Quand un journal rentabilise immédiatement un attentat

L'attentat de l'aéroport de Bruxelles à peine commis, "La Dernière Heure", un des principaux quotidiens du pays, publie la vidéo surveillance de l'explosion. Sauf qu'il s'agit d'une veille vidéo russe. Ce bidouillage volontaire n'a qu'un seul but: provoquer un maximum de clics, quitte à montrer n'importe quoi.

Je reconnais être moi-même tombé dans le panneau. Difficile d'imaginer que la rédaction d'un quotidien national puisse cyniquement publier une fausse vidéo d'un attentat moins d'une heure après celui-ci. J'ai donc partagé via Twitter le lien du journal belge "La Dernière Heure". On y voit les images de vidéo surveillance relatant l'attentat dans le hall de l'aéroport de Zaventem.

capture-d-e-cran-2016-03-22-a-10-16-05 capture-d-e-cran-2016-03-22-a-10-16-05

capture-d-e-cran-2016-03-22-a-09-57-42 capture-d-e-cran-2016-03-22-a-09-57-42

Mea culpa. C'est David Carzon, directeur adjoint de Libé, qui a le premier attiré mon attention sur Twitter en m'envoyant la même vidéo mais postée il y a plusieurs années en Russie...

Le journal "la dernière heure" avait pris soin d'ajouter en incrustation la date de l'attentat bruxellois pour donner le change...

On imagine qu'avant de supprimer le post et la vidéo, le site du journal a engrangé de nombreux clics directement valorisés par la publicité.

On nous dira sans doute dans quelques heures qu'il s'agit de la maladresse d'un stagiaire. Une maladresse bien rentable...

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.