Pascal Santoni
Syndicaliste CGT, ancien directeur du Métafort d'Aubervilliers, lieu d'expérimentation des applications numériques aux projets artistiques et associatifs.
Abonné·e de Mediapart

36 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 janv. 2022

Emmanuel Macron, l’emmerdeur emmerdé

La phrase du président dans son entretien au Parisien n’est pas une maladresse. Il s’agit bien de désigner à la vindicte populaire un bouc émissaire, les non-vaccinés qui seraient responsables de la saturation des hôpitaux. Cela lui permet de dédouaner sa politique de démantèlement de l’hôpital public qu’il a bien l’intention de poursuivre. Il importe d’en comprendre les raisons.

Pascal Santoni
Syndicaliste CGT, ancien directeur du Métafort d'Aubervilliers, lieu d'expérimentation des applications numériques aux projets artistiques et associatifs.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On peut regretter que des personnes soient réfractaires à la vaccination, mais ce n’est pas en leur déniant leur qualité de citoyens et en les menaçant que l’on convaincra la très grande majorité de ceux qui, sans être « anti-pass » ne s’y sont pas encore résolus.

L’autoritarisme pour imposer une politique très contestée

La grossièreté et l’agressivité du propos présidentiel sont à la mesure de son embarras. Les non-vaccinés ne peuvent être tenus pour responsables de l’état d’asphyxie dans lequel se trouvent l’hôpital public et les services publics. Ce sont des décennies de réduction d’effectifs et de moyens qui ont désorganisé l’hôpital, l’éducation nationale, la recherche, les transports et Emmanuel Macron en est le parfait continuateur. D’où les incohérences de la gestion de la pandémie et la crise de défiance à l’égard de l’exécutif.

Avec l’apparition des virus et notamment depuis deux ans, il était évident qu’il fallait renforcer considérablement en moyens, en effectifs, en recherche et en formations notre système de santé. Rien ou presque n’a été fait depuis, au contraire. Les suppressions de lits se poursuivent même pendant la pandémie, 5700 en 2020 ! Les personnels soignants épuisés désespèrent aujourd’hui de trouver des renforts, la faiblesse des salaires et la dureté du métier étant particulièrement dissuasives. Résultat : l’hôpital est à bout de forces, les déprogrammations de soins jugés « non urgents » se multiplient.

Pourquoi une telle obstination ? 

L’austérité imposée aux soignants, aux enseignants, aux fonctionnaires et aux retraités, recommandée par la Commission européenne, a rendu les Etats incapables de faire face à la pandémie. Au point que l’Europe est le seul continent avec l’Afrique à ne pas trouver ni produire ses propres vaccins. Alors qu’un petit pays comme Cuba en produit cinq et a vacciné la quasi-totalité de sa population. La réduction des dépenses publiques demeure pourtant la ligne du gouvernement Macron, « quoi qu’il en coûte »…

L’explication n’est ni conjoncturelle ni anecdotique : c’est le cœur de la stratégie des grands groupes financiers et des multinationales, qui ont décidé de développer la privatisation et la marchandisation de la santé et de s’accaparer les dépenses qui lui sont consacrées. Emmanuel Macron a été porté au pouvoir pour poursuivre cette mission : décrédibiliser les services publics au nom de l’efficacité, affaiblir leurs syndicats et faciliter le transfert au privé de leurs secteurs les plus rentables. Après les télécoms, particulièrement juteux, voici venir le tour de la Santé.

Le marché de la santé, le nouvel eldorado des GAFAM
Mais ce n’est pas seulement la médecine classique qui est visée. La technologie appliquée à l'univers de la santé s’avère plus rentable encore que celui de la santé traditionnelle. Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), investissent massivement le marché de la santé américain, Google a même conclu un partenariat stratégique avec la fédération hospitalo-universitaire américaine pour « redéfinir la prestation de soins de santé » et « accélérer le rythme des innovations » à l'hôpital grâce à ses technologies. Désormais très présents en France via diverses applications, ils rassemblent et centralisent les données santé des utilisateurs de smartphones et autres objets connectés aux fins d’exploitation commerciale.

La crise sanitaire a familiarisé le grand public avec des services de télémédecine et les infos santé sur internet. Une belle opportunité pour les GAFAM. Et on peut parier que la réforme de l’hôpital que prépare très discrètement Emmanuel Macron pour l’après présidentielle leur facilitera la tâche.

Mais la crise sanitaire a aussi révélé les conséquences désastreuses des politiques et de l’idéologie néolibérale pour la santé, l’éducation, l’activité économique et la préservation de la planète. D’où l’urgence pour les tenants du libéralisme, d’Éric Zemmour à Emmanuel Macron en passant par Marine Le Pen et Valérie Pécresse, de trouver des boucs émissaires : les migrants, les musulmans, les non-vaccinés, les gilets jaunes, les retraités, les fonctionnaires, les syndicats, les Chinois et la liste n’est pas close…

La santé et le corps humain ne sont pas des marchandises

Demain, si nous laissons faire, pour se soigner et s’éduquer, pour se déplacer et communiquer, il faudra payer cher. Et comme le proclamait une pancarte dans une manif : « Quand tout sera privé, nous serons privé de tout ».

Ne pas laisser faire c’est agir partout pour maintenir et renforcer les services publics nationaux et régionaux de santé à commencer par l’hôpital, développer les services publics de proximité, développer la recherche et les industries françaises dans le secteur, de la fabrication des masques et des tests jusqu’aux prothèses et services médicaux, combattre la pénétration des GAFAM sur le marché français et européen, en réglementant strictement l’utilisation des données personnelles. Faisons partager cette idée de bon sens : la santé et le corps humain ne sont pas des marchandises !

Pascal Santoni
Vie nouvelle n°227

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
L’« année zéro » de la diplomatie allemande
La Russie vient de donner une rude leçon de géopolitique à l’Allemagne en lui rappelant sa vulnérabilité militaire et économique. Pour la diplomatie allemande, qui a misé sur la carte russe pendant vingt ans, l’humiliation est profonde, et le constat brutal. Premier volet de notre série sur « l’adieu au pacifisme » outre-Rhin.
par Thomas Schnee
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Perquisition chez Trump : les documents ultra-confidentiels saisis par le FBI
L’inventaire de la perquisition menée par le FBI au domicile de Donald Trump, en Floride, a été rendu public vendredi. Les agents fédéraux ont saisi dans la villa de l’ancien président plusieurs documents classés top secret et diverses notes, dont l’une concerne Emmanuel Macron. Trump est soupçonné d’avoir mis en danger la sécurité nationale.
par Patricia Neves

La sélection du Club

Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier