60 ans de dictature et de contrebande : Bienvenue au Congo

La vie dans le pays le plus riche du monde n'est pas une bénédiction, c'est l'enfer. Depuis plus de deux siècles, l'exploitation de l'Afrique centrale, face aux deux rives du Congo, a été la cible de violences indescriptibles et de traités internationaux qui voient dans l'extermination de milliers de personnes des dommages collatéraux acceptables.

01
CO-AUTEUR: SIMONE COCCIA

Si il y a deux cents ans les Belges, les Français et les Portugais se combattaient, il y a aujourd'hui des administrations provinciales faibles et corrompues qui sont manipulées par des multinationales et soumises au chantage de seigneurs de guerre cachés dans la jungle – mais surtout par un réseau inattendu de marchands d'or, qui a immigré d'Inde et a trouvé à Dubaï le lieu où tout crime est protégé, à savoir la contrebande d'or, qui soutient le financement de la contrebande d'armes, et les négociations diplomatiques qui s'opposent aux tentatives de paix des Nations Unies.

Les interventions de la communauté internationale ont mis en évidence en détail le chaos lié à l'exploitation. Les noms des criminels sont connus, la plupart d'entre eux ont été tués ou mis sur liste noire par les autorités internationales, mais cela ne suffit pas. Les combats ne s'arrêtent pas même sous les yeux d'une mission controversée[1] de l'ONU appelée MONUSCO : les casques bleus ont reçu la prolongation de leur mandat jusqu'en décembre 2021[2] et ne contrôlent apparemment plus une zone (jusqu'à un quart de l'Union européenne, mais avec très peu de zones peuplées). Tout processus de paix est voué à l'échec si aucune mesure n'est prise pour s'attaquer aux causes profondes qui alimentent l'activité criminelle : les conflits ne sont plus d'ordre religieux, ethnique ou politique, mais uniquement économiques. La fin de ces conflits ne pourra intervenir que le jour où le gouvernement de Kinshasa réussira à assurer le contrôle de l'ensemble du territoire national – ce qui est actuellement une utopie.

L'expulsion brutale d'Eden

02
Le roi Léopold II[3] et les esclaves pour ramasser le caoutchouc[4]

Au cœur profond de l'Afrique noire, il y a la région des Grands Lacs, un scénario unique au monde, composé de quatre lacs géants (Vittoria, Tanganyika, Malawi et Turkana[5]) et de nombreux lacs plus petits disposés comme un collier de pierres précieuses : Albert, Edward, Kivu, Kyoga, Rukwa, Mweru sont situés dans une vaste zone où il était auparavant impossible de conquérir la nature et où gnous, hippopotames, crocodiles et flamants roses vivent comme dans des fantasmes[6]. La forêt et les terres fertiles attirent les peuples voisins depuis des milliers d'années. Des millions de Bantous vivent à moins de 80 km du lac Victoria, ce qui en fait l'une des zones les plus densément peuplées d'Afrique[7]. Il y a encore plusieurs Bantous sur le lac Tanganyika, un coffre au trésor rempli de poissons[8].

Traditionnellement, l'homme donne le pire lorsqu'il est au paradis – des pages et des pages de torture, de guerre et de tentatives de génocide sont en fait écrites autour de ces lacs : le Burundi, la République démocratique du Congo, le Kenya, le Malawi, le Rwanda, la Tanzanie et l'Ouganda ont traversé et vécu encore aujourd'hui des histoires d'une brutalité sans précédent. La République démocratique du Congo (DRC), l'ancien Zaïre, semble vouée à rester un enfer en grande partie à cause de la richesse de la clandestinité. C'est l'un des pays les plus riches du monde en matières premières, donc l'écrivain, historien et archéologue belge David Van Reybrouck l'a qualifié de « scandale géologique »[9]: cuivre, plomb, diamants, or, germanium, argent, manganèse, coltan et autres pays rares et non des moindres pétroliers.

Cette richesse est la cause de la violence. Le pays connaît une série ininterrompue de conflits qui écrasent la population : les Nations Unies classent la République démocratique du Congo au 176e sur 188 pays par ordre de prospérité[10]. 71% de la population vit dans la misère absolue, 94,3 enfants sur mille meurent avant l'âge de 5 ans, l'espérance de vie moyenne est de 57,7 ans, un quart des Congolais de plus de 15 ans sont analphabètes – et encore une fois seulement 28,7% d'entre eux a accès à des installations sanitaires adéquates et seulement 52,4% d'entre elles à l'eau potable[11].

Le Congo en tant qu'unité administrative est né avec l'invasion belge à la fin du XIXe siècle, lorsque le roi Léopold II a découvert le fleuve Congo, d'où provient le royaume du même nom. Lors de la Conférence de Berlin (1884-85), l'État libre du Congo a été élargi pour inclure le Katanga[12]. La violence dans ce vaste territoire[13] oblige le roi à céder cette terre, qu'il considère comme personnelle, aux autorités de l'Etat belge[14]. Le Congo belge était gouverné par des bureaucrates et des soldats corrompus, violents et sans loi dans la première moitié du 20e siècle, donc à la fin de la guerre, la Belgique a perdu le contrôle du grand pays en raison des premiers mouvements nationalistes[15].

Le héros de l'indépendance, obtenue en juin 1960, est Patrice Lumumba[16]. Sa direction du pays ne dure que quelques jours : en juillet, la mutinerie de l'armée et le général Moise Tshombe déclare l'indépendance de la région du Katanga[17], déclenchant la réaction armée de la Belgique qui s'intéresse au conflit pour défendre ses intérêts miniers dans cette région et à ses citoyens qui y travaillent[18],. L'ONU exhorte la Belgique à retirer ses troupes et envoie les casques bleus pour rétablir l'ordre[19]. En septembre de la même année, Lumumba a dû démissionner à cause du coup d'État du général Kasavubu. Il a été arrêté en décembre et tué trois mois plus tard par la police secrète belge, complice du gouvernement américain[20].

L'assassinat de Patrice Lumumba a un écho mondial : l'ingérence au Congo devient de plus en plus évidente, provoquant l'intervention militaire des États-Unis et de Cuba et transformant une lutte interne en crise internationale[21]. En 1964, un an après l'accord qui a mis fin à la sécession du Katanga, Tshombe a été nommé Premier ministre mais a été limogé par un autre coup d'État qui a porté le général Joseph-Désiré Mobutu au pouvoir en 1965[22].

Du régime Mobutu à la dynastie Kabila

03
Mobutu Sese Seko rencontre Richard Nixon à Washington DC en 1973[23]

Il est difficile de résumer 32 ans de dictature folle. Mobutu Sese Seko, un dictateur sanguinaire, capricieux et incompétent, plonge le pays dans une crise économique profonde : d'abord il chasse les investisseurs étrangers, puis il s'en souvient parce qu'il est à court d'argent et que tout le système industriel et logistique s'est effondré. Mobutu règne avec peur et corruption – à tel point que, depuis lors, son système est appelé kleptocratie dans le monde entier[24]. Grâce à son anticommunisme déclaré et à la richesse naturelle de son pays, il peut continuer à massacrer à volonté : il bénéficie du soutien occidental, qui fait un clin d'œil au dictateur en pleine guerre froide[25].

En 1997, alors que le pays était épuisé, les rebelles dirigés par Laurent-Désiré Kabila chassèrent Mobutu : il mourut d'un cancer de la prostate au Maroc trois mois plus tard[26]. Même Kabila n'a pas la vie facile : il se déclare marxiste, mêle capitaliste et mesures collectivistes et utilise les mêmes garanties internationales et gangs internes que Mobutu a soutenus et suscite immédiatement une opposition violente[27].

En 1998, le Rwanda et l'Ouganda, anciens alliés de Kabila, ont déclenché un soulèvement mené par le rallye congolais pour la démocratie (Rassemblement Congolais pour la Démocratie)[28]. Kabila trouve des alliés au Zimbabwe, en Namibie et en Angola et parvient à forcer le retrait de la plupart des troupes étrangères qui parcourent le pays. Même la paix ne lui porte pas chance : Kabila est assassiné le 16 janvier 2001 à Kinshasa par son garde du corps Rashidi Kasereka, et sa place est prise par son fils Joseph Kabila[29].

Il gouverne pendant deux mandats, qui ont été obtenus lors d'élections controversées et violentes. Joseph Kabila noue des alliances avec la France, la Belgique et les États-Unis, qui ont tenté de maintenir leur pouvoir colonial au cours des dernières décennies. Mais surtout, il rencontre Paul Kagame, le président du Rwanda, qui avait été l'un des principaux opposants à son père[30]; Joseph Kabila est assis à la table des négociations avec les groupes rebelles actifs au Nord-Kivu et au Katanga[31], s'est engagé à résoudre les conflits panafricains[32] et implique les gouvernements du Rwanda, de l'Ouganda, du Zimbabwe, de l'Angola et de la Namibie dans les négociations[33].

Malgré ses succès, Kabila ne peut se reposer sur ses lauriers et survit même à un coup d'État[34]. Le climat s'est réchauffé depuis 2003 lorsqu'il est devenu clair qu'il aimerait également se présenter aux prochaines élections, déchaînant la colère des opposants[35]. Ces deuxièmes élections seront marquées par encore plus de violence et de corruption que les précédentes[36]. Après de durs ajournements, Kabila quittera ses fonctions le 24 janvier 2019 et passera le pouvoir à Félix Tshisekedi – le premier changement de pouvoir pacifique en République démocratique du Congo depuis l'indépendance[37]. Cela est principalement dû au fait que Kabila et son successeur sont des amis proches[38].

Joseph Kabila laisse derrière lui un pays affamé où règne la corruption, les droits civils sont bafoués chaque jour et l'économie est à genoux. Il y a 1,7 million de personnes déplacées, 63% des citoyens (84 millions de personnes) vivent avec moins de 2 dollars par jour et n'ont pas accès à l'éducation ou aux soins de santé[39]. L'incroyable richesse du métro n'a rien changé jusqu'à présent.

Une histoire sans fin: les Occidentaux conquièrent le Rio Congo

04

Les effets immédiats sur la division de l'Afrique après la conférence de Berlin[40]

La révolution industrielle et le progrès scientifique ont fondamentalement changé la manière dont les pays européens interviennent en Afrique. La prise de conscience de ce changement s'est généralisée en 1884 lors de la convocation de la Conférence de Berlin, dont la raison et le thème central étaient la partition du Congo – véritable trésor de toutes les richesses nécessaires à l'explosion de la croissance industrielle[41]: huit ans avant la conférence, le roi Léopold II de Belgique a fondé l'Association africaine internationale et la Société internationale du Congo – toutes deux officiellement à des fins humanitaires, mais en réalité pour organiser et financer le contrôle militaire, commercial, politique et religieux de cette zone qui est maintenant tout le continent au sud de le Sahara[42] et son point focal Léopoldville (aujourd'hui Kinshasa – du swahili : les salines)[43].

Ce projet a été contré par les accords entre l'envoyé français, l'officier de marine Pierre Savorgnan de Brazza, qui avait exploré le Sénégal et le Gabon pendant des années et rencontré le roi Makoko, le patron des Bantous, en 1878[44]. Brazza, qui adorait l'Afrique et son peuple, avait signé un traité d'amitié et une alliance diplomatique, commerciale et militaire avec le roi Makoko[45]. Après la mort du roi, la reine Ngalifourou, mère de la nation[46], et Brazza fondèrent la ville que les Bantous appelaient Brazzaville en l'honneur de l'officier français. Les deux capitales se font face, sur la rive opposée du Congo[47], à 300 km du port de Matadi et de l'estuaire du Soyo en Angola[48].

Oui, car il y avait un troisième prétendant : la monarchie portugaise, qui a été stationnée à l'embouchure du Congo pendant plus de deux siècles et, après l'accord de Berlin de 1885, a renoncé à ses prétentions dans la partie nord de la région et a reçu le sud partie de la rivière, qui s'appelle maintenant l'Angola[49]. Après plus d'un an de négociations, la conférence de Berlin, acceptant les revendications de Léopold II, légitime le pillage systématique des ressources naturelles et la non-reconnaissance des droits des peuples autochtones de la région : un pillage qui aura lieu avec un essaim d'investisseurs étrangers de partout dans le monde occidental coulera[50].

La première grande entreprise exploite les grands gisements de cuivre et de diamant: l'Union Anglo-Belge Minière du Haut-Katanga (UMHK)[51] avec un chiffre d'affaires de près de 430 millions de dollars en 1965 – une importante source de revenus en devises[52]. UMHK est né le 28 octobre 1906 de la fusion du CSK Comité Spécial du Katanga, fondé par le Roi Leopold, et de Tanganyika Concessions Ltd, une société britannique fondée par Sir Robert Williams, explorateur et ingénieur minier qui a commencé l'exploration minière en 1899 et dans le l'année 1900 a reçu les droits de concession correspondants[53]. Lorsque l'indépendance est arrivée en 1960, le cuivre produit au Katanga représentait 45% de la valeur totale des exportations et 8% de la production mondiale totale[54]. Après le coup d'État de 1965, Mobutu passe à la nationalisation de l'UMHK, qui change de nom en General Company of Congolese Minerals, puis General Congolese Mining Company et enfin Gécamines – le nom actuel – en 1972[55].

Mobutu entame une pratique qui se poursuit à ce jour : les recettes de la Gécamines sont principalement utilisées pour créer une oligarchie d'alliés fidèles du dictateur qui vivent de ces revenus et pour corrompre le personnel militaire et administratif nécessaire pour soutenir le dictateur et pour rendre l'État fonctionnel[56]. Mobutu punit les entreprises étrangères avec des taxes, des menaces et des pots-de-vin, mais parvient toujours à maintenir le niveau de production global du système minier congolais entre 355 000 et 480 000 tonnes par an. Mais plus personne n'investit, et les étrangers s'en vont progressivement, laissant des mines en ruine nationalisées à un niveau médiéval : en 1996, la production est tombée à moins de 30 000 tonnes par an[57].

En 1982, Mobutu libéralisa le marché : la plupart des sites étaient exploités par des amateurs avec des fonds de fortune et la plupart des familles retournèrent à l'agriculture et à l'élevage. Quiconque a une pelle et beaucoup de désespoir ose chercher des minéraux précieux, devient l'otage de groupes de rebelles ou de mercenaires, et crée les conditions de la situation actuelle : un chaos de commerce de minerais dirigé à la main par des personnes qui survivent cachées dans des zones qui ne peuvent être atteints par aucune route, électricité, eau potable, éducation, santé et police[58]. La grande majorité des Congolais meurent de faim, et les rares qui ont un couteau sur leur manche utilisent l'argent pour devenir riches afin de pouvoir déplacer leurs comptes bancaires puis leurs familles en Belgique ou dans d'autres régions de l'Ouest[59].

Le boom du commerce illégal de l'or

05
Des enfants travaillent dans l'une des mines d'or artisanales du Congo[60]

En 2002, un groupe d'experts des Nations Unies a rendu compte du commerce illégal des ressources naturelles en République démocratique du Congo. Le groupe divise d'abord la région congolaise en trois zones appelées « réseaux d'élite » : la zone contrôlée par le gouvernement ; la zone contrôlée par le Rwanda ; et la zone contrôlée par l'Ouganda. Les conclusions de cette étude révèlent une organisation criminelle complexe qui est brièvement résumée dans les huit points suivants :

a) Les réseaux sont constitués d'un noyau d'élites politiques, militaires et économiques – ou, dans le cas des territoires occupés, de chefs et d'administrateurs rebelles. Certains membres des réseaux d'élite occupent des postes clés dans leurs gouvernements ou groupes rebelles respectifs ;

b) Les membres de ces réseaux travaillent ensemble pour générer des revenus – et dans le cas du Rwanda, des gains financiers institutionnels ;

c) Les réseaux d'élite assurent la rentabilité en contrôlant les forces armées et autres forces de sécurité avec lesquelles ils intimident, menacent ou commettent des actes de violence ;

d) Les réseaux monopolisent la production, le commerce et prennent la place de l'Etat dans l'exécution des tâches fiscales ;

e) Les réseaux d'élite dans les territoires occupés gardent la façade des administrations locales, mais les recettes publiques sont alors détournées vers les réseaux, appauvrissant l'État et empêchant toute politique de réhabilitation, de revitalisation ou de bien-être ;

f) Les réseaux d'élite tirent des avantages financiers de diverses activités criminelles, notamment le vol, le détournement de fonds, la fraude gouvernementale, le dumping commercial, la contrebande, la fausse facturation, l'évasion fiscale totale et la corruption de fonctionnaires ;

g) Les réseaux d'élite forment des sociétés commerciales ou des coentreprises, qui sont les façades derrière lesquelles les membres du réseau exercent leurs activités commerciales ;

h) Les réseaux d'élite tirent également profit de la fourniture de services (transport aérien, achat d'armes illicites, distribution au détail de biens et de ressources, exportation en gros de marchandises) par des groupes appartenant à la criminalité organisée locale ou transnationale[61].

En août 2015, un dossier de plus de 11,5 millions de documents internes a été remis par Mossack & Fonseca, la plus grande société de fiducie panaméenne, à la Süddeutsche Zeitung et au Consortium international des journalistes de recherche (ICIJ) puis publié : il est créé sous le nom de « Panama Papers », un scandale mondial révélant les activités illégales de plus de 214 000 sociétés offshore[62]. Certains dossiers concernent les réseaux d'élite de la République démocratique du Congo et le produit de la chaîne d'extraction et de transformation : selon un premier rapport de l'ICIJ de 2014, environ 70% de l'or de la République démocratique du Congo quitte le pays via l'Ouganda pour Dubaï, où il a vendu sous la protection du gouvernement des Émirats arabes unis[63].

06
Beni, Nord Kivu: un bâtiment où l'or de Mongbwalu est acheté et vendu[64]

Un document récemment publié intitulé « Les intermédiaires », préparé en septembre 2020 par la société canadienne IMPACT, montre comment le commerce de l'or est organisé illégalement, avec une attention particulière à la chaîne qui relie les mineurs aux acheteurs. Une chaîne qui confirme en effet la futilité des efforts pour mettre l'ordre et la légalité dans le système de livraison[65]. Selon IMPACT, le Rwanda est le principal centre de transit de l'or congolais après les réseaux de contrebande du Burundi depuis 2015. Cela est dû à la forte instabilité politique interne et à l'assassinat du général Adolphe Nshimirimana (le protecteur de certains des plus grands passeurs du pays) : le marché burundais a été submergé par la concurrence[66].

Le Rwanda est aujourd'hui le plus grand marché aurifère de la région : en 2019, la première raffinerie, Aldango, a été inaugurée, capable de raffiner 22 kilos d'or par jour et six tonnes par mois[67]. Mais le calcul est incohérent : selon les Nations Unies, le Rwanda a officiellement exporté 2163 kilos d'or en 2018 ; Néanmoins, 12 539 kilos d'or importés des Émirats arabes unis ont été déclarés d'origine rwandaise[68]. L'origine des 10 000 livres restantes reste un mystère, mais ce n'est pas difficile à imaginer.

Dans « Le Monde Diplomatique », après un voyage en Ituri dans le nord-est de la République démocratique du Congo en décembre 2005, le journaliste Stefano Liberti raconte comment il enquête sur des routes imperméables, interviewé des esclaves des mines et de riches commerçants, comment les rebelles sont responsables de réduire l'exploitation avec des menaces, obliger les gens à travailler pour 1 $ par jour – une entreprise colossale qui échappe au contrôle des institutions[69]. Karin Volkner, chef du comité politique de la mission internationale de la MONUC, déclare: « La gestion de la région de l'Ituri est un échec (...). Le gouvernement de Kinshasa est très loin et n'a jamais pris soin des gens de la région. à l'est, certains ministres sont directement impliqués dans le commerce des matières premières et n'ont aucun intérêt à restaurer la paix dans la région »[70].

Tout le commerce, écrit Liberti, est bien organisé : les chercheurs d'or artisanaux apportent de l'or dans la ville ; Là, les commerçants le vendent à des intermédiaires qui le font passer en contrebande à Kampala. Pour le transporter, ils utilisent des camions, des jeeps, des motos ou traversent le lac en canoë et profitent de l'absence totale de contrôles à la frontière congolaise. Au fil des ans, la concurrence sur le marché a créé une forte sélection : aujourd'hui, seules trois entreprises achètent de l'or à Kampala – le tout entre les mains d'entrepreneurs indiens. La plus grande de ces sociétés, UCI Uganda Commercial Impex Ltd, est basée dans une banlieue de Kampala : Kamwookya[71].

Les barons de la contrebande

07
Milices armées qui contrôlent l'industrie minière[72]

Cependant, telle est la situation après que la communauté internationale a finalement décidé de déclarer la guerre à ce système. En mars 2007, l'Office américain pour le contrôle de la richesse étrangère (OFAC) a identifié sept entreprises et trois personnes comme cibles de la contrebande en RDC et les a mises sur la liste noire mondiale avec le décret 13413[73]. Les entreprises[74] de Viktor Bout[75] figurent sur la liste, un marchand d'armes[76] bien connu considéré comme le plus dangereux du 21e siècle[77]. Il a été arrêté en Thaïlande en 2018 et condamné à 25 ans de prison[78]. Un deuxième nom est celui de Dieudonné Ozia Mazio, qui, avec Kambale Kisoni (assassiné en juillet 2007[79]), apparaît comme l'un des principaux intermédiaires entre les groupes armés et les entreprises qui achètent des minerais de valeur[80].

Dieudonné Ozia Mazio, alias M. Omari, président de la Fédération des entreprises congolaises (FEC)[81], aurait également été assassiné depuis septembre 2008[82]: il était en affaires avec l'impitoyable général Jérôme Kakwavu Bukande, le fondateur des Forces Armées du Peuple Congolais (FAPC), qui a été accusé de nombreux crimes de guerre et condamné à dix ans de prison pour viol, meurtre et torture[83] pour avoir vendu des armes, des munitions et d'autres matériels d'appui en échange d'or – et avec de tels clients, les erreurs sont chèrement payées[84].

Kambale Kisoni était un négociant en or de Butembo (Nord-Kivu), propriétaire de Butembo Airlines[85] et de Congocom Trading House[86]. Selon l'OFAC, Kisoni a aidé à financer les milices grâce au commerce de l'or, les a achetées au FNI, le Front nationaliste et intégriste (un groupe rebelle lendu opérant en Ituri[87]) et les a vendues à Uganda Commercial Impex (UCI) Ltd. Kampala[88], et a dirigé l'organisation de la contrebande à travers la frontière entre la République démocratique du Congo et l'Ouganda grâce à ses propres avions[89].

Le soutien de Kisoni au Groupe armé illégal (FNI) est venu de Floribert Ndjabu – un chef militaire reconnu coupable d'avoir attaqué une patrouille voisine de la MONUC (Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo) le 25 février 2005 organisée par la ville de Kafé. En conséquence, neuf casques bleus bangladais ont été tué[90]s. L'or a ensuite été affiné en Suisse et vendu sur le marché mondial, désormais débarrassé des traces de son origine illégale[91].

En 2013, l'ONG Track Impunity Always (TRIAL)[92] a porté plainte[93] contre la direction d'une raffinerie d'or suisse, Argor-Heraeus SA Mendrisio[94], pour avoir raffiné près de trois tonnes de minerai d'or provenant du pillage du FNI: « L'or était sous extrait dans des conditions épouvantables avant d'être revendu en Ouganda par un marchand d'or congolais et propriétaire d'une compagnie de transport aérien appelée Kisoni Kambale »[95].

Kambale vendra l'or à l'UCI et l'UCI le vendra à Hussar Ltd. Revendre le Rugby[96] : une société appartenant au Polonais Karol Kakolowicz[97] – propriétaire de trois camions qui circulent chaque semaine entre Istanbul, la Suisse, Algésiras et Londres[98]. Pour Argor-Heraeus ce n'est pas le seul problème : en 2019, l'entreprise a également été dénoncée par l'ONG suisse Fastenopfer[99], qui accuse l'entreprise d'acheter entre 5 et 9 tonnes d'or par an à l'entreprise colombienne CIJ Gutiérrez de 2009 à 2018, qui est en réseau avec le cartel des trafiquants de drogue locaux : Une plainte qui mènera à l'arrestation des dirigeants d'Argor-Heraeus[100].

L'épicentre de la recherche internationale reste UCI Uganda Commercial Impex Ltd. Kampala[101]. L'UCI est située dans une petite villa au 22 rue Kanjokya à Kamwookya, un quartier résidentiel de Kampala, et est contrôlée par Jamnadas Vasanji Lodhia (également connu sous le nom de « Chuni ») et ses fils Kunal et Jitendraj Lodhia[102]. En 2002, l'UCI a reçu le President's Export Award de la meilleure entreprise du secteur du négoce de l'or. En deuxième place, Machanga Ltd. Kampala du général Kakwavu Bukande[103]. Omwony Ojok, le Ministre d'État ougandais chargé de la surveillance économique, présidera la cérémonie de remise des prix avec cinq autres ministres: l'UCI et Machanga sont reconnus pour « promouvoir le commerce d'exportation et assumer la responsabilité sociale dans le cadre de leurs activités »[104]. La protection par le gouvernement ougandais se poursuivra jusqu'à la fin de 2006[105].

08
La maison (apparemment abandonnée) au 22 rue Kanjokya dans le quartier Kamwookya de Kampala, domicile de l'UCI Uganda Commercial Impex Limited[106]

Le 30 mars 2007, l'OFAC interdit à trois Ougandais et à sept sociétés, notamment l'UCI Uganda Commercial Impex, de faire des affaires avec des groupes armés illégaux[107]: « L'UCI a acheté de l'or grâce à des relations commerciales régulières avec des concessionnaires en République démocratique du Congo qui sont étroitement liés à la Milices. Cela constitue la fourniture d'un soutien aux groupes armés illégaux qui violent l'embargo sur les armes en relation avec les résolutions 1493 (2003) et 1596 (2005) »[108]. Les Nations Unies prennent la même décision avec la Directive 1275 du 1er décembre 2014[109]. L'UCI fera appel de ces décisions en février 2015[110], mais l'appel est rejeté et à partir de 201[111]3, l'UCI a été jugée inactive puis liquidée[112].

Cependant, la structure associée à l'UCI continue de fonctionner grâce à l'un des partenaires de la famille Lodhia : l'avocat Sarosh Zaiwalla[113], dont la société de négoce offshore est en activité depuis 1983[114]. Zaiwalla et la famille Lodhia ont créé un nouveau groupe d'entreprises[115] qui font pression (entre autres) sur les mercenaires et les pirates somaliens[116], le groupe Halliburton[117], le gouvernement vénézuélien[118], les Émirats arabes unis[119] et la Bank Mellat à Téhéran[120]. Sarosh Zaiwalla a des clients importants et controversés depuis plus de quarante ans, notamment les noms de Saddam Hussein[121], du Dalaï Lama[122], de la famille Gandhi, du dirigeant pakistanais Benazir Bhutto[123] et de la famille Tchenguiz[124].

Quant à Machanga Limited[125], cette société est dirigée par Rajendra Vaya à 55a Upper Kololo Terrace, Kampala. Machanga a un bureau à Bujumbura pour le commerce de l'or du Sud-Kivu[126]. Le principal client est la raffinerie Emirates Gold DMCC Fze. Dubaï[127], qui a acheté 10,17 tonnes d'or à Machanga entre 2005 et 2007, 6,61 tonnes à l'UCI, 1,39 tonnes à AP Bhimji Ltd. et 0,03 tonne de Congomet[128].

09
L'avocat indien Sarosh Zaiwalla serre la main de l'un de ses nombreux clients célèbres : le Dalaï Lama[129]

L'OFAC a également mis Machanga sur la liste noire en mars 2007 – pourtant Rajendra Vaya continue d'acheter de l'or[130]. Il le rend privé : les petits commerçants de Bunia et Butembo rapportent que Raju et ses hommes ont rouvert leurs portes sur Upper Kololo Terrace en 2013[131] et les vendent à Dubaï avec une nouvelle société, Mineral Impex Uganda[132]. En 2010, les actifs de Machanga détenus dans le compte d'Emirates Gold seront gelés par la Banque de Nouvelle-Écosse[133], propriétaire de la raffinerie ScotiaMocatta à Toronto[134]. En ce qui concerne Machanga, la société a présenté ses derniers comptes annuels en 2004 et est classée « inactive » selon les autorités de la République d'Ouganda[135].

A.P. Bhimji Ltd. Kampala, 1991 par A.P. Bhimji & Sons Ltd., fondée à Londres[136], est la troisième plus grande entreprise reconnue comme exportatrice d'or et impliquée dans le commerce illégal de l'or. La société est dirigée par A.P. Bhimji, une Indienne anglaise naturalisée : Sa famille est arrivée à Kampala dans les années 1960, où ils ont fondé la première société appelée Jewelarama, qui se consacrait à l'achat et à l'exportation d'or d'Ituri et du Haut-Uélé et est devenue une année après année une société commerciale développée d'importance internationale[137]. Ce sont de véritables pionniers : personne n'avait auparavant ouvert de magasins en Ouganda pour concentrer les richesses du Congo, du Soudan du Sud et de l'Éthiopie à Kampala. La société a grandi jusqu'en 1972 lorsqu'un coup d'État a forcé la famille à quitter l'Ouganda pour le Royaume-Uni, où Bhimji a investi la richesse accumulée en Afrique dans le secteur immobilier londonien et a continué à développer sa richesse[138].

Dans les années 90, l'entreprise a été prise dans un scandale financier. Profitant de la stabilité économique retrouvée de l'Ouganda et de la libéralisation économique extrêmement bénéfique initiée par le ministre du Commerce Richard Kaijuka, la famille Bhimji décide de retourner à Kampala pour reprendre ses anciennes activités commerciales d'or. Le niveau d'il y a vingt ans sera atteint en peu de temps[139]. Entre 2002 et 2006, AP Bhimji, UCI et Machanga contrôlent à eux seuls 95% de l'or exporté d'Ouganda[140]. Le nouveau directeur de la société, Sameer Bhimji (alias Sammy), achète de l'or de contrebande à la République démocratique du Congo au niveau de Chuni et Raju[141] et entre sur le grand marché des armes (sanctions en attente)[142]. Entre 2005 et 2006, Bhimji a commencé à exporter pour Emirates Gold et Al Ghurair Giga Gold Refinery à Dubaï[143]. Le 18 janvier 2008, Sammy a fusionné Midas All Minerals Limited avec Lata Bhimji et fait depuis des affaires avec les Emirats à titre personnel en raison de sanctions, tout en utilisant toujours l'emplacement habituel[144].

La fuite incessante vers nulle part

10
Depuis soixante ans, des millions de personnes ont fui le Katanga, le Nord Kivu, le nord de la région des Grands Lacs, sans jamais pouvoir s'enraciner, car elles sont constamment suivies par des vagues de violence de guerre et d'oppression par les sociétés minières, par la faim et la maladie[145]

Ces faits sont impressionnants. Mais la République démocratique du Congo n’est pas sans espoir. Le pays exporte principalement des produits miniers (cuivre, cobalt, diamants, or), des produits du bois et du café, en les échangeant contre des produits alimentaires et pharmaceutiques, des voitures et des carburants. Les principaux partenaires commerciaux sont la Chine et la Corée du Sud, tandis que la plupart des importations proviennent d'Afrique du Sud et de Zambie[146].

Il ne suffirait guère que la balance commerciale devienne positive et que la République démocratique du Congo galope, et il faut admettre que Joseph Kabila a fait des progrès importants, notamment dans le domaine des relations internationales. En fait, la balance commerciale du pays est positive depuis plus d'une décennie. L'excédent commercial est passé de 208 millions de dollars (2017) à plus d'un milliard de dollars (2019) –  malgré la crise mondiale des prix du cobalt, qui a bien sûr eu un impact négatif sur toute l'Afrique[147]. De plus, malgré la pandémie et le fait que les établissements de santé soient médiocres ou inexistants, le PIB continue de croître à un rythme impressionnant[148].

Alors que les Européens et les Américains se cachent (et continuent essentiellement d'exploiter les richesses du sous-sol de la RDC officiellement et par la contrebande), jusqu'à présent, seule la Chine s'est prononcée dans la construction de routes, de centrales électriques et de câbles optiques, de maisons et investir dans de nouvelles écoles[149]. Il ne s'agit pas de faire quelque chose de bien, mais de prévoyance. Mais nous devons tous arrêter immédiatement d'investir dans la guerre civile.

Les toutes dernières démarches et alliances diplomatiques de Joseph Kabila sont inquiétantes, ce qui indique sa volonté de revenir au pouvoir et d'annuler la présidence de Tshisekedi, ce qui lui a également permis d'utiliser son réseau industriel, financier et commercial issu d'une collusion avec composé de crime et corruption, continuer à administrer[150]. Les partisans les plus importants du retour de Kabila sont (et comment pourrait-il en être autrement) les Émirats arabes unis, qui ont reçu un cadeau somptueux en 2017 du président de la République démocratique du Congo de l'époque : le gouvernement de Kinshasa a introduit le passeport biométrique coûtait 185 dollars par an coûte pièce (aux USA ça ne coûte que 110 dollars ...) et a été produit par le LRPS de Ras Al Khaimah[151].

En raison de l'enquête pénale sur ce contrat, le LRPS a été liquidé de force[152] et le passeport est actuellement fabriqué en Belgique par Semlex Europe SA Uccle, qui fait toujours l'objet d'une enquête[153]. Cette société, dont les actionnaires sont cachés par un réseau de sociétés offshore, est dirigée par la famille d'un homme d'affaires syrien qui voyage des Comores avec un passeport diplomatique mais travaille en Côte d'Ivoire[154]: Alexandre Karaziwan[155], directeur d'une société industrielle[156] appelée Estia Synergie SA Abidjan (énergies renouvelables et infrastructures logistiques)[157]. Cette société appartient à son tour à la multinationale belge Sea-Invest[158] et est dirigée par l'un de ses dirigeants, l'Iranien Ali Handjani[159].

Karaziwan fait l'objet d'une enquête dans plusieurs pays car, en tant qu'ambassadeur itinérant et propriétaire de l'entreprise qui fabrique les passeports, il a vendu la citoyenneté comorienne à 28 000 personnes faisant l'objet d'une enquête pénale dans différents pays du monde. Mais il est inviolable : au nom du gouvernement des Emirats Arabes Unis et du Koweït, il se procure un passeport pour les populations nomades bédouines des pays du golfe Persique, qui sont importantes pour l'économie locale, mais les gouvernements de ces pays nient la possibilité de leur accorder la citoyenneté[160].

Tant que le gouvernement provincial congolais ne sera pas en mesure de contrer ces intrigues, de les punir, de vaincre la corruption de leur appareil administratif et de vaincre les milices rebelles sur le terrain et d'amener la civilisation dans les provinces lointaines du nord, tout effort continuera à le faire comme essayer de vider l'océan avec une cuillère à soupe.

 

 

[1] http://www.settimananews.it/informazione-internazionale/congo-lo-scandalo-della-pace/

[2] https://digitallibrary.un.org/record/3895617?ln=en

[3] https://www.gettyimages.it/detail/fotografie-di-cronaca/king-leopold-ii-of-belgium-fotografie-di-cronaca/3292582?adppopup=true

[4] https://www.africarivista.it/storia-le-atrocita-di-re-leopoldo-ii-in-congo/63934/

[5] https://www.britannica.com/place/Lake-Victoria ; https://www.newworldencyclopedia.org/entry/Lake_Tanganyika ; https://www.africangreatlakesinform.org/article/lake-turkana ; https://www.africangreatlakesinform.org/article/lake-malawiniassanyasa

[6] https://www.unep-wcmc.org/system/comfy/cms/files/files/000/000/642/original/GLR_S_T_Report_WEB_PAGES.pdf

[7] https://www.worldscientific.com/doi/pdf/10.1142/9789813222786_0001

[8] https://www.newworldencyclopedia.org/entry/Lake_Tanganyika

[9] https://www.washingtonpost.com/opinions/congo-the-epic-history-of-a-people-by-david-van-reybrouck/2014/04/04/4090eb20-aa1b-11e3-b61e-8051b8b52d06_story.html

[10] http://hdr.undp.org/en/countries/profiles/COD

[11] https://www.atlanteguerre.it/conflict/repubblica-democratica-del-congo/

[12] https://courses.lumenlearning.com/boundless-worldhistory/chapter/the-belgian-congo/

[13] https://www.britannica.com/biography/Leopold-II-king-of-Belgium ; https://www.africarivista.it/storia-le-atrocita-di-re-leopoldo-ii-in-congo/63934/

[14] https://www.eisa.org/wep/drcoverview8.htm

[15] https://www.ukessays.com/essays/history/nationalist-movement-of-the-belgian-congo-history-essay.php

[16] https://www.britannica.com/biography/Patrice-Lumumba

[17] https://www.britannica.com/biography/Moise-Tshombe

[18] https://www.jstor.org/stable/1405667?seq=1#metadata_info_tab_contents

[19] https://peacekeeping.un.org/en/mission/past/onuc.htm

[20] http://www.physocean.icm.csic.es/science%2Bsociety/lectures/illustrations/lecture35/lumumba.html ; https://www.theguardian.com/global-development/poverty-matters/2011/jan/17/patrice-lumumba-50th-anniversary-assassination

[21] https://www.jstor.org/stable/40759745?seq=1#metadata_info_tab_contents ; https://www.linkiesta.it/2019/01/resistenza-sempre-e-comunque-quando-in-congo-cercavano-di-abbattere-gl/

[22] https://www.britannica.com/biography/Mobutu-Sese-Seko

[23] https://blogs.lse.ac.uk/africaatlse/2017/09/07/in-the-shadow-of-the-great-helmsman-mobutu-sese-sekos-life-and-legacy-in-the-dr-congo/

[24] https://adst.org/2016/09/kleptocracy-and-anti-communism-when-mobutu-ruled-zaire/

[25] https://www.nytimes.com/2001/06/10/books/heart-of-greed.html

[26] https://www.nytimes.com/1997/09/08/world/mobutu-sese-seko-zairian-ruler-is-dead-in-exile-in-morocco-at-66.html

[27] https://www.crisisgroup.org/africa/central-africa/democratic-republic-congo/how-kabila-lost-his-way

[28] https://www.refworld.org/docid/3ae6a83c10.html

[29] https://www.hsfk.de/fileadmin/HSFK/hsfk_publikationen/DR-Congo-RCD-1998-2004.pdf

[30] https://www.britannica.com/biography/Joseph-Kabila

[31] https://reliefweb.int/report/democratic-republic-congo/dr-congo-rebels-demand-negotiations ; https://actualite.cd/2017/02/20/mende-la-designation-du-president-du-cnsa-doit-faire-lobjet-dun-consensus-avec-la-mp ; http://www.congovision.com/nouvelles/yerodia1.html

[32] https://sudantribune.com/spip.php?article25238

[33] https://www.crisisgroup.org/africa/central-africa/democratic-republic-congo/inter-congolese-dialogue-political-negotiation-or-game-bluff ; https://peacemaker.un.org/sites/peacemaker.un.org/files/CD_030402_SunCityAgreement.pdf

[34] https://www.refworld.org/docid/42df616a11.html ; https://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/03/22/97001-20130322FILWWW00665-rdc-assassinat-de-kabila-dejoue.php

[35] https://time.com/4604626/congo-kabila-protests-glissement-katumbi/

[36] https://fr.allafrica.com/stories/200702051483.html ; https://fr.allafrica.com/stories/200702050171.html ; https://www.lalibre.be/international/combats-bemba-kabila-rapport-d-enquete-secret-de-la-monuc-51b896e4e4b0de6db9b1081c

[37] https://theconversation.com/tshisekedis-victory-in-the-drc-is-historic-but-controversial-109673 ; https://www.jeuneafrique.com/714840/politique/rdc-felix-tshisekedi-officiellement-investi-president-du-pays/

[38] https://www.rfi.fr/fr/afrique/20190127-rdc-residence-felix-tshisekedi-palais-presidentiel-kabila

[39] https://www.aljazeera.com/news/2018/12/25/drc-what-is-joseph-kabilas-legacy-after-18-years-in-power

[40] https://www.thoughtco.com/berlin-conference-1884-1885-divide-africa-1433556

[41] Muriel E. Chamberlain, “The scramble for Africa”, Pearson Longman, London 2014; Neal Ascherson, “The King incorporated: Leopold the Second and the Congo”, Allen & Unwin, London 1963

[42] Muriel E. Chamberlain, “The scramble for Africa”, Pearson Longman, London 2014; Neal Ascherson, “The King incorporated: Leopold the Second and the Congo”, Allen & Unwin, London 1963

[43] Francis Nzuzi, “Kinshasa: ville et environnement”, Edition L’Harmattan, Paris 2008, pages 279-285; https://taigong788.skyrock.com/3199112951-Ca-s-est-passe-un-24-decembre-Le-traite-d-amitie-entre-Henry-Morton.html ; http://archive.wikiwix.com/cache/index2.php?url=http%3A%2F%2Fwww.mmsh.univ-aix.fr%2Fiea%2FClio%2Fnumero%2F18%2FPartie%25201%252018.html 

[44] Berny Sèbe, “Heroic Imperialists in Africa: The Promotion of British and French Colonial Heroes, 1870-1939”, Oxford University Press, Oxford 2015, pages 148-150, pages 301-305

[45] AA.VV., “Pietro Savorgnan di Brazzà”, in “Dizionario biografico degli italiani”, Istituto dell’Enciclopedia Italiana Treccani, Roma 1960

[46] Jeremy Rich, “Ngalifourou”, in “Dictionary of African biography”, Oxford University Press, Oxford 2012

[47] https://www.theguardian.com/cities/2017/jan/17/congo-rivalry-kinshasa-brazzaville-river-drc

[48] Sylvie Ayimpam, «Vie matérielle, échanges et capitalisme sur la rive méridionale du Pool du fleuve Congo (1815-1930)», Centre d’Étude des Mondes Africains (CEMAf), Paris 2006, pages 3-9

[49] Stig Förster, Wolfgang Justin Mommsen, Ronald Edward Robinson, „Bismarck, Europe and Africa: The Berlin Africa Conference 1884–1885 and the Onset of Partition”, Oxford University Press, Oxford 1989

[50] https://www.theafricareport.com/47442/drc-a-history-of-pillage-destination-unknown/

[51] https://www.treccani.it/enciclopedia/union-miniere-du-haut-katanga_%28Dizionario-di-Storia%29/

[52] https://www.britannica.com/place/Democratic-Republic-of-the-Congo/Economy#ref1272241

[53] https://www.cambridge.org/core/journals/journal-of-institutional-economics/article/from-coercion-to-compensation-institutional-responses-to-labour-scarcity-in-the-central-african-copperbelt/27C0FB86E8F0D009BC8CDEEF4FB0C7A4

[54] https://www.cambridge.org/core/journals/journal-of-institutional-economics/article/from-coercion-to-compensation-institutional-responses-to-labour-scarcity-in-the-central-african-copperbelt/27C0FB86E8F0D009BC8CDEEF4FB0C7A4

[55] http://www.reflexions.uliege.be/front/displaySimple.jsp?inModal=true&id=c_348873

[56] https://newint.org/features/1994/09/05/kick

[57] http://www.scielo.org.za/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S2225-62532013000100006

[58] https://pure.diis.dk/ws/files/466374/JRSP_Paper_30_extractive_orders.pdf

[59] Report No. 43402-ZR May 2008 Document of the World Bank “Democratic Republic of Congo Growth with Governance in the Mining Sector”, Page 2, see also https://openknowledge.worldbank.org/bitstream/handle/10986/8072/434020Revised010Box327409B01PUBLIC1.pdf?sequence=1&isAllowed=y

[60] https://peacegeeks.org/news/child-mining-cost-technology

[61] https://reliefweb.int/report/burundi/plundering-dr-congo-natural-resources-final-report-panel-experts-s20021146

[62] https://panamapapers.sueddeutsche.de/

[63] https://panamapapers.investigativecenters.org/drc/

[64] https://www.hrw.org/reports/2005/drc0505/11.htm

[65] https://www.planetgold.org/sites/default/files/2020-10/2020.%20IMPACT.%20The%20Intermediaries.pdf

[66] https://www.sosmediasburundi.org/2019/12/20/bujumbura-les-changeurs-de-monnaie-ou-metier-au-desordre-total/ ; https://www.iwacu-burundi.org/gitega-apres-le-beau-temps-la-tempete/ ; http://www.cndd-burundi.com/actualites/nouvelles-burundi/608-desordre-police-burundi

[67] https://www.africaminingforum.com/company/aldango-gold-refinery-0

[68] IMPACT Transforming Natural Resource Management , “Les intermédiaires: Traders Who Threaten the Democratic Republic of Congo’s Efforts for Conflict-Free Gold”– Impact - page 30, see also https://www.planetgold.org/sites/default/files/2020-10/2020.%20IMPACT.%20The%20Intermediaries.pdf

[69] https://www.monde-diplomatique.fr/2005/12/LIBERTI/12996 ; https://www.globalpolicy.org/component/content/article/181/33624.html

[70] https://www.globalpolicy.org/component/content/article/181/33624.html

[71] https://www.globalpolicy.org/component/content/article/181/33624.html

[72] https://www.ethicalconsumer.org/technology/conflict-minerals

[73] https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/Pages/hp334.aspx

[74] “The firms designated today include Bout's flagship entity, Air Cess. This company first appeared in Belgium in 1996 although it was registered in Monrovia, Liberia with Bout as its head. Other key major firms in the network include Centrafrican Airlines, San Air General Trading, Air Bas, CET Aviation, Irbis, Transavia Travel, and Santa Cruz Imperial. San Air and Centrafrican played a key role in supplying arms to Charles Taylor's regime in Liberia and the Sierra Leone rebel group, the Revolutionary United Front (RUF). In exchange for these supplies, Bout received payment from the Liberia's international ship registry as well as diamonds and other valuable commodities acquired illegally by Taylor's associates and the RUF” – ref. https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/Pages/js2406.aspx 

[75] Douglas Farah, Stephen Braun, “Merchant of Death: Money, Guns, Planes, and the Man who makes War possible”, Turner Publishing Company, Nashville 2008;

[76] http://www.internationalcrimesdatabase.org/Case/3243/Bout/

[77] In year 2005 the actor Nicholas Cage and the director Andrew Niccol produced the movie called “Lord of War”, which is openly inspired from the life of Victor Bout – see https://www.allmovie.com/movie/lord-of-war-v314426 ; https://www.motherjones.com/politics/2007/09/meet-viktor-bout-real-life-lord-war/

[78] https://www.bbc.com/news/world-us-canada-17634050 ; https://www.ilfattoquotidiano.it/2012/04/08/vendute-armi-alle-farc-anni-carcere-viktor-bout-mercante-della-morte/203164/ ; https://formiche.net/2012/04/russia-sentenza-contro-viktor-bout-il-%C2%93mercante-della-morte%C2%94/ ; https://www.bbc.com/news/world-europe-11036569

[79] https://www.news24.com/News24/Foreigners-held-for-DRC-murder-20070705

[80] https://www.un.org/securitycouncil/sanctions/1533/materials/summaries/individual/dieudonne-ozia-mazio

[81] https://www.fec-rdc.com/

[82] https://www.legislation.gov.uk/eur/2017/396/annex/division/a/division/27/adopted

[83] https://www.hrw.org/news/2014/11/10/dispatches-first-congolese-general-convicted-rape

[84] https://www.un.org/securitycouncil/sanctions/1533/materials/summaries/individual/jerome-kakwavu-bukandehttps://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/TXT/HTML/?uri=CELEX:32009R0242&from=EN ; https://www.hrw.org/news/2014/11/10/dispatches-first-congolese-general-convicted-rape ; https://www.gov.im/about-the-government/departments/treasury/news/?iomg-device=Desktop&altTemplate=ViewCategorisedNews&id=45767 ;

[85] https://airlinehistory.co.uk/airline/butembo-airlines/

[86] https://sankcijas.lursoft.lv/person/congocom-trading-house/ofac-10144

[87] https://www.trackingterrorism.org/group/nationalist-integrationist-front-fni

[88] https://opencorporates.com/companies/ug/80010000319910

[89] https://www.treasury.gov/press-center/press-releases/Pages/hp334.aspx

[90] https://news.un.org/en/story/2005/03/130532-security-council-condemns-attack-un-peacekeepers-dr-congo

[91] https://trialinternational.org/latest-post/argor-heraeus-sa-and-hussar-limited/

[92] https://trialinternational.org/

[93] https://trialinternational.org/latest-post/argor-heraeus-sa-and-hussar-limited/

[94] https://www.argor.com/it

[95] https://www.cdt.ch/ticino/traffico-doro-per-largor-heraeus-BGCDT94522?_sid=RVOhCyPq ; https://trialinternational.org/latest-post/argor-heraeus-sa-and-hussar-limited/

[96] https://www.dw.com/en/ngo-files-complaint-against-swiss-company-over-pillaged-gold/a-17204020

[97] 2019.06.30 Hussar Ltd. Rugby

[98] Trans Spzoo Malbork

[99] https://sacrificioquaresimale.ch/

[100] https://www.tio.ch/ticino/cronaca/1390767/oro-di-dubbia-provenienza-raffinato-presso-la-argor-heraeus-di-mendrisio

[101] https://opencorporates.com/companies/ug/80010000319910

[102] https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/948770/Democratic_Republic_of_the_Congo.pdf page 9

[103] https://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/TXT/HTML/?uri=CELEX:32009R0242&from=EN

[104] https://www.refworld.org/pdfid/42c3bcfe0.pdfThe Curse of Gold - Democratic Republic of Congo” Human Rights Watch, London 2005, page 104

[105] https://escholarship.org/content/qt320469nv/qt320469nv.pdf?t=ny5vqu&v=lgRethinking the Resource Curse: Natural Resources and Polywar in the Ituri District, Democratic Republic of the Congo” UC Berkeley Electronic Theses and Dissertations, Sacramento 2011,  page 199

[106] 2015.06.11 Gazzetta Ufficiale Italiana

[107] https://www.fdic.gov/news/news/inactivefinancial/2007/fil07033.pdf

[108] https://www.admin.ch/opc/it/classified-compilation/20051409/200807150000/946.231.12.pdf ; https://www.un.org/securitycouncil/sanctions/1533/materials/summaries/entity/uganda-commercial-impex-%28uci%29-ltd

[109] https://www.esteri.it/mae/politica_estera/20140512_congo_regolamento_esecuzione_n1275_2014_consiglio_1122014.pdf

[110] http://curia.europa.eu/juris/document/document.jsf?text=&docid=164506&pageIndex=0&doclang=IT&mode=req&dir=&occ=first&part=1#1

[111] https://eur-lex.europa.eu/legal-content/IT/TXT/PDF/?uri=CELEX:62015TA0107&from=MT

[112] https://www.un.org/press/en/2020/sc14280.doc.htm

[113] 2017.10.03 African Mining Intelligence on Ziawalla

[114] This is the list of the companies, dissolved after the listing of UCI in the OFAC sanctions‘ list: Universal Best Corporation SA Panama (https://opencorporates.com/companies/pa/112735); International Travel Insurance Services Ltd. London (https://opencorporates.com/companies/gb/04542038); European Somalian Business Chamber Ltd. London (https://opencorporates.com/companies/gb/08233874) ; Strategic Business International Ltd. London (https://opencorporates.com/companies/gb/05378809); Atra Trading Company SA Panama (https://opencorporates.com/companies/pa/99735); Innate Trading Inc. Panama (https://opencorporates.com/companies/pa/112650); Z&CO Secretarial Services Ltd. London (https://opencorporates.com/companies/gb/02772062); Z&CO Nominees Ltd. London (https://opencorporates.com/companies/gb/02772068); LLTV Ltd. London (https://opencorporates.com/companies/gb/02645590); Vincent, Westlake & Turner Ltd. London (https://opencorporates.com/companies/gb/02721360); Zamor Global Solutions (UK) Ltd. London (https://opencorporates.com/companies/gb/02949363); Vyapar UK Ltd. London (https://opencorporates.com/companies/gb/04562815); Asia TV Ltd. London (https://opencorporates.com/companies/gb/02716006); Somali Resources Ltd. London (https://opencorporates.com/companies/gb/08474966)

[115] The most important one is a newly incorporated company under the name of Strategic Business International Ltd. London, set up on April 28, 2003, led by the lawyer Zoya Berbeza and 100% controlled by Sarosh Zaiwalla (2015.07.30 Strategic Business International Ltd. London); the company is based in the head office of the solicitors’ company Zaiwalla & Co. Ltd. London, which has been founded by the family Zaiwalla and whose ownership’s structure hasn’t been completely disclosed yet (2020.03.31 Zaiwalla & Co. Ltd. London)

[116] https://www.ibanet.org/Article/NewDetail.aspx?ArticleUid=CD7F8CE0-49D7-4506-9802-B659802387BA

[117] https://www.zaiwalla.co.uk/en/news/russell-strong-examines-the-uk-supreme-court-judgment-in-halliburton-company-v-chubb-bermuda-insurance-ltd

[118] https://en.ultimasnoticias.com.ve/news/politics/English-court-orders-Guaido-to-pay-529/ ; https://www.archyde.com/english-court-orders-guaido-to-pay-529000/ ; https://usures.com/venezuela/english-court-ordered-guida-to-pay-529000.html

[119] https://www.zaiwalla.co.uk/ru/news/zoya-burbeza-us-sanctions-nord-stream-2 ; https://www.zaiwalla.co.uk/ru/news/zaiwalla-co-featured-in-the-dubai-press ; https://www.zaiwalla.co.uk/ru/news/list

[120] http://www.businessworld.in/article/London-based-Law-Firm-Zaiwalla-Appoints-Kartik-Mittal-As-Partner/18-06-2019-171996/

[121] https://www.businessinsider.com/sarosh-zaiwalla-lawyer-saddam-hussein-iraq-tony-blair-2016-7?IR=T

[122] https://superlawyer.in/sarosh-zaiwalla-senior-partner-zaiwalla-co-solicitors-international-arbitration-his-holiness-dalai-lama-diverse-experience/

[123] https://economictimes.indiatimes.com/the-eagle-has-landed/articleshow/1360432.cms ; https://www.arabnews.com/node/1333901/business-economy%26c%3D7509128641766082900%26mkt%3Den-us

[124] https://www.business-standard.com/article/news-ani/sarosh-zaiwalla-makes-it-to-gq-uk-s-100-most-connected-men-2016-list-116041300275_1.html

[125] https://opencorporates.com/companies/ug/80010000446144

[126] https://americanstocknews.com/politics/5-amendments-to-the-drc-regime-commit-the-repeated-targeting-killing-maiming-rape-and-other-sexual-violence-abduction-of-civilians-including-children-office-of-financial-sanctions-implementati/

[127] http://www.emiratesgold.ae/

[128] https://www.international-alert.org/sites/default/files/publications/Natural_Resources_Jan_10.pdf

[129] https://superlawyer.in/sarosh-zaiwalla-senior-partner-zaiwalla-co-solicitors-international-arbitration-his-holiness-dalai-lama-diverse-experience/

[130] https://undocs.org/S/2008/773 § 92 / 93 ; https://undocs.org/s/2009/603 § 133 e 243

[131] https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/N1466372%20%281%29.pdf § 206 and annex 63

[132] http://www.paceperilcongo.it/2014/05/dalla-giungla-mineraria-alla-certificazione-dorigine-dei-minerali/

[133] 2015.06.11 Gazzetta Ufficiale Italiana; https://www.un.org/press/en/2020/sc14280.doc.htm ; https://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/TXT/PDF/?uri=CELEX:32020R1507&from=EN

[134] https://www.gbm.scotiabank.com/en/about-overview/our-story.html

[135] https://amlcft.mn/un?page=90

[136] https://opencorporates.com/companies/gb/01747805

[137] https://www.extractiveshub.org/servefile/getFile/id/991

[138] https://www.extractiveshub.org/servefile/getFile/id/991

[139] https://www.extractiveshub.org/servefile/getFile/id/991

[140] https://ugdeals.wordpress.com/2019/07/30/leading-ugandan-gold-dealers-listed/

[141] http://undocs.org/S/2012/843 § 193

[142] https://www.extractiveshub.org/servefile/getFile/id/991

[143] https://www.fewo-gehrenberg.de/al/al-ghaith-gold-refine/

[144] https://www.securitycouncilreport.org/atf/cf/%7B65BFCF9B-6D27-4E9C-8CD3-CF6E4FF96FF9%7D/s_2014_42.pdf

[145] https://edition.cnn.com/2012/11/27/opinion/congo-war-ignored-vava-tampa/index.html

[146] https://import-export.societegenerale.fr/en/country/democratic-republic-of-congo/investment-country-risk

[147] https://import-export.societegenerale.fr/en/country/democratic-republic-of-congo/trade-country-risk

[148] https://import-export.societegenerale.fr/en/country/democratic-republic-of-congo/economy-country-risk

[149] https://www.globaltimes.cn/content/1201590.shtml

[150] https://www.theafricareport.com/57886/drc-joseph-kabilas-plan-of-attack-against-felix-tshisekedi/

[151] https://www.reuters.com/investigates/special-report/congo-passports/ ;

[152] https://www.rakicc.com/notifications/lrps-ltd/

[153] https://www.namibian.com.na/163931/archive-read/Congo-rights-group-urges-AG-to-investigate-costly-passports

[154] https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/special-qui-peut-gagner-des-millions-en-vendant-des-passeports-en-afrique-5bfe80b482c397f90390359b30986031

[155] https://kbopub.economie.fgov.be/kbopub/toonondernemingps.html?lang=fr&ondernemingsnummer=0465959690 ; https://www.reuters.com/investigates/special-report/africa-passports-karaziwan/

[156] https://www.linkedin.com/in/alexandre-karaziwan/

[157] https://www.estiasynergie.com/a-propos/

[158] https://sea-invest.com/ ; https://kbopub.economie.fgov.be/kbopub/toonondernemingps.html?ondernemingsnummer=448993303#null

[159] https://www.linkedin.com/in/ali-handjani-24035619/

[160] http://news.kuwaittimes.net/pdf/2017/dec/24/kt.pdf, page 10; https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/special-qui-peut-gagner-des-millions-en-vendant-des-passeports-en-afrique-5bfe80b482c397f90390359b30986031 ; https://www.challenges.fr/top-news/special-qui-peut-gagner-des-millions-en-vendant-des-passeports-en-afrique_559138

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.