paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

98 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 juin 2022

Le sommet de Los Angeles, un nouvel échec de la politique étrangère américaine

Des dizaines de milliers de migrants qui défilent, à pied, venant de toute l'Amérique centrale, et surtout du Salvador, et qui veulent entrer aux États-Unis pour assister au grand Sommet organisé par Joe Biden : non pas comme des invités diplomatiques, mais comme une masse désespérée.

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une marche puissante, qui s'est évidemment terminée contre le mur de béton, les barbelés et les gardes-frontières : le symbole de l'échec d'un sommet qui était probablement un coup de propagande à des fins internes, et qui n'a servi qu'à montrer l'incapacité de l'Amérique à maintenir un rôle positif sur le continent.

A la frontière, l'armée attend de les repousser. Les quelques personnes qui parviennent à entrer, et qui sont condamnées à vivre comme des immigrants illégaux dans un pays dont elles ne comprennent même pas la langue, sont soit enrôlées par les mêmes bandes criminelles qui les opprimaient dans leur pays, soit martyrisées par des demandes d'argent, des violences et des viols. L'administration fédérale américaine, au lieu de combattre le phénomène, l'utilise pour défendre des lois insensées qui arment les citoyens : que chacun achète une mitraillette et apprenne enfin à se défendre.

La raison du Sommet

Du 8 au 10 juin 2022, le "Sommet des Amériques" s'est tenu à Los Angeles, une réunion entachée de vetos, de controverses, de désorganisation, de défections, et qui n'a pas donné grand-chose : un désastre d'image et de substance politique. Le séisme a été déclenché par Biden avant même qu'il ne commence : alors que la Maison Blanche avait espéré la participation des dirigeants de Cuba, du Nicaragua et du Venezuela[1], la décision a été révoquée - car, comme l'explique la porte-parole Karine Jean-Pierre, "les dictateurs ne doivent pas être invités"[2]. Les raisons jarrent avec ce qui s'est passé à peine un mois plus tôt, lorsque Biden lui-même a accueilli le sommet États-Unis-ANASE auquel participaient le Cambodge, le Vietnam et le Laos - des régimes ouvertement autoritaires - à l'exclusion du seul Myanmar[3].

Il est évident pour tous qu'il y a des besoins électoraux derrière cela : Biden a besoin de renforcer ses liens avec les Latinos expatriés en Amérique, qui sont hostiles aux gouvernements sud-américains. En outre, les États exclus sont ceux qui ont les relations les plus fortes avec la Russie et la Chine. La première réaction est celle du président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador, qui annonce sa défection pour protester contre l'exclusion des trois pays[4]. Il reçoit le soutien de Maduro, qui qualifie la décision de Biden d'"acte de discrimination"[5]. Le président bolivien Luis Arce menace de boycotter la réunion, le président chilien Gabriel Boric parle d'une "grave erreur"[6]. et son homologue argentin, Alberto Fernández, partage son avis. Pour Cuba, il s'agit d'un "geste injustifié" et Ralph Gonsalves, le Premier ministre de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, accuse Washington de "faire preuve de mauvaises manières"[7].

La décision du président du Honduras, Xiomara Castro, de boycotter le sommet a été particulièrement catastrophique, étant donné que jusqu'à quelques jours auparavant, il entretenait d'intenses relations diplomatiques avec Kamala Harris, planifiant d'importantes initiatives de coopération[8]. Le Nicaraguayen Daniel Ortega a renoncé au sommet avec des mots de mépris[9], et le président du Salvador, Nayib Bukele, a également annoncé qu'il boycotterait le sommet[10]: cela signifie qu'une importante ligne de démarcation a été franchie et que les États-Unis ont perdu ce charisme de grande puissance qu'il y a encore quelques années peu de pays d'Amérique du Sud se permettaient de contester ouvertement.

Les États-Unis traversent une phase très difficile, tant à cause de la pandémie, qui a épuisé le pays, qu'à cause des batailles sur l'avortement et les ventes d'armes. L'inflation galope et atteint des niveaux records, la longue ombre des élections de 2020 est toujours au centre d'un débat acharné, la politique est divisée sur le changement climatique, mais surtout sur la crise ukrainienne. Jamais auparavant le président actuel n'avait eu un taux d'approbation aussi bas[11]. D'où le choix d'aborder un sujet ancien et controversé : l'immigration en provenance des régions du Sud. Et c'est, bien sûr, le thème central du sommet.

La marche des Latinos

Les 14 000 personnes qui s'organisent pour une migration massive quelques jours avant le début du sommet ne font qu'aggraver le climat. De Tapachula, une petite ville située à la frontière entre le Guatemala et le Mexique, ils sont partis vers le nord, marchant près de 2000 kilomètres, afin d'atteindre la frontière californienne et de la traverser. Parmi eux, des familles entières, 3 000 enfants, au moins 126 femmes enceintes et plus de 70 handicapés physiques[13].

Tapachula compte environ 350 000 habitants, mais en abrite depuis longtemps plusieurs milliers d'autres, étant devenue, avec Tenosique à Tabasco, une plaque tournante pour les migrants piégés par la répression des flux migratoires en provenance d'Amérique centrale. La ville est située dans le Chapas, l'un des États les plus pauvres du Mexique, et constitue une sorte de camp de personnes déplacées pour les migrants, qui y restent jusqu'à plusieurs mois, dans l'attente d'un visa qui pourrait ne jamais arriver[14]. Une prison à ciel ouvert où le désespoir, la misère et la colère sont les compagnons de ceux qui espéraient une vie meilleure que celle qu'ils ont laissée derrière eux.

Les migrants viennent du Honduras, du Salvador, d'Haïti, du Venezuela, d'autres de beaucoup plus loin : Cuba, Brésil, Nigeria, Palestine et, récemment, même d'Ukraine. Ils fuient la guerre, la faim, la torture[15]. Le voyage vers Tapachula dure des mois, pendant lesquels ils luttent pour leur survie[16]. La déception de ceux qui sont arrivés jusqu'ici et qui découvrent qu'ils ne peuvent pas continuer est grande, la colère et la frustration sont omniprésentes. Le nombre de migrants qui franchissent la frontière sud du Mexique est en constante augmentation[17]: chaque année, au moins un demi-million de personnes tentent le voyage vers les États-Unis, et la plupart d'entre elles proviennent des trois pays du triangle nord, à savoir le Salvador, le Guatemala et le Honduras. Parmi ceux-ci, seule une petite proportion nécessite un visa[18]. Selon la Commission mexicaine d'aide aux réfugiés (COMAR), en 2021, 89 636 demandes de statut de réfugié ont été déposées à Tapachula et 7 153 à Tabasco, mais seules 19 273 demandes ont été accordées, tandis que 20 364 l'ont été au Chiapas et 1 499 à Tabasco[19].

La plupart des migrants restent dans une situation désespérée, à laquelle ils réagissent par des jets de pierres, des incendies et des affrontements avec la police[20]. La différence cette fois-ci est faite par Victor Luis García Villagrán, directeur du Centre pour la Dignification Humaine, et Irineo Mújica, directrice de Pueblos sin Fronteras : ce sont eux qui ont organisé la marche, dans le but de faire entendre la voix des personnes désespérées dans les salles du Sommet, où un accord absolument inadéquat sera produit[21].

L'accord "Déclaration de Los Angeles"[23] est certainement un pas en avant et contraste avec les politiques anti-immigration de la dernière administration Trump. Parmi les principaux points, le Mexique s'engage à lancer un programme d'emploi temporaire pour 15 000 à 20 000 travailleurs du Guatemala, avec l'intention d'inclure également les travailleurs fuyant le Honduras et le Salvador ; l'administration Biden prévoit d'allouer 314 millions de dollars d'aide humanitaire et de fournir un milliard de dollars aux banques de développement pour soutenir l'accueil des migrants et des réfugiés en Équateur et au Costa Rica[24]; des visas pour les travailleurs saisonniers non agricoles seront également fournis à 11. 500 citoyens d'Amérique centrale et du Nord et d'Haïti ; en outre, M. Biden promet de redoubler d'efforts pour lutter contre le trafic d'êtres humains et s'engage à reprendre les plans de regroupement familial avec Cuba et Haïti ; des efforts conjoints seront également déployés pour tenter d'endiguer la fuite vers les États-Unis en promouvant les possibilités d'emploi locales ; enfin, le Costa Rica mettra en œuvre un programme de protection des migrants originaires du Venezuela, du Nicaragua et de Cuba[25].

De nombreux experts jugent toutefois l'accord insuffisant, car il n'est pas contraignant et ne fera pas grand-chose à lui seul : ce sont des promesses qui, si elles ne sont pas suivies de programmes de mise en œuvre spécifiques, risquent de rester sur le papier[26]. De plus, elle a été élaborée lors d'un sommet auquel n'ont même pas participé les principaux dirigeants du Guatemala, du Honduras, du Salvador, du Nicaragua, du Mexique, de Cuba et du Venezuela, des nations qui représentent collectivement la majeure partie de l'émigration à la frontière entre les États-Unis et le Mexique[27].

Un résultat semble toutefois avoir été atteint : dès la fin du sommet, les autorités mexicaines chargées de l'immigration sont intervenues auprès du groupe de 14 000 migrants qui défilaient, les redirigeant vers l'Institut national mexicain des migrations (INM) et leur délivrant des visas[28]: une trêve positive, même si le problème reste énorme. Jusqu'à présent, seules de vagues promesses sont arrivées, alors que des réponses concrètes et immédiates sont nécessaires : pour ces personnes, le choix est souvent entre la vie et la mort, comme pour les Salvadoriens qui fuient un pays déchiré par le crime et qui sont l'emblème de la quête désespérée du salut.

Entre guerres, dictatures, bandes criminelles et déni de droits

Le Salvador est l'État non insulaire le plus petit et le plus densément peuplé d'Amérique latine, coincé entre le Guatemala, le Honduras et l'océan Pacifique. Elle compte environ 6,5 millions d'habitants, dont plus de 85% sont des métis et 12% des blancs, le reste se répartissant principalement entre indigènes, Arabes et Arméniens[30]. Elle abrite la troisième plus grande communauté palestinienne du continent[31], dont fait partie l'actuel président Nayib Bukele, en poste depuis le 1er juin 2019. Plus de 3 millions de Salvadoriens résident à l'étranger, dont plus de 90 % aux États-Unis[32].

Descendants des anciens Mayas, les Salvadoriens ont été colonisés par les Espagnols en 1524, ont obtenu leur indépendance en 1821 et ont fait partie de la Fédération d'Amérique centrale[33]. En 1841, après la dissolution de la Fédération, la République est proclamée. La production et l'exportation de café sont devenues la principale source de subsistance économique, bien qu'une puissante oligarchie, appelée "des 14 familles", ait émergé autour de cette activité, qui avait non seulement l'économie mais aussi la politique entre ses mains[34].

Les premières élections libres en 1931 ont conduit à un coup d'État militaire et à la dictature du général Maxímiliano Hernández Martínez[35]. En 1950, après une période de troubles internes, au cours de laquelle plusieurs militaires se sont succédé au sommet du pouvoir, Oscar Osorío a été élu président, qui a préparé une nouvelle constitution et a rejoint l'Organisation des États d'Amérique centrale créée en 1951[36]. Il s'agit d'un gouvernement qui, grâce à un climat économique favorable et à un régime de bas salaires, favorise le développement des infrastructures et un bon degré d'industrialisation. Mais le climat répressif et la soumission aux Américains (qui a donné naissance aux escadrons de la mort, groupes terroristes de droite financés par Washington pour s'opposer aux communistes, responsables de catastrophes innommables[37]) sont encore une réalité aujourd'hui : en 1960, un coup d'État organisé par des militaires de gauche a déposé le président José María Lemus, mais la musique n'a pas changé[38].

La pauvreté se répand et, en 1960, le Salvador, le Guatemala, le Honduras et le Nicaragua - rejoints deux ans plus tard par le Costa Rica - créent le Mercado Común Centroamericano (MCCA), qui marque le début d'un processus d'intégration favorisant la sortie du retard agricole chronique[39]. Entre-temps, après que la tenue d'élections libres en 1961 a été empêchée par un nouveau coup d'État militaire, une nouvelle constitution a été adoptée en 1962 pour donner au pays plus de démocratie, mais les leviers du pouvoir restaient toujours entre les mains des militaires et de l'oligarchie au pouvoir[40].

La population augmente et les terres se font rares. Ainsi, en 1967, un traité d'immigration a été signé avec le Honduras, qui a mis ses terres non cultivées à la disposition des Salvadoriens : en deux ans, 300 000 paysans avaient déjà franchi la frontière, dont la plupart occupaient et cultivaient illégalement des parcelles de terre, provoquant la prolifération de nombreux commerces illégaux et générant une grande disparité économique avec les résidents[41]. Cela alimente les frictions, qui sont entretenues par le gouvernement nationaliste d'Oswaldo López Arellano[42], arrivé au pouvoir par un coup d'État. Il annule les accords signés deux ans plus tôt, qui stipulent que l'utilisation des terres doit être réservée aux natifs du pays, et met en œuvre un programme rapide et violent de déportations d'immigrants vers le Salvador[43].

Les relations diplomatiques entre les deux pays, pourtant alliés contre le communisme, se sont rompues, les tensions ont explosé et, le 14 juillet 1969, les troupes salvadoriennes ont franchi la frontière, déclenchant un conflit qui n'a duré que 100 heures, mais qui a fait 6000 morts, 15 000 blessés et entre 60 000 et 130 000 rapatriements forcés de Salvadoriens sur le terrain[44]. Le conflit est appelé "guerre du football" parce qu'il se déroule en même temps que les éliminatoires de la Coupe du monde 1970, mais le football n'a pas grand-chose à voir avec ce conflit, si ce n'est qu'il est exploité comme propagande pour exacerber le conflit entre le Honduras et le Salvador[45]. Les conséquences sur le plan politique sont dévastatrices : les relations diplomatiques et commerciales restent suspendues pendant des années, le MCCA est également suspendu, ce qui compromet l'intégration régionale, et l'ensemble de l'Amérique centrale se retrouve à nouveau entre les mains de l'oligarchie agraire[46].

La guerre civile salvadorienne

À partir de 1974, dans un climat de violence croissante, des formations armées d'inspiration communiste commettent de nombreux enlèvements et assassinats politiques, et le gouvernement répond par la force. En 1977, l'élection du général Carlos Humberto Romero provoque de graves troubles[48]. Romero est remplacé en 1979 par une junte plus modérée, composée de militaires et de civils, mais échoue dans son travail de pacification[49]. En mars 1977, un commando, probablement armé par la CIA[50], tue l'archevêque de San Salvador, Oscar Romero, qui avait pris parti contre la junte[51]: la guerre civile commence.

Une vaste alliance, le Front démocratique révolutionnaire (FDR), rassemble les syndicats, les ouvriers et les paysans, les partis de gauche et aussi une partie des chrétiens-démocrates, unis dans la lutte contre le régime[52]. En décembre, le leader démocrate-chrétien José Napoleón Duarte est élu président, avec la bénédiction du nouveau président américain, Ronald Reagan[53]; il obtient de lui de l'aide et des conseillers militaires, tandis que la guérilla bénéficie du soutien de l'Union soviétique, de Cuba et du Nicaragua[54].

En 1981, la tentative de l'Internationale socialiste et des partis chrétiens-démocrates latino-américains et européens de mettre fin à la guerre civile échoue. Aucun gouvernement ultérieur n'a réussi à trouver un chemin vers la paix. Ce qui a changé les choses, c'est l'arrivée au pouvoir de Gorbatchev en Union soviétique et l'abandon de la politique d'expansion en Amérique latine. En 1989, un accord a été conclu pour démanteler les bases de la guérilla des Contras au Nicaragua[55]. Le 12 décembre, les présidents des États d'Amérique centrale réunis au sommet de San Isidro ont signé un document appelant les dirigeants du Front Farabundo Martí de libération nationale (FMLN), la branche militaire du FDN, à déposer les armes[56]. En 1990, des négociations ont eu lieu à Genève et au Mexique entre des représentants du gouvernement et du FMLN[57].

Les élections législatives et locales de 1991 ont vu, pour la première fois depuis dix ans, la gauche non communiste s'unir dans la liste de la Convergence démocratique, et le pays s'est enfin engagé sur la voie de la normalisation. En décembre 1992, avec l'accord de paix entre le gouvernement et le FMLN[58], la guerre civile, qui avait coûté la vie à quelque 70 000 personnes, ainsi que des destructions et des exodes massifs aux proportions incalculables, a pris fin.

Les Etats-Unis et la criminalité en Amérique centrale : quelle responsabilité ?

L'exode dû à la guerre civile pousse des centaines de milliers de Salvadoriens à traverser la frontière américaine. Beaucoup se réfugient dans les bidonvilles de Los Angeles. La plupart d'entre eux ont tout perdu, et le fait de se retrouver dans une extrême pauvreté dans un pays étranger les pousse à chercher une protection dans les gangs locaux, puis à rejoindre leurs activités criminelles. L'effet sur la société californienne est dramatique, à tel point qu'en 1996, le Congrès américain a adopté une loi autorisant les autorités à expulser les criminels condamnés à une peine de prison d'un an seulement, une mesure qui n'était auparavant réservée qu'aux criminels reconnus coupables de crimes violents et condamnés à cinq ans ou plus[60].

La loi déclenche l'expulsion de dizaines de milliers de membres de gangs vers l'Amérique centrale (au moins 20 000), dont la plupart se retrouvent au Salvador[61]; une fois arrivés dans un pays où la situation est déjà précaire en raison de la grande pauvreté et du manque chronique d'opportunités, ils ne peuvent qu'appliquer ce qu'ils ont appris à Los Angeles, en enrôlant de surcroît de nouvelles recrues : le conflit civil a déstabilisé la police locale, qui n'a plus aucun contrôle sur la criminalité, et dans la région qui regorge d'armes, elle tire sans aucun scrupule.

Le principal gang au Salvador porte le nom de Mara Salvatrucha, ou gang MS-13, et a été formé à Los Angeles, dans les quartiers contrôlés par la mafia mexicaine, entre les années 1970 et 1980, puis exporté grâce à la loi de 1996. C'est le plus violent, mais ce n'est certainement pas le seul : le terrain est fertile et les bandes criminelles prolifèrent et se font la guerre, comme l'éternelle guerre entre la Salvatrucha et le Barrio 18 (un autre gang originaire de Los Angeles), ce qui fait du Salvador l'endroit le plus dangereux avec le taux de criminalité le plus élevé du monde : le ministère de la Défense estime que 500 000 Salvadoriens, soit 8 % de la population, sont impliqués dans des gangs[62]; 2015 est une année record avec 103 homicides pour 100 000 habitants : le taux le plus élevé au monde, suivi du Venezuela et du Honduras[63].

En 2012, le président de l'époque, Mauricio Funes, a entamé une négociation avec les maras de la Salvatrucha et du Barrio18, leur promettant, en échange d'une trêve, moins de répression, de meilleures conditions de détention et des investissements dans des programmes de réhabilitation pour les ex-détenus[64]. Dans l'immédiat, la stratégie est couronnée de succès, les meurtres diminuent sensiblement, mais l'accord a des conséquences dévastatrices : les criminels ont désormais le pouvoir d'influencer la politique[65]. La trêve dure l'espace d'un an et en 2013, les taux de meurtre atteignent des niveaux alarmants - une stratégie des gangs pour faire plier la politique. Cette fois, cependant, la réponse est différente : en 2016, le législateur interdit les négociations de l'État avec les gangs[66], et arrête 21 fonctionnaires qui ont conclu les accords : parmi les infractions présumées figurent l'association illégale, le trafic de biens illégaux dans les prisons, l'abus de pouvoir, la falsification de documents et le détournement de fonds publics à hauteur d'au moins 2 millions de dollars[67].

Sous la présidence de Nayib Bukele, président depuis juin 2019, le taux de meurtres chute de façon spectaculaire, passant de 36 à 18 pour 100 000 habitants. Les raisons résident dans son programme de lutte contre la criminalité : la modernisation des forces de sécurité, leur expansion sur le territoire et la pénétration des bastions criminels, un plan qui est entaché par des détentions massives sans procédure régulière[69]. En fait, en août 2021, des preuves ont fait surface que Bukele avait mis en œuvre un plan de négociation très similaire à celui de 2012[70].

Le Salvador, en termes de criminalité, est en bonne compagnie : le Guatemala[71], le Honduras[72] et le Belize figurent parmi les pays où les taux d'homicides et de criminalité sont les plus élevés[73], dans une zone appelée "triangle nord", également connue sous le nom de "triangle de la mort"[74]. Le dénominateur commun : la présence de gangs, désormais internationalisés, tels que le M13, qui est devenu au fil des ans une puissance commerciale ayant investi dans de nombreuses activités, tant légales qu'illégales, et qui régit pratiquement tous les aspects de la vie quotidienne dans les zones où il est présent[75].

Le Honduras est l'un des pays les plus pauvres d'Amérique centrale, déchiré par des coups d'État, des révoltes armées, des conflits avec ses voisins et des ouragans[76]. Ici, le M13 a son principal chef Yulán Adonay Archaga Carias, connu sous le surnom de "El Porky". Sa tête est mise à prix à 100 000 dollars et il est recherché par le FBI[77]: outre le marché de la drogue - il produit des drogues de synthèse qu'il revend à divers cartels colombiens[78] - il contrôle de nombreuses activités telles que la décharge de San Pedro Sula, dont il récupère et recycle des tonnes de matériaux, et extorque de l'argent à une myriade de petites entreprises et de résidents, en comptant sur la complicité des administrations locales[79]. Le M13, avec d'autres gangs comme le Barrio18, règne également au Guatemala et Jorge Yahír, alias Célbin, puis Vago, enfin Diabólico, en est le chef actuel. Il est maintenant en prison avec 400 de ses copains. Le gang se consacre à l'extorsion et au trafic de drogue, mais gère de nombreuses entreprises légales telles que des sociétés de moto-taxis et des ventes de voitures[80]. Les homicides sont également en hausse dans ce pays[81].

États-Unis et Mexique : une frontière chaude

Le triangle de la mort borde le Mexique : dans l'imaginaire des migrants, la voie du salut. Un espoir fallacieux, car là aussi, il n'y a pas de politiques migratoires qui s'attaquent aux raisons qui poussent des millions de personnes désespérées à partir - et, de plus, s'ils arrivent en Amérique, ils doivent faire face aux mêmes gangs brutaux qui les avaient opprimés chez eux, puisque le gouvernement américain ne les combat pas.

La dramatique crise sociale en Amérique centrale est le produit de l'interventionnisme étranger, en particulier des États-Unis, qui ont saboté pendant des décennies l'évolution démocratique de ces pays : le soutien des bandes criminelles qu'ils ont produites, pour empêcher l'émancipation de la population. Lorsque la guerre froide a pris fin en 1989, il était trop tard pour se rendre compte qu'ils avaient des milices armées qui ne déposeraient plus jamais les armes et abandonneraient les empires bâtis sur le trafic de drogue.

Au fil des ans, les gangs ont créé des systèmes paraétatiques sur leurs territoires respectifs, se substituant aux administrations pour diriger le trafic, financer les hôpitaux, le tout payé par le trafic de drogue : on estime qu'il y a plus de cinquante gangs au Salvador, par exemple. Les prisons, horriblement surpeuplées, ne sont pas une solution : les gardiens de prison se contentent d'empêcher les évasions, mais ne peuvent pas contrôler les détenus. Ils ont peur d'eux, ils sont donc libres d'organiser leur trafic comme si la prison était un quartier général et un centre de recrutement[83].

Les interventions sur le terrain se limitent à des actions militaires brutales, qui n'aboutissent qu'à des bains de sang. La prévention, ici, est un concept inconnu. Les États-Unis, après la guerre froide, se sont limités à considérer la question de la migration sur la base des besoins en matière d'emploi, laissant aux pays d'Amérique centrale le soin de résoudre le problème. Les seules opérations majeures adoptées par le Pentagone, qui se sont souvent avérées contre-productives, ont consisté à créer des corps d'armée spéciaux, soutenus par les services de renseignement, pour cibler les chefs individuels du trafic de drogue.

Hillary Clinton, lorsqu'elle était secrétaire d'État, a été la plus active dans la lutte contre le trafic de drogue, allouant plusieurs milliards de dollars aux pays et à leur police locale, mais les résultats ont été désastreux[84]. Obama a été l'architecte de l'un des projets les plus innovants, le CARSI (Central America Regional Security Initiative) par lequel les forces de police sont soutenues : il est dommage que seule la moitié des fonds ait été utilisée pour la cause convenue, le reste ayant servi à renforcer les potentats locaux[85].

Puis Trump arrive, et les choses empirent : il a l'idée du mur de fer de 6 à 10 mètres de haut et de 2000 km de long à la frontière avec le Mexique - un ouvrage inutile, bloqué par l'administration Biden, qui a coûté la somme vertigineuse de 15 milliards de dollars (montants qui ont énormément augmenté en cours de construction[87]) : c'est aujourd'hui un amas de pieux d'acier rouillés qui longent surtout la frontière de l'Arizona et s'effondrent souvent à cause de la corrosion et des glissements de terrain[88]. Ce qu'il reste, ce sont des chantiers de construction déserts, de belles zones naturelles marquées par la dynamite et des piles de matériaux entassés et abandonnés le long de la frontière, pour une valeur d'au moins 350 millions de dollars[89]. Au lieu de cela, les contrats avec les entreprises de construction restent en vigueur : selon un rapport de la sous-commission des opérations gouvernementales et de la gestion des frontières, l'administration Biden, à la fin de 2021, payait encore jusqu'à 3 millions de dollars par jour à des sous-traitants pour garder le mur, les sites de construction et les matériaux empilés[90].

Trump ne se contente pas d'ériger un mur : sa décision s'accompagne de mesures qui portent atteinte aux droits de l'homme, notamment le recours étendu à la détention, même pour les femmes et les enfants, des limites accrues à l'accès à l'asile, le renforcement de la répression le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique et l'abaissement des seuils d'expulsion (même une infraction au code de la route devient un motif d'expulsion)[91]. La construction de centres de détention le long de la frontière sud, une augmentation de 10 000 agents de l'ICE (Immigration and Customs Enforcement), déjà responsables dans le passé de raids violents contre les immigrants, est ordonnée[92]. Dulcis in fundo, vient la suspension des visas aux citoyens d'Iran, d'Irak, du Soudan, de Syrie, de Libye, de Somalie et du Yémen : leur origine est déjà suffisante pour les considérer comme des terroristes[93].

La barrière s'avère, là où elle est achevée, être une passoire - et une passoire dangereuse, en raison des chutes lors des tentatives d'escalade. L'administration Biden n'efface cependant pas tout le passé. Outre l'arrêt de la construction du mur, il n'y a que des signes timides, comme l'amendement au titre 42 permettant des exemptions humanitaires à l'expulsion des mineurs non accompagnés et des familles avec de jeunes enfants ; il faut attendre mai 2021 pour que le nombre de permis d'asile passe des 15 000 envisagés par l'administration Trump aux 125 000 actuels[94].

Le projet de loi sur l'immigration promis par Biden est au point mort, notamment en raison d'une situation politique aussi compliquée que défavorable pour lui, avec des niveaux d'immigration record et des républicains qui ne manquent pas de surfer sur le mécontentement populaire. Mais la déclaration de Los Angeles, aussi timide et imprévisible soit-elle dans sa mise en œuvre, constitue au moins un premier signal politique clair. Mais il n'y a pas de temps à perdre : le nord du Mexique risque d'exploser, ce n'est qu'une question de temps.

[1] https://www.theatlantic.com/international/archive/2022/06/biden-summit-of-the-americas-latin-america/661257/

[2] https://www.ansa.it/sito/notizie/topnews/2022/06/06/per-biden-dittatori-non-vanno-invitati-a-summit-americhe_e1ac5894-779f-4e32-9f8d-ce96f3a93819.html

[3] https://www.voanews.com/a/us-announces-new-plans-on-maritime-cooperation-with-asean-eyeing-china-/6570248.html

[4] https://www.aljazeera.com/news/2022/6/6/mexico-will-skip-us-hosted-summit-of-the-americas

[5] https://www.aa.com.tr/en/world/venezuelan-president-praises-mexico-for-snubbing-americas-summit/2607451

[6] https://www.reuters.com/world/americas/exclusion-countries-americas-summit-mistake-says-chilean-president-2022-06-06/

[7] https://www.ft.com/content/afd67e97-485c-4ac3-881b-73e8fce07bf1

[8] https://www.nbcnews.com/news/latino/vp-harris-attends-inauguration-honduras-first-female-president-rcna13832

[9] https://www.aljazeera.com/news/2022/5/19/us-accuses-cuba-of-using-upcoming-summit-as-propaganda

[10] https://www.usnews.com/news/us/articles/2022-06-09/salvadoran-leader-rebuffs-blinken-effort-to-bolster-summit

[11] https://news.gallup.com/poll/394028/biden-job-approval-not-budging-satisfaction-dips.aspx

[12] https://www.bbc.com/news/world-us-canada-61685118

[13] https://www.bbc.com/news/world-us-canada-61685118

[14] https://www.theguardian.com/us-news/2022/jun/03/migrant-caravan-tapachula-mexico-biden

[15]  https://sgp.fas.org/crs/row/IF11151.pdf “Central American Migration: Root Causes and U.S. Policy” - Congressional Research Service (CRS) – March 31, 2022

[16] https://www.unhcr.org/5630f24c6.html

[17] https://reliefweb.int/report/mexico/flow-monitoring-migrants-tapachula-and-tenosique-round-1-march-2022

[18] file:///D:/Users/Momo/Downloads/MSF_Forced-to-flee-Central-America_s-Northern-Triangle.pdf

[19] https://reliefweb.int/report/mexico/flow-monitoring-migrants-tapachula-and-tenosique-round-1-march-2022

[20] https://www.reuters.com/world/americas/migrants-clash-with-police-southern-mexico-2022-02-23/

[21] https://www.jornada.com.mx/notas/2021/10/23/politica/salen-mas-2-mil-migrantes-en-caravana-de-tapachula-a-la-cdmx/

[22] https://abcnews.go.com/International/wireStory/migrants-march-south-mexico-us-weighs-lifting-ban-83813637

[23] https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2022/06/10/fact-sheet-the-los-angeles-declaration-on-migration-and-protection-u-s-government-and-foreign-partner-deliverables/

[24] https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2022/06/10/fact-sheet-the-los-angeles-declaration-on-migration-and-protection-u-s-government-and-foreign-partner-deliverables/

[25] https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2022/06/10/fact-sheet-the-los-angeles-declaration-on-migration-and-protection-u-s-government-and-foreign-partner-deliverables/

[26] https://time.com/6186209/declaration-migration-americas-summit/

[27] https://time.com/6186209/declaration-migration-americas-summit/

[28] https://www.usnews.com/news/world/articles/2022-06-11/mexico-disbands-migrant-caravan-that-set-out-for-u-s-during-americas-summit

[29] https://www.diez.hn/laseleccion/la-guerra-del-futbol-entre-honduras-y-el-salvador-que-nunca-se-ITDZ859230

[30] https://worldpopulationreview.com/countries/el-salvador-population

[31] https://www.euppublishing.com/doi/full/10.3366/hlps.2020.0230

[32] https://investelsalvador.com/salvadorans-abroad/

[33] https://www.teachingcentralamerica.org/history-of-el-salvador

[34] https://www.centralamerica.com/el-salvador/history/

[35] https://www.biografiasyvidas.com/biografia/h/hernandez_martinez.htm

[36] https://www.biografiasyvidas.com/biografia/o/osorio_oscar.htm

[37] https://link.springer.com/chapter/10.1057/9780230108141_4

[38] https://www.encyclopedia.com/humanities/encyclopedias-almanacs-transcripts-and-maps/lemus-jose-maria-1911-1993

[39] https://www.comex.go.cr/tratados/centroam%C3%A9rica/

[40] https://uca.edu/politicalscience/dadm-project/western-hemisphere-region/el-salvador-1927-present/

[41] https://www.jstor.org/stable/27868774 “Honduras – El Salvador, The War Of One Hundred Hours: A Case OF Regional Disintegration" - Alain Rouquié and Michel Vale - 1973

[42] https://www.encyclopedia.com/history/encyclopedias-almanacs-transcripts-and-maps/oswaldo-lopez-arellano

[43] http://countrystudies.us/honduras/22.htm

[44] https://sites.google.com/view/spistoriapoliticainformazione/latinoamericana/la-guerra-del-calcio

[45] https://www.si.com/soccer/2019/06/03/football-war-honduras-el-salvador

[46] https://www.bbc.com/news/world-latin-america-48673853

[47] https://www.mikegoldwater.com/assignments/editorial-el-salvador-civil-war/

[48] https://www.nytimes.com/1977/03/20/archives/salvadoran-vote-unrest-raises-fear-of-polarization.html

[49] http://countrystudies.us/el-salvador/13.htm

[50] https://www.theguardian.com/theguardian/2000/mar/23/features11.g21

[51] https://www.theguardian.com/theguardian/2000/mar/23/features11.g21

[52] https://freedomarchives.org/Documents/Finder/DOC51_scans/51.elsalvador.fdr.pamphlet.pdf.pdf

[53] https://biography.yourdictionary.com/jose-napoleon-duarte

[54] https://www.washingtonpost.com/archive/politics/1984/05/13/reports-of-us-covert-aid-seen-hurting-duarte/4f4691f9-260d-4df7-a071-dcd84600ff70/

[55] https://www.latimes.com/archives/la-xpm-1990-04-19-mn-2225-story.html

[56] https://delphipages.live/it/politica-diritto-e-governo/politica-e-sistemi-politici/farabundo-marti-national-liberation-front

[57] https://www.usip.org/sites/default/files/pwks38.pdfEl Salvador - Implementation of the Peace Accords” - Margarita S. Studemeister -UNITED STATES INSTITUTE OF PEACE - 2001

[58] https://peaceaccords.nd.edu/accord/chapultepec-peace-agreement

[59] https://foreignpolicy.com/2019/11/30/el-salvador-gang-violence-ms13-nation-held-hostage-photography/

[60] https://www.law.cornell.edu/wex/illegal_immigration_reform_and_immigration_responsibility_act

[61] https://www.hrw.org/news/2019/08/31/long-journey-us-border

[62] https://foreignpolicy.com/2019/11/30/el-salvador-gang-violence-ms13-nation-held-hostage-photography/

[63] https://insightcrime.org/news/analysis/insight-crime-homicide-round-up-2015-latin-america-caribbean/

[64] https://elfaro.net/es/201203/noticias/7985/Gobierno-negoci%C3%B3-con-pandillas-reducci%C3%B3n-de-homicidios.htm

[65] https://www.lawfareblog.com/whats-behind-spike-violence-el-salvador

[66] https://insightcrime.org/news/brief/el-salvador-reforms-classify-gangs-terrorists-criminalize-negotiations/

[67] https://es.insightcrime.org/noticias/noticias-del-dia/el-salvador-arresta-funcionarios-durante-intensa-investigacion-tregua-pandillas/

[68] https://www.worldvision.ca/stories/child-protection/northern-triangle

[69] https://www.cfr.org/in-brief/why-has-gang-violence-spiked-el-salvador-bukele

[70] https://insightcrime.org/news/evidence-of-gang-negotiations-belie-el-salvador-presidents-claims/

[71] https://www.sundaypost.com/fp/25-of-politicians-are-linked-to-crime-in-guatemala-city/

[72] https://ticotimes.net/2022/01/28/honduras-poor-violent-and-corrupt-2

[73] https://www.macrotrends.net/countries/BLZ/belize/crime-rate-statistics

[74] https://www.liverpool.ac.uk/events/event/?eventid=85124 

[75] https://insightcrime.org/investigations/ms13-and-company/

[76] https://ticotimes.net/2022/01/28/honduras-poor-violent-and-corrupt-2

[77] https://www.elheraldo.hn/honduras/fbi-recompensa-informacion-captura-porky-hondureno-mara-salvatrucha-KYEH1500831

[78] https://insightcrime.org/news/honduras-how-ms13-became-lords-trash-dump/

[79] https://insightcrime.org/news/honduras-how-ms13-became-lords-trash-dump/

[80] https://insightcrime.org/investigations/when-the-ms13-played-possum-guatemala/

[81] https://www.infobae.com/en/2022/03/15/guatemala-has-seen-a-13-increase-in-homicides-in-2022-4/#:~:text=Guatemala%20has%20seen%20a%2013,%2D%20Infobae

[82] https://mexicopasomigrante.wordpress.com/2015/06/01/rutas-medios-de-transporte-y-sitios-peligrosos-de-el-migrante-por-mexico/

[83] https://www.tpi.it/esteri/prigione-el-salvador-senza-guardie-2016031515882/

[84] https://www.thenation.com/article/archive/a-voters-guide-to-hillary-clintons-policies-in-latin-america/

[85] https://www.wilsoncenter.org/publication/examining-the-central-america-regional-security-initiative-carsi

[86] https://eu.usatoday.com/story/opinion/2021/01/14/trumps-border-wall-plan-has-been-nothing-but-waste-deception-column/4145176001/

[87] https://eu.azcentral.com/story/opinion/op-ed/elviadiaz/2022/03/04/trump-border-wall-mexico-breached-security-joke/9372239002/ ; https://www.propublica.org/article/records-show-trumps-border-wall-is-costing-taxpayers-billions-more-than-initial-contracts?token=3p3X0N3JfobGr1KqFitlqTfpfy7f_krE

[88] https://www.businessinsider.com/pictures-trumps-half-built-border-wall-and-ruined-landscape-2021-2?r=US&IR=T

[89] https://www.theatlantic.com/politics/archive/2021/12/steel-trump-border-wall-rusting-desert/621005/

[90] https://www.theatlantic.com/politics/archive/2021/12/steel-trump-border-wall-rusting-desert/621005/

[91] https://cmsny.org/trumps-executive-orders-immigration-refugees/

[92] https://www.ice.gov/doclib/news/guidelines-civilimmigrationlaw.pdf

[93] https://cmsny.org/trumps-executive-orders-immigration-refugees/

[94] https://www.voanews.com/a/biden-s-first-year-brings-modest-changes-to-immigration-policy/6367512.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871