pascal convert
Artiste
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 janv. 2021

pascal convert
Artiste
Abonné·e de Mediapart

Il est temps de rouvrir les lieux qui nous apprennent à vivre. Et à mourir.

Cela va se terminer, bien sûr. Beaucoup mourront encore. Pour éviter une victoire dépourvue d’âme, il est temps de rouvrir les lieux qui nous apprennent à vivre. Et à mourir.

pascal convert
Artiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’actualité du Covid 19 dans le monde nous regarde tous les matins dans le miroir de notre ordinateur, nous immobilisant dans une solitude sans fin.

Face à cette nouvelle peste noire, par souci de contenir la pandémie, les responsables politiques ont choisi de maintenir sous cloche tous les lieux de culture. Ils ont oublié les liens millénaires de l’art, dans toutes ses expressions, avec la mort, et son rôle dans les processus d’individuation et  de symbolisation qui permettent à chacun de conserver sa dignité au moment où la Faucheuse vient à lui.

A une information « transparente » qui, alignant jour après jour chiffres et statistiques, numérise la réalité de la mort, la fermeture des lieux de culture ajoute la perte de notre capacité à l’imaginer. Seul le décès soudain d’un proche et les difficultés à organiser son départ nous plongent dans l’intime d’une émotion incarnée.

Ouvrir les lieux de culture, ce serait réveiller ce qui est profondément enfoui en chacun d’entre nous et qui fait notre dignité. En 1907, Charles Peguy, mort au combat en septembre 1914, anticipait sur ce qu’allait être le rapport à la mort au XXème siècle : « Le monde moderne a réussi à avilir ce qu’il y a peut-être de plus difficile à avilir au monde, parce que c’est quelque chose qui a en soi, comme dans sa texture, une sorte particulière de dignité, comme une incapacité singulière d’être avili : il avilit la mort [1]».

Plus d’un siècle plus tard, nous naissons et mourons à l’hôpital. Nous ne connaissons pas la pénombre des veillées funèbres d’antan, volets fermés, voix chuchotées par des silhouettes en noir. Dans notre société, la mort est devenue quasi négligeable. Et dans l’absolu de l’économie ultra-libérale, les individus sont interchangeables : il y a toujours quelqu’un d’autre pour occuper le poste qui se libère.

Le spectateur qui s’absorbe dans la contemplation de l’art se sauve de l’indignité de devenir objet dans un monde gouverné par des intérêts sans rapport avec la brièveté de son existence. Il organise sa résistance en reprenant le contrôle de ses émotions. Pour surmonter l’adversité, il s’ouvre à l’imagination.

Maintenir la désaffection, organiser la perte émotionnelle garantit à l’Etat contrôle et obéissance. On ne peut rien opposer à une décision prise au nom de l’intérêt sanitaire général sauf à se voir rangé dans la catégorie des inconscients qui mettent en danger la vie d’autrui.

En l’absence de la présence physique de l’art, il reste les séries, antidépresseurs délivrés sans ordonnance et consommés sans modération. S’emboîtant à l’infini, de saison en saison puis d’une série à l’autre, aux modèles et aux personnages similaires, elles créent une vie éternelle dans laquelle les trépas les plus violents, la misère du corps, la fin, la décomposition ne provoquent aucune crainte.

La dignité de la mort dépend de notre attachement à la vie. Perdre l'un, c'est perdre l'autre et devenir des prisonniers éternels d’une illusion d’éternité.

Est-ce cela que souhaitent les responsables de notre pays ? Faire des citoyens insensibles et obéissants après les avoir rendus interchangeables ?

Cela va se terminer, bien sûr. Beaucoup mourront encore. Pour éviter une victoire dépourvue d’âme, il est temps de rouvrir les lieux qui nous apprennent à vivre. Et à mourir.

www.pascalconvert.fr

[1] Charles Péguy, Hommes et saints, 1907.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Terrorisme
Soudain, en plein cœur d’un service de renseignement, un cri long et rauque
Il y a trois ans survenait la première attaque commise par un membre de la police contre des collègues. Le seul et unique attentat à avoir frappé un service de renseignement. Mediapart a reconstitué cette tuerie à partir des dépositions d’une cinquantaine d’agents.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Lycée fermé pour « séparatisme » : deux ans d’accusations kafkaïennes, un dossier toujours vide
Cet établissement parisien hors contrat présenté comme « coranique », « clandestin » et « séparatiste » a été fermé par les autorités en décembre 2020 et sa directrice était jugée en appel à Paris ce vendredi. Mais deux ans après, rien dans le dossier consulté par Mediapart ne vient étayer ces accusations.
par David Perrotin
Journal
En Russie, sœurs, mères, épouses protestent contre l’envoi des hommes au front
Dans les manifestations contre la mobilisation militaire décrétée par Vladimir Poutine, les femmes sont largement majoritaires. La contestation monte dans les régions peuplées de minorités ethniques.
par Estelle Levresse

La sélection du Club

Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige