paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

65 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 nov. 2021

Greta Thunberg, L'Europe et la revanche du nucléaire

Cela semblait être un lourd héritage du passé : Après les catastrophes de Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima, l'utilisation de l'énergie nucléaire pour produire de l'électricité semblait avoir été interdite pour toujours dans des pays où, pendant des années, des mouvements populaires s'étaient battus pour empêcher non seulement l'explosion de ces centrales.

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il s'agit non seulement d'empoisonner des régions entières et de contaminer des continents entiers, mais aussi d'arrêter la croissance des déchets radioactifs, pour lesquels il n'existe aucun système d'élimination sûr, qui sont cachés sous terre ou jetés à la mer, avec le risque de provoquer des tragédies apocalyptiques.

Mais c'est reparti. Sous la pression de l'urgence de réduire la quantité de CO2 libérée dans l'atmosphère, qui fait fondre les pôles, fait monter le niveau des eaux, prêt à submerger des nations entières, élargit les déserts et augmente de façon inquiétante les températures, partout, même dans la partie de l'Europe (surtout l'Italie et l'Allemagne) qui s'est prononcée pendant des années contre l'énergie nucléaire, le lobby des centrales électriques commence à se développer, présentant ces centrales comme la solution la plus rapide et la plus efficace aux problèmes environnementaux de la planète. Dans certains pays, il y a même des politiciens de la gauche historique et des partis qui se disent écologistes qui sont prêts à rediscuter de la question - et parmi eux, l'icône Greta Thunberg.

Où en sommes-nous ?

La Conférence des Nations unies sur le changement climatique (31 octobre - 12 novembre 2021), COP26, s'est clôturée à Glasgow il y a quelques jours. Objectifs : réduire à zéro les émissions nettes à l'échelle mondiale d'ici à 2050 et viser à ramener l'augmentation de la température à 1,5°C sur la même période. L'Union européenne entend devenir le premier continent climatiquement neutre d'ici là[2]. Une étude réalisée par les cabinets de conseil Agora Enegiewende et Ember a montré que la production d'énergie éolienne, solaire, hydraulique et de biomasse permettait de couvrir 38 % des besoins en électricité de l'UE en 2020 (contre 34,6 % en 2019), tandis que le recours aux combustibles fossiles tombait à 37 %[3].

Deux choses sont absolument certaines : les besoins en électricité, en carburant pour le transport et le chauffage continueront d'augmenter et, selon l'Association nucléaire mondiale et les Nations unies, la quantité d'électricité utilisée en 2040 sera le double de celle utilisée en 2019, notamment parce que la population mondiale passera des 6,7 milliards actuels à plus de 9 milliards[4].

Le rapport annuel de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) le confirme : nous n'y arriverons pas, quoi que nous promettent les politiciens[5]. L'IRENA (Association internationale pour les énergies renouvelables), quant à elle, affirme que deux tiers de l'énergie nécessaire seront produits à partir de pétrole ou de charbon[6], et présente une "feuille de route" pour atteindre les résultats promis d'ici 2050. Les conditions nécessaires sont :

a) un choix politique commun au monde entier, sans exception, qui comprend comment l'investissement financier dans les énergies renouvelables va non seulement créer un effort impressionnant, mais aussi de grands résultats positifs au niveau industriel, et diminuer l'augmentation (qui est déjà perçue d'année en année, de tragédie en tragédie) des catastrophes naturelles dues au réchauffement climatique[7];

b) la promotion de l'utilisation de l'énergie verte dans les processus de transformation industrielle - puisque des quantités croissantes d'hydrocarbures et de charbon, ou d'énergie produite à partir de ces sources, sont utilisées pour construire des installations d'énergie renouvelable et les mettre en service[8];

c) accroître l'utilisation de l'électricité dans les transports, et pas seulement en augmentant le nombre de voitures électriques, mais en produisant de l'électricité verte pour les chemins de fer et en allant jusqu'à produire des bateaux et des avions à l'électricité - un défi technologique plus encore qu'industriel, pour lequel un choix politique est nécessaire mais pas suffisant, s'il n'y a pas en même temps un effort conjoint des Etats-Unis, de l'Union européenne, de la Chine et du Japon dans la recherche scientifique et la diffusion des brevets[9];

d) un déploiement massif de ressources financières pour soutenir la recherche scientifique et l'innovation technologique, qui doit nécessairement faire abstraction des intérêts nationaux et, tout en garantissant un revenu à ceux qui produisent la technologie, éviter les droits de douane et promouvoir la diffusion mondiale des nouvelles découvertes et des nouveaux procédés industriels[11];

e) un engagement global pour accompagner cet effort d'une diffusion qui permette à la société de comprendre et de participer de manière consensuelle à cette transformation cyclopéenne : ne pas le faire signifie avoir d'un côté un Occident égoïste, dans lequel la consommation individuelle augmente et le renoncement aux énergies fossiles est politiquement insoutenable, si ce n'est avec une dictature - et de l'autre des populations de millions et de millions de personnes fuyant des territoires dévastés par l'augmentation de la température, la destruction des sources d'eau et d'aliments, la dévastation causée par la montée du niveau des mers[12];

f) les coûts et les bénéfices de la transition énergétique doivent être répartis équitablement, sans pénaliser les pays en développement mais, au contraire, en faisant en sorte que cette transformation les rapproche finalement des pays riches, sauve leur agriculture, augmente leur production énergétique et donc leur production industrielle, et améliore, au point de l'amener au niveau des pays occidentaux, la fourniture d'infrastructures de bien-être, à commencer par la santé et l'éducation[13].

Si l'une de ces conditions venait à manquer, l'ensemble du programme Glasgow échouerait, selon l'IRENA, et le monde serait confronté en 2037 à une augmentation dramatique de la quantité de CO2 dans l'atmosphère, à une augmentation moyenne de 2 degrés de la température de la planète, et à des dommages irréparables, entraînant une série de catastrophes naturelles d'une ampleur inconnue jusqu'à présent[14].

Greta Thunberg et le blablabla mondial

La jeune Suédoise, symbole de la contestation des jeunes écologistes, a été contrainte de prendre une position sans équivoque. Le 25 octobre 2021, Greta Thunberg a déclaré aux journalistes qui lui demandaient des propositions constructives que les arguments contre l'énergie nucléaire se réduisaient désormais au fait qu'il était "extrêmement dangereux et coûteux" et que la construction de nouvelles centrales prenait "beaucoup de temps"[16].

Les grandes puissances lui donnent raison, à commencer par le président américain Joe Biden, qui affirme que les 94 centrales nucléaires actuellement en service en Amérique sont "essentielles" pour atteindre les objectifs fixés à Glasgow et admet que les chiffres fournis par le département fédéral de l'énergie[17] sont corrects : pour remplacer une centrale nucléaire, il faut 3 millions de panneaux solaires ou plus de 400 éoliennes[18]. C'est pourquoi, dès avril 2021, lors de l'annonce d'un paquet d'investissements fédéraux pour la transition énergétique qui coûtera 2 000 milliards de dollars, il a ajouté que la construction de nouvelles centrales nucléaires fait partie intégrante du projet[19].

Depuis 2007, la Russie met en œuvre un programme visant à augmenter la production d'uranium à des taux allant jusqu'à 9 % par an, ainsi que la construction de nouvelles centrales nucléaires par l'entreprise publique Rosatom en Russie, en Mongolie, au Kazakhstan, en Ukraine et en Ouzbékistan[20]. Le 2 novembre 2021, faisant écho aux promesses faites à Glasgow, le gouvernement chinois a annoncé un plan de 440 milliards de dollars pour construire 150 nouvelles centrales nucléaires[21], dont certaines en Afrique ou même aux frontières de l'Europe : en Grande-Bretagne[22].

Il est fondamental de comprendre quel choix l'Union européenne fera, en partant du principe que l'Italie a renoncé au nucléaire il y a des décennies et que l'Allemagne, le pays le plus riche et le plus industrialisé, a décidé il y a 20 ans de fermer ses centrales pour la fin décembre 2022[23]. Cette décision a été contestée principalement par les jeunes, qui n'ont aucun souvenir des catastrophes de Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima, et aucune perception des dommages à long terme dont souffre encore la planète[24].

Greta Thunberg et ses partisans pensent que tous les accords internationaux ne sont que du "bla-bla"[25]. Il s'agit d'une vérité douloureuse et incontestable, due aux intérêts partisans des différents mouvements nationaux, à l'ignorance des électeurs, mais aussi à la complexité de la question, à savoir la nécessité de trouver des systèmes de production d'énergie "propre" pour ce qui représente aujourd'hui plus d'un tiers de la production d'électricité et d'énergie et qui devra au moins doubler d'ici dix ans - ce qui amène des pays comme la Chine[26] et l'Inde à affirmer que, pour eux, 2050 est une date irréconciliable[27].

Mais les États-nations ne sont pas les seuls à devoir repenser leurs politiques en matière d'énergie nucléaire : malgré sa prétention à la neutralité, la Commission européenne serait en proie aux mêmes doutes, comme le montre un rapport de Greenpeace[29], qui met en lumière les relations étroites entre le Centre commun de recherche (CCR) - un centre de recherche de la Commission européenne, en théorie indépendant - et l'industrie de l'atome : l'inclusion de l'énergie nucléaire parmi les activités à considérer comme vertes a été l'une des questions les plus débattues par la Commission dès le début de ses travaux visant à définir les limites de la définition de l'économie durable[30].

De forts intérêts économiques ont conduit non seulement les nations pour lesquelles l'énergie nucléaire a déjà un poids considérable, comme la France, mais aussi certaines nations d'Europe de l'Est, à exercer une forte pression sur la politique commune européenne, dans le but d'assurer l'inclusion de ce secteur parmi les activités considérées comme durables[31]. Dans une première phase, le TEG (Technical Expert Group) - le groupe d'experts mis en place par la Commission européenne pour compiler une taxonomie des sources d'énergie considérées comme "vertes" - a exprimé un avis négatif sur l'énergie nucléaire : non pas tant à cause de la pollution causée par les centrales pendant leur activité, mais à cause de la gestion des déchets radioactifs[32]. Après d'intenses pressions de la part des lobbies pro-atomiques, la Commission européenne a récemment demandé au TAG de réexaminer le dossier, ouvrant ainsi la voie à une éventuelle inclusion de l'énergie nucléaire dans la liste des activités durables[33].

L'énergie nucléaire aujourd'hui

L'utilisation industrielle de l'énergie nucléaire a commencé dans les années 1950, d'abord avec des expériences aux États-Unis[35], puis avec la mise en service de la première centrale, celle d'Obninsk, à 100 km au sud de Moscou, en 1954[36]. En 1957, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a été créée à Vienne pour superviser le développement mondial de l'énergie nucléaire[37]. Après la catastrophe de Fukushima en mars 2011, la question est plus controversée que jamais. Dans le contexte de l'UE, cependant, chaque État membre est libre de choisir son propre bouquet énergétique[38].

Il y a environ 440 centrales nucléaires en service dans le monde, réparties dans 32 pays, dont plus de la moitié ont plus de 30 ans : l'énergie nucléaire représente 10% de l'énergie produite dans le monde[39]. L'AIEA affirme que, jusqu'en 2050, la part de l'électricité nucléaire continuera de croître dans le monde : 53 nouvelles centrales ont été construites dans différents pays et 118 sont en cours de construction ou prévues, la plupart en Chine, en Inde et en Russie[40].

La raison de cette prolifération a été jusqu'à présent l'instabilité des prix du pétrole et du charbon, ainsi que les problèmes politiques causés par la dépendance vis-à-vis des pays producteurs. L'augmentation des prix des matières premières et, en cascade, des prix de l'électricité et du gaz naturel utilisés dans les foyers, est la plus forte dans la zone méditerranéenne : en Italie, en Espagne et au Portugal, les coûts dépassent déjà 200 euros par mégawattheure (MWh)[41]. Environ 90 % du gaz utilisé par l'Union européenne provient de Russie, du Nigeria et des pays du Golfe Persique, et sert à produire un cinquième de son électricité[42].

Les prix de ce combustible fossile ont augmenté de 170 % au début de l'année 2021 en raison d'une combinaison de facteurs : la reprise des activités de production à plein régime, les vagues de chaleur qui ont augmenté la consommation d'électricité pour la climatisation d'abord et les périodes de froid qui ont nécessité davantage de chauffage ensuite[43]. Les approvisionnements, quant à eux, ont été limités par le choix politique de la Russie, selon une étude des consultants de Bruegel[44]. C'est une autre raison pour laquelle la transition énergétique est cruciale : l'Union européenne paie plus de mille milliards d'euros par an, soit 5,6 % du produit intérieur brut du continent, pour satisfaire le chantage politique des pays producteurs[45]. À partir de l'Italie[46], dans plusieurs pays de l'UE, des voix s'élèvent pour dire que, afin d'accélérer la transition énergétique, ils sont prêts à investir dans l'énergie nucléaire[47], ainsi que dans l'énergie solaire et éolienne[48]. Ce choix est dû à des raisons géopolitiques, plus encore qu'à la compatibilité environnementale.

Actuellement, l'électricité produite par les centrales nucléaires génère près d'un tiers de l'électricité de l'Union et couvre un septième de l'énergie nécessaire (aujourd'hui)[49]. Bruxelles tente de rester neutre : "l'approche de la Commission est technologiquement neutre. L'important est que les exigences de sécurité soient respectées. Selon Jacob Werksman, membre de la direction générale du changement climatique de la Commission européenne[50]: "Nous devons trouver un moyen d'encourager chaque investisseur, des institutions et des banques aux consommateurs privés, à faire le bon choix" (...). La question des moyens de production d'énergie est "un nœud crucial, dans le cadre d'une stratégie plus large de financement durable du climat"[51]. Mais les vrais choix, comme mentionné, sont faits par les parlements nationaux individuels.

Le cadre des pays de l'Union européenne

Au sein de l'Union européenne, la France compte le plus grand nombre de centrales nucléaires au monde (56), la Belgique et l'Espagne (7), la Suède, l'Allemagne et la République tchèque (6), la Slovaquie, la Suisse, la Finlande et la Hongrie (4), la Bulgarie et la Roumanie (2), les Pays-Bas et la Slovénie (1). Le Portugal, la Grèce et l'Irlande n'en ont pas, tout comme l'Italie, qui a définitivement abandonné les projets d'énergie nucléaire dans les années 1990, après le référendum de 1987[53].

La France tire plus des deux tiers de son électricité de l'énergie nucléaire[54]: trois de ses centrales (Gravelines, Paluel et Cattenom) figurent parmi les dix plus grandes du monde[55]. Le président Emmanuel Macron s'est engagé à réduire le pourcentage d'énergie nucléaire à 50 % d'ici 2035, tout en augmentant les énergies renouvelables, mais les faits contredisent ces promesses, puisque le président a décidé que ses réacteurs les plus anciens, ceux qui auront 40 ans d'ici 2030, pourront continuer à produire de l'énergie pendant encore 10 ans, atteignant ainsi 50 ans de fonctionnement[56].

L'Allemagne, en revanche, a pris le chemin inverse. Après la catastrophe de Fukushima en mars 2011, Berlin a fait marche arrière sur le nucléaire : l'objectif est d'abandonner définitivement l'énergie atomique d'ici 2022 : l'adieu coûtera à l'Allemagne 2,4 milliards d'euros, qui serviront à mettre fin à tous les litiges juridiques survenus après l'annonce de la " sortie "[57]. Lors de la campagne électorale de l'automne 2021 pour le parlement fédéral, l'écologie a été le sujet le plus débattu : à l'exception du parti d'extrême droite (AfD) et, plus discrètement, de la CSU bavaroise[58], tous les autres ont confirmé leur choix politique contre l'énergie nucléaire, et ont souligné (surtout les chrétiens-démocrates et les Verts) que, pour accélérer la fin de l'utilisation du gaz, du pétrole et du charbon, le plus important est de faire passer l'ensemble du parc immobilier allemand à la géothermie[59].

La Belgique a elle aussi l'intention de fermer ses centrales nucléaires : l'année dernière, une demande des propriétaires, la société française Electrabel, visant à prolonger la durée de vie de certaines d'entre elles de 20 ans supplémentaires a été rejetée par le gouvernement[60]. Entre-temps, Bruxelles travaille sur une offre visant à remplacer la fermeture du premier réacteur nucléaire par un groupe de nouvelles centrales au gaz[61], allant ainsi dans la direction opposée à celle décidée à Glasgow. C'est pourquoi les Verts, qui sont au gouvernement avec les Libéraux, auteurs du programme énergétique du gouvernement, menacent de quitter la coalition et, sans le dire publiquement, négocient derrière le rideau avec Electrabel pour une éventuelle prolongation du contrat jusqu'à ce que les sources d'énergie renouvelables aient atteint le quota établi par les accords internationaux[62].

Le lobby nucléaire est en pleine effervescence, avec pour objectif de sauver les sept centrales construites après la guerre, dont une est utilisée pour le stockage des déchets et dont deux sont en cours de démantèlement ces derniers mois[63]. Aux Pays-Bas, cependant, il n'y a qu'une seule centrale nucléaire en activité, sur le site de Borssele, et deux centrales utilisées à des fins de recherche médicale et universitaire[64]. La situation est sur le point de changer : avec le soutien de presque tous les partis, y compris les Verts, l'État a voté la construction d'une nouvelle usine[65].

La Suède et la Finlande, en revanche, continuent de miser sur l'énergie nucléaire, qui génère 42 % de l'électricité suédoise, et l'augmentation de cette part fait l'objet d'un débat animé à l'approche des élections législatives de l'année prochaine : le gouvernement sortant a voté en faveur d'une sortie progressive et d'un passage à des énergies respectueuses de l'environnement, mais le front pro-nucléaire est susceptible de remporter les élections et de renverser cette décision[66]. En revanche, l'Islande, la Norvège et le Danemark ont toujours rejeté cette technologie, préférant se concentrer sur les énergies renouvelables[67]. Le Danemark n'a plus aucune usine en activité, et la dernière à fermer a été l'usine expérimentale de Risø[68].

En Finlande, on construit ce qui deviendra, une fois achevé, la plus grande centrale nucléaire d'Europe[70]. Une proposition de construction d'un réacteur supplémentaire à Pyhäjoki est également à l'étude[71]. La centrale d'Olkiluoto, située dans la petite municipalité méridionale d'Eurajoki, a été mise en service en 1973[72] et n'est toujours pas achevée en raison d'énormes problèmes liés à une sécurité insuffisante, à des dommages environnementaux et à des coûts de production disproportionnés[73].

Le Parlement finlandais continue de soutenir le projet, dans l'espoir que le site d'Olkiluoto soit achevé en 2022, mais entre-temps, les Verts, qui sont au gouvernement, commencent à penser qu'au lieu de construire une énorme centrale qui ne fonctionne pas, il vaudrait mieux en construire de plus petites et plus faciles à gérer, d'autant plus que la Finlande (comme tout le monde) a d'énormes problèmes avec l'élimination des déchets radioactifs[74]. Une position minoritaire, compte tenu de la puissance du lobby de l'industrie atomique[75].

En Espagne, le gouvernement socialiste de 2019 avait annoncé qu'il fermerait les sept réacteurs nucléaires du pays entre 2025 et 2035[76], dans le but de s'appuyer entièrement sur les énergies renouvelables au milieu du siècle, mais la hausse du prix de l'électricité en 2021 a relancé le débat sur l'énergie nucléaire, qui fournit actuellement un cinquième de l'électricité du pays[77]. Les socialistes sont au gouvernement avec le mouvement de gauche Podemos, qui demande la fin de l'énergie nucléaire et du charbon d'ici 2030[78], mais les techniciens craignent qu'en raison de problèmes techniques, la sortie totale n'ait lieu qu'en 2035[79]. Le Portugal, en revanche, ne possède aucune centrale nucléaire active - la seule présente à des fins de recherche est en cours de démantèlement[80].

L'Autriche a interdit la construction et l'exploitation de centrales nucléaires par référendum en 1978 et par loi constitutionnelle en 1999. Le réacteur TRIGA Mark II, qui appartient à l'Université technique de Vienne, est hors service et les déchets sont évacués aux États-Unis[81]. Il en va de même pour la Grèce, qui ne possède qu'une seule usine à des fins de recherche[82]. Dans les deux pays, la question est considérée comme résolue et n'est pas actuellement un sujet de débat politique.

Enfin, l'Italie compte quatre centrales nucléaires désaffectées sur les sites de Garigliano, Latina, Trino et Caorso : la fermeture a été décidée par référendum en 1987[83]. Il existe quatre petites installations de recherche actives à l'université de Pavie, à l'université de Palerme et à l'Ente Nazionale per l'Energia Atomica à Rome, dont les déchets radioactifs sont évacués en France et au Royaume-Uni. Néanmoins, l'Italie est le premier importateur mondial d'électricité (15 % du total), et cette électricité provient des centrales nucléaires françaises[84].

Alors que l'Europe occidentale, à l'exception de la France, tente de réduire la quantité d'énergie nucléaire ou a interdit la construction de centrales, les pays de l'ancien Pacte de Varsovie ont fait le choix inverse afin de réduire la dépendance de leur économie au charbon[85]. La Bulgarie compte six réacteurs, tous situés à la centrale nucléaire de Kozloduy, dont deux seulement sont en service. La Croatie partage la propriété de la centrale nucléaire de Krško en Slovénie, construite en 1981 dans ce qui était alors la Yougoslavie. La Slovénie possède deux centrales, une pour l'électricité et une pour la recherche[86].

La République tchèque compte six centrales nucléaires : deux actives pour la recherche et quatre pour la production d'électricité. La Hongrie compte quatre usines. La Slovaquie possède deux centrales nucléaires pour la production d'énergie sur les sites de Bohunice et de Mochovce[88]. Les républiques baltes ne disposent que de deux usines, toutes deux à l'usine d'Ignalina. La Pologne achèvera sa première centrale nucléaire en 2024, tandis que la Roumanie compte deux centrales et deux autres en construction à la centrale nucléaire de Cernavoda[89]. En général, tous ces pays, qui sont sortis des années du régime soviétique avec des quotas de pollution au CO2 très élevés, ont fait depuis des années le même choix que la Russie : préférer les centrales nucléaires aux centrales au charbon.

Le besoin croissant d'électricité

Comme nous l'avons décrit plus haut, les besoins en électricité augmentent régulièrement, mais pas dans la même mesure dans tous les pays : les taux de croissance les plus élevés sont, bien entendu, ceux des pays en développement. En 2019, l'Allemagne a enregistré le plus haut niveau de production nette d'électricité parmi les États membres de l'UE, représentant 20,8 % du total de l'UE, juste devant la France (19,7 %) et l'Italie (10,2 %)[91].

Une augmentation globale de 3,1 % du niveau de la production nette d'électricité dans l'UE a été enregistrée au cours de la décennie 2009-2019, les augmentations les plus importantes ayant été enregistrées en Suède (24,2 %), en Lettonie (14,9 %) et en Irlande (11,4 %). À l'autre bout de l'échelle, 16 nations de l'UE ont signalé une diminution de leur niveau de production d'électricité en 2019, les réductions les plus importantes étant enregistrées en Estonie (-39,6 %), au Luxembourg (-13,6 %) et au Portugal (-10,3 %)[92].

Plus de la moitié (56,4 %) de l'électricité produite dans l'UE provient de sources non combustibles. Un quart (43,6%) provient de sources combustibles (telles que le gaz, le charbon et le pétrole), un quart (26,2%) de centrales nucléaires. Parmi les sources d'énergie renouvelables, la part la plus importante revient aux éoliennes (13,0 %), suivies des centrales hydroélectriques (12,2 %) et des panneaux solaires (4,5 %)[93]. Entre 1990 et 2019, la part des énergies renouvelables a augmenté de 222%, celle des énergies fossiles a diminué de 56%[94].

En termes de consommation intérieure brute d'énergie, le pétrole détenait la plus grande part en 2019 (34,5%), suivi du gaz (23,1%) et des combustibles fossiles solides (11,6%). En d'autres termes, 69,3% de toute l'énergie de l'Union est produite à partir de sources très polluantes : la chaleur nucléaire et les énergies renouvelables représentent 13,5% et 15,8% du total[95]. Ces chiffres montrent clairement que les promesses faites à Glasgow sont vraiment difficiles à réaliser.

En Italie, le plan national de relance et de résilience (PNRR) fait partie du programme Next Generation de l'Union européenne : cette enveloppe de 750 milliards d'euros, dont environ la moitié est constituée de subventions (312,5 milliards) et le reste de prêts à faible taux d'intérêt (360 milliards), a été décidée en réponse à la crise de la pandémie[96].

Jusqu'à présent, aucun signe dans les plans du gouvernement d'un changement de stratégie politique sur le nucléaire - et cela ne serait guère possible sans un nouveau référendum populaire pour annuler celui de 1978. Mais depuis dix ans, un lobby multipartite de plus en plus important appelle à une telle remise en question : dès 2010, le vice-président de la Chambre des députés de l'époque, le député de centre-droit Maurizio Lupi, qui deviendra plus tard ministre des infrastructures dans le gouvernement d'Enrico Letta puis de Matteo Renzi, a publié un document, avec les dirigeants de l'entreprise française d'énergie nucléaire EdF, en faveur du nucléaire italien[98]. Un an plus tard, un groupe d'étude parlementaire, créé à l'initiative du ministère qu'il dirigeait, a été dissous à la suite de la réaction populaire véhémente à la catastrophe de Fukushima[99]. Le 4 novembre 2021, Lupi repasse à l'attaque, et cette fois, il a derrière lui plusieurs personnalités industrielles et politiques[100].

La tentation semble très forte. Personnellement, cependant, je pense que c'est une chimère contre laquelle nous devons nous élever. Quoi qu'en disent les responsables des lobbies et des multinationales, les centrales nucléaires sont extrêmement dangereuses, et il n'existe aucune solution au monde pour l'élimination des déchets radioactifs (il y en a même qui pensent à les envoyer sur la lune[101]), et les États-Unis eux-mêmes, raisonnant sur ce fait, envisagent la possibilité de construire une centrale nucléaire automatisée sur le satellite de la Terre, qui servirait d'avant-poste pendant que l'on cherche une solution pour pouvoir transporter l'énergie produite sur la lune jusqu'à la Terre[102].

Un autre facteur important est que l'énergie nucléaire coûte au moins deux fois plus cher que les énergies renouvelables et trois fois plus cher que les énergies fossiles, et que le temps nécessaire pour concevoir, construire, tester et mettre en service une centrale électrique est de 25 ans ou plus[103] - bien trop tard pour avoir un quelconque impact sur la transformation industrielle nécessaire pour atteindre les objectifs de Glasgow 2030.

De plus, ce débat déplace malheureusement l'objet du débat : comment augmenter la production d'électricité tout en réduisant les émissions de CO2 ? Il existe deux réponses simples et bien moins coûteuses que l'alternative nucléaire : l'imposition du chauffage géothermique pour les maisons et les bureaux, comme cela est encouragé en Allemagne[104]; la reforestation des déserts[105] et la mise en place de systèmes permettant d'éliminer le CO2 de l'atmosphère : cela ressemble à un projet de science-fiction, mais la technologie existe déjà et fonctionne dans certains endroits expérimentaux[106] - il ne manque qu'un puissant lobby pour imposer ces deux solutions. À l'heure actuelle, ce brevet, enregistré en Suisse, n'a été acquis que par ARAMCO, la compagnie pétrolière d'État d'Arabie saoudite[107]. Étrange, mais vrai.

Mais dans la course pour arrêter l'extermination de la vie sur Terre, les questions militaires et géopolitiques n'ont qu'une importance relative. Quant à Greta Thunberg, avec toute l'admiration que je dois à cette jeune femme, ce n'est plus son heure, mais celle des spécialistes. Soit on se sauve tous, soit on meurt tous. Au moins, nous savons où nous en sommes, et à quoi nous attendre.

[1] https://www.dreamstime.com/photos-images/nuclear-explosion.html

[2] GLASGOW RIGUARDA L’AMBIENTE GLOBALE, MA ANCHE IL POTERE GLOBALE | IBI World Italia

[3] https://cordis.europa.eu/article/id/428997-in-a-first-the-eu-produced-more-energy-from-renewables-than-fossil-fuels-in-2020/it

[4] https://world-nuclear.org/information-library/current-and-future-generation/world-energy-needs-and-nuclear-power.aspx

[5] https://www.iea.org/reports/global-energy-review-2021 ; https://www.iea.org/news/world-energy-outlook-2021-shows-a-new-energy-economy-is-emerging-but-not-yet-quickly-enough-to-reach-net-zero-by-2050

[6] https://www.irena.org/-/media/Files/IRENA/Agency/Publication/2018/Apr/IRENA_Report_GET_2018.pdf , page 3

[7] https://www.irena.org/-/media/Files/IRENA/Agency/Publication/2018/Apr/IRENA_Report_GET_2018.pdf , pages 68-69

[8] https://www.irena.org/-/media/Files/IRENA/Agency/Publication/2018/Apr/IRENA_Report_GET_2018.pdf , page 70

[9] https://www.irena.org/-/media/Files/IRENA/Agency/Publication/2018/Apr/IRENA_Report_GET_2018.pdf , page 70

[10] https://www.nei.org/resources/fact-sheets/lessons-from-1979-accident-at-three-mile-island

[11] https://www.irena.org/-/media/Files/IRENA/Agency/Publication/2018/Apr/IRENA_Report_GET_2018.pdf , page 71

[12] https://www.irena.org/-/media/Files/IRENA/Agency/Publication/2018/Apr/IRENA_Report_GET_2018.pdf , pages 71-72

[13] https://www.irena.org/-/media/Files/IRENA/Agency/Publication/2018/Apr/IRENA_Report_GET_2018.pdf , pages 72-73

[14] https://www.irena.org/-/media/Files/IRENA/Agency/Publication/2018/Apr/IRENA_Report_GET_2018.pdf , pages 21-22

[15] https://www.reuters.com/breakingviews/cox-how-greta-can-transition-blah-blah-blah-2021-10-04/

[16] https://www.reuters.com/breakingviews/cox-how-greta-can-transition-blah-blah-blah-2021-10-04/ ; https://www.latimes.com/opinion/story/2021-10-26/climate-change-nuclear-power-biden-crisis

[17] https://www.voanews.com/a/usa_white-house-cautiously-embraces-nuclear-power-meet-green-goals/6206602.html

[18] https://www.energy.gov/sites/prod/files/2019/01/f58/Ultimate%20Fast%20Facts%20Guide-ebook_1.pdf

[19] https://world-nuclear-news.org/Articles/Nuclear-investments-included-in-Bidens-American-Jo

[20] https://world-nuclear.org/information-library/country-profiles/countries-o-s/russia-nuclear-fuel-cycle.aspx

[21] https://www.bloomberg.com/news/features/2021-11-02/china-climate-goals-hinge-on-440-billion-nuclear-power-plan-to-rival-u-s

[22] https://www.thetimes.co.uk/article/china-threatens-to-pull-plug-on-new-british-nuclear-plants-727zlvbzg

[23] https://www.bmu.de/themen/atomenergie-strahlenschutz/nukleare-sicherheit/aufsicht-ueber-kernkraftwerke/kernkraftwerke-in-deutschland

[24] https://www.welt.de/debatte/kommentare/article234364140/Offener-Brief-Liebes-Deutschland-bitte-lass-die-Kernkraftwerke-am-Netz.html ; https://www.grs.de/5-jahre-fukushima

[25] https://www.youtube.com/watch?v=ZwD1kG4PI0w

[26] https://www.politico.com/news/2021/11/13/coalglasgow-climate-deal-521802 ; https://chinadialogue.net/en/climate/roundtable-should-cop26-be-delayed/

[27] India at COP26: Not Likely to Commit for Net Zero Emissions by 2050; Could Choose the Other Way | The Weather Channel - Articles from The Weather Channel | weather.com

[28] https://world-nuclear.org/information-library/country-profiles/countries-o-s/russia-nuclear-fuel-cycle.aspx

[29] https://www.greenpeace.org/static/planet4-eu-unit-stateless/2021/03/5a375b88-jrc-industrie-nucleaire-briefing-final-29032021.pdf

[30] https://valori.it/nucleare-commissione-greenpeace-jrc-tassonomia/

[31] https://valori.it/nucleare-commissione-greenpeace-jrc-tassonomia/

[32] https://valori.it/nucleare-commissione-greenpeace-jrc-tassonomia/

[33] https://valori.it/nucleare-commissione-greenpeace-jrc-tassonomia/

[34] https://www.mdr.de/nachrichten/welt/osteuropa/ostblogger/hbo-serie-chernobyl-reaktionen-ukraine-100.html

[35] https://web.archive.org/web/20131102212003/http://www.ornl.gov/ornl/news/communications/graphite-reactor

[36] https://www.ceskaenergetika.cz/nezarazene_clanky/obninsk_1954_prvni_jaderna_elektrarna_na_svete.html ; https://inis.iaea.org/Search/search.aspx?orig_q=RN:45041804

[37] https://www.iaea.org/

[38] www.europarl.europa.eu/-nucleare  

[39] https://www.bfe.admin.ch/bfe/it/home/approvvigionamento/energia-nucleare/compiti-dell-ufe/utilizzazione-dellenergia-nucleare-a-livello-mondiale.html

[40] https://www.bfe.admin.ch/bfe/it/home/approvvigionamento/energia-nucleare/compiti-dell-ufe/utilizzazione-dellenergia-nucleare-a-livello-mondiale.html

[41] https://www.linkiesta.it/2021/10/aumento-prezzo-energia-europa/amp/

[42] https://www.linkiesta.it/2021/10/aumento-prezzo-energia-europa/amp/

[43] https://www.linkiesta.it/2021/10/aumento-prezzo-energia-europa/amp/

[44] https://www.linkiesta.it/2021/10/aumento-prezzo-energia-europa/amp/

[45] https://www.rainews.it/dl/rainews/articoli/clima-se-europa-fallira-la-transizione-energetica-andranno-persi-mille-mld-efeac1e4-a6d7-4754-bc42-49b090676bdf.html

[46] https://www.youtube.com/watch?v=xJkjPb0rrg4

[47] Jason Bordoff, “Questa crisi è diversa”, “Internazionale” n.1432/anno 28, 22-28 Ottobre 2021, pp.46-51

[48] Jason Bordoff, “Questa crisi è diversa”, “Internazionale” n.1432/anno 28, 22-28 Ottobre 2021, pp.46-51

[49] https://euractiv.it/section/energia/news/nucleare-chi-spegne-i-reattori-e-chi-vuole-accenderli-le-scelte-degli-altri-paesi-ue/

[50] https://www.lastampa.it/cronaca/2021/11/10/news/l-unione-europea-si-scinde-sull-energia-nucleare-1.40906194/amp/

[51] https://www.lastampa.it/cronaca/2021/11/10/news/l-unione-europea-si-scinde-sull-energia-nucleare-1.40906194/amp/

[52] https://www.cnbc.com/2011/05/20/Worlds-Largest-Nuclear-Power-Plants.html

[53] https://euractiv.it/section/energia/news/nucleare-chi-spegne-i-reattori-e-chi-vuole-accenderli-le-scelte-degli-altri-paesi-ue/

[54] https://euractiv.it/section/energia/news/nucleare-chi-spegne-i-reattori-e-chi-vuole-accenderli-le-scelte-degli-altri-paesi-ue/

[55] https://www.cnbc.com/2011/05/20/Worlds-Largest-Nuclear-Power-Plants.html

[56] https://euractiv.it/section/energia/news/nucleare-chi-spegne-i-reattori-e-chi-vuole-accenderli-le-scelte-degli-altri-paesi-ue/

[57] https://euractiv.it/section/energia/news/nucleare-chi-spegne-i-reattori-e-chi-vuole-accenderli-le-scelte-degli-altri-paesi-ue/

[58] https://www.greenpeace.de/sites/www.greenpeace.de/files/greenpeace_parteien_zur_atomkraft_0.pdf

[59] https://www.kernd.de/kernd/Politik-und-Gesellschaft/Wahlspezials/202109_BTW.php

[60] https://www.dw.com/en/belgium-aims-to-phase-out-nuclear-power-by-2025/a-15500989

[61] https://euractiv.it/section/energia/news/nucleare-chi-spegne-i-reattori-e-chi-vuole-accenderli-le-scelte-degli-altri-paesi-ue/

[62] https://www.politico.eu/article/belgium-nuclear-power-government-climate-greens/ ;

[63] https://world-nuclear-news.org/Articles/Belgian-nuclear-phase-out-an-irreversible-loss-PM

[64] https://mondointernazionale.com/le-centrali-nucleari-nellunione-europea

[65] https://world-nuclear-news.org/Articles/Dutch-study-finds-commercial-support-for-nuclear-n ; https://www.world-nuclear-news.org/Articles/Dutch-NGO-calls-for-government-support-for-new-bui

[66] https://world-nuclear.org/information-library/country-profiles/countries-o-s/sweden.aspx

[67]  https://euractiv.it/section/energia/news/nucleare-chi-spegne-i-reattori-e-chi-vuole-accenderli-le-scelte-degli-altri-paesi-ue/

[68] https://mondointernazionale.com/le-centrali-nucleari-nellunione-europea

[69] https://www.powermag.com/startup-of-olkiluoto-3-nuclear-plant-delayed-again/

[70] https://www.youtube.com/watch?v=kYpiK3W-g_0

[71] https://mondointernazionale.com/le-centrali-nucleari-nellunione-europea

[72] https://en.wikipedia.org/wiki/Olkiluoto_Nuclear_Power_Plant

[73] https://www.euractiv.com/section/all/short_news/the-never-ending-saga-of-finlands-olkiluoto-nuclear-plant/

[74] https://www.euractiv.com/section/politics/short_news/finlands-greens-soften-stance-on-nuclear-energy/

[75] https://www.euractiv.com/section/politics/short_news/finland-lobbies-nuclear-energy-as-a-sustainable-source/

[76] https://www.euractiv.com/section/energy/news/spain-to-nix-nuclear-and-coal-power-by-2030/

[77] https://euractiv.it/section/energia/news/nucleare-chi-spegne-i-reattori-e-chi-vuole-accenderli-le-scelte-degli-altri-paesi-ue/

[78] https://www.politico.eu/article/spain-government-coalition-bad-blood-psoe-podemos/

[79] https://www.power-technology.com/comment/spain-nuclear-power-phase-out/

[80] https://mondointernazionale.com/le-centrali-nucleari-nellunione-europea

[81] https://mondointernazionale.com/le-centrali-nucleari-nellunione-europea

[82] https://mondointernazionale.com/le-centrali-nucleari-nellunione-europea

[83] https://mondointernazionale.com/le-centrali-nucleari-nellunione-europea

[84] https://mondointernazionale.com/le-centrali-nucleari-nellunione-europea

[85] https://euractiv.it/section/energia/news/nucleare-chi-spegne-i-reattori-e-chi-vuole-accenderli-le-scelte-degli-altri-paesi-ue/

[86] https://euractiv.it/section/energia/news/nucleare-chi-spegne-i-reattori-e-chi-vuole-accenderli-le-scelte-degli-altri-paesi-ue/

[87] https://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php?title=Energy_statistics_-_an_overview&action=statexp-seat&lang=it#Consumo_non_energetico

[88] https://euractiv.it/section/energia/news/nucleare-chi-spegne-i-reattori-e-chi-vuole-accenderli-le-scelte-degli-altri-paesi-ue/

[89] https://euractiv.it/section/energia/news/nucleare-chi-spegne-i-reattori-e-chi-vuole-accenderli-le-scelte-degli-altri-paesi-ue/

[90] https://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php?title=Energy_statistics_-_an_overview&action=statexp-seat&lang=it#Consumo_non_energetico

[91] https://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php?title=Electricity_production,_consumption_and_market_overview&action=statexp-seat&lang=it#Produzione_di_energia_elettrica

[92] https://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php?title=Energy_statistics_-_an_overview&action=statexp-seat&lang=it#Consumo_interno_lordo_di_energia

[93] https://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php?title=Energy_statistics_-_an_overview&action=statexp-seat&lang=it#Consumo_interno_lordo_di_energia

[94] https://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php?title=Energy_statistics_-_an_overview&action=statexp-seat&lang=it#Consumo_interno_lordo_di_energia

[95] https://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php?title=Energy_statistics_-_an_overview&action=statexp-seat&lang=it#Consumo_interno_lordo_di_energia

[96] https://www.mef.gov.it/focus/Il-Piano-Nazionale-di-Ripresa-e-Resilienza-PNRR/

[97] https://it.blastingnews.com/ambiente/2018/05/nucleare-in-italia-cosa-farne-002595181.html

[98] Invece di accelerare le rinnovabili, in Italia c’è chi vuole tornare alle centrali nucleari | HuffPost (huffingtonpost.it)

[99] Invece di accelerare le rinnovabili, in Italia c’è chi vuole tornare alle centrali nucleari | HuffPost (huffingtonpost.it)

[100] Energia, Lupi (Nci): rinnovabili non bastano, mozione per nucleare green - La Stampa

[101] https://energycue.it/perche-non-possiamo-lanciare-scorie-nucleari-spazio/13223/ ; https://it.quora.com/Sarebbe-possibile-trasportare-le-scorie-nucleari-nello-spazio-o-sulla-luna

[102] https://www.dday.it/redazione/37616/il-piano-della-nasa-una-centrale-nucleare-sulla-luna-entro-il-2026-per-stabilire-un-avamposto

[103] https://www.wirtschaftsdienst.eu/inhalt/jahr/2011/heft/4/beitrag/kurz-kommentiert-kernkraftwerke-biokraftstoff-japan-unisex-tarife.html ; https://energiewinde.orsted.de/energiepolitik/kostenvergleich-atomenergie-erneuerbare-strompreis ; https://www.bund-sh.de/energie/atomkraft/hintergrund/die-wahren-kosten-von-atomkraft/

[104] Tiefe Geothermie in Deutschland (mags-projekt.de)

[105] TRA SOGNO E SPERANZA: IL PROGETTO DELLA GRANDE MURAGLIA VERDE | IBI World Italia

[106] https://www.mdr.de/wissen/entfernung-kohlenstoff-cozwei-luft-atmosphaere-dac-schon-effizient-moeglich-100.html

[107] https://www.aramco.com/en/sustainability/climate-change/managing-our-footprint/carbon-capture-utilization-and-storage?utm_source=googleads&utm_medium=ppc&utm_campaign=GO_DE_EN_Carbon_Capture_Air_EX&gclid=Cj0KCQiA-eeMBhCpARIsAAZfxZCJj8wr2eweHELHD8fOWJF9KlhgHo5Mq3YX0of5bC81DR6HDV3_am4aAt5dEALw_wcB

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B