Eric Monga Mumba et le Katanga : Le vrai visage du pouvoir

Le dernier demi-siècle de l'histoire de la République Démocratique du Congo (ex-Zaïre) déborde de sang. Le sang, qui a été versé dans les guerres civiles, mais aussi dans les conflits avec les pays voisins, contre les armées privées d'hommes d'affaires étrangers, ou tentant de contenir la violence de petits groupes de bandits déguisés en rebelles.

01

Après l'éviction du dictateur Mobutu, il y a eu une tentative de restauration de la démocratie - qui s'est terminée avec l'assassinat du président Laurent Kabila, un ancien chef rebelle catapulté au pouvoir par une somme de coïncidences conjoncturelles, presque toutes causées par le intervention de ceux qui ont intérêt à l'exploitation des immenses gisements miniers de l'ex-Zaïre. Entre l'époque de Mobutu et aujourd'hui, il semble que tout ait profondément changé - et souvent violemment. Sauf une chose : le visage qui, en coulisses, a vu grandir son pouvoir, coup après coup, et surtout l'autre visage, celui de son leader, un homme d'affaires israélien. Nous parlons d'Eric Monga Mumba et de Dan Gertler.

L'Afrique d'aujourd'hui a besoin d'un homme tout neuf : un homme ouvert, moderne, élégant qui, parmi les modèles de référence, a choisi l'occidental, et donc a écarté le musulman et l'asiatique. Un homme qui a fait des études et qui, dans son métier, a trouvé la force d'appliquer ce qu'il sait, sans renoncer à ses traditions, mais sans céder aux faiblesses endémiques du passé. Un homme fort, déterminé mais pas violent, qui a fait son chemin avec intelligence et diligence, pas avec corruption et intimidation.

Vous n'avez probablement jamais entendu parler de ce nom auparavant, mais Eric Monga Mumba ressemble un peu à ça. C'est clairement un homme conscient, puissant et riche, il est considéré comme l'un des « millionnaires au milieu du chaos » du Congo. Sur la photo dans les premières scènes d'un récent documentaire, on peut voir Monga boire « le meilleur champagne » et fumer un gros cigare tout en organisant un dîner sur le toit avec des amis pour célébrer la clôture d'une grosse affaire[1]. Dans le documentaire, Monga déclare que pour devenir riche au Congo, il suffit de travailler dur[2]. Cela ne fonctionne pas pour la plupart des citoyens congolais, qui vivent avec moins de 1,90 dollar par jour[3]. Mais est-ce seulement « le travail acharné » qui lui a apporté sa richesse et la position éminente qu'il occupe désormais dans les affaires congolaises ?

De Mobutu à Kabila : l’histoire de succès d'un jeune ambitieux

Eric Monga Mumba est né en 1965 à Lubumbashi[5], la capitale de l'actuelle province du Haut-Katanga. Lubumbashi est la deuxième plus grande ville de la RDC après Kinshasa. Cette année-là, la crise congolaise touchait à sa fin : pendant cinq ans, le peuple katangais avait activement cherché à se séparer du reste de la République du Congo[6]. La crise congolaise a finalement conduit à l'assassinat de Patrice Lumumba, le Premier ministre du Congo après l'indépendance[7].

Selon la presse, Monga a un frère nommé Edy, qui est médecin en Italie[8]. Son père Katanga Monga a été décrit comme un grand homme d'affaires et l'un des premiers à développer l'exploitation minière artisanale au Katanga[9]. Il a grandi sous le régime despotique du dictateur Mobutu Seso Seko, « l'incarnation du kleptocrate africain », sous le contrôle duquel les rues de Kinshasa se sont transformées en égouts à ciel ouvert remplis de personnes affamées[10]. Eh bien, Eric a pu grandir à cette époque et devenir quelque chose de complètement différent : comme tout le monde l'appelle maintenant, « le patron des dirigeants du Katanga »[11] (ou « le Patron des Patrons Katangais »)[12].

Au début des années 1990, quelques années après avoir obtenu son diplôme en économie, Monga s'est retrouvé dans un poste gouvernemental avantageux à la BCC Banque Centrale du Congo (la banque centrale du Congo)[13]. A la BCC Monga, il a d'abord été directeur adjoint du Bureau des études et des échanges[14], puis il a été promu propriétaire en 1994, et entre 1995 et 1997, il a dirigé le service de supervision bancaire[15]. Les dernières années de travail de Monga à la BCC se sont déroulées dans le chaos (mais aussi l'opportunité) de la première guerre du Congo, qui a pris fin en 1997 après l'éviction de Mobutu, lorsque Laurent-Désiré Kabila a pris le pouvoir avec l'aide des pays voisins, le Rwanda et l'Ouganda[16].

À la fin des années 90, les ressources minérales de la RDC étaient épuisées et les mines considérablement détruites[17]. Ils appartenaient également à 100 % à la Gécamines, la société minière d'État[18]. Malheureusement, cependant, la décentralisation des ressources qui a suivi n'a pas profité à la population de la RDC. Au contraire, une « vente en gros des ressources naturelles du Congo » a débuté en mai 1997 au profit d'un noyau d'élites corrompues, lorsque Laurent Kabila a prêté serment[19].

Le tour de Laurent Désiré Kabila à la tête de la RDC a été de courte durée. Le Rwanda et l'Ouganda (qui avaient autrefois soutenu son élection) ont envoyé une nouvelle armée pour l'évincer[20]. Le fait qu'il s'accroche au pouvoir a déclenché la deuxième guerre du Congo, qui a coûté la vie à plus de 5,4 millions de personnes au cours d'une décennie[21]. Kabila senior a finalement été assassinée en 2001 par l'un de ses enfants soldats[22]. Son fils Joseph a repris là où il avait laissé son père. Lorsque Kabila junior a pris ses fonctions dix jours après la mort de Laurent, son régime a continué à privatiser les opérations minières de la RDC par le biais d'accords de corruption conclus au profit de son cercle d'amis et de lui-même[23].

En 1998, après avoir quitté BCC, Eric Monga est engagé dans le cabinet d'Augustin Katumba Mwanke. Katumba était gouverneur du Katanga sous le régime de Laurent Kabila. Son mandat de gouverneur a pris fin en 2001, l'année de l'assassinat de Kabila senior. Monga a passé cette période particulièrement tumultueuse et conflictuelle dans les affaires congolaises en tant que conseiller économique du gouverneur de la province de Katumba, un travail stratégiquement important[25].

En RDC, les réseaux criminels de l'élite imprègnent l'économie à tel point que le pillage de l'État par Kabila et ses acolytes a souvent des apparences de légitimité[26]. A ce titre, la corruption de la République démocratique du Congo présente « une situation complexe d'acteurs opaques qui opèrent principalement au sein d'institutions judiciaires, mais qui continuent de fournir des ressources critiques pour des activités illégitimes dont l'extraction, la transformation et le trafic de minerais »[27]. Un rapport de 2017 de l'Observatoire mondial des réseaux criminels transnationaux a déclaré qu'il existe « une collaboration entre les secteurs privé et public » qui soutient « une situation de corruption généralisée, ainsi que d'instabilité humanitaire, sociale et politique en République démocratique du Congo. et dans les pays voisins[28] ».

Alors que dans le passé diverses armées ayant des liens transnationaux contrôlaient l'accès à des ressources précieuses, aujourd'hui, les politiciens locaux et les milices ethniques Mai-Mai les ont remplacés[29]. Le groupe d'experts de l'ONU notait en 2002 que « les pillages menés auparavant par les mêmes armées ont été remplacés par des systèmes organisés de détournement de fonds, de fraude fiscale, d'extorsion, l'utilisation d'options d'achat d'actions comme pots-de-vin et le détournement de fonds publics menés par ressemblent beaucoup à des organisations criminelles »[30]. Ces organisations criminelles, opérant derrière un voile d'apparente légitimité, sont constituées de « réseaux d'élites » opérant « par le biais de mécanismes avancés de cooptation étatique »[31]. Les mêmes réseaux d'élite auxquels appartient Katumba, le mentor d'Eric Monga, selon le panel d'experts de l'ONU.

Pour illustrer l'étendue de ce système, il convient de noter qu'en décembre 2016, juste avant l'expiration du mandat constitutionnel de Kabila, les quinze membres les plus proches du clan Kabila possédaient plus de 70 entreprises - selon une enquête Bloomberg sur les intérêts des entreprises[32]. la famille. Leurs intérêts couvrent l'économie de divers secteurs tels que l'exploitation minière, la banque, la logistique, l'agriculture, l'hôtellerie et le carburant[33]. La sœur jumelle de Kabila, Jaynet, dont le nom est associé à de nombreuses entreprises, a été nommée dans la fuite massive de données offshore de 2016, les Panama Papers[34]. Cependant, il est difficile d'établir la valeur exacte des actifs de la famille Kabila, car l'économie de la RDC reste très informelle et basée sur l'argent liquide[35].

Augustin Katumba Mwanke : connecteur et mentor

En 2015, le Katanga était divisé en quatre provinces administratives : le Tanganyika, le Haut-Lomami, le Lualaba et le Haut-Katanga[37]. C'est également le cœur du pouvoir du clan Kabila[38] et la province d'origine de Laurent Kabila[39] et de Katumba Mwanke[40]. Pendant trois ans après l'indépendance de la République démocratique du Congo de la Belgique en 1960, le Katanga était un territoire séparatiste[41]. L'esprit sécessionniste de la région est toujours vivant. L'est du Katanga regorge de richesses minérales, fournissant du cobalt, du cuivre, de l'étain, du radium, de l'uranium et des diamants aux marchés internationaux[42]. Des camions rugissent dans les rues de Lubumbashi jour et nuit, se dirigeant vers la frontière zambienne puis vers l'Asie[43].

Les autorités provinciales du Katanga « sont fières de sa réglementation minière libérale »[44]. La province possède d'énormes réserves de cobalt et des gisements de cuivre de haute qualité[45]. Au cours des dix années qui ont précédé 2008, les prix du cuivre ont énormément augmenté et le Katanga a connu un « boom économique spectaculaire [46]». Cependant, de nombreux avantages n'ont pas atteint la population en général, et l'euphorie du boom masquait « de nombreuses menaces, à la fois économiques et écologiques[47] ». Le gouvernement central a tardé à payer au Katanga sa part des fonds générés par l'économie katangaise, vraisemblablement par crainte que si la région était plus riche que le reste du pays, la sécession serait plus probable[48].

Il est sans aucun doute vrai que « les schémas d'ingérence politique, de corruption et de pillage des ressources naturelles par les gouvernements actuels et précédents » sont un élément clé de la dynamique Katanga-Kinshasa[49]. La corruption est ancrée dans la région et définit la relation des provinces avec le centre du pouvoir à Kinshasa. Au Katanga, les entreprises se débrouillent sans payer d'impôts si elles appartiennent à plusieurs individus puissants[50].

En 2006, un rapport de Global Witness a documenté l'exploitation sans merci des mineurs par le gouvernement et les sociétés commerciales dans le secteur minier artisanal du Katanga[51] et a analysé le rôle des acteurs politiques dans la corruption liée à l'exploitation minière dans la province[52]. Localement, des entretiens menés par Global Witness ont indiqué que les politiciens katangais prenaient une part des accords miniers[53] et qu'il était impossible d'opérer sans un « parapluie politique » - la liberté d'opérer a été achetée avec des paiements en espèces à Kabila et à ses proches[54]. Ce système fonctionne à la fois au niveau de l'exploitation minière industrielle et informelle, facilitant un système d'exportation illicite[55].

Eric Monga a été conseiller économique d'Augustin Katumba Mwanke, gouverneur du Katanga entre 1998 et 2001[56]. Il est cependant important de noter que Katumba était bien plus qu'un gouverneur de province, il était aussi une aide vitale pour les deux Kabila. Katumba était ami avec Laurent Kabila[57] et est devenu le plus proche conseiller de Joseph Kabila[58], et donc l'une des personnes les plus puissantes du gouvernement de la RDC.

Un câble divulgué de l'ambassadeur américain William J. Garvelink a décrit Katumba comme une personne connue pour son sens des affaires[59]. Le câble suggérait que Katumba avait des problèmes de santé et notait que certains observateurs pensaient qu'il était séropositif[60]. Il était considéré comme un membre « louche » et « infâme » du cercle restreint de Kabila[61]. Il a vécu en Afrique du Sud jusqu'à la mort de Mobutu[62], où il aurait travaillé pour une société minière[63]. Il était l'ancien chef de l'Alliance pour la majorité présidentielle (MPA)[64]. Peut-être plus important encore, Katumba était un ami proche du milliardaire israélien Dan Gertler et aurait géré la fortune personnelle de Kabila[65].

Katumba était également largement connu pour être « une pièce maîtresse des contrats miniers »[67]. De 2001 à 2004, peu après la fin de son mandat de gouverneur, Katumba devient directeur de la branche congolaise de la multinationale canadienne Anvil Mining[68]. Katumba aurait joué un rôle clé dans la négociation du contrat minier d'Anvil au Katanga[69] : le PDG Bill Turner a admis dans une interview télévisée qu'Anvil avait payé des « frais de courtage » à Katumba et qu'Anvil louait sa propriété à Lubumbashi pour près de 4 000 $ l'an mois[70]. Anvil Mining a acquis une renommée internationale en 2004 lorsqu'elle a été impliquée dans le tragique massacre de Kilwa[71]. La relation de Katumba avec Anvil illustre son positionnement clé dans les transactions minières à grande échelle.

Le rapport final de 2002 du Groupe d'experts des Nations Unies sur l'exploitation illégale des ressources naturelles et autres formes de richesse en RDC considérait Katumba comme un « intermédiaire clé dans les affaires minières et diplomatiques [72]». Plus inquiétant encore, le groupe de l'ONU estimait que le chef de Monga était une figure de proue d'un réseau d'élites « d'intérêts politiques, militaires et commerciaux [qui] cherchent à maintenir le contrôle sur les principales ressources minérales... de la zone contrôlée par le gouvernement »[73]. Le rapport indiquait que le réseau d'élite dont faisait partie Katumba avait « transféré la propriété d'au moins 5 milliards de dollars d'actifs du secteur minier public à des entreprises privées sous son contrôle » au cours des trois années précédentes « sans aucune compensation ni profit au Trésor public »[74].

Le rapport décrit « une situation complexe et qui se détériore dans laquelle des réseaux criminels sont articulés par des dirigeants politiques, des fonctionnaires, des sociétés minières et des criminels tels que des milices, des groupes paramilitaires et des trafiquants d'armes »[75]. Le groupe a mis Katumba sur sa liste de personnes pour lesquelles il a recommandé de geler leurs avoirs, d'interdire les voyages et d'arrêter les opérations bancaires[76]. Un rapport a déclaré qu'il « jouait un rôle clé dans le commerce des minéraux » en RDC alors qu'il occupait le poste de ministre du portefeuille de l'État en 2002[77]. Cette position a donné à Katumba le pouvoir sur les licences minières en RDC, même après la fin de son mandat[78]. Un ancien ministre congolais a noté que lorsque Kabila a nommé Katumba comme ministre, cela a marqué le début de tout un « système de pillage [79]».

Après la publication du rapport de l'ONU, Katumba a continué à occuper des postes de direction : il a été suspendu du gouvernement par Kabila pendant moins d'un an, revenant au poste de secrétaire général du Parti du peuple Kabila pour la reconstruction et le développement (PPRD)[81]. Il a ensuite agi comme « ambassadeur itinérant » pour Kabila, participant aux accords de paix de Sun City (qui ont conduit à la formation du gouvernement de transition de Kabila), et en 2006, il a été élu à l'Assemblée nationale de la RDC[82]. En tant que plus proche conseiller de Kabila, Katumba a toujours opéré en toute impunité.

Une fois que la poussière est retombée sur le rapport de l'ONU et que Katumba a été fermement rétabli au centre du pouvoir, des charges contre lui ont continué à émerger. Dans le rapport de 2006, Global Witness a décrit un incident impliquant un contact avec Katumba qui s'est produit en octobre 2005[83]. Un commerçant intermédiaire impliqué dans la dissimulation d'une tentative de vol d'un lot de minerais aurait des liens étroits avec Katumba et les proches de Kabila[84]. Le gouverneur du Katanga (Urbain Kisula Ngoy à l'époque) avait indiqué que des pressions étaient venues de sa hiérarchie pour faire passer la marchandise[85]. Augustin Katumba Mwanke a été soudainement tué dans un accident d'avion avec son copilote en février 2012[86], apparemment après avoir dit à un proche qu'il craignait pour sa vie[87].

La naissance et la croissance de Trade Service

En 2001, lorsque le gouvernorat de Katumba a pris fin, la carrière gouvernementale officielle d'Eric Monga a également pris fin. Devenu consultant pour les mines et carrières[89], il fonde à Lubumbashi une société appelée Trade Service [90]: une société de conseil en recherche, fiscalité et subventions de plus de 100 salariés[91] et bientôt connue comme la plaque tournante de la corruption dans le secteur minier congolais[92]. La société a été fondée par Monga et trois autres associés[93], Claude Mutomb (décédé), Guy Kimenyembo et Eric Kabila[94]. La présence de Kimenyembo est une violation flagrante des règles de conflit d'intérêts, car il est l'homme le plus puissant qui contrôle les douanes et les postes frontières du Katanga avec les nations environnantes[95].

Eric Kabila mérite un examen plus approfondi. Son père est actionnaire de Trust Merchant Bank[96]. Selon Le Monde Diplomatique français, comme Monga, Eric Kabila est également un ancien responsable de la BCC[97]. Il est un autre consultant établi en mines et carrières [98]: cela comprend des conseils sur les questions fiscales, l'obtention de diplômes, l'interaction avec le gouvernement et l'organisation du transport[99].

Fait intéressant, lui et Eric Monga sont répertoriés comme les deux seuls contacts pour les bureaux de Lubumbashi, Kinshasa et Matadi d'une société appelée Trans-Med Shipping[100]. Plus important encore, Eric Kabila était également proche de Katumba Mwanke[101]. Il aurait fait fortune après la chute de la Gécamines, aidant les grandes entreprises après l'adoption de la nouvelle loi minière[102]. Il est certainement haut placé dans la haute société congolaise : il a été photographié avec sa famille lors de la somptueuse réunion 2016 du Lubumbashi Horse Circle au Grand Hotel Karavia, organisée par le magnat des mines George Forrest[103].

En 2008, Eric Monga a fondé la Société de Surveillance Minière à Likasi, un laboratoire d'analyse qui serait attentif au placement professionnel d'anciens cadres de la Gécamines et diplômés de l'Université de Lubumbashi dans le secteur minier de la République Démocratique du Congo[104]. De plus, en 2012, Monga a créé DRC Mining Consulting Services (DRCMCS), une société enregistrée à New York dont il est président du conseil d'administration[105]. DRCMCS est un cabinet de conseil minier indépendant offrant une gamme de services aux acteurs internationaux de l'industrie minière associés à l'exploitation des matières premières de la RDC[106].

Sa grande victoire est survenue en 2013, lorsque Monga a été élu président de la division katangaise de la Fédération des entrepreneurs congolais (FEC), le plus grand groupe de pression économique de la République démocratique du Congo[107]. Ce rôle est parfois appelé Président du Patronat Katangais[108]. Patrick Muland Kabey et Jean Coundouris ont été élus comme ses adjoints[109]. La société Monga (La Société de Surveillance Minière) a été nommée présidente de la commission régionale des mines et Trade Service a été nommé président des services, de la production et de l'énergie avec les sociétés de Muland et Coundouris, respectivement Mulykap et Hyper-Psaro[110].

En 2013, en tant que président régional de la FEC, Monga a été accusé d'entraver une enquête sur une fraude douanière au Katanga : l'enquête a été commandée par le procureur et menée par une équipe dirigée par le procureur général de l'époque Simon Nyandu Shabandu[112]. L'enquête de Nyandu a examiné 25 cas d'infractions douanières et de corruption présumées à l'Agence des douanes et accises (DGDA) à Lubumbashi, au Katanga[113]. Cependant, cela représentait moins de 10 % du nombre d'affaires à examiner[114], l'enquête pénale ayant été arrêtée[115]. Le rapport d'enquête de Nyandu n'a jamais été officiellement publié, mais il a été divulgué et examiné par Reuters[116] et a été publié dans sa version originale française et une version anglaise traduite par l'Africa Faith and Justice Network[117].

Le rapport a mis en évidence la corruption parmi les fonctionnaires des douanes de la DGDA au Katanga, qui étaient de connivence avec des entreprises qui diminueraient la valeur de leurs importations et exportations et ainsi éviteraient complètement les taxes[118]. Certains douaniers ont été accusés d'avoir détruit des preuves d'évasion fiscale[119]. Le rapport divulgué a révélé que 11 entreprises étaient responsables d'un total d'environ 741 millions de dollars d'impôts et d'amendes impayés[120]. Il a été noté que si les 90 % restants des affaires commandées par le bureau du procureur avaient effectivement fait l'objet d'une enquête, il est probable que des milliards de dollars supplémentaires de fonds perdus en raison de la corruption et de la fraude auraient été découverts[121].

L'une des entreprises nommées pour ne pas payer d'impôts était le service commercial d'Eric Monga[122]. Par ailleurs, le rapport de Nyandu cite spécifiquement Eric Monga comme celui qui a tenté d'entraver le déroulement de l'enquête : « Alors que certains contrevenants comme le COMEXAS, l'AACC et d'autres avaient manifesté leur volonté de payer les honoraires de la DGDA, d'autres ont tenté de s'adresser au FEC Katanga, avec l'aide de son président, un certain Eric Monga, qui a rejoint et utilisé la chaîne de les gens à faire grève, voire à provoquer une rébellion contre la mission »[123].

Les enquêteurs ont constaté un « manque de respect des hommes d'affaires envers l'administration des douanes [124]». Ceci, couplé à la « négligence des agents de la DGDA », a signifié un « degré excessif d'impunité » pour la corruption dans la province[125]. Les auteurs du rapport étaient d'avis que « le refus et la volonté de certains hommes d'affaires de fournir des preuves » étaient révélateurs de leur culpabilité[126]. Une autre des conclusions de la commission était le rôle d'une autre personnalité puissante du Congo, étroitement liée à Eric Monga - le président de la Gécamines[127], président de la FEC (dont Monga est le président du Katanga[128]), le président du comité d'audit de le BCC[129] et ami personnel de la famille Kabila : Albert Yuma[130].

Albert Yuma Mulimbi

Depuis le résultat des élections de 2018 en RDC et sa transition démocratique du pouvoir depuis l'indépendance, Kabila (et son Front commun pour le Congo) et Félix Tshisekedi (et sa coalition CACH) ont officiellement régné ensemble. Pourtant, selon la presse, « Kabila n'entend pas renoncer à une once de pouvoir[132] ». Il a été question de Yuma en tant que Premier ministre du nouveau gouvernement de partage du pouvoir, mais il a finalement été démis de ses fonctions par le président Félix Tshisekedi[133].

En 2019, Yuma, en sa qualité de président de la Gécamines, était au centre d'un litige de prêt complexe avec Dan Gertler, qui a atteint un tel niveau que Yuma a été interdit de quitter Kinshasa depuis le 17 décembre 2019. le procureur a examiné les preuves[134]. Une « source indépendante proche du dossier » notait début 2020 que le différend impliquait « un véritable rapport de force entre les gros bonnets de l'ancien régime et l'actuel président [135]». Tshisekedi a également publié une déclaration en lien avec la controverse de la télévision nationale exhortant les tribunaux à « faire leur travail [136]».

En octobre 2017, une société détenue par Dan Gertler, Fleurette Mumi Holdings Ltd, a prêté 200 millions d'euro[137]s à la Gécamines. Sur le montant convenu, 128 millions d'euros ont été effectivement reversés à la Gécamines[138]. Le remboursement du prêt de 128 millions d'euros a expiré en avril 2018, mais à ce moment-là, Dan Gertler a fait l'objet de sanctions américaines[139]. La Gécamines (dont Yuma était responsable) a affirmé qu'il ne pouvait pas rembourser le prêt sans risquer les sanctions elles-mêmes[140]. Dans le même temps, Fluerette Mumi Ltd a transféré la propriété de la dette à une autre société détenue par Dan Gertler, Ventora Development Sasu, qui a engagé la procédure de recouvrement du prêt devant la justice congolaise[141]. Le 14 novembre 2019, le tribunal de commerce de Lubumbashi a donné raison à Ventora, mais la Gécamines refuse de payer et fait appel de la condamnation[142].

Alors que Tshisekedi a néanmoins reconfirmé Yuma comme président de la Gécamines dans le nouveau gouvernement[143], Sama Lukonde, un proche de Tshisekedi, a été nommé directeur général[144]. Lukonde a demandé que certains des contrats de la Gécamines soient rendus publics, notamment le transfert en 2017 des droits de la Gécamines à percevoir les redevances du projet Metalkol à Gertler[145]. Alors que Yuma et Gertler peuvent être en désaccord sur le différend sur le prêt, selon le politologue et militant Mputu, Yuma s'oppose à toute vérification des relations de la Gécamines avec l'homme d'affaires israélien Dan Gertler[146].

Qui diable est Dan Gertler ?

Au moins un membre du réseau criminel d'élite de la RDC a fait l'objet d'une surveillance internationale intense : Dan Gertler[148], une sorte de « soldat de fortune »[149] qui a commencé sa carrière dans le commerce du diamant en Angola, en pleine guerre civile[150]. Il y a longtemps, sous la présidence de Laurent Kabila, un rabbin a présenté Gertler à son fils Joseph, alors chef de l'armée congolaise[151]. Gertler et Joseph sont rapidement devenus amis[152].

Gertler a été présenté à un moment donné au père de Joseph, Laurent, et est devenu une figure centrale dans ses tentatives pour conserver le pouvoir une fois que le Rwanda et l'Ouganda se sont retournés contre lui[153]. Selon un rapport de l'ONU, les deux hommes sont parvenus à un accord : Gertler devait fournir 20 millions de dollars et l'accès à « du matériel militaire israélien » au président en échange de l'octroi ultérieur d'un monopole sur tous les diamants de la RDC[154]. Après l'assassinat de Kabila senior, Gertler a joué un rôle clé dans le nouveau régime et a même été envoyé par son ami proche Joseph comme émissaire dans les négociations de paix[155].

Selon le département du Trésor américain, le milliardaire Gertler a « amassé sa fortune grâce à des centaines de millions de dollars d'accords miniers et pétroliers opaques et corrompus en République démocratique du Congo »[156]. Le Trésor américain a accusé Gertler d'avoir utilisé son amitié avec Kabila pour servir d'intermédiaire pour la vente à bas prix d'actifs miniers en RDC, et a noté que Gertler « a agi pour ou au nom de Kabila, aidant Kabila à organiser des sociétés de leasing offshore[157] ». Le réseau d'opérations en RDC est détenu à travers une cinquantaine de sociétés enregistrées dans des paradis fiscaux et comprend des contrats dans les industries du cuivre, du cobalt, du diamant et du pétrole[158].

En décembre 2017, Gertler et vingt de ses entreprises sont devenus la cible de sanctions américaines[159]. Le Trésor américain a accusé Gertler d'avoir utilisé « sa relation avec le chef de l'État congolais pour servir d'intermédiaire dans la vente d'actifs miniers en République démocratique du Congo, obligeant les multinationales à passer par Gertler pour faire des affaires avec l'État congolais[160] ». Ils ont estimé qu'entre 2010 et 2012 seulement, la République démocratique du Congo a perdu 1,36 milliard de dollars en vendant des actifs sous-évalués aux sociétés offshore de Gertler[161].

Un seul accord en 2015 a entraîné une perte de 149,5 millions de dollars de revenus potentiels pour la RDC. En plus des pertes totales estimées à 1,36 milliard de dollars, le manque de transparence du gouvernement sur un accord minier avec Gertler a conduit le FMI à annuler les prêts prévus à la RDC pour un total de 225 millions de dollars[162]. L'administration Trump a succombé aux pressions du lobbying et a profité de ses derniers jours pour assouplir les sanctions imposées à Gertler en 2017[163], mais les mêmes sanctions ont ensuite été rétablies par le président Biden[164].

Grâce à son amitié avec Kabila et son cercle d'amis proches, Gertler acquiert des entreprises minières sous-évaluées puis revend les actifs aux prix du marché pour d'énormes profits. Cela a été décrit comme un retournement d'actifs : « Un actif minier spécifique à la RDC (par exemple ABC) est vendu à une entité offshore, qui le vend ensuite - connu sous le nom de "flip"- pour un profit énorme, à une autre entité. Le nouveau propriétaire collecte ensuite de l'argent sur les marchés occidentaux et paie ABC comme s'il s'agissait d'une ressource minérale légitime. Ces opérations sont menées par des entités enregistrées ou associées à des paradis fiscaux, comme les îles Vierges britanniques[166] ».

Gertler a utilisé cette stratégie de conversion d'actifs en relation avec Global Enterprises Corporate (GEC), rebaptisé plus tard Nikanor[167]. GEC a été formé en mars 2005 par la société de Gertler appelée Dan Gertler International (DGI), qui a été fondée avec un autre poids lourd israélien : Benjamin « Beny » Steinmetz[168]. L'ancien ministre des mines de la RDC, Simon Tuma-Waku, a agi en tant que conseiller spécial[169]. Une joint-venture entre GEC et la Gécamines a été formée pour reconstruire une immense mine en ruine constituée d'anciennes excavations minières abandonnées connues sous l'acronyme KOV[170].

La Commission Lutundula, une commission de l'Assemblée nationale de la RDC, qui a rendu compte en juin 2005 de son enquête sur l'exploitation illégale dans l'industrie minière et « la légalité des accords conclus » par les acteurs impliqués dans les conflits en RDC[171], a recommandé l'interruption des négociations sur KOV[172]. Malgré cela, en octobre 2003, l'accord KOV entre la GEC et la Gécamines a été ratifié par décret présidentiel[173].

Gertler avait payé 3 millions de dollars pour les actifs de KOV, qui se sont finalement retrouvés avec une valeur marchande de plus de 1 milliard de dollars après une série de transactions boursières[174]. Cette énorme augmentation des prix illustre bien ce que le gouvernement de la RDC et le peuple ont perdu à cause de cette relation particulière entre Gertler, Kabila et les membres de l'entourage de Kabila : le gouvernement de la RDC a été complètement complice de ce système de pillage[175].

En 2010, il a été découvert que les droits sur le projet de cuivre Kingamyambo Musonoi Tailings (KMT) de 750 millions de dollars, attribué à First Quantum, avaient été signés par Highwind Properties, une « mystérieuse [176]» société enregistrée aux BVI avec des « représentants obscurs[177] ». La RDC avait créé une nouvelle joint-venture appelée Metalkol Sarl pour contrôler KMT, dont 30% appartenait à la Gécamines et 70% à Highwind Properties[178]. Finalement, Highwind Properties s'est avéré être une autre société appartenant à Gertler[179].

Gertler a payé 60 millions de dollars pour KMT[181], mais l'a vendu au louche géant minier kazakh ENRC pour près de 700 millions de dollars[182]. First Quantum a déclaré avoir construit la majeure partie de l'usine de traitement du cuivre de 550 millions de dollars pour KMT lorsque les droits ont été réattribués à Highwind Properties[183], puis les a poursuivis en justice[184]. Sans surprise, un tribunal de RDC a conclu que First Quantum n'était plus propriétaire du projet et lui a infligé une amende de 12 milliards de dollars de dommages et intérêts[185]. Qui a nommé la Cour d'appel comme liquidateur des actifs de KMT de First Quantum ? Pas de surprise : Eric Monga[186].

En novembre 2020, Dan Gertler a organisé une conférence de presse à Kinshasa[187]. C'était surprenant pour le personnage de Gertler, qui a toujours été décrit comme « extrêmement discret[188] ». À l'époque, il faisait l'objet de sanctions à son encontre, notamment la saisie de ses avoirs et comptes bancaires américains[189]. Gertler, cependant, ne s'est pas présenté en personne[190] : les journalistes présents ont reçu à la place un message vidéo préenregistré[191]. Selon The Africa Report, Gertler « a annoncé en grand » son intention de « partager avec ses frères congolais » les bénéfices de ses succès dans le secteur minier de la RDC[192]. Pas d'autres détails[193]. Selon le CNPAV, une plateforme de citoyens de la République Démocratique du Congo, la conférence de presse a été organisée pour détourner l'attention du public des révélations sur le transfert des royalties de Metalkol 2017 à Gertler, évoquées plus haut[194].

De plus en plus de scandales

Jour après jour, les scandales entourant la Gécamines et le secteur minier congolais se multiplient. Le suivant est les Lumumba Papers, une collection de documents internes divulgués par BGFIBank, qui révèlent des irrégularités financières entre BGFI, la Commission électorale nationale indépendante, la Banque centrale et plusieurs entreprises du cercle restreint de Kabila[196]. Les documents ont été analysés par la Plateforme pour la protection des lanceurs d'alerte en Afrique (PPLAAF) et l'Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP) et largement relayés dans la presse.

BGFIBank est dirigée par des proches de Kabila[197] et détenue par l'ancien président en copropriété avec sa sœur Gloria Mteyu[198]. Le lanceur d'alerte Jean-Jacques Lumumba, neveu de feu le premier président Patrice Lumumba, était un cadre supérieur de BGFIBank[199] : alors qu'il faisait part de ses inquiétudes concernant des irrégularités financières à ses supérieurs bancaires, Francis Selemani Mtwale (frère adoptif du président Kabila et directeur exécutif de la banque) l'a menacé d'un arme à feu[200]. Finalement, il a fui le pays avec sa famille, emportant avec lui un dépôt de documents compromettants. Les documents ont révélé quatre versements[201] équivalant à un prêt non garanti de 42,9 millions de dollars de la BCC, la banque centrale, sur le compte bancaire d'une société appelée EGAL Entreprise Générale d'Alimentation et de Logistique[202].

EGAL a été officiellement constituée le 12 octobre 2013, avec un statut d'exonération fiscale, mais la société aurait été financièrement active depuis déjà trois mois avant cette date[203]. Selon le rapport annuel révisé par la PPLAAF, EGAL a bénéficié d'importantes réductions d'impôts en 2014[204]. Selon les états financiers 2014 d'EGAL, ses actions étaient alors détenues par Eric Monga, Albert Yuma Mulimbi et les sociétés congolaises Texico (présidée par Yuma[205]) et Aremad[206]. Le conseil d'administration était composé d'Eric Monga, d'Albert Yuma Mulimbi, du Belge Marc Piedboeuf et du Congolais Alain Wan, tous membres du cercle d'amis proche de Kabila[207]. Il semble que Monga n'occupe plus de poste au sein de l'EGAL après s'être disputé avec le frère de Kabila[208].

EGAL a été fondée sous le prétexte de fournir des aliments importés bon marché aux nombreuses communautés sous-alimentées de la RDC[209]. Au lieu de cela, il semble avoir agi comme un entonnoir pour le transfert de fonds publics vers des sociétés offshore au profit de Kabila et de ses acolytes[210]. Le lanceur d'alerte Lumumba a déclaré à l'OCRP qu'en plus de canaliser de l'argent vers des entreprises privées liées au cercle restreint de Kabila, le prêt de 42,9 millions de dollars de la BCC a servi de garantie à un prêt supplémentaire de 41 millions de dollars reçu par BGFIBank[211]. Le tout visible dans les relevés bancaires[212]. Lumumba considérait que le prêt était plutôt une "subvention", car aucun remboursement significatif n'avait été effectué lorsqu'il avait quitté la banque pour s'enfuir en Belgique[213]. Selon lui, EGAL n'a d'autres revenus que les prêts accordés par la BCC et la BGFIBank[214].

Les versements de la BCC de 42,9 millions de dollars soulèvent de nombreuses inquiétudes. Premièrement, la BCC n'a pas le pouvoir de transférer de l'argent à des entreprises privées[215], comme le dit la règle des banques centrales[216]. Deuxièmement, au moment de l'octroi des prêts, Albert Yuma Mulimbi était à la fois administrateur et président du comité d'audit de la Banque centrale[217] et actionnaire et administrateur d'EGAL[218]. Outre l'illégalité des paiements, la position de Yuma représente un énorme conflit d'intérêts. Yuma a nié que la Banque centrale ait envoyé de l'argent à EGAL, mais les dossiers bancaires, selon l'OCCRP et la PLAAF[219], montrent le contraire. Troisièmement, le conseil d'administration d'EGAL était entièrement composé de l'entourage de Kabila - qui était encore président de la RDC[220].

Le Monde a décrit les « amis d'enfance » Wan et Piedboeuf comme étant à la fois responsables des investissements agricoles et des fermes de Kabila[222]. Piedboeuf est à la fois administrateur d'EGAL et administrateur de la société Kabila Ferme Espoir[223]. Wan est un directeur d'EGAL et de MW Afritec, qui a récemment été nommé dans un autre scandale : les Banana Port Papers[224]. En 2010, Wan et Piedboeuf auraient vendu la Société des Grands Elevages du Congo (GEL), qui possède l'île appelée Mateba, à Kabila[225]. Piedboeuf est le PDG de GEL[226].

Une grande partie du prêt de 42,9 millions de dollars de la BCC a ensuite été transférée d'EGAL à des sociétés étrangères, également gérées par Piedboeuf et Wan[227]. Les entreprises qui ont reçu le plus de fonds étaient Samaki (Pty) Ltd en Namibie, All Ocean Logistics aux îles Féroé et African Trading and Maintenance à Hong Kong[228]. Les dossiers bancaires examinés par l'OCRP montrent que la plupart des fonds reçus sont allés à ces trois sociétés, près de 38 millions de dollars au total[229]. Les sociétés se sont ensuite chargées de l'achat et du transport des animaux sauvages qui ont été livrés dans les réserves appartenant à la société Kabila Ferme Espoir[230], dont la réserve de Kingakati et l'île de Mateba[231]. Cela suggère (au moins) que les fonds de la BCC ont été volés pour acheter des animaux exotiques pour Kabila et que la société EGAL de Monga a agi comme un entonnoir.

African Trading Maintenance and Development, Hong Kong, a reçu 20 transferts d'EGAL totalisant 9,97 millions de dollars entre juin 2013 et juin 2014[232]. Samaki, Namibie, a reçu des transferts d'EGAL totalisant 22,8 millions de dollars, dont le plus important transfert de 11,5 millions de dollars en Août 2013[233]. Il semble que cette société namibienne, qui a reçu l'essentiel des fonds de la banque centrale acheminés par l'intermédiaire de l'EGAL, dispose d'un conseil d'administration quasi identique à celui de l'EGAL, constitué de l'entourage de Kabila[234]. Cela inclut Piedboeuf, Wan, Yuma[235] et Eric Monga[236]. L'OCRP a expliqué que Samaki est dirigée par la namibienne Martha Namundiebo-Tilahun, influente politiquement, et que son mari Haddis Tilahun est également directeur des transactions incriminées[237].

All Ocean Logistics, Féroé Islands a reçu 5 millions de dollars d'EGAL entre octobre 2013 et juin 2015. Andre Wan, que l'OCCRP pense être le fils d'Alain Wan, en est le principal actionnaire[238]. En 2013, grâce aux fonds reçus d'EGAL[239], All Ocean Logistics a acquis un navire marchand appelé El Nino pour environ 800 000 euros en espèces[240]. Bien qu'en 2017, au moment de l'enquête de l'OCCRP, El Nino appartenait à EGAL, depuis son acquisition en 2013, le navire a été utilisé pour expédier du gibier dans les parcs animaliers appartenant à Kabila[241]. Le Monde a rapporté que quelque 450 animaux sauvages ont été transportés de Namibie depuis El Nino en mai 2017. Les animaux comprenaient des girafes, des buffles, des antilopes, des gazelles, des gnous et des zèbres selon Le Monde[242].

Les factures pour les animaux publiées par l'OCCRP montrent que la société de Kabila Ferme Espoir a payé El Nino pour transférer les animaux[243], mais un vétérinaire de la faune de l'exportateur d'animaux, la société Super Games Dealer, a déclaré à l'OCCRP que les factures pour lesquelles ils ont été payés par Monga et Yuma's EGAL[244]. De plus, l'OCRP affirme que le système de localisation du navire a été activé et désactivé le long de la côte « pendant que le navire transportait des marchandises vers un autre navire »[245].

Le PPLAAF a décrit la débâcle de l'EGAL comme « un vaste système frauduleux qui combine plusieurs sociétés écrans pour dépenser de l'argent public pour les intérêts privés de la Ferme Espoir, une société détenue par le président Kabila [246]». Les analystes s'inquiètent à juste titre de cette mobilisation des réseaux d'affaires de Kabila pour satisfaire sa « mode animale »[247]. Cependant, il reste à voir si quelque chose d'encore plus infâme se cache derrière cette mise en scène.

Selon la presse congolaise, l'EGAL a déposé une plainte en diffamation contre le lanceur d'alerte Jean-Jacques Lumumba le 31 décembre 2020 au parquet de grande instance de Kinshasa/Gombe[248]. La plainte allègue que lors d'une émission intitulée « Marius chez vous » en provenance des États-Unis la veille du dépôt de la plainte, Lumumba a accusé l'EGAL de Monga de blanchiment d'argent, de trafic d'armes et d'autres activités illégales[249]. Le fait que le système de traçage d'El Nino ait parfois été désactivé reste très préoccupant.

Une nation entière prise en otage

Dans une étrange tournure, Monga a récemment été nommé comme la première personne "privée" à diriger un projet de construction de barrage en RDC. Monga développe la controversée centrale hydroélectrique de Sombwe grâce à un partenariat entre sa société Kipay Investments et PowerChina, une entreprise publique chinoise[251]. Le projet proposé est devenu l'objet de la désapprobation des militants écologistes, qui disent qu'il sera construit sur des terres protégées écologiquement sensibles dans le parc national d'Upemba[252].

Comment est-ce possible? Les élites congolaises corrompues n'opèrent pas dans une bulle protégée par la visibilité de la loi. Les ramifications des actions d'un courtier en pouvoir pour le pays peuvent être vastes. Comme indiqué dans un rapport de 2017, la corruption de la République démocratique du Congo présente « une situation complexe d'acteurs opaques qui opèrent principalement au sein d'institutions juridiques, mais qui continuent de fournir des ressources essentielles pour des activités illégitimes telles que l'extraction, le traitement et le trafic de minerais [253]». Et certains soutiennent que le trafic de minerais, comme le coltan, est « la principale source d'instabilité économique, sociale et politique en [RDC] et dans les pays voisins[254] ». Les enjeux sont incroyablement élevés : ses vastes gisements de minerais sont considérés comme la raison pour laquelle la RDC est un point chaud pour le trafic de minerais, d'armes à feu et d'êtres humains, y compris les enfants[255].

Il va sans dire que la grande majorité des Congolais vivent dans des conditions d'extrême misère. Celui du Katanga est une situation unique au monde : une terre de la taille de la moitié du continent européen, avec des gisements miniers valant des milliards de dollars, administrée par un pouvoir central très lointain, très faible, corrompu et incapable, dans lequel un seul homme, sans aucune légitimité populaire, sans aucune compétence professionnelle, contrôle à la fois les banques, les mines, les douanes, le système logistique et l'administration de l'État. La question qui se pose est extrêmement préoccupante : est-ce une situation héritée du passé, ou est-ce le signe d'un avenir terrible qui attend le continent africain ?

[1] https://www.youtube.com/watch?v=Od5yC4iQbxI

[2] https://www.youtube.com/watch?v=Od5yC4iQbxI

[3] https://www.worldbank.org/en/country/drc/overview

[4] https://www.youtube.com/watch?v=Od5yC4iQbxI

[5] 2018.10.22 Trade Service, Etudes, Fiscalite & Facilitations, Lubumbashi

[6] David N. Gibbs, “The political economy of Third World intervention: Mines, money and US policy in the Congo crisis”, University of Chicago Press, Chicago 1991

[7] Ludo de Witte, “The assassination of Lumumba”, Verso Books, New York 2003; http://news.bbc.co.uk/onthisday/hi/dates/stories/february/19/newsid_2748000/2748931.stm

[8] https://miningnewsmagazine.org/enquete-fec-eric-monga-et-patrick-muland-vs-douaniers-declarants-et-reseau-denrichissement-a-la-dgdakatanga-les-en-dessous-dun-bras-de-fer-et-dune-guerre-dinterets/

[9] https://miningnewsmagazine.org/enquete-fec-eric-monga-et-patrick-muland-vs-douaniers-declarants-et-reseau-denrichissement-a-la-dgdakatanga-les-en-dessous-dun-bras-de-fer-et-dune-guerre-dinterets/

[10] https://projekte.sueddeutsche.de/paradisepapers/wirtschaft/mining-for-control-in-glencore-s-congo-e774511/

[11] https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/07/13/girafes-buffles-et-zebres-en-cargo-ou-les-lubies-animalieres-de-joseph-kabila_5160098_3212.html

[12] https://miningnewsmagazine.org/eric-monga-nouveau-president-du-patronat-katangais/

[13] https://miningandbusiness.com/2019/09/11/eric-monga-mumba/

[14] https://miningnewsmagazine.org/eric-monga-nouveau-president-du-patronat-katangais/

[15] https://miningnewsmagazine.org/eric-monga-nouveau-president-du-patronat-katangais/

[16] https://projekte.sueddeutsche.de/paradisepapers/wirtschaft/mining-for-control-in-glencore-s-congo-e774511/

[17] https://panamapapers.investigativecenters.org/drc-copper-mining/

[18] https://projekte.sueddeutsche.de/paradisepapers/wirtschaft/mining-for-control-in-glencore-s-congo-e774511/

[19] https://projekte.sueddeutsche.de/paradisepapers/wirtschaft/mining-for-control-in-glencore-s-congo-e774511/

[20] https://projekte.sueddeutsche.de/paradisepapers/wirtschaft/mining-for-control-in-glencore-s-congo-e774511/

[21] https://www.reuters.com/article/us-congo-democratic-death-idUSL2280201220080122

[22] https://www.theguardian.com/world/2001/feb/11/theobserver

[23] https://projekte.sueddeutsche.de/paradisepapers/wirtschaft/mining-for-control-in-glencore-s-congo-e774511/

[24] https://schoolforafrica.org/democratic-republic-of-congo/mobutu-sese-seko/

[25] https://www.jeuneafrique.com/141246/economie/katanga-initiative-ric-monga-du-conseil-fiscal-au-labo-d-analyses/

[26] https://oenz.de/sites/default/files/business_risks_and_the_drc_-_what_happens_when_kabila_steps_down_1.pdf

[27] https://www.researchgate.net/profile/Eduardo_Salcedo-Albaran/publication/322339311_Coltan_Trafficking_Network_in_the_Democratic_Republic_of_the_Congo/links/5a54e6764585152af77fd73d/Coltan-Trafficking-Network-in-the-Democratic-Republic-of-the-Congo.pdf

[28] https://www.researchgate.net/profile/Eduardo_Salcedo-Albaran/publication/322339311_Coltan_Trafficking_Network_in_the_Democratic_Republic_of_the_Congo/links/5a54e6764585152af77fd73d/Coltan-Trafficking-Network-in-the-Democratic-Republic-of-the-Congo.pdf

[29] https://www.researchgate.net/profile/Eduardo_Salcedo-Albaran/publication/322339311_Coltan_Trafficking_Network_in_the_Democratic_Republic_of_the_Congo/links/5a54e6764585152af77fd73d/Coltan-Trafficking-Network-in-the-Democratic-Republic-of-the-Congo.pdf

[30] https://repositories.lib.utexas.edu/bitstream/handle/2152/5170/2477.pdf?sequence=1

[31] https://www.researchgate.net/profile/Eduardo_Salcedo-Albaran/publication/322339311_Coltan_Trafficking_Network_in_the_Democratic_Republic_of_the_Congo/links/5a54e6764585152af77fd73d/Coltan-Trafficking-Network-in-the-Democratic-Republic-of-the-Congo.pdf

[32] https://www.bloomberg.com/news/features/2016-12-15/with-his-family-fortune-at-stake-congo-president-kabila-digs-in

[33] https://www.bloomberg.com/news/features/2016-12-15/with-his-family-fortune-at-stake-congo-president-kabila-digs-in

[34] https://offshoreleaks.icij.org/stories/jaynet-desiree-kabila-kyungu

[35] https://oenz.de/sites/default/files/business_risks_and_the_drc_-_what_happens_when_kabila_steps_down_1.pdf

[36] http://bakanyarwanda.blogspot.com/2017/06/the-hidden-rwandan-origins-of-joseph.html

[37] https://www.theindependent.co.zw/2017/06/19/drc-dangerous-battle-influence-former-katanga/

[38] https://cdn2.globalwitness.org/archive/files/import/kat-doc-engl-lowres.pdf

[39] https://cdn2.globalwitness.org/archive/files/import/kat-doc-engl-lowres.pdf

[40] https://congomasquerade.blogspot.com/2012/02/augustin-katumba-mwanke-profile.html ; https://projekte.sueddeutsche.de/paradisepapers/wirtschaft/mining-for-control-in-glencore-s-congo-e774511/

[41] https://archive.globalpolicy.org/security/issues/congo/2008/0701coppercolony.htm

[42] https://archive.globalpolicy.org/security/issues/congo/2008/0701coppercolony.htm

[43] https://archive.globalpolicy.org/security/issues/congo/2008/0701coppercolony.htm

[44] https://archive.globalpolicy.org/security/issues/congo/2008/0701coppercolony.htm

[45] https://archive.globalpolicy.org/security/issues/congo/2008/0701coppercolony.htm

[46] https://archive.globalpolicy.org/security/issues/congo/2008/0701coppercolony.htm

[47] https://archive.globalpolicy.org/security/issues/congo/2008/0701coppercolony.htm

[48] https://archive.globalpolicy.org/security/issues/congo/2008/0701coppercolony.htm

[49] https://cdn2.globalwitness.org/archive/files/import/kat-doc-engl-lowres.pdf

[50] https://cdn2.globalwitness.org/archive/files/import/kat-doc-engl-lowres.pdf

[51] https://cdn2.globalwitness.org/archive/files/import/kat-doc-engl-lowres.pdf

[52] https://cdn2.globalwitness.org/archive/files/import/kat-doc-engl-lowres.pdf

[53] https://cdn2.globalwitness.org/archive/files/import/kat-doc-engl-lowres.pdf pag. 43

[54] https://cdn2.globalwitness.org/archive/files/import/kat-doc-engl-lowres.pdf p 42

[55] https://cdn2.globalwitness.org/archive/files/import/kat-doc-engl-lowres.pdf p 42

[56] https://cdn2.globalwitness.org/archive/files/import/kat-doc-engl-lowres.pdf p 42

[57] https://congomasquerade.blogspot.com/2012/02/augustin-katumba-mwanke-profile.html

[58] https://www.monde-diplomatique.fr/publications/manuel_d_economie_critique/

[59] https://wikileaks.org/plusd/cables/09KINSHASA1080_a.html

[60] https://wikileaks.org/plusd/cables/09KINSHASA1080_a.html

[61] https://wikileaks.org/plusd/cables/09KINSHASA1080_a.html

[62] https://congomasquerade.blogspot.com/2012/02/augustin-katumba-mwanke-profile.html

[63] https://www.researchgate.net/profile/Eduardo_Salcedo-Albaran/publication/322339311_Coltan_Trafficking_Network_in_the_Democratic_Republic_of_the_Congo/links/5a54e6764585152af77fd73d/Coltan-Trafficking-Network-in-the-Democratic-Republic-of-the-Congo.pdf

[64] https://congomasquerade.blogspot.com/2012/02/augustin-katumba-mwanke-profile.html

[65] https://congomasquerade.blogspot.com/2012/02/augustin-katumba-mwanke-profile.html

[66] https://sacrebopol.blogspot.com/2012/02/le-corps-de-katumba-mwanke-est-arrive.html?m=0

[67] https://eprints.lse.ac.uk/74488/1/Africa%20at%20LSE%20%E2%80%93%20DR%20Congo%20President%E2%80%99s%20%E2%80%9CRevolution%20of%20Modernity%E2%80%9D%20is%20starting%20to%20look%20like%20%E2%80%9Cbusiness%20as%20usual%E2%80%9D.pdf

[68] https://cdn2.globalwitness.org/archive/files/import/kat-doc-engl-lowres.pdf p 42

[69] https://cdn2.globalwitness.org/archive/files/import/kat-doc-engl-lowres.pdf p 42

[70] https://cdn2.globalwitness.org/archive/files/import/kat-doc-engl-lowres.pdf p 42

[71] https://www.raid-uk.org/sites/default/files/timeline-kilwa.pdf

[72] https://repositories.lib.utexas.edu/bitstream/handle/2152/5170/2477.pdf?sequence=1 p7

[73] https://repositories.lib.utexas.edu/bitstream/handle/2152/5170/2477.pdf?sequence=1 p7

[74] https://repositories.lib.utexas.edu/bitstream/handle/2152/5170/2477.pdf?sequence=1 p7

[75] https://www.researchgate.net/profile/Eduardo_Salcedo-Albaran/publication/322339311_Coltan_Trafficking_Network_in_the_Democratic_Republic_of_the_Congo/links/5a54e6764585152af77fd73d/Coltan-Trafficking-Network-in-the-Democratic-Republic-of-the-Congo.pdf

[76] https://repositories.lib.utexas.edu/bitstream/handle/2152/5170/2477.pdf?sequence=1 Annex II

[77] https://www.researchgate.net/profile/Eduardo_Salcedo-Albaran/publication/322339311_Coltan_Trafficking_Network_in_the_Democratic_Republic_of_the_Congo/links/5a54e6764585152af77fd73d/Coltan-Trafficking-Network-in-the-Democratic-Republic-of-the-Congo.pdf

[78] https://projekte.sueddeutsche.de/paradisepapers/wirtschaft/mining-for-control-in-glencore-s-congo-e774511/

[79] https://projekte.sueddeutsche.de/paradisepapers/wirtschaft/mining-for-control-in-glencore-s-congo-e774511/

[80] https://www.baaa-acro.com/crash/crash-gulfstream-giv-bukavu-6-killed

[81] https://cdn.globalwitness.org/archive/files/library/friends_in_need_en_lr.pdf p18

[82] https://cdn.globalwitness.org/archive/files/library/friends_in_need_en_lr.pdf p18

[83] https://cdn2.globalwitness.org/archive/files/import/kat-doc-engl-lowres.pdf

[84] https://cdn2.globalwitness.org/archive/files/import/kat-doc-engl-lowres.pdf p44

[85] https://cdn2.globalwitness.org/archive/files/import/kat-doc-engl-lowres.pdf p44

[86] https://www.aljazeera.com/news/2012/2/12/dr-congo-presidents-aide-killed-in-crash

[87] https://www.ft.com/content/7dc13ec9-721c-41a7-8423-daeb9a743e9a

[88] https://miningandbusiness.com/2019/09/11/guy-kimenyembo-directeur-general-de-trade-service-sarl/

[89] https://miningnewsmagazine.org/eric-monga-nouveau-president-du-patronat-katangais/

[90] https://www.jeuneafrique.com/141246/economie/katanga-initiative-ric-monga-du-conseil-fiscal-au-labo-d-analyses/

[91] https://miningandbusiness.com/2019/09/11/eric-monga-mumba/

[92] https://org.salsalabs.com/o/1552/images/The%20Nyandu%20Mission%20on%20Corruption%20in%20DRC.pdf

[93] https://miningandbusiness.com/2019/09/11/eric-monga-mumba/

[94] 2018.10.22 Trade Service, Etudes, Fiscalite & Facilitations, Lubumbashi

[95] https://miningandbusiness.com/2019/09/11/guy-kimenyembo-directeur-general-de-trade-service-sarl/

[96] https://miningnewsmagazine.org/enquete-fec-eric-monga-et-patrick-muland-vs-douaniers-declarants-et-reseau-denrichissement-a-la-dgdakatanga-les-en-dessous-dun-bras-de-fer-et-dune-guerre-dinterets/

[97] https://www.monde-diplomatique.fr/publications/manuel_d_economie_critique/

[98] https://lepantheon.org/nous-accompagnons-nos-clients-miniers-a-bien-faire-leur-travail/ ; https://lepantheon.org/nous-accompagnons-nos-clients-miniers-a-bien-faire-leur-travail/eric-kabila-kisimba/

[99] https://lepantheon.org/nous-accompagnons-nos-clients-miniers-a-bien-faire-leur-travail/eric-kabila-kisimba/

[100] https://www.transmedship.co.za/contact_us.php

[101] https://www.monde-diplomatique.fr/publications/manuel_d_economie_critique/

[102] https://www.monde-diplomatique.fr/publications/manuel_d_economie_critique/

[103] https://www.monde-diplomatique.fr/publications/manuel_d_economie_critique/

[104] https://www.jeuneafrique.com/141246/economie/katanga-initiative-ric-monga-du-conseil-fiscal-au-labo-d-analyses/

[105] https://opengovny.com/corporation/4335706

[106] https://miningnewsmagazine.org/eric-monga-nouveau-president-du-patronat-katangais/

[107] https://miningandbusiness.com/2019/09/11/eric-monga-mumba/

[108] https://miningnewsmagazine.org/eric-monga-nouveau-president-du-patronat-katangais/

[109] https://miningnewsmagazine.org/eric-monga-nouveau-president-du-patronat-katangais/

[110] https://miningnewsmagazine.org/eric-monga-nouveau-president-du-patronat-katangais/

[111] https://forrestgroup.com/realisations/gecamines/

[112] https://www.herald.co.zw/foreign-miners-fleece-drc/

[113] https://www.herald.co.zw/foreign-miners-fleece-drc/

[114] https://afjn.org/the-u-s-must-stop-subsidizing-corruption-and-impunity-in-drc-congo-the-case-of-3-7-billion-in-fraud/

[115] https://org.salsalabs.com/o/1552/images/The%20Nyandu%20Mission%20on%20Corruption%20in%20DRC.pdf p8

[116] https://www.herald.co.zw/foreign-miners-fleece-drc/

[117] https://afjn.org/the-u-s-must-stop-subsidizing-corruption-and-impunity-in-drc-congo-the-case-of-3-7-billion-in-fraud/

[118] https://www.herald.co.zw/foreign-miners-fleece-drc/

[119] https://www.herald.co.zw/foreign-miners-fleece-drc/

[120] https://www.herald.co.zw/foreign-miners-fleece-drc/

[121] https://afjn.org/the-u-s-must-stop-subsidizing-corruption-and-impunity-in-drc-congo-the-case-of-3-7-billion-in-fraud/

[122] https://www.herald.co.zw/foreign-miners-fleece-drc/

[123] https://org.salsalabs.com/o/1552/images/The%20Nyandu%20Mission%20on%20Corruption%20in%20DRC.pdf

[124] https://org.salsalabs.com/o/1552/images/The%20Nyandu%20Mission%20on%20Corruption%20in%20DRC.pdf

[125] https://org.salsalabs.com/o/1552/images/The%20Nyandu%20Mission%20on%20Corruption%20in%20DRC.pdf

[126] https://org.salsalabs.com/o/1552/images/The%20Nyandu%20Mission%20on%20Corruption%20in%20DRC.pdf

[127] https://www.bloomberg.com/profile/person/16215237

[128] https://allafrica.com/stories/202103220876.html

[129] https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/07/13/girafes-buffles-et-zebres-en-cargo-ou-les-lubies-animalieres-de-joseph-kabila_5160098_3212.html

[130] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[131] https://afrique.latribune.fr/think-tank/entretiens/2018-11-20/albert-yuma-mulimbi-mes-fonctions-me-rendent-credible-aux-yeux-du-chef-de-l-etat-797944.html

[132] https://www.theafricareport.com/13674/drcs-moise-katumbi-i-will-be-an-constructive-but-extremely-vigilant-opponent/

[133] https://www.bloomberg.com/profile/person/16215237

[134] https://www.theafricareport.com/21839/drc-albert-yuma-and-dan-gertler-in-complex-gecamines-loan-dispute/

[135] https://www.theafricareport.com/21839/drc-albert-yuma-and-dan-gertler-in-complex-gecamines-loan-dispute/

[136] https://www.theafricareport.com/21839/drc-albert-yuma-and-dan-gertler-in-complex-gecamines-loan-dispute/

[137] https://www.theafricareport.com/21839/drc-albert-yuma-and-dan-gertler-in-complex-gecamines-loan-dispute/

[138] https://www.theafricareport.com/21839/drc-albert-yuma-and-dan-gertler-in-complex-gecamines-loan-dispute/

[139] https://www.theafricareport.com/21839/drc-albert-yuma-and-dan-gertler-in-complex-gecamines-loan-dispute/

[140] https://www.theafricareport.com/21839/drc-albert-yuma-and-dan-gertler-in-complex-gecamines-loan-dispute/

[141] https://www.theafricareport.com/21839/drc-albert-yuma-and-dan-gertler-in-complex-gecamines-loan-dispute/

[142] https://www.theafricareport.com/21839/drc-albert-yuma-and-dan-gertler-in-complex-gecamines-loan-dispute/

[143] https://www.theafricareport.com/21839/drc-albert-yuma-and-dan-gertler-in-complex-gecamines-loan-dispute/

[144] https://www.theafricareport.com/54978/drc-embattled-dan-gertler-tries-communication-blitz/

[145] https://www.theafricareport.com/54978/drc-embattled-dan-gertler-tries-communication-blitz/

[146] https://www.theafricareport.com/54978/drc-embattled-dan-gertler-tries-communication-blitz/

[147] https://ici.radio-canada.ca/nouvelles/special/2017/paradise-papers/glencore-compagnie-miniere-paradis-fiscaux-afrique-canada-dan-gertler/index.html

[148] https://projekte.sueddeutsche.de/paradisepapers/wirtschaft/mining-for-control-in-glencore-s-congo-e774511/

[149] https://projekte.sueddeutsche.de/paradisepapers/wirtschaft/mining-for-control-in-glencore-s-congo-e774511/

[150] https://projekte.sueddeutsche.de/paradisepapers/wirtschaft/mining-for-control-in-glencore-s-congo-e774511/

[151] https://projekte.sueddeutsche.de/paradisepapers/wirtschaft/mining-for-control-in-glencore-s-congo-e774511/

[152] https://projekte.sueddeutsche.de/paradisepapers/wirtschaft/mining-for-control-in-glencore-s-congo-e774511/

[153] https://projekte.sueddeutsche.de/paradisepapers/wirtschaft/mining-for-control-in-glencore-s-congo-e774511/

[154] https://projekte.sueddeutsche.de/paradisepapers/wirtschaft/mining-for-control-in-glencore-s-congo-e774511/

[155] https://projekte.sueddeutsche.de/paradisepapers/wirtschaft/mining-for-control-in-glencore-s-congo-e774511/

[156] https://home.treasury.gov/news/press-releases/sm0243

[157] https://home.treasury.gov/news/press-releases/sm0243

[158] https://www.theafricareport.com/54978/drc-embattled-dan-gertler-tries-communication-blitz/

[159] https://home.treasury.gov/news/press-releases/sm0243

[160] https://www.theafricareport.com/21839/drc-albert-yuma-and-dan-gertler-in-complex-gecamines-loan-dispute/

[161] https://www.theafricareport.com/21839/drc-albert-yuma-and-dan-gertler-in-complex-gecamines-loan-dispute/

[162] https://home.treasury.gov/news/press-releases/sm0243

[163] https://www.nytimes3xbfgragh.onion/2021/01/24/us/politics/dan-gertler-sanctions.html

[164] https://www.ft.com/content/7fe9e2c3-197b-48d6-b8df-276832fc56cd

[165] https://projekte.sueddeutsche.de/paradisepapers/wirtschaft/mining-for-control-in-glencore-s-congo-e774511/

[166] https://panamapapers.investigativecenters.org/drc-copper-mining/

[167] https://panamapapers.investigativecenters.org/drc-copper-mining/

[168] https://panamapapers.investigativecenters.org/drc-copper-mining/

[169] https://panamapapers.investigativecenters.org/drc-copper-mining/

[170] https://panamapapers.investigativecenters.org/drc-copper-mining/

[171] https://www.raid-uk.org/sites/default/files/pr-implement-lutundula.pdf

[172] https://panamapapers.investigativecenters.org/drc-copper-mining/

[173] https://panamapapers.investigativecenters.org/drc-copper-mining/

[174] https://panamapapers.investigativecenters.org/drc-copper-mining/

[175] https://panamapapers.investigativecenters.org/drc-copper-mining/

[176] https://www.globalwitness.org/en/archive/more-transparency-resource-sector-vital-congo-benefit-debt-relief/

[177] https://www.africa-confidential.com/article-preview/id/3626/Contract_clashes

[178] https://www.mining.com/meet-the-israeli-middleman-said-to-have-stripped-and-flipped-first-quantums-drc-mine-76979/

[179] https://panamapapers.investigativecenters.org/drc-copper-mining/

[180] https://www.radiookapi.net/economie/2014/12/16/katanga-plus-de-100-vehicules-bloques-au-poste-douanier-de-kasumbalesa

[181] https://panamapapers.investigativecenters.org/drc-copper-mining/

[182] https://panamapapers.investigativecenters.org/drc-copper-mining/

[183] https://www.africa-confidential.com/article-preview/id/3626/Contract_clashes

[184] https://www.africa-confidential.com/article-preview/id/3626/Contract_clashes

[185] https://www.africa-confidential.com/article-preview/id/3626/Contract_clashes

[186] https://www.africa-confidential.com/article-preview/id/3626/Contract_clashes

[187] https://www.theafricareport.com/54978/drc-embattled-dan-gertler-tries-communication-blitz/

[188] https://www.theafricareport.com/54978/drc-embattled-dan-gertler-tries-communication-blitz/

[189] https://www.theafricareport.com/54978/drc-embattled-dan-gertler-tries-communication-blitz/

[190] https://www.theafricareport.com/54978/drc-embattled-dan-gertler-tries-communication-blitz/

[191] https://www.theafricareport.com/54978/drc-embattled-dan-gertler-tries-communication-blitz/

[192] https://www.theafricareport.com/54978/drc-embattled-dan-gertler-tries-communication-blitz/

[193] https://www.theafricareport.com/54978/drc-embattled-dan-gertler-tries-communication-blitz/

[194] https://www.theafricareport.com/54978/drc-embattled-dan-gertler-tries-communication-blitz/

[195] https://afrique.lalibre.be/26057/jean-jacques-lumumba-le-palu-insulte-le-nom-de-mon-aieul/

[196] https://www.pplaaf.org/cases/the-lumumba-papers.html

[197] https://www.pplaaf.org/cases/the-lumumba-papers.html

[198] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[199] https://www.pplaaf.org/cases/the-lumumba-papers.html

[200] https://www.pplaaf.org/cases/the-lumumba-papers.html

[201] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[202] https://www.pplaaf.org/cases/the-lumumba-papers.html

[203] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[204] https://www.pplaaf.org/cases/the-lumumba-papers.html

[205] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[206] https://www.occrp.org/documents/drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money/DRC-9-EGAL-annuel-report.pdf p6

[207] https://www.occrp.org/documents/drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money/DRC-9-EGAL-annuel-report.pdf p6

[208] http://www.lumumbapapers.info/

[209] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[210] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[211] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[212] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[213] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[214] https://www.pplaaf.org/cases/the-lumumba-papers.html

[215] https://www.pplaaf.org/cases/the-lumumba-papers.html

[216] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[217] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[218] https://www.pplaaf.org/cases/the-lumumba-papers.html

[219] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[220] https://www.pplaaf.org/cases/the-lumumba-papers.html

[221] https://www.theglobeandmail.com/news/world/the-child-miners-of-congo/article4486038/

[222] https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/07/13/girafes-buffles-et-zebres-en-cargo-ou-les-lubies-animalieres-de-joseph-kabila_5160098_3212.html

[223] https://www.pplaaf.org/cases/the-lumumba-papers.html

[224] https://www.pplaaf.org/cases/the-banana-port-papers.html

[225] https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/07/13/girafes-buffles-et-zebres-en-cargo-ou-les-lubies-animalieres-de-joseph-kabila_5160098_3212.html

[226] https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/07/13/girafes-buffles-et-zebres-en-cargo-ou-les-lubies-animalieres-de-joseph-kabila_5160098_3212.html

[227] https://www.occrp.org/en/daily/9236-whistleblowers-sue-gabon-bank-after-unveiling-corruption

[228] https://www.pplaaf.org/cases/the-lumumba-papers.html

[229] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[230] https://www.pplaaf.org/cases/the-lumumba-papers.html

[231] https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/07/13/girafes-buffles-et-zebres-en-cargo-ou-les-lubies-animalieres-de-joseph-kabila_5160098_3212.html

[232] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[233] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[234] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[235] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[236] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[237] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[238] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[239] https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/07/13/girafes-buffles-et-zebres-en-cargo-ou-les-lubies-animalieres-de-joseph-kabila_5160098_3212.html

[240] https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/07/13/girafes-buffles-et-zebres-en-cargo-ou-les-lubies-animalieres-de-joseph-kabila_5160098_3212.html

[241] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[242] https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/07/13/girafes-buffles-et-zebres-en-cargo-ou-les-lubies-animalieres-de-joseph-kabila_5160098_3212.html

[243] https://www.occrp.org/documents/drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money/DRC-18-Noahs-Ark-Firme-Espoire.pdf

[244] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[245] https://www.occrp.org/en/investigations/7234-drc-company-promised-cheap-food-delivers-stolen-money

[246] https://www.pplaaf.org/cases/the-banana-port-papers.html

[247] https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/07/13/girafes-buffles-et-zebres-en-cargo-ou-les-lubies-animalieres-de-joseph-kabila_5160098_3212.html

[248] https://www.politico.cd/encontinu/2021/01/01/egal-poursuit-jean-jacques-lumumba-pour-imputations-dommageables.html/74477/

[249] https://www.politico.cd/encontinu/2021/01/01/egal-poursuit-jean-jacques-lumumba-pour-imputations-dommageables.html/74477/

[250] https://www.virungaparkcongo.com/congo-tour-destinations/upemba-national-park/

[251] https://savevirunga.com/2020/09/14/9430/

[252] https://savevirunga.com/2020/09/14/9430/

[253] https://www.researchgate.net/profile/Eduardo_Salcedo-Albaran/publication/322339311_Coltan_Trafficking_Network_in_the_Democratic_Republic_of_the_Congo/links/5a54e6764585152af77fd73d/Coltan-Trafficking-Network-in-the-Democratic-Republic-of-the-Congo.pdf

[254] https://www.researchgate.net/profile/Eduardo_Salcedo-Albaran/publication/322339311_Coltan_Trafficking_Network_in_the_Democratic_Republic_of_the_Congo/links/5a54e6764585152af77fd73d/Coltan-Trafficking-Network-in-the-Democratic-Republic-of-the-Congo.pdf

[255] https://www.researchgate.net/profile/Eduardo_Salcedo-Albaran/publication/322339311_Coltan_Trafficking_Network_in_the_Democratic_Republic_of_the_Congo/links/5a54e6764585152af77fd73d/Coltan-Trafficking-Network-in-the-Democratic-Republic-of-the-Congo.pdf

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.