Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

125 Billets

3 Éditions

Billet de blog 5 janv. 2020

Retraites à l'Education Nationale: courber la tête encore ou lutter vraiment?

Le sort du projet de réforme des retraites est entre les mains des enseignants. Et au même moment, ceux-ci tiennent dans leurs mains l'avenir de leur métier. Courber la tête, encore, comme d'ordinaire, ou lutter, et lutter vraiment: voici leur alternative.

Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ils ont été, pour le Gouvernement, le diable qui sort de la boîte, l'inattendu au sens premier du terme, le grain de sable dans la chaussure : les enseignants sont descendus en très grand nombre dans la rue pour s'opposer au projet de réformes des retraites, même si le Ministère a tout fait pour minimiser les chiffres.
C'est que le Gouvernement avait bien écrit sa partition : pointer du doigts les régimes spéciaux ( qui ne concerne que 3% des pensionnés) pour s'assurer de l'agrément des salariés du privé à la réforme prévue, sous prétexte d'égalitarisme à courte vue. C'était sans compter sur les enseignants. Car ils étaient là, dans la rue, chiffres en mains puisque tout est facilement calculable pour eux, leur rémunération étant connues de qui veut les connaître et répondant à des normes strictes.
Ils étaient là, en masse...Et en gros, pour eux, c'est simple : pour un nouvel entrant à carrière complète, ce sera plus de 30% de pension en moins. Pour tous, des pertes sèches, puisque les primes, qui entreraient dans les nouvelles modalités de calcul des retraites seraient prises en compte – mais les enseignants n'ont ont pas ou peu...


Déminage et enfumage
Le Gouvernement tente alors de déminer : si les enseignants rentrent dans le rang, la réforme passe. L'enjeu est de taille.
D'abord, diviser, pour eux comme pour les autres : dans le premier degré, 25% des enseignants avaient plus de 50 ans en 2017-2018 ; dans le second degré, 34% des enseignants étaient dans ce cas. De quoi faire rentrer un certain nombre d'entre eux dans les classes, à moins qu'ils n'aient le courage d'affirmer, comme les personnels de l'Opéra de Paris, qu'ils ne sauraient sacrifier leurs cadets.
Ensuite, jouer de la flûte.Les enseignants vont être revalorisés, et grassement – surtout les jeunes. Et de jeter sur le tapis les 10 milliards que pourtant le Président de la République leur avait refusé par avance à Rodez. Qui est la cible de ce discours ? Les enseignants eux-mêmes ? Ou plutôt les journalistes prompts à relayer les propos ministériels sans les mettre en perspective, sans faire le calcul simple pourtant du montant annoncé sur la durée annoncée de la « revalorisation », divisé par le nombre d'enseignants ( 870.000) pour tomber finalement sur le chiffre de 82 euros bruts par mois ( une aumône qui leur qui rapporterait 0.180187643 euro de pension de retraite brute par mois à vie)
Car les enseignants savent toujours calculer : une prime de 100 euros nets par an, c'est 1,39205 euro de retraite brute annuelle gagné ; 500, c'est 6,96025 ; 1000, c'est 13,9205. 1000 euros annuels sur l'ensemble d'une carrière de 43 annuités rapporteraient 584, 6661 euros bruts de pension annuelle, soit 48,721 euros bruts de pension mensuelle. Et donc à moins d'un salaire + primes de 4343 euros bruts mensuels en moyenne sur l'ensemble de leur carrière, leur pension ne pourra que baisser, contrairement à ce qu'on leur annonce....
La transformation à venir du métier d'enseignant
Et encore les augmentations annoncées sont-elles conditionnées à une évolution de leur métier. Laquelle ? Mystère – ou presque. Car on entend, derrière ce propos, une sévère remise en cause de leur travail. Ne mériteraient-ils pas leur salaire actuel qu'on leur demande ainsi d'effectuer de nouvelles tâches ? Ne seraient-ils donc pas « sous-payés » comme on feint de le dire actuellement, y compris au niveau ministériel, mais en fait surpayés pour ce qu'ils font ? L'implicite des propos du Ministre de l'Education Nationale peut quelque peu irriter ceux qui déjà préparent leurs cours, corrigent les copies, entrent les notes dans les logiciels adéquats, rencontrent les parents, se réunissent pour mettre en place un PAP, un PPRE, participent aux conseils des maîtres, aux conseils de classe, se concertent entre eux pour telle ou telle raison, rencontrent la direction pour ci ou ça, font les photocopies, etc etc etc...
Car c'était bien cela qu'avait cristallisé le suicide de Christine Renon:la conscience aigüe et devenue commune à tous les enseignants à cette occasion que leur Ministère de tutelle, dans le fond, les méprisait souverainement. Qu'ils devaient surseoir à tous les manquements de leur administration. Payer de leurs deniers pour du matériel nécessaire; répondre à toutes les exigences de temps de travail en plus pour telle ou telle nouvelle tâche s'ajoutant encore à une autre tâche impulsée des hautes sphères de la-dite administration; faire avec le manque d'infirmières, de médecins scolaires, d'assistants d'éducation, de secrétaires, de psychologues....Mettre en place telle réforme, puis telle autre, suivre telle lubie pédagogique en vogue, puis telle autre, là, maintenant, tout de suite. Et être sous-payés la majorité de leur carrière.
Courber la tête, encore ?
Ils ont courbés la tête très longtemps. C'est comme ça. On s'adapte. On sauve les meubles pour les élèves. Sans plus voir même parfois – souvent – qu'on est payé au lance-pierre, qu'on décroche par rapport aux autres salariés à qualification égale. On ne voit plus. On avance. Tête courbée.
Christine Renon en est morte.
En relevant la tête.
En transmettant à tous ses collègues un flambeau...
Le sort du projet de réforme des retraites est entre les mains des enseignants. Et au même moment, ils tiennent dans leurs mains l'avenir de leur métier.

Courber la tête, encore, ou la relever et lutter - lutter vraiment.
La mobilisation du jeudi 9 Janvier est cruciale, pour eux, et au-delà d'eux ( mais par eux) pour tous les salariés. Seront-ils au rendez-vous ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat