Pourquoi je dois quitter Mediapart

Abonné de longue date,je me désole de voir mon journal préféré s'enfoncer chaque jour dans ses obsessions et ses préjugés.

En préambule,il n'est pas inutile de rappeler une évidence.Tout média a un angle dans son traitement de l'information et sa vision du monde.

Un journaliste objectif est un bel oxymore.Le sujet est donc moins les opinions ou a priori que l'on peut avoir au sein d'une rédaction que le poids que finissent par prendre les préjugés dans la présentation d'un fait.

Dernier exemple en date,la critique du "documentaire"Hold Up.Il y a suffisamment à dire sur la méthodologie et la thèse de ce film que l'on peut contester sans en appeler aux "relents antisémites"qui émailleraient ce documentaire.

Je ne connais pas la religion ou les origines des (nombreux) intervenants et cela m'est complètement égal...et je ne vois pas en quoi cela éclaire l'opinion que l'on peut se faire de ce film.

Encore un petit effort et il ne restera plus qu'à les traiter d'antiféministes et d'homophobes et la boucle (quotidienne) sera bouclée.

Et en quoi le fait que l'ancienne directrice de la recherche de l'Inserm,qui a des choses à dire du point de vue sanitaire, serait disqualifiée du simple fait qu'elle est "catholique traditionaliste"?

Deuxième sujet de discorde,la Gauche.

Quand on s'abonne à Mediapart,le plus souvent,on a une sensibilité de "Gauche";mais il serait temps de la (re)définir.

On peut avoir une vision très à gauche de la société d'un point de vue économique et social et ne pas adhérer aux incessantes dérives sociétales (PMA GPA/ mondialiste sans limites/ultraféminisme/etc).Ce positionnement n'est guère mis en avant chez Mediapart,ce qui doit vous couper des classes populaires qui se raccrochent encore à leur "patrimoine social et culturel".C'est le même glissement,et à mon sens la même erreur que ce qu'a produit le PS qui ,facteur aggravant,s'était préalablement rallié, non pas à l'économie de marché comme on disait au 20éme siècle,mais au néo libéralisme à l'anglo-saxonne et sa culture des lobbys et des conflits d'intérêts.

Enfin,il y a un vrai problème de cohérence globale,qui ne m'avait pas sauté aux yeux antérieurement,mais qui sonne désormais les limites de l' influence de Mediapart et,me semble-t-il parfois,de sa crédibilité.

En effet,comment dénoncer (et il le faut)les méfaits du capitalisme le plus débridé et dévoyé,avec sa cohorte de drames humains,sans pointer Maastricht?L'Europe,telle qu'elle est devenue,n'est plus qu'un tripot de décideurs non élus qui,loin de freiner ou compenser les effets du capitalisme fou et de la finance hégémonique,l'encourage.L'idéologie du libre-échange n'a profité qu'aux plus riches,organisant la concurrence entre les peuples d'Europe avec son bras armé l'Euro.

Ne pas prendre position fermement contre cette Europe et ses traités paralysants et ne pas instaurer un vrai débat sur la pertinence de l'Euro rend inopérantes toutes critiques des effets de ces politiques.

Aller tendre un micro aux ouvriers qui se fond liquider en quelques jours lors de la fermeture d'une énième usine en France est facile,mais c'est agiter un thermomètre sans s'avouer ce qui crée la fièvre.

Ce sera sans doute plus compliqué que de jeter Bruel en pâture au public,mais beaucoup plus noble et utile...et urgent.

MAIS POURQUOI JE VAIS RESTER

Un journal indépendant,c'est inestimable en ces temps qui vont être de plus en plus tourmentés.

Un espace de liberté où tout le monde peut s'exprimer.

Un support pour les combats essentiels,qui vont être à mener:

-libertés individuelles

-libertés collectives

-lutte contre la surveillance généralisée

-reconquête de la démocratie

-anticipation de la catastrophe environnementale

Il reste tant de choses à faire,à dénoncer,à débattre,sans le joug de la publicité ou du pouvoir.

Je vous souhaite une longue vie.

Pascal Breton

Chef d'entreprise en Bretagne

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.