] https://www.theafricareport.com/549/cote-divoire-puma-energy-fills-up-on-petroci-deal/

[142] Diaby ha lavorato alla Petroci dal 1984 al 1989 prima di essere nominato consigliere dell'allora ministro del petrolio e dell'energia Adama Toungara. L'ex direttore degli idrocarburi al ministero del petrolio e del gas ha anche fatto parte della squadra del governo ivoriano che ha contestato senza successo il confine con il Ghana, see more: https://energycouncil.com/event-speakers/ibrahima-diaby/

[143] https://www.theafricareport.com/549/cote-divoire-puma-energy-fills-up-on-petroci-deal/

[144] https://www.theafricareport.com/549/cote-divoire-puma-energy-fills-up-on-petroci-deal/

[145] https://www.jeuneafrique.com/mag/591123/economie/cote-divoire-petroci-sort-de-la-zone-rouge/

[146] https://www.theafricareport.com/549/cote-divoire-puma-energy-fills-up-on-petroci-deal/

[147] https://www.linkedin.com/in/denis-marie-auguste-gokana-7849a960/?originalSubdomain=cg

[148] https://minbane.wordpress.com/tag/denis-gokana/

[149]  https://minbane.wordpress.com/tag/denis-gokana/ ; https://www.africaintelligence.com/oil--gas_state-strategy/2020/11/26/trafigura-and-snpc-s-cosy-arrangement-on-fuel-sales,109623663-eve ; https://www.africaintelligence.com/oil--gas/2018/09/18/denis-christel-sassou-nguesso-tries-desperately-to-cling-onto-slipping-hold-of-trading-sector,108324104-bre

[150] https://www.globalwitness.org/en/archive/7563/

[151] https://www.reuters.com/article/congo-mining-trafigura-idUKL8N2GZ63U

[152] https://www.spglobal.com/platts/en/market-insights/latest-news/metals/033121-state-company-to-buy-all-drc-artisanally-mined-cobalt-partners-with-trafigura

[153] https://www.ft.com/content/c7f82d16-7986-4fb9-b40a-eb319881016b

[154] https://www.lastampa.it/topnews/primo-piano/2020/06/17/news/tesla-fa-shopping-di-cobalto-in-congo-seimila-tonnellate-all-anno-per-le-due-nuove-gigafactory-1.38977239 ; https://www.ispionline.it/it/pubblicazione/repubblica-democratica-del-congo-le-risorse-che-fanno-gola-al-mondo-29424

[155] https://www.theguardian.com/world/2012/feb/08/trafigura-in-south-sudan-oil-row

[156] https://www.bnpparibas.it/it/2014/07/01/bnp-paribas-annuncia-un-accordo-esaustivo-riguardante-laccertamento-di-alcune-transazioni-usd-ad-opera-delle-autorita-statunitensi-2/

[157] https://www.ilpost.it/2014/06/07/multa-bnp-paribas/

[158] https://www.swissinfo.ch/eng/bnp-paribas-said-to-curb-commodity-trade-finance-to-trafigura/40595374

[159] https://www.swissinfo.ch/eng/bnp-paribas-said-to-curb-commodity-trade-finance-to-trafigura/40595374

[160] https://www.reuters.com/article/us-bnp-paribas-fines-trading-idUSKBN0ER1GA20140616

[161] https://www.reuters.com/article/us-southsudan-security-oil-idUSKBN0G145520140801

[162] https://www.reuters.com/article/us-southsudan-security-oil-idUSKBN0G145520140801

[163] https://www.trafigura.com/press-releases/south-sudan-fuel-supply-agreement-signed-with-trafigura

[164] https://www.facing-finance.org/en/database/cases/trafigura-support-for-sudanese-regime/

[165] https://www.consilium.europa.eu/it/press/press-releases/2016/01/16/iran-council-lifts-all-nuclear-related-eu-sanctions/

[166] https://www.reuters.com/article/us-trafigura-iran-idUSKCN0ZM1QN

[167] https://www.facing-finance.org/en/database/cases/trafigura-support-of-iranian-regime/

[168] https://www.trafigura.com/about-us/leadership/christophe-salmon/

[169] https://www.theguardian.com/world/2012/feb/08/trafigura-in-south-sudan-oil-row

[170] https://www.theguardian.com/world/2012/feb/08/trafigura-in-south-sudan-oil-row

[171] Final report of the Panel of Experts on South Sudan submitted pursuant to resolution, 2018, see: https://undocs.org/pdf?symbol=en/S/2019/301 , pag 16

[172] https://www.hrw.org/news/2021/04/14/south-sudan-government-reshuffle-emboldens-rights-abusers

[173] https://www.globalwitness.org/en/campaigns/south-sudan/capture-on-the-nile/#chapter-1/section-0

[174] https://www.globalwitness.org/en/campaigns/south-sudan/capture-on-the-nile/#chapter-1/section-0

[175] https://africatimes.com/tag/nilepet/

[176] https://www.globalwitness.org/en/campaigns/south-sudan/capture-on-the-nile/#chapter-1/section-0

[177] https://www.globalwitness.org/en/campaigns/south-sudan/capture-on-the-nile/#chapter-1/section-0 ; Republic of South Sudan, Ministry of Finance and Economic Planning, Q4 Fiscal Report, 2016/17, December 2017, p.8

[178] https://www.globalwitness.org/en/campaigns/south-sudan/capture-on-the-nile/#chapter-1/section-0

[179] https://www.globalwitness.org/en/campaigns/south-sudan/capture-on-the-nile/#chapter-1/section-0

[180] The Indian Ocean Newsletter, Issue 1438, November 2016: https://www.africaintelligence.com/ion/business-circles/2016/11/11/trafigura-manipulates-to-win-oil-marketing-contract,108189364-art

[181] https://www.globalwitness.org/en/campaigns/south-sudan/capture-on-the-nile/#chapter-1/section-0 ; https://www.publiceye.ch/fr/thematiques/negoce-de-matieres-premieres/les-avances-explosives-de-trafigura-au-soudan-du-sud

[182] https://www.publiceye.ch/fr/thematiques/negoce-de-matieres-premieres/les-avances-explosives-de-trafigura-au-soudan-du-sud

[183] https://www.publiceye.ch/fr/thematiques/negoce-de-matieres-premieres/les-avances-explosives-de-trafigura-au-soudan-du-sud

[184] https://search.usa.gov/search?utf8=%E2%9C%93&affiliate=treas&query=Israel+Ziv&commit=Search ; https://home.treasury.gov/news/press-releases/sm574

[185] https://home.treasury.gov/news/press-releases/sm574 ; https://www.energyvoice.com/oilandgas/africa/212383/trafigura-scrutinised-over-south-sudan-arms-for-cash-link/

[186] https://www.publiceye.ch/fr/thematiques/negoce-de-matieres-premieres/les-avances-explosives-de-trafigura-au-soudan-du-sud

[187] https://yle.fi/uutiset/osasto/news/terrafame_admits_more_widespread_groundwater_contamination_fights_stricter_environmental_rules/9602479

[188] https://yle.fi/uutiset/osasto/news/media_talvivaara_minority_owner_suspected_of_corruption/11381328 ; https://yle.fi/uutiset/osasto/news/commodities_firm_takes_15_percent_stake_in_troubled_mine/9453306

[189] https://www.terrafame.com/news-from-the-mine/news/2017/02/terrafame-secured-private-financing.html ; https://yle.fi/uutiset/osasto/news/commodities_firm_takes_15_percent_stake_in_troubled_mine/9453306

[190] https://it.wikinew.wiki/wiki/Ahtium

[191] https://yle.fi/uutiset/osasto/news/criticism_for_terrafame_investor_russian_ties_suspected_tax_evasion_and_toxic_waste_scandals/9455577

[192] https://yle.fi/uutiset/osasto/news/ministers_silent_on_terrafame_owners_suspected_money_launderinglinks/11555220

[193] https://www.trafigura.com/press-releases/trafigura-group-to-provide-new-financing-for-terrafame-to-support-future ; https://www.trafigura.com/press-releases/new-financing-package-from-the-owners-for-terrafame-s-development

[194] https://www.terrafame.com/news-from-the-mine/news/2017/02/terrafame-secured-private-financing.html

[195] https://www.metalbulletin.com/Article/3955460/Trafigura-building-stake-in-Europes-battery-nickel-future.html

[196] https://www.amm.com/Article/3955536/Trafigura-builds-stake-in-battery-Ni-future.html

[197] https://www.hs.fi/kotimaa/art-2000002510390.html ; https://yle.fi/uutiset/3-7256191 ; https://www.nature.com/articles/s41598-017-11421-8 ; https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0269749118330860 ; https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0269749119321529

[198] https://yle.fi/uutiset/3-7314614 ;

[199] https://www.hs.fi/kotimaa/art-2000002578543.html

[200] https://www.terrafame.com/news-from-the-mine/news/2017/02/terrafame-secured-private-financing.html

[201] https://www.paivanlehti.fi/terrafamen-merkittava-omistaja-rahanpesusotkussa-ministerit-eivat-muista-tai-kommentoi/

[202] https://yle.fi/uutiset/3-11554432

[203] https://yle.fi/uutiset/3-11554432

[204] https://www.icij.org/tags/mossack-fonseca/ ; https://panamapapers.sueddeutsche.de/articles/56febf8da1bb8d3c3495adec/

[205] https://www.ilsole24ore.com/art/chiude-mossack-fonseca-studio-legale-centro-panama-papers-AEGSLHHE?refresh_ce=1

[206] https://www.helsinkitimes.fi/finland/finland-news/domestic/18100-yle-finnish-government-s-mining-partner-linked-to-suspicious-financial-transactions.html ; https://yle.fi/uutiset/3-11554432 ; https://finnwatch.org/fi/blogi/769-trafigura-kohu-on-uusi-merkki-kaivosveron-tarpeellisuudesta

[207] https://nord.news/2020/09/21/minister-finland-is-investigating-trafigura-for-money-laundering-lawsuits/

[208] https://www.ejinsight.com/eji/article/id/377130/20140523-sichuan-tycoon-liu-han-death-sentence

[209] https://yle.fi/uutiset/3-11554432

[210] https://cenozo.org/phantom-tanzanian-company-flagged-moving-620-million/

[211] https://yle.fi/uutiset/3-11554432

[212] https://cenozo.org/phantom-tanzanian-company-flagged-moving-620-million/

[213] https://cenozo.org/phantom-tanzanian-company-flagged-moving-620-million/

[214] https://www.bbc.com/news/world-asia-china-31284702 ; https://www.smh.com.au/world/chinese-billionaire-mining-tycoon-liu-han-is-executed-over-his-links-to-a-mafiastyle-gang-20150209-139w2z.html

[215] https://yle.fi/uutiset/3-11554432

[216] https://www.reuters.com/article/uk-trafigura-beheer-prax-refinery-idUKKBN2AT2NG ; https://www.argusmedia.com/en/news/2098060-mercuria-trafigura-enter-singapores-bunker-market

[217] https://www.mercuria.com/

[218] https://cenozo.org/phantom-tanzanian-company-flagged-moving-620-million/

[219] https://www.eltiempo.com/archivo/documento/CMS-14885557

[220] https://www.trafigura.com/press-releases/ifm-investors-and-trafigura-complete-creation-of-joint-venture-for-certain-assets-of-impala-terminals

[221] https://www.ifminvestors.com/

[222] Press-release: https://www.trafigura.com/press-releases/trafigura-and-ifm-investors-create-joint-venture-for-certain-assets-of-impala-terminals-and-enter-into-long-term-partnership

[223] https://www.impalaterminals.com/

[224] Impala Terminals corporate brochure, 2019, see: https://www.impalaterminals.com/media/1148/impala-terminals-corporate-brochure-2019.pdf

[225] https://blog.infospectrum.net/a-case-in-point-corruption-in-colombia

[226] https://blog.infospectrum.net/a-case-in-point-corruption-in-colombia

[227] https://opencorporates.com/companies/lu/B225525

[228] Trafigura Annual Report 2020, page 81, see: https://ise-prodnr-eu-west-1-data-integration.s3-eu-west-1.amazonaws.com/legacy/Trafigura+Group+Pte+Ltd+-+2020+Annual+Report_08cca890-b37b-44f2-bb2c-77457863bd65.pdf

[229] https://blog.infospectrum.net/a-case-in-point-corruption-in-colombia

[230] https://blog.infospectrum.net/a-case-in-point-corruption-in-colombia

[231] La società ha sede in Brasile ed è stato il più grande gruppo di costruzioni di ingegneria dell'America Latina e, negli ultimi anni,  è stato coinvolto in uno dei più grandi scandali di corruzione “Lava Jato” che l'America Latina abbia mai visto. See also: https://www.geopolitica.info/odebrecht-colpevoli-e-complici/ ; https://www.ilfattoquotidiano.it/2017/04/19/dalla-colombia-allargentina-scoppia-lo-scandalo-odebrecht-la-corruzione-e-il-sistema/3531393/

[232] https://www.bnamericas.com/en/company-profile/navelena-sas

[233] https://blog.infospectrum.net/a-case-in-point-corruption-in-colombia

[234] http://arbitrationblog.kluwerarbitration.com/2020/05/08/evidence-of-odebrechts-corruption-and-third-party-rights-arbitration-highlights-of-the-ruta-del-sol-award/ ; https://www.bloomberg.com/news/articles/2019-08-07/odebrecht-aval-lose-colombia-arbitration-case-for-highway-works

[235] https://blog.infospectrum.net/a-case-in-point-corruption-in-colombia ; https://www.supersociedades.gov.co/delegatura_insolvencia/consulta_jurisprudencia/Jurisprudencia/2018-01-294618.PDF

[236] https://blog.infospectrum.net/a-case-in-point-corruption-in-colombia

[237] https://blog.infospectrum.net/a-case-in-point-corruption-in-colombia

[238] https://www.foxnews.com/printer_friendly_wires/2008Nov24/0,4675,AFZimbabwe,00.html ; https://open.uct.ac.za/handle/11427/8951

[239] https://www.ft.com/content/e6a15d62-4806-11ea-aeb3-955839e06441

[240] https://www.trafigura.com/media/2399/2019-trafigura-in-africa-brochure.pdf , pag. 8

[241] https://www.businesslive.co.za/bd/world/africa/2019-01-04-trafigura-and-ipg-give-zimbabwe-more-time-to-pay-for-fuel/

[242] https://www.trafigura.com/media/2399/2019-trafigura-in-africa-brochure.pdf , pag. 8

[243] https://zwnews.com/kuda-tagwirei-owned-sakunda-in-massive-retrenchment-exercise/

[244] https://allafrica.com/stories/202007310546.html ; https://www.facebook.com/171887462982400/posts/fuel-scandal-part-3trafigura-the-global-commodities-trader-is-facing-accusations/1510218919149241/

[245] https://www.facebook.com/171887462982400/posts/fuel-scandal-part-3trafigura-the-global-commodities-trader-is-facing-accusations/1510218919149241/ ; https://www.ft.com/content/84d989d6-4f02-11e9-9c76-bf4a0ce37d49

[246] https://www.pindula.co.zw/Kudakwashe_Tagwirei ; https://newzwire.live/why-trafigura-is-buying-out-long-time-partner-kuda-tagwirei/ ; https://www.energyvoice.com/oilandgas/africa/222250/trafigura-distances-itself-from-zimbabwean-exec/

[247] https://newzwire.live/why-trafigura-is-buying-out-long-time-partner-kuda-tagwirei/

[248] https://www.reuters.com/article/us-zimbabwe-trafig/trafigura-to-take-100-control-of-its-zimbabwe-fuel-import-business-idUSKBN1ZZ0QI

[249] https://home.treasury.gov/news/press-releases/sm1082

[250] https://newzwire.live/why-trafigura-is-buying-out-long-time-partner-kuda-tagwirei/ ; https://www.ft.com/content/e6a15d62-4806-11ea-aeb3-955839e06441

[251] https://www.ft.com/content/e6a15d62-4806-11ea-aeb3-955839e06441

[252] https://www.ft.com/content/e6a15d62-4806-11ea-aeb3-955839e06441 ; https://www.ft.com/content/800e9ace-dec5-11e9-9743-db5a370481bc

[253] https://newzwire.live/why-trafigura-is-buying-out-long-time-partner-kuda-tagwirei/ ; https://home.treasury.gov/policy-issues/financial-sanctions/recent-actions/20200805 ; https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-08-05/u-s-treasury-sanctions-zimbabwe-president-s-adviser-tagwirei

[254] https://newzwire.live/why-trafigura-is-buying-out-long-time-partner-kuda-tagwirei/

[255] https://www.mining.com/web/mnangagwas-advisers-company-buys-biggest-zimbabwe-nickel-miner/ ; https://www.hararepost.co.zw/en/the-news/local-news/2385-mauritian-company-injects-us-1-2-billion-to-noic

[256] https://www.ft.com/content/e6a15d62-4806-11ea-aeb3-955839e06441

[257] https://www.energyvoice.com/oilandgas/africa/222250/trafigura-distances-itself-from-zimbabwean-exec/

[258] https://www.ft.com/content/785dadda-1b86-11ea-97df-cc63de1d73f4

[259] https://www.kristv.com/news/local-news/2019/02/12/u-s-justice-department-investigating-trading-firm-trafigura/ ; https://www.ft.com/content/31f128ff-790e-46cc-86f5-08c552a6319b

[260] https://www.theguardian.com/world/2020/may/31/trafigura-investigated-for-alleged-corruption-market-manipulation

[261] https://www.trafigura.com/press-releases/statement-on-the-company-s-decision-re-the-use-of-third-parties-for-business-development

[262] Gli analisti dell'Organizzazione per la cooperazione e lo sviluppo economico (Organization for Economic Co-operation and Development - OCSE) hanno scoperto che gli intermediari hanno svolto un ruolo significativo in tre quarti dei 427 casi di corruzione straniera, see: https://resourcegovernance.org/blog/extractive-companies-corruption-intermediaries-middlemen-oil

[263] https://www.ft.com/content/31f128ff-790e-46cc-86f5-08c552a6319b

[264] https://www.theguardian.com/world/2018/dec/14/brazil-charges-former-trafigura-executives-with-corruption

[265] https://www.reuters.com/article/us-brazil-corruption-trafigura-idUSKBN28A376

[266] https://pnp.org.jm/ ; https://www.britannica.com/topic/Peoples-National-Party-political-party-Jamaica

[267] https://jamaica-gleaner.com/gleaner/20121205/lead/lead9.html ; https://jamaica.loopnews.com/content/privy-council-date-set-trafigura-matter

[268] https://www.jcpc.uk/cases/jcpc-2019-0028.html ; https://jamaica-gleaner.com/article/news/20210419/dpp-welcomes-trafigura-decision-privy-council ; https://jamaica.loopnews.com/content/privy-council-says-pnp-officials-must-testify-open-court

[269] https://nlj.gov.jm/project/honourable-portia-simpson-miller-1945/

[270] https://www.jampja.org/parliamentarian/phillip-paulwell/

[271] https://jamaica.loopnews.com/content/bobby-pickersgill-admitted-uhwi-intensive-care-unit ; https://www.ourcampaigns.com/CandidateDetail.html?CandidateID=133608

[272] https://historica.fandom.com/wiki/Colin_Campbell_(Jamaican_politician) ; https://jamaica-gleaner.com/article/focus/20201101/colin-campbell-all-glitters-not-gold-ing

[273] https://www.jamaicaobserver.com/news/Norton-Hinds-walks-out-of-court--ordered-to-return

[274] https://www.goodcountry.org/global-vote/elections/zambia/candidates/wynter-kabimba/

[275] https://jamaica-gleaner.com/gleaner/20121205/lead/lead9.html

[276] https://www.theguardian.com/world/2012/dec/03/trafigura-zambia-bribery-allegations

[277] https://allafrica.com/stories/201306270860.html  ; https://allafrica.com/stories/201212171987.html ; https://zambiareports.com/2014/09/11/acc-plans-re-open-kabimba-trafigura-corruption/

[278] https://zambiareports.com/2012/12/07/satas-soft-approach-on-anti-corruption-comes-under-fire/ ; https://allafrica.com/stories/201306270860.html

[279] https://www.lusakatimes.com/2013/04/24/wynter-kabimba-and-gbm-were-thoroughly-investigated-before-being-cleared-insists-acc/

[280] https://www.nyrstar.com/

[281] https://iceberg-research.com/2019/10/08/what-really-killed-nyrstar-nv-shareholders-have-a-strong-case-against-nyrstars-board-and-trafigura/

[282] https://www.trafigura.com/about-us/assets-and-alliances/nyrstar/

[283] https://www.trafigura.com/press-releases/nyrstar-restructuring-completed-trafigura-group-pte-ltd-becomes-majority-owner-of-nyrstar-s-operating-business ; https://iceberg-research.com/2019/10/08/what-really-killed-nyrstar-nv-shareholders-have-a-strong-case-against-nyrstars-board-and-trafigura/ ; https://investingnews.com/daily/resource-investing/base-metals-investing/zinc-investing/nyrstar-shareholders-lawsuit-against-trafigura/ ; https://www.trafigura.com/press-releases/nyrstar-restructuring-completed-trafigura-group-pte-ltd-becomes-majority-owner-of-nyrstar-s-operating-business

[284] https://iceberg-research.com/2019/10/08/what-really-killed-nyrstar-nv-shareholders-have-a-strong-case-against-nyrstars-board-and-trafigura/

[285] https://iceberg-research.com/2019/10/08/what-really-killed-nyrstar-nv-shareholders-have-a-strong-case-against-nyrstars-board-and-trafigura/ ; https://investingnews.com/daily/resource-investing/base-metals-investing/zinc-investing/nyrstar-shareholders-lawsuit-against-trafigura/

[286] https://iceberg-research.com/2019/10/08/what-really-killed-nyrstar-nv-shareholders-have-a-strong-case-against-nyrstars-board-and-trafigura/

[287] https://www.imvoconvenanten.nl/en/metals-sector/news/nyrstar-ondertekent-convenant

[288] https://www.hilldickinson.com/insights/articles/nautica-marine-limited-v-trafigura-trading-llc-2020-ewhc-1986-comm

[289] https://www.hilldickinson.com/insights/articles/nautica-marine-limited-v-trafigura-trading-llc-2020-ewhc-1986-comm

[290] https://www.hilldickinson.com/insights/articles/nautica-marine-limited-v-trafigura-trading-llc-2020-ewhc-1986-comm ; https://charterpartycases.com/case/595-nautica-marine-limited-v-trafigura-trading-llc-the-leonidas-2020-ewhc-1986-comm

[291] https://www.hilldickinson.com/insights/articles/nautica-marine-limited-v-trafigura-trading-llc-2020-ewhc-1986-comm

[292] https://www.curoil.com/

[293] See more: https://law.justia.com/cases/new-york/other-courts/2020/2020-ny-slip-op-30254-u.html

[294] https://law.justia.com/cases/new-york/other-courts/2020/2020-ny-slip-op-30254-u.html

[295] https://law.justia.com/cases/new-york/other-courts/2020/2020-ny-slip-op-30254-u.html

[296] https://www.valero.com/

[297] https://www.reuters.com/article/energy-lawsuit-valero/valero-points-a-finger-at-trafigura-as-source-of-bad-marine-fuel-court-documents-idUSL2N2811WK

[298] https://www.reuters.com/article/energy-lawsuit-valero/valero-points-a-finger-at-trafigura-as-source-of-bad-marine-fuel-court-documents-idUSL2N2811WK

[299] https://shipandbunker.com/news/am/380725-valero-facing-bad-bunker-lawsuits

[300] https://www.reuters.com/article/energy-lawsuit-valero/valero-points-a-finger-at-trafigura-as-source-of-bad-marine-fuel-court-documents-idUSL2N2811WK

[301] 2021.01.25 Chembulk Ocean Transp. Llc & Chembulk Trading II Llc v. Valero Mktg. & Supply Co. Lexis Nexis

[302] 2020.06.30 Nat-l Shipping Co. of Saudi Arabia v. Valero Mktg&Supply Co. Lexis Nexis

[303] https://www.reuters.com/article/energy-lawsuit-valero/valero-points-a-finger-at-trafigura-as-source-of-bad-marine-fuel-court-documents-idUSL2N2811WK

[304] 2020.06.30 Nat-l Shipping Co. of Saudi Arabia v. Valero Mktg&Supply Co. Lexis Nexis

[305] https://www.cdt.ch/economia/la-greensill-capital-e-arrivata-al-capolinea-GD4115811?_sid=ZUcO0jav ; https://www.startmag.it/economia/vi-racconto-il-papocchio-greensill-capital/ ; https://www.greensill.com/

[306] https://www.theguardian.com/politics/2021/mar/31/labour-urges-inquiry-into-david-cameron-links-to-greensill-capital

[307] https://www.thetimes.co.uk/article/credit-suisse-warned-about-invoice-linked-with-gupta-lsftgbbg8

[308] https://www.ft.com/content/25fdb537-adf2-4c82-ad6d-7421898e4b7c

[309] https://www.ft.com/content/25fdb537-adf2-4c82-ad6d-7421898e4b7c

[310] https://www.ft.com/content/25fdb537-adf2-4c82-ad6d-7421898e4b7c

[311] https://www.ft.com/content/25fdb537-adf2-4c82-ad6d-7421898e4b7c

[312] https://www.ft.com/content/25fdb537-adf2-4c82-ad6d-7421898e4b7c

[313] https://thepressfree.com/laccord-de-la-fonderie-de-dunkerque-ouvre-une-fenetre-sur-le-reseau-complexe-de-financement-de-gfg-2/ ; https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/04/08/fonderie-de-dunkerque-autopsie-d-un-montage-financier_6075940_3234.html

[314] https://www.wsj.com/articles/greensill-capital-tumbles-into-insolvency-spreading-financial-pain-11615216346 ; https://www.ft.com/content/db5bc46a-57cc-4c7d-a6fe-47f5a59412d4

[315] https://www.trafigura.com/press-releases/rosneft-signs-crude-oil-supplies-contract-with-trafigura

[316] https://www.trafigura.com/trafigura-in-brief/

[317] https://youcontrol.com.ua/ru/catalog/company_details/40632421/ ; https://neftegaz.ru/news/Trading/210289-trafigura-obzhivaetsya-na-ukraine-kompaniya-otkryvaet-svoy-ofis-i-planiruet-aktivizirovatsya-na-ukra/

[318] https://www.mbdatabase.com/Basic-Information/Trafigura-Eurasia-LLC/58229

[319] https://yle.fi/uutiset/osasto/news/criticism_for_terrafame_investor_russian_ties_suspected_tax_evasion_and_toxic_waste_scandals/9455577

[320] https://www.ft.com/content/58351cfb-909e-4219-8290-db4d936b3696 ; https://www.vedomosti.ru/business/news/2015/05/28/594101-trafigura-stala-krupneishim-eksporterom-nefti-iz-rossii

[321] https://www.vedomosti.ru/business/news/2015/05/28/594101-trafigura-stala-krupneishim-eksporterom-nefti-iz-rossii

[322] https://www.vedomosti.ru/business/news/2015/05/28/594101-trafigura-stala-krupneishim-eksporterom-nefti-iz-rossii

[323] https://ucp.com/en/

[324] Nel 2017, Ilya Scherbovich è stato incluso nell'elenco degli uomini d'affari più ricchi della Russia secondo Forbes, prendendo la 111a riga dell'elenco. In varie occasioni, Ilya Scherbovich è stato membro del consiglio di sorveglianza di Sberbank, dei consigli di amministrazione di Federal Grid Company, Uralmash Oil and Gas Equipment, Rosneft e Transneft. See: https://ilyasherbovich.com/ilya_sherbovich_biographiya/

[325] https://www.nayaraenergy.com/

[326] https://www.rosneft.ru/press/news/item/191335/

[327] https://tass.ru/ekonomika/6778047

[328] https://www.vedomosti.ru/business/articles/2021/01/21/855032-trafigura-vlozhila ; https://www.worldoil.com/news/2021/1/5/russian-bank-funds-lion-s-share-of-trafigura-s-7b-rosneft-oil-deal

[329] https://expert.ru/2021/01/21/trafigura-serezno-vlozhilas-v-rosneft-i-rossijskuyu-arktiku/

[330] https://www.ft.com/content/58351cfb-909e-4219-8290-db4d936b3696

[331] https://www.trafigura.com/press-releases/trafigura-acquires-10-percent-of-vostok-oil ; https://www.interfax.ru/business/760359

[332] https://www.vedomosti.ru/business/columns/2021/02/14/857905-effekt-vostok-oila

[333] https://www.interfax.ru/business/770406

[334] https://www.vedomosti.ru/business/columns/2021/02/14/857905-effekt-vostok-oila

[335] https://www.ft.com/content/58351cfb-909e-4219-8290-db4d936b3696

[336] https://www.wam.ae/en/details/1395302807426

[337] https://www.afr.com/companies/energy/chevron-buys-puma-energy-to-re-enter-australian-fuel-market-20191219-p53lfj

[338] https://www.reuters.com/business/energy/trafigura-buy-sonangols-puma-energy-stake-600-million-2021-04-16/

[339] https://www.reuters.com/business/energy/trafiguras-puma-energy-raise-11-bln-with-share-issue-2021-03-09/

[340] https://www.reuters.com/business/energy/trafigura-buy-sonangols-puma-energy-stake-600-million-2021-04-16/

[341] https://www.reuters.com/business/energy/trafigura-buy-sonangols-puma-energy-stake-600-million-2021-04-16/

[342] https://www.offshore-technology.com/news/trafigura-stake-puma-energy/

[343] https://www.clbrief.com/puma-energy-and-angolan-general-go-separate-ways/

[344] https://www.reuters.com/business/energy/trafiguras-puma-energy-raise-11-bln-with-share-issue-2021-03-09/

[345] https://fortune.com/most-powerful-women-international/2020/emma-fitzgerald/ ; https://www.linkedin.com/in/emfitzgerald/?originalSubdomain=ch

[346] https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-04-16/trafigura-takes-control-of-troubled-puma-energy-as-ceo-exits

[347] https://www.reuters.com/business/energy/trafiguras-puma-energy-raise-11-bln-with-share-issue-2021-03-09/

[348] https://rasmala.com/ ; https://www.dib.ae/docs/default-source/Mutual-funds/factsheet/Rasmala-Trade-Finance-Fund-November-2020.pdf

[349] https://mirainform.com/View-Reports/FARLIN-ENERGY--COMMODITIES-FZE/United-Arab-Emirates-UAE/1318556

[350] https://www.gtreview.com/news/global/rasmala-sues-trafigura-over-alleged-fraudulent-coal-trades/

[351] https://mirainform.com/View-Reports/FARLIN-ENERGY--COMMODITIES-FZE/United-Arab-Emirates-UAE/1318556

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.