Recherche 250 000 élèves désespérément!

Lors de sa conférence de presse de ce jour, le Ministre de l'Education nationale a lancé un appel général à aller chercher les élèves avec lesquels les enseignants ont perdu tout contact. Cet appel témoigne à la fois du désarroi du gouvernement face à une situation générale de rupture pédagogique, mais aussi de son irresponsabilité qui consiste à générer une crise sociale dans la crise sanitaire.

Je viens d’entendre le ministre Blanquer lors de sa conférence de presse. Il demande à tous les personnels de l’éducation et à toute la société de partir à la recherche des élèves avec lesquels les enseignants ont perdu tout contact. Voici la transcription précise de ses propos :

«  Nous serons extrêmement vigilants sur le fait que les élèves travaillent jusqu’au 4 juillet, à partir du moment où il y aura eu un retour à la normal.... J’en profite pour lancer un appel général, pas seulement pour les personnels de l’Education nationale qui sont déjà au travail sur ce point, mais à l’ensemble de la société française : allez chercher les élèves que nous n’avons pas pu atteindre à travers l’enseignement à distance. C’est vrai de 5 à 8% des élèves et c’est plus prononcé pour les élèves de CAP… »

Faites le calcul : 5% de 5 millions de collégiens et lycéens = 250 000 élèves du secondaire . Si les chiffres de Blanquer étaient fortement minorés, ce qui est très probable, il y aurait un demi million d’élèves qui seraient dans une situation matérielle, psychologique, personnelle et familiale qui rend difficile ou impossible la fameuse "continuité pédagogique".

Quel est le sens de cet appel?  Castaner est-il invité à créer une nouvelle case sur le formulaire pour autoriser enseignants et citoyens à partir à la chasse aux élèves perdus? Ou bien est-ce une nouvelle menace indirecte adressée aux enseignants et aux parents? A la détresse et au stress, à l'anxiété face à la maladie, aux craintes multiples générées par toutes les pénuries dont l'Etat est comptable, faut-il encore ajouter la culpabilisation de toute la société? Non, Monsieur le ministre, nous connaissons les coupables. C'est vous et votre gouvernement irresponsable. Pas nos enfants! Ne nous demandez plus d'aller chercher nos élèves! C'est Macron qu'on va aller chercher! C'est pour lui qu'on va traverser la rue. De nos élèves et de nos étudiants, nous tentons de prendre soin le mieux possible. Faites-en autant! Soutenez-les !

Dans le supérieur la situation n’est pas meilleure. J’estime avoir perdu le contact avec 30% de mes étudiants de 1ere année de licence. Des enquêtes multiples montrent que la perte de tout contact avec les étudiants du supérieur pourrait aller de 5 à 40% selon les filières et les disciplines. Nous le savons toutes et tous : aucun étudiant ne pourra revenir dans les locaux de son université avant la rentrée de septembre. Il est irresponsable de programmer des examens en mai et juin. Nos vies et notre santé avant les diplômes! Toute autre position est criminelle !

A lieu de mettre une pression psychologique inadmissible sur les élèves, les étudiants, les familles et l'ensemble de la société qui est soumise à l'injonction contradictoire du confinement général et du travail obligatoire, le gouvernement devrait prendre en urgence des mesures pour apporter la protection sanitaire qui est due à toutes la population, garantir un soutien matériel et psychologique à toute la jeunesse en souffrance et annoncer enfin que les élèves et les étudiants n'auront pas à subir la double peine de la crise sanitaire de l'aggravation des inégalités sociales. Le Bac et la validation des diplômes pour toutes et tous, avec accompagnement humain et pédagogique ! De la bienveillance et non de la pression ! C'est la condition de la préservation de l'Égalité qui est au coeur de notre devise républicaine. Quand des étudiants sont en grande détresse et meurent de faim dans des chambres exiguës et miteuses, l'urgence est à la Fraternité, à la solidarité, à l'entraide effective, et non aux injonctions autoritaires.

Pascal Maillard

Le 3 avril 2020

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.