Philippe Bohn, Jérôme Maillet : la compagnie aérienne Air Sénégal fait peau neuve

La compagnie aérienne Air Sénégal entend devenir leader sur le marché aérien africain. Portrait croisé des deux nouveaux dirigeants de la compagnie afin de comprendre leurs ambitions.

La compagnie aérienne Air Sénégal connaît un nouveau souffle depuis la nomination par le président Macky Sall lui-même de Philippe Bohn comme directeur général.
Souhaitant s’entourer des meilleurs afin de faire de la nouvelle compagnie un leader sur le marché aérien africain, il a désigné Jérôme Maillet comme numéro deux, en tant que directeur adjoint de la compagnie, en charge de la stratégie et de l’investissement.

Les ambitions de la compagnie Air Sénégal

Philippe Bohn et Jérôme Maillet semblent posséder toutes les qualités nécessaires pour faire d’Air Sénégal une compagnie aérienne compétitive et fiable, à vocation internationale.

L’aspiration des dirigeants est en effet clairement affichée : la réalisation d’un chiffre d’affaires de cent quinze millions d’euros dans un an et de trois cent cinquante millions d’euros d’ici quatre ans. 

Afin de prouver que la compagnie possède les moyens de son ambition, Air Sénégal a fait l’acquisition de deux avions ATR72-600, trois Airbus A319 et d’avions de dernière génération, tel que le A330-900 Neo. Le développement de vols internationaux à destination du Bénin et de la Côte d’Ivoire ainsi que le lancement de la ligne Paris-Dakar illustrent la vocation de transformer Air Sénégal en une véritable « success story du ciel africain ».

Face aux nombreux défis que la compagnie aérienne se prépare à relever, la connaissance du continent africain et du domaine aérien sont indispensables. Le sang-froid, l’expérience et la détermination sont des qualités dont ne peuvent se passer Philippe Bohn et Jérôme Maillet afin de relever ce nouveau challenge. Pour rappel, les anciennes compagnies aériennes du Sénégal ont fait faillite en 2009 et 2016 alors que la relance de l’activité touristique dans la région est indispensable, notamment après les événements dans le Casamance et les attaques terroristes. 

Au vu des expériences professionnelles et des personnalités des deux dirigeants, Air Sénégal semble être en bonne voir pour réussir son pari.

Le continent africain, premier point commun de Philippe Bohn et Jérôme Maillet

Au-delà de connaître parfaitement les dynamiques et la technicité du secteur aérien, la compagnie Air Sénégal doit pouvoir être dirigée par des connaisseurs des enjeux du continent africain.

Philippe Bohn et Jérôme Maillet sont justement des experts de l’Afrique, capables d’en comprendre les problématiques et les aspirations.
En effet, la carrière de Philippe Bohn a commencé par la découverte de l’Afrique alors qu’il était reporter photo et qu’il avait déjà exploré l’Amérique Latine et l’Afghanistan. Profondément marqué par le conflit en Angola, sa rencontre avec Jonas Savimbi, chef nationaliste angolais, fondateur de l’UNITA, le pousse à fonder l’association France-Angola.

Sa carrière se poursuit ensuite en 1989 au sein d’Interaction International, une société de conseils en relations internationales.

Son intégration en 1995 au sein de l’office national d’Etudes et de Recherches Aérospatiales (ONERA) le rattache directement au ministère de la Défense et lui permet de perfectionner sa connaissance des enjeux économiques et politiques internationaux.

En 2003 il devient Senior vice President, directeur Afrique chez EADS avant d’être nommé en 2011 chez Airbus Group en tant que Corporate Vice President en charge du Business Development du groupe. Son poste consiste alors à jouer avec les réseaux d’influence afin de permettre la signature de nouveaux contrats. Sa connaissance du milieu africain et son carnet d’adresse, façonné au cours de ses nombreuses missions, atteste de son sérieux de sa crédibilité. Surnommé « l’ex Monsieur Afrique d’Airbus », il n’y a aucun doute sur le fait que Philippe Bohn est le directeur général idéal pour permettre à Air Sénégal de connaître le succès.

Jérôme Maillet quant à lui, a lors de nombreuses occasions, travaillé avec des dirigeants africains. En effet, ayant fondé en 2001 sa propre agence de conseil en aviation, il a été amené à conseiller de nombreuses personnalités tels que des actionnaires, investisseurs, cadres supérieurs. La diversité des groupes et des personnes qu’il conseille témoigne de la pluralité de ses compétences et lui permet d’accroitre son domaine d’expertise. Mais c’est surtout la dimension internationale de son agence qui l’amène à la connaissance de l’Afrique puisqu’il a notamment travaillé avec la Côte d’Ivoire. De plus, il a pu approfondir son expertise grâce à son poste de conseiller auprès du président directeur général de la compagnie Congo Airways, après avoir été lui même directeur général adjoint de cette compagnie entre 2015 et 2017.

Philippe Bohn et Jérôme Maillet sont ainsi profondément liés par leur connaissance du continent africain mais également par leurs expériences dans le monde des affaires, indispensables à la direction d’une compagnie aérienne telle qu’Air Sénégal.

Deux carrières professionnelles prestigieuses

L’espoir placé dans les deux dirigeants afin de mener Air Sénégal vers le succès s’explique également par leurs expériences professionnelles solides. Les carrières de chacun leur ont permis d’acquérir l’expertise et les savoir-faire nécessaires propres au domaine de l’aviation.

Philippe Bohn en premier lieu, est considéré sur la scène internationale comme un homme d’influence. Dans un livre publié en 2018 il raconte d’ailleurs sa profession. Comme mentionné plus haut, sa carrière au sein du groupe Airbus lui a permis de forger son influence et ses contacts afin de mener à bien les contrats commerciaux et de remporter la guerre économique livrée par les grands groupes.

Jérôme Maillet quant à lui possède également une carrière remarquable qui ne laisse aucun doute sur sa future capacité à gérer la nouvelle compagnie aérienne sénégalaise.

Avant la création de sa propre agence, mentionnée précédemment, il a commencé sa carrière à la Société Générale, au sein du département des financements aéronautiques En 2012 il met sa détermination et sa connaissance maitrisée du milieu aérien au profit de la compagnie aérienne à bas prix Volotea en devenant l’un des membres fondateurs. Il a ensuite l’occasion de perfectionner son curriculum vitae en travaillant pour la compagnie aérienne Congo Airways où il a été moteur dans l’établissement du business plan en 2014 puis de 2015 à 2017 au pilotage de la startup en qualité de directeur général adjoint. Aujourd’hui, il conseille toujours le directeur général de cette entreprise, qui après seulement trois années d’activités commerciales, constitue une des plus belles réussites de l’histoire récente de l’aviation africaine avec cinq avions en flotte, un chiffre d’affaires annuel de cent millions de dollars, une certification IOSA et un prix décerné par l’African Airlines Association (AFRAA).

Homme engagé et de conviction, Jérôme Maillet est connu pour son implication dans les actions humanitaires et aussi pour ses positions fortes et radicales dans la lutte anti-corruption.

Une détermination et une volonté sans faille

Les défis annoncés pour la compagnie Air Sénégal ne font ainsi pas peur à Philippe Bohn et Jérôme Maillet dont la détermination et la volonté sont sans égal. Les deux dirigeants sont reconnus pour leurs personnalités de confiance, de crédibilité et de sérieux.

L’envie qui les anime s’explique non seulement par la volonté de relever de nouveaux défis mais également par celle d’apporter au Sénégal un rayonnement international par la promotion de sa fiabilité et de sa compétitivité. 

Par l’écriture de son livre et les nombreuses interviews qu’il donne, Philippe Bohn est connu pour son sang froid et sa rigueur indispensables lors de la négociation d’affaires confidentielles et délicates.

Jérôme Maillet quant à lui, possède aujourd’hui une parole synonyme de crédibilité et de sérieux. Il a, à de nombreuses reprises, donné des conférences spécialisées sur l’aviation, en lien avec l’Afrique.
Cela a notamment été le cas en février 2017 à l’Aviation Africa Conference ou en octobre 2018 où il a participé à la rencontre de AIRFINANCE Journal Africa. Il a ainsi partagé son savoir et son expérience et prouve qu’il est le numéro deux compétent pour mener à bien la compagnie Air Sénégal.

L’avenir de la compagnie aérienne sénégalaise semble ainsi entre de bonnes mains afin de ne pas reproduire les échecs des compagnies précédentes et de permettre le rayonnement international que mérite le Sénégal. Les noms de Philippe Bohn et Jérôme Maillet sonnent comme des gages de réussite dans ce nouveau défi.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.