Pascal Maillard
Abonné·e de Mediapart

178 Billets

7 Éditions

Billet de blog 15 déc. 2020

Sauver la culture, l’art et l’université: une priorité

Il suffit de regarder comment un pays considère ses artistes pour savoir ce qu’il vaut. Ce que Macron et son gouvernement font à l’Art et à la culture à l’occasion de cette crise sanitaire nous dit que nous valons bien peu. Pourtant des alternatives à la fermeture et au confinement existent.

Pascal Maillard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il suffit de regarder comment un pays considère ses artistes pour savoir ce qu’il vaut. Ce que Macron et son gouvernement font à l’Art et à la culture à l’occasion de cette crise sanitaire nous dit que nous valons bien peu. Il faut prendre connaissance des témoignages des artistes qui tentent de survivre à la crise. Mais plus qu’une « haine des artistes » que dénonçait récemment le comédien Charles Berling, je crois que ce gouvernement va tout simplement jusqu’au bout de son idéologie autoritaire et liberticide. Quitte à nous faire entrer dans un monde qui a perdu toute raison.

Le choix politique du gouvernement visant à privilégier certains secteurs économiques au détriment de la culture, de l’art et des universités est absurde, dangereux et totalement irrationnel. Cette irrationalité alimente une révolte compréhensible, qui fait peser de nouveaux dangers sur l’évolution de l’épidémie et sur toute la société. Les églises sont légitimement ouvertes mais les théâtres restent fermés. Le prêtre officie pendant que l’acteur intermittent ne peut plus assurer sa survie. Les consommateurs s’entassent dans des grands magasins et des supermarchés sous-équipés en protection sanitaire pendant que des musées et des salles de spectacle bien sécurisés sont interdits de public. Les étudiants ne savent toujours pas dans quelles conditions ils pourront retourner en cours en janvier et si la sécurité sanitaire sera enfin renforcée dans les universités. La France est en train de mériter son surnom d’Absurdistan.

Où en sommes-nous ? Nous savons désormais que le confinement, indépendamment des conséquences directes de la pandémie, a un coût humain, économique et social vertigineux : suicides, décompensations et traumatismes psychologiques, licenciements, pauvreté, précarité et misère de pans entiers de la population, en particulier de la jeunesse, seront notre lot quotidien. On ne peut s’y résoudre. Nous savons ensuite que nous devrons vivre avec le virus pendant longtemps, une année au moins, plus certainement. Nous savons enfin qu’il existe des moyens de vivre avec la pandémie en permettant à tous les secteurs de notre vie économique de fonctionner et à toutes nos activités culturelles, sociales, sportives et éducatives de se développer. Or ces moyens sont totalement ignorés par le gouvernement. Ils consistent dans la production et dans l’installation d’équipements de filtration, d’aération et de désinfection de tous les bâtiments publics. Des universitaires du séminaire Politique des sciences ont conçu une vidéo simple, didactique et précise qui propose un protocole pour les universités et qui donne des indications de coût. Ce protocole est facilement adaptable à d’autres lieux publics, aux salles de concert, de spectacle, aux cinémas, aux musées et bien sûr aux commerces qui restent souvent sous-équipés. Il faut regarder cette vidéo en entier et en tirer des enseignements pour faire des choix qui sont désormais urgents.

Comment sécuriser les universités vis-à-vis de l'épidémie? © Politique Des Sciences

Si l’État n’assure pas ses responsabilités en lançant un grand plan de production et d’installation d’équipements sanitaires dans les lieux publics, de production et de diffusion massive et gratuite de masques FFP2 - en donnant la priorité aux entreprises françaises qui ont la capacité de les produire -, il nous restera alors l’action citoyenne de protestation. Envoyons nos devis, factures et doléance à Macron. Si chaque établissement public, chaque lieu culturel, chaque salle de spectacle, chaque musée, chaque université envoie à l’Élysée ses besoins matériels en sécurité sanitaire et rend public ses demandes, nous arriverons peut-être à obtenir de l’État qu’il investisse enfin les quelques centaines de millions qui nous protégeront durablement et efficacement de la pandémie et nous sortiront de la logique absurde et mortifère des confinements à répétition.

Pascal Maillard

PS :

- La vidéo ci-dessus a été publiée dans une lettre de RogueESR que l'on peut lire intégralement ICI ou . Il y est aussi question du HCERES et de la loi de finance 2021. Le texte complet de la vidéo est accessible sur le site de Politique des Sciences.

- Pour plus de précisions sur les considérations techniques, je renvoie à la fiche pratique du Groupe Jean-Pierre Vernant que j'ai relayée sur mon blog sous le titre "De l'air !".

- Sur les masques, je renvoie à ce billet et à à la troisième partie de "Penser la pandémie", intitulée "La société masquée".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann