Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

132 Billets

3 Éditions

Billet de blog 8 nov. 2019

Education Nationale: vivre à la retraite avec son salaire de début de carrière...

Ce sont les «régimes spéciaux» qui feront les gros titres. Mais ce sont bien les enseignants, 736.997 salariés devant élèves, qui vont subir un véritable tsunami si la retraite par points est mise en place - eux qui vont retomber sous leur salaire de tout début de carrière. Pas si loin du smic brut...Une carrière réussie: sous-payés en emploi, paupérisés à la retraite...

Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ils sont 736.000 dans l'enseignement public ( et 144.415 dans le privé) et l'on parlera moins d'eux que des 142.240 agents de la SNCF ou des 63.000 de la RATP. Pourtant, près d'un million d'enseignants sont sur le point d'être laminés par la future réforme des retraites...Leur pension devrait être réduite au salaire qu'ils avaient au tout début de leur carrière... Si on parle le langage de l'Education Nationale, pour des PE et certifiés, titulaires dans le public, leur pension sera située quelque part entre l'échelon 1 et l'échelon 2 de la classe normale... Loin du salaire correspondant à la retraite actuelle de 75% du dernier traitement des six derniers mois, celui qui correspondrait à l'échelon 9 ou 10 de la classe normale....
PARTIR AVEC 1.27 fois le SMIC au lieu de presque 2 fois le SMIC...
Si l'on reprend les chiffres du SNES dont on avait déjà mis en cause l'optimisme ( puisqu'il supposait un enseignant ayant exercé 43 ans pour terminer au nouveau 7ème échelon de la hors-classe (indice 821) et qui bénéficierait de 10 % de primes sur toute la carrière ( «  un taux de primes élevé,[qui] correspond par exemple pour un certifié au fait d’avoir une heure supplémentaire et une indemnité de professeur principal sur quasiment toute les années de sa carrière », disait le SNES lui-même...), voici donc ce que l'on trouve pour un enseignant mono-pensionné de l'Education Nationale et titulaire :

© SNES


Et croisons-le avec cela.

© UNSA


Qu'obtient-on ? Cela:

© Pascale Fourier


Dit autrement, dans la meilleure des configuration possibles : un PE ou certifié ayant fait sa carrière complète à l'Education Nationale en tant que titulaire, partant à l'échelon 7 de la hors-classe ( échelon maximal), ayant bénéficié de 10% de primes et ayant tenu 43 ans après 4 ou 5 ans d'études post-BAC au moins + un concours ( c'est-à-dire partant au minimum à 65 ans) partira à la retraite avec son salaire de débutant, soit 1,27 fois le SMIC.
Toute situation plus complexe que celle-ci, nombre d'annuités insuffisant et donc départ prématuré par rapport aux exigences en terme de trimestres, ou temps partiel, ne pourra donner QUE des simulations moindres. Toute situation moins favorable ( pas une heure d'HSA sur presque toute sa carrière, pas d'indemnité de professeur principal sur presque toute la carrière), carrière commencée en tant que vacataire ou contractuel ne pourra donner QUE des simulations moindres.

TRAVAILLER PLUS POUR GAGNER PLUS A LA RETRAITE? PRIMES ET MISSIONS, LE GAIN...


Travailler plus pour gagner plus ( à la retraite) ? Une première HSA (heure supplémentaire annuelle) pour un certifié ou PLP classe normale est payée 1 358,66 € brut par an ( soit 113,22 euros bruts par mois) . On cotisera sur ce montant 343,70 euros par an, ce qui rapportera 34,37 point par an, qui rapporteront 18,90 euros de pension en plus par heure supplémentaire ( + heures de préparation de cours et correction des évaluations) par an, soit 1,57 brut par mois de pension... Une deuxième HSA vaut moins, 1 245,44 € , et donc rapporte moins. Moins qu'1 euros et 57 centimes bruts par mois.
On pourra aisément calculer ce que rapportera tout euro brut perçu pour une quelconque « mission » payée en plus par l'Education Nationale ( puisque donc il faudrait individualiser les parcours, si on en croit les discours subliminaux de nos dirigeants) ou l'appliquer à d'autres primes actuelles :

  • 1 euro divisé par 100 multiplié par le taux de cotisation ouvrant droit à point (25,31) = somme cotisée pour 1 euro.
  • Reprendre ce total ( =cotisation salariale retraite), le diviser par 10 = nombre de points obtenus
  • Multiplier le nombre de point obtenu par une « une valeur de service du point de 0,55 euros  ( valeur du point qui peut évoluer dans le temps, et c'est le loup de cette réforme...).
    Ça fait, normalement, 0,0139205.
    Le tableau des indemnités dans le second degré est, par exemple : chacun peut calculer.
    GREVE OU REGIME PÂTES A LA RETRAITE?

D'aucuns, apparemment, hésitent à faire grève le 5 Décembre, et même les jours qui suivent...  Pourtant, travailler 43 ans, jusqu'à 65 ans au moins avec un bac +4 ou 5 pour gagner 1.27 fois le SMIC, entre 1415 et 1613 euros nets, on pourrait les comprendre...
Mais foin ! La retraite comme une nouvelle jeunesse, colocation et ration de pâtes... Pas de quoi monter au front, assurément...
Pourtant, ils sont près d'un million....

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Conjoncture
Le lien brisé entre emploi et inflation
Notre premier épisode sur les mirages du plein emploi: pourquoi l’embellie de l’emploi ne permet-elle pas une hausse des salaires réels ?
par Romaric Godin
Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal — Écologie
La sécheresse fait craquer de plus en plus de maisons
Depuis 2015, les périodes de sécheresse s’enchaînent et affectent les sols argileux. Plus de 10 millions de maisons en France sont sur des zones à risque et peuvent se fissurer. Un enjeu à plusieurs dizaines de milliards d’euros pour les assurances.
par Daphné Gastaldi (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn