Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

679 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 févr. 2022

« L’Europe : changer ou périr » - 4 questions à Nicole Gnesotto

Nicole Gnesotto est professeure émérite du CNAM, où elle a créé la chaire « Union européenne », et vice-présidente de l’Institut Jacques-Delors. Elle répond à mes questions à l’occasion de la parution de son ouvrage « L’Europe : changer ou périr » aux éditions Tallandier.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vous estimez que l’élargissement de 2004 a consacré la vision britannique de l’Europe et que le Royaume-Uni la quitte au moment où l’Union européenne correspond à ce que voulait Londres…

Depuis les années soixante, deux visions de la construction européenne se sont disputé les faveurs des dirigeants européens : une Europe réduite à un grand marché de plus en plus étendu, de plus en plus dérégulé, totalement dépendante de l’Alliance avec les États-Unis pour sa sécurité et sa défense ; une Europe politique, décidée et capable de compter sur la scène internationale, à la fois dans la gestion des crises et dans les grands débats mondiaux. Europe civile ou Europe militaire, Europe espace ou Europe puissance, les Britanniques ont défendu bec et ongles la première option, la France s’est toujours mobilisée dans la promotion de la seconde, sans grand succès, il faut le reconnaître. Or l’élargissement de 2004 va encore plus confirmer la vision britannique : l’Union s’élargit à 10 nouveaux pays, sans s’être réformée, le marché unique optimal devient l’objectif commun des 25 puis 28 pays, et les divergences historiques, politiques, entre tous ces États souverains rendent impossible la définition d’une volonté commune d’influence dans la mondialisation naissante.  Curieusement donc, cette Europe ultralibérale, élargie, apolitique, dans laquelle la souveraineté des États en matière de politique étrangère et de défense reste totale, est précisément celle que les Britanniques quitteront en 2016. Preuve que l’idéologie est plus forte que le réel.

Vous évoquez la volonté d’impuissance comme étant le défaut le plus constant de l’Europe…

Oui, certainement. Les Européens, échaudés par deux guerres mondiales qu’ils ont eux-mêmes déclenchées, ne veulent plus prendre des responsabilités stratégiques dans le monde. La notion de puissance militaire est un tabou en Allemagne, mais également dans bien d’autres pays qui ont renoncé, ou n’ont jamais eu, de politique étrangère active. La délégation aux États-Unis du soin de leur sécurité, par le biais de l’OTAN, est la conséquence directe de ce tabou. Et depuis soixante-dix ans, dans le confort de l’Alliance, les Européens ont désappris le désir de puissance. La vitalité de l’OTAN y trouva son compte. Même les incertitudes nouvelles créées par la politique américaine depuis dix ans ne sont pas suffisantes pour remettre en cause ce choix d’une dépendance atlantique prioritaire. L’autonomie stratégique et politique de l’Europe est une ambition française, elle progresse d’ailleurs depuis Trump et la pandémie de Covid-19, mais elle n’imprime pas encore collectivement une politique volontariste de l’Europe sur la scène internationale.

Comment expliquer que l’Union européenne soit impuissante face aux pays qui pratiquent le dumping fiscal (Irlande, Luxembourg, Pays-Bas) ou qui ne respectent pas les valeurs européennes (Pologne, Hongrie) ?

La fiscalité n’est pas une compétence de l’Union européenne, mais une prérogative souveraine des États. Toutefois, la politique de concurrence est bien une prérogative essentielle de la Commission, et cela aurait pu être un moyen pour contrôler trop de disparités entre les États membres, sur la fiscalité des entreprises notamment. Mais la Commission a longtemps hésité à le faire. Elle a tenté une fois d’obliger l’Irlande à réclamer les 13 milliards d’euros qu’Apple aurait dû payer en impôts pour ses activités en Irlande. Mais elle a été déboutée par la Cour européenne de Justice ! A l’avenir, le projet de l’OCDE de taxe uniforme de 15% sur les grandes multinationales pourrait régler la question, mais il est dommage que l’UE n’ait pas été leader dans ce domaine. Quant à l’état de droit, ce n’est qu’en 2020, grâce au budget extraordinaire que l’UE a adopté contre les effets économiques du Covid-19, que des sanctions ont été tentées contre la Pologne et la Hongrie : à ce stade sans succès. Des raisons bassement politiciennes (le sort du groupe PPE - Parti populaire européen - au Parlement européen), des raisons politiques (comment condamner des pays qui furent naguère des champions de la démocratie), des raisons juridiques (l’unanimité ; le fait que le traité ne permet pas les sanctions financières contre un Etat membre) et des inerties bureaucratiques peuvent expliquer de tels retards. Il est toutefois heureux que la Commission ait pris l’occasion d’un budget exceptionnel pour proposer des mesures exceptionnelles, même sans résultats rapides. Car plus la vigilance démocratique des Européens s’émousse, plus la démocratie elle-même est en danger partout. 

Comment mettre fin aux soupçons permanents à l’égard de la France de vouloir saboter l’OTAN en prônant l’autonomie stratégique européenne ?

La France est en effet toujours passée au crible du soupçon, dès qu’elle avance une initiative en matière stratégique : même quand Nicolas Sarkozy décida de réintégrer les structures militaires de l’OTAN en 2009, certains de nos partenaires se sont demandé s’il ne s’agissait pas d’une ruse pour détruire l’OTAN de l’intérieur ! La France a aujourd’hui une politique plus claire : elle revendique une souveraineté européenne, mais elle renforce sa présence militaire dans l’OTAN auprès des pays qui se sentent menacés (Roumanie par exemple). Et elle élargit aussi son concept d’autonomie stratégique à bien d’autres sujets que la défense : la technologie, le numérique, l’intelligence artificielle, etc. Ces deux inflexions sont de nature à calmer l’inquiétude de nos partenaires, voire même à les convaincre de la nécessité d’une telle souveraineté européenne dans un monde de plus en plus chaotique.

Cet entretien est également disponible sur mon blog.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment combattre l’enracinement du Rassemblement national
Guillaume Ancelet et Marine Tondelier, candidats malheureux de l’union de la gauche dans des terres où l’extrême droite prospère, racontent leur expérience du terrain. Avec l’historien Roger Martelli, ils esquissent les conditions pour reconquérir l’électorat perdu par le camp de l’égalité. 
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte
Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi
Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet

La sélection du Club

Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire