paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

73 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 déc. 2021

Grèce : les nouveaux camps de concentration

La stratégie de l'Union européenne face à la question des flux migratoires continue de se détériorer. Malgré les mauvaises expériences du passé, de nouveaux camps de concentration continuent d'être construits

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'accord de Schengen, qui a permis aux citoyens de l'UE de circuler librement sur le territoire des États membres - une merveilleuse révolution, si l'on pense qu'il y a quatre-vingts ans, ces États étaient en guerre les uns contre les autres et que les Européens mouraient comme des mouches en traversant les frontières, ou simplement en raison de leur appartenance ethnique. Mais cette révolution a créé de nouveaux problèmes, notamment liés au fait que l'Union européenne, qui est la zone la plus prospère du monde, est entourée de pays en guerre les uns contre les autres, ravagés par la violence et la misère. Il y a de plus en plus de gens qui veulent entrer, et beaucoup d'entre eux veulent importer, ce qu'ils voient comme un ennemi historique, du sang et de la destruction.

L'une des questions clés de notre époque est la suivante : nous vivons dans un pays immense, riche et libre, et nous estimons devoir aider ceux qui sont plus malheureux que nous - notamment parce que nous savons qu'une partie de leur misère est due à notre colonialisme, c'est-à-dire au fait que nous les avons pillés pendant des siècles. Mais c'est une chose de donner un foyer à un réfugié, c'en est une autre de permettre à un agresseur de commettre un massacre. Claquer la porte au nez de ceux qui demandent de l'aide, ou augmenter excessivement les contrôles conduit à une réduction de la liberté de mouvement de chacun, il faut donc trouver un équilibre apparemment inaccessible.

Ce dilemme a donné lieu à un débat profond et difficile sur le concept de "défense des frontières extérieures de l'Union", sur les règles communes à établir, tandis qu'un débat politique fait rage, empoisonné par l'opportunisme local et le populisme qui empêche les gens de voir les choses clairement. Nous devons être en mesure de réguler l'afflux d'immigrants, dont nous avons un besoin urgent si nous voulons garantir notre niveau de prospérité également pour les nouvelles générations, en raison de notre taux de natalité négatif ; nous devons essayer d'empêcher l'entrée des personnes mal intentionnées ; nous devons éviter que les peuples en fuite ne deviennent l'arme de chantage des régimes dictatoriaux (en particulier la Russie et la Turquie) qui les lancent à nos frontières pour nous attirer des ennuis ou les enferment dans des camps de concentration en échange de nos concessions politiques, diplomatiques et économiques.

Frontex

La tâche de faire respecter les règles européennes a été initialement déléguée à un office interne, Frontex, qui a été créé pour remédier au manque de coopération entre les gouvernements : en 2004, l'office a évolué pour devenir l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes, dirigée par un fonctionnaire civil, le Français Fabrice Leggeri[2], et le ministre slovène de l'intérieur Marko Gašperlin[3] : la nouvelle agence Frontex est composée de représentants des 26 États membres de l'UE qui ont signé le traité de Schengen, ainsi que de représentants de l'Irlande, de l'Islande, du Liechtenstein, de la Norvège et de la Suisse[4]. La nouvelle agence, à l'initiative des pays méditerranéens (Espagne, Malte, Grèce et Italie), est également chargée des patrouilles côtières et de la récupération des immigrants illégaux perdus en mer[5]

Au fil des ans, Frontex a augmenté son budget et son influence[6]. Selon les accords, aujourd'hui, un État membre soumis à une pression telle à ses frontières qu'il n'est plus en mesure d'y faire face avec sa propre police des frontières peut demander le déploiement d'équipes d'intervention rapide pour l'aider. Un système de surveillance commun appelé EUROSUR a été créé, avec l'approbation de l'article 1624 de 2016, l'Union européenne, a commencé les pratiques nécessaires pour un garde-frontière supranational et de l'UE, équipé également d'un forum consultatif député pour protéger les droits de l'homme de ceux qui tentent d'entrer illégalement, et introduit un mécanisme de plainte individuelle[7] .

La situation juridique de Frontex est celle de toutes les agences, qui "sont en fait des entités juridiques distinctes, créées pour accomplir des tâches spécifiques", et sont donc des institutions qui, dans la gestion de leurs activités, sont responsables devant la Commission et non directement devant les différents États membres, acquérant ainsi une plus grande indépendance que les autres offices de l'Union[8] . Elle jouit d'une plus grande indépendance qu'Europol, le corps d'agents qui permet de mener des enquêtes criminelles et des opérations antiterroristes sans tenir compte des frontières nationales[9].

Le lancement des activités de Frontex a eu lieu au poste de contrôle Kapitan Andreevo, la porte d'entrée de l'Union européenne pour les personnes arrivant de Turquie par la principale autoroute de Bulgarie[10], et son succès a été si remarquable qu'il a conduit à des mises à jour continues du budget annuel : 143 millions d'euros en 2015[11] , 238 millions en 2016[12] , 281 millions en 2017 [13], jusqu'à 420,6 millions d'euros dépensés en 2020[14] et 543 millions d'euros prévus pour 2021[15] , auxquels il faut ajouter 140 millions d'euros supplémentaires pour la construction des bureaux de Varsovie, dans lesquels travailleront, à partir de 2026, plus de deux mille employés administratifs [16], auxquels il faut ajouter les dix mille agents qui formeront l'ossature de Frontex en 2027[17].

Le catalogue des domaines d'intervention de Frontex est impressionnant : (a) fournir une évaluation de la vulnérabilité des frontières des différents États membres ; (b) organiser des opérations conjointes et des interventions rapides aux frontières pour répondre aux problèmes créés par l'immigration clandestine et la criminalité transfrontalière ; (c) aider la Commission à coordonner les équipes de soutien demandées par un État individuel en cas de détresse exceptionnelle aux frontières ; (d) assurer une action urgente aux frontières extérieures ; (e) fournir une assistance technique et opérationnelle à l'appui des opérations de sauvetage des personnes ayant besoin d'être secourues en mer ; (f) contribuer à la mise en place d'une équipe internationale d'intervention d'urgence composée (initialement) de 1500 gardes ; (g) désigner des officiers de liaison de l'Agence dans les États membres ; (h) organiser, coordonner et effectuer des opérations de retour et des interventions ; (i) promouvoir la coopération opérationnelle entre les États membres et les pays tiers en matière de gestion des frontières[18] .

La guerre civile en Syrie, l'augmentation du nombre d'immigrants illégaux et certains scandales, comme le soupçon que les gardes-frontières grecs avaient pris l'habitude de refouler toute personne arrivant de Turquie, même en violation des lois européennes sur l'aide aux réfugiés politiques et aux survivants de la guerre, ont convaincu les pays indisciplinés[19]. Selon une enquête du journal britannique The Guardian, malgré l'entrée en fonction de Frontex, 40 000 demandeurs d'asile ont été refoulés illégalement au cours de la dernière décennie, entraînant 2 000 décès - des allégations qui font l'objet d'une enquête de l'OLAF (Agence antifraude de l'Union européenne)[20].

L'enquête, ouverte en 2020, identifie plusieurs incidents suspects - des soupçons qui ont conduit certains fonctionnaires, y compris des hauts responsables, à quitter l'agence[22]. La presse internationale s'est déchaînée, et en octobre 2020, l'hebdomadaire allemand Der Spiegel a également publié une enquête glaçante sur les erreurs et les méfaits des agents frontaliers européens[23]. En particulier, les garde-côtes grecs (HCG) ont été accusés de violations répétées du droit communautaire[24]. Le 7 décembre 2020, l'OLAF a ordonné une perquisition des bureaux du directeur exécutif, Fabrice Leggeri, ainsi que de son chef de cabinet, Thibauld de La Haye Jousselin, et a trouvé de nouvelles preuves de violations des droits de l'homme[25].

Ces violations ont deux procédures : a) HCG empêche les migrants en mer de débarquer, soit en bloquant le canot jusqu'à ce qu'il n'ait plus de carburant, soit en désactivant le moteur. Lorsque le moteur ne fonctionne plus, le canot est laissé à la dérive pour que les vagues le ramènent dans les eaux territoriales turques[26] ; b) les migrants qui ont atteint la plage sont arrêtés, chargés sur un nouveau canot, remorqués en mer et abandonnés à leur sort[27]. Cela aurait dû changer avec Frontex[28]. Néanmoins, la barbarie continue[29].

Fabrice Leggeri tente de dédramatiser : le 24 juillet 2020, lors d'une audition devant la commission des libertés civiles du Parlement européen, il n'a admis qu'un seul incident[30], ce qui contraste fortement avec les affirmations des journalistes qui enquêtent sur l'opération Poséidon (nom donné aux activités de Frontex en mer Égée) et qui observent les mouvements des navires de l'UE depuis des mois[31]. Les allégations de M. Leggeri[32] n'ont pas amené la commissaire aux affaires intérieures, Ylva Johansson, à renoncer à sa demande de réunion urgente et extraordinaire du conseil d'administration de Frontex[33], ni le médiateur européen, Emily O'Reilly, à ouvrir une enquête[34], qui a été clôturée le 15 juin 2021[35] avec l'épitaphe suivante : "Le médiateur trouve regrettable le retard de Frontex dans la mise en œuvre des importants changements introduits par le règlement 2019/1896. Cependant, la situation étant en cours de résolution, le Médiateur ne considère pas qu'il soit justifié d'approfondir l'affaire"[36] .

Mais cela ne contribue pas à calmer les eaux. Selon le journal grec Kathimerini, Fabrice Leggeri aurait "activement résisté" au recrutement des 40 agents chargés des droits de l'homme, considérant que cette question n'était pas prioritaire[37]. Selon le journal, le directeur a "fait comprendre à plusieurs reprises au personnel" que "Frontex n'est pas un service de sauvetage coûteux" et a fait comprendre au personnel opérationnel que le signalement de refoulements illégaux porterait atteinte à la carrière du personnel de Frontex[38].

Selon la même source, le signalement des incidents est "intentionnellement centralisé pour être lent, lourd et très discret"[39]. Parmi les principales opérations de Frontex figurent l'opération conjointe Themis (Italie), l'opération conjointe Poseidon Sea (Grèce), les opérations Indalo et Minerva (Espagne), les Balkans occidentaux (Albanie, Monténégro) et des activités en Bulgarie et en Hongrie[40]. Dans la presse internationale, Frontex est toujours qualifiée de "mains sales de l'Union européenne"[41]. Selon des experts, comme le professeur Giuseppe Campesi, professeur de sciences politiques à Rome et collaborateur de nombreuses revues de philosophie du droit, l'expérience Frontex est une sorte de laboratoire à ciel ouvert dans lequel on essaie de comprendre dans quelle mesure la population européenne, effrayée par l'immigration, est prête à accepter des violations des droits de l'homme et même des massacres à ses frontières[42].

La stratégie d'externalisation des frontières

Campesi souligne le fait que, bien que Frontex agisse de manière indépendante, ses agents poursuivent une politique qui n'est pas soumise au contrôle de l'électorat[44] : "Les organes exécutifs de Frontex sont en fait composés de représentants des gouvernements et des chefs des polices nationales des frontières. Donc la stratégie globale est décidée au niveau politique, (...) dans une stratégie qui repose sur la coopération de pays tiers, comme la Turquie (...) ou ce qu'on appelle les garde-côtes libyens, non pas tant pour rejeter mais pour ramener les migrants (...). C'est pourquoi l'Agence a essayé, dans la mesure du possible, de ne pas procéder directement à des rejets, mais a coopéré activement en offrant un soutien logistique aux activités de "pull-back" menées par les agences des pays tiers avec lesquels nous coopérons"[45].

Il s'ensuit que l'inaction produite par les enquêtes contre Frontex a sa raison d'être dans l'esprit réel avec lequel l'Union européenne gère les flux migratoires : les limiter autant que possible, peu importe comment ; éviter de devoir prendre en charge l'accueil, en se justifiant par les méfaits des régimes avec lesquels nous avons des frontières. C'est la raison de la stratégie dite d'externalisation des frontières, c'est-à-dire l'exportation du blocage des migrants vers des pays tiers avant qu'ils n'atteignent l'Europe[46].

Cela explique la contradiction entre la politique officielle des différents membres de l'Union et du Parlement à Bruxelles d'une part, et celle de Frontex d'autre part : cette dernière doit rester aussi secrète que possible. Incapable de développer une politique efficace de régulation des flux (en allant chercher les travailleurs nécessaires directement dans les pays d'origine, rendant inutiles les voyages tragiques et aventureux des clandestins), de rapatriement des vrais clandestins, de lutte contre la gestion des flux par les régimes dictatoriaux et le crime organisé, et de véritable intégration de la main-d'œuvre acquise, l'Union dépense des centaines de millions pour cacher son incapacité.

Grâce à des accords confidentiels, le trésor de l'UE finance des régimes et des milices au Maroc, en Libye, en Turquie et en Égypte[47]. Si elle cessait de le faire, ces pays fermeraient leurs camps de concentration et escorteraient tous les migrants jusqu'à la frontière européenne[48]. Ces accords devraient être débattus et autorisés par les parlements des 26 États, mais dans la pratique, tous utilisent aujourd'hui la stratégie d'externalisation des frontières[49], bien que dans le passé, l'Italie et la Grèce aient été les victimes de cette stratégie, devant assumer l'entière gestion des immigrants illégaux. En cas d'échec des accords d'externalisation, l'UE a décidé de mettre en place des "hot-spots", un nom fantaisiste pour les camps de réfugiés classiques, situés à quelques kilomètres des frontières extérieures[50].

L'idée est née en mars 2020, lorsque le président Erdogan a annoncé, après l'intensification des affrontements en Syrie, l'envoi de " millions de réfugiés " en Europe : ce mois-là, 13 000 réfugiés se sont entassés le long de la frontière terrestre gréco-turque[51], longue de 212 km. Le Premier ministre grec Kyriakos Mītsotakīs a déclaré l'état d'urgence[52], ordonné la fermeture des frontières, déployé les forces armées et suspendu le droit de demander l'asile politique : autant de mesures motivées par une prétendue "pression" causée par "une mobilisation populaire importante et soudaine"[53].

Dans le même temps, Athènes a demandé le déploiement immédiat de troupes spéciales[54], ce à quoi Frontex a répondu positivement le 12 mars[55], tandis qu'en séance plénière, la délégation grecque a fait référence à la procédure de l'article 78 du TFUE pour justifier sa décision[56] : "Lorsqu'un ou plusieurs États membres sont confrontés à une situation d'urgence caractérisée par un afflux soudain de ressortissants de pays tiers, le Conseil, sur proposition de la Commission, peut adopter des mesures temporaires au profit du ou des États membres concernés. Il statue après consultation du Parlement européen"[57] . Une consultation qui n'a jamais eu lieu.

Comme c'était logique. L'intervention extraordinaire de Frontex n'a rien changé, si ce n'est que la frontière bulgaro-turque est tellement encombrée que les chauffeurs de camions en transit doivent attendre plus d'une journée, le long d'une colonne de plus de 40 km qui, de toute façon, rend l'efficacité des contrôles risible : la route des Balkans est aujourd'hui encore plus utilisée qu'il y a deux ans[58]. La vague de fugitifs s'est dispersée dans des camps improvisés, véritables prisons à ciel ouvert, dans lesquels, depuis 2016, plus de 40 000 personnes s'entassent sans espoir d'en sortir, dans des conditions d'hygiène terribles, sous des tentes entourées de boue[59] , avec la population locale qui proteste aux portes, fomentée par les mouvements d'extrême droite helléniques [60]

L'enfer de Mória

Le principal point chaud improvisé pendant les mois les plus difficiles de 2016 est le centre d'accueil et d'identification de Mória, du nom d'un village près de Mytilène sur l'île de Lesbos, et a été, tant qu'il a existé, le plus grand d'Europe : clos de barbelés et de grillage, le camp militaire a été évalué par un cadre de Médecins sans frontières comme " le pire camp de réfugiés au monde " [62]. Il a été créé à la hâte pour accueillir un maximum de 3 000 personnes pour une période de six mois maximum, mais lorsqu'il a été détruit par un incendie en septembre 2020, il abritait plus de 20 000 personnes, dont 7 000 enfants[63].

Au fil des ans, le camp a été étendu à l'oliveraie voisine, connue sous le nom de "jungle de Moria", où les logements ont été construits en carton ondulé et en bâches en plastique. Les migrants ont utilisé des oliveraies séculaires pour se chauffer, suscitant la haine d'une population consternée par les crimes commis par ceux qui fuient le camp[64]. Le Suisse Jean Ziegler, qui s'est rendu à Mória en 2019 en tant qu'envoyé de l'ONU, l'a qualifié de " renaissance d'un Lager nazi sur le sol européen "[65] . Lorsque, dans la soirée du 8 septembre 2020, le camp a été presque entièrement détruit par un incendie, les réfugiés se sont retrouvés dans les rues, effrayés et sans endroit où aller. L'intervention de Frontex a consisté à tirer des gaz lacrymogènes sur la foule des insulaires qui protestaient contre cette situation insupportable[66] .

Le 15 septembre, les autorités grecques ont annoncé qu'elles avaient arrêté cinq hommes accusés d'avoir délibérément mis le feu[67], ce qui n'a pas empêché la responsable de la campagne d'Oxfam sur les migrations, Evelien van Roemburg, de qualifier les événements de Mória de "tragédie humanitaire" causée par "les réponses trompeuses données depuis des années par l'Union européenne et ses États membres aux personnes fuyant les conflits et les persécutions"[68]. Cette dénonciation fait écho à celle de Marco Sandrone, responsable de Médecins Sans Frontières à Lesbos, qui a demandé une enquête sur la responsabilité politique de la catastrophe des hot-spots grecs[69].

Dans la presse internationale, la tragédie de Mória est devenue l'occasion de braquer les projecteurs sur le désastre de la politique européenne d'immigration, initiée par le pape François[70] Ier après s'être rendu personnellement sur les décombres du camp[71] , et poursuivie par la bouche de nombreuses célébrités, comme l'actrice Angelina Jolie, qui avait déjà rencontré les réfugiés du camp de Mória en mars 2016 pour témoigner et insister sur l'importance d'un plus grand engagement de la part du CDH et du gouvernement grec [72]. Alors que la justice grecque a condamné les réfugiés afghans responsables de l'incendie[73], le gouvernement d'Athènes a déplacé les migrants vers un nouveau camp sur la péninsule voisine de Kara Tepe, déjà connu sous le nom de Mória 2.0 [74].

À l'indignation générale, l'Union européenne a voté un Pacte sur les migrations, qui proclame l'inviolabilité des droits de l'homme des réfugiés et rend Frontex et les États-nations responsables des violations, mais ne dit pas comment les empêcher[75]. Deux outils sont testés : le Migration and Technology Monitor[76] et le Refugee Lab[77], deux projets d'automatisation et de numérisation de la surveillance des camps[78], dont les produits les plus avancés sont des drones équipés de capteurs biométriques et capables de décider automatiquement de leurs propres interventions[79]. La direction de Frontex a fièrement annoncé, le 26 mars 2021, qu'elle avait obtenu des résultats exceptionnels en matière de "contrôle automatisé des frontières, de reconnaissance des objets pour détecter les véhicules ou les marchandises suspects, et d'utilisation de l'analyse des données géospatiales pour la connaissance opérationnelle et la détection des menaces"[80].

Entre-temps, les associations internationales de protection des droits de l'homme se déchaînent et exigent la fermeture immédiate des hot-spots[82], si bien que le 23 septembre 2020, le Parlement européen prend une nouvelle décision : déléguer les décisions en matière de migration à un personnel de huit fonctionnaires, nommés par le HOME (Directorate General for Migration and Home Affairs), qui supervise également Frontex[83]. Le personnel devient un bureau de l'UE totalement indépendant, appelé TFMM (Task Force Migration Management[84]) et est confié à une fonctionnaire européenne de longue date, Beate Gminder, de Bavière[85].

De cette manière, le débat constructif sur les questions migratoires est complètement annulé, car elles deviennent une simple question d'ordre public, et sont traitées de manière policière par une entité qui répond vaguement à HOME mais qui, en pratique, est née indépendante et avec son propre budget, qui est en train d'être défini ces semaines-ci[86]. La première et unique décision du TFMM est de construire six nouveaux camps de concentration sur le territoire grec : à Lesvos, Samos, Chios, Leros et Kos, dont la principale mesure de protection des droits de l'homme est "la vidéosurveillance avec des algorithmes d'analyse de mouvement qui surveillent le comportement et les mouvements des résidents du centre"[87] .

La ministre de l'intérieur, Mme Ylva Johansson, a déclaré le 24 mars 2021 que les nouveaux camps ne seront pas "fermés"[88] et que les systèmes de surveillance complexes servent à rassurer la population locale qui, selon les plans de TFMM, aurait un contact direct et personnel avec les "invités" des camps[89] . Alors que les travaux dans les autres camps se déroulent dans le secret de la défense militaire des sites, le nouveau camp de Samos est inauguré le 18 septembre 2021 par Mme Gminder : le fait est un choc pour tous ceux qui sont concernés par les questions de migration. Comme l'explique le célèbre commentateur de télévision Jan Böhmermann, en souriant à travers les dents serrées, le fait qu'un citoyen allemand soit à la tête d'une série de camps de concentration construits aux confins de l'Empire est quelque chose qui laisse un goût très désagréable dans la bouche[90].

La nouvelle structure est isolée, entourée de barbelés, de scanners à rayons X et de portes magnétiques, et contrôlée par une importante force de police ; les seuls points de rencontre sont à l'intérieur, il n'y a pas de places à l'extérieur : les "invités" deviennent donc invisibles et les procédures de rejet ne sont plus soumises à aucune protection juridique[91]. Comme le souligne Anna Clementi de l'association Lungo la Rotta Balcanica[92], Samos "fait partie d'un système qui marginalise les migrants et les piège, compte tenu également des longs délais de la procédure de demande de protection internationale". Le gouvernement ne semble pas intéressé à lancer des projets d'inclusion mais, au contraire, à rendre leur séjour dans le pays "insupportable"[93].

Tout cela coûte une fortune en investissements militaires et administratifs, mais aussi une aide supplémentaire au gouvernement grec pour qu'il accepte la situation et ne puisse être accusé d'être partie prenante dans les violations des droits de l'homme[94]. Le ministre grec des problèmes d'immigration, Notis Mitarachi, s'est dit enthousiasmé par le fait que la responsabilité des camps de concentration incombe à l'Union européenne, et encore plus par les 3 milliards d'euros de crédits de Bruxelles pour maintenir une structure administrative et de surveillance efficace, et pour continuer à gérer le point chaud de Kara Tepe[95].

Le nouveau centre pour migrants, ouvert le 18 septembre 2021 sur l'île de Samos[96]

Mme Johansson ne voit pas d'alternative : "Depuis trois ans, aucun progrès n'a été accompli dans la recherche d'une solution politique", a-t-elle déclaré, ajoutant que la Grèce et les pays méditerranéens ont souffert de la réticence des autres États membres de l'UE à accueillir des réfugiés[97]. Il y a quelques jours, à l'invitation de Mme Johansson, l'UE a alloué 276 millions d'euros supplémentaires pour construire des "installations fermées dotées d'une double clôture de type OTAN, d'entrées strictement contrôlées et de systèmes de protection contre les incendies", soit exactement le contraire de ce qu'a déclaré Mme Gminder il y a trois mois à peine[98] .

Voilà comment l'Europe réagit à la révocation, en février 2019, des accords sur les migrants conclus entre l'UE et la Turquie le 18 mars 2016[99] . Un accord selon lequel, en échange d'un prêt sans intérêt de 3 milliards d'euros, la Turquie s'engageait à détenir les migrants qui traversaient son territoire pour rejoindre la Grèce[100] . Alors que d'un côté on ouvre les camps, craignant une avalanche aux frontières grecques, de l'autre le régime turc cède : le chypriote Christos Stylianidīs, commissaire européen à l'aide humanitaire, a convaincu le Parlement de Bruxelles d'allouer 6 milliards d'euros aux camps de concentration turcs[101].

Quelques semaines plus tard, ce chiffre a encore augmenté de 663 millions[102], et l'ensemble de la commission a étonnamment donné son avis favorable à la reprise des ventes d'armes à la Turquie - des armes qui, bien sûr, seront utilisées pour réprimer le peuple turc et poursuivre la tentative de génocide des Kurdes[103]. Ce n'est toujours pas suffisant. En juin 2021, Erdogan a également mis sur la table la demande de reconnaissance de son rôle militaire en Méditerranée en tant que parrain des milices rebelles libyennes - un projet qui, s'il était accepté, signifierait avoir la marine turque devant la Sicile et la Sardaigne, et donnerait au régime d'Ankara la gestion des millions de réfugiés qui, pour atteindre l'Europe, choisissent les côtes de la Libye[104]. Une vision cauchemardesque.

Mais c'est là le véritable mal de l'Union européenne : elle reproduit à grande échelle ce qui était déjà malsain dans les États-nations, à savoir, tout d'abord, la tendance à éviter, aussi longtemps que possible, de s'attaquer au cœur des problèmes les plus importants, en essayant d'en réduire l'impact par des mesures (très coûteuses) décidées en fonction du sentiment populaire du moment. Dans notre cas, tant que Bruxelles n'aura pas une véritable politique commune proactive en matière de gestion des flux migratoires, il y aura toujours plus de camps de concentration et de violence, dans l'espoir (vain) que ceux qui se pressent aux frontières décident de s'arrêter et de rentrer chez eux. Un "miracle" qui, avec l'augmentation de la misère, les guerres locales et le réchauffement de l'atmosphère, est impossible. Qui sait ce que nous ferons lorsque, dans quelques années, le nombre actuel de réfugiés aura décuplé.

[1] https://sea-watch.org/frontex_crimes/

[2] https://st.ilsole24ore.com/art/mondo/2015-03-06/da-frontex-triton-cos-e-frontex--230406.shtml?uuid=ABo0Fd5C

[3] https://frontex.europa.eu/about-frontex/who-we-are/management-board/

[4] https://frontex.europa.eu/about-frontex/who-we-are/management-board/

[5] https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/it/IP_15_6327 ; https://www.consilium.europa.eu/it/press/press-releases/2016/09/14/european-border-coast-guard/

[6] https://altreconomia.it/nuovo-bilancio-frontex/

[7] https://www.meltingpot.org/IMG/pdf/tesi_scquizzato.pdf

[8] https://european-union.europa.eu/institutions-law-budget/institutions-and-bodies/institutions-and-bodies-profiles_it

[9] https://www.internazionale.it/opinione/francesca-spinelli/2021/11/04/frontex-campagna-abolizione

[10] https://frontex.europa.eu/media-centre/multimedia/photos/frontex-the-european-border-and-coast-guard-agency-launch-2016-3P9Uls

[11] https://frontex.europa.eu/assets/Key_Documents/Budget/Budget_2015_N3.pdf

[12] https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/MEMO_15_6332

[13] https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/MEMO_15_6332

[14] https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/IP_19_2809

[15] https://frontex.europa.eu/assets/Key_Documents/Budget/Budget_2021.pdf

[16] https://www.internazionale.it/opinione/francesca-spinelli/2021/11/04/frontex-campagna-abolizione

[17] https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/ip_19_2166

[18] https://www.consilium.europa.eu/it/press/press-releases/2016/09/14/european-border-coast-guard/ ; https://eur-lex.europa.eu/legal-content/IT/TXT/?uri=celex%3A32013R1052 ; https://eur-lex.europa.eu/legal-content/IT/TXT/?uri=celex%3A32016R1624  ; https://eur-lex.europa.eu/legal-content/IT/TXT/HTML/?uri=LEGISSUM:4426621

[19] https://www.nytimes.com/2020/11/26/world/europe/frontex-migrants-pushback-greece.html ; https://eur-lex.europa.eu/legal-content/IT/TXT/?uri=celex%3A32013R1052

[19] https://eur-lex.europa.eu/legal-content/IT/TXT/?uri=celex%3A32016R1624 ; https://eur-lex.europa.eu/legal-content/IT/TXT/HTML/?uri=LEGISSUM:4426621

[20] https://www.theguardian.com/global-development/2021/may/05/revealed-2000-refugee-deaths-linked-to-eu-pushbacks ; https://theconversation.com/frontex-should-eu-agency-linked-to-thousands-of-deaths-from-border-pushbacks-be-responsible-for-migrant-safety-156542 ; https://www.politico.eu/article/olaf-opens-investigation-on-frontex-for-allegations-of-pushbacks-and-misconduct/ ; https://voelkerrechtsblog.org/a-pushback-against-international-law/

[21] https://frontex.europa.eu/we-support/main-operations/operation-poseidon-greece-/

[22] https://www.politico.eu/article/olaf-opens-investigation-on-frontex-for-allegations-of-pushbacks-and-misconduct/

[23] https://www.bellingcat.com/news/2020/10/23/frontex-at-fault-european-border-force-complicit-in-illegal-pushbacks/

[24] https://www.nytimes.com/2020/08/14/world/europe/greece-migrants-abandoning-sea.html ; https://www-ecchr-eu.translate.goog/en/glossary/push-back/?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=it&_x_tr_hl=it&_x_tr_pto=op,sc

[25] https://www.theguardian.com/global-development/2021/may/05/revealed-2000-refugee-deaths-linked-to-eu-pushbacks ; https://theconversation.com/frontex-should-eu-agency-linked-to-thousands-of-deaths-from-border-pushbacks-be-responsible-for-migrant-safety-156542 ; https://www.politico.eu/article/olaf-opens-investigation-on-frontex-for-allegations-of-pushbacks-and-misconduct/ ; https://voelkerrechtsblog.org/a-pushback-against-international-law/

[26] https://www.bellingcat.com/news/2020/10/23/frontex-at-fault-european-border-force-complicit-in-illegal-pushbacks/

[26] https://www-bellingcat-com.translate.goog/news/uk-and-europe/2020/06/23/masked-men-on-a-hellenic-coast-guard-boat-involved-in-pushback-incident/?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=it&_x_tr_hl=it&_x_tr_pto=op,sc

[27] https://www-bellingcat-com.translate.goog/news/uk-and-europe/2020/05/20/samos-and-the-anatomy-of-a-maritime-push-back/?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=it&_x_tr_hl=it&_x_tr_pto=sc ; https://www.bellingcat.com/news/2020/10/23/frontex-at-fault-european-border-force-complicit-in-illegal-pushbacks/

[28] https://www.bellingcat.com/news/2020/10/23/frontex-at-fault-european-border-force-complicit-in-illegal-pushbacks/ ; https://www.unhcr.org/uk/1951-refugee-convention.html

[29] https://www.bellingcat.com/app/uploads/2020/10/FOI-3-ΔΔΜΕ_564_ΧΡΙΣΤΙΔΗΣ-SPIEGEL-ARD-LIGHTHOUSE-REPORTSBELLINGCAT-TX-ASAHI._signed.pdf ; https://www.bellingcat.com/news/2020/10/23/frontex-at-fault-european-border-force-complicit-in-illegal-pushbacks/

[30] https://www.bellingcat.com/app/uploads/2020/10/FOI-1-20200724_ED-reply-to-LIBE-Chairman.pdf

[31] https://www.bellingcat.com/news/2020/10/23/frontex-at-fault-european-border-force-complicit-in-illegal-pushbacks/ ; https://frontex.europa.eu/we-support/main-operations/operation-poseidon-greece-/

[32] https://www-politico-eu.translate.goog/article/fabrice-leggeri-frontex-eu-border-agency-migrant-pushback-allegations/?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=it&_x_tr_hl=it&_x_tr_pto=op,sc

[33] https://www-politico-eu.translate.goog/article/migration-pushback-eu-frontex-meeting/?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=it&_x_tr_hl=it&_x_tr_pto=sc

[34] https://www.ombudsman.europa.eu/export-pdf/en/143108 ; https://www.ombudsman.europa.eu/export-pdf/en/134739

[35] https://www.ombudsman.europa.eu/export-pdf/en/134739

[36] https://www.ombudsman.europa.eu/export-pdf/en/143108 ; https://www.ombudsman.europa.eu/export-pdf/en/143159

[37] https://www.ekathimerini.com/news/261205/olaf-raided-eu-border-chiefs-office-over-migrant-pushback-claims/

[38] https://www.ekathimerini.com/news/261205/olaf-raided-eu-border-chiefs-office-over-migrant-pushback-claims/

[39] https://www.ekathimerini.com/news/261205/olaf-raided-eu-border-chiefs-office-over-migrant-pushback-claims/

[40] https://frontex.europa.eu/about-frontex/faq/frontex-operations/

[41] https://www.hrw.org/report/2011/09/21/eus-dirty-hands/frontex-involvement-ill-treatment-migrant-detainees-greece

[42] https://www.meltingpot.org/2021/02/frontex-la-polizia-di-frontiera-come-strumento-di-esternalizzazione-dei-confini-europei/ ; https://www.deriveapprodi.com/prodotto/polizia-della-frontiera/

[43] https://www.novinite.com/articles/200532/20+Kilometers+Long+Truck+Queue+on+Kaptain+Andreevo+Border+Checkpoint+-+Drivers+Left+3+without+Toilet+and+Water+for+3+Days

[44] https://www.meltingpot.org/2021/02/frontex-la-polizia-di-frontiera-come-strumento-di-esternalizzazione-dei-confini-europei/

[45] https://www.meltingpot.org/2021/02/frontex-la-polizia-di-frontiera-come-strumento-di-esternalizzazione-dei-confini-europei/

[46] https://www.meltingpot.org/2021/02/frontex-la-polizia-di-frontiera-come-strumento-di-esternalizzazione-dei-confini-europei/

[47] https://www.meltingpot.org/tag/ceuta-e-melilla/

[48] https://www.meltingpot.org/2020/03/canali-umanitari-subito-immediata-evacuazione-dalla-grecia-e-dalla-turchia/#.YCDwM-rSLQU

[49] https://altreconomia.it/frontiera-buon-affare-inchiesta/

[50] https://www.meltingpot.org/2021/02/frontex-la-polizia-di-frontiera-come-strumento-di-esternalizzazione-dei-confini-europei/

[51] https://www.meltingpot.org/2020/03/canali-umanitari-subito-immediata-evacuazione-dalla-grecia-e-dalla-turchia/#.YCDwM-rSLQU

[52] https://www.meltingpot.org/2020/03/la-grecia-sospende-i-diritti-umani-fondamentali-ai-richiedenti-asilo/ ; https://www.facebook.com/537310533084501/posts/1523758971106314/?app=fbl

[53] https://www.meltingpot.org/2020/03/canali-umanitari-subito-immediata-evacuazione-dalla-grecia-e-dalla-turchia/#.YCDwM-rSLQU   https://www.meltingpot.org/2020/03/la-grecia-sospende-i-diritti-umani-fondamentali-ai-richiedenti-asilo/ ; https://www.facebook.com/537310533084501/posts/1523758971106314/?app=fbl

[54] https://twitter.com/Frontex/status/1234400265685684224

[55] https://frontex.europa.eu/media-centre/news/news-release/frontex-launches-rapid-border-intervention-on-greek-land-border-J7k21h

[56] https://www.meltingpot.org/2020/03/la-grecia-sospende-i-diritti-umani-fondamentali-ai-richiedenti-asilo/

[57] https://www.meltingpot.org/2020/03/la-grecia-sospende-i-diritti-umani-fondamentali-ai-richiedenti-asilo/

[58] https://www.novinite.com/articles/200532/20+Kilometers+Long+Truck+Queue+on+Kaptain+Andreevo+Border+Checkpoint+-+Drivers+Left+3+without+Toilet+and+Water+for+3+Days

[59] https://www.meltingpot.org/2020/03/canali-umanitari-subito-immediata-evacuazione-dalla-grecia-e-dalla-turchia/#.YCDwM-rSLQU

[60] https://www.meltingpot.org/tag/isola-di-lesvos/ ; https://www.meltingpot.org/tag/isola-di-chios/

[61] https://www.tagesspiegel.de/politik/fluechtlingslager-moria-der-brand-das-lager-und-das-leid/26173488.html

[62] https://www.youtube.com/watch?v=8v-OHi3iGQI

[63] https://www.bbc.com/news/world-europe-45271194

[64] https://www.hrw.org/news/2016/05/19/greece-refugee-hotspots-unsafe-unsanitary ; https://www.protothema.gr/greece/article/993437/metanasteutiko-moria-afanizodai-aionovia-elaiodedra-kai-ginodai-kausimi-uli/

[65] https://www.illustre.ch/magazine/jean-ziegler-avons-recree-camps-concentration

[66] https://www.theguardian.com/world/2020/sep/12/greek-riot-police-fire-teargas-at-refugees-campaigning-to-leave-lesbos

[67] https://www.ilfattoquotidiano.it/2020/09/15/moria-arrestate-cinque-persone-per-lincendio-del-campo-migranti-a-lesbo-berlino-fa-sapere-che-accogliera-oltre-1-500-sfollati/5932293/

[68] https://www.ilfattoquotidiano.it/2020/09/09/incendio-nel-campo-migranti-a-lesbo-migliaia-di-sfollati-le-autorita-greche-fiamme-appiccate-dai-profughi-per-protesta/5925499/

[69] https://www.ilfattoquotidiano.it/2020/09/09/incendio-nel-campo-migranti-a-lesbo-migliaia-di-sfollati-le-autorita-greche-fiamme-appiccate-dai-profughi-per-protesta/5925499/

[70] https://www.agi.it/cronaca/video/2020-09-13/papa-profughi-lesbo-accoglienza-umana-dignitosa-9647775/

[71] https://www.corriere.it/esteri/16_aprile_16/papa-partita-visita-lampo-lesbo-andra-campi-profughi-tsipras-e4e1ecba-0392-11e6-b48d-5f404ca1fec7.shtml

[72] https://www.reuters.com/article/us-europe-migrants-greece-jolie-idCAKCN0WJ2LE

[73] https://www.swissinfo.ch/ita/tutte-le-notizie-in-breve/grecia--4-afghani-condannati-a-10-anni--incendiarono-campo-moria/46701498

[74] https://euractiv.it/section/migrazioni/opinion/moria-2-0-il-campo-profughi-dove-lue-prova-nuove-tecnologie-di-sorveglianza/

[75] https://euromedrights.org/wp-content/uploads/2021/05/EN_4AnalysisPACT.pdf

[76] https://www.migrationtechmonitor.com

[77] https://refugeelab.ca

[78] https://www.euractiv.com/section/digital/opinion/surveillance-on-the-seas-europes-new-migration-pact/

[79] https://edri.org/wp-content/uploads/2020/11/Technological-Testing-Grounds.pdf

[80] https://frontex.europa.eu/media-centre/news/news-release/artificial-intelligence-based-capabilities-for-european-border-and-coast-guard-1Dczge

[81] https://www.migrationtechmonitor.com/news

[82] https://twitter.com/g_christides/status/1376474319828713473?s=20

[83] https://ec.europa.eu/home-affairs/agencies_en

[84] https://ec.europa.eu/home-affairs/policies/migration-and-asylum/task-force-migration-management/about-task-force-migration-management_en

[85] https://ec.europa.eu/info/persons/beate-gminder_en

[86] https://ec.europa.eu/home-affairs/policies/migration-and-asylum/task-force-migration-management/about-task-force-migration-management_en

[87] https://05cd942b-77f4-4d21-b3ea-797e75ad39b3.filesusr.com/ugd/0d6197_61731d4c32f245648587332a279e5033.pdf

[88] https://ec.europa.eu/commission/commissioners/2019-2024/johansson/blog/spring-best-time-prepare-winter-why-i-am-visiting-lesvos-now_en

[89] https://ec.europa.eu/commission/commissioners/2019-2024/johansson/blog/spring-best-time-prepare-winter-why-i-am-visiting-lesvos-now_en

[90] https://www.zdf.de/comedy/zdf-magazin-royale/zdf-magazin-royale-vom-22-oktober-2021-100.html

[91] https://altreconomia.it/il-nuovo-campo-sullisola-di-samos-e-la-fine-del-sistema-dasilo-in-grecia/

[92] https://lungolarottabalcanica.wordpress.com

[93] https://altreconomia.it/il-nuovo-campo-sullisola-di-samos-e-la-fine-del-sistema-dasilo-in-grecia/

[94] https://www.dw.com/en/greece-eu-funds-migrants-lesbos-asylum/a-57051718

[95] https://www.dw.com/en/greece-eu-funds-migrants-lesbos-asylum/a-57051718

[96] https://altreconomia.it/il-nuovo-campo-sullisola-di-samos-e-la-fine-del-sistema-dasilo-in-grecia/

[97] https://www.dw.com/en/greece-eu-funds-migrants-lesbos-asylum/a-57051718

[98] https://www.dw.com/en/greece-eu-funds-migrants-lesbos-asylum/a-57051718

[99] https://www.dw.com/en/greece-eu-funds-migrants-lesbos-asylum/a-57051718

[100] https://www.meltingpot.org/2021/03/turchia-la-deriva-patriarcale-e-nazionalista-anticurda/#easy-footnote-2-231930 ; https://www.consilium.europa.eu/it/press/press-releases/2016/03/18/eu-turkey-statement/ ; https://www.meltingpot.org/2020/03/canali-umanitari-subito-immediata-evacuazione-dalla-grecia-e-dalla-turchia/#.YCDwM-rSLQU ; https://www.meltingpot.org/app/uploads/2018/11/l_accordo_u.e._-_turchia_genesi_applicazione_criticita_a_due_anni_di_distanza_-_andrea_panico.pdf

[101] https://www.meltingpot.org/Io-non-ho-sogni-L-accordo-UE-Turchia-genesi-applicazione.html

[102] https://www.meltingpot.org/L-Europa-ci-ricasca-663-milioni-ad-Erdogan.html

[103] https://dossierlibia.lasciatecientrare.it/la-francia-vende-armi-a-erdogan-per-un-miliardo-di-euro/

[104] https://www.ilfoglio.it/esteri/2021/06/10/news/la-turchia-all-ue-vi-aiutiamo-con-i-migranti-in-cambio-occupiamo-i-porti-in-libia-2496079/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica