Patrice Bride

Coopérative Dire Le Travail : tout un programme !

Paris

Sa biographie
Une envie majeure à ce jour : contribuer à l'émancipation des travailleurs (celle qui sera l'œuvre des travailleurs eux-mêmes), et pour cela explorer toutes les possibilités de développer l'expression de chacun sur son travail, dans le cadre d'ateliers d'écriture ou de discussion du travail, ou dans des publications. Prendre la parole, pour ensuite prendre la main sur son travail. Je suis impliquée pour cela dans la coopérative Dire Le Travail, pour des activités de formateur, d'intervenant, d'éditeur. Avant cela, j'ai été professeur en collège, puis rédacteur en chef des Cahiers pédagogiques. Toujours des affaires d'émancipation.
Son blog
11 abonnés Le bon travail, ça se discute
Ses éditions
1 / 2
Voir tous
  • Se compromettre au travail

    Par
    Jusqu'où aller pour bien faire son travail ? Un cas extrême que ce photographe de guerre contraint de participer à des exactions, mais qui donne à penser tant ces dilemmes moraux sont constitutifs de tout travail.
  • Au trou !

    Par
    Comment se fait-il que les personnes au travail, donc au cœur du fonctionnement de la société, soient relégués dans d'obscurs recoins par des discours médiatiques ? Qui est invisible pour qui ?
  • Des cadavres encombrants

    Par
    Il a été beaucoup question dans l’actualité ces derniers temps des abattoirs, usines à viande, lieux mortifères et inévitablement sinistres. J’ai découvert récemment l’étape suivante : les usines d’équarrissage. Peut-on y faire du « beau boulot » ?
  • Prendre le bon train

    Par
    L’État décide en urgence des commandes de trains pour éviter la fermeture d’une usine. Certains saluent la sauvegarde de centaines d’emplois, d’autres déplorent une politique industrielle improvisée. Mais où est le bon travail dans l’affaire, celui dont puissent être fiers les salariés, celui qui sera utile aux voyageurs ?
  • Le travail coute cher : avez-vous essayé l’oisiveté ?

    Par
    C’est une expression qu’on trouve à profusion dans la presse : « le cout du travail ». En général, c'est pour expliquer qu'il est excessif. Pourtant, dans la vie courante, on se dit rarement à la fin de la journée qu'on a encore couté cher à son employeur...
Voir tous
  • Édition Mines de Faire

    Bien dans son jardin

    Par
    S’occuper d’une entreprise de construction de piscine est bien plus que creuser la terre et couler du béton. Du contact avec les clients à la gestion administrative, il en faut du travail avant de faire des ronds dans l’eau.
  • Édition Mines de Faire

    Chercher le déclic

    Par
    « Msieu, à quoi ça sert ? » Difficile question, qu'entendent tous les enseignants un jour ou l'autre. Et, parfois, l'étincelle jaillit, le feu s'allume, et le professeur se dit qu'il a fait du bon travail.
  • Édition Mines de Faire

    Entreprise agricole

    Par
    Un jeune agriculteur d’aujourd’hui est un travailleur complet, en relation avec le banquier, le technicien, le comptable, les collègues, manipulant des machines, des produits chimiques, gérant de vastes installations et tout un milieu naturel, végétal et animal. Beaucoup de chiffres, et de passion.
  • Édition Mines de Faire

    Redonner le sourire

    Par
    L'auteure de ce texte reçoit des conjoints de militaires pour les aider à rechercher un emploi à la suite d'un déménagement. Des relations à aborder avec finesse, et professionnalisme.
  • Édition Mines de Faire

    Ouvrir au monde

    Par
    Quand on aborde une professeure de lettres en lycée pour lui proposer de nous parler de son travail, on peut s’attendre à ce qu’il soit question de copies à corriger, de baccalauréat à préparer, d’œuvres patrimoniales à étudier. Lyse Lambrechts a tenu à nous parler d’autre chose : son travail de passeur entre la rive de l’enfance et celle d’un monde peu accueillant pour la jeunesse.