paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

97 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 nov. 2021

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Mohammed Dahlan, assassin à la solde du roi

Sa vie entière est un cimetière. De gens tués ou fait tuer, de révolutions orchestrées, de répressions féroces, d'intrigues dans lesquelles il jouait plusieurs rôles à la fois. Il est l'un des hommes les plus puissants du monde arabe, mais aussi l'un des plus craints et des plus détestés.

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il a des soutiens partout, de Washington à Tel Aviv, de Tripoli à Belgrade, et malgré le fait que plusieurs gouvernements soient à ses trousses, il se déplace comme une ombre à travers le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, et continue de servir son roi - Mohammed Ben Salman, monarque d'Arabie saoudite, dont l'ancien Premier ministre italien Matteo Renzi se dit grand ami, et qui a trouvé en Dahlan un tueur à gages pour les tâches les plus sales - comme le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi et d'autres opposants, notamment au Yémen, ainsi qu'une série de viols et de tortures destinés à affaiblir la résistance des opposants à Bin Salman et à son principal allié, le cheikh Mohammed Bin Zayed Al-Nahyan d'Abu Dhabi.

Mohammed Yusuf Shakir Dahlan (arabe : محمد دحلان) est né le 29 septembre 1961 dans le camp de réfugiés de Khan Yunis dans la bande de Gaza, sixième fils d'une famille de réfugiés de Hamama (ville palestinienne dépeuplée en 1948 et aujourd'hui ville israélienne connue sous le nom de Nitzanim). Connu également sous le surnom de Kunya Abu Fadi, il est un homme politique palestinien[1] qui travaille depuis des années à un accord entre Israël et les pays arabes[2]. Son père était un immigrant en Arabie saoudite et sa famille, restée au pays, était voisine de la famille Rantisi d'Abdul Aziz Rantisi (ancien chef du Hamas dans la bande de Gaza), dont la mère s'est occupée de Dahlan lorsqu'il était enfant[3].

Les deux familles sont restées très proches même après le début de la campagne de répression de l'Autorité palestinienne contre le Hamas en 1996, au moment où Mohammed s'est fait connaître au sein du Hamas[4]. En fait, il était actif depuis longtemps : lorsqu'il était jeune garçon, il dirigeait un groupe de pairs à Khan Yunis qui balayait les rues et aidait les personnes âgées[5]. En tant que leader étudiant à l'université islamique de Gaza, il a transformé cette bande de gamins en un réseau d'organisations caritatives, dirigées par des enfants et des adolescents, dont les membres livrent de la nourriture et des médicaments au porte-à-porte, prêchent le nationalisme palestinien et œuvrent pour la résistance militaire[6].

En 1981, le groupe prend le nom de Shabiba, ou Mouvement de jeunesse Al-Fatah, et participe à la première Intifada, entre 1987 et 1994[7]. L'un des militants, Ibrahim Abu Sheikh, déclare : "Nous n'avions pas peur de la prison. Aucune loi au monde n'aurait pu nous garder en prison à cause d'une idée (...). C'est pourquoi je conseille aux Israéliens de comprendre comment Mohammed Dahlan a grandi, la façon dont la vie a façonné son avenir : il fera toujours passer la cause en premier, même au prix de sa vie"... En fait, au cours de ces années, Mohammed a été arrêté par les Israéliens une douzaine de fois, déporté en Jordanie et a passé suffisamment de temps en prison pour apprendre à parler couramment l'hébreu et l'anglais[8].

En 1988, il se réfugie à Tunis, où se trouve alors la direction de l'OLP. Ayant gagné la confiance de Yassir Arafat, il participe à l'organisation des troubles en Cisjordanie et à Gaza[9], à tel point que lorsque l'OLP retourne en Palestine en juillet 1994, Arafat le nomme à la tête d'Al-Fatah et du service de sécurité préventive pour la bande de Gaza. Sa femme et ses enfants ont vécu loin de la Palestine, et ont depuis 2013 la nationalité serbe[10], tandis que Mohammad détient un passeport du Monténégro depuis 2012[11].

Soupçons sur la mort d'Arafat

Actuellement, Dahlan vit à Abu Dhabi, où il est devenu l'homme de confiance pour les "sales boulots" de la famille Al Nahyan[13]. Un exil rendu nécessaire car le nouveau chef d'Al-Fatah, Mahmoud Abbas, l'accuse d'être l'assassin d'Arafat[14]. Le leader palestinien est mort à Paris le 8 septembre 2004, à l'âge de 75 ans, et les rumeurs sur la possibilité qu'il ait été empoisonné n'ont jamais cessé[15].

Les accusations laissent des traces : en 2011, la maison de Dahlan à Ramallah a été saccagée par la police palestinienne, et Mohammad, à ce moment-là, a également été accusé de corruption[16] du fait qu'avec l'intifada, il était devenu riche[17]. Il est certain que son attitude en faveur du dialogue avec Israël lui a coûté plusieurs amis dans son pays[18], mais elle lui a apporté l'amitié de Mohammed Bin Zayed Al-Nahyan, l'homme fort du régime émirati, qui soutient depuis des années l'alliance avec Tel Aviv et la lutte sans merci contre le Hamas[19].

Cette amitié a fait de Dahlan une main influente mais invisible dans la négociation des accords d'Abraham[20], le pacte signé par Israël le 15 septembre 2020 avec les Émirats arabes unis et Bahreïn[21]. Les tensions entre Abou Dhabi et Gaza sont toujours extrêmes : l'année dernière, le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh a refusé l'aide des pays du Golfe persique contre la pandémie, parce qu'elle était partie de l'aéroport Ben Gurion de Tel Aviv[22]. Cette décision a été motivée par les déclarations du Premier ministre israélien de l'époque, Benyamin Netanyahou, qui voulait procéder à l'annexion militaire de larges portions de la Cisjordanie palestinienne sur la base d'un plan coordonné en janvier 2020 avec le président de l'époque, Donald Trump[23].

Les Palestiniens ont longtemps observé avec consternation l'attitude des monarchies sunnites du Golfe qui, Arabie saoudite en tête, resserrent les contacts avec Israël[24]. Riyad préfère mener ces contacts en secret, tandis que la famille Al-Nahyan préfère se montrer au grand jour, comme en témoignent les contrats militaires signés entre les deux pays[25]. Cela a valu à Dahlan de nouveaux amis inattendus, puisque le président américain George W. Bush l'a appelé "notre garçon"[26] et, pour cette raison, a financé en 2007 une tentative de coup d'État ratée contre le Hamas[27], tandis que Trump le considérait comme un candidat possible à la présidence palestinienne[28].

Une fois qu'il était fermement au service d'Abu Dhabi et de Riyad, Dahlan a commencé à faire les choses en grand, par exemple en organisant, tant sur le plan militaire que sur le plan du renseignement, le coup d'État qui a conduit à la déposition du président Mohammed Morsi en 2013, à la persécution systématique des membres de la confrérie islamique et à l'instauration du régime de Fattah Al-Sisi au Caire[29].

Le gouvernement turc l'a accusé d'avoir participé au coup d'État manqué du 15 juillet 2016[30] et l'a placé sur la liste des terroristes les plus recherchés avec une prime de 700 000 sur sa tête, morte ou vivante[31]. Cela n'a pas empêché Donald Trump de continuer à l'utiliser comme conseiller, à tel point que dans les enquêtes du parquet fédéral américain, on trouve des traces de rencontres à Manama, au Bahreïn, en 2019, entre le croquemitaine du régime saoudien et Jared Kushner, le gendre du président Trump[32].

Le coup d'État manqué en Cisjordanie

En particulier, le document numéro 1279 des soi-disant "Perspective papers", daté du 5 septembre 2019, rédigé par le Centre Begin-Sadat pour les études stratégiques et contenu dans les dossiers de l'enquête, Dahlan est décrit comme "un personnage qui se cache depuis plusieurs années dans l'ombre de la politique palestinienne"[34] qui, grâce à la coopération entre Trump et la monarchie saoudienne, était parmi les directeurs des accords abrahamiques entre les Saoudiens et les Israéliens[35]. Un accord qui supprime la question palestinienne de l'agenda des pays arabes qui devraient les considérer comme des frères[36].

La confirmation de cette lecture est venue des princes héréditaires saoudiens et émiratis, Muhammad bin Salman et Muhammad bin Zayed, qui ont soutenu la politique israélo-américaine sur la Palestine et, selon les mots de Jared Kushner, qui a proposé de s'écarter du plan de paix arabe de 2002 et de ne pas demander de solution au conflit israélo-palestinien[37]. Dans ces négociations, Dahlan est le principal médiateur entre le prince Muhammad Bin Zayed Al Nahyan et l'ancien ministre israélien de la défense Avigdor Lieberman, un ennemi acharné du Hamas[38].

A ceux qui, à Gaza et à Ramallah, le considèrent comme un traître, Dahlan répond par une tentative de création d'un parti d'opposition, avec le soutien des Emirats Arabes Unis et de l'Egypte, qui inclurait le courant "Réforme démocratique" d'Al-Fatah[39], et qui tenterait de conquérir le pouvoir en Palestine grâce à l'aide américaine et qatarie pour les services de santé et d'éducation à Gaza, ainsi que pour la reconstruction des maisons détruites par l'armée israélienne[40]. Le Qatar est invité à participer à cette opération afin d'obtenir le respect des accords de paix d'Al-Ula[41], montrant ainsi qu'il ne dépend pas de l'Iran[42].

Diverses sources considèrent Dahlan comme un médiateur, au nom des monarchies du Golfe, avec le service de sécurité israélien Shin Bet[43] et la CIA[44]. Dans les documents des services de renseignement serbes, Dahlan est considéré comme un ami proche de l'ancien directeur de la CIA George Tenet, de l'officier juif de l'armée Amnon Shahak et de l'influent directeur du Mossad Yaakov Perry[45], avec lesquels il aurait organisé et participé à des missions conjointes dans les pays d'Europe de l'Est, dirigées sur le terrain par l'ancien responsable de l'OLP Adnan Yasin, arrêté en 1993 en Tunisie par les services de renseignement français, qui le considèrent comme "extrêmement dangereux"[46].

Les démentis de Dahlan ne comptent guère face à la publication par Wikileaks de divers documents le décrivant comme un agent du Mossad "émotionnellement volatile et intimidant"[47]. Un haut responsable de la défense israélienne lui a rendu visite à l'hôpital en 2005 et a déclaré : "Il est redevenu méchant, ce qui signifie qu'il s'est rétabli"[48]. Yuval Diskin, chef du Shin Bet, déclare : "S'il voit un avantage personnel à aider le président Abbas, il le fera, car il sait comment tirer les ficelles à Gaza"[49]. Diskin lui-même commente plus tard : Dahlan et ses amis "sont sur le point de ne rien valoir, et pourtant ils nous demandent d'attaquer le Hamas. Ils sont désespérés. Il s'agit d'un nouveau développement. Nous n'avons jamais vu cela auparavant (...) Le Fatah est en très mauvaise posture à Gaza.  Nous avons reçu des demandes pour former leurs forces en Egypte et au Yémen (...), mais ils n'ont personne pour les diriger"[50].

Dans une situation similaire, Washington et Tel Aviv pensent qu'il est possible d'utiliser ce courant minoritaire d'Al-Fatah pour organiser un coup d'État en Cisjordanie - un plan qui, en février 2008, sera révélé par le magazine "Vanity Fair"[51] : l'idée de l'administration Bush était que Muhammad Dahlan, en tant que conseiller à la sécurité nationale d'Abbas et homme fort du Fatah, vainque le Hamas avec des soldats américains[52]. Un plan qui ne sera jamais réalisé.

Agent du Mossad dans les Balkans

En avril 2013, le président serbe Tomislav Nikolić a décerné à Dahlan la médaille du drapeau serbe pour ses services pendant la guerre civile[54] : dans ces années-là, l'Arabie et les Émirats ont envoyé l'agent palestinien gérer les milliards de dollars dépensés pour lutter contre les Croates et mettre fin à la répression des musulmans en Bosnie et au Monténégro[55]. L'ancien Premier ministre serbe Aleksandar Vucic affirme que Dahlan a été le médiateur de sa grande amitié avec le Cheikh Mohammed Bin Zayed Al-Nahyan[56].

Deux ans plus tard, en 2015, Dahlen et sa famille ont reçu la citoyenneté d'honneur de la Serbie[57] pour avoir aidé le gouvernement à vendre des armes et des munitions laissées par la guerre civile à des milices dans plusieurs pays arabes, tout en utilisant les canaux serbes pour placer des armes israéliennes usagées auprès d'extrémistes arabes[58]. Fin 2015, toujours grâce à l'intermédiation de Mohammed Dahlan, les Émirats arabes unis ont racheté les anciennes usines d'armement yougoslaves, les compagnies aériennes serbes et ont accordé des prêts à des taux préférentiels au gouvernement de Serbie-et-Monténégro[59].

Un autre contrat, par lequel EARTH (Emirates Advanced Research and Technology Holding) a acheté le brevet des missiles antichars ALAS, avec toute l'usine de Yugoimport, pour seulement 200 millions de dollars, a été un coup de maître - comme celui de s'emparer des plans de cyber-espionnage yougoslaves et des principaux experts serbes en la matière[60]. Tout cela est justifié par la nécessité d'arrêter les visées expansionnistes de la Turquie[61].

Selon le journaliste serbe Vladimir Pekic, qui rappelle que, depuis les années 1970, plus de 7000 familles serbes se sont installées aux Émirats, et que la Yougoslavie entretenait déjà des relations privilégiées avec Abu Dhabi à l'époque du maréchal Tito[62], les États-Unis soutiennent les visées expansionnistes des Émirats dans les Balkans, et pas seulement pour arrêter la Turquie, mais pour empêcher l'intrusion de la Fédération de Russie, encouragée par le refus de Belgrade d'appartenir à l'Union européenne ou à l'OTAN[63], et pour permettre la modernisation de l'agriculture et de l'industrie serbes avec l'argent arabe, afin que la Serbie devienne elle aussi un marché attractif pour les produits occidentaux[64].

Selon un responsable de la Standard Bank, Timothy Ash, les objectifs émiratis sont nés de l'inquiétude suscitée par la possibilité que les Européens, un jour ou l'autre, déclarent un embargo contre Abu Dhabi[65]. Lorsque la Suisse a brièvement suspendu les licences d'exportation d'armes à Abu Dhabi en 2012 parce que des grenades à main vendues par Berne à Abu Dhabi avaient été retrouvées entre les mains de rebelles syriens, la monarchie a été choquée - et parmi les diverses contre-mesures prises, elle a chargé le mercenaire américain Erik Prince de créer une milice d'excellence, composée de mercenaires, pour réprimer toute révolte interne et agir à l'étranger afin de contrôler les zones d'intérêt géopolitique de la monarchie[66].

En même temps, Dahlan est l'un des médiateurs qui ont permis l'indépendance du Monténégro[67] - où il s'est enrichi grâce à ses entreprises commerciales[68] (comme la société de conseil Levant International Inc. DOO Podgorica[69], qui contrôle un supermarché au Liban[70], les sociétés immobilières Manarah Holding DOO Podgorica[71], Queens Rich Development Company DOO Podgorica[72] et Middle East Real Estate DOO Podgorica[73]), toutes financées, selon l'acte d'accusation officiel de la justice palestinienne, par l'argent volé aux fonds internationaux destinés aux chômeurs de Cisjordanie et de la bande de Gaza[74]. La valeur totale de tout cela est estimée à 120 millions de dollars[75]. En fait, le partenaire monténégrin de Dahlan, le Kurde irakien Mohammed Rachid, qui était le conseiller économique de Yassir Arafat 20 ans plus tôt[76], a été condamné en 2012 à 15 ans de prison pour avoir détourné 33,5 millions de dollars d'un fonds d'investissement palestinien, qui ont ensuite été blanchis par des transactions financières économiquement incompréhensibles[77].

Terroriste en Libye et au Yémen

Dahlan a également comploté pour renverser le gouvernement d'accord national (GNA) de Tripoli, reconnu par la communauté internationale[79], comme en témoignent les enregistrements de conversations entre le chef de l'armée égyptienne de l'époque, Abdel Fattah al-Sisi, et le général de division Abbas Kamel[80]. Après les premières minutes de la conversation, concernant Ahmad Gheddaf al-Dam, cousin du colonel Muammar Gheddafi, et le Premier ministre libyen de l'époque, Ali Zeidan, la conversation dévie sur Dahlan et son rôle dans la guerre civile libyenne pour défendre les intérêts géopolitiques des Émirats[81]. Al-Sisi se montre réservé à l'égard de Dahlan, mais le général Kamel, qui raconte le voyage secret d'un groupe d'alliés de Dahlan pour organiser les rebelles[82], répond qu'il est temps d'abandonner le Hamas et de se ranger du côté d'Al-Nahyan[83].

C'est alors en tant que représentant des Émirats arabes unis que Dahlan a promu la contre-révolution dans le pays du Maghreb, dirigée par Ahmed Gaddaf al-Dam, jusqu'à l'entrée en scène du général putschiste libyen et américain Khalifa Haftar[84].  Selon les rumeurs, les putschistes égyptiens ont organisé une rencontre entre Dahlan et Al-Dam pour que les deux hommes se serrent la main avant de planifier ensemble la contre-révolution en Libye[85].

Dans le même temps, Dahlen a été chargé de tuer des membres de la politique et de la culture yéménites - ce que le tueur à gages palestinien aurait exécuté avec froideur et précision[86], à tel point que l'avocat turc Gülden Sönmez[87], du cabinet Stoke & White[88], a pu présenter un dossier à la justice turque, britannique et américaine le 11 février 2020, avec une demande formelle d'ouverture d'une procédure pénale contre Dahlan pour crimes de guerre[89]. Un dossier qui contient une liste de meurtres, mais aussi d'enlèvements et de tortures, comme celle infligée à l'opposant Adel Salem Nasser Mofgah, torturé avec de nombreux autres dans un camp de concentration des Émirats arabes unis et seul de son groupe à avoir échappé à la mort[90].

Si ce tableau macabre ne suffit pas, Mme Sönmez a également recueilli des preuves de l'implication personnelle de Dahlan dans l'attentat à la bombe du 8 octobre 2016 à Sanaa, qui a coûté la vie à 137 civils, ainsi que dans plusieurs viols[91], réalisés en collaboration avec une société de mercenaires américains, Abraham Golan et Isaac Gilmore's Spear Operations Group, payés par le cheikh Mohammed Bin Zayed Al-Nahyan[92]. Parmi les preuves présentées figure une déclaration publique de M. Golan au magazine Buzzfeed : "J'ai dirigé le programme d'assassinats au Yémen, les Émirats arabes unis l'ont financé"[93]. Mais Dahlan a des amis puissants, et ce dossier n'a jamais été transformé en affaire criminelle par Interpol[94], probablement aussi parce que, parmi les complices de Dahlan, il y avait aussi des éléments de la CIA et du Mossad[95].

Plans après la tentative de coup d'État en Turquie

Les caméras de la police turque filment Mohammed Dahlan et ses voyous entrant par la porte arrière du consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, où ils vont tuer le journaliste Jamal Khashoggi[96]

Dahlan a toujours été mis sur la liste noire du régime d'Ankara en raison de ses bonnes relations présumées avec le FETÖ de Fetullah Gülen, l'ancien conseiller spirituel d'Erdogan qui a ensuite été mis hors la loi, avec lequel Dahlan aurait organisé la tentative de coup d'État du 15 juillet 2016, qui s'est soldée par 251 morts[97]. Après cette date, en 2019, la police turque a arrêté deux agents secrets des Émirats qui, selon la justice, travaillaient directement pour Dahlen, et collectaient des informations sur des personnes influentes du régime qui deviendraient ensuite des cibles d'attentats[98].

Selon l'Organisation nationale de renseignement (MIT, Milli İstihbarat Teşkilatı), qui a suivi et enregistré leurs conversations pendant plusieurs mois, cela fait partie d'un plan israélien visant à déstabiliser d'abord la Turquie, puis l'Iran et le Qatar, en partie par des assassinats, en partie avec le soutien de la presse indépendante et anti-régime, et enfin avec le soutien des Kurdes du PKK[99]. Compte tenu de la crédibilité du MIT, ces accusations semblent extrêmement exagérées, et il est possible que les responsabilités de 2016 soient devenues le prétexte à une chasse à l'homme selon laquelle tout contact avec Dahlan ou Israël devient automatiquement une condamnation à mort en Turquie[100].

Ce qui est certain, c'est que Dahlan dispose d'un réseau efficace en Turquie qui lui a permis, ainsi qu'à au moins quatre membres de son équipe, de se rendre à Istanbul sans être arrêtés, de se cacher à l'intérieur du consulat saoudien, et d'avoir procédé à l'arrestation, à la torture, à l'étranglement, puis au démembrement et à la dissolution partielle dans l'acide du journaliste arabe Jamal Khashoggi, qui, le 2 octobre 2018, s'était présenté aux guichets pour obtenir les documents nécessaires à son mariage[101].

Dans les heures qui ont suivi l'assassinat, le prince saoudien Mohammed Bin Salman a admis que c'est lui qui a donné l'ordre de tuer Khashoggi[102]. Cela a évidemment renforcé l'idée que l'équipe qui a tendu l'embuscade au journaliste du Washington Post était personnellement dirigée par Mohammed Dahlan[103]. Quelques jours plus tard, l'agence de voyage de la famille Dahlan, Uniglobe Dahlan Tours and Travel Ltd. Amman, a été fermé[104] et Dahlan a été enfermé pendant une longue période et gardé par des gardes du corps dans un hôpital de Dubaï[105]. Son agence de propagande, Creative Shop Advertising KSA Jeddah, a également été fermée pendant plusieurs semaines[106]. Après plusieurs mois d'hospitalisation, Dahlan s'est installé dans une villa qu'il a achetée à quelques kilomètres de Lausanne, dans la ville française de Divonne-les-Bains, connue pour ses thermes[107].

Il est difficile de croire que c'est la fin de la carrière de l'assassin le plus célèbre du monde arabe. Il s'agit probablement d'une tentative de laisser passer suffisamment de temps pour que l'opinion publique oublie la responsabilité de Mohammed Dahlan dans une série interminable d'atrocités. De plus, comme nous l'avons dit au début, l'un des deux hommes qui lui donnent des ordres et le défendent, le prince Mohammed Bin Salman, est célébré par le sénateur italien Matteo Renzi comme le "grand espoir d'une nouvelle renaissance pour l'Arabie saoudite"[108]....

[1] http://edition.cnn.com/2003/WORLD/meast/04/24/nyt.dahlan/

[2] http://edition.cnn.com/2003/WORLD/meast/04/24/nyt.dahlan/

[3] https://lawrenceofcyberia.blogs.com/palestinian_biographies/muhammad-dahlan-biography.html

[4] https://lawrenceofcyberia.blogs.com/palestinian_biographies/muhammad-dahlan-biography.html

[5] https://lawrenceofcyberia.blogs.com/palestinian_biographies/muhammad-dahlan-biography.html

[6] https://lawrenceofcyberia.blogs.com/palestinian_biographies/muhammad-dahlan-biography.html

[7] https://lawrenceofcyberia.blogs.com/palestinian_biographies/muhammad-dahlan-biography.html

[8] https://lawrenceofcyberia.blogs.com/palestinian_biographies/muhammad-dahlan-biography.html

[9] https://lawrenceofcyberia.blogs.com/palestinian_biographies/muhammad-dahlan-biography.html

[10] http://edition.cnn.com/2003/WORLD/meast/04/24/nyt.dahlan/

[11] https://www.middleeasteye.net/news/uaes-shadowy-dealings-serbia ; https://web.archive.org/web/20170826113617/http:/vesti-online.com/print/465541/Vesti/Ex-YU/465541/Ubici-Arafata-pasos-od-Mila

[12] https://www.in4s.net/djukanovicev-prijatelj-dahlan-odgovoran-za-arafatovu-smrt/dahlan-and-arafat/?sr_pismo=lat

[13] https://foreignpolicy.com/2020/10/30/mohammed-dahlan-uae-palestinians-israel/

[14] https://www.haaretz.com/1.5042785

[15] https://www.bbc.com/news/world-middle-east-34135596

[16] https://www.trtworld.com/opinion/why-the-uae-supports-mohammed-dahlan-40944

[17] https://www.dailysabah.com/opinion/columns/is-mohammed-dahlan-washingtons-next-palestinian-presidential-candidate ; https://www.theguardian.com/world/2011/jan/25/palestine-papers-muhammad-dahlan

[18] http://edition.cnn.com/2003/WORLD/meast/04/24/nyt.dahlan/

[19] https://www.trtworld.com/opinion/why-the-uae-supports-mohammed-dahlan-40944

[20] https://edition.cnn.com/2020/08/13/middleeast/mideast-trump-full-statement-uae-israel-intl/index.html

[21] https://www.agda.ac.ae/docs/default-source/Publications/eda-insight-jan-2021-eng-abraham-accord.pdf?sfvrsn=8&TSPD_101_R0=08fa865404ab200022569497f1aa27c0d62cbc2d4ba643b2386c677a1235978e77df2d616a4568e8086323909914300007925473cf085c8e80aa65a873a134c185498b5b7dd231f07ff01ca21516f1170b2d27c9280f5b7501fefc1f51382f3d ; https://www.trtworld.com/opinion/why-the-uae-supports-mohammed-dahlan-40944

[22] https://nena-news.it/i-palestinesi-rifiutano-gli-aiuti-degli-emirati-portati-in-volo-a-tel-aviv/

[23] https://nena-news.it/i-palestinesi-rifiutano-gli-aiuti-degli-emirati-portati-in-volo-a-tel-aviv/  

[24] https://nena-news.it/i-palestinesi-rifiutano-gli-aiuti-degli-emirati-portati-in-volo-a-tel-aviv/

[25] SE ABU DHABI PENSA DI “PILOTARE” DONALD TRUMP | IBI World Italia ; INFERNO YEMEN: ARMI TEDESCHE PER L’ARABIA, PER AL-QAEDA E PER I MERCENARI AMERICANI | IBI World Italia ; DALLA FANTASCIENZA ALL’INCUBO: LO SPYWARE DI REGIME PER IL CONTROLLO TOTALE | IBI World Italia ; GOLFO PERSICO: LA GUERRA DOPO L’ARMISTIZIO | IBI World Italia ; THE NEW COLD WAR | IBI World Italia

[26] https://besacenter.org/muhammad-dahlan-deal-century/

[27] https://www.trtworld.com/opinion/why-the-uae-supports-mohammed-dahlan-40944

[28] https://www.trtworld.com/opinion/why-the-uae-supports-mohammed-dahlan-40944

[29] https://www.trtworld.com/opinion/why-the-uae-supports-mohammed-dahlan-40944

[30] https://www.middleeastobserver.org/2016/08/06/uae-egypt-and-dahlan-are-the-main-anchors-of-the-counter-revolution-network/

[31] https://www.trtworld.com/opinion/why-the-uae-supports-mohammed-dahlan-40944

[32] https://www.trtworld.com/opinion/why-the-uae-supports-mohammed-dahlan-40944

[33] https://www.middleeasteye.net/news/dahlan-met-israeli-minister-throughout-2014-reports

[34] https://besacenter.org/muhammad-dahlan-deal-century/

[35] https://besacenter.org/muhammad-dahlan-deal-century/

[36] https://besacenter.org/muhammad-dahlan-deal-century/

[37] https://besacenter.org/muhammad-dahlan-deal-century/

[38] https://besacenter.org/muhammad-dahlan-deal-century/

[39] https://besacenter.org/muhammad-dahlan-deal-century/

[40] https://besacenter.org/muhammad-dahlan-deal-century/

[41] GOLFO PERSICO: LA GUERRA DOPO L’ARMISTIZIO | IBI World Italia

[42] https://www.bbc.com/news/world-middle-east-55538792

[43] https://www.theguardian.com/world/2011/jan/25/palestine-papers-muhammad-dahlan

[44] https://lawrenceofcyberia.blogs.com/palestinian_biographies/muhammad-dahlan-biography.html

[45] https://www.middleeasteye.net/news/uaes-shadowy-dealings-serbia

[46] https://www.middleeasteye.net/news/uaes-shadowy-dealings-serbia

[47] https://www.dailysabah.com/opinion/columns/is-mohammed-dahlan-washingtons-next-palestinian-presidential-candidate  

[48] https://www.theguardian.com/world/2011/jan/25/palestine-papers-muhammad-dahlan

[49] https://www.theguardian.com/world/2011/jan/25/palestine-papers-muhammad-dahlan

[50] https://www.wsws.org/en/articles/2010/12/gaza-d29.html

[51] https://www.vanityfair.com/news/2008/04/gaza200804

[52] https://www.wsws.org/en/articles/2010/12/gaza-d29.html

[53] https://worldbulletin.dunyabulteni.net/palestine/mohammed-dahlan-to-hold-serbian-citizenship-h157624.html

[54] https://www.middleeasteye.net/news/uaes-shadowy-dealings-serbia

[55] https://www.middleeasteye.net/news/uaes-shadowy-dealings-serbia

[56] https://www.wam.ae/it/details/1395302917527  

[57] https://www.theguardian.com/world/2015/jan/30/palestinian-president-rival-given-serbian-citizenship

[58] https://www.dailysabah.com/opinion/columns/is-mohammed-dahlan-washingtons-next-palestinian-presidential-candidate

[59] https://www.middleeasteye.net/news/uaes-shadowy-dealings-serbia

[60] https://www.middleeasteye.net/news/uaes-shadowy-dealings-serbia

[61]  https://balkaneu.com/serbia-cancels-summit-turkey-bosnia/

[62] https://www.middleeasteye.net/news/uaes-shadowy-dealings-serbia

[63] https://www.middleeasteye.net/news/uaes-shadowy-dealings-serbia

[64] https://nena-news.it/il-ponte-balcanico-la-partnership-strategica-tra-serbia-e-emirati-arabi-uniti/

[65] https://www.middleeasteye.net/news/uaes-shadowy-dealings-serbia

[66] https://www.nytimes.com/2011/05/15/world/middleeast/15prince.html?pagewanted=all&_r=0

[67] https://www.middleeasteye.net/news/uaes-shadowy-dealings-serbia

[68] http://www.birnsource.com/en/folder/196

[69] http://www.birnsource.com/en/folder/196

[70] https://www.dnb.com/business-directory/company-profiles.levant_international_sal_(off-shore).e53b1e71fce4cb62c52e9d40cc01c777.html

[71] https://www.birnsource.com/uploads/2015/06/doo-manarah-holding-montenegro.pdf

[72] https://www.birnsource.com/uploads/2015/06/doo-queens-beach-development.pdf

[73] https://www.birnsource.com/uploads/2015/06/doo-middle-east-real-estate.pdf

[74] https://www.birnsource.com/uploads/2015/06/doc07857520150129124354-1.pdf

[75] https://www.middleeasteye.net/news/uaes-shadowy-dealings-serbia

[76] https://www.middleeasteye.net/news/uaes-shadowy-dealings-serbia

[77] https://www.balcanicaucaso.org/aree/Montenegro/Investitori-arabi-riciclaggio-in-Montenegro-158224

[78] https://www.middleeastobserver.org/2016/08/06/uae-egypt-and-dahlan-are-the-main-anchors-of-the-counter-revolution-network/

[79] https://www.dailysabah.com/opinion/columns/is-mohammed-dahlan-washingtons-next-palestinian-presidential-candidate ; https://www.theguardian.com/world/2015/mar/05/sisileaks-egypt-watergate-abdel-fatah-al-sisi

[80] https://www.dailysabah.com/opinion/columns/is-mohammed-dahlan-washingtons-next-palestinian-presidential-candidate ; https://english.alaraby.co.uk/news/new-sisi-leaks-shed-light-libya-intrigue

[81] https://english.alaraby.co.uk/news/new-sisi-leaks-shed-light-libya-intrigue 

[82] https://www.middleeastmonitor.com/20150313-new-sisi-leak-reveals-more-on-dahlans-role-in-libya/

[83] https://english.alaraby.co.uk/news/new-sisi-leaks-shed-light-libya-intrigue

[84] https://tg24.sky.it/salute-e-benessere/2020/01/14/haftar-chi-e

[85] https://www.dailysabah.com/opinion/columns/is-mohammed-dahlan-washingtons-next-palestinian-presidential-candidate

[86] https://tr.sputniknews.com/20200212/bae-hukumdarlarinin-yemende-savas-sucu-ithamindan-tutuklanmasi-talebiyle-abd-britanya-ve-turkiyeye-1041387523.html ; https://www.dailysabah.com/opinion/columns/is-mohammed-dahlan-washingtons-next-palestinian-presidential-candidate

[87] https://www.guldensonmez.com/yemen-davasi

[88] https://www.abcorg.net/legal/law-firms/stoke-white-law-firm

[89] https://www.guldensonmez.com/yemen-davasi ; https://www.aa.com.tr/en/middle-east/top-uae-officials-to-face-legal-cases-in-uk-us-turkey/1732012#

[90] https://www.aa.com.tr/en/middle-east/top-uae-officials-to-face-legal-cases-in-uk-us-turkey/1732012#

[91] https://www.guldensonmez.com/yemen-davasi

[92] https://www.guldensonmez.com/yemen-davasi ; https://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-5372648,00.html ; https://www.buzzfeednews.com/article/aramroston/mercenaries-assassination-us-yemen-uae-spear-golan-dahlan

[93] https://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-5372648,00.html

[94] https://www.al-monitor.com/originals/2020/08/palestinian-dahlan-turkey-interpol-qatar-uae.html

[95] https://newlinesmag.com/reportage/the-talented-mr-dahlan/

[96] https://www.dailysabah.com/investigations/2018/12/19/new-footage-shows-saudi-hit-squad-entering-istanbul-consulate-where-khashoggi-was-killed

[97] https://www.dailysabah.com/politics/uae-agents-spied-on-palestinians-and-egyptians-in-turkey-on-dahlans-orders-witness/news

[98] https://www.dailysabah.com/politics/uae-agents-spied-on-palestinians-and-egyptians-in-turkey-on-dahlans-orders-witness/news ; https://www.dailysabah.com/columns/yahya_bostan/2019/04/22/how-did-turkey-catch-mohammed-dahlans-spy-ring

[99] https://www.dailysabah.com/politics/uae-agents-spied-on-palestinians-and-egyptians-in-turkey-on-dahlans-orders-witness/news

[100] GEZI PARK: IL SIMBOLO DELLA TURCHIA AL COLLASSO | IBI World Italia ; QUANDO IL CRIMINE SI FA STATO: LA TURCHIA DI KAMER E ERDOĞAN | IBI World Italia

[101] Turkey: Khashoggi strangled immediately after entering consulate | Jamal Khashoggi News | Al Jazeera ; Audio transcripts of Jamal Khashoggi’s murder revealed | Jamal Khashoggi News | Al Jazeera ; Saudi prince bin Salman accepts responsibility but not blame for Khashoggi death - UPI.com

[102] Saudi prince bin Salman accepts responsibility but not blame for Khashoggi death - UPI.com

[103] http://www.uniindia.com/former-senior-palestinian-official-dahlan-may-be-involved-in-khashoggi-case-reports/world/news/1409196.html ; https://www.middleeastmonitor.com/20181119-report-dahlan-team-helped-cover-up-khashoggi-murder/ ; https://www.yenisafak.com/en/world/dahlan-allegedly-hospitalized-in-dubai-after-refusing-to-take-fall-for-khashoggi-murder-3468107 ; https://www.i24news.tv/en/news/middle-east/189080-181120-team-linked-to-fatah-dissident-dahlan-helped-cover-up-khashoggi-murder-report ; https://www.albawaba.com/loop/elusive-mohammed-dahlan-and-possible-connection-khashoggi-1215932

[104] UNIGLOBE Dahlan Tours & Travel: About | LinkedIn

[105] https://www.yenisafak.com/en/world/dahlan-allegedly-hospitalized-in-dubai-after-refusing-to-take-fall-for-khashoggi-murder-3468107

[106] Creative Shop Advertising: About | LinkedIn

[107] Mohammed Dahlan and Sons SAS Divonne-les-Bains

[108] https://www.youtube.com/watch?v=Y057XrzGkMU  

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar