paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

83 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 janv. 2022

Le Chili de Gabriel Boric : le retour de l'espoir

Le Chili a choisi un président de 35 ans inspiré par Salvador Allende. La peur revient, comme il y a 51 ans, lorsque Nixon et Kissinger ont décidé du coup d'État du 11 septembre 1973. Gabriel Boric a des projets politiques similaires, mais des instruments complètement différents de ceux de la "voie chilienne vers le socialisme"

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Près de 50 ans ont passé. Le Chili, symbole de la liberté de ma génération, né avec l'élection de Salvador Allende à la présidence, est écrasé par un coup d'État militaire, voulu et organisé par les États-Unis, qui coûte la vie à des dizaines de milliers de personnes honnêtes, de gens ordinaires, de familles, de travailleurs, d'intellectuels, de personnes prises au hasard de la rue. Une blessure qui a fait du 11 septembre un jour de mort pour toute l'humanité, bien avant l'anniversaire du massacre chilien, lorsque les hommes d'Al-Qaïda ont fait voler des avions détournés au cœur des tours jumelles de New York.

Dix-sept ans de dictature sanglante ne s'oublient pas en une génération. La crainte des gens est la même, leur méfiance à l'égard des multinationales américaines n'a pas changé. Mais sous les cendres de cette peur, il y a toujours eu la colère d'un peuple fier, qui explose chaque fois que la mesure est pleine - une histoire sans fin de marches de protestation, de répression policière et militaire, de négociations fébriles, de gouvernements nés et tombés en l'espace de quelques mois, d'espoirs nés et aussitôt déçus à cause de la corruption et de l'incapacité des politiciens à faire face aux problèmes, surtout après le terrible tremblement de terre de 2010.

Puis, le 19 décembre 2021, la grande surprise : l'ancien leader étudiant Gabriel Boric, 35 ans, chef de la coalition de gauche Apruebo Dignidad, qui rassemble toutes les forces politiques et syndicales qui ont porté Allende à la présidence il y a 50 ans, a évincé le milliardaire conservateur Sebastian Piñera de la Moneda, en battant au second tour le candidat d'extrême droite José Antonio Kast : 55 ans, chef du Frente Social Cristiana et qui, au premier tour, devance Boric de 2,08% : ce dernier l'emporte avec 55,87% des voix, contre 44,13% à Kast[1], et prêtera serment le 11 mars 2022 : il est le plus jeune président de l'histoire du Chili, et remporte une élection encore plus polarisée que d'habitude. Kast est le fils d'un militant nazi[2], comparé à Trump et au président brésilien Jair Bolsonaro, est un défenseur acharné du marché libre et un nostalgique d'Augusto Pinochet - pourtant, il accepte élégamment la défaite, promettant une disponibilité et une coopération totales[3].

L'Amérique latine n'en croit pas ses yeux. Le président cubain Miguel Diaz-Canel Bermudez, le Colombien Ivan Duque, le Péruvien Pedro Castillo, le Bolivien Luis Arce, l'Uruguayen Luis Lacalle Pou et le Costaricien Carlos Alvarado félicitent le nouveau président élu[4]. Joe Biden a également appelé M. Boric pour le féliciter, et la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a indiqué "que les deux dirigeants ont discuté de leur engagement commun en faveur de la justice sociale, de la démocratie, des droits de l'homme et de l'inclusion" - M. Biden a conclu en applaudissant les élections libres au Chili, qui constituent un exemple puissant pour la région et le monde"[5]. Seule la bourse chilienne a mal réagi, l'indice boursier chutant de 10%, signe de l'inquiétude des marchés face aux éventuelles politiques antilibérales du nouveau locataire de la Moneda[6].

Boric, fils d'émigrants croates, vient de l'extrême sud du Chili - de Punta Arenas[7] - et même s'il a étudié le droit, il n'a pas obtenu de diplôme[8]. Fervent militant de la Izquierda Autónoma et du syndicalisme étudiant lors des soulèvements de 2011, il est à la tête de la Fédération des étudiants universitaires du Chili[9]. En 2014, encore âgé d'une vingtaine d'années, il a été élu au Congrès national pour représenter la région méridionale de Magallanes[10], vaste et peu peuplée. Dans ce rôle, il ne se contente pas de condamner le fait que la bureaucratie de Pinochet n'a jamais été purgée, mais il renoue également avec les épigones de la lutte contre le régime : la sociale-démocrate Michelle Bachelet[11], mais aussi les démocrates-chrétiens. Il a une vision, mais excelle dans le dialogue et la médiation, et réussit le miracle de réécrire la Constitution en accord avec la droite.

La reconstruction selon Boric

Le défi consiste maintenant à surmonter les inégalités sociales[13]. Le Chili reste un bastion du néolibéralisme, avec une économie qui n'est solide qu'en apparence, car elle est aux mains d'une aristocratie bourgeoise qui, en empêchant délibérément la redistribution des richesses, a créé des inégalités inacceptables et empêché la croissance de la consommation interne qui aurait bénéficié à tous : au Chili, 1% de la population détient 25% des richesses[14]. Le niveau de pauvreté est passé de 48 % de la population (1988) à environ 11 % en 2020, mais le Chili reste l'un des pays les plus inégaux sur le plan socio-économique au sein de l'OCDE[15].

Les classes les plus pauvres n'ont pas accès à des niveaux d'éducation plus élevés, car pendant et après la dictature, les gouvernements n'ont soutenu que les écoles publiques et le népotisme[16]. Il en va de même pour les soins de santé : il existe un système public, mais si vous voulez de la qualité, vous devez payer[17]. L'impossibilité d'une croissance généralisée a conduit à une décennie de stagnation, culminant en 2020, également à cause de la pandémie : une baisse de 6 % du PIB, un million d'emplois perdus, le déficit budgétaire passant à 7,5 % du PIB, la dette publique passant de 28 % en 2019 à 33 % en 2020, 780 000 personnes de plus sous le seuil de pauvreté[18]. Boric y a répondu par un programme de réforme profond et courageux[19].

Tout d'abord en direction de la durabilité environnementale, envisageant d'énormes investissements dans les infrastructures[20], des lois plus strictes sur l'éco-compatibilité, l'éducation environnementale dans les écoles, un fort soutien fiscal à l'économie circulaire, la ratification de l'accord d'Escazú[21] (que le gouvernement de Sebastian Piñera n'avait pas signé), la transition vers les énergies renouvelables avec l'abandon progressif du charbon, et la résolution des problèmes de disponibilité de l'eau[22]. Une vraie révolution, capable d'un consensus transversal, parce que les entreprises l'aiment aussi : au moins jusqu'à ce qu'il touche les centres de corruption en défense des oligarchies industrielles - c'est là que nous comprendrons s'ils lui permettront vraiment de changer le Chili.

Boric ne veut plus déléguer aux Américains, il veut un véritable programme d'intégration régionale, promettant une énergie propre et bon marché, de meilleures infrastructures publiques, une lutte acharnée contre le trafic de drogue - et surtout, en tant que premier président depuis Allende, il est déterminé à prendre en main la politique étrangère, gérée depuis un demi-siècle par les lobbies de Washington : La résolution des différends territoriaux sur le canal de Beagle[23] et des problèmes frontaliers avec la Bolivie et le Pérou, mais aussi la question de l'Antarctique - et il entend le faire sans accords désavantageux avec la Chine, qui pousse à l'exploitation des ressources naturelles[24], et avec laquelle le Chili a de toute façon un accord de libre-échange[25].

Ce qu'il faut, c'est un système de santé universel (public) et un fonds de santé universel (FUS)[27], avec l'élimination progressive d'Isapres (assurance maladie privée), compensée par l'offre à l'industrie chilienne d'un ambitieux plan de logement d'urgence, avec la construction de 65 000 logements par an[28], un accès garanti aux jardins d'enfants[29] et le renforcement de l'éducation publique[30]. Tout cela s'accompagne d'une révision constitutionnelle (déjà en cours) pour défendre les droits de l'homme et la culture alternative - choses qui sont interdites depuis le régime de Pinochet.

Le défi le plus difficile est peut-être celui qui concerne l'économie et le travail : un nouveau système fiscal pour les grandes entreprises équilibré par un impôt sur la fortune, afin de soutenir la création de plus-value et non le gel de la richesse[31]; l'introduction d'une pension de base universelle (PBU) pour tous les citoyens âgés de 65 ans[32] et plus, l'augmentation progressive du salaire minimum et la réduction du temps de travail à 40 heures ; l'encouragement du travail des femmes par des subventions et des formations, dans le but de créer au moins 500 000 emplois pour les femmes chiliennes[33]. Tout cela ne peut être réalisé qu'avec la coopération de l'extrême droite, qui a tout de même obtenu près de 50% des voix, et représente donc une grande partie du pays.

La lutte contre les fantômes omniprésents de la dictature et du libéralisme occupera une grande partie de son travail: le Chili est un pays où la transition démocratique n'est pas encore achevée, où les forces armées jouissent encore de vastes privilèges et d'une grande autonomie (jusqu'à ce que la Constitution soit modifiée), comme la "Ley Reservada del Cobre", approuvée dans les années 1950, qui stipule que 10 % des ventes de cuivre doivent être affectés à l'achat d'armes[34].

En 2015, pas moins de 858 millions de dollars ont été transférés de l'entreprise publique Corporación Nacional del Cobre (Codelco) aux forces armées[35]: le gouvernement Piñera a abrogé la loi en 2019, mais en fait il reste un vide législatif qui laisse encore une grande marge de manœuvre[36], et que Boric a l'intention de changer, en augmentant le contrôle de l'État et la transparence sur les forces armées, en renforçant la protection civile et en construisant une culture institutionnelle qui valorise le respect des droits de l'homme[37]. Toutes ces choses sont parfaitement logiques - et rappellent tellement la ligne politique de Salvador Allende...

L'homme détesté par les libéraux américains

Dans les années 1950, aux États-Unis, deux écoles de pensée s'affrontent : l'école keynésienne (dirigée par John M. Keynes) et l'école néolibérale de Chicago (dirigée par Milton Friedman). L'Argentine, le Brésil et l'Uruguay ont choisi Keynes : État-providence, protectionnisme, réglementation des prix et des salaires, augmentation des dépenses publiques et nationalisation. Jusqu'en 1973, le Chili s'est également joint à cette tendance, qui était également encouragée par la Commission économique des Nations unies pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) [39].

Pour les Américains, c'est le croque-mitaine du communisme - nous sommes dans les années du maccarthysme et de la guerre froide. Les élites économiques, politiques et militaires américaines décident d'investir dans un changement de cap décisif dans toute l'Amérique latine. Le directeur de cette stratégie est le sénateur Albion Patterson, un homme du clan Rockefeller[40], représentant de l'Administration de la coopération internationale (ACI)[41] - une agence gouvernementale qui, entre 1955 et 1961, fournit une assistance économique en échange d'accords militaires[42] et qui, au Chili, parraine un accord entre l'université de Chicago et la Pontificia Universidad Católica de Chile[43], bastion de l'élite conservatrice chilienne.

L'accord, signé en 1955, encourage l'échange de professeurs et d'étudiants de troisième cycle : dans le cadre de cette opération, appelée "Projet Chili", 26 étudiants chiliens ont étudié à l'université de Chicago entre 1956 et 1964 avec l'économiste Arnold Harberger[44]. Dans leur pays, ils sont connus sous le nom de "Chicago Boys" : des partisans des partis et des politiques d'extrême droite déguisés en scientifiques. Cela ne suffit pas à changer le cours de la politique chilienne, car aux élections de 1970, le peuple élit Salvador Allende, un marxiste convaincu.

Allende est né dans une famille aisée de Santiago en 1908 ; son père, avocat et notaire, était membre du parti radical chilien. Il embrasse la politique pendant ses années de lycée et, grâce à son mentor et ami Juan Demarchi[45], s'intéresse aux théoriciens anarchistes, puis au marxisme, et est en première ligne dans la lutte contre la dictature de Carlos Ibáñez del Campo[46]. Son engagement politique se poursuit même après ses études de médecine et, en 1933, il fait partie des premiers militants du tout nouveau Parti socialiste du Chili[47]. À 28 ans, il siège déjà à la Chambre des députés et devient ministre de la santé et des politiques sociales en 1938, poste qu'il occupera jusqu'en 1942. En 1945, il est élu au Sénat et en 1952, il se présente à la présidence de la République avec le soutien des partis socialiste et communiste, arrivant en dernière position[48].

Il tente à nouveau sa chance en 1958, mais est battu par le candidat conservateur[49]. Lors des élections présidentielles de 1964, il perd contre Eduardo Frei Montalva, un représentant du parti démocrate-chrétien, parrainé par le gouvernement des États-Unis, ce qui lui apporte les voix de la droite[50]. Allende se représente en 1970, soutenu par une coalition de gauche appelée Unidad Popular, qui comprend le parti socialiste, le parti communiste, le parti de la gauche radicale et des chrétiens de gauche dissidents[51]. Il remporte le premier tour avec 36,63% des voix[52] et, bien qu'il ne dispose pas de la majorité absolue, grâce à un accord avec les chrétiens-démocrates, il est élu président[53]. L'accord avec la DC a provoqué la colère de la CIA. Les États-Unis, qui avaient tenté d'orienter la campagne électorale à coups de millions de dollars[54], n'acceptent pas la défaite : le secrétaire d'État américain Henry Kissinger déclare : "Je ne vois pas pourquoi nous devrions permettre à un pays de devenir communiste à cause de l'irresponsabilité de son propre peuple"[55].

Empanadas y vino tinto

Allende a proclamé la "voie chilienne vers le socialisme" : "la révolution des empanadas et du vin rouge", pour souligner son caractère populaire. Le gouvernement nationalise les mines de cuivre, jusqu'alors contrôlées par les Américains, lance une réforme pour la redistribution des terres agricoles, puis nationalise les banques et les compagnies d'assurance. Elle donne une énorme accélération à l'éducation et à la promotion de la culture : elle crée la maison d'édition "Quimantú"[57], qui imprime 250 titres et vend plus de 500 livres. qui a imprimé 250 titres et vendu plus de 11 millions de livres en moins de deux ans[58]. Il a introduit le divorce, supprimé les subventions publiques aux écoles publiques et prolongé le congé de maternité. Toutes ces choses effraient une grande partie de la bourgeoisie chilienne, des propriétaires terriens et des entrepreneurs, et font de lui l'ennemi juré des États-Unis[59].

Le lobby soutenu par Kissinger obtient l'approbation d'un financement de plus de sept millions de dollars à ceux qui, au Chili, s'opposent à Allende - une somme énorme qui, en partie, servira à financer les troupes mercenaires engagées dans l'extermination des opposants après le coup d'État du 11 septembre 1973[60]. Même le Vatican, par l'intermédiaire du cardinal Benelli, a décidé de soutenir et de financer un éventuel coup d'État[61]. Une stratégie qui a été démontrée en 1999, après l'arrestation d'Augusto Pinochet à Londres, lors de son procès pour crimes de génocide, de terrorisme et de torture[62], lorsque le président Bill Clinton a levé le secret sur des volumes de documents de l'époque d'Allende[63]: comptes rendus de conversations, notes, lettres, rapports officiels, preuves irréfutables de la culpabilité du président Richard Nixon et de son conseiller à la sécurité nationale Henry Kissinger[64]. Ce dernier, jusqu'à ce jour, avait répété mille fois, en mentant, que les États-Unis n'étaient pas impliqués dans le coup d'État chilien[65].

Après la défaite des élections, le travail a commencé immédiatement sur le renversement du gouvernement chilien[66], et les Chicago Boys préparent un plan, appelé "The Brick", qui servira de base à la politique économique de la junte militaire de Pinochet[67]. Le 15 septembre 1970, une réunion du Conseil national de sécurité se tient à la Maison Blanche, avec pour thème central la question chilienne. Kissinger retarde la réunion de 24 heures afin de rencontrer Nixon et de le convaincre d'utiliser une main de fer[68]. C'est là que les plans visant à anéantir Allende prennent forme : le secrétaire d'État William Rogers s'oppose à la ligne dure, mais le secrétaire à la défense Melvin Laird, parlant d'Allende, déclare : "Nous devons faire tout ce qui est possible pour le blesser et le détruire"[69]. Nixon confirme : "S'il y a un moyen d'évincer Allende, il vaut mieux le faire"[70]. La CIA est autorisée à promouvoir une énorme campagne de dénigrement[71], mais Nixon prévient : si cela ne suffit pas, "l'option extrême sera de renverser Allende"[72].

Le président américain n'est pas seul : selon des notes et des rapports cités par la NSA[73] et désagrégés en septembre 2021, en décembre 1970, l'Australie veut aussi arrêter Allende : le ministre australien des Affaires étrangères, William McMahon, autorise l'Australian Secret Intelligence Service (ASIS) à ouvrir une cellule secrète dans la capitale chilienne, dont les agents arriveront à la mi-1971[74]. Ils partent au printemps 1973, car le gouvernement australien a peur que le monde découvre l'intrigue et que les Australiens n'apprécient pas de voir leur nom accolé à celui des agents de la CIA[75]. Le Brésil est également contre Allende : l'ambassadeur américain rencontre l'ambassadeur brésilien pour convenir de mesures contre le nouveau gouvernement chilien, et le chef du régime de Brasilia, le général Emílio Garrastazu Medici, autorise le soutien de certains officiers chiliens rebelles et de l'organisation terroriste Patria y Libertad[76].

Allende a poursuivi son chemin, puis le boycott économique a eu lieu. Les prêts des banques multilatérales au Chili sont bloqués et les crédits et prêts pour les exportations américaines sont annulés ; les entreprises américaines sont priées de quitter le Chili, le prix du cuivre, essentiel pour les exportations chiliennes, est contraint de baisser[78]. Mais à Santiago, ils sont allés de l'avant[79]. Nixon autorise la CIA à organiser un coup d'État. Et les espions de Washington alertent les commandants militaires et les carabiniers qui leur sont fidèles, et ceux-ci se déclarent prêts à utiliser les armes[80].

Le 22 octobre, le général René Schneider Chereau, commandant des forces armées, est abattu dans sa voiture par un commando composé de cinq individus appartenant à un groupe de putschistes dirigé par le général Camilo Valenzuela[81]; il meurt le 25 octobre 1970 des suites de ses graves blessures[82]. Aujourd'hui, nous savons avec certitude que Kissinger et Nixon étaient derrière tout cela[83]: le commando a été envoyé par la CIA pour déclencher la colère de l'armée[84]. Mais Allende est allé de l'avant, et le 24 octobre, le Congrès l'a confirmé comme président[85].

Le 11 septembre

Le matin du 29 juin 1973, le palais de la Moneda est encerclé par six chars, quatre-vingts soldats et dix militaires, dans une première tentative de renversement du gouvernement[87]. L'opération échoue grâce à l'intervention d'une partie loyaliste de la direction militaire, mais la manœuvre est une "répétition générale"[88]. La situation politique est extrêmement tendue : le 22 août, les démocrates-chrétiens et le Parti national accusent le gouvernement de violer la constitution, la Chambre des députés approuve - la magistrature est activée : la Cour suprême accuse le gouvernement d'agir contre la constitution[89]. C'est le signal décisif.

Le 11 septembre à 7 heures du matin, la marine chilienne occupe le port de Valparaíso[90]. L'amiral Raúl Montero Cornejo, fidèle au président Allende, est emprisonné et José Toribio Merino Castro, l'un des protagonistes et créateurs du coup d'État, prend sa place[91]. L'armée de l'air et les chars de l'armée de terre procèdent à l'opération dite "Silence" : ils bombardent les sièges et les antennes de toutes les stations de radio et de télévision[92]. La seule à avoir survécu est la radio Magallanes du parti communiste chilien, d'où, peu après, Allende s'adresse à la nation pour la dernière fois.

Le président Allende et le ministre de la défense Orlando Letelier n'ont aucun moyen de savoir ce qui se passe exactement[93]. Ils sont incapables de communiquer avec Augusto Pinochet, le général qu'Allende avait nommé chef de la sécurité présidentielle, ignorant que c'était lui qui avait coordonné le coup d'État[94]. À 8 h 40, le lieutenant-colonel Roberto Guillard annonce la révolte, déclarant qu'en raison de la "très grave crise sociale et morale que traverse le pays" et de "l'incapacité du gouvernement à maîtriser le chaos", les forces armées et le corps de police rétablissent l'ordre, invitant le président à démissionner[95]. Allende refuse de négocier et prononce son dernier discours déchirant à la nation - Radio Magallanes diffuse les adieux d'un homme qui sait qu'il doit mourir[96].

Vers midi, les rebelles bombardent le palais présidentiel, vers 14 heures, l'assaut prend fin. A l'intérieur de la Moneda, deux corps sans vie : le journaliste Augusto Olivares et le président Allende. Un mystère entoure la mort du président : on pense qu'il a été assassiné, mais ce n'est qu'en 2011, avec l'exhumation de son corps et l'autopsie, que l'on sait qu'il s'est suicidé avec une mitraillette AK-47 que lui avait donnée Fidel Castro[97]. À 14 h 35, les Forces armées annoncent qu'"elles ont décidé d'assumer le pouvoir, soutenues par l'évidence des sentiments de la grande majorité nationale", et le même soir, le président de la Cour suprême, Enrique Urrutia Manzamo, proclame sa "profonde satisfaction" pour la naissance d'un nouveau gouvernement"[98].

Dans les 48 heures, les juges ont ratifié le décret-loi n° 1 de la junte militaire, composé de trois articles[99]: le premier déclare que les commandants se constituent en un Conseil de gouvernement pour assumer le commandement suprême de la nation ; le deuxième désigne le général Pinochet comme président du Conseil ; le troisième garantit la "pleine efficacité des pouvoirs du pouvoir judiciaire (...) dans la mesure où la situation actuelle du pays le permet"[100].

La junte militaire a dissous l'Assemblée nationale, détruit les registres électoraux, mis hors la loi les partis réunis dans l'Unidad Popular et adopté une série de lois liberticides : le jour du coup d'État, plus de 5 600 personnes ont été arrêtées, dont plus de 600 étudiants, enfermés dans le Stade chilien et le Stade national, transformés en camps de prisonniers. Des dizaines de milliers de personnes ont été torturées, de nombreuses femmes ont été violées, des milliers de personnes ont disparu dans la nature. Des années plus tard, la Commission d'enquête Valech parle de 40 000 victimes de violations des droits de l'homme entre 1973 et 1990, 3216 citoyens ont disparu ou ont été tués, 38 254 personnes ont été emprisonnées sans charge et torturées pendant des mois ou des années[102]. Plus de 200 000 Chiliens ont fui[103]: au Mexique, au Venezuela[104] et en Europe[105].

Washington sourit, le "danger communiste" a été écarté. Ce qui importe, c'est que le dictateur a choisi une politique économique libérale, inspirée par Milton Friedman, avec qui Pinochet entretenait également une amitié personnelle[106]: l'école de Chicago a réduit le rôle de l'État, privatisé de nombreuses entreprises et procédé à une ouverture totale vers le marché extérieur. Les comptes de l'État en ont profité, mais seulement à un cercle exclusif d'oligarques. Bien que Pinochet ait été battu par plébiscite en 1988, et qu'après lui il y ait eu sept gouvernements démocratiques, les dégâts créés alors n'ont pas été réparés, et sont devenus gangrenés[107].

Et maintenant Boric. Un homme qui, en 1973, n'était pas encore né. Un homme qui a compris que la question centrale est la récupération du dynamisme interne de la société et de l'économie chilienne, et qui est prêt à expliquer son utilité même aux vieux trombones, aux nostalgiques de Nixon, à ceux qui se considèrent comme des aristocrates et qui détestent les milliers de nouveaux Chiliens - enfants d'immigrants, comme Boric lui-même. Avec l'espoir que les États-Unis ont changé, que la conscience du peuple et de l'armée chilienne a grandi, que le soleil d'une nouvelle renaissance peut briller sur Santiago, qui, si les idées du nouveau président deviennent réalité, pourrait être une grande leçon pour tous les pays de l'Occident.

[1] https://www.bbc.com/mundo/noticias-america-latina-59722345

[2] https://www.repubblica.it/esteri/2021/12/10/news/cile_presidenziali_padre_candidato_estrema_destra_kast_nazista-329590715/

[3] https://www.ex-ante.cl/el-cambio-de-tono-de-boric-y-kast-y-las-senales-conciliadoras-tras-una-polarizada-eleccion/

[4] https://edition.cnn.com/2021/12/19/americas/chile-election-gabriel-boric-intl-nk/index.html

[5] https://www.reuters.com/world/americas/chiles-election-powerful-example-world-biden-tells-president-elect-boric-2021-12-30/

[6] https://www.reuters.com/markets/currencies/chiles-peso-mining-stocks-tumble-after-leftist-boric-wins-election-2021-12-20/ ; https://www.wsj.com/articles/chiles-election-of-leftist-as-president-shakes-nations-markets-11640029959

[7] https://www.emol.com/noticias/Nacional/2021/12/21/1041693/origen-croata-de-boric.html

[8] https://chile.as.com/chile/2021/11/20/actualidad/1637425708_251009.html

[9] https://www.buscabiografias.com/biografia/verDetalle/11541/Gabriel%20Boric

[10] https://www.buscabiografias.com/biografia/verDetalle/11541/Gabriel%20Boric

[11] https://www.efe.com/efe/america/politica/la-expresidenta-bachelet-apoya-a-boric-no-da-lo-mismo-por-quien-se-vota/20000035-4697923

[12] https://www.pauta.cl/politica/las-cuatro-reformas-clave-del-programa-gobierno-de-gabriel-boric

[13] https://economiafacil.cl/2021/09/09/distribucion-de-la-riqueza-en-chile-cepal/#:~:text=En%202017%2C%20el%2050%25%20de,%2C5%25%20de%20la%20riqueza.

[14] https://economiafacil.cl/2021/09/09/distribucion-de-la-riqueza-en-chile-cepal/#:~:text=En%202017%2C%20el%2050%25%20de,%2C5%25%20de%20la%20riqueza.

[15] https://data.oecd.org/inequality/income-inequality.htm

[16] https://www.ciperchile.cl/2020/09/27/el-derecho-a-la-educacion-en-la-nueva-constitucion-chilena/

[17] https://iris.paho.org/handle/10665.2/51916

[18] https://www.worldbank.org/en/country/chile/overview#1

[19] https://presidenciales2021.servel.cl/wp-content/uploads/2021/09/PROGRAMA-GABRIEL-BORIC.pdf

[20] https://radio.uchile.cl/2021/06/18/gabriel-boric-presenta-programa-de-gobierno-esta-candidatura-va-en-serio-queremos-ganar-las-primarias-y-la-presidencial/

[21] https://www.cepal.org/es/acuerdodeescazu

[22] https://boricpresidente.cl/propuestas/crisis-climatica/

[23] https://www.jstor.org/stable/42739021

[24] https://ceeep.mil.pe/2021/12/18/los-desafios-que-enfrentara-el-proximo-gobierno-de-chile-segunda-parte/

[25] https://www.reuters.com/article/us-chile-china-idUSKCN1N65YD

[26] https://www.ansa.it/sito/photogallery/primopiano/2016/09/20/militari-in-parata-per-anniversario-indipendenza-in-cile_d4e9f7b7-7e4b-496d-92a1-6b8ed887db88.html

[27] https://www.elmostrador.cl/dia/2021/11/16/programa-de-salud-de-boric-creacion-de-fondo-universal-de-salud-y-reducir-los-tiempos-de-espera-para-acceder-a-especialistas-y-cirugias/

[28] https://www.cronista.com/internacionales/chile-tiene-nuevo-presidente-gabriel-borici-el-plan-economico-de-su-gobierno-de-izquierda/

[29] https://radio.uchile.cl/2021/06/18/gabriel-boric-presenta-programa-de-gobierno-esta-candidatura-va-en-serio-queremos-ganar-las-primarias-y-la-presidencial/

[30] https://www.sobretiza.com.ar/2021/12/20/fortalecer-la-educacion-publica-uno-de-los-ejes-de-boric/

[31] https://fontaineycia.cl/programa-tributario-de-gabriel-boric/

[32] https://boricpresidente.cl/propuestas/pensiones/

[33] https://www.ex-ante.cl/los-10-puntos-clave-del-programa-de-gobierno-que-boric-pretende-implementar-y-los-factores-que-lo-condicionan/

[34] https://www.defensa.cl/temas-de-contenido/ley-reservada-del-cobre/

[35] https://nuso.org/articulo/fuerzas-armadas-y-democracia-en-chile/

[36] https://www.elmostrador.cl/noticias/pais/2019/07/24/se-deroga-la-ley-reservada-del-cobre-congreso-despacha-a-ley-el-nuevo-sistema-de-financiamiento-para-las-ffaa/#:~:text=La%20ley%20crea%20un%20Fondo,la%20fuerza%2C%20cuando%20por%20las

[37] https://portaluchile.uchile.cl/noticias/181124/las-propuestas-presidenciales-para-defensa-y-fuerzas-armadas-

[38] https://slate.com/business/2016/01/in-chicago-boys-the-story-of-chilean-economists-who-studied-in-america-and-then-remade-their-country.html

[39] https://repositorio.cepal.org/bitstream/handle/11362/30088/S4900192_en.pdf

[40] https://www.sourcewatch.org/index.php/Albion_Patterson

[41] https://www.jstor.org/stable/20669215

[42] https://www.archives.gov/research/guide-fed-records/groups/469.html

[43] https://www.uc.cl/

[44] https://promarket.org/2021/09/12/chicago-boys-chile-friedman-neoliberalism/

[45] https://www.salvador-allende.cl/

[46] https://www.ciperchile.cl/2008/08/01/introduccion-a-allende-en-persona/

[47] https://www.salvador-allende.cl/

[48] https://www.peoplesworld.org/article/lessons-learned-50-years-after-allendes-popular-unity-government-in-chile/

[49] https://en-academic.com/dic.nsf/enwiki/964225

[50] https://www.peoplesworld.org/article/lessons-learned-50-years-after-allendes-popular-unity-government-in-chile/

[51] https://www.bcn.cl/historiapolitica/partidos_politicos/wiki/Unidad_Popular

[52] https://wsimag.com/es/economia-y-politica/63514-salvador-allende-y-la-via-chilena-al-socialismo

[53] https://www.bcn.cl/historiapolitica/resenas_biograficas/wiki/Salvador_Allende_Gossens

[54] https://www.nytimes.com/1975/01/19/archives/the-secret-committee-called-40-at-least-in-theory-it-controls-the.html

[55] http://www.derechos.org/nizkor/chile/doc/encubierta.html#C.%20LAS%20ELECCIONES%20DE%201970

[56] https://www.ilsuperuovo.it/allende-storia-di-un-golpe-democratico/

[57] http://www.memoriachilena.gob.cl/602/w3-article-3362.html

[58] https://www.soldelsaber.cl/sobre-quimantu/

[59] https://cancilleria.gob.ar/es/institucional/patrimonio/archivo-historico-de-cancilleria/la-chilena-al-socialismo ; https://bdigital.uncu.edu.ar/objetos_digitales/1019/pinedocuyo17.pdf

[60] http://www.derechos.org/nizkor/chile/doc/encubierta.html#C.%20LAS%20ELECCIONES%20DE%201970

[61] https://www.publico.es/internacional/vaticano-colaboro-eeuu-apoyando-golpe.html

[62] https://www.derechoshumanos.net/lesahumanidad/pinochet/pinochet.htm

[63]https://nsarchive.gwu.edu/briefing-book/chile/2020-09-15/extreme-option-overthrow-allende

[64] https://nsarchive.gwu.edu/project/chile-documentation-project

[65] https://elpais.com/internacional/2020-11-11/richard-nixon-si-hay-una-forma-de-desbancar-a-allende-mejor-hazlo.html ; https://www.aa.com.tr/es/pol%C3%ADtica/-qu%C3%A9-dicen-los-archivos-desclasificados-de-estados-unidos-50-a%C3%B1os-despu%C3%A9s-del-triunfo-de-allende-en-chile-/1966012

[66] http://www.derechos.org/nizkor/chile/doc/encubierta.html#C.%20LAS%20ELECCIONES%20DE%201970

[67] https://promarket.org/2021/09/12/chicago-boys-chile-friedman-neoliberalism/

[68] https://www.ciperchile.cl/2020/11/04/derribarlo-el-ataque-a-chile-ordenado-por-nixon-y-kissinger-que-muestran-los-registros-de-la-casa-blanca/

[69] https://www.elespectador.com/mundo/america/el-espectador-le-explica-las-cuestionadas-estrategias-de-ee-uu-para-tumbar-a-salvador-allende-article/

[70] https://elpais.com/internacional/2020-11-11/richard-nixon-si-hay-una-forma-de-desbancar-a-allende-mejor-hazlo.html

[71] http://www.derechos.org/nizkor/chile/doc/encubierta.html#C.%20LAS%20ELECCIONES%20DE%201970

[72] https://www.elcomercio.com/actualidad/mundo/opcion-extrema-allende-chile-eeuu.html

[73] https://nsarchive.gwu.edu/briefing-book/chile/2021-09-10/australian-spies-aided-and-abetted-cia-chile?eType=EmailBlastContent&eId=adfbac80-045f-4ce0-8657-b2ddd9be07c3

[74] https://www.france24.com/es/minuto-a-minuto/20210910-australia-apoy%C3%B3-a-la-cia-en-el-chile-de-allende-indican-registros-de-inteligencia

[75] https://nsarchive.gwu.edu/document/24682-document-7-asis-telegram-director-general-robertsons-report-santiago-station

[76] https://nsarchive.gwu.edu/briefing-book/chile/2021-04-01/brazil-aided-abetted-overthrow-salvador-allende-chile

[77] https://es.wikipedia.org/wiki/Augusto_Pinochet

[78] https://elpais.com/internacional/2020-11-11/richard-nixon-si-hay-una-forma-de-desbancar-a-allende-mejor-hazlo.html

[79] http://www.derechos.org/nizkor/chile/doc/encubierta.html#C.%20LAS%20ELECCIONES%20DE%201970

[80] “El Gobierno de Salvador Allende” – Luis Corvalàn L. – Lom Ediciones 2003 - page 116, https://obtienearchivo.bcn.cl/obtienearchivo?id=documentos/10221.1/14867/1/El_gobierno_de_Salvador_Allende.pdf

[81] https://es-academic.com/dic.nsf/eswiki/1001273

[82] https://es-academic.com/dic.nsf/eswiki/1001273

[83] http://archivoschile.org/2010/07/nuevas-evidencias-sobre-asesinato-del-general-schneider/

[84] https://es-academic.com/dic.nsf/eswiki/1001273

[85] https://interferencia.cl/articulos/el-congreso-pleno-ratifica-salvador-allende-como-presidente-de-chile

[86] https://www.elmundo.es/cultura/literatura/2019/09/11/5d77c78321efa09a6e8b466a.html

[87] https://www.laizquierdadiario.com/El-Tanquetazo-la-sublevacion-militar-que-anticipo-el-derrocamiento-de-Salvador-Allende

[88] https://www.laizquierdadiario.com/El-Tanquetazo-la-sublevacion-militar-que-anticipo-el-derrocamiento-de-Salvador-Allende

[89] https://elsiglo.cl/2020/09/11/1109-el-acuerdo-de-la-gran-traicion/

[90] http://www.derechos.org/nizkor/chile/libros/blanco/cap2.html

[91] https://memoriaviva.com/nuevaweb/criminales/criminales-m/merino-castro-jose-toribio/

[92] https://www.hemisphericinstitute.org/journal/3.1/esp/es31_pg_oquendo_villar.html

[93] https://www.ilpost.it/2013/09/11/l11-settembre-1973-in-cile/

[94] https://www.ilpost.it/2013/09/11/l11-settembre-1973-in-cile/ ; https://www.bbc.com/mundo/noticias-america-latina-45458820

[95] https://www.emol.com/noticias/Nacional/2018/09/11/920234/Cronologia-Asi-fue-minuto-a--minuto-el-dia-en-que-se-quebro-la-democracia-hace-45-anos.html

[96] https://www.txalaparta.eus/es/noticias/ultimo-discurso-antes-de-suicidarse-del-presidente-chileno-salvador-allende

[97] https://www.bbc.com/mundo/noticias/2011/07/110719_allende_suicidio_ao ; https://www.libertaddigital.com/mundo/2011-07-20/salvador-allende-se-suicido-con-un-fusil-regalado-por-fidel-castro-1276430154/

[98] Antecedentes Historico-Juridicos: años 1972-1973 – Editorial Andres Bello -1980. Page 23, http://bibliotecadigital.dipres.gob.cl/bitstream/handle/11626/16489/Antecedentes%20Historicos%20Juridicos.pdf?sequence=1&isAllowed=y

[99] https://www.bcn.cl/leychile/navegar?idNorma=237897

[100] http://www.derechos.org/nizkor/chile/libros/lnegro/cap4.html

[101] https://www.pinterest.cl/pin/396246467208505204/

[102] https://www.amnesty.ch/it/news/2013/cili/fatti-e-cifre

[103] https://elpais.com/diario/1983/03/31/internacional/417909620_850215.html

[104] https://www.redalyc.org/journal/4964/496461294003/html/

[105] https://www.jstor.org/stable/25676230

[106] https://anticapitalista.org/2013/09/13/il-cile-tra-milton-friedman-pinochet-e-il-ritorno-della-democrazia/#prettyPhoto 

[107] https://www.bbc.com/mundo/noticias-america-latina-54734477

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier