La Kafala : l'esclavage comme au Moyen Âge

Ils sont là, tout un tas d'êtres humains. Après un long quart de travail et des heures de protestation, ils sont épuisés. Ils attendent une décision de la monarchie arabe qui puisse changer leur vie et supprimer les chaînes modernes de l'esclavage - qui n'est pas fait de chaînes, mais de bureaucratie.

01

Ils viennent du monde entier, notamment d'Asie et d'Afrique. Tout le monde dans la veste orange, applaudissant joyeusement. Ils ne sont pas fans d'un match de football. Ce sont les esclaves de la Kafala qui ont appris à Doha que la loi a été réformée. Environ 18 millions de ces immigrants officiels vivent dans les pays du golfe Persique, sur une population totale de 42 millions[1]. Ils se réjouissent des réformes accordées par les monarchies absolues des pays arabes.

Kafala a un double sens : d'une part, cela signifie « garantir » (daman), et c'est une garantie pour l'octroi d'un prêt. En revanche, il signifie « attention » (kafl) et indique le comportement à adopter face à une personne non indépendante ou autonome comme (par exemple) un mineur[2]. Le terme remonte à la jurisprudence islamique pour la protection des orphelins. Mais c'était une chose du passé. Aujourd'hui, ce mot a été "réformé" dans les pays du Conseil de coopération du Golfe (Arabie saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis, Koweït, Oman et Qatar) pour réglementer le traitement des travailleurs étrangers - d'abord dans le traitement des perles, puis progressivement dans tout le système industriel[3].

Nous autres Occidentaux avons dû apprendre le mot Kafala[4] à l'occasion de la prochaine Coupe du monde de football 2022 au Qatar[5], pas encore jouée et déjà submergée par de nombreux scandales, non seulement à cause de soupçons de corruption, mais surtout après la découverte de très graves violations des droits humains[6] en la construction de stades : des milliers et des milliers d'ouvriers de différents pays y travaillent et meurent et sont épuisés par les conditions inhumaines dans lesquelles ils doivent vivre[7].

Des organisations humanitaires[8], des célébrités du monde du sport[9], des gouvernements[10] et des personnalités politiques se sont soulevés contre la Kafala qatarie, à tel point que le même gouvernement de Doha, en la personne de Cheikh Al Thani[11], et le roi d'Arabie saoudite ont été contraints de s'opposer ouvertement[12] Kafala Prenez parti et faites migrer deux millions de travailleurs migrants[13] d'Inde, du Bangladesh, du Népal, d'Oman[14], d'autres pays du golfe Persique[15], de Turquie[16], d'Iran, de Syrie[17], du Liban[18], de Jordanie[19], d'Égypte[20], de Somalie[21], de Sierra Leone[22] et d'Afghanistan (pour n'en nommer que quelques-uns)[23] Promettre une liste de réformes pour restaurer un minimum de droits et de dignité humaine.

Le Qatar s'est une nouvelle fois avéré être l'État arabe le plus flexible et le plus avancé politiquement[24], car les responsables de Doha savent très bien qu'il y aura également un énorme besoin de travailleurs à l'avenir, motivés par les investissements d'infrastructure prévus par le Qatar[25] avant, après la prochaine Coupe du monde en 2022[26] qui nécessitent une main-d'œuvre continue et spécialisée de l'étranger[27]. Donc plus d'esclaves, mais des ouvriers et des artisans.

La réforme Kafala comprend également la réforme attendue du salaire minimum[28], qui a été introduite pour la première fois par un État du Golfe[29] : elle garantit à chacun un salaire minimum mensuel de 1 000 QAR (riyal qatari, env. 229 euros) ainsi qu'un minimum mensuel salaire de 300 QAR (69 euros) pour la nourriture et 500 QAR (114 euros) pour le logement, sauf si les deux sont fournis par le même employeur. Pour nous Occidentaux, ces conditions sont encore inacceptables.

C'est une grande victoire pour les organisations humanitaires, syndicales, politiques et culturelles qui se battent pour une garantie depuis des années et recherchent en vain un soutien[30] politique dans les pays d'origine des victimes de ces abus[31]. Les gouvernements de ces pays ont bien fait par le passé : les transferts envoyés, bien que modestes, soulagent les ménages des pays africains et asiatiques. Selon la Confédération syndicale internationale (CSI), il y a en réalité plus de deux millions de migrants esclaves au Moyen-Orient[32], et pour cette foule, toute conquête vaut mieux que rien.

Histoire et phénoménologie de la Kafala

Kafala s'est consolidée entre 1950 et 1970 après la découverte du pétrole[34]. Les pays qui étaient dans la pauvreté deviennent très riches et ont besoin de plus en plus de main-d'œuvre non qualifiée qui, en plus de travailler sur les puits de pétrole, a dû construire une nouvelle nation à partir de zéro qui navigue maintenant dans le luxe. Les natifs des pays arabes n'exercent pas ces métiers, ils sont employés dans l'administration publique et la gestion privée, et les immigrés doivent faire tout le reste[35].

Bien que chaque pays ait ses propres lois, le système de la kafala est similaire dans toute la zone du Conseil de coopération du Golfe (CCG) : un travailleur étranger a besoin d'un kafeel (parrain) pour immigrer, et ces parrains ont des agences partout dans le monde et veillent à ce que le flux du travail est contrôlé[36]. Les règles du jeu sont strictes. Les contrats sont en arabe, donc très peu d'immigrés les comprennent.

Toute personne qui accepte un emploi dans les États du Golfe se verra retirer son passeport ; il lui est interdit de changer d'emploi sans l'accord de l'employeur ; si son passeport lui est restitué, il doit quitter le pays, faute de quoi il deviendra un immigré clandestin et risque l'emprisonnement[37] ; il doit accepter un travail sans repos hebdomadaire avec un maigre salaire souvent retenu par l'employeur[38]. Beaucoup signent sans comprendre et ne peuvent pas rentrer chez eux après leur arrivée[39].

L'incapacité des monarchies à accepter l'humanité des travailleurs

Ce traitement inhumain est à la base du contrat social qui permet aux monarchies de continuer à exister. Les immigrants doivent payer pour une œuvre caritative axée sur le pétrole qui garantit aux citoyens une vie luxueuse en échange de leur adhésion à la monarchie. Donc s'il y a une crise des prix du pétrole, il sera déversé sur la kafala avec des baisses de salaires, de nourriture, d'eau[41]. Aux Emirats Arabes Unis, pays où l'esclavage est le plus extrême, seuls 11% des 10 millions d'habitants sont originaires, tandis que 60% viennent de divers pays asiatiques - qu'ils soient musulmans ou non, tous sont condamnés à la kafala[42].

Bien entendu, à chaque crise économique correspond une aggravation des conditions humaines des travailleurs de kafala. Selon le Business & Human Rights Resource Center, un institut qui analyse les plaintes contre les entreprises basées dans le Golfe, le nombre de travailleurs étrangers réclamant un accès insuffisant à la nourriture a augmenté de 250% depuis le début de la pandémie[43]. Selon certaines informations, étant donné que la pandémie a également entraîné une crise économique, les autorités saoudiennes développent un système de couverture pour les travailleurs qui n'ont pas reçu leur salaire[44] et introduisent davantage de contrôles via des inspections sur les lieux de travail[45].

Cependant, pour bénéficier des nouveaux changements, le travailleur étranger doit remplir certaines conditions, notamment avoir travaillé pour le même employeur pendant au moins douze mois après son entrée en Arabie saoudite. De plus, les nouvelles règles ne s'appliquent qu'aux personnes inscrites sur certaines plateformes en ligne. Cependant, certaines professions sont exclues : chauffeurs privés, gardes du corps, aides ménagères, éleveurs de bétail et jardiniers[46].

Les organisations des Nations Unies, les organisations non gouvernementales de défense des droits des migrants et les associations de la société civile ont salué les réformes au Qatar - telles qu'annoncées le 30 août 2020 par le ministère du Développement administratif, du Travail et des Affaires sociales publié au Journal officiel (8 septembre 2020) - des réformes qui ont considérablement modifié le cadre juridique qui régit les conditions de travail et de vie des travailleurs migrants dans le pays[47].

Dans ce contexte, les autorités qataries ont aboli la clause dite du « certificat de non-objection » (NOC), qui obligeait les travailleurs à obtenir le consentement de leur employeur pour changer d'emploi, et a introduit un salaire minimum pour tous les types de travail et toutes les nationalités des travailleurs. Les nouveaux changements ne sont pas seulement une innovation majeure dans la structure de travail qatarie, mais sont également un succès régional majeur. En effet, le Qatar est d'une part le premier pays du Golfe à abolir la clause NOC et d'autre part c'est le deuxième pays après le Koweït à convenir d'un salaire minimum pour les travailleurs migrants[48].

De toute évidence, la pandémie a également aggravé la situation au Qatar, en particulier pour les immigrés contraints de vivre dans des conditions de surpopulation, presque sans eau et sans assistance médicale, tandis que de nombreuses entreprises ont suspendu le paiement des salaires et ont placé leurs employés dans des camps de travail ou incarcération comme ont fermé la zone industrielle, la ville de Barwa ou la ville du travail de Doha[50]. C'est encore pire au Liban, où les immigrés sont désormais payés en livres libanaises, qui sont dévaluées presque quotidiennement. Beaucoup ont perdu leur emploi et ne savent pas comment rentrer chez eux et vivent dans la rue comme des mendiants[51].

Évidemment, la pression internationale augmente dans ces conditions. Si l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ignorent ces pressions, les autres États du Golfe sont concernés et ont pris diverses mesures pour en atténuer les pires effets. Au Koweït, par exemple, en 2018, l'État a accordé une amnistie à tous les étrangers « irréguliers » qui auraient pu quitter le pays sans crainte d'amendes et sans être inscrits sur la « liste noire » qui aurait compromis leurs chances de réemploi dans le golfe[52]. Oman a annoncé qu'à partir de 2021, les travailleurs pourront changer d'emploi sans avoir à obtenir l'autorisation du sponsor[53].

Aller plus loin est presque impossible. L'abolition de la kafala, c'est remettre en cause les piliers du boom économique. Cela signifie considérer les travailleurs comme une partie de la population plutôt que comme une propriété animale : les États du Golfe n'accordent pas l'accès à la citoyenneté, voire à très peu de personnes[54]. Par exemple : Sayed Ali Zakir Naqvi est un entrepreneur pakistanais qui dirige trois entreprises et vit au Qatar depuis plus de trente ans. Il a investi de grosses sommes d'argent mais, en raison des lois Kafala, reste juste un employé sous les auspices d'un citoyen de l'émirat qui est actionnaire majoritaire. La loi qatarie stipule qu'un citoyen qatari doit posséder au moins 51% des actions de toute société enregistrée dans le pays[55].

Selon Mustafa Quadri d'Equidem Research, l'hésitation associée à l'annulation de la kafala représente les défis sociaux qui se posent dans la perspective d'une planète sans pétrole ni charbon qui aura également le paradigme de la société parmi ses victimes secondaires, sur laquelle la région du Golfe écrit son histoire moderne[56]. Pour cette raison, une manière « éthique » de démanteler la Kafala n'est pas totalement exclue. De nombreux militants des droits humains et militants pour la protection des travailleurs étrangers sont de jeunes citoyens arabes du Golfe. Il est réaliste de supposer qu'avec le changement de génération et la mise en réseau croissante des citoyens avec le reste du monde, la prise de conscience des droits fondamentaux de ces travailleurs sera également accentuée[57].

Chaque pays arabe a sa propre kafala

02

Aujourd'hui, comme dans d'autres pays comme le Qatar ou l'Égypte[59], il s'agit d'un enjeu politique humain[60] poursuivi avec une grande détermination par Amnesty International[61] : le Liban[62] compte également environ 250 000 travailleurs domestiques migrants, pour la plupart des femmes d'Afrique et d'Asie du Sud-Est.

Si l'on se tourne vers l'Arabie saoudite, la situation est peut-être encore pire[63] : l'esclavage dit moderne ne protège pas les plus vulnérables, et considérant que près d'un tiers des 34 millions d'habitants de l'Arabie saoudite sont des travailleurs migrants, c'est aussi un enjeu politique : cependant, sous la pression d'ONG internationales, les migrants ont été libres de passer d'un emploi à un autre sans le consentement de l'employeur et de quitter le Royaume si l'employeur en a été informé[64]. Il en va de même à Bahreïn avec 1,8 million d'habitants, dont 54 % d'immigrés, tous esclaves de la Kafala[65].

Le gouvernement s'est finalement engagé à supprimer l'obligation de l'employeur de quitter le pays, mais la réforme qui a été effectivement adoptée a laissé de côté ce point central[66]. La réforme[67] faisait partie du paquet 2020[68] présenté par le ministère du Travail, des Ressources humaines et du Développement social appelé "LRI"[69] et représente une première étape[70], également soutenue par le récent protocole conjoint[71] entre Bahreïn et le mouvement syndical philippin[72] et la récente réunion entre le président Rodrigo Duterte et Sa Majesté le roi Hamad Bing Isa Al Khalifa[73] ont été confirmés : après des négociations individuelles avec le gouvernement indien[74], les Indiens ont finalement obtenu un permis de sortie[75].

Jusqu'au coup d'État financé par Riyad et Abou Dhabi, les Égyptiens étaient considérés comme des immigrés dans tous les autres États[76]. Ce n'est qu'après l'arrivée au pouvoir d'Al-Sisi que la loi a été modifiée, et maintenant les travailleurs égyptiens sont complètement libérés des contraintes de la kafala[77]. Au Koweït, les Philippines ont négocié un accord similaire[78] : l'ambassade de Manille a bloqué l'embauche de travailleurs en 2020 en raison du décès d'une fille maltraitée par son employeur puis l'a rouvert lorsque de nouvelles conditions ont été acceptées : Autorisation d'utiliser les téléphones pendant les périodes de calme, garantie d'un logement convenable, de soins médicaux en cas de maladie et de versements réguliers de salaire sans que l'employeur n'ait à confisquer des pièces d'identité valides[79].

La pression diplomatique des États occidentaux est née à la suite de plaintes d'ONG et d'histoires horribles dans la presse internationale sur des destins individuels[80] : comme celle de Lensa Lelisa, une employée de maison éthiopienne de 21 ans qui a sauté d'un balcon de la maison de l'employeur à Beyrouth. signaler le viol des enfants qui a arrêté le patron - une histoire encore aggravée par le fait que le tribunal libanais a acquitté les auteurs[81] ; ou comme celle de Salina, 22 ans, qui a elle aussi échappé aux violences de son employeur à Beyrouth[82] ; ou comme celles des migrants syriens de la construction qui se sont rassemblés à Beyrouth dans des conditions inhumaines pour construire des tours luxueuses pour la renaissance du pays[83]. Comme on peut le voir, le Liban est l'un des pays qui, précisément à cause de sa faillite[84], exercent le plus la cruauté de Kafala[85] : des femmes[86], des hommes, des enfants[87] qui vivent dans des sous-sols dans des conditions absurdement hygiéniques et qui meurent souvent de misère pendant des mois de travail[88].

C'est particulièrement grave pour les immigrés qui viennent du Bangladesh : rien qu'en 2019, le ministère du Bien-être des expatriés de Dhaka a constaté qu'environ 50 000 femmes sont obligées de travailler plus de 15 heures par jour pour un salaire d'environ 250 $ par mois pour travailler seules. à payer en cas de licenciement[89]. Les travailleuses qui tentent de dénoncer les épreuves, le harcèlement et les agressions risquent d'être arrêtées, voire de perdre la vie, à la fois de la part des passeurs qui gèrent le flux d'esclaves et de leurs employeurs, notamment en Arabie saoudite[90].

L'ONG bengali Ovibashi Karmi Unnayan Program[92] a analysé les données de nombreux travailleurs migrants d'âges différents qui ont survécu à des abus sur le lieu de travail et a constaté de nombreuses violations des droits humains[93] : 61 % des femmes ont déjà été physiquement torturées par leur recruteur ; 86 % ont déclaré être rentrés chez eux sans avoir reçu le salaire convenu ; 90 % des travailleuses n'ont jamais reçu de véritable contrat de travail ni aucune référence sur les droits du travail domestique[94].

Mais cela ne change rien : le Bangladesh a signé un accord bilatéral en 2015 pour garantir le détachement de travailleurs en Arabie saoudite, car les salaires des travailleurs sont la deuxième source de revenus en devises étrangères pour le Bangladesh malgré la misère et l'absence de droits au travail uniquement. la production dans l'industrie du vêtement se dresse[95].

Le 27 juin 2019, lors de la 41e session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, Americans for Democracy and Human Rights in Bahrain (ADHRB) a mis en lumière la situation des travailleurs migrants aux Émirats arabes unis et leur vulnérabilité face à leurs employeurs[96]. Il s'agit d'abus familiaux, secrets et cachés au sein de la famille, ce qui rend impossible le combat même si le gouvernement décide effectivement de le faire[97]. C'est encore pire dans les foyers des riches Libanais, où vivent environ 250 000 migrants, presque toutes des femmes africaines (principalement d'Éthiopie) qui sont employées comme gouvernantes, aides familiales et baby-sitters : personne ne les protège[98].

Notre mauvaise conscience

Si lire ceci vous indigne, vous avez raison. Mais comme vous le savez, nos gouvernants rivalisent souvent pour savoir qui est le meilleur ami des bourreaux : parce que les pays du golfe Persique, surtout l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, investissent des centaines de milliards dans les pays de l'Union européenne[100]. Ceux qui n'acceptent pas ce risque, comme le montre l'exemple italien, des représailles immédiates : ces dernières années, l'amitié personnelle entre le Premier ministre Matteo Renzi, le ministre émirati de la Défense Mohammed Bin Zayed Al Nahyan et le prince héritier saoudien Mohammed Bin Salman avait de riches contrats pour les entreprises italiennes, sponsoring sportif et invitations bien rémunérées à des conférences dans le golfe Persique garantis[101]. Lorsque le nouveau gouvernement, dirigé par Mario Draghi, a décidé de suspendre les livraisons d'armes pour le génocide au Yémen[102], les Émirats arabes unis ont fermé l'espace aérien aux avions italiens - un geste diplomatique extrême, comparable au signe avant-coureur d'une déclaration de guerre[103].

Ce que nos politiques et nos entreprises doivent comprendre, c'est que le racisme des Arabes du golfe Persique, qui considèrent les travailleurs immigrés comme des bêtes, s'applique également à la population occidentale. Tant que nous pouvons nous défendre techniquement, militairement et diplomatiquement, cela peut continuer. Les Arabes ont besoin de nos marchés. Mais attention au jour où l'équilibre des pouvoirs devrait changer, ou le jour où le pétrole devrait devenir complètement hors de propos pour le salut écologique de la planète. Tout peut alors être attendu.

[1] https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/E-7-2014-000977_IT.html?redirect

[2] http://www.mondopoli.it/2020/11/03/il-sistema-della-kafala-in-qatar-una-riforma-incompleta/

[3] https://www.cfr.org/backgrounder/what-kafala-system

[4] https://assets.hcch.net/docs/c822ef12-cea4-454d-8b32-a880d0c3d67c.pdf ; https://www.cfr.org/backgrounder/what-kafala-system

[5] https://www.nytimes.com/2019/12/05/sports/fifa-teixeira-qatar-2022-bribes.html ; https://www.rte.ie/sport/soccer/international/2013/0724/464396-qatar-world-cup-a-mistake-fifa-executive/ ; https://www.theguardian.com/football/2014/may/16/sepp-blatter-qatar-2022-world-cup-mistake

[6] https://www.lifegate.it/mondiali-di-calcio-qatar-2022-violazioni-diritti-umani

[7] https://www.huffingtonpost.it/2017/10/26/il-qatar-vuole-eliminare-la-kafala-la-moderna-forma-di-schiavitu-che-ha-causato-la-morte-di-migliaia-di-lavoratori-migranti_a_23256556/ ; https://sport.sky.it/calcio/2013/09/26/scandalo_mondiali_qatar_2022_operai_nepalesi_senza_paga_e_acqua

[8] https://www.amnesty.org/en/latest/campaigns/2016/03/qatar-world-cup-of-shame/

[9] https://www.theguardian.com/football/2021/mar/26/germany-players-add-support-over-human-rights-before-qatar-world-cup

[10] https://www.bbc.com/news/world-middle-east-35931031

[11] https://www.britannica.com/biography/Sheikh-Tamim-ibn-Hamad-Al-Thani

[12] https://www.huffingtonpost.it/2017/10/26/il-qatar-vuole-eliminare-la-kafala-la-moderna-forma-di-schiavitu-che-ha-causato-la-morte-di-migliaia-di-lavoratori-migranti_a_23256556/  ; https://www.aljazeera.com/news/2021/3/14/saudi-arabias-long-awaited-kafala-reform-goes-into-effect

[13] https://www.risetopeace.org/2021/01/03/labor-reform/asidhu/

[14] https://wafoman.com/2020/06/16/oman-takes-a-step-towards-abolishing-kafala/?lang=en e https://www.amnesty.org/en/countries/middle-east-and-north-africa/oman/report-oman/ e https://www.refworld.org/pdfid/578642114.pdf

[15] https://www.haaretz.com/middle-east-news/.premium-vaccine-nationalism-in-the-gulf-kuwait-s-cruel-covid-caste-system-1.9617911

[16] https://curia.europa.eu/jcms/upload/docs/application/pdf/2020-09/ndr_2018-008_neutralisee-finalisee-en.pdf

[17] https://www.albawaba.com/business/lebanon-kafala-system-racism-and-collapsing-economy 

[18] https://www.acistampa.com/story/rifugiati-la-caritas-italiana-segnala-il-dramma-della-kafala-in-libano-11710

[19] https://bunewsservice.com/abuse-against-migrant-domestic-workers-in-jordan-heightened-during-pandemic/  e https://www.pri.org/stories/2019-06-14/maids-sale-how-ads-trap-women-modern-day-slavery-jordan 

[20] https://www.al-monitor.com/originals/2020/11/egypt-workers-saudi-arabia-labor-reforms-kafala.html 

[21] https://www.hrw.org/news/2016/06/11/somali-domestic-workers-risk-ramadan-departures-dawn 

[22] https://www.theguardian.com/global-development/2021/mar/23/alone-oman-covid-worsens-abuse-trafficked-women-africa

[23] https://left.it/2021/02/06/ma-che-bel-rinascimento-sulla-pelle-degli-schiavi/  ; https://www.cfr.org/backgrounder/what-kafala-system

[24] https://it.insideover.com/economia/l-importanza-di-un-mercato-del-lavoro-piu-moderno-in-qatar.html

[25] https://en.prothomalo.com/international/middle-east/qatar-abolishes-long-criticised-kafala-employment-system-ilo

[26] https://www.aljazeera.com/economy/2021/3/20/qatar-reforms-to-labour-laws-have-transformed-the-market 

[27] https://www.aljazeera.com/features/2021/3/15/labour-law-changes-are-qatars-migrant-workers-better-off

[28] https://www.notiziegeopolitiche.net/qatar-la-nuova-legge-sul-salario-minimo-a-tutela-dei-lavoratori-migranti/

[29] http://nena-news.it/nena-in-pillole-palestina-qatar-turchia/ 

[30] https://publications.iom.int/system/files/pdf/other_migrant_crisis.pdf e https://www.adhrb.org/2016/06/10066/

[31] https://reliefweb.int/report/world/human-rights-middle-east-and-north-africa-review-2019-enar

[32] https://www.terrasanta.net/2019/05/si-scrive-kafala-si-legge-schiavitu/

[33] https://orientxxi.info/magazine/golfo-l-impossibile-riforma-dei-diritti-dei-lavoratori-stranieri,4459

[34] https://miheroo.com/page/what-is-kafala 

[35] http://wikits.fqts2020.it/index.php?title=Sfruttamento_in_Medio_Oriente:_La_Kafala_e_i_lavoratori_stranieri

[36] https://www.fairwork.nu/en/2018/12/11/the-kafala-system-explained/  

[37] https://www.hrw.org/tag/kafala-system

[38] https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/E-7-2014-000977_IT.html?redirect

[39] https://www.migrant-rights.org/2015/06/kafala-as-a-business-kafeel-as-a-career/  ; https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---arabstates/---ro-beirut/documents/publication/wcms_552697.pdf

[40] http://www.asianews.it/notizie-it/Arabia-Saudita,-pugno-di-ferro-contro-la-rivolta-dei-lavoratori-migranti-29557.html

[41] https://orientxxi.info/magazine/golfo-l-impossibile-riforma-dei-diritti-dei-lavoratori-stranieri,4459

[42] https://www.cia.gov/the-world-factbook/static/855584b2f42e4017f0c641811154d3af/AE-summary.pdf ; https://carnegieendowment.org/2020/07/07/uae-s-kafala-system-harmless-or-human-trafficking-pub-82188

[43] https://orientxxi.info/magazine/golfo-l-impossibile-riforma-dei-diritti-dei-lavoratori-stranieri,4459

[44] https://sicurezzainternazionale.luiss.it/2021/03/15/larabia-saudita-modifica-le-regole-lavoro-gli-immigrati/

[45] https://sicurezzainternazionale.luiss.it/2021/03/15/larabia-saudita-modifica-le-regole-lavoro-gli-immigrati/

[46] https://sicurezzainternazionale.luiss.it/2021/03/15/larabia-saudita-modifica-le-regole-lavoro-gli-immigrati/

[47] http://www.mondopoli.it/2020/11/03/il-sistema-della-kafala-in-qatar-una-riforma-incompleta/

[48] http://www.mondopoli.it/2020/11/03/il-sistema-della-kafala-in-qatar-una-riforma-incompleta/

[49] https://www.infomigrants.net/en/post/20273/more-ivorian-women-smuggled-into-slavery-and-sexual-abuse

[50] http://www.mondopoli.it/2020/11/03/il-sistema-della-kafala-in-qatar-una-riforma-incompleta/

[51] http://nena-news.it/libano-resta-in-vigore-la-kafala-che-opprime-i-lavoratori-migranti/

[52] https://www.treccani.it/magazine/atlante/geopolitica/L_allentamento_della_Kafala.html

[53] https://www.treccani.it/magazine/atlante/geopolitica/L_allentamento_della_Kafala.html

[54] https://orientxxi.info/magazine/golfo-l-impossibile-riforma-dei-diritti-dei-lavoratori-stranieri,4459

[55] https://orientxxi.info/magazine/golfo-l-impossibile-riforma-dei-diritti-dei-lavoratori-stranieri,4459

[56] https://orientxxi.info/magazine/golfo-l-impossibile-riforma-dei-diritti-dei-lavoratori-stranieri,4459

[57] https://www.treccani.it/magazine/atlante/geopolitica/L_allentamento_della_Kafala.html

[58] https://wcownews.typepad.com/globalmedia/2015/04/slavery-censored-in-dubai.html

[59] https://www.al-monitor.com/originals/2020/11/egypt-workers-saudi-arabia-labor-reforms-kafala.html 

[60] https://www.amnesty.org/en/latest/campaigns/2019/04/lebanon-migrant-domestic-workers-their-house-is-our-prison/ 

[61] https://www.amnesty.org/en/latest/news/2019/04/lebanese-government-must-end-exploitation-and-shocking-abuse-of-migrant-domestic-workers/ 

[62] https://www.hrw.org/news/2018/04/06/lebanon-migrant-workers-abuse-account 

[63] https://www.dw.com/en/saudi-kafala-labor-reforms-leave-devil-in-the-detail/a-55511689 

[64] https://english.alarabiya.net/News/gulf/2021/03/14/Saudi-Arabia-s-labor-reforms-to-kafala-sponsorship-system-comes-into-effect-Sunday

[65] https://www.cia.gov/the-world-factbook/static/0c698595c3065357ad154aa5db9d7e98/BA-summary.pdf

[66] https://www.hrw.org/news/2021/03/25/saudi-arabia-labor-reforms-insufficient

[67] https://english.alarabiya.net/News/gulf/2021/03/14/All-the-changes-to-Saudi-Arabia-s-kafala-sponsorship-system

[68] https://hrsd.gov.sa/sites/default/files/1112020.pdf

[69] https://www.roedl.com/insights/saudi-arabia-reform-of-kafala-system-comes-into-force

[70] https://www.manilatimes.net/2021/01/03/news/national/bahrain-well-still-protect-ofws/821691/

[71] https://www.philstar.com/headlines/2021/03/08/2082909/review-ofw-deployment-protocols-sought-after-reported-abuse-middle-east

[72] https://www.arabnews.com/node/1825371/world

[73] https://globalnation.inquirer.net/193028/ph-commits-to-work-with-bahrain-in-advocating-reforms-in-kafala-system

[74] https://bcfocus.com/united-arab-emirates-migrant-workers-will-be-able-to-change-jobs-in-saudi-arabia-millions-of-indian-workers-will-benefit-saudi-arabia-reforms-labor-laws-grants-foreign-workers-exemption-from-kafa/

[75] https://gulfnews.com/world/gulf/saudi/saudi-arabia-expats-rejoice-as-new-kafala-system-officially-comes-into-effect-1.77828271

[76] https://www.egypttoday.com/Article/1/99661/Egyptian-workers-in-Saudi-Arabia-not-subjected-to-Kafala-system

[77] https://www.trtworld.com/opinion/do-sisi-s-policies-endanger-egyptians-abroad-43880

[78] https://www.swissinfo.ch/spa/kuwait-filipinas_kuwait-permite-móvil-y-8-horas-de-descanso-a-empleadas-del-hogar-filipinas/46460030

[79] https://nena-news.it/kuwait-giro-di-vite-contro-gli-expat/

[80] https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-09-17/why-labor-rules-are-such-a-big-issue-in-persian-gulf-quicktake-kf6u0xl0 ; https://thisislebanon.news/categories/case-of-kafala-abuse/bpage/2/ ; http://www.fides.org/it/news/65951-ASIA_LIBANO_La_kafala_strumento_di_oppressione_per_le_donne_africane_immigrate 

[81] https://www.equaltimes.org/abused-ethiopian-domestic-worker?lang=en 

[82] https://gen.medium.com/the-middle-easts-kafala-system-imprisons-millions-of-women-172d191a1fa1

[83] https://www.business-humanrights.org/en/latest-news/lebanon-syrian-construction-workers-suffer-from-poor-living-conditions-and-sponsorship-system-restrictions/

[84] https://foreignpolicy.com/2021/03/23/kafala-lebanon-economic-crisis-human-rights/ 

[85] https://www.ilo.org/beirut/media-centre/news/WCMS_755008/lang--en/index.htm ; https://odi.org/en/publications/from-exclusion-to-resistance-migrant-domestic-workers-and-the-evolution-of-agency-in-lebanon/ ; https://www.hrw.org/news/2020/10/30/lebanon-blow-migrant-domestic-worker-rights

[86] https://raisinahouse.org/rejuvenate-afghanistan/f/kafala-system-lebanons-war-in-peace

[87] https://www.humanrightspulse.com/mastercontentblog/lebanons-adoption-of-the-standard-unified-contract-could-be-one-step-closer-to-abolishing-the-kafala-system

[88] https://qz.com/africa/1924751/african-workers-in-lebanon-stranded-and-unpaid-by-kafala-labor/

[89] https://nena-news.it/larabia-saudita-tortura-le-domestiche-bengalesi-in-nome-del-guadagno-dei-due-stati/

[90] https://nena-news.it/larabia-saudita-tortura-le-domestiche-bengalesi-in-nome-del-guadagno-dei-due-stati/

[91] https://www.hrw.org/news/2019/08/15/ethiopians-abused-gulf-migration-route

[92] http://okup.org.bd/

[93] https://nena-news.it/larabia-saudita-tortura-le-domestiche-bengalesi-in-nome-del-guadagno-dei-due-stati/ 

[94] https://nena-news.it/larabia-saudita-tortura-le-domestiche-bengalesi-in-nome-del-guadagno-dei-due-stati/ 

[95] https://nena-news.it/larabia-saudita-tortura-le-domestiche-bengalesi-in-nome-del-guadagno-dei-due-stati/ 

[96] https://www.adhrb.org/it/2019/06/adhrb-condanna-la-violazione-dei-diritti-delle-lavoratrici-migranti-negli-emirati-arabi-uniti-alla-41esima-sessione-dellhrc/

[97] https://www.adhrb.org/it/2019/06/adhrb-condanna-la-violazione-dei-diritti-delle-lavoratrici-migranti-negli-emirati-arabi-uniti-alla-41esima-sessione-dellhrc/

[98] http://nena-news.it/libano-resta-in-vigore-la-kafala-che-opprime-i-lavoratori-migranti/

[99] https://www.lanazione.it/firenze/politica/renzi-invita-principe-emirati-arabi-1.1371529

[100] https://webgate.ec.europa.eu/isdb_results/factsheets/country/overview_saudi-arabia_en.pdf ; https://www.emirates.com/english/about-us/our-communities/our-global-presence/emirates-and-the-eu/

[101] https://www.firenzepost.it/2015/10/06/firenze-matteo-renzi-accoglie-in-palazzo-vecchio-il-principe-arabo-mohammed-bin-zayed-al-nahyan/ ; https://www.ilpost.it/2021/01/28/renzi-arabia-saudita-video/

[102] https://www.avvenire.it/attualita/pagine/yemen-governo-revoca-export-di-bombe-verso-coalizione-saudita-plauso-della-societa-civile

[103] https://sicurezzainternazionale.luiss.it/2021/06/09/tensioni-italia-emirati-arabi-uniti-convocato-lambasciatore/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.