paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

65 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2021

Comment Rio Tinto met en danger les intérêts occidentaux en Mongolie

Des négociations difficiles pour achever et reprendre les travaux de la mine d'Oyu Tolgoi, qui représente à elle seule un tiers du PIB de la Mongolie

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Si tu veux construire haut, tu dois creuser profond", dit un proverbe mongol[1]. C'est en creusant profondément que la Mongolie gagne sa vie. Le cuivre, le charbon, l'or, le fer et le zinc sont les principales exportations du pays[2], tandis que les gisements de molybdène, de spath fluor, d'uranium et de tungstène placent la Mongolie en bonne place sur la carte de la troisième révolution industrielle[3]. Le plus grand marché pour cette richesse est l'industrie chinoise[4]. Si la cupidité des entreprises occidentales n'est pas maîtrisée, Oulan-Bator pourrait se retrouver coincé entre le voisin étranger de la Russie[5] et le "souffle" industriel de la Chine[6].

C'est un problème, car la Chine[7] et la Russie[8] ont toutes deux démontré qu'elles utiliseront l'accès aux ressources naturelles de manière instrumentale : et la richesse minérale de la Mongolie revêt une importance stratégique pour les puissances industrielles occidentales. Le pays a triplé son PIB depuis 1991, avec un taux de croissance moyen de 6 % par an[9].

Bâtir une économie sur l'exploitation minière n'est pas facile. La dépendance à l'égard de l'industrie minière signifie que les finances publiques sont exposées à la volatilité des prix. L'exportation la plus précieuse du pays, le cuivre, est le canari dans la cage de l'économie mondiale. Regardez les prix du cuivre si vous voulez vérifier la santé de l'économie mondiale[10]. Le cuivre a plongé en 2008, comme il le fera en 2020. Se préparer à ce type de volatilité est plus facile à dire qu'à faire.

L'exploitation minière est une industrie à forte intensité de capital. Passer de la découverte à l'exploitation d'une mine demande des années de travail, un goût du risque et des centaines de millions de dollars. Pour les pays en développement, l'emprunt a un prix élevé. Ainsi, si vous êtes un pays en développement, ou si vous faites intervenir de très grands États ou de très grandes entreprises, vous aurez des partenaires qui auront tendance à vous marcher sur les pieds.

Turquoise Hill et l'Orient sauvage

Oyu Tolgoi se traduit en anglais par "Turquoise Hill". C'est l'une des plus grandes mines de cuivre du monde. L'histoire de la mine rappelle les histoires de frontières du Far West. Le projet minier est situé dans l'un des environnements les plus inhospitaliers au monde, dans le sud du désert de Gobi, sur un plateau à 1 154 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le travail se déroule dans un environnement brutal, avec des températures allant de -40 C à +45 C. Le développement de la mine a nécessité la modernisation des réseaux routiers, la pose de pipelines, la construction d'une piste d'atterrissage, le développement de systèmes de distribution d'eau et la création d'un réseau électrique pour 10 000 travailleurs et leurs familles[12].

L'ascension de cette montagne n'est pas pour les âmes sensibles. Ceux qui ont cherché de l'or là-haut ont suivi une "carte au trésor" soviétique datant de 1957, qui désignait la région sous le nom de Bor Ovoo (colline brune). Dans les années 1990, alors que la Mongolie se libérait des bras surprotecteurs de l'Union soviétique, le pays a cherché un moyen de sortir de la stagnation économique[13].

En 1994, Sh. Otgonbileg, le PDG de l'entreprise publique Erdenet Mining Corporation (EMC), a contacté la société américaine Magma Copper Company (MCC) et l'a invitée à explorer le pays. La Mongolie est le 20e plus grand pays du monde, soit à peu près la taille de l'Iran ou deux fois celle de la Turquie. Avec une population de seulement trois millions d'habitants, le pays a la plus faible densité de population au monde[14]. Pour chercher la richesse, il faut souvent aller là où personne n'est allé auparavant.

Ces cow-boys particuliers avaient des guides locaux. En 1997, plus de 80% de la Mongolie a été cartographiée géologiquement, en tirant parti de l'échantillonnage géochimique soviétique et des levés géophysiques aériens datant des années 1960. BHP Billiton a acquis MCC en 1996 et a commencé l'exploration à Oyu Tolgoi dans le cadre d'un programme de reconnaissance régionale du sud du désert de Gobi. L'exploration n'a pas donné de résultats significatifs et en 1998, le projet a été suspendu[15].

Là où un chasseur de trésor échoue, un autre réussit. La société Ivanhoe Mines, basée à Vancouver, a acheté la concession d'Oyu Tolgoi en mai 2000. La société a commencé à forer et a eu le bon sens d'engager un géologue chevronné qui avait dirigé une ancienne mission soviétique en 1983, Dondog Garamjav. En juillet 2001, son équipe a découvert l'une des zones les plus riches au monde en or, cuivre et molybdène à haute teneur[16].

Rio Tinto arrive

Pour développer la mine, en 2006, les Canadiens ont fait appel aux gros bonnets de l'industrie minière mondiale, offrant à Rio Tinto la part du lion de l'entreprise Turquoise Hill. Il y avait peu de doute qu'il y avait de l'argent à gagner. En 2009, les forages d'exploration profonds d'Ivanhoe ont recoupé une autre minéralisation à haute teneur en cuivre-molybdène et en or ; un autre forage a été effectué au début de 2011[18].

Il est absurde pour Rio Tinto d'être la deuxième société minière du monde si elle ne prend pas de risques. Alors que la crise financière mondiale éclate, que les prix du cuivre s'effondrent et que le gouvernement mongol frappe à la porte du Fonds monétaire international, Rio Tinto resserre son emprise et signe un lucratif contrat de concession minière. En mars 2010, le gouvernement mongol, Rio Tinto[19] et la société canadienne Ivanhoe Mines[20] ont formé un consortium.

Le géant anglo-australien a obtenu une participation majoritaire de 44,6 % dans la société[21], tandis que le gouvernement en a conservé 34 %. À l'époque, Ivanhoe avait estimé le coût initial du développement à 4 milliards de dollars. Rio Tinto a ensuite doublé les prévisions de coûts[22]. Cela a entraîné de très graves tensions entre Rio Tinto et le gouvernement de Mongolie et a donné lieu à un différend toujours non résolu, que l'arbitrage n'a pas réussi à résoudre, dans une crise qui continue de remettre en question l'avenir du projet.

Attirer les investisseurs étrangers

En 1997, le gouvernement mongol a introduit une loi qui a ouvert la porte à une série d'incitations spéciales pour que les entreprises s'engagent dans l'exploration et le développement miniers. Cette approche stratégique a porté ses fruits : depuis 2002, le ministère mongol des mines a délivré un peu moins de 3 000 licences d'exploration, couvrant plus de 30 % du territoire du pays[24]. En 2011, la Mongolie était l'économie à la croissance la plus rapide de la planète[25]. Turquoise Hill est un projet clé dans ce développement.

L'État a accepté une concession d'un demi-siècle. En négociant la charge fiscale de Rio Tinto, le géant anglo-australien a obtenu un traitement spécial. L'accord-cadre garantit des taux réduits d'impôt sur le revenu et d'impôt foncier, des exonérations de TVA et de droits d'accises, ainsi que toute une série d'avantages destinés à atténuer les risques et à rendre les investissements attrayants. Il est à noter que les pertes d'investissement sont exonérées d'impôt et que les litiges entre actionnaires peuvent être soumis à la Cour internationale d'arbitrage de Londres[26].

En outre, l'entreprise s'est vue attribuer un véritable pouvoir politique : le consortium contrôle les écoles, le marché du travail, les ressources en eau et a même un rôle garanti par contrat dans le gouvernement local[27]. Rio Tinto semble utiliser ce pouvoir dans toute sa mesure, en faisant peu de cas de ses obligations envers l'environnement, la culture et le milieu de la Mongolie[28].

Depuis 2013, Rio Tinto ne cesse de signaler des dépassements de coûts et conteste toujours la facture fiscale[29]. Dans un premier temps, Rio Tinto a fait passer le prix du développement de 5,1 à 7,1 milliards de dollars[30]. En 2019, le géant anglo-australien a déclaré que le développement sera retardé de deux ans, ce qui ajoutera un énorme 1,5 milliard de dollars en coûts de reconception et de développement. En septembre 2020, l'entreprise a ajouté 140 millions de dollars de dépassement de coûts supplémentaires, en raison des restrictions causées par Covid-19[31]

Ces pertes ont donné lieu à un litige fiscal. En février 2020, Oyu Tolgoi Llc a entamé un processus d'arbitrage international contestant une facture fiscale de 155 millions de dollars pour la période 2013-2015 ; la société conteste également une facture fiscale de 228 millions de dollars pour la période 2016-2018[32]. Néanmoins, dans l'intervalle, l'entreprise réalise un bénéfice considérable. Ayant accepté de financer la part de l'investissement du gouvernement dans la mine[33], Rio Tinto reçoit un intérêt de 6,74 % sur les 2,2 milliards de dollars que le gouvernement a investis, tout en percevant 1,3 milliard de dollars de frais de gestion depuis 2013. Pour une exploitation déficitaire, la mine est assez rentable[34]. L'actionnaire majoritaire gagne de l'argent, mais pas la Mongolie.

Le résultat est que si Rio Tinto obtient ce qu'il demande pour l'impasse d'Oyu Tolgoi, le gouvernement mongol s'attend à ce que, d'ici 2051, l'investissement ne génère aucun revenu et entraîne un coût du service de la dette de 22 milliards de dollars[36]. Cela ne semble pas être une charge tout à fait équitable pour le contribuable.

Rio Tinto propose de réduire la charge du service de la dette en échange d'une participation encore plus importante au projet, par ailleurs déficitaire[37]. En effet, Rio Tinto a ouvert l'accès des investisseurs à d'autres sources de financement, déclenchant l'ire non seulement du gouvernement mongol, mais aussi des investisseurs canadiens minoritaires qui avaient lancé le projet[38].

La Mongolie ne peut pas se permettre de se retirer du jeu. Le cuivre actuellement extrait de l'usine représente 50 % des exportations totales de minerais du pays. Mais les puits souterrains n'atteignent que 80 % des gisements du projet, ce qui fait grimper les coûts[39]. Le gouvernement a inévitablement soulevé la question de la responsabilité des erreurs de développement et de conception de Rio Tinto. Rio Tinto rejette toute responsabilité, invoquant des "conditions rocheuses défavorables", et reporte les coûts de restructuration sur le contribuable mongol.

Le conseil d'administration de Turquoise Hill Resources a demandé à une commission indépendante, dont la légitimité n'a jamais été mise en doute, d'évaluer la question de la responsabilité[40].  Cet examen a donné lieu à un rapport de 157 pages publié en septembre 2021. Le rapport donne raison au gouvernement mongol[41]. La direction de Rio Tinto, conclut le rapport, n'a pas su gérer le développement du sous-sol, il y a eu des échecs de conception évidents et, par conséquent, des investissements inutiles et coûteux[42].

Rio Tinto continue d'imputer les dépassements de coûts à des problèmes géotechniques[43] et, plus récemment, à la qualité des ressources humaines ; les syndicats demandent en vain à la société d'étayer ses affirmations par des faits[44]. En bref, le développeur et l'exploitant du projet est la seule partie prenante sans responsabilité. Les régulateurs de la Securities and Exchange Commission des États-Unis et de la Financial Conduct Authority du Royaume-Uni[45] mènent leurs propres évaluations pour déterminer si Rio Tinto a pu violer les règles de transparence[46]. Ce qui est clair, c'est que le gouvernement mongol se défend, enfermé dans son coin du ring[47].

Le poids géopolitique

La Mongolie n'est pas un "sultanat", peut-être dirigé depuis des générations par une seule famille corrompue. Le pays s'est révélé être une démocratie multipartite où le président en exercice peut perdre les élections[49], plutôt qu'un régime d'État captif dirigé par des réseaux de pouvoir corrompus. Le gouvernement réagit de manière décisive à un cas spécifique de corruption impliquant la gestion de la holding minière d'État Erdenet (ELC). Selon l'Agence indépendante contre la corruption (IAAC), l'ancien Premier ministre Chimed Saikhanbileg serait coupable de fraude et de blanchiment d'argent. Rompant avec les traditions régionales, la Mongolie a rapidement procédé à l'inculpation du réseau impliqué et, en 2019, a placé ELC sous administration pour six mois[50].

Suivant le modèle norvégien, la Mongolie fait preuve de clairvoyance et a créé un fonds souverain[51], ce qui équivaut à une police d'assurance collective pour l'avenir de sa population, car elle cherche à atténuer le risque de dépendance à l'égard des ressources minérales. Dans le même temps, la Mongolie se préoccupe de sa réputation internationale, en prouvant qu'elle est une bonne destination pour les investissements. Évitant un affrontement avec le géant anglo-australien, la Mongolie demande de meilleures conditions de financement[52], car l'"option finale" de la nationalisation minerait la confiance des investisseurs étrangers.

Mais l'intransigeance de Rio Tinto pourrait avoir de graves conséquences géopolitiques. La Mongolie est éclipsée par ses voisins, tant par sa taille que par sa population. Cet État bouddhiste a fait sécession de la dynastie mandchoue de Chine en 1911. Grâce à une combinaison de moyens militaires et diplomatiques, l'URSS a fait du pays un État satellite dans les années 1920 et a maintenu une emprise ferme jusqu'en 1990[53], luttant contre les ambitions japonaises sur la région dans les années 1930 et 1940.

Historiquement, la souveraineté mongole est un exercice d'équilibre. La Chine est le premier partenaire commercial de la Mongolie et son principal marché. La politique "Go West" de la Chine visant à développer son arrière-pays signifie que Pékin cherche à renforcer la connectivité de l'Asie centrale, à promouvoir la migration à grande échelle des entreprises situées sur la côte est prospère vers Chongqing, Chengdu, Zhengzhou, Wuhan et Xi'an. D'énormes investissements dans le commerce transeurasien sont relancés. Les liens entre les deux pays sont aussi évidents que nécessaires, surtout si l'on considère que la Chine abrite six millions de Mongols, soit deux fois la population de la Mongolie[54].

La Russie est le deuxième partenaire commercial de la Mongolie. En 2003, Moscou a annulé la majeure partie de la dette soviétique de 11 milliards de dollars de la Mongolie et a financé des investissements dans des routes, des chemins de fer, des mines d'uranium, de charbon et de cuivre. Les entreprises russes ont la mainmise sur les gisements d'uranium existants (Priargunsky) et prévoient de développer d'autres perspectives (Rosatom). Moscou conserve le monopole de l'approvisionnement en gaz naturel du pays, tandis que M. Poutine a mené les efforts visant à développer les gisements de charbon du pays pour le marché chinois avide d'énergie, non sans concurrence chinoise[56]. Les intérêts russes sont donc également tournés vers le développement de la situation d'Oyu-Tolgoi[57].

Aucun pays ne peut échapper à la localisation. La politique étrangère de la Mongolie vise à créer un pont qualitatif vers le reste du monde, qui contrebalance la pression géopolitique qu'elle subit - et qu'elle recherche - de la part des Occidentaux. La "politique du troisième voisin" du pays[58] vise à exploiter des liens industriels profonds avec des pays et des entreprises qui peuvent rivaliser avec la puissance géopolitique de la Russie et de la Chine[59]. À cette fin, la Mongolie a signé des traités commerciaux bilatéraux avec le Canada et les États-Unis en 2019[60].

Si Rio Tinto obligeait la Mongolie à solliciter l'aide des entreprises publiques - qui bénéficient d'un prêt à taux réduit - l'Occident perdrait son ancrage en Mongolie, ce qui permettrait à la Russie et à la Chine de créer des monopoles miniers essentiels à la course à la troisième révolution industrielle, tout en sapant la "politique du troisième voisin" de la Mongolie. 

Le gouvernement mongol fait ce qu'il peut pour résister aux nouvelles demandes de Rio Tinto en matière de report des redevances et de dépassement des coûts[61]. Après des semaines d'accusations mutuelles, Rio Tinto a soumis au gouvernement une nouvelle offre proposant le paiement anticipé des redevances en échange du transfert des parts de l'État[62] à Entrée-Oyu Tolgoi Llc. Il s'agit d'une entreprise basée aux Pays-Bas entre Rio Tinto et son nouveau partenaire industriel canadien, Entrée Resources[63]. Rio Tinto a également placé un banquier mongol, Bold Baatar, à la tête de la nouvelle division mondiale du cuivre[64]. La balle est maintenant dans le camp de la Mongolie.

[1] https://hiddennature.org/blog/2019/10/4/if-you-want-to-build-high-you-must-dig-deep

[2] EBRD - Mining Operations in Mongolia

[3] https://www.youtube.com/watch?v=Aq4MFbJmFCU&ab_channel=DLDconference

[4] https://www.cia.gov/the-world-factbook/countries/mongolia/#economy

[5] https://www.wilsoncenter.org/blog-post/chain-crises-russias-near-abroad-catches-moscow-surprise

[6] https://www.bbc.com/future/article/20150402-the-worst-place-on-earth ;

https://economictimes.indiatimes.com/news/politics-and-nation/cpec-an-indication-of-chinas-search-for-lebensraum-in-pakistan-and-pok/articleshow/58640293.cms

[7] https://oxfordbusinessgroup.com/analysis/plentiful-potential-country-home-major-deposits-rare-earth-minerals

[8] “Can Europe escape Gazprom's energy stranglehold?”, DW, 11.07.2021, https://www.dw.com/en/can-europe-escape-gazproms-energy-stranglehold/a-58222974

[9] Mongolia Overview: Development news, research, data | World Bank

[10] https://www.macrotrends.net/1476/copper-prices-historical-chart-data

[11] https://www.fool.com/investing/2021/03/04/why-turquoise-hill-resources-stock-is-tumbling-tod/

[12] https://www.riotinto.com/operations/mongolia/oyu-tolgoi

[13] https://data.worldbank.org/indicator/NY.GDP.MKTP.KD.ZG?locations=MN

[14] https://www.worldometers.info/world-population/population-by-country/

[15] https://turquoisehill.com/oyu-tolgoi/history/

[16] Byambajan Dalaibuyan, “The story of the Discovery of Oyu Tolgoi,” The University of Queensland, April 2016, (PDF) The story of the discovery of Oyu Tolgoi (researchgate.net)

[17] https://www.ledgerinsights.com/rio-tinto-baosteel-contour-trade-finance-blockchain/

[18] https://turquoisehill.com/oyu-tolgoi/history/

[19] https://web.archive.org/web/20100328135741/http://www.riotinto.com/contactus.asp

[20] Ivanhoe Mines Website https://www.ivanhoemines.com/about/

[21] Euan Rocha, “UPDATE 2-Ivanhoe finalizes Oyu Tolgoi investment agreement,” Reuters, March 31st, 2010, UPDATE 2-Ivanhoe finalizes Oyu Tolgoi investment agreement | Reuters

[22] Rio Tinto Mismanagement Caused Mongolia Copper Mine’s Woes, Report Says, https://www.wsj.com/articles/rio-tinto-mismanagement-caused-mongolia-copper-mines-woes-report-says-11628503201

[23] https://www.worldatlas.com/articles/what-type-of-government-does-mongolia-have.html

[24] https://investingnews.com/innspired/mongolia-unique-mining-opportunities/

[25] https://www.eurasian-research.org/publication/the-wolf-economy-of-mongolia/#:~:text=In%202011%2C%20the%20Mongolian%20economy,%5BWorld%20Bank%2C%202011%5D.

[26] https://www.reuters.com/article/us-rio-tinto-mongolia-arbitration-idUSKBN20E2Y7

https://turquoisehill.com/site/assets/files/3722/oyu_tolgoi_ia_eng.pdf

[27] Chapter 6.13 to 6.19 of the Investment Agreement (Self-Discovered Water Resources) and Chapter 4 (Regional Development) https://turquoisehill.com/site/assets/files/3722/oyu_tolgoi_ia_eng.pdf

[28] https://www.somo.nl/rio-tinto-no-progress-only-hollow-talk/

[29] Michael Kohn; William Mellor (9 April 2013). "Mongolia Scolds Rio Tinto on Costs as Mine Riches Replace Yurts". Bloomberg Markets Magazine. Retrieved 5 May2013. Mongolia Scolds Rio Tinto on Costs as Mine Riches Replace Yurts - Bloomberg

[30] Stewart, Robb, "Rio Tinto to Cut 1,700 Jobs at Oyu Tolgoi Mine, Wall Street Journal, 15 August 2013., https://www.wsj.com/articles/SB10001424127887323639704579014201657311552

[31] Saheli Roy Choudhury, “Mongolia has concerns about Rio Tinto’s management of a major copper mine, official says,” CNBC, October 18, 2021 https://www.cnbc.com/2021/10/18/mongolia-has-concerns-about-rio-tintos-management-of-oyu-tolgoi.html

[32] https://www.riotinto.com/en/news/releases/2020/Oyu-Tolgoi-to-pursue-international-arbitration

[33] https://turquoisehill.com/site/assets/files/3724/2015-05-18_otumdafp.pdf

[34] Khaliun Bayartsogt, Mongolia to ‘carefully review’ financing offer by Rio Tinto, August 31, 2021, https://asia.nikkei.com/Business/Materials/Mongolia-to-carefully-review-financing-offer-from-Rio-Tinto

[35] L.Oyun-Erdene: Six month emergency regime announced for Erdenet Mining Corporation (gogo.mn)

[36] Mehanaz Yakub, Rio Tinto and Mongolian government to replace Oyu Tolgoi mine plan, https://magazine.cim.org/en/news/2021/rio-tinto-and-mongolian-government-to-replace-oyu-tolgoi-mine-plan-en/

[37] Zachary Skidmore, “Rio Tinto willing to cut rates on loans for Oyu Tolgoi expansion,” Mining Technology, August 31, 2021, https://www.mining-technology.com/news/rio-tinto-willing-to-cut-rates-on-loans-for-oyu-tolgoi-expansion/

[38] “Rio Tinto faces threat of legal action from investor in Mongolian project,” Reuters, December 1, 2020 https://www.reuters.com/article/us-rio-tinto-mongolia-idUSKBN28B3OI

[39] Development work at Rio Tinto’s Oyu Tolgoi mine in Mongolia slows, as coronavirus impact bites, https://www.proactiveinvestors.co.uk/companies/news/914989/development-work-at-rio-tintos-oyu-tolgoi-mine-in-mongolia-slows-as-coronavirus-impact-bites-914989.html

[40] Turquoise Hill 2020 Annual Report, https://www.annualreports.com/HostedData/AnnualReports/PDF/NYSE_TRQ_2020.pdf

[41] Patience could run out’: Mongolia warns Rio over copper mine, https://www.afr.com/companies/mining/patience-could-run-out-mongolia-warns-rio-tinto-over-copper-mine-20211009-p58ykj

[42] Patience could run out’: Mongolia warns Rio over copper mine, https://www.afr.com/companies/mining/patience-could-run-out-mongolia-warns-rio-tinto-over-copper-mine-20211009-p58ykj

[43] Neil Hume, “Rio challenges findings of independent report into Oyu Tolgoi cost blowout,” Financial Times, September 30, 2021, https://www.ft.com/content/a6ba4d4e-a872-4c38-a41e-035342bb1c86

[44] Ooluun B, “Rio Tinto caught red-handed,” MontSame, October, 15, 2021, https://montsame.mn/en/read/278117

[45] Rio Tinto faces FCA probe into $6.75 billion Mongolian mine - FT

https://www.reuters.com/article/us-britain-regulator-rio-tinto-plc-mongo-idUSKBN2EX2DX

[46] Rio Tinto Mismanagement Caused Mongolia Copper Mine’s Woes, Report Says, https://www.wsj.com/articles/rio-tinto-mismanagement-caused-mongolia-copper-mines-woes-report-says-11628503201

[47] Amar Adiya, "Ensuring interests and rights of Mongolia in the exploitation of the Oyu Tolgoi deposit," Mongolia Weekly, December 13, 2019, "Ensuring interests and rights of Mongolia in the exploitation of the Oyu Tolgoi deposit"

[48] http://www.xinhuanet.com/english/2018-06/10/c_137243022.htm

[49] https://freedomhouse.org/country/mongolia/freedom-world/2020

[50] L.Oyun-Erdene: Six month emergency regime announced for Erdenet Mining Corporation (gogo.mn)

[51] Mongolia to establish sovereign wealth fund - Xinhua | English.news.cn (xinhuanet.com)

[52] https://www.reuters.com/article/us-rio-tinto-oyu-tolgoi-mongolia-idUSKBN2A81JE

Mongolia seeking pact with Rio Tinto to replace copper mine expansion plan: FT

[53] https://uca.edu/politicalscience/dadm-project/asiapacific-region/chinamongolia-1911-1946/

[54] Deng, Xinmei; Ding; Cheng; Chou (2016). "Feeling Happy and Sad at the Same Time? Subcultural Differences in Experiencing Mixed Emotions between Han Chinese and Mongolian Chinese"Frontiers in Psychology7 (1692): 1692

[55] https://montsame.mn/en/read/133235

[56] https://nypost.com/2015/11/16/union-leader-sets-himself-on-fire-to-protest-sale-of-coal-industry/

[57] https://jamestown.org/program/russia-struggles-to-develop-new-joint-ventures-with-mongolia/

[58] https://youtu.be/FyGmFpd_JZY

[59] World Investment Report 2020 (unctad.org)

[60] Agreement Between Canada and Mongolia for the Promotion and Protection of Investments (international.gc.ca),

Investment Policy Review: Mongolia | UNCTAD

United States-Mongolia trade by authorizing duty-free treatment for certain imports from Mongolia, and for other purposes, E:\BILLS\S1188.IS (govinfo.gov)

[61] Mongolia has concerns about Rio Tinto's management of Oyu Tolgoi (cnbc.com) ; Rio challenges findings of independent report into Oyu Tolgoi cost blowout (pedfire.com) ; ‘Patience could run out’: Mongolia warns Rio over copper mine (afr.com)

[62] “Stausholm_s plan to bring Rio back in from cold”, The Australian, October 20, 2021

[63] Entrée Resources Files Amended Technical Report for its Interest in the Entrée/Oyu Tolgoi Joint Venture Property (yahoo.com)

[64] https://www.riotinto.com/en/news/releases/2021/Bold-Baatar-appointed-Chief-Executive-Rio-Tinto-Copper

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau