Contrairement au discours tenu par tous les candidats à l'élection présidentielle, le choix d'un président de la République n'est pas tout. Le pouvoir exécutif est très relatif dans un système où les macro et micro pouvoirs sont intimement tissés, depuis l'appareil d'état (qui échappe souvent aux élus) jusqu'aux institutions en passant par les puissances économiques qui pèsent de tout leur poids.

Un choix binaire s'offre donc à l'électeur: ne pas voter (en tenant pour secondaire ce qui est avant tout un spectacle télévisuel) ou donner son suffrage à un candidat choisi parmi une liste fermée, en espérant qu'il pourra tirer le système dans un sens ou un autre, même a minima, s'il est élu.

Pour les décomplexés de l'économie libérale, leur espoir est grand car un président de droite n'aurait qu'à inscrire ses décisions dans le flot d'un courant ultra dominant dans le rapport de force: transnationales, grands et petits patrons (et leurs syndicats), mais aussi une bonne partie des catégories intermédiaires ++ et supérieures très influencées par les médias de masse ("pas d'autre politique possible") et qui n'espèrent qu'un statu quo leur permettant de conserver une qualité de vie pas si mauvaise qu'on le dit.

En revanche, le choix d'un ou une candidat.e promettant de modifier profondément les règles (sociales, économiques, financières, frontalières, etc) est plus délicat car, puisqu'il ou elle irait à contre courant d'un mouvement dominant, il ou elle verrait ses promesses s'émousser rapidement dans un rapport de force souvent nié durant les élections. N'oublions pas de quelle manière les pouvoirs exécutifs progressistes démocratiquement élus ont été balayés en Espagne (la République), au Portugal, au Chili, au Paragay, en Grèce et la liste est très longue. Les tenants d'une économie ultra libérale sont aujourd'hui les plus puissants, leurs instruments de pression sont nombreux et il y a fort à parier qu'ils en feront usage si la situation se présentait.

Deux épidémiologistes anglais dont les travaux (1) font référence nous donnent une piste de réflexion rationnelle.

Wilkinson et Pickett ont en effet comparé 40 états les plus riches de l'OCDE, puis les 50 états des USA. Ils ont mis en évidence une relation statistique extrêmement forte entre les inégalités de revenus (en comparant les 10% les plus riches et les plus pauvres de chaque état) et une longue liste de problèmes offrant un gradient social. A savoir ceux qui se posent proportionnellement plus, mais pas uniquement, dans les catégories plus défavorisées. Le cancer du sein ne présente pas de gradient social mais bien l'obésité, même s'il existe bon nombre de riches obèses.

nume-riser-16
Mais ce que démontrent empiriquement les deux chercheurs, c'est qu'il existe par exemple un lien statistique fort entre le chiffre de l'obésité et celui de l'inégalité des revenus, non seulement chez les plus pauvres mais aussi chez les plus riches ! Plus l'inégalité de revenus est importante (Etats-Unis) et plus le nombre relatif d'obèses sera élevé, même chez les plus fortunés. Et cette analyse se vérifie avec une longue liste de problèmes sanitaires (espérance de vie, mortalité infantile, problèmes cardiaques...), les taux d'homicides, celui des adolescentes enceintes, la performance du système éducatif,  la violence et l'incarcération, la santé mentale et les consommations de drogue, la mobilité sociale et même de les actions en faveur de l'environnement et le soutien au développement.

Ce que démontrent Wilkinson et Pickett, c'est que, même pour les riches, il vaut mieux vivre dans une société plus égalitaire en termes de revenus et que toute variation de ce seul paramètre met en mouvement une mécanique sociale invisible qui modifie les niveaux de nombreuses problématiques qu'il est inutile de traiter indépendamment. Ils démontrent par exemple que, dans nos pays riches, les dépenses de santé (très élevées aux Etats-Unis) et l'espérance de vie ne sont pas corrélés alors qu'il existe une corrélation très forte entre l'in-égalité de revenus et espérance de vie. De même, tout point de réduction des inégalités de revenus fait varier à la hausse le niveau d'éducation, pour les riches comme pour les pauvres, ce qui est contrintuitif.

Ici l'exemple de l'incidence de la disparité de revenus entre deux états pourtant parmi les inégalitaires mais dont la variation d'inégalité fait varier les différences sanitaires dans toutes les classes sociales.

nume-riser-14

Les chercheurs insistent sur le fait qu'il ne s'agit pas de moyennes. L'amélioration de la santé ou de l'éducation est mesurable pour tous, dès que l'on réduit les inégalités de revenus. Même si la mesure est évidemment plus flagrante pour les plus pauvres. Plus étonnant encore, les chiffres font apparaitre que c'est dans les pays (et les états américains) les plus égalitaires et non les plus riches que le nombre de brevets déposés par habitant est le plus important et que l'environnement est traité avec le plus de respect.

Ils mettent aussi en évidence que le moyen pour réduire ces inégalités de revenus compte peu: augmentation des bas salaires, diminution des hauts revenus, redistribution par un système social ou les trois. Ce qui importe, c'est le coefficient entre les revenus. Si les Etats-Unis (pays riche le plus inégalitaire) réduisaient leur inégalité de revenus au niveau de la Norvège (parmi les plus égalitaires) le nombre de détenus diminuerait de trois quarts, l'espérance de vie s'allongerait de cinq ans en travaillant l'équivalent de deux mois en moins par an, le nombre d'obèses serait divisé par dix ainsi que celui des morts par balle. Ils verraient littéralement exploser le nombre des brevets déposés sur leur sol...

Ce qu'il faut, cette semaine, retenir de ces analyses statistiques, c'est qu'elles vont empiriquement exactement à l'encontre de la théorie du ruissellement prônée par les libéraux.

Plus vous permettez au plus riches de s'enrichir (en supprimant l'ISF par ex) plus vous aggravez les problèmes sociaux, sanitaires, environnementaux, judiciaires même dans les cas où il est extrêmement difficile de l'expliquer. En revanche, plus vous réduisez les inégalités de revenus, même de façon arbitraire, plus vous réduisez toutes les problématiques dont la liste est trop longue pour être ici mentionnées.

A lire les programmes, on se rend rapidement compte que Fillon et Macron défendent des programmes qui n'entrent pas en résonance avec ces connaissances. Ils vont donc, s'ils les appliquent, aggraver les problèmes en question. LePen défend évidemment une idéologie dont les aspects racistes émergent très visiblement en fin de campagne. La candidature de Hamon a coulé avec son parti dont les ténors l'ont bruyamment trahi. Il ne reste donc que Mélenchon dont l'essentiel des mesures proposées vont dans le sens d'une réduction des inégalités de revenus. Encore une fois, quelle que soit la méthode employée puisqu'elle importe peu.

On peut avoir avec son programme mille divergences, comme c'est mon cas, il est aujourd'hui le seul qui pourrait, même de façon minime, car les oppositions seront violentes, réduire les inégalités qui, comme on le voit, sont le moteur principal de tous les problèmes qui nous occupent. Même s'il ne parvient qu'à mettre en place que 10% de son programme, sa politique n'ira pas dans le sens d'une augmentation des disparités de revenus, comme ce serait le cas avec les autres candidats réellement en lice, voire elle pourrait les réduire.

Et c'est aujourd'hui ce que notre raison doit retenir...

(1) Wilkinson R. et Pickett K., The spirit level, traduction française parue aux éditions Les Petits Matins.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

S'il y a quelque chose qui n'a pas vocation à être démocratique, c'est bien la science.