patricJEAN
Auteur réalisateur (la Domination masculine, La Raison du plus fort). Dernier livre (ed du Rocher) "La loi des pères" www.patricjean.net
Abonné·e de Mediapart

54 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 avr. 2017

L'épidémiologie choisit rationnellement le vote de gauche

Face aux urnes, une analyse statistique invisible dans les médias nous donne une clef d'analyse rationnelle qui conduit à choisir un programme de gauche. Il est possible de réfléchir sur une base empirique avant de voter pour un candidat au premier tour. Deux épidémiologistes anglais nous en donnent les moyens.

patricJEAN
Auteur réalisateur (la Domination masculine, La Raison du plus fort). Dernier livre (ed du Rocher) "La loi des pères" www.patricjean.net
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Contrairement au discours tenu par tous les candidats à l'élection présidentielle, le choix d'un président de la République n'est pas tout. Le pouvoir exécutif est très relatif dans un système où les macro et micro pouvoirs sont intimement tissés, depuis l'appareil d'état (qui échappe souvent aux élus) jusqu'aux institutions en passant par les puissances économiques qui pèsent de tout leur poids.

Un choix binaire s'offre donc à l'électeur: ne pas voter (en tenant pour secondaire ce qui est avant tout un spectacle télévisuel) ou donner son suffrage à un candidat choisi parmi une liste fermée, en espérant qu'il pourra tirer le système dans un sens ou un autre, même a minima, s'il est élu.

Pour les décomplexés de l'économie libérale, leur espoir est grand car un président de droite n'aurait qu'à inscrire ses décisions dans le flot d'un courant ultra dominant dans le rapport de force: transnationales, grands et petits patrons (et leurs syndicats), mais aussi une bonne partie des catégories intermédiaires ++ et supérieures ("pas d'autre politique possible") et qui n'espèrent qu'un statu quo leur permettant de conserver une qualité de vie pas si mauvaise qu'on le dit.

En revanche, le choix d'un ou une candidat.e promettant de modifier profondément les règles (sociales, économiques, financières, frontalières, etc) est plus délicat car, puisqu'il ou elle irait à contre courant d'un mouvement dominant, il ou elle verrait ses promesses s'émousser rapidement dans un rapport de force souvent nié durant les élections. N'oublions pas de quelle manière les pouvoirs exécutifs progressistes démocratiquement élus ont été balayés en Espagne (la République), au Portugal, au Chili, au Paragay, en Grèce et la liste est très longue. Les tenants d'une économie ultra libérale sont aujourd'hui les plus puissants, leurs instruments de pression sont nombreux et il y a fort à parier qu'ils en feront usage si la situation se présentait.

Deux épidémiologistes anglais dont les travaux (1) font référence nous donnent une piste de réflexion rationnelle.

Wilkinson et Pickett ont en effet comparé 40 états les plus riches de l'OCDE, puis les 50 états des USA. Ils ont mis en évidence une relation statistique extrêmement forte entre les inégalités de revenus (en comparant les 10% les plus riches et les plus pauvres de chaque état) et une longue liste de problèmes offrant un gradient social. A savoir ceux qui se posent proportionnellement plus, mais pas uniquement, dans les catégories plus défavorisées. Le cancer du sein ne présente pas de gradient social mais bien l'obésité, même s'il existe bon nombre de riches obèses.

Mais ce que démontrent empiriquement les deux chercheurs, c'est qu'il existe par exemple un lien statistique fort entre le chiffre de l'obésité et celui de l'inégalité des revenus, non seulement chez les plus pauvres mais aussi chez les plus riches ! Plus l'inégalité de revenus est importante (Etats-Unis) et plus le nombre relatif d'obèses sera élevé, même chez les plus fortunés. Et cette analyse se vérifie avec une longue liste de problèmes sanitaires (espérance de vie, mortalité infantile, problèmes cardiaques...), les taux d'homicides, celui des adolescentes enceintes, la performance du système éducatif,  la violence et l'incarcération, la santé mentale et les consommations de drogue, la mobilité sociale et même de les actions en faveur de l'environnement et le soutien au développement.

Ce que démontrent Wilkinson et Pickett, c'est que, même pour les riches, il vaut mieux vivre dans une société plus égalitaire en termes de revenus et que toute variation de ce seul paramètre met en mouvement une mécanique sociale invisible qui modifie les niveaux de nombreuses problématiques qu'il est inutile de traiter indépendamment. Ils démontrent par exemple que, dans nos pays riches, les dépenses de santé (très élevées aux Etats-Unis) et l'espérance de vie ne sont pas corrélés alors qu'il existe une corrélation très forte entre l'in-égalité de revenus et espérance de vie. De même, tout point de réduction des inégalités de revenus fait varier à la hausse le niveau d'éducation, pour les riches comme pour les pauvres, ce qui est contrintuitif.

Ici l'exemple de l'incidence de la disparité de revenus entre deux états pourtant parmi les inégalitaires mais dont la variation d'inégalité fait varier les différences sanitaires dans toutes les classes sociales.

Les chercheurs insistent sur le fait qu'il ne s'agit pas de moyennes. L'amélioration de la santé ou de l'éducation est mesurable pour tous, dès que l'on réduit les inégalités de revenus. Même si la mesure est évidemment plus flagrante pour les plus pauvres. Plus étonnant encore, les chiffres font apparaitre que c'est dans les pays (et les états américains) les plus égalitaires et non les plus riches que le nombre de brevets déposés par habitant est le plus important et que l'environnement est traité avec le plus de respect.

Ils mettent aussi en évidence que le moyen pour réduire ces inégalités de revenus compte peu: augmentation des bas salaires, diminution des hauts revenus, redistribution par un système social ou les trois. Ce qui importe, c'est le coefficient entre les revenus. Si les Etats-Unis (pays riche le plus inégalitaire) réduisaient leur inégalité de revenus au niveau de la Norvège (parmi les plus égalitaires) le nombre de détenus diminuerait de trois quarts, l'espérance de vie s'allongerait de cinq ans en travaillant l'équivalent de deux mois en moins par an, le nombre d'obèses serait divisé par dix ainsi que celui des morts par balle. Ils verraient littéralement exploser le nombre des brevets déposés sur leur sol...

Ce qu'il faut, cette semaine, retenir de ces analyses statistiques, c'est qu'elles vont empiriquement exactement à l'encontre de la théorie du ruissellement prônée par les libéraux.

Plus vous permettez au plus riches de s'enrichir (en supprimant l'ISF par ex) plus vous aggravez les problèmes sociaux, sanitaires, environnementaux, judiciaires même dans les cas où il est extrêmement difficile de l'expliquer. En revanche, plus vous réduisez les inégalités de revenus, même de façon arbitraire, plus vous réduisez toutes les problématiques dont la liste est trop longue pour être ici mentionnées.

A lire les programmes, on se rend rapidement compte que les partis du centre et de droite défendent des programmes qui n'entrent pas en résonance avec ces connaissances. Ils vont donc, s'ils les appliquent, aggraver les problèmes en question.

(1) Wilkinson R. et Pickett K., The spirit level, traduction française parue aux éditions Les Petits Matins.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai