paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

97 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 mai 2022

Sri Lanka : galoper vers le désastre

Le Sri Lanka est en flammes. Cette fois, il ne s'agit pas d'un conflit ethnique, mais de la faim et du désespoir d'un peuple, dont le gouvernement, avide de richesses personnelles et engagé presque exclusivement dans le génocide de la minorité tamoule, a conduit l'État à la défaillance - à la faillite.

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Sri Lanka ne peut pas payer ses dettes : d'abord le carburant est tombé en panne, puis la nourriture et les médicaments, puis l'eau, puis les banques ont cessé de fonctionner. Le gouffre de la dette a tout dévoré. Le monde regarde cette évolution avec beaucoup d'inquiétude, mais ne sait pas quoi faire - et avec qui. La famille Rajapaksa, après des décennies de pouvoir incontesté, s'effondre[1]. Les gens manifestent dans les rues, de manière continue, de plus en plus désespérés et furieux, depuis plus de deux mois. Le Premier ministre Mahinda Rajapaksa a démissionné le 9 mai 2022[2]. À Colombo, le 31 mars, une foule en colère a poussé jusqu'à la maison du président Gotabaya Rajapaksa[3] - le frère de Mahinda - pour exiger sa démission : les émeutes ont été repoussées à l'aide de canons à eau et de gaz lacrymogènes, 50 personnes ont fini à l'hôpital. Le gouvernement déclare l'état d'urgence et arrête 600 personnes[4].

La dette extérieure s'élève désormais à près de 51 milliards de dollars[5]. Depuis des jours, des files d'attente de plus en plus longues se forment devant les stations-service sans carburant ; il y a une pénurie de gaz pour cuisiner, une pénurie de médicaments, les moyens de transport se sont effondrés ; le gouvernement suspend l'électricité treize heures par jour, les hôpitaux cessent de fonctionner : ils n'ont pas de diesel pour les générateurs ; il y a une pénurie de nourriture, les supermarchés sans électricité ne peuvent pas stocker de nourriture, le réseau téléphonique et l'internet subissent des interruptions constantes. C'est la pire crise de l'année 1948 : parmi les raisons, il y a certainement l'épidémie de Covid19, la crise ukrainienne, mais la véritable responsabilité de cette situation désastreuse incombe au gouvernement, totalement incapable de gérer l'économie. Les citoyens accusent la famille Rajapaksa, qui contrôle la politique depuis 2005, de corruption, de népotisme et d'autoritarisme.

Une mosaïque ethnique et religieuse complexe

Le Sri Lanka souffre de manière endémique de tensions interethniques : les Cinghalais, qui avec 74,9% de la population - environ 15 millions de personnes - constituent la communauté majoritaire, sont divisés non seulement par des différences de castes, mais aussi par des différences religieuses et culturelles. Bien que l'écrasante majorité soit bouddhiste (plus de 70%)[7], les communautés hindoue (12,6%)[8] et musulmane (9,7%)[9] restent importantes. Néanmoins, les chrétiens (seulement 1,3%)[10] sont ceux qui tiennent les rênes du pouvoir. Il y a ensuite les Tamouls, divisés en deux groupes, l'un d'origine sri-lankaise et l'autre indien, de religion majoritairement hindoue et chrétienne[11]. Chez les hindous, l'ancien système de castes fonctionne de manière plus rigide que chez les Cinghalais[12].

La communauté musulmane se divise et est divisée en trois groupes : le plus ancien est celui des Maures sri-lankais, le deuxième est celui des Malais, amenés là par les Hollandais aux 17ème et 18ème siècles; le troisième et dernier groupe comprend les Maures indiens, dont la plupart sont des Tamouls ethniques du sud de l'Inde[13]. De plus en plus d'informations font état d'attitudes et de pratiques discriminatoires à l'égard de la communauté musulmane : pendant la pandémie, par exemple, les autorités ont interdit l'enterrement des victimes du Covid, les obligeant à se soumettre à la crémation, un rite interdit par l'Islam[14].  En 2020, le gouvernement a interdit l'utilisation de la burqa et de toutes les autres formes de couverture du visage sous prétexte de sécurité nationale[15]; plus de 1 000 écoles religieuses islamiques ont été fermées, contrairement aux politiques d'éducation nationale[16].

La rancœur à l'égard des musulmans s'est surtout accrue après les attaques simultanées du dimanche de Pâques 2019[17], qui ont déchiré trois églises et autant d'hôtels, faisant près de 270 morts, dont 45 ressortissants étrangers : la pire attaque de l'histoire du Sri Lanka. La responsabilité a été très rapidement attribuée à des groupes armés locaux affiliés à ISIL (ISIS)[18], bien qu'après trois ans d'enquête, aucune vérité n'ait encore été établie. Récemment, le cardinal Malcolm Ranjith, chef de l'Église catholique sri-lankaise, a déclaré que, d'après les résultats de l'enquête, il semble qu'une "conspiration politique" soit à l'origine des attentats[19].

Un quart de siècle de persécutions et de massacres

La guerre civile au Sri Lanka est l'une des nombreuses guerres oubliées dans le monde, une guerre que la communauté internationale a ignorée pendant trop longtemps. Elle a duré plus de 25 ans et a coûté la vie à plus de 130 000 personnes (146 679 disparus, presque tous probablement morts[21]). Cette guerre est née de la politique de "diviser pour régner" appliquée par les forces coloniales. Deux fois plus grand que la Belgique, le Sri Lanka est la 25e plus grande île du monde et est immergé dans l'océan Indien. À seulement 33 km de l'Inde, les deux régions étaient autrefois reliées par le pont d'Adam, qui enjambait le détroit de Palk, dont on ignore s'il est naturel ou artificiel. Aujourd'hui encore, il en reste de nombreuses traces et la mythologie veut qu'une armée de singes l'ait construite à la demande de la divinité hindoue, le roi Rama[22].

Selon les écritures, le Sri Lanka est un royaume indépendant depuis sa fondation en 438 avant J.-C., lorsqu'un prince aryen venu d'Inde a débarqué sur l'île et établi son royaume dans la plaine du centre-nord[23]. Elle a été suivie au fil du temps d'une série d'invasions majeures et d'incursions mineures par diverses dynasties du sud de l'Inde, sous les règnes d'Anuradhapura et de Polonnaruwa, jusqu'au 12e siècle, jusqu'au dernier règne de Kandy au 16e siècle[24]. Avec la capture du roi de Kandy le 19 février 1815, l'île de Sri Lanka, alors appelée Ceylan par les Européens, perd son indépendance de 2357 ans et devient une colonie britannique[25].

À cette époque, Ceylan comptait environ trois millions de Cinghalais, majoritairement bouddhistes, et 300 000 Tamouls hindous[26]. Le colonialisme britannique, à la recherche de profits, construit d'immenses plantations de café, de caoutchouc et de thé, et installe rapidement environ un million de Tamouls de l'Inde voisine pour les employer comme ouvriers[27]. Des écoles sont fondées pour eux, et on leur accorde également de nombreuses fonctions bureaucratiques : cette disproportion en faveur des Britanniques attise la colère de la majorité cingalaise qui, avec l'indépendance, va mettre en place des politiques anti-tamouls. Au cours de cette phase historique, les Tamouls d'origine indienne ne représentaient qu'un peu plus de la moitié de l'ensemble de l'ethnie tamoule et étaient considérés par le gouvernement comme des "non-Srilankais", privés du droit de vote : avec la loi sur la citoyenneté de Ceylan de 1948[28], les Tamouls indiens ont été effectivement interdits de citoyenneté, de sorte que 700 000 personnes sont devenues apatrides.

En 1956, la loi sur la langue officielle n° 33, ou loi sur le cingalais uniquement, a été promulguée, établissant le cingalais comme seule langue officielle de Ceylan, excluant ainsi le tamoul. Certaines parties de la loi ont été abrogées en 1958 avec le compromis "Cinghalais seulement, Tamoul aussi" : la "disposition spéciale" représente certainement un petit pas en avant, mais n'établit pas du tout une véritable égalité. Cette situation place les Tamouls ethniques dans une situation très désavantageuse : tout Tamoul dans la fonction publique est obligatoirement mis à la retraite, et ceux qui cherchent un emploi dans l'administration de l'État n'ont d'autre choix que d'apprendre la langue officielle. Ces mesures allaient contribuer à une augmentation décisive des hostilités entre Cinghalais et Tamouls, jusqu'à ce que, en 1983, les premiers soulèvements commencent dans la ville de Colombo et dans d'autres villes.

Les Tigres Tamouls

Le protagoniste des insurrections est l'armée des Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE), dont le chef charismatique est Velupillai Prabhakaran, qui s'inspire d'Alexandre le Grand et de Napoléon[30]. Les Tigres ont commencé dans les années 1970 comme un petit mouvement de la communauté tamoule contre la discrimination et l'injustice - et sont devenus en quelques années une armée organisée d'environ 30 000 hommes, avec une escouade suicide - la première à utiliser des femmes kamikazes et des ceintures explosives[31] - parmi les plus impitoyables du monde.

Il bénéficie d'un vaste soutien international qui lui fournit des armes et de l'argent : la diaspora tamoule, qui gère des dizaines d'organisations dans le monde et au moins trente-deux sociétés déguisées en organisations caritatives[32]. Il s'agit en partie d'organisations criminelles, spécialisées dans la piraterie maritime, le trafic d'êtres humains, la drogue et les armes, qui gagnent des millions grâce aux extorsions et à la falsification de passeports et de cartes de crédit - un chiffre d'affaires annuel compris entre 200 et 300 millions de dollars[33].

L'objectif du groupe est de réaliser une sécession armée afin de créer un État tamoul socialiste souverain dans le nord et l'est de l'île[34]. Le 1er juillet 1983, au milieu d'émeutes contre le gouvernement - émeutes qui, pour la première fois, ont uni des groupes religieux traditionnellement en conflit[35] - les Tigres tamouls ont attaqué une unité de l'armée régulière, tuant 13 soldats et en blessant 37[36]: l'attaque a provoqué de violentes réactions de la part des Cinghalais, qui ont coûté la vie à au moins 3 000 Tamouls tués et un nombre inconnu de personnes déplacées[37]. Les Tigres tamouls ont alors déclaré le début de la "première guerre d'Eelam", qui a duré jusqu'en 1987. Au cours de cette période, les séparatistes ont utilisé des voitures piégées, des mines terrestres et des ceintures explosives contre des cibles militaires et civiles cingalaises. La médiation du Premier ministre indien Indira Gandhi, accusé par la suite d'avoir favorisé les Tigres tamouls eux-mêmes[38], a échoué, et l'armée sri-lankaise a capturé, torturé et tué des milliers de civils tamouls - un génocide.

En 1987, le Premier ministre indien Rajiv Gandhi, inquiet de voir les pressions séparatistes s'étendre dans son propre pays, décide d'envoyer une force de maintien de la paix de 100 000 soldats (IPKF)[39]: l'action s'est avérée être un échec, coûtant la vie à 1 200 soldats et renforçant les séparatistes[40], et par vengeance, les Tigres tamouls ont organisé de nombreuses attaques sur le territoire indien[41]. En mai 1990, le président sri-lankais, Ranasinghe Premadasa, a contraint l'Inde à rappeler ses forces militaires[42]; ce retrait a laissé les Tigres contrôler de vastes zones du nord du Sri Lanka[43]. Un an plus tard, une femme kamikaze tue Rajiv Gandhi lors d'un meeting électoral[44]. Le président Premadasa meurt de la même façon en mai 1993[45].

Le 19 avril 1995, au cours de la deuxième phase de la guerre d'Eelam, après une trêve de 100 jours, les Tigres ont attaqué le port de Trincomalee, au nord-est du pays, dans une attaque suicide qui a tué 12 marins et fait exploser deux canonnières[47]. Au mois de décembre suivant, l'armée sri-lankaise a lancé une attaque pour conquérir Jaffna : après deux semaines de combats et un nombre considérable de victimes civiles (y compris celles qui se sont réfugiées dans les synagogues[48]) et militaires, l'armée sri-lankaise a réussi à capturer des villes clés comme Atchuveli, Avarankal et Puttur[49].

Le 8 octobre 1997, les États-Unis ont déclaré que les LTTE étaient une organisation terroriste[50]. La Grande-Bretagne et des dizaines d'autres pays leur ont emboîté le pas en 2001[51], lorsque les LTTE ont lancé une nouvelle attaque en faisant voler un avion léger au-dessus de l'aéroport civil de Colombo, larguant plusieurs bombes et détruisant environ la moitié de la flotte aérienne du Sri Lanka[52]. Des années supplémentaires se sont écoulées entre les attaques et les actions de la guérilla, tuant des civils, des militaires et des fonctionnaires. La Norvège garantit un processus de trêve qui est systématiquement entravé par le gouvernement de Colombo - qui accuse les Européens de soutenir les forces séparatistes[53].

Au cours des dernières phases de la guerre, les forces gouvernementales ont encerclé les Tigres tamouls sur une minuscule portion de territoire dans la région nord-est de Vanni, ainsi que des centaines de milliers de civils d'ethnie tamoule : une bataille féroce s'est ensuivie, au cours de laquelle les civils ont été utilisés comme boucliers humains, tués, torturés, les enfants utilisés comme réserves dans les contre-actions militaires, les hôpitaux et les lieux de culte bombardés[54], les femmes violées, l'accès à la nourriture, à l'eau et aux médicaments entravé[55]. Les trois zones de non tir établies pour faciliter la fuite des civils ne serviront à rien : les NFZ seront bombardées à plusieurs reprises par l'armée gouvernementale elle-même, semant des milliers de morts[56]: les trois derniers mois de la guerre resteront dans les mémoires comme le " massacre de Mullivaikkal ", une tentative de génocide contre le peuple tamoul[57].

La situation des Tigres tamouls devient de plus en plus difficile, et des plans de reddition commencent à être discutés entre eux. Le 18 mai 2009, le tournant : le commandant suprême des Tigres tamouls, Prabhakaran, est tué par les forces gouvernementales lors d'une bataille dans le village côtier de Mullivaikkal à Mullaittivu[58]. Capturé vivant, il a été exécuté sur place d'une balle dans la tête à bout portant[59]. Plusieurs soldats de son armée, arrêtés et capturés, subiront le même traitement[60]: désormais, les crimes de guerre ne sont plus comptabilisés. Le jour suivant, le Sri Lanka déclare la fin de la guerre[61].

Les abus se poursuivent

Le 13 mars 2009, alors que la guerre est toujours en cours, le Conseil des droits de l'homme de l'ONU accuse les deux parties de crimes de guerre : le ministre des affaires étrangères nie les accusations mais empêche en même temps les agences humanitaires et les observateurs d'entrer dans le pays pour effectuer les contrôles nécessaires[63]. La fin de la guerre ne met pas fin aux atrocités : un rapport[64] publié en 2014 par l'avocat Yasmin Sooka (menacé par la suite par les services de renseignement sri-lankais[65]) parle de la poursuite de graves persécutions à l'encontre des Tamouls. Il recueille de nombreux témoignages d'abus, notamment de sexe oral forcé, de viol anal et de torture à l'eau, de passages à tabac, de brûlures avec des cigarettes et de marques avec des objets chauds, des brutalités perpétrées par ou avec la complicité d'officiels sri-lankais[66]. Une triste réalité se dégage du rapport : cinq ans encore après le silence des armes, le génocide se poursuit.

Le 16 septembre 2016[67], le "rapport OISL" du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH) est publié[68], qui parle d'un "niveau horrible de violations et d'abus" et présente des preuves de violations par les forces gouvernementales, les paramilitaires pro-gouvernementaux et les LTTE : bombardements aveugles d'hôpitaux, de centres des Nations unies et de navires appartenant au groupe d'aide internationale de la Croix-Rouge[69], exécutions extrajudiciaires, disparitions forcées, torture et violences sexuelles, recrutement d'enfants, utilisation de civils comme boucliers humains et refus de l'aide humanitaire[70]. Le rapport confirme les récits, fournis par les victimes et les survivants, de crimes de guerre commis systématiquement pendant les derniers mois brutaux de la guerre civile et immédiatement après[71].

Le rapport indique que les violations perpétrées tant par le gouvernement que par les LTTE constituent des crimes contre l'humanité[72]. Le rapport contient un certain nombre de recommandations sur la manière dont le Sri Lanka peut jeter les bases d'une paix durable[73]. Le gouvernement d'unité nationale, qui arrive au pouvoir en 2015, adhère à la résolution 30/1 et promet de résoudre la question. Mais les choses ne changent pas, et l'ONU adopte deux nouvelles résolutions (34/1 en mars 2017 et 40/1 en mars 2019)[74]. La situation empire avec le nouveau gouvernement du président Gotabaya Rajapaksa : en février 2020, il se retire même du Conseil des droits de l'homme[75].

Le mouvement " Sri Lanka Campaign for Peace & Justice ", dans son rapport de février 2021, dénonce une situation sombre : la grande majorité des engagements pris par le gouvernement sont restés sur le papier, et seul un des quatre instruments clés de la justice promis est opérationnel[76]. En revanche, presque rien n'a été fait pour contrer la culture de l'impunité, profondément ancrée au Sri Lanka, un problème au centre des flambées cycliques de violence de masse[77]. En mars 2022, Michelle Bachelet, haut commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, a dénoncé l'incapacité du gouvernement à établir la responsabilité des atrocités commises par l'armée contre les civils tamouls[78].

Bachelet parle d'un pays qui "a pris la voie de la militarisation" et qui fait tout pour dissimuler les crimes commis et éroder les espaces démocratiques : elle appelle donc à "explorer la possibilité de sanctions ciblées contre les responsables présumés de graves violations et abus des droits de l'homme"[79]. Dans la région de l'île à majorité tamoule, l'extermination se poursuit : 146 679 disparus, plus de 40 000 assassinés, la répression violente des journalistes, des activistes, des avocats, la destruction des cimetières des héros de guerre tamouls et l'interdiction des événements commémoratifs, la construction de temples bouddhistes pour favoriser l'extinction de la culture tamoule ; les dommages causés à l'agriculture et à la pêche[80]. Il s'agit d'une tendance claire qui a commencé en 1983 et qui ne montre aucun signe de fin[81].

Histoire du clan Rajapaksa

Le clan Rajapaksa est une famille de propriétaires terriens du village de Giruwapattuwa, dans le district sud de Hambantota, enrichi par le riz et les noix de coco. Le clan est entré en politique lorsque Don Matthew Rajapaksa, fils de Don David Rajapaksa, a été élu au conseil d'État du district de Hambantota en 1936[83]: Don Matthew est mort en 1945 et son frère Don Alvin Rajapaksa a remporté l'élection partielle sans aucune opposition[84]. Lors des élections de 1947, deux membres de la famille ont gagné dans le district de Hambantota : Don Alvin Rajapakse et Laxman Rajapakse (le fils de Don Matthew) [85].

Pendant les trois décennies suivantes, personne n'a osé défier la famille Rajapaksa. Le deuxième fils de Don Matthew, George, né le 25 décembre 1936, devient ministre de la santé, ministre de la pêche, membre du Conseil d'État et du Sénat de Ceylan[86]: il est le petit-fils de Don Alvin Rajapaksa, membre fondateur du Sri Lanka Freedom Party, et cousin de Mahinda Rajapaksa[87]. Don Matthew est devenu membre du Parlement en 1947 et y est resté jusqu'en 1965, occupant divers postes ministériels[88]. La famille a occupé la scène politique sans être contestée jusqu'en 1977, date à laquelle, avec la victoire écrasante de l'UNP aux élections du 21 juillet, elle a perdu toute représentation au Parlement.

Un peu plus de dix ans plus tard, cependant, ils étaient de nouveau en selle : Mahinda et son frère Chamal ont été élus en 1989 dans le district de Hambantota[89]. Ancien ministre du travail (1994-2001) et ministre de la pêche (1997-2001), puis Premier ministre sous la présidence de Chandrika Kumaratunga[90], Mahinda Rajapaksa a été élu président en 2005 ; il a nommé son frère Basil Rajapaksa conseiller présidentiel : un frère surnommé "M. Dix pour cent"[91] en raison de sa corruption[92]. L'autre frère, Gotabhaya, secrétaire à la défense, est surnommé "The Terminator"[93] en raison de son irascibilité. En attente de plusieurs procès pour corruption, ses affaires seront balayées sous le tapis grâce à l'immunité qu'il a obtenue avec son élection à la présidence en 2010[94]. La liste des membres de sa famille dont Mahinda Rajapaksa s'entoure pendant son mandat est cependant très longue[95].

Au cours de son premier gouvernement, Mahinda Rajapaksa a fait tout son possible pour supprimer les limites constitutionnelles qui empêchaient un troisième mandat, assurant ainsi son pouvoir pour une longue période[96]. Il a hérité d'une situation économique grave, marquée par des défaillances profondes, fruit d'un néolibéralisme malade adopté en 1977 par le Parti national uni (UNP), qui avait suivi le programme du FMI de manière servile et désastreuse[97]. Mahinda continue avec la même gestion scélérate, poursuivant un endettement progressif, rêvant d'un nouveau Dubaï sur le front de mer de Galle Face à Colombo : la construction d'une nouvelle ville ultramoderne est confiée à une société d'État chinoise pour 1,4 milliard de dollars, plus la location gratuite des deux tiers du terrain pour une période de 99 ans[98]; l'accord comprend d'autres investissements ratés, comme l'aéroport de Hambantota, d'où ne décollent que cinq vols par semaine, et le port de Hambantota, qui a coûté un milliard de dollars et est pratiquement inutilisé[99]. Au total, Rajapaksa emprunte environ 8 milliards de dollars à la Chine, qu'il ne peut désormais plus rembourser[100].

En 2010, Mahinda Rajapaksa, adoré par la majorité bouddhiste cinghalaise pour avoir vaincu les Tigres tamouls, a été réélu président[102], entraînant avec lui Nirupama Rajapaksa (nièce de Gotabaya, récemment accusée avec son mari, Thirukumar Nadesan, de détenir des millions de dollars en liquide dispersés dans le monde entier, appartements et œuvres d'art[103]), Basil Rajapaksa (frère de Gotabaya, ancien ministre du Développement économique, arrêté en 2015 pour corruption et détournement de fonds en rapport avec une fraude de 70 millions de roupies, soit environ 530 000 dollars liée à la construction de logements sociaux[104]) et Namal Rajapaksa (neveu de Gotabaya, fils de Mahinda, frère de Gotabaya, ministre des Sports[105])[106]. Peu après, Chamal a été élu président du Parlement[107] et ministre du développement économique de Basil[108].

Les trois frères Rajapaksa sont désormais à la tête de cinq ministères : La défense, la justice, le développement économique, les finances et les infrastructures, soit au total 70 % du budget national[109]. Mais les accusations de corruption pèsent lourd : les élections de 2015 ont vu la victoire de Maithripala Sirisena, passé dans l'opposition peu avant le scrutin et bénéficiant des votes tamouls et musulmans[110]. Le programme du nouveau président est très ambitieux : abolir le système des pouvoirs occultes et la corruption, modifier la constitution pour protéger les minorités tamoules et enquêter sur les atrocités commises par les autorités pendant la guerre civile, notamment en punissant les péchés de la famille Rajapaksa[111]. Mais son gouvernement n'a pas les votes nécessaires pour faire les réformes, et il finit par nommer Mahinda Rajapaksa comme Premier ministre[112]: une trahison qui met fin à sa carrière[113]. En 2019, les élections sont remportées par Gotabaya Rajapaksa, ancien secrétaire à la défense et officier de renseignement[114].

Avec Gotabaya, c'est le coup de grâce pour une économie déjà compromise par la dette extérieure, une inflation incontrôlée et une population à bout de souffle. Le clan au pouvoir récolte ce qu'il a semé avec sa politique d'emprunts continus pour financer le déficit budgétaire, avec le chaos de la régulation fiscale, avec l'incapacité d'investir dans les exportations : en quelques mois, toute l'économie s'effondre[115]. Les attentats, l'épidémie de Covid et la crise en Ukraine ont ensuite porté un coup très dur au secteur du tourisme, le troisième secteur le plus important pour le pays[116], puisque la plupart des touristes viennent traditionnellement de Russie et d'Ukraine[117].

S'en sont suivies des mesures ignobles, comme le blocage des importations d'engrais, qui a entraîné une réduction de la récolte de plus de 30 %, obligeant le gouvernement à accorder des subventions[118], ou la réduction des impôts pour tenter de relancer l'économie[119], ou encore la folie d'interdire l'importation de voitures pour favoriser une production nationale inexistante[120]. La crise internationale porte le dernier coup, le coup fatal : jusqu'à il y a six mois, environ 18 % du PIB était constitué par les transferts de fonds des émigrants. Ceux-ci sont maintenant en difficulté, et en seulement trois mois, les envois de fonds, qui servaient à soutenir la monnaie sri-lankaise et à permettre aux banques de disposer des liquidités nécessaires à la population, ont chuté de plus de 35 %, et la tendance est encore plus inquiétante[121]. La réaction des banques et du gouvernement a été d'accroître le recours aux obligations étrangères (qui représentent aujourd'hui plus de 47 % de la dette), sachant qu'ils ne seraient jamais en mesure d'honorer les intérêts[122].

Le triste épilogue est par défaut. Pour la première fois, le pays ne peut pas rembourser 78 millions de dollars d'intérêts sur les dettes arrivant à échéance. Plus encore que la soif de pouvoir, la corruption, les intrigues politiques et les conflits interethniques des Rajapaksas, c'est l'incapacité, voire la stupidité, qui en est à l'origine. Presque toujours, rien ne peut nous sauver de cela.

[1] https://www.bbc.com/news/business-61505842

[2] https://www.bbc.com/news/world-asia-61381536

[3] https://www.ndtv.com/world-news/lanka-ex-pm-family-take-shelter-in-naval-base-amid-lethal-protests-over-economic-crisis-2961931

[4] https://www.ndtv.com/world-news/lanka-ex-pm-family-take-shelter-in-naval-base-amid-lethal-protests-over-economic-crisis-2961931

[5] https://tradingeconomics.com/sri-lanka/external-debt

[6] https://asiatimes.com/2019/12/sri-lanka-intel-chief-sacked-over-easter-attacks/

[7] https://www.uscirf.gov/sites/default/files/2021-10/2021%20Sri%20Lanka%20Country%20Update_0.pdf

[8] https://www.uscirf.gov/sites/default/files/2021-10/2021%20Sri%20Lanka%20Country%20Update_0.pdf

[9] https://www.uscirf.gov/sites/default/files/2021-10/2021%20Sri%20Lanka%20Country%20Update_0.pdf

[10] https://www.uscirf.gov/sites/default/files/2021-10/2021%20Sri%20Lanka%20Country%20Update_0.pdf

[11] https://www.britannica.com/place/Sri-Lanka/Plant-and-animal-life#ref388609

[12] https://www.britannica.com/place/Sri-Lanka/Plant-and-animal-life#ref388609

[13] https://www.everyculture.com/South-Asia/Moor-of-Sri-Lanka.html

[14] https://www.hrw.org/news/2021/01/18/sri-lanka-covid-19-forced-cremation-muslims-discriminatory

[15] https://www.aljazeera.com/news/2021/4/28/sri-lanka-cabinet-approves-proposed-ban-on-burqas-in-public

[16] https://www.theguardian.com/world/2021/mar/13/sri-lanka-to-ban-burka-and-close-1000-islamic-schools

[17] https://www.bbc.com/news/world-asia-48001720

[18] https://www.aljazeera.com/news/2019/4/22/hardline-local-group-linked-to-deadly-sri-lanka-attacks

[19] https://www.newsfirst.lk/2022/01/13/grenade-discovery-at-church-a-conspiracy-cardinal/

[20] https://jour210srilanka.wordpress.com/photography/mw2/

[21] https://www.tamilguardian.com/content/12-years-today-massacre-mullivaikkal

[22] https://www.express.co.uk/news/science/829341/adams-bridge-nasa-modern-humans

[23] https://www.colombotelegraph.com/index.php/sri-lankas-sinhalese-tamils-historical-myths-realities/

[24] https://www.colombotelegraph.com/index.php/sri-lankas-sinhalese-tamils-historical-myths-realities/

[25] https://www.sundaytimes.lk/150215/plus/200-years-ago-the-british-marched-into-kandy-135352.html

[26] https://www.thoughtco.com/the-sri-lankan-civil-war-195086

[27] https://indianexpress.com/article/research/indian-tamils-and-sri-lankan-tamils-here-is-the-difference-4654435/

[28] https://www.refworld.org/docid/3ae6b50414.html

[29] https://thediplomat.com/2015/07/sri-lankan-civil-war-what-if-the-tamil-tigers-werent-labelled-as-terrorists/

[30] https://www.aljazeera.com/news/2009/5/19/obituary-velupillai-prabhakaran

[31] https://www.hsdl.org/?view&did=18630

[32] https://www.inss.org.il/wp-content/uploads/sites/2/systemfiles/ShlomiYass.pdf “Sri Lanka and the Tamil Tigers:

Conflict and Legitimacy” - Shlomi Yass – from “Military and Strategic Affairs, Volume 6, No. 2” - August 2014

[33] https://www.inss.org.il/wp-content/uploads/sites/2/systemfiles/ShlomiYass.pdf “Sri Lanka and the Tamil Tigers:

Conflict and Legitimacy” - Shlomi Yass – from “Military and Strategic Affairs, Volume 6, No. 2” - August 2014

[34] https://www.satp.org/satporgtp/countries/srilanka/terroristoutfits/ltte.htm

[35] https://www.ilpost.it/2022/05/13/sri-lanka-crisi-economica-proteste/

[36] https://www.irishtimes.com/news/tamil-tigers-kill-13-soldiers-1.152879#:~:text=Colombo%20%2D%20Suspected%20Tamil%20Tiger%20rebels,detonated%20under%20an%20army%20bus.

[37] https://www.thoughtco.com/the-sri-lankan-civil-war-195086

[38] https://www.firstpost.com/world/indira-gandhi-helped-train-tamil-rebels-and-reaped-whirlwind-13913.html

[39] https://apps.dtic.mil/sti/pdfs/ADA294004.pdf

[40] https://www.sundayguardianlive.com/news/reminiscences-ipkf-peacekeeper

[41] https://www.dailypioneer.com/2015/columnists/25-years-ago-an-exit-following-a-debacle.html

[42] https://www.sundayguardianlive.com/news/reminiscences-ipkf-peacekeeper

[43] https://www.wionews.com/photos/a-timeline-to-tamil-tigers-37-year-marathon-struggle-against-lankan-army-for-separate-state-219592#india-enters-and-leaves-219581

[44] https://www.thehindu.com/in-school/rajivs-death-a-revisit/article5814423.ece

[45] https://www.latimes.com/archives/la-xpm-1993-05-02-mn-30334-story.html

[46] https://www.tamilguardian.com/content/13-years-today-no-fire-zone-smoke

[47] https://www.washingtonpost.com/archive/politics/1995/04/20/sri-lankas-tamil-rebels-blow-up-2-gunboats-ending-truce/4e607351-90d8-4010-9895-5e08792db04f/

[48] https://www.tamilguardian.com/content/fight-jaffna-october-1995

[49] https://www.tamilguardian.com/content/fight-jaffna-october-1995

[50] https://www.refworld.org/docid/5bcf1f33a.html

[51] https://cisac.fsi.stanford.edu/mappingmilitants/profiles/liberation-tigers-tamil-elam#:~:text=July%208%2C%202015-,The%20Liberation%20Tigers%20of%20Tamil%20Eelam%20(LTTE)%20were%20a%20militant,armed%20forces%20in%20May%202009.

[52] https://www.repubblica.it/2007/03/sezioni/esteri/colombo-aeroporto/colombo-aeroporto/colombo-aeroporto.html#:~:text=COLOMBO%20%2D%20Le%20Tigri%20Tamil%20assaltono,altri%2017%20sono%20rimasti%20feriti.

[53] https://thediplomat.com/2015/07/sri-lankan-civil-war-what-if-the-tamil-tigers-werent-labelled-as-terrorists/

[54] https://www.tamilnet.com/art.html?catid=13&artid=29351

[55] https://thediplomat.com/2015/07/sri-lankan-civil-war-what-if-the-tamil-tigers-werent-labelled-as-terrorists/

[56] https://theprint.in/theprint-essential/what-is-mullivaikkal-war-why-has-the-demolition-of-memorial-for-its-victims-triggered-a-row/582976/

[57] https://www.tamilguardian.com/content/12-years-today-massacre-mullivaikkal

[58] https://www.wionews.com/photos/a-timeline-to-tamil-tigers-37-year-marathon-struggle-against-lankan-army-for-separate-state-219592#war-crime-219587

[59] https://www.deccanherald.com/content/6576/prabhakaran-captured-alive-then-shot.html

[60] https://www.deccanherald.com/content/6576/prabhakaran-captured-alive-then-shot.html

[61] https://www.theguardian.com/world/2009/may/18/tamil-tigers-killed-sri-lanka

[62] https://www.colombotelegraph.com/index.php/tamil-man-claims-rape-and-torture-upon-return-to-sri-lanka/

[63] https://edition.cnn.com/2009/WORLD/asiapcf/05/12/sri.lanka.fighting/index.html.

[64] https://barhumanrights.org.uk/wp-content/uploads/2014/03/an_unfinihsed_war._torture_and_sexual_violence_in_sri_lanka_2009-2014_0-compressed.pdf

[65] https://www.fidh.org/en/issues/human-rights-defenders/sri-lanka-public-statement-regarding-allegations-and-threats-against

[66] https://www.theguardian.com/world/2014/mar/21/sri-lanka-tamils-subjected-to-horrific-abuse-after-2009-civil-war-says-report

[67] https://www.crisisgroup.org/asia/south-asia/sri-lanka/statement-un-sri-lanka-investigation-report

[68] https://www.ohchr.org/en/hr-bodies/hrc/oisl

[69] https://www.bbc.com/news/world-south-asia-13190576

[70] https://www.crisisgroup.org/asia/south-asia/sri-lanka/statement-un-sri-lanka-investigation-report

[71] https://www.crisisgroup.org/asia/south-asia/sri-lanka/statement-un-sri-lanka-investigation-report

[72] https://www.srilankacampaign.org/take-action/keep-the-promise/

[73] https://www.srilankacampaign.org/take-action/keep-the-promise/

[74] https://www.srilankacampaign.org/take-action/keep-the-promise/

[75] https://www.thehindu.com/news/international/sri-lanka-notifies-un-about-rights-resolution-withdrawal/article61626417.ece

[76] https://www.srilankacampaign.org/wp-content/uploads/2021/02/Reversing-Progress-Sri-Lanka-Campaign-February-2021.pdf

[77] https://www.srilankacampaign.org/take-action/keep-the-promise/

[78] https://www.asianews.it/notizie-it/L'Onu-accusa-Colombo-di-crimini-di-guerra-55350.html

[79] https://www.asianews.it/notizie-it/L'Onu-accusa-Colombo-di-crimini-di-guerra-55350.html

[80] https://www.einnews.com/pr_news/572102688/tamil-genocide-remembrance-day-may-18-announcement

[81] https://opiniojuris.org/2020/07/24/sri-lankas-state-responsibility-for-historical-and-recent-tamil-genocides/

[82] https://www.business-standard.com/article/international/power-dynasty-crumbles-how-sri-lanka-s-rajapaksa-family-fell-from-grace-122051301388_1.html

[83] https://hindustannewshub.com/world-news/the-complete-story-of-the-rajapaksa-empire-that-ran-the-family-government-in-sri-lanka-for-decades/

[84] https://cgs-bd.com/article/4578/%E2%80%9CMedamulana-Dynasty%E2%80%9D--Four-Sons-and-Three-Grandsons-of-Don-Alvin-Rajapaksa

[85] https://cgs-bd.com/article/4578/%E2%80%9CMedamulana-Dynasty%E2%80%9D--Four-Sons-and-Three-Grandsons-of-Don-Alvin-Rajapaksa

[86] https://peoplepill.com/people/george-rajapaksa

[87] “Medamulana Dynasty”: Four Sons and Three Grandsons of Don Alvin Rajapaksa (cgs-bd.com)

[88] https://hindustannewshub.com/world-news/the-complete-story-of-the-rajapaksa-empire-that-ran-the-family-government-in-sri-lanka-for-decades/

[89] https://elections.gov.lk/web/wp-content/uploads/election-results/parliamentary-elections/general-election-1989.pdf

[90] https://www.thequint.com/news/world/meet-rajapaksas-boss-terminator-bodyguard-ten-percent#read-more

[91] https://www.colombotelegraph.com/index.php/wikileaks-basil-is-corrupt-education-limited-and-expelled-from-school/

[92] https://www.wionews.com/photos/meet-the-rajapaksa-dynasty-patriarch-terminator-mr-ten-percent-bodyguard-and-scion-318857#mr-ten-percent-318849

[93] https://www.theguardian.com/world/2019/nov/17/the-terminator-how-gotabaya-rajapaksas-ruthless-streak-led-him-to-power-sri-lanka

[94] https://timesofindia.indiatimes.com/world/south-asia/all-in-the-family-sri-lankas-political-rajapaksa-dynasty/articleshow/77363914.cms

[95] https://timesofindia.indiatimes.com/world/south-asia/all-in-the-family-sri-lankas-political-rajapaksa-dynasty/articleshow/77363914.cms

[96] https://www.thequint.com/news/world/meet-rajapaksas-boss-terminator-bodyguard-ten-percent#read-more

[97] https://frontline.thehindu.com/cover-story/roots-of-sri-lanka-economic-crisis/article38467127.ece

[98] https://www.theguardian.com/cities/2018/aug/02/sri-lanka-new-dubai-chinese-city-colombo

[99] https://www.bbc.com/news/business-40044113

[100] https://www.theguardian.com/cities/2018/aug/02/sri-lanka-new-dubai-chinese-city-colombo

[101] https://www.theguardian.com/cities/2018/aug/02/sri-lanka-new-dubai-chinese-city-colombo

[102] https://www.theguardian.com/world/2010/jan/27/mahinda-rajapaksa-wins-sri-lanka-election

[103] https://www.icij.org/investigations/pandora-papers/sri-lanka-rajapaksa-family-offshore-wealth-power/ ; https://theeconreview.com/2022/02/22/the-pandora-papers-and-the-exposure-of-sri-lankas-elite/

[104] https://www.france24.com/en/asia-pacific/20220510-the-rise-and-fall-of-a-political-dynasty-that-brought-sri-lanka-to-its-knees

[105] https://www.thehindu.com/news/international/sri-lankas-all-powerful-rajapaksas-under-fire/article65282886.ece

[106] https://www.reuters.com/article/idINIndia-47579420100409

[107] https://www.defence.lk/Profile/state_minister_of_defence

[108] https://island.lk/basil-to-be-appointed-finance-and-economic-development-minister/

[109] https://www.aljazeera.com/news/2010/11/19/profile-mahinda-rajapaksa/

[110] https://www.theguardian.com/world/2015/jan/09/sri-lanka-election-shock-as-president-mahinda-rajapaksa-concedes-defeat

[111] https://apnews.com/article/civil-wars-mahinda-rajapaksa-elections-international-news-race-and-ethnicity-1c88427065fe441e8d53898671db543b

[112] https://www.bbc.com/news/world-asia-46156303

[113] https://apnews.com/article/civil-wars-mahinda-rajapaksa-elections-international-news-race-and-ethnicity-1c88427065fe441e8d53898671db543b

[114] https://www.npr.org/2019/11/17/780241242/gotabaya-rajapaksa-wins-sri-lankan-presidential-elections

[115] https://devpolicy.org/paradise-squandered-sri-lankas-economy-20220331/

[116] https://www.aljazeera.com/economy/2022/3/25/hold-tourism-in-sri-lanka-one-step-forward-two-steps-back

[117] https://www.ft.com/content/3a6d3822-7c7a-4c62-9a0e-dcff37e2a175

[118] https://www.reuters.com/markets/commodities/fertiliser-ban-decimates-sri-lankan-crops-government-popularity-ebbs-2022-03-03/

[119] https://edition.cnn.com/2022/04/05/asia/sri-lanka-economic-crisis-explainer-intl-hnk/index.html

[120] https://globalpressjournal.com/asia/sri_lanka/businesses-crushed-vehicle-import-ban/

[121] https://devpolicy.org/paradise-squandered-sri-lankas-economy-20220331/

[122] https://www.dw.com/en/sri-lankas-foreign-debt-default-why-the-island-nation-went-under/a-61475596

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre