Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

693 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 oct. 2019

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

"Le futur du monde global" de Mikhaïl Gorbatchev

30 ans après la chute du mur de Berlin, Mikhaïl Gorbatchev livre ce qui est présenté comme son testament politique : Le futur du monde global, aux éditions Flammarion. Analyse.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’histoire a été cruelle pour Mikhaïl Gorbatchev. Son rôle a été déterminant non seulement dans la fin de la guerre froide et de la division de l’Europe et du monde, mais aussi pour que les dernières de cette période se déroulent de façon pacifique.

S’il y a un prix Nobel qui a été mérité, c’est bien celui qui lui a été attribué en 1990. Mais il est par la suite oublié par l’Occident (qui se rappelle de la Gorbymania de la seconde moitié des années 1980 ?) mais aussi dans les pays d’Europe de l’Est, qui pourtant lui doivent beaucoup. Il répond aux accusations selon lesquels il aurait bradé l’Europe de l’Est en expliquant qu’il a restitué la Pologne, la Hongrie, la Tchécoslovaquie. En Russie, on lui fait porter la responsabilité de l’implosion de l’URSS et de la perte de puissance et de prestige de Moscou. Il voulait régénérer le communisme, faire une sorte de socialisme à visage humain et libérer la parole en URSS, mais il n’a pas réussi à dynamiser l’économie, faisant l’inverse de ce qui s’est passé en Chine. Et il revient sur la grande erreur à ses yeux de l’intervention militaire soviétique en Afghanistan.

C’est peu dire que Poutine ne porte pas Gorbatchev dans son cœur. Mais il y a un point où les deux hommes se rejoignent : ils considèrent que le monde occidental a traité la Russie en vaincu de la guerre froide, et non comme un partenaire pour construire un nouvel ordre mondial). « Il y a 30 ans, personne ne remettait en question la fin de la guerre froide comme une victoire commune obtenue grâce au dialogue. Mais l’Ouest s’est proclamé vainqueur, les leaders américains ont voulu y voir leur victoire. », écrit-il.  

Il estime que l’on a loupé une occasion en novembre 1990 avec la charte de Paris pour une nouvelle Europe qui représentait à ses yeux un véritable manifeste, un engagement envers les peuples du monde entier, mais qui a été passée par pertes et profits.

Il déplore la fin du traité FNI qu’il avait négocié avec Reagan qui avait mis fin à la crise des euromissiles et avait constitué un tournant majeur dans la fin de la guerre froide. C’est selon lui la preuve de l’aspiration des États-Unis à une supériorité militaire absolue.

Il rappelle la contribution historique de l’Union soviétique qui contrairement aux espoirs du régime irakien, n’a pas fermé les yeux sur l’annexion du Koweït. Il avait fait savoir à Saddam Hussein le caractère inadmissible de ses actes, et que pour la première fois l’URSS et les États-Unis étaient du même côté de la barricade dans le contexte d’un conflit régional et la guerre du Golfe de 1990 n’a pas eu les conséquences catastrophiques de la guerre d’Irak de 2003. Mais les espoirs de voir l’ONU obtenir le rôle central prévu par la Charte en matière de sécurité collective ont été abandonnés.

Il fait une double profession de foi : d’écologie tout d’abord, ce qui était déjà le cas lorsqu’il était au pouvoir, et d’appartenance à la sociale démocratie ensuite.

Sur l’Ukraine, il reprend la position nationale russe : l’accord d’association proposée par l’Union européenne voulait écarter la Russie. La Crimée a été donnée par erreur à l’Ukraine dans le cadre de l’Union soviétique en 1954, sans que la population soit consultée « En méprisant la volonté du peuple, exprimée par le référendum de mars 2014, les dirigeants occidentaux ont condamné la Russie et pris des sanctions à son encontre », écrit-il.

Et il regrette toujours la dissolution trop rapide et précipitée de l’Union soviétique le pays s’est disloqué l’État s’est effondré, des dizaines de millions de personnes en ont subi les conséquences négatives du fait du chaos économique qui en a résulté et il reconnaît que la situation s’est améliorée depuis que Poutine est au pouvoir.

Il condamne les élargissements de l’OTAN et le déploiement du système antimissile. Il déplore que l’Allemagne se soit associée aux sanctions contre la Russie alors qu’il avait, en son temps, écarté toute violence pour réprimer le désir d’émancipation des Allemands de l’Est à une époque où il y avait encore 500 000 soldats soviétiques stationnés en RDA.

Gorbatchev aura été un géant, un géant du XXe siècle qui aura eu un rôle historique décisif et positif à la fois, ce qui n’est pas si fréquent.

Cet article est également disponible sur mon blog.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez